Version classiqueVersion mobile

Mussolini socialiste : littérature et religion

Mussolini socialiste : littérature et religion

Texte 11

La poésie de Klopstock de 1789 à 1795

Texte intégral

Alors qu’il est de retour dans la région de Forlì après les quelques mois passés en Ligurie et peu de temps avant de repartir pour Trente, Mussolini publie, dans le premier numéro de novembre 1908 du bimensuel Pagine libere (Rivista quindicinale di politica, scienza ed arte), un article consacré au poète allemand Friedrich Gottlieb Klopstock (1724-1803). La revue, une des plus importantes du syndicalisme révolutionnaire italien, publiée à Lugano, avait été fondée en 1907 par Angelo Oliviero Olivetti et Arturo Labriola que Mussolini a eu l’occasion de fréquenter en Suisse.

Les premiers contacts de Mussolini avec la langue allemande ont lieu pendant son séjour en Suisse, où il acquiert quelques rudiments pour ses séjours dans les régions germanophones du pays. En 1908, après avoir obtenu l’habilitation à l’enseignement du français l’année précédente, il envisage de passer celle de l’allemand. Il étudie pour s’y préparer les auteurs classiques de la tradition littéraire à partir de l’ouvrage Deutsche Literaturgeschichte de Robert König mais échoue à l’examen.

La poésie de Klopstock de 1789 à 17951

  • 1 D’après Pagine libere, 1er novembre 1908 (p. 1227-1231 du volume relié).

1Klopstock est le poète chrétien de la littérature allemande. C’est le Tasse de l’Allemagne. Notre poète a célébré la libération du Saint Sépulcre, Klopstock la libération de l’Humanité accomplie par le Messie. Même dans leurs amours, ces deux poètes présentent des points de contact. Klopstock commence par un amour non partagé, il passe à un amour conjugal que la mort vient soudainement briser, il termine par un amour sénile de compensation ou de désespoir. Des amours malheureuses, par conséquent, comme celles de Torquato.

2Dans le laps de temps qui va de 1725 à 1750, les écoles littéraires allemandes vivaient dans l’attente du poème. – Et voilà Klopstock – étudiant en théologie à Iéna – qui part à la recherche haletante d’un sujet digne d’être chanté. Choix ardu. Quel héros inspirerait la muse de Klopstock ? Il y avait pénurie d’« originaux ». Désormais la matière des « cycles » semblait épuisée. Les vieilles légendes chevaleresques avaient fourni des trames et des hommes à un nombre infini de poètes, depuis les inconnus de la Chanson de Roland jusqu’à l’Arioste. – Après Torquato Tasso, inutile et absurde d’aller prendre un sujet dans les Croisades.

  • 2 Mussolini fait vraisemblablement référence à l’ouvrage de Gustave Lanson sur la littérature frança (...)

3On affirme que la lecture du Paradis Perdu de Milton décida Klopstock à choisir un sujet religieux ; à chanter non pas un héros chrétien, mais le héros chrétien par excellence : le Christ. Deux siècles après la prédication luthérienne, le protestantisme trouvait sa consécration littéraire. Et l’énorme succès obtenu par les trois premiers chants du Messie s’explique par cette longue attente du poème national, par cette aspiration vive et diffuse de matrice chrétienne et patriotique, propre aux milieux littéraires allemands et qui trouvait enfin son aboutissement. Aujourd’hui, même les historiens de la littérature allemande admettent volontiers que La Messiade est un poème manqué. L’action y fait défaut, bien que le héros soit divin, alors que les divagations en tout genre y sont abondantes. Pour nous Italiens du xxe siècle, La Messiade est presque illisible. Si Klopstock n’avait rien laissé d’autre que les vingt très longs chants de son poème, il serait rapidement devenu une figure d’arrière-plan. Ce sont ses Odes que la postérité retiendra. À l’instar de Ronsard pour la littérature française. – L’auteur de la Franciade reçut en son temps les plus grands honneurs. Nouvel Homère : c’est ainsi que l’appelèrent ses contemporains et on alla jusqu’à dire que sa naissance avait été, pour la France, la compensation de la défaite de Pavie. Aujourd’hui Lanson qualifie la Franciade d’« erreur totale »2 et Ronsard aurait été oublié depuis longtemps, s’il n’avait pas laissé des Odes et des Hymnes où la solide technique de l’érudit épouse délicieusement la grâce délicate d’un disciple de Pétrarque.

4Klopstock doit aux Odes sa fortune littéraire. Quant à La Messiade, la célèbre épigramme de son contemporain, Lessing, vaut toujours :

  • 3 En allemand, l’épigramme de Lessing dit : « Wer wird nicht einen Klopstock loben?/ Doch wird ihn j (...)

Qui ne louera Klopstock ? Tous.
Mais qui le lira ? Personne.3

  • 4 Mussolini traduit ici les célèbres mots de Goethe, tirés de Kampagne in Frankreich (Valmy, 21 sept (...)

5Il est une période particulièrement intéressante dans la féconde production de Klopstock : la Révolution Française. La prise de la Bastille et les canons de Valmy sont des événements qui dépassent les frontières de l’histoire d’un peuple. Leurs conséquences sont universelles. Goethe écrit après le 21 septembre 1791 : à partir d’ici et de maintenant une nouvelle époque commence dans l’histoire du monde4. Le spectacle des Émigrés que la rafale insurrectionnelle chasse au-delà du Rhin suggère à Goethe le poème Hermann und Dorothea.

6Schiller vivait alors dans des conditions physiques et morales critiques. L’intensité de son travail intellectuel avait fini par lui donner une maladie de poitrine. – Il s’était imposé un séjour à Karlsbad et avait renoncé à la chaire de professeur d’histoire à l’Université de Iéna. C’est à son retour dans cette ville et avec le début de son amitié fraternelle avec Goethe que Schiller se consacre entièrement à la poésie. Mais désormais la période la plus dure de la tempête de France est passée. Nous sommes en 1794.

7Toute la production poétique de Klopstock dans les années qui vont de 1789 à 1796 est inspirée des événements de la Révolution Française et, comme cette dernière, elle passe par trois périodes distinctes. À l’aube de 1789 tous les espoirs se réveillent à nouveau. L’Assemblée Nationale est dans les mains du tiers état. La Bastille tombe. Les châteaux féodaux sont en flammes. La préparation psychologique de la Révolution accomplie par l’Encyclopédie fournit des citoyens sachant agir et démolir. Le souffle de la liberté se répand et secoue la vieille Europe. Les esprits, que l’absolutisme féodal et religieux de l’ancien régime écrasait, recommencent à oser. En 1788, alors que la convocation des États Généraux est imminente, Klopstock s’exclame :

  • 5 Les deux vers allemands (« o, komm’, du neue,/ Labende, selbst nicht geträumte Sonne! ») n’ont pas (...)

Ô soleil nouveau, pas même rêvé
Viens !5

8Et plus loin dans ce même poème qui s’intitule Die États Généraux il émet le souhait que cette Assemblée

soit la plus grande action du siècle.

  • 6 Original : « padre e figli » ; OO : « padri e figli » (« entre les pères et les fils »).

9En 1789 lorsque le grand renversement a déjà commencé, le poète entonne un hymne en l’honneur de Louis XVI et place dans le dernier des Capétiens toute la confiance de Mirabeau. En 1789 ce n’était pas encore une absurde folie que de croire en une monarchie réformatrice, capable, grâce à une politique de réforme sage et avisée, de réaliser l’équilibre entre le droit divin et le droit du tiers état qui de rien voulait devenir quelque chose, mais la Cour de Louis et de Marie Antoinette et les classes privilégiées n’étaient désormais qu’un organisme défait qu’aucune force humaine ne pourrait soustraire à la désagrégation finale. Et pourtant le poète s’exalte d’avoir vu le jour où le roi « appelle les hommes du peuple pour qu’ils soulagent ses souffrances et qu’ils lient une sage union entre père et fils »6. L’imagination lui fait voir les jours de la moisson lorsque

  • 7 Mussolini traduit très librement le texte allemand (« Ach, ich sehe sie schon, höre die wogenden/ (...)

… murmurent les champs ondoyants
Et se couronnent roi et moissonneurs.7

10Une vision idyllique qui devait être tragiquement démentie par les événements. Le roi portera une couronne, mais ce sera une couronne d’épines et ses compagnons, les faucheurs, le traîneront sur l’échafaud de la mort. – Le dialogue entre le prince et sa maîtresse est un poème pénétrant. Le prince demande du vin, des chansons, des roses, des plaisirs, de l’oubli. Mais l’anxiété ne cesse de peser sur lui et l’amante attentionnée et préoccupée lui demande :

Pourquoi ton regard est-il si noir ? Que vois-tu ?
Une apparition, peut-être ? La figure d’un mort ?

11Et le prince, conscient déjà du sombre avenir que les événements préparent, répond :

  • 8 Ces vers sont tirés du poème « Der Fürst und sein Kebsweib ».

Ce n’est pas la figure d’un mort – Ce n’est pas un esprit
De trépassé et toutefois c’est un esprit.
C’est l’horrible esprit de la liberté –
Par lequel, aujourd’hui, les peuples osent voir
Ce qu’ils sont.8

12Dans un poème de 1790 dédié à La Rochefoucauld le poète voudrait célébrer par cent voix la liberté de la Gaule car un fait mémorable est déjà accompli :

  • 9 Ces vers sont tirés du poème « Sie und nicht wir ».

… la guerre est enchaînée.
Cerbère a trois gorges, la Guerre en a cent.
Et pourtant grâce à toi, ô déesse de la liberté
Toutes, elles hurlent, dans le crissement des chaînes9.

13Klopstock pense que la révolution clora l’âge des guerres. C’est un pacifiste et cette disposition naturelle découle de sa foi religieuse. Mais dans ce cas aussi, sa vision poétique sera démentie par le futur. La guerre hurlera par cent bouches, et ensanglantera toutes les contrées d’Europe.

14La même année il écrit un poème dédié An Cramer, den Franken, l’un de ses meilleurs poèmes par la noblesse de ses idées, la grandeur de ses images, la vénusté de sa forme. Le poète laisse libre cours à son enthousiasme. Il est solennel, prophétique.

  • 10 La traduction que propose Mussolini du poème « An Cramer, den Franken » est une adaptation très li (...)

Un géant qui semblait mort
S’est réveillé. Son âme est de-
Venue une ombre. Peuple, tel est le nom
Du Géant, Roi le nom de l’ombre
L’Esprit est l’Assemblée Nationale10.

15Klopstock a la vision des événements qui menacent la Monarchie. Il y a dans cette ode le calme sinistre qui précède la furie de l’orage. Mais devant les premiers excès des Jacobins le poète semble effaré. Une bonne partie de son enthousiasme initial se dissipe et tandis qu’au début il s’exclamait :

  • 11 Ces vers sont tirés de « Die zweite Höhe ».

… ce fut une joie,
Ô ma patrie nouvelle, que tu m’aies appelé
citoyen11

16à présent il compare le Club aux anciennes corporations. À côté des serpenteaux des anciennes corporations s’est levé le serpent nouveau dont la tête est à Paris et qui de son énorme queue entoure la France entière. Klopstock invite les citoyens à repousser le monstre dans sa caverne et à bloquer l’entrée avec de grosses pierres avant que sa morsure venimeuse ne tue la Liberté. Dans le poème dédié à l’Ombre de La Rochefoucauld, Klopstock est enclin au pessimisme. Ses illusions ont disparu. Il sent la vieillesse :

  • 12 Ces vers sont tirés de « An La Rochefoucauld’s Schatten ».

Toute joie, toute ivresse est passée…
Car au ciel est retournée la Liberté.
… la Déesse a disparu.12

17Car au ciel est retournée la Liberté, Alecto, la Furie de l’Averne, secoue le flambeau de la mort et Méduse a transformé le Sénat en pierre. Dans un élan lyrique, le poète s’adresse alors à l’ombre et lui demande :

Si toi, ombre chère, tu m’as entendu, parle. L’avenir.
Maintenant tu le vois…
Elle reviendra encore, la Déesse qui est remontée au ciel.
Ou ne pardonne-t-elle plus à ceux qui l’ont outragée ?

18Mais le célèbre conducteur du Tiers État ne lui répond pas : il est mort en vain pour la patrie. Klopstock applaudit alors l’armée allemande qui se lance contre la France non seulement les armes à la main, mais aussi :

  • 13 Ce vers est tiré du poème « Das Wort der Deutschen ».

Le rameau de la paix dans sa dextre13.

19Pour réordonner l’état, ôter la poussière et le sang des autels, construire un nouvel édifice sur de meilleures bases et au nom de leur ancienne lignée commune il invite les Français à accueillir les Allemands en bons amis.

  • 14 Cette expression tire son origine de l’humiliation subie par l’empereur allemand Henri IV que le P (...)

20La même année on trouve une ode au titre significatif Mein Irrtum où il regrette de plus en plus que la liberté gouverne sans la loi et qu’elle conduise la France à sa ruine extrême. Le poète entreprend petit à petit le chemin qui va à Canossa14. Il avait fondé ses espoirs sur une révolution plus légale, plus allemande, plus chrétienne, alors que maintenant :

  • 15 Ces vers sont tirés du poème « Mein Irrtum ».

… l’ivresse du rêve doré a disparu.
Son éclat matinal ne me caresse plus15.

21Il a l’assassinat en horreur, mais il fait l’apologie de Charlotte Corday. La jeune fille qui supprime Marat est appelée Männin et comparée à l’ombre réparatrice qui revigore le pèlerin dans son chemin infini à travers le désert.

22Plus loin, Klopstock exprime le sentiment élégiaque dont tout son lyrisme est pénétré dans une brève composition au titre Die beiden Gräber. Il se représente errant dans un cimetière, interrogeant les tombeaux, et depuis leurs tombeaux La Rochefoucauld et Charlotte Corday lui interdisent de cueillir des fleurs et de planter un saule. Pleure – disent-ils – quand tu le pourras, pleure, car nous sommes morts en vain pour la patrie.

23On remarquera dans cette élégie aussi, à la forme et au sens complètement klopstockiens, son admiration pour Charlotte Corday.

24À ce moment-là Klopstock entre dans la troisième phase de son attitude spirituelle à l’égard de la Révolution Française. L’ancienne sympathie est morte ; la méfiance, le pessimisme, le recueillement dans la douleur, la méditation amère disparaissent. La haine explose et le poète de Jésus trouve des accents féroces.

25Il est atterré par les jacobins : le tribunal révolutionnaire laisse le monde effaré. La patrie se dirige vers une nouvelle tyrannie : la dictature militaire. Le Géant que l’Esprit de l’Assemblée Nationale avait ressuscité s’est trop enivré au banquet de la Liberté : il a outragé la très belle déesse ; il a brisé les lois de l’harmonie éternelle que la sagesse lui dictait ; la venue d’un autre maître, pire encore que l’ancien peut-être, est imminente. Le poète invoque la Liberté à qui il donne une origine divine conforme à son tempérament de théologien chrétien et, parlant des dernières violences des clubs parisiens, il trouve encore un accent d’humanité. Non – s’exclame-t-il – la misère des hommes ne fera jamais de moi leur ennemi. Je me sépare de vous, ô frères, les larmes aux yeux mais sans haine dans le cœur.

  • 16 Nous avons conservé la version de l’Opera Omnia (« assilla il poeta »), plutôt que celle de l’arti (...)

26En revanche la haine contre les terroristes, et en particulier contre Marat, obsède16 le poète. Pour injurier Marat il emploie les mots de la langue des hottentots et il l’appelle hyène, porc-épic, vautour (Gha-ip). Je rapporte ici dans le texte original une strophe, présentant une trouvaille à vrai dire peu heureuse.

  • 17 Le texte italien donne la citation allemande dans le corps du texte, et une traduction – dont Muss (...)

Pändemonium war des Tempel, eh’, Marat, du eingehest
Aber du kamst und er ward Pantheon, Marat, Gha-ip,
Lebe die Klubbergmunicipalguillotinoligokratierrepublik !
Und Gha-ip schüntz’uns von Hunger und Pest17

  • 18 Original : « li invita » ; OO : « l’invita » (« il l’invite »).
  • 19 Mussolini fait référence aux victimes de Nantes qui, entre 1793 et 1794, furent noyées dans la Loi (...)

27Dans sa haine contre Marat, Klopstock flétrit la Révolution. Il la condamne pour le sang qui a coulé. Quelques rares bonnes actions ne cachent pas des cohortes d’ignobles méfaits. En s’adressant à ses contemporains il les invite18 à ne pas verser de larmes trop amères, car la liberté est enchaînée, mais elle ne s’est pas enfuie. La République que les Français voulaient instaurer dans toutes les contrées du monde est faite de bourreaux et d’esclaves. Les massacres de Carrier à Nantes font hurler d’angoisse Klopstock19.

Oh merveille ! Une lueur nouvelle sur les sciences
ont répandu ces juges dignes de l’asile.

28Ils ont mis un terme à une vieille querelle savante :

  • 20 Ces vers sont tirés du poème Nantes.

Nous savons désormais que les bêtes aussi ont une âme.20

29Avec cette ode le poète est arrivé à Canossa.

30Dans les poèmes qui suivent, jusqu’au dernier Klagode qu’il écrit peu de temps avant sa mort, Klopstock ne traite que rarement de sujets politiques.

***

31Son « involution » est accomplie. Le « Français », comme il fut ironiquement baptisé par ses contemporains, est retourné dans le giron de l’Allemagne féodale, théologienne et pédante. Son attitude devant la Révolution Française nous prouve que les poètes en général ne savent pas comprendre et juger les événements historiques. Klopstock qui exalte la Révolution, Klopstock qui flétrit la Révolution : ce dédoublement de la conscience klopstockienne nous amène à considérer la psychologie des « grands hommes ».

32Les « grands hommes » sont au fond des conservateurs réactionnaires. Leur intelligence, leur forme, le fait d’être à un moment donné les plus éminents représentants d’une nation, sont autant de coefficients qui les conduisent à donner aux manifestations de leur esprit une sorte d’allure prophétique ou dogmatique, catégorique. Ils tracent des lignes dans l’avenir des peuples, ils fixent des limites à ne pas dépasser et lorsque les peuples s’avancent au-delà, pleuvent alors les excommunications, les malédictions et les flétrissures. Comment expliquer autrement l’âpre jugement que Mazzini porta sur la Commune de Paris ?

  • 21 Nous avons conservé la version de l’Opera Omnia (« il sale della terra »), plutôt que celle de l’a (...)

33…Tant que tu écoutes les conseils de tes sages directeurs spirituels, tu es grande, forte et généreuse ô foule anonyme et obscure qui vis en bas, tout en bas de ce qu’on appelle la pyramide sociale, mais quand tu oses briser les barrières que les bergers prévoyants avaient plantées tout autour de toi, alors tu n’es plus « le sel de la terre21 », mais l’intraitable canaille sans « idées morales… ».

34Septembre

35BENITO MUSSOLINI

Notes

1 D’après Pagine libere, 1er novembre 1908 (p. 1227-1231 du volume relié).

2 Mussolini fait vraisemblablement référence à l’ouvrage de Gustave Lanson sur la littérature française qu’il a consulté pour l’examen d’entrée à l’Académie de Milan. Voir la note 6 de l’introduction biographique.

3 En allemand, l’épigramme de Lessing dit : « Wer wird nicht einen Klopstock loben?/ Doch wird ihn jeder lesen? - Nein. » La traduction italienne fournie par Mussolini ajoute une réponse à la première question.

4 Mussolini traduit ici les célèbres mots de Goethe, tirés de Kampagne in Frankreich (Valmy, 21 septembre 1791) : « Von hier und heute geht eine neue Epoche der Weltgeschichte aus, und ihr könnt sagen, ihr seid dabei gewesen ».

5 Les deux vers allemands (« o, komm’, du neue,/ Labende, selbst nicht geträumte Sonne! ») n’ont pas été intégralement traduits par Mussolini (l’image du soleil bienfaisant est notamment omise).

6 Original : « padre e figli » ; OO : « padri e figli » (« entre les pères et les fils »).

7 Mussolini traduit très librement le texte allemand (« Ach, ich sehe sie schon, höre die wogenden/ Felder rauschen! sie kommt – Wonne – die Ernte kommt;/ Schnitter tragen, der König trägt den lieblichen blauen Kranz! ») sans signaler ses omissions. La référence à la couronne bleue a disparu.

8 Ces vers sont tirés du poème « Der Fürst und sein Kebsweib ».

9 Ces vers sont tirés du poème « Sie und nicht wir ».

10 La traduction que propose Mussolini du poème « An Cramer, den Franken » est une adaptation très libre, surtout dans les premiers vers, du texte allemand.

11 Ces vers sont tirés de « Die zweite Höhe ».

12 Ces vers sont tirés de « An La Rochefoucauld’s Schatten ».

13 Ce vers est tiré du poème « Das Wort der Deutschen ».

14 Cette expression tire son origine de l’humiliation subie par l’empereur allemand Henri IV que le Pape Grégoire VII avait fait attendre pendant trois jours de pénitence au château de Canossa.

15 Ces vers sont tirés du poème « Mein Irrtum ».

16 Nous avons conservé la version de l’Opera Omnia (« assilla il poeta »), plutôt que celle de l’article original (« oscilla il poeta » : « le poète oscille, hésite »), dont le sens logique et grammatical est si peu évident qu’il laisse à penser qu’il s’agit en effet d’une coquille.

17 Le texte italien donne la citation allemande dans le corps du texte, et une traduction – dont Mussolini ne cite pas la source – en note. Il s’agit d’une adaptation très libre du texte allemand, qui omet la définition de Marat comme vautour et de la République comme oligarchie de la guillotine : « Pandémonium était le Temple, avant que toi, Marat, tu n’entres, mais tu arrivas et ce fut le Panthéon. Vive la république jacobine et que Marat nous protège de la faim et de la peste ». La version allemande dans l’article original contient quelques erreurs (notamment « einzegst » au lieu de « eingehest »).

18 Original : « li invita » ; OO : « l’invita » (« il l’invite »).

19 Mussolini fait référence aux victimes de Nantes qui, entre 1793 et 1794, furent noyées dans la Loire sur ordre de Jean-Baptiste Carrier.

20 Ces vers sont tirés du poème Nantes.

21 Nous avons conservé la version de l’Opera Omnia (« il sale della terra »), plutôt que celle de l’article original (« il sole della terra » : le soleil de la terre »), considérant qu’il s’agissait vraisemblablement d’une coquille.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search