Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des crises commerciales et de leur retour périodique

 | 
Clément Juglar

Présentation

Ludovic Frobert

Texte intégral

  • 1 J. Schumpeter, History of Economic Analysis, Londres, Allen and Unwin, 1954 (traduction française, (...)
  • 2 P. Bridel, « Juglar, Walras et Pareto : measurement without theory vs theory without measurement », (...)

1Dans l’historiographie économique classique le nom de Clément Juglar (1819-1905) est associé à une rupture décisive pour l’analyse moderne, rupture ayant graduellement conduit les économistes peu après le milieu du xixe siècle à délaisser la notion de crise pour celle de cycle. Pour Joseph Schumpeter qui, le premier, allait magistralement valoriser son œuvre, Juglar innovait triplement : par l’utilisation systématique et ciblée des données agencées en série temporelle, par la découverte puis par la qualification morphologique complète – par « phases » – du phénomène endogène du cycle, par la tentative de lier l’observation du cycle à un canevas théorique original. Schumpeter créditait plus généralement Juglar d’avoir « été le premier à avoir une conception claire de la manière dont la théorie, les statistiques et l’histoire devaient coopérer dans notre domaine »1, il le rangeait dans le panthéon des plus grands analystes économiques et l’économiste américain d’origine autrichienne allait finalement baptiser Juglar l’un des trois cycles caractéristiques, avec le Kitchin et le Kondratieff, rythmant le processus de destruction créatrice qui emportait le capitalisme moderne. Des analystes ultérieurs ont par la suite nuancé le jugement enthousiaste d’un Schumpeter trop empressé de construire un historique du concept de cycle basé sur la reconstitution d’une filiation scientifique dont Juglar aurait été le premier maillon et lui-même le dernier en date. Ces analystes contrastèrent l’enthousiasme de Schumpeter et la faible réception et postérité de l’œuvre de Juglar, soulignèrent que nombre d’éléments théoriques et empiriques présents dans les analyses de Juglar relevaient alors d’un common knowledge et que l’œuvre se signalait, à côté d’éléments indiscutablement originaux et audacieux, par nombre de lacunes conceptuelles. Une évaluation récente, et opportunément nuancée, permet de faire le point sur ce débat : « Le principal titre de gloire de Juglar – qui n’est pas mince – est d’avoir affirmé et tenté de démontrer empiriquement que prospérité, crise et dépression forment les phases nécessaires d’un mécanisme dynamique et endogène de l’activité économique intrinsèquement lié, concomitant, avec le processus de croissance : les crises ne sont plus des accidents historiques mais bien une composante récurrente et “naturelle” des mécanismes régissant le développement économique. Selon lui, ce cycle trouve son origine dans le système de crédit et se construit autour des interactions entre crédit, taux d’intérêt et prix nominaux qui induisent des oscillations asymétriques et de durées variables »2. Cette théorie fut esquissée une première fois par Juglar au milieu des années 1850 donnant lieu à la publication en 1862 de Des crises et de leur retour périodique en France, en Angleterre et aux États-Unis. L’ouvrage connut une seconde édition largement remaniée en 1889, l’auteur n’ayant pas eu le temps, une quinzaine d’années plus tard, de mettre au propre la troisième édition qu’il projetait.

  • 3 Cl. Juglar, De l’influence des maladies du cœur sur les poumons, Paris, Rignoux, 1846.
  • 4 Cl. Juglar, « De la colonisation en Algérie de 1830 à 1850 », Journal des économistes, 1853 ; 1re p (...)
  • 5 Cl. Juglar, « De la population en France de 1772 à nos jours », Journal des économistes, 1851 et 18 (...)
  • 6 Cl. Juglar, « De la population… », art. cit., p. 378-379.
  • 7 Cl. Juglar, « Des crises commerciales en France de l’an VIII à 1855 », Annuaire de l’économie polit (...)
  • 8 Cl. Juglar, Des crises et de leur retour périodique en France, en Angleterre et aux États-Unis, Par (...)
  • 9 Extraits des enquêtes parlementaires anglaises sur les questions de banque, de circulation monétair (...)
  • 10 Cl. Juglar, Du change et de la liberté d’émission, Paris, Guillaumin, 1868.
  • 11 Cl. Juglar, Des crises commerciales et de leur retour périodique en France, en Angleterre et aux Ét (...)
  • 12 Cl. Juglar, « Influence des crises commerciales sur l’état économique », Journal de la société de s (...)
  • 13 « Discussion sur les lois qui règlent les naissances », Journal de la société de statistiques de Pa (...)
  • 14 En 1888, dans la grande revue des leplaysiens, La Réforme sociale, Claudio Janet salue chez Juglar (...)
  • 15 Cl. Juglar, « La question de la solidarité sociale », observation (p. 113-119), dans Extrait du com (...)

2Né à Paris en 1819, Clément Juglar est issu d’une famille de notables aisés dont deux caractères méritent d’être immédiatement soulignés tant ils colorèrent son œuvre théorique et doctrinale : un catholicisme empreint de jansénisme, et une orientation vers la médecine. Formé dans le contexte de maturité de la médecine hospitalière, Juglar soutient à la faculté de Paris une thèse intitulée De l’influence des maladies du cœur sur les poumons3. Ce travail est marqué par les options de l’école anatomo-clinique parisienne, empirisme (méthode numérique), spécialisation et scepticisme thérapeutique, des options qui vont servir de boussole heuristique à ses recherches économiques ultérieures sur les crises. Il exerce toutefois très peu la profession de médecin et, autour de 1848, heurté par la révolution et les journées de juin, puis par trois années de République, il décide d’observer et étudier les phénomènes économiques et sociaux. Il voyage, le voyage étant pensé sur le modèle de la « mission économique » utilisé alors dans les enquêtes ouvrières, et il rejoint en 1852 la Société d’économie politique de Paris qui, en 1848, a amorcé un virage nettement conservateur. Les premiers textes de Juglar paraissent alors dans le Journal des économistes qu’avait lancé l’éditeur Guillaumin une dizaine d’années auparavant. Ses premières études qui concernent les conséquences de la colonisation en Algérie4 et l’évolution de la population française depuis le début du xixe siècle5 ont une grande importance car, déjà, elles intègrent plusieurs ingrédients originaux qui vont composer sa vision du cycle : les phénomènes économiques (industriels et commerciaux) déterminent les autres phénomènes sociaux et politiques ; la crise n’est qu’une phase à l’intérieur d’un processus régulier plus vaste, le cycle ; le mouvement complet du cycle, hausse et baisse, constitue un régulateur naturel du système industriel dans la mesure où il se solde par un progrès général ; cette normalité du cycle signale une véritable Providence et ne doit donc pas être troublée par des interventions intempestives des autorités politiques. Dès 1852, étudiant les mouvements de la population française Juglar détecte ainsi l’existence d’un « mouvement de hausse et de baisse […] bien évident dans les deux cas ; on dirait une soupape de sûreté employée par la Providence pour modérer la marche croissante des peuples »6. C’est en 1856 dans L’Annuaire de l’économie politique et de la statistique que paraît son étude inaugurale sur les « crises commerciales »7 précédant de six ans la publication chez l’éditeur Guillaumin de son ouvrage Des crises commerciales et de leur retour périodique en France, en Angleterre et aux États-Unis, ouvrage couronné par l’Académie des sciences morales et politiques8. Trois éléments sont remarquables dans cette publication : premièrement, le phénomène ponctuel et brutal de la crise est désormais intégré dans un schéma plus vaste, Juglar observant dans l’histoire et dans les statistiques, depuis le début du xixe siècle, la répétition régulière d’une séquence d’une dizaine d’années composée d’une succession de trois phases, prospérité-crise-liquidation ; deuxièmement, il revendique une approche empirique et numérique appuyée sur les statistiques et initiant en économie une méthode consistant à utiliser les séries temporelles (poste de bilans bancaires et prix) pour découvrir et analyser le cycle ; troisièmement, il esquisse une explication théorique conduisant à la mise en lumière du caractère endogène du phénomène. Dans un premier temps, Juglar récuse les versions concurrentes insistant sur le rôle des guerres et des révolutions ou sur le comportement des banques (responsables du relèvement du taux d’escompte), et dans un second temps il souligne l’instabilité dynamique de nouvelles structures productives caractérisées par l’essor de la grande industrie et par la division nationale et internationale du travail, et le rôle déséquilibrant joué par la spéculation et le crédit. En 1860, Juglar est l’un des fondateurs de la Société de statistiques de Paris dont il sera quelques années après le président, et, au cours des années suivantes, son travail l’oriente progressivement vers l’étude empirique puis théorique des phénomènes bancaires et monétaires. Il publie d’abord, en 1865, pour le compte de la Banque de France, et en collaboration avec P. J. Coullet, la traduction en huit volumes des Extraits des enquêtes parlementaires anglaises sur les questions de banque, de circulation monétaire et de crédit9, avant de consacrer un volume plus théorique à ces questions : c’est, en effet, en 1868 que paraît Du change et de la liberté d’émission, un ouvrage où il résume ses thèses sur le sujet10. S’employant à distinguer monnaie et crédit, Juglar développe une conception endogène de la création de crédit, défend la thèse que le crédit induit bien une création de pouvoir d’achat pouvant permettre d’anticiper et de réaliser les richesses, et soutient finalement que les banques ne sont pas seulement des institutions de circulation mais aussi des institutions de production. Au début des années 1870, il rejoint l’École libre des sciences politiques où il assure quelques cours et participe au lancement et à l’animation, au côté de Paul Leroy-Beaulieu, du journal L’Économiste français alors que ses contributions au Journal des économistes ou au Journal de la société de statistiques de Paris continuent de se multiplier. Au milieu des années 1880, il se rapproche du mouvement leplaysien, intègre la Société d’économie sociale et participe aux Unions pour la paix sociale, et, en 1892, Juglar entre finalement à l’Académie des sciences morales et politiques. Ces années sont également marquées par la lente élaboration de la seconde édition de son grand ouvrage sur les crises qui paraît en 188911. Dans l’introduction à cette seconde édition il note, « Que pourrions-nous ajouter à ce que nous écrivions en 1860 ? Bien peu de chose, le temps et les évènements se sont chargés de confirmer tout ce que l’on pouvait prévoir alors d’après ce qui s’était passé dans la première moitié du siècle ; la seconde est bientôt écoulée et il n’y a rien de changé, les mêmes faits se déroulent chaque jour sous nos yeux » (p. XV). Il est exact que le noyau dur de sa vision du processus économique demeure quasiment inchangé ; la crise est un ferment de développement, elle doit être resituée dans le cadre d’un mouvement plus vaste, les économistes sont dans l’erreur avec la recherche des causes ponctuelles et exogènes, l’analyse doit passer par la détection des « prédispositions » qui sont ici l’essor de la grande industrie et la diffusion du crédit. Toutefois l’ouvrage est bien différent de l’édition de 1862. Plus volumineux, il s’est étoffé sur le plan empirique et surtout intègre nombre de modifications sur le plan théorique : le mécanisme du crédit est placé au cœur du processus de hausse des prix qui emporte la phase de prospérité, la morphologie complète du cycle est plus détaillée et désormais les phases « s’enchaînent » et ne font pas simplement que « se succéder », le commerce extérieur est pris en compte dans le processus, enfin, l’articulation du cycle aux autres domaines du social, notamment la population, est plus clairement définie. Mais surtout, l’ambition de Juglar a changé alors même que son schéma théorique paraissait être infirmé ou du moins largement décrédibilisé par l’entrée de l’économie au début des années 1870 dans une phase de dépression longue qui durera jusqu’à l’extrême fin du siècle. Dans ce contexte défavorable, Juglar radicalise son point de vue et alors qu’en 1857 il concédait encore que la prudence consistait à ne pas reconnaître dans le retour périodique des crises une « loi économique », en 1896, il affirmera plus volontiers avoir découvert « la clé de tout le mouvement social »12. André Liesse expliquera que Juglar prétendait avoir dé-couvert « l’ordre qui est dans le monde », un ordre réfléchi par les statistiques ; Juglar pourra donc affirmer en 1889 que « sans faire intervenir aucune théorie, aucune hypothèse, l’observation seule des faits a suffi pour dégager la loi des crises et leur périodicité » (p. XV), et quelques années plus tard, polémiquant contre l’usage des moyennes et des coefficients, il affirmera, « ce sont les chiffres qui parlent… il ne faut pas toucher aux chiffres ; ils parlent seuls plus éloquemment, puisqu’ils se présentent à quelques exceptions près par séries annuelles ascendantes ou descendantes des chiffres maximum aux chiffres minimum »13. C’est donc à une théorie de l’évolution économique, dont il n’est pas difficile de discerner les soubassements doctrinaux14, que pense alors aboutir Juglar. Les dernières années de l’activité de Juglar sont marquées par nombre de questionnements plus politiques dans un contexte d’affirmation de la République. La question laïque, la séparation annoncée de l’Église et de l’État, le conduisent à radicaliser ses positions et à stigmatiser nombre d’avancées sociales amorcées alors par le régime républicain. En 1888, dans une séance de la Société d’économie sociale, il se plaît à souligner sa communauté de vue avec Leroy-Beaulieu, une « égale confiance dans l’exercice de la liberté, de l’initiative privée et une même répugnance pour l’intervention de l’État quand elle n’est pas indispensable » (La Réforme sociale, mai 1888, p. 56). Dans le Journal des économistes il prend des positions tranchées sur la question de la redistribution des revenus, de la fiscalité et de la genèse des premières grandes lois sociales françaises : le projet de transfert des revenus, explique-t-il, par exemple, propre aujourd’hui aux « républiques démocratiques », en ignorant les régularités naturelles en matière de répartition, renvoie aux espoirs désavoués par les faits des précédentes « civilisations de décadence » (Journal des économistes, février 1891, p. 37) Dans ce contexte polémique, autour de 1900, il revient à l’un de ses thèmes de prédilection, l’analyse des mouvements de population pour souligner deux points : le premier, déjà présent à l’origine de son œuvre, le conduit à affirmer que laissé à lui-même, le rythme d’évolution de la population s’adapte harmonieusement aux différentes phases du cycle économique pour marquer naturellement, dans le temps long de l’évolution, une sage progression ; le second point, plus comparatif et dans un contexte international tendu de compétitions entre nations européennes, conduit Juglar à souligner, avec d’autres, mais s’appuyant sur son analyse des cycles, que les orientations politiques récentes prises par le gouvernement républicain accentuent le déclin français. L’un de ses tout derniers textes, en 1903, est une intervention très critique sur l’idée nouvelle de « solidarité sociale », vieille tentation selon lui, remise à l’ordre du jour par le gouvernement républicain, celle de « réparer l’injustice du Créateur »15. Il meurt à Paris en 1905.

  • 16 Cl. Juglar, « Crises commerciales », dans Dictionnaire général de la politique, M. Block dir., Pari (...)
  • 17 Cl. Juglar, « Crises commerciales », dans Nouveau dictionnaire de l’économie politique, L. Say et J (...)
  • 18 Clément Juglar, membre de l’Institut 1819-1905, extrait de Dictionnaires biographiques départementa (...)

3La seconde édition de Des crises et de leur retour périodique en France, en Angleterre et aux États-Unis offre à la lecture et à la discussion les développements les plus amples que Juglar allait consacrer à la question du cycle. Réédité ici, ce fort volume de près de six cents pages méritait toutefois d’être encadré par deux articles plus courts : l’entrée « Crises commerciales » que signa Juglar en 1863 pour le Dictionnaire général de la politique édité par Maurice Block16, et l’entrée du même titre qu’il rédigea trente ans plus tard pour le Nouveau dictionnaire de l’économie politique de Léon Say et Joseph Chailley17. Ces deux articles permettent, d’une part, d’avoir des éléments d’appréciations concernant l’évolution de la perspective de Juglar entre la première édition de son classique, autour de 1860, et la seconde édition en 1889 ; d’autre part, de fournir des présentations claires et synthétiques de ses idées ; ses théories, ses observations empiriques mais aussi cette « conception philosophique des lois providentielles rythmant l’ordre du monde »18 que soulignaient les observateurs de son œuvre.

Bibliographie

Études récentes sur Clément Juglar

Allisson F., Bredan L. et Bridel P., « Bibliographie des écrits de Clément Juglar », Revue européenne des sciences sociales, numéro spécial « Clément Juglar : les origines de la théorie des cycles » (P. Bridel et M. Dal-Pont Legrand éd.), tome XLVII, 2009, p. 107-124.

Besomi D., « “Periodic crisis” : Clément Juglar between theories of crises and theories of business cycles », Research in the History of Economic Thought and Methodology, 28, 2010, p. 169-283.

Bridel P., « Juglar, Walras et Pareto : measurement without theory vs theory without measurement », Revue européenne des sciences sociales, numéro spécial « Clément Juglar : les origines de la théorie des cycles » (P. Bridel et M. Dal-Pont Legrand éd.), tome XLVII, 2009, p. 87-94.

Dal-Pont Legrand M. et Frobert L., « Le “prophète des crises” : économie politique et religion chez Clément Juglar », Astérion. Philosophie, histoire des idées, pensée politique, 7, 2010.

Dal-Pont Legrand M. et Hagemann H., « Business cycles in Juglar and Schumpeter », The History of Economic Thought, 49 (1), p. 1-18.

Dangel-Hagnauer C. et Reybaud A., « Clément Juglar et la théorie des cycles en France au premier xxe siècle », Revue européenne des sciences sociales, numéro spécial « Clément Juglar : les origines de la théorie des cycles » (P. Bridel et M. Dal-Pont Legrand éd.), tome XLVII, 2009.

Dangel-Hagnauer C., « Clement Juglar on commercial crisis : the dictionary articles », Research in the History of Economic Thought and Methodology, 28, 2010, p. 97-113.

Frobert L. et Hamouda O., « The influence of the study of medicine in Clement Juglar’s first take of economic cycles (1846-1862) », Journal of the History of Economic Thought, 30 (2), p. 173-196.

Frobert L., « Clément Juglar, l’Algérie et les colonies », Revue européenne des sciences sociales, numéro spécial « Clément Juglar : les origines de la théorie des cycles » (P. Bridel et M. Dal-Pont Legrand éd.), tome XLVII, 2009, p. 95-106.

Gilman M. H., « Clément Juglar, analyse des crises », L’Économie politique en France au xıxe siècle, Breton Y. et Lutfalla M. dir., Paris, Economica, 1991, p. 277-302.

Niehans J., « Juglar’s credit cycles », History of Political Economy, 24, 1992, p. 545-569.

Pellissier D., « Clément Juglar : héritage et actualité de sa théorie des cycles », Les traditions économiques françaises 1848-1939, P. Dockès et al. dir., Paris, CNRS Éditions, 2000, p. 273-286.

Notes

1 J. Schumpeter, History of Economic Analysis, Londres, Allen and Unwin, 1954 (traduction française, Histoire de l’analyse économique, 3 vol., Paris, Gallimard, 1983, volume III, p. 483-484).

2 P. Bridel, « Juglar, Walras et Pareto : measurement without theory vs theory without measurement », Revue européenne des sciences sociales, numéro spécial « Clément Juglar : les origines de la théorie des cycles » (P. Bridel et M. Dal-Pont Legrand éd.), tome XLVII, 2009, p. 87.

3 Cl. Juglar, De l’influence des maladies du cœur sur les poumons, Paris, Rignoux, 1846.

4 Cl. Juglar, « De la colonisation en Algérie de 1830 à 1850 », Journal des économistes, 1853 ; 1re partie, 34 (141), p. 40-73 ; 2e partie, 35 (144), p. 80-101 ; 3e partie, 36 (147), p. 89-113 ; 4e partie, 36 (148), p. 215-233.

5 Cl. Juglar, « De la population en France de 1772 à nos jours », Journal des économistes, 1851 et 1852 ; 1re partie, 30 (128), p. 367-380 ; 2e partie, 31 (129), p. 75-80 ; 3e partie, 32 (133-134), p. 54-77.

6 Cl. Juglar, « De la population… », art. cit., p. 378-379.

7 Cl. Juglar, « Des crises commerciales en France de l’an VIII à 1855 », Annuaire de l’économie politique et de la statistique, 13, p. 555-581. Un an plus tard, il publie dans le Journal des économistes (livraisons d’avril et mai 1857) le très important article, « Des crises commerciales et monétaires de 1800 à 1857 ».

8 Cl. Juglar, Des crises et de leur retour périodique en France, en Angleterre et aux États-Unis, Paris, Guillaumin, 1862.

9 Extraits des enquêtes parlementaires anglaises sur les questions de banque, de circulation monétaire et de crédit, traduits et publiés par la Banque de France, sous la direction de Coullet et Juglar, Paris, Furne, 8 vol., 1865.

10 Cl. Juglar, Du change et de la liberté d’émission, Paris, Guillaumin, 1868.

11 Cl. Juglar, Des crises commerciales et de leur retour périodique en France, en Angleterre et aux États-Unis, 2e édition, Paris, Guillaumin, 1889.

12 Cl. Juglar, « Influence des crises commerciales sur l’état économique », Journal de la société de statistiques de Paris, vol. 35, 1896, p. 244.

13 « Discussion sur les lois qui règlent les naissances », Journal de la société de statistiques de Paris, vol. 41, 1902, p. 71.

14 En 1888, dans la grande revue des leplaysiens, La Réforme sociale, Claudio Janet salue chez Juglar le mariage de la morale et de l’économie et remarque que chez l’auteur Des Crises et de leur retour périodique, « les lois économiques naturelles forment comme le rivage fixe dans lequel Dieu a encadré les flots agités de l’activité humaine ».

15 Cl. Juglar, « La question de la solidarité sociale », observation (p. 113-119), dans Extrait du compte-rendu de l’Académie des sciences morales et politiques, Paris, Alphonse Picard et Fils, 1903.

16 Cl. Juglar, « Crises commerciales », dans Dictionnaire général de la politique, M. Block dir., Paris, O. Lorenz, 1863, tome 1, p. 615-627.

17 Cl. Juglar, « Crises commerciales », dans Nouveau dictionnaire de l’économie politique, L. Say et J. Chailley dir., Paris, Guillaumin, 1891, tome 1, p. 641-651.

18 Clément Juglar, membre de l’Institut 1819-1905, extrait de Dictionnaires biographiques départementaux, Basses-Alpes, Paris, Flammarion, p. 15.

Auteur

Ludovic Frobert est directeur de recherche au CNRS (ENS-Lyon/Triangle). Il travaille sur l’histoire de l’économie politique et sur l’histoire du mouvement social en France au 19e siècle.

Dernier ouvrage paru : Les Canuts ou La démocratie turbulente, Paris, Tallandier, 2009.

Acheter