Version classiqueVersion mobile

Mussolini socialiste : littérature et religion

Mussolini socialiste : littérature et religion

Texte 13

Rûmagna

Texte intégral

Au mois de janvier 1909, juste avant son départ pour Trente, Mussolini recense, dans Il Pensiero romagnolo, le journal des républicains de Forlì, le recueil de sonnets en dialecte romagnol écrit par Aldo Spallicci et préfacé par Antonio Beltramelli.

  • 1 La « Piê » est une référence à une célèbre spécialité culinaire de Romagne, la « piadina ».

Aldo Spallicci (1886-1973), médecin de formation, était l’un des principaux défenseurs de la culture et du folklore de la Romagne, l’ouvrage commenté ici par Mussolini n’étant que le premier d’une longue série de ses recueils de poésie en dialecte. Spallicci avait également fondé plusieurs journaux pour préserver et diffuser la culture régionale, parmi lesquels La Piê1, créé en 1919 avec la collaboration d’Antonio Beltramelli. Dans l’entre-deux-guerres, en raison de son opposition ferme au fascisme, il a été emprisonné plusieurs fois avant de s’engager dans les rangs du parti républicain après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Rûmagna2

  • 2 D’après Il Pensiero romagnolo, 3 janvier 1909, p. 2. Nous avons ici conservé le titre du recueil d (...)
  • 3 En français dans le texte. Le volume de Spallicci était illustré, sur la couverture et à l’intérie (...)

1La Muse Dialectale a été négligée jusqu’à peu dans notre Romagne. Pourtant, du Romain Trilussa au Bolonais Testoni, du Napolitain Di Giacomo au Véronais Barbarani, toutes les autres terres d’Italie ou presque peuvent se vanter d’avoir une poésie qui exprime, dans la langue parlée de tous les jours, les passions, les colères, les mélancolies, les haines et les amours des humbles gens. Mais, grâce à Spallicci, notre dialecte aussi s’élève à des formes artistiques et ce recueil de sonnets si finement illustrés par les croquis3 de Rossi n’a rien du premier pas titubant, mais il constitue déjà une heureuse conquête.

2Les difficultés que présente notre dialecte sont bien connues. Comme le remarque justement Antonio Beltramelli dans la lettre qui sert de préface au volume, « notre parler est très âpre, rude, haché : tout de bonds, de syncopes, d’élans ; dense de consonnes, riche d’élisions, pauvre en désinences, tronqué et hirsute. C’est ainsi que le tempérament de notre peuple l’a créé : sans mollesses, sans abandons caressants, comme s’il ne devait lui servir qu’au commandement, à la bataille, à l’heure fébrile, à la menace, au juron ». Eh bien, Spallici a franchi ces obstacles – il a « plié » la matière brute – il a donné un « esprit » à ce qui paraissait réfractaire à toute manifestation poétique – il a su tirer des harmonies de ce qui semblait sourd et difforme, et dans la littérature dialectale contemporaine, le volume de Spallicci peut être signalé comme une victoire et comme une promesse.

3Le premier des cinquante sonnets rappelle l’invocation pascolienne :

Romagna solatia dolce paese
(Romagne soleilleuse, doux pays)

4et nous offre rapidement notre portrait ethnique et spirituel. Ainsi l’on peut considérer les sonnets qui le suivent comme autant de tableaux de la vie de nos gens. L’Auteur y révèle un sens exquis de l’observation. Il n’exagère pas la « couleur locale ». Son inspiration est facile : les motifs poétiques ne trahissent jamais un effort ou une recherche laborieuse de la phrase, de l’image, de la rime ; il y a du naturel, de la spontanéité. Observez avec quelle grâce il surprend les authentiques expressions populaires sur les lèvres de nos petites femmes et avec quel mouvement pictural il nous décrit Al fugaren (Le Feu) de la nuit de la Saint Jean. Il nous semble entendre les cloches sonnant dans le soir tranquille – il nous semble voir les feux de joie venant trouer en mille endroits l’immensité verdoyante de la campagne. Ensuite, Spallicci déplore la triste fin des peupliers qui ornaient le boulevard du Ronco, il brosse, sobrement et sans tirades morales vieillottes, le portrait d’un Vagabond, il nous fait assister dans Da cant a e fug (À côté des feux) à un cercle familial paysan en exprimant toute sa simplicité agreste, nous conduit au marché où nous entendons les caractéristiques « parlari » (palabres) qui accompagnent la stipulation d’un contrat. Mais voilà un « prédestiné » qui donne – de manière comique – libre cours à sa peine débordante, puis un tableau de la vie estivale de nos petites villes de province – vie qui se résume à une grimace, à un de ces bâillements qui, pour reprendre l’expression efficace du poète – semblent devoir « casser la mâchoire ».

5Dans I murus (Les amoureux), la « rudesse barbare » de notre parler se plie aux douceurs du madrigal.

6Ce sont deux amoureux qui s’avancent jusqu’au plus profond de la cannaie, peut-être pour consommer, dans le mystère de l’ombre, le doux sacrifice d’amour. Pendant ce temps, les sauterelles crissent et toutes les étoiles passent dans l’eau du lac. Les grenouilles regardent avec leurs yeux dilatés… puis au bruit trop sonore d’un baiser elles se jettent à l’eau de nouveau. Suit une note de tristesse. La mort s’est abattue sur une maison. Ce sonnet, dans son habit modeste, émeut. Pas les grandes phrases habituelles. La simplicité des expressions correspond à la simplicité des affects. C’est une pauvre femme du peuple qui pleure. Toute « prolixité verbeuse » disparaît.

7Je note une réminiscence païenne dans cette bajoca (sou) qui devra rétribuer le « blanc nocher des trépassés ».

8La corde du burlesque vibre à nouveau dans le portrait de Don Zinzin. C’est le prêtre campagnard lunatique, extravagant, tour à tour vétérinaire, maître, notaire, maquignon – dont la vie fournit matière à bavarder aux paroissiennes dévotes. Ce ministre de Dieu console les souffrants presque comme un ancien stoïcien :

  • 4 La transcription de Mussolini contient une erreur (« ijtar ») par rapport à la version imprimée du (...)

Fasiv curagg, purett, suffrì e dulor
Pinsè ch’un è mort d’ijtar
4 ad ste mël.
(Courage, pauvres gens, supportez les douleurs,
Pensez que quelqu’un est mort pour aider à aller mieux)

9Ensuite apparaît un autre prêtre, se plaignant de l’iniquité des temps. La coutume, aussi vieille que sage, de porter des œufs et des poulets à la cure décline et le bon curé en conclut naturellement qu’il n’y a plus de religion en ce bas monde.

10Toute la tristesse désolée de l’automne traverse notre esprit quand nous lisons :

E chesca al foi.
(La feuille tombe.)

11Le premier quatrain de ce sonnet a la délicatesse des teintes du crépuscule. Écoutez ceci :

Pianin, pianin dundlend corre sconsulëda
Quësi un pinsir luntan ‘d malincunì,
Una foia da e ram la s’è stachëda
E senza armor, pianin la vola vi.

(Tout doucement, se balançant, elle court, la malheureuse,
Comme une lointaine pensée de mélancolie,
Une feuille s’est détachée des branches
Et sans bruit, doucement, elle s’envole.)

12La comparaison du second quatrain ne me convainc pas. – Je me demande pourquoi

la murosa alora alor piantëda
(L’amoureuse qui vient d’être abandonnée)

13doit absolument aller se vendre à la taverne. Spallicci conviendra avec moi qu’entre l’abandon et la chute dans la boue de l’abjection, il y a toujours un laps de temps plus ou moins court.

14Élégiaque, le sonnet Stël candenti (Étoiles filantes) l’est aussi, et c’est le meilleur de la série. – Ici Spallici se rapproche des plus grands. Jugez-en d’après cette première strophe.

Sora a i chemp tot fiurì dla premavera
Quant che e sol d’la da i munt l’è za andè vi,
E chesca a poc a poc la pës dla sera
E e sona una campana l’ìmmar
ì.

(Sur les champs, tout fleuris, du printemps
Quand le soleil au-delà des montagnes s’en est déjà allé
Et que tombe peu à peu la paix du soir,
Et que sonne une cloche pour l’angélus.)

15Et c’est ici que je veux terminer mon glanage. Non que j’aie cueilli toutes les beautés dignes d’être relevées, mais il me semble qu’en continuant je volerais le lecteur. Qu’au lecteur de Romagne aille donc ce petit volume. Volume que chériront – j’en suis sûr – toutes les âmes qui ressentent encore le charme de la Poésie.

16MUSSOLINI BENITO

Notes

1 La « Piê » est une référence à une célèbre spécialité culinaire de Romagne, la « piadina ».

2 D’après Il Pensiero romagnolo, 3 janvier 1909, p. 2. Nous avons ici conservé le titre du recueil de Spallicci en dialecte romagnol.

3 En français dans le texte. Le volume de Spallicci était illustré, sur la couverture et à l’intérieur, de dessins du peintre Pio Rossi (1886-1969), originaire de Forlì.

4 La transcription de Mussolini contient une erreur (« ijtar ») par rapport à la version imprimée du recueil de Spallicci (« jitar ») : il semblerait que cette forme corresponde à l’italien « aiutare » (aider).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search