Version classiqueVersion mobile

Mussolini socialiste : littérature et religion

Mussolini socialiste : littérature et religion

Texte 7

Le mot des correspondants

Texte intégral

En octobre 1903, après quatre mois en Suisse, Mussolini revient quelques semaines en Italie, au chevet de sa mère malade, avant de repartir en terre helvétique en janvier 1904. Durant ce bref séjour, il ne publie qu’un seul article, aux accents fortement anticléricaux, le 19 décembre 1903, dans le journal de la région de Ravenne La parola dei socialisti (La parole des socialistes), en tant que correspondant de celui-ci pour la province de Forlì.

Le mot des correspondants1

  • 1 D’après La parola dei Socialisti, 19 décembre 1903, p. 2.

1Depuis la province de Forlì.

  • 2 Il s’agit de Pie X, né Giuseppe Sarto.

2DOVIA (M. B.) – Le Pape Sarto2 a raison de s’écrier que l’Antéchrist est né. – La Libre-Pensée se répand partout. Depuis les villes, elle déferle sur les campagnes.

3La famille ouvrière se lève, émancipée une fois pour toutes des superstitions de l’absurde religieux.

4Les travailleurs, jusque dans nos montagnes, renoncent à faire baptiser leurs enfants à l’église.

5C’est le camarade Partisani Luigi, inscrit dans notre Section, et sa compagne Proli Malvina, qui ont donné les premiers cet exemple de stricte cohérence avec nos doctrines. Leur dernier né, Benito, n’a pas été porté sur les fonts de l’imposture sacrée. Il fut baptisé, à la place, samedi dernier, au local de notre Section, en présence d’un bon nombre de camarades, hommes et femmes.

6Ainsi, même si les bigotes crient au scandale, d’autres suivront cet exemple. C’est le seul moyen efficace pour saper l’Église – Soustraire l’humanité future aux griffes du prêtre.

7Les conscrits de la classe 1883 sont partis. Ils sont partis en chantant, comme s’ils allaient à un bal champêtre.

8Voilà qui montre l’inconscience de notre jeunesse.

9Il serait bon que les socialistes organisent chaque année, à cette époque, des meetings publics et privés contre le militarisme. Faire se lever dans le cœur du soldat la haine de la vie de caserne. Lui montrer qu’il court – joyeusement – au suicide complet de son individualité et qu’il devient un instrument d’oppression aux mains de la bourgeoisie. Agiter l’opinion publique en ce sens, et alors, peut-être, les conscrits ne partiraient pas en chantant les vieux refrains qui ont fait leur temps ; mais entreraient dans ces grands pénitenciers militaires, sous la contrainte, en victimes, avec au cœur un sentiment de révolte. Il est temps de saper cet autre dieu terrestre, le militarisme.

10Et que les jeunes socialistes donnent le bon exemple.

Notes

1 D’après La parola dei Socialisti, 19 décembre 1903, p. 2.

2 Il s’agit de Pie X, né Giuseppe Sarto.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search