Version classiqueVersion mobile

Mussolini socialiste : littérature et religion

Mussolini socialiste : littérature et religion

Texte 6

Les horreurs du cloître

Texte intégral

  • 1 Le Bon-Pasteur pour la sauvegarde des jeunes filles, fondé en 1832 par mère Marie-Euphrasie et qui (...)
  • 2 Voir G.-F. Pottier, R. Malveau et L. Forlivesi, Répertoire numérique de la série Y. Établissements (...)

Dans cet article publié le 30 août 1903 dans Il Proletario, Mussolini prend comme point de départ le procès, qui s’est tenu à Paris, des sœurs du Bon-Pasteur1 de Tours, soupçonnées d’actes de torture sur les jeunes pensionnaires de leur couvent. Ce procès se déroule du 18 au 21 juin 1903 et provoque un énorme scandale en France. Georges Clemenceau en rend compte dans l’Aurore du 23 juin 1903 et signe la préface du recueil des comptes rendus publié par la section tourangelle de la Ligue des droits de l’homme et du citoyen2.

Les horreurs du cloître3

  • 3 D’après OO, vol. 1, p. 37-39.

1La réalité dépasse presque toujours le roman. Le système de discipline mis en place par les sœurs qui aujourd’hui répondent de leurs actes devant les tribunaux correctionnels parisiens, ne peut être imaginé par la plume d’un écrivain, aussi fertile soit-elle. À la lecture du compte rendu de ces procès, notre esprit épris de lumière, de soleil, de vie sent le cauchemar lourd des ténèbres et se débat entre des sentiments opposés d’indignation, de colère, de pitié.

2Ce que l’on relève surtout c’est la clémence des juges. Thémis, la déesse aveugle et féroce, ne poursuit pas de ses foudres les criminelles qui portent l’habit. Les autrices des plus horribles systèmes de torture sont condamnées à cinq ou six jours seulement de prison et à quelques lires d’amende. Il en va ainsi, ô Justice bourgeoise ! Comme Janus, tu as deux visages.

  • 4 Mussolini fait ici référence à Dominique de Guzmán, fondateur de l’ordre des dominicains au xiiie (...)

3Réjouissons-nous, cependant, d’une chose. Le cloître, ce lieu qui semblait fait pour la méditation ascétique, est enfin démasqué. Il n’y a pas saint François d’Assise, il y a Guzmán, il y a Torquemada4. Les murailles des couvents cachent une plaie gangreneuse. Elles défendent les Bastilles de la religion. Et en tant que telles il faut les abattre.

4Déjà la pensée laïque a fait son chemin et la presse socialiste coopère efficacement avec elle pour détruire le mal, non dans ses effets, mais dans ses causes.

5L’Arbeiter Zeitung, notre valeureux confrère autrichien, procède ces jours-ci à une véritable campagne d’épuration, en révélant au public les iniquités perpétrées impunément par les moniales du Bon-Pasteur.

6Parmi elles on peut distinguer deux types. Celles qu’un long exercice de la bigoterie rituelle a rendues imbéciles, et celles que l’érotisme divin a faites hystériques, capables de n’importe quelle aberration. En elles, l’adaptabilité, prérogative féminine, a disparu pour laisser place à une rigidité mâle et féroce. Ce sont elles qui – sous les noms les plus séraphiques – perpétuent la torture et l’inquisition. Ce sont elles qui, au moindre manquement, forcent les pensionnaires à subir des châtiments de ce genre bien chrétien. Tracer des croix, par terre, avec la langue ; se tenir à genoux sur des cailloux pointus ; bandeau et oreilles d’âne ; jeûne jusqu’à l’inanition ; camisole de force ; veillée des cadavres des compagnes mortes suite aux infamies subies ; coups de verges de fer sur la paume de la main ; longs exercices du culte ; interminables journées de travail… Et le répertoire disciplinaire ne s’arrête pas là. On comprend qu’avec de telles méthodes on arrive à déformer physiquement et moralement la personnalité des recluses. On comprend mal, en revanche, comment, aujourd’hui seulement, les nations les plus avancées se rendent compte du danger et courent à la défense sociale.

  • 5 Mussolini emploie ces mêmes termes de « purification » de l’âme s’opérant à travers la « macératio (...)
  • 6 Mussolini fait ici référence au texte L’empire Knouto-germanique et la révolution sociale, où Bako (...)

7Du reste, la torture est nichée dans l’esprit même de la religion. Si le principe du bien est l’âme, si le principe du mal est le corps, il faut pour purifier celle-là, macérer celui-ci5. Le dualisme religieux entre l’esprit et la matière porte « la diffamation de l’humanité au profit de la divinité » (Bakounine)6.

8Le religieux qui fuit les hommes est un être anormal – la sociabilité étant un instinct caractéristique de l’espèce humaine. Cette anormalité se réaffirme quand celui-ci, pour se rendre digne de la récompense divine, subit ou fait subir des diminutions partielles à la partie physique de son être.

9Et il en va de même pour tous les déistes.

  • 7 Mussolini reprend ce paragraphe l’année suivante, quasiment à l’identique, dans le texte 8, « L’ho (...)

10Des Chinois qui se coupent des lambeaux de chair pour obtenir la faveur de Confucius, aux Musulmans qui pour Allah donnent stoïquement leur vie, en passant par les fidèles chrétiens qui admettent et pratiquent encore la pénitence, le jeûne, les peines corporelles, la réclusion volontaire avec les « Filles du Bon-Pasteur »7.

11En Europe, le Moyen Âge religieux a quitté les places pour se cacher dans le cloître. On ne voit plus les processions d’autrefois. Si la conception païenne de la vie est sur le point de triompher dans les temps modernes, on le doit au Socialisme qui a combattu le concept chrétien de la « vallée de larmes ».

12Si la raison fait justice des infamies des couvents, ce sera encore le mérite de la presse socialiste et démocratique, pas celui de la Franc-Maçonnerie officielle qui a pleuré la mort du pape.

13Pour que la conscience historique rende impossibles les aberrations de la clôture, il faut améliorer économiquement les conditions des classes sacrifiées et diffuser parmi elles les idées nouvelles. Il est nécessaire d’affranchir les bras, mais il est tout aussi urgent de libérer les cerveaux de l’absurdité religieuse.

14Ne restreignons pas notre œuvre au pur anticléricalisme. La religion est une « affaire privée » tant qu’elle reste dans la sphère de la croyance individuelle, mais aujourd’hui elle s’est enfin révélée pleinement comme institution qui tend au pouvoir politique pour rendre éternelles l’ignorance et l’exploitation économique.

  • 8 Contrairement à ce qu’indique Mussolini, François-Jean Lefebvre de la Barre (1745-1766) ne fut pas (...)

15Contre celle-ci, donc, aux armes ! Plus nous serons combatifs plus nous paraîtra lointain le temps où le jeune de la « Barre » était brûlé vif8 pour ne pas avoir salué une procession de capucins et plus s’éloignera aussi – sans retour – notre temps où l’inquisition est permise aux sœurs.

16L’avenir sera sans cloître. Ni comme lieu d’expiation, ni comme association industrielle.

  • 9 En français dans le texte.

17La « Grande Chartreuse »9, le « Bon-Pasteur », leurs innombrables confrères apparaîtront aux yeux des hommes nouveaux comme des pages noires de la préhistoire humaine.

18MUSSOLINI BENITO

Notes

1 Le Bon-Pasteur pour la sauvegarde des jeunes filles, fondé en 1832 par mère Marie-Euphrasie et qui compte plus d’une centaine de maisons dans le monde à la fin du xixe siècle, était une congrégation spécialisée dans l’éducation des jeunes filles et la prise en charge des « jeunes délinquantes ».

2 Voir G.-F. Pottier, R. Malveau et L. Forlivesi, Répertoire numérique de la série Y. Établissements pénitentiaires (1800-1940), Tours, Archives départementales, 2006 ; et P. Quincy-Lefebvre, Une histoire de l’enfance difficile : familles, institutions et déviances, 1880-fin des années 1930, Paris, Economica, 1997.

3 D’après OO, vol. 1, p. 37-39.

4 Mussolini fait ici référence à Dominique de Guzmán, fondateur de l’ordre des dominicains au xiiie siècle, considéré comme le « marteau des hérétiques », et au Grand inquisiteur espagnol Tomas de Torquemada (1420-1498).

5 Mussolini emploie ces mêmes termes de « purification » de l’âme s’opérant à travers la « macération » du corps dans son débat avec un pasteur évangélique en 1904, intitulé « L’homme et la divinité », également traduit dans ce volume (texte 8).

6 Mussolini fait ici référence au texte L’empire Knouto-germanique et la révolution sociale, où Bakounine parle de « l’appauvrissement, l’asservissement et l’anéantissement de l’humanité au profit de la divinité » (Œuvres, J. Guillaume éd., Paris, Stock, t. III, 1908, p. 42).

7 Mussolini reprend ce paragraphe l’année suivante, quasiment à l’identique, dans le texte 8, « L’homme et la divinité ».

8 Contrairement à ce qu’indique Mussolini, François-Jean Lefebvre de la Barre (1745-1766) ne fut pas brûlé vif, mais d’abord torturé et décapité, puis brûlé.

9 En français dans le texte.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search