Version classiqueVersion mobile

Mussolini socialiste : littérature et religion

Mussolini socialiste : littérature et religion

Texte 15

Là où brûla le bûcher… 17 février 1600

Texte intégral

  • 1 Voir OO, vol. 2, p. 283.

À son arrivée à Trente en février 1909, Mussolini prend la direction du Secrétariat trentin du travail, rattaché au parti socialiste autrichien. Les socialistes sont, à ce moment-là, fortement engagés dans la lutte contre le parti populaire du catholique Alcide De Gasperi qui domine le jeu politique dans la région. La toute première prise de parole publique officielle de Mussolini à ce poste est un discours commémorant Giordano Bruno (1548-1600), prononcé le 17 février à l’occasion de l’anniversaire de la mort du philosophe, brûlé vif par l’Inquisition. Il écrit également cet article, qui paraît dans Il Popolo, le quotidien socialiste de Trente. Le lendemain, un autre article publié dans le même journal loue les qualités d’éloquence de Mussolini, défini comme un « un orateur excellent, un propagandiste persuasif, mais aussi – et surtout – un spécialiste, un convaincu » capable d’exprimer « l’enthousiasme de l’homme qui a une foi et qui la défend et qui veut l’inculquer aux autres »1.

Là où brûla le bûcher… 17 février 16002

  • 2 D’après Il Popolo, 17 février 1909, p. 1-2.

1On ne peut pas comprendre Giordano Bruno si on ne connaît pas l’Humanisme – ne serait-ce que dans ses particularités caractéristiques –, cette nouvelle conception de la vie qui, entre le xive et le xve siècle, se soulève contre la notion théologique, scolastique, déprimante, du renoncement.

  • 3 Mussolini reprend fréquemment, avec de légères variantes, la formule « il Galileo dalle rosse chio (...)

2Avec l’Humanisme, c’est l’énorme contrainte du Moyen Âge qui se brise : les dieux païens que le Galiléen « à la rousse chevelure »3 avait chassés des temples reviennent peupler l’Olympe, et leurs chants font exulter les âmes des Européens qui, par leur tension assidue vers les cieux catholiques, avaient fini par oublier et mépriser la terre. L’époque de la Renaissance se distingue par un retour à la nature, par une célébration des forces, simples, pures, pas encore contaminées ni rendues stériles par la « mortification » chrétienne. Les hommes se remettent à aimer la vie ; ils rêvent, ils veulent que la vie soit une fête et une belle œuvre d’art, et dans la vie ils placent la douceur bénéfique de ces biens naturels que l’Antiquité avait tant adorés, la lumière, l’espace, les ombres, les eaux, les fleurs.

  • 4 Voir le texte 14, « I canti di Faunus d’Antonio Beltramelli ».

3Les hommes ne considèrent plus que le corps est à l’origine du mal, mais estiment qu’il doit se développer harmonieusement, de même que l’âme, désormais déliée des dures chaînes du dogme, doit déployer sa triple puissance d’agir, de comprendre, de sentir. Un souffle de jeunesse se répand sur la vieille Europe. Deux siècles à peine ont passé depuis que le Poverello d’Assise a entonné, sur les pentes douces des collines de sa verte Ombrie, son hymne à frère Soleil et à sœur Eau4, et déjà les épaisses ténèbres se dissipent. Depuis Laurent de Médicis, qui déclame avec passion ses vers épicuriens

  • 5 Voir L. de Médicis, « Chants de Carnaval », traduction d’A. Chastel, Anthologie bilingue de la poé (...)

Combien belle est la jeunesse,
Elle ne cesse de fuir.
Qu’à son gré chacun soit en liesse
Rien n’est moins sûr que demain.5

4jusqu’à Ange Politien et ses ballades qui nous rappellent les idylles de Théocrite, par leur suave ingénuité pastorale ; depuis Giovanni Rucellai jusqu’à Luigi Alamanni ; depuis la douce Marguerite de Navarre, depuis le lyrisme pénétrant et presque léopardien de Villon, jusqu’à la prose du paradoxal Rabelais, combien de signes trouvons-nous de la profonde transformation qui s’est opérée dans les esprits ayant vécu ce nouveau – et non moins glorieux – printemps du paganisme.

5Les esprits s’ouvrirent au doute, comme les cœurs découvrirent les beautés de la nature. La renaissance hellénique commence avec la philosophie et se clôt avec l’art, la renaissance italique part au contraire de l’art et se conclut avec la philosophie.

  • 6 Il s’agit du volume à partir duquel Mussolini s’est préparé à l’examen d’entrée à l’Académie scien (...)

6À la fin du xve siècle, dit Lanson dans son imposante Histoire de la littérature française6, l’Italie offre la curiosité érudite, la beauté artistique, la délicatesse mondaine des sociétés qui accèdent à des formes de vie supérieures.

7Quand, en 1500, sont publiées à Paris les Maximes d’Érasme, tous les nobles esprits qui cherchaient et attendaient alors se sentent comme inondés par la grâce de l’Antiquité. Le catholicisme lui-même desserre ses liens – de nombreux papes font ostentation de paganisme – en essayant de transformer la Renaissance, de l’absorber et de s’en servir, comme leurs prédécesseurs l’avaient fait avec le mouvement franciscain et la philosophie aristotélicienne.

  • 7 G. Prezzolini, Il cattolicismo rosso: studio sul presente movimento di riforma nel cattolicismo, N (...)

8Mais à l’intention de la Réforme, l’Église catholique change de registre, met en œuvre avec le Concile de Trente une politique de fermeture, de séparation, et à la vie intérieure – affirme Prezzolini dans son Catholicisme rouge7 – se substituent les formules rituelles, à l’esprit de tolérance une espèce d’absolutisme moral et idéologique, une morale de léproserie.

9Pouvaient-ils, les savants disséminés dans les cellules solitaires des monastères, ou les professeurs des glorieuses Universités italiques, pouvaient-ils, tous ceux que l’Antiquité avait conquis, se soumettre à ce nouveau régime de violence ? En Allemagne apparaît le schisme, en Italie l’hérésie. Les philosophes démolissent la scolastique et le dogme comme aphorisme. Virtuellement revenus au paganisme – à la religion tolérante qui réservait au Panthéon un autel pour tous les dieux de tous les peuples – les esprits libres du xvie siècle se rebellent contre toute restriction des droits de la pensée, contre toute contrainte ou mortification des corps. Est venu le temps où l’on ne conçoit plus une foi qui renonce au pourquoi, où le credo quia absurdum de Tertullien répugne à l’homme, où les brumes métaphysiques se dissipent, où l’on voit éclore ce naturalisme qui nous donnera plus tard un Rousseau.

10Non plus la macération de la chair, pour le salut de l’âme, mais la joie, l’action, la conquête. Ainsi, quand l’humanisme scientifique et positif de Rabelais devient moral et piétiste dans l’Institutio christianae religionis de Calvin, le culte de la nature, de la beauté, la soif d’amour et d’idéal des poètes humanistes italiques, deviennent révolte philosophique contre l’Église.

  • 8 Mussolini avait déjà fait référence à Pietro Pomponazzi dans l’opuscule L’homme et la divinité (vo (...)
  • 9 Dans cette occurrence – et comme il l’avait fait presque systématiquement dans le texte L’homme et (...)
  • 10 Giovanni Canestrini (1835-1900) fut l’un des premiers traducteurs italiens de Charles Darwin et dé (...)

11Et nous avons une floraison d’homines novi. Après Telesio de Cosence, qui ouvre la période nouvelle en refusant catégoriquement l’autorité d’Aristote, en soutenant que la nature doit être étudiée pour elle-même et en plaçant, avant Locke, le « sens » au fondement de toute recherche, on rencontre Girolamo Cardano (Cardan) de Pavie, aux intuitions heureuses et aux ingénuités enfantines ; Francesco Patrizi, qui tente dans sa Nova Universi Philosophia de fonder un nouveau système de la connaissance ; Pietro Pomponazzi8 de Mantoue, qui soutient qu’entre la raison et la foi le désaccord est absolu et irréductible, qui nie l’existence d’un dieu9 personnel et l’immortalité de l’âme ; Cesare Vanini, de Lecce, brûlé vif à Toulouse pour athéisme en 1616, qui énonce bien des idées évolutionnistes acceptées par les anthropologues modernes, si bien que Canestrini10 en fait l’un des précurseurs de Darwin et de Lamarck ; le dominicain Tommaso Campanella, qui passa bien 27 années de sa vie dans les geôles souterraines de la très sacro-sainte Inquisition ; le dominicain Bruno, de Nola…

12C’est avec ce dernier que semble culminer la tragique bataille entre le dogme et la raison, entre la science et la foi.

13Ainsi, Giordano Bruno – à la différence d’une quantité innombrable d’autres hommes que l’Église sacrifia – est devenu le martyr du peuple, le symbole qui condense nos espérances – l’éternelle menace qui pesa sur les âmes noires qui voulurent le bûcher.

14Trente.

15MUSSOLINI BENITO

Notes

1 Voir OO, vol. 2, p. 283.

2 D’après Il Popolo, 17 février 1909, p. 1-2.

3 Mussolini reprend fréquemment, avec de légères variantes, la formule « il Galileo dalle rosse chiome » que Carducci emploie pour qualifier Jésus dans Aux sources du Clitumne (Odi barbare) : voir, par exemple, texte 12, note 21.

4 Voir le texte 14, « I canti di Faunus d’Antonio Beltramelli ».

5 Voir L. de Médicis, « Chants de Carnaval », traduction d’A. Chastel, Anthologie bilingue de la poésie italienne, p. 361.

6 Il s’agit du volume à partir duquel Mussolini s’est préparé à l’examen d’entrée à l’Académie scientifique et littéraire de Milan. Voir la note 6 de l’introduction biographique.

7 G. Prezzolini, Il cattolicismo rosso: studio sul presente movimento di riforma nel cattolicismo, Naples, Ricciardi, 1908.

8 Mussolini avait déjà fait référence à Pietro Pomponazzi dans l’opuscule L’homme et la divinité (voire texte 8, note 47).

9 Dans cette occurrence – et comme il l’avait fait presque systématiquement dans le texte L’homme et la divinité de 1904 – Mussolini met une minuscule à « dio » (dieu), alors que la version de l’Opera Omnia a harmonisé et rétabli une majuscule dans toutes les occurrences du terme présentes dans le corpus.

10 Giovanni Canestrini (1835-1900) fut l’un des premiers traducteurs italiens de Charles Darwin et défenseur des théories évolutionnistes. Il fonda à Padoue la première chaire italienne d’anthropologie.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search