Version classiqueVersion mobile

Mussolini socialiste : littérature et religion

Mussolini socialiste : littérature et religion

Texte 10

Arrêt funèbre

Texte intégral

Arrêt funèbre1

  • 1 D’après OO, vol. 1, p. 107-108. Mussolini évoque ici le symbolisme de la mort chez Maeterlinck, ma (...)

1Oneglia la mère, Oneglia la noble n’a pas eu besoin d’être sollicitée – au moyen des affiches habituelles – pour accourir et rendre un dernier hommage à la dépouille d’Edmondo De Amicis. Ni les autorités, ni les associations politiques n’ont exhorté les citoyens à accomplir leur pieux devoir. Rien, donc, de préparé, d’organisé, de voulu.

2On savait seulement que les restes mortels du grand disparu passeraient vers huit heures et comme d’un accord tacite et spontané, tout Oneglia a afflué à la gare.

3Il est sept heures et déjà une grande foule noircit le quai et ses abords. Nous entrons, en payant. D’aucuns observent que l’entrée aurait dû être gratuite à cette occasion, mais ceux-là oublient qu’il est licite de spéculer, toujours, même sur la douleur des citoyens.

4Le train a le retard réglementaire. Sur les chemins de fer italiens, les morts ne se pressent pas. Pendant ce temps, les dernières lueurs du crépuscule disparaissent. La nuit claire descend. Les étoiles rient dans le ciel et, tremblante, Vénus brille, irradiant la dernière bande d’horizon, sur le fond noir de la montagne.

5La foule trompe l’attente en bavardant. Un premier train passe, pour Vintimille. Des visages exotiques, étrangement ensommeillés, se penchent aux fenêtres. Des femmes pâles, blondes, esquissent une grimace de curiosité. Quelques minutes d’arrêt. Le train de la mort est encore loin. En marchant, par je ne sais quelle étrange association d’idées, je me remémore le symbole de Maeterlinck : L’Hôte !

  • 2 En français dans le texte.

6Personne, le soir du 10 mars, n’avait remarqué, à la vieille Pension de la reine2, la présence d’un nouvel hôte. Il était entré furtivement, comme un voleur, et, tard dans la soirée, son ombre enveloppa la maison. Quand, dans le silence de la nuit profonde, d’un pas léger il épia à toutes les portes, les effleurant une à une, les dormeurs eurent un long frisson imperceptible. La victime choisie se sentit subitement agrippée par une main, rigide et forte comme un étau d’acier. Elle tenta de se libérer de l’horrible étreinte et cria à l’aide. – « Fasano ! Fasano ! Je meurs ! Je meurs ! ». Les bons et fidèles amis accoururent, mais en vain. Le poète était perdu. L’hôte était caché dans un coin, sur ses lèvres flottait un sourire diabolique de satisfaction, et dans les profondeurs de son regard passaient des flammes jaunes. Les compagnons dévoués sanglotèrent autour du cadavre, jusqu’aux premières lueurs de l’aube et, à l’heure grave de l’irréparable, ils ne virent pas l’hôte perfide s’éclipser par la porte entrebâillée et disparaître vers la mer…

7Mais voilà que les sonnettes électriques de la gare retentissent furieusement. La foule fait un mouvement en avant et envahit les rails. Les drapeaux flottent au vent.

8Le train funèbre arrive. La dépouille est dans l’avant-dernier wagon et nous nous précipitons tous dans cette direction. Notre triste curiosité de voir le cercueil n’est pas assouvie. Le wagon reste fermé. En cet instant nous voudrions douter, nous tromper, nous croire victimes d’un cauchemar que le soleil de demain chassera de nos âmes… Nous voudrions pouvoir nous dire : l’homme qui a su écrire Cœur n’est pas mort ! Il s’agit pourtant bien du dernier arrêt. Le destin mortel s’est accompli et l’inéluctable certitude nous opprime comme une condamnation. Nous jetons nos fleurs, déposons nos couronnes, baissons nos drapeaux et passons en silence, la tête découverte.

9Oneglia la mère est venue te rendre un ultime hommage, ô camarade ! Mais cette offrande de fleurs ne suffit pas ! Nous qui conservons dans nos cœurs la foi en cet idéal qui fut le tien, nous qui croyons en ce que tu as cru, nous avons un autre devoir à accomplir, plus grand encore, pour honorer dignement ta mémoire : continuer le chemin ! Poursuivre la dure marche malgré le sourire sceptique des pauvres d’esprit, les moqueries des adversaires, les obstacles que la vieille société élève pour se défendre.

10Continuer, les yeux rivés sur l’avenir, dans la certitude suprême que l’humanité lentement s’améliore ; continuer, notre vie durant et, une fois que nous aurons disparu, transmettre à nos enfants l’héritage de la lutte, jusqu’au jour où l’oppression des frères par les frères sera devenue un souvenir d’époques barbares dépassées et qu’elle sera considérée comme une page de sang dans la préhistoire du genre humain.

11MUSSOLINI BENITO

Notes

1 D’après OO, vol. 1, p. 107-108. Mussolini évoque ici le symbolisme de la mort chez Maeterlinck, mais il ne peut pas s’agir d’une référence à L’Hôte inconnu, publié en 1917. Il pourrait s’agir en revanche de La Mort de Tintagiles (1894), dont l’action se déroule dans le sinistre château de la reine, faisant écho à la pension de la reine où décède De Amicis, citée juste après.

2 En français dans le texte.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search