Version classiqueVersion mobile

Mussolini socialiste : littérature et religion

Mussolini socialiste : littérature et religion

Texte 16

Figures féminines dans Guillaume Tell de Schiller

Texte intégral

Un mois après son arrivée à Trente, le 13 mars 1909 Mussolini publie dans Vita trentina, l’hebdomadaire culturel dirigé par le socialiste irrédentiste Cesare Battisti, un bref essai sur les figures féminines du drame théâtral Guillaume Tell de Friedrich von Schiller (1759-1805). Le texte se conclut par l’annonce d’un futur volume : « Cet article est un fragment des Études critiques de littérature allemande que je suis en train de préparer et que je publierai, je l’espère, prochainement. Un autre fragment, intitulé La poésie de Klopstock de 1789 à 1796 fut publié en novembre dernier dans Pagine Libere, une revue de Lugano – dont la partie littéraire est dirigée par le poète Francesco Chiesa ». Cependant, comme plusieurs autres projets littéraires ou culturels de Mussolini dans ces années-là, les « Études critiques de littérature allemande » n’ont jamais vu le jour.

Figures féminines dans Guillaume Tell de Schiller1

  • 1 D’après Vita trentina, 13 mars 1909, p. 4-5.

1Edwige et Gertrude sont introduites dans le drame près de la maison. Stauffacher est assis, pensif, sous un tilleul, lorsque Gertrude s’approche et lui demande la raison d’une telle mélancolie.

  • 2 « Und meine Hälfte fodr’ ich deines Grams » (F. Schiller, Guillaume Tell (Wilhelm Tell), traductio (...)

So ernst, mein Freund? Ich kenne dich nicht mehr.
Schon viele Tage seh’ ich’s schweigend an,
Wie finstrer Trübsinn deine Stirne furch’t.
Auf deinem Herzen drückt ein still Gebresten,
Vertrau es mir, ich bin dein treues Weib,
Und meine Hälfte fodr’ ich deines Gram’s
2.

Pourquoi es-tu si sérieux, mon ami ? Je ne te reconnais plus. Depuis plusieurs
jours j’observe – silencieusement – qu’une sombre tristesse pèse sur ton front.
Une peine secrète oppresse ton cœur. Confie-la-moi, je suis ta fidèle épouse
et j’exige ma moitié de ta douleur.

  • 3 En allemand dans le texte. Le « Landvogt » est le bailli impérial, Hermann Gessler, au service des (...)

2Il y a dans ces paroles toute l’affectuosité simple d’une bonne compagne. Mais dans le caractère de Gertrude la bonté va de pair avec une grande virilité d’intentions. Et cela s’explique si on se rappelle que Gertrude descend de la noble lignée des Iberg et que – encore enfant – tandis que la nuit elle tissait avec ses sœurs – elle tendait l’oreille pour écouter les discours des chefs des communautés réunis en conseil, et qu’elle en venait ainsi à connaître la situation politique de sa patrie. En ce moment, elle s’aperçoit que la colère du Landvogt3 menace Stauffacher – l’homme pour qui Gertrude a de l’estime et de l’amour. Le tyran – comme le plus grand des dieux antiques – ne peut supporter de voir quelqu’un pleinement heureux, ne peut tolérer que quelqu’un possède plus que lui,

Nichts nennt er sein als seinen Rittermantel

Il n’est rien qu’il puisse dire sien, hormis son manteau de chevalier.

3Et Stauffacher de demander de façon assez comique :

  • 4 « Was ist zu thun ! » (F. Schiller, Guillaume Tell (Wilhelm Tell), p. 14).

Was ist zu thun?4

4Gertrude lui conseille de s’accorder avec ses amis sur la meilleure façon de se libérer de l’oppression du Landvogt, mais Stauffacher, qui ne semble pas avoir un caractère excessivement belliqueux, désapprouve et déplore les audaces de sa femme.

  • 5 « In Kampf zu gehen mit dem Herrn der Welt? » (ibid., p. 15).

Und was ich mir zu denken still verbot,
Du sprichsts mit leichter Zunge kecklich aus.
– Hast du auch wohl bedacht, was du mir räthst?
Die wilde Zwietracht und den Klang der Waffen
Rufst du in dieses friedgewohnte Thal –
Wir wagten es, ein schwaches Volk der Hirten,
Im
5 Kampf zu gehen mit dem Herrn der Welt?

  • 6 Original : « oseremmo » ; OO : « oseremo » (« oserons »).

Et ce que je me refusai à penser, toi tu l’exprimes avec audace, par une phrase légère.
As-tu bien pensé à ce que tu me conseilles ? Nous, faible peuple de bergers,
oserions6-nous entrer en guerre contre le seigneur du monde ?

  • 7 Original : « lasciatelo dire » ; OO : « lasciatemelo dire » (« laissez-moi vous dire »).

5Stauffacher est un peu comique dans sa timidité presque enfantine. Il pense que la guerre conduira à l’anéantissement des dernières institutions patriarcales encore libres, et tandis que sa femme l’encourage et lui donne en exemple les hommes valeureux qui savent manier la hache, Stauffacher – au fond pacifiste et, qu’on se le dise7, petit-bourgeois, comme tous ceux qui vivent au contact de la terre et en tirent leur pain et leur orgueil et leur misonéisme – rappelle à Gertrude que la guerre détruira troupeaux et bergers. Même leur maison, leur maison bâtie il y a peu et dans laquelle Stauffacher espérait passer – dans une honnête et laborieuse tranquillité – sa vie ; leur maison – qui est pour lui une conquête et un nid et représente la synthèse de tant d’efforts matériels – sera détruite, incendiée par les hordes ennemies. Mais toutes ces sages considérations d’ordre personnel ne refroidissent pas les fureurs guerrières de Gertrude, qui éclate, menaçante :

Wüßt’ ich mein Herz an zeitlich Gut gefesselt,
Den Brand wärf’ ich hinein mit eigner Hand.

Si je savais mon cœur enchaîné à un bien terrestre, de ma propre main j’y mettrais le feu.

6L’apostrophe incendiaire dans laquelle on croit entendre un accent de ce mépris pour les biens fugaces de la terre – prêché par le christianisme – ne convainc pas alors le doux Stauffacher. Alors Gertrude toujours plus enflammée poursuit avec une fière réprimande :

  • 8 Autant dans le texte allemand que dans la traduction qu’il en propose, Mussolini écrit Warner, et (...)

Sieh vorwärts, Werner8, und nicht hinter dich!

Regarde en avant, Werner, et non derrière toi !

7Stauffacher se décide. Les derniers mots de Gertrude expriment une claire intention de suicide.

Die lezte Wahl steht auch dem Schwächsten offen,
Ein Sprung von dieser Brücke macht mich frei

Même pour le faible une dernière voie de salut est ouverte. Un saut du haut de ce pont me rend libre.

  • 9 Mussolini évoque l’héroïsme de quatre femmes, dont la niçoise Catherine Ségurane (1506-1543), qui (...)

8Schiller nous a donné avec Gertrude le type de la femme d’exception, la femme héroïque. La psychologie de Gertrude est celle de Jeanne d’Arc, de Catherine Ségurane, d’Adélaïde Cairoli, de Louise Michel9 ; mépris pour la vie et soif de liberté.

  • 10 Nous avons rétabli ici le prénom allemand, comme dans la version originale de l’article.

9Quel contraste saisissant entre les enthousiasmes belliqueux de Gertrude et l’affectivité naïve et craintive d’Edwige, la femme de Tell ! Edwige est plus humaine, et dans ses mots vibre l’affection vigilante de la mère et de l’épouse. Edwige tremble de peur et de tristes pressentiments traversent son âme chaque fois que son mari part chasser en haute montagne. Elle connaît Tell. Cet excellent tireur affronte sans peur ni périls les tempêtes et la colère des hommes. Il vient de manifester son intention de se rendre à Altdorf. Pourquoi ce voyage ? Edwige en soupçonne la raison. Elle sait que quelque chose est en train de se tramer contre Gessler. Peut-être que Guillaume fait partie des conjurés et c’est à lui que l’on confiera, comme toujours, la mission la plus difficile. Si Gertrude était la femme de Tell, elle l’encouragerait probablement à agir, à se sacrifier pour la liberté de sa patrie, mais Edwige au contraire – davantage femme – essaye de détourner Guillaume du voyage projeté. Mais Wilhelm10 répond à son épouse, qui le supplie de laisser au moins son arc à la maison :

Mir fehlt der Arm, wenn mir die Waffe fehlt

Il me manque mon bras, s’il me manque mon arme.

10Et il raconte une aventure qui lui est arrivée un jour pendant la chasse. Le Landvogt – sur les hauteurs désertes – a tremblé devant l’humble Tell.

11Edwige s’exclame alors :

Wehe dir!
Daß du ihn schwach gesehn, vergiebt er nie.

Malheur à toi ! Si tu l’as vu faible, il ne te le pardonnera jamais ! 

12Les implorations angoissées d’Edwige ne servent à rien, et vaine est sa prière pour que le petit Walther reste à la maison. Père et fils s’en vont et la mère et épouse les suit longuement de son regard empli de larmes.

13Berthe aussi, la jeune fille que Rudenz désire faire sienne, ressemble à Gertrude et vibre d’amour pour la patrie. L’homme qui n’aime pas, qui ne veut pas défendre la terre sur laquelle il est né, comme un fils ingrat qui renie et vilipende sa mère, lui répugne. Plutôt que de consentir à une union avec un traître, Berthe préférerait se donner en épouse au tyran lui-même, à Gessler. Rudenz, qui devrait être le champion de la liberté de son peuple, est un misérable mercenaire au service d’une nation ennemie. Berthe s’exclame :

ich muß
Mein Herz bezwingen, daß ich euch nicht hasse

Je dois, pour ne point vous haïr, forcer mon cœur.

14Mais l’amour est plus fort que tous les engagements que Rudenz a pris envers l’Autriche ; l’amour pour Berthe a vaincu. Et tandis que le cor – de plus en plus sonore – annonce l’imminence de la chasse, Berthe donne à son amant réhabilité ce suprême conseil :

Kämpfe
Fürs Vaterland, du kämpfst für deine Liebe!
Es ist Ein Feind, vor dem wir alle zittern,
Und Eine Freiheit macht uns alle frei!

Lutte pour ta patrie, tu luttes pour ton amour ! Il y a un ennemi devant lequel nous tremblons tous et une seule liberté qui nous rend tous libres ! 

15Trente.

16MUSSOLINI BENITO

Notes

1 D’après Vita trentina, 13 mars 1909, p. 4-5.

2 « Und meine Hälfte fodr’ ich deines Grams » (F. Schiller, Guillaume Tell (Wilhelm Tell), traduction et préface d’A. Ehrhard, Paris, Montaigne, 1933, p. 12). Nous avons reproduit le texte allemand tel que le cite Mussolini dans la version originale de l’article, avec ses erreurs, toutefois moins nombreuses que dans la version de l’Opera Omnia.

3 En allemand dans le texte. Le « Landvogt » est le bailli impérial, Hermann Gessler, au service des Habsbourg.

4 « Was ist zu thun ! » (F. Schiller, Guillaume Tell (Wilhelm Tell), p. 14).

5 « In Kampf zu gehen mit dem Herrn der Welt? » (ibid., p. 15).

6 Original : « oseremmo » ; OO : « oseremo » (« oserons »).

7 Original : « lasciatelo dire » ; OO : « lasciatemelo dire » (« laissez-moi vous dire »).

8 Autant dans le texte allemand que dans la traduction qu’il en propose, Mussolini écrit Warner, et non Werner (ibid., p.16).

9 Mussolini évoque l’héroïsme de quatre femmes, dont la niçoise Catherine Ségurane (1506-1543), qui s’était rendue célèbre lors du siège de sa ville en 1543, Adelaide Cairoli (1806-1871) qui s’engagea dans la cause nationale italienne durant le Risorgimento, et l’anarchiste Louise Michel (1830-1905).

10 Nous avons rétabli ici le prénom allemand, comme dans la version originale de l’article.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search