Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cohésion et cohérence

 | 
Anna Jaubert

Les syntagmes détachés au moyen de quant à et au regard de, du Pantagruel au Quart Livre

Cendrine Pagani-Naudet

Texte intégral

  • 1  O. Ducrot et J.-M. Schaeffer, Nouveau dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, 1995, p (...)

1La lecture repose spontanément sur l’idée que tout texte vise à produire du sens, et que tout est mis en œuvre pour en faciliter la lisibilité et l’intelligibilité. Théoriquement, la cohérence, l’enchaînement des idées, et la cohésion, qui assure à l’échelle locale l’organisation des éléments du discours, vont de pair. En tant que « marqueurs linguistiques de la textualisation »1, quant à et au regard de œuvrent à un double niveau, transphrastique et intraphrastique. La locution elle-même établit un lien logique avec le contexte gauche et souligne le schéma informationnel de la phrase en isolant un point à partir duquel se construit l’énoncé. Par ailleurs, l’anaphore régit les relations avec le contexte droit : le syntagme détaché est en effet repris par un pronom dans la phrase accompagnante. En français contemporain, les détachements appuyés par une locution prépositionnelle contribuent donc à la structuration sémantique et syntaxique de l’énoncé. Ce cumul satisfait aujourd’hui les exigences textuelles aussi bien que les normes linguistiques : en français standard, un détachement, fût-il renforcé par quant à, implique une reprise pronominale. Pour autant, correction grammaticale et cohésion textuelle ne s’impliquent pas mutuellement. Ces deux principes, à première vue complémentaires, ne sont pas superposables et peuvent même entrer en conflit. Cette tension est tangible à travers l’usage des locutions de type quant à dans la langue préclassique.

  • 2  J.-C. Chevalier, C. Blanche-Benveniste, M. Arrivé et J. Peytard, Grammaire du français contemporai (...)
  • 3  M. Riegel, J.-C. Pellat et R. Rioul, Grammaire méthodique du français, 1994, p. 430.
  • 4  J. Delofeu, « Les énoncés à constituant lexical détaché », 1979, p. 75-107 ; E. Larsson, La disloc (...)

2Ces dernières sont abordées dans les grammaires du français contemporain en marge des analyses portant sur la segmentation2 ou la dislocation3. Une telle assimilation, que certains auteurs4 jugent abusive, ne reflète pas les propriétés de ces locutions en moyen français et dans la langue du xvie siècle. À l’époque, quant à et au regard de n’interviennent pas seulement pour renforcer un détachement et leur présence rend facultative la reprise pronominale. De fait, la cohérence discursive s’accommodait d’une éventuelle dispersion de la phrase et la locution comme dispositif de cohésion opère indépendamment des règles relatives à la grammaticalité de l’énoncé. La prose rabelaisienne suggère pour sa part une hiérarchie quelque peu inattendue entre cohérence, cohésion et grammaire, dans une œuvre où les choix syntaxiques semblent davantage résulter d’un parti pris esthétique que de préoccupations pragmatiques.

  • 5  Pantagruel, chap. XI et XII, p. 193-215.
  • 6  Gargantua, chap. II, p. 99-105.

3L’auteur du Pantagruel et du Gargantua n’a rien du locuteur ordinaire, soucieux avant tout d’efficacité et de clarté. Dans la controverse de Baisecul et Humevesne5 et dans les Fanfreluches antidotées6, les phrases se succèdent sans autre lien entre elles que des marques matérielles et les mécanismes de cohésion œuvrent librement. Cet usage dévoyé des outils destinés à assurer la cohérence textuelle s’épanouit dans le cadre d’une politique syntaxique rigoureuse particulièrement sensible dans l’emploi des locutions quant à et au regard de. Sur ce point, Rabelais ne reproduit pas exactement les pratiques de ses contemporains. Cette singularité se double d’une énigme : les locutions prépositionnelles, couramment employées dans le Pantagruel, subissent un net déclin dès le roman suivant. S’interroger sur leur quasi-disparition sera donc une manière d’envisager à rebours leur rôle dans le texte et leur place dans la phrase.

Quant à et au regard de : diffusion et répartition

4Du Pantagruel au Quart Livre, la diffusion et la répartition des locutions prépositionnelles ne suivent pas les tendances observées dans la langue médiévale et renaissante. L’usage rabelaisien de quant à et au regard de se distingue par des choix sémantiques presque anachroniques et par une désaffection paradoxale.

Du Moyen Âge à la Renaissance

  • 7  B. Combettes, « Organisateurs textuels et marqueurs argumentatifs en moyen français », 1986, p. 21 (...)

5Du Moyen Âge au xvie siècle se développe « une série de locutions prépositionnelles permettant l’introduction d’un élément en position de thème »7. Ces locutions existent en ancien français mais se diffusent aux xive et xve siècles. La langue multiplie alors les constructions détachant un syntagme en début de phrase, appuyé par une locution ou par une simple préposition :

  • 8  Antoine de La Sale, Jehan de Saintré, p. 494.

De vostre tresbon faucon, pour l’amour de vous, je le retiens.8

  • 9  Commynes, Mémoires, I, 6, p. 129.

Pour les Bourguignons, les conduisoit le conte de Sainct Pol.9

6Quant, issu du neutre quantum (combien, autant que) pris adverbialement, permet la constitution des locutions quant est a, quant est de, quant a qui signifient « pour ce qui est de, en ce qui concerne » :

Quant est de moy, mais qu’a nulz ne desplaise,

Petit enffant, j’ay oÿ recorder :

  • 10  F. Villon, Poésies complètes, Le Testament, Ballade, « Les contredits de Franc Gontier », vers 150 (...)

« Il n’est tresor que de vivre a son aise. »10

7Les locutions formées à partir de quant sont concurrencées par d’autres expressions, notamment au regard de. Celle-ci est couramment employée dans les Mémoires de Commynes, ou sous la plume d’Antoine de La Sale, en précession d’un syntagme nominal détaché en début de phrase :

  • 11  Memoires, I, 1, p. 98.

Au regard du bastard de Rubempré, il est vray qu’il estoit prins pour les signes et contenances que avoient le disct bastard et ses gens a l’environ de la Haye en Holende.11

  • 12  Jehan de Saintré, p. 148.

Et au regard des chevaulz mon maistre le escuier m’y aidera.12

En position médiane, la locution conserve son sens initial, « en considération, en comparaison de » :

… et ne doubtez la grandeur ne la force de ce jeant au regard de vous… (p. 274)

8Quant à connaît la même liberté de placement et pouvait, en moyen français, se trouver en fin de phrase :

… elle est bien mallade quant au cuer de la royne (p. 466)

9Dans ce cas, la ponctuation ne signale pas de détachement : le syntagme introduit par quant à est intégré à la phrase et ne sert pas de cadre à la prédication.

10Bien que ces différentes locutions figurent dans des contextes similaires, le domaine de au regard de est moins étendu. Il est ainsi possible à quant à d’introduire au regard de :

Et quant au regard de la despense, je ne vueil que vous en soussiez. (p. 178)

Quant au regard de ses caquetz

  • 13  Guillaume Coquillart, « Le Plaidoyer », vers 512-513, Œuvres, p. 35.

Nous en sommes pieça saoulés.13

11De telles combinaisons rappellent l’origine nominale de l’expression au regard de et signalent une lexicalisation moins avancée. En outre, au regard de se construit rarement avec le pronom personnel qui figure régulièrement à la suite de quant est de ou de quant à. Dans L’Heptaméron, sur trente occurrences de quant à, dix-neuf concernent un emploi en précession du pronom personnel moy. De même, quant est de apparaît à huit reprises dans le recueil, exclusivement devant le pronom moy. Enfin, quant à permet de promouvoir en position de thème des propositions :

  • 14  Guillaume de Machaut, Le Livre du voir dit, p. 124.

Et, ma souveraine dame, quant ad ce qu’il vous plaist que je chasse hors de mon cuer la mortel paour et le grief penser qui y est, toutes vos paroles me sont commandement.14

12La locution au regard de connaît une expansion limitée, en synchronie comme en diachronie : elle décline dès le xvie siècle dans les contextes désormais dévolus à quant à. Marguerite de Navarre ne l’emploie pas, Montaigne n’a que très ponctuellement recours à l’expression pour le regard de :

  • 15  Les Essais, I, 40, p. 245.

Les Sages disent, que pour le regard du sçavoir, il n’est que la philosophie, et pour le regard des effects, que la vertu, qui generalement soit propre à tous degrez, et à tous ordres.15

13Du Moyen Âge à la Renaissance, les locutions prépositionnelles se multiplient et se diffusent. La langue du xvie siècle évince progressivement les expressions les moins productives : quant à tend à s’imposer, au regard de persiste mais se marginalise. Ces tendances générales ne se vérifient pas dans l’œuvre de Rabelais.

Du Pantagruel au Quart Livre

14Dans le premier roman, la majorité des syntagmes détachés à gauche sont précédés d’une locution prépositionnelle, mais à la différence de ses contemporains qui privilégient quant à, Rabelais marque une préférence pour l’expression au regard de. Celle-ci introduit des noms, des infinitifs ou des pronoms :

  • 16  Pantagruel, chap. X, p. 187-189.

Et au regard des lettres de humanité, et connaissance des antiquités et histoire, ils en étaient chargés comme un crapaud de plumes, et en usent comme un crucifix d’un pifre…16

  • 17  Pantagruel, chap. V, p. 131.

Et au regard de se rompre fort la tête à étudier, il ne le faisait mie, de peur que la vue ne lui diminuât.17

  • 18  Pantagruel, chap. XIV, p. 241.

Au regard de cette-ci devant, laquelle je vois continuellement, en mon avis elle est pucelle ; toutefois je n’en voudrais mettre mon doigt au feu.18

15Quant à et quant est de s’imposent toutefois en précession d’un pronom personnel :

  • 19  Pantagruel, chap. XIX, p. 307.

Quant est de moi je ne vous hais point.19

16Dès le Gargantua, Rabelais se détourne de ces locutions, limitant leur emploi à quatre occurrences :

  • 20  Gargantua, chap. XXI, p. 245.

Au regard de fanfarer & faire les petits popismes sus un cheval, nul ne le fit mieux que lui.20

  • 21  Gargantua, chap. XLIIII, p. 405.

Quand est de votre ranczon, je vous la donne entièrement, & veux que vous soient rendues armes & cheval.21

  • 22  Gargantua, chap. XVIII, p. 213.

Ha ! ha ! Il n’a pas paire de chausses qui veut. Je le sais bien quant est de moi !22

  • 23  Gargantua, chap. XLV, p. 411-413.

Et au regard du principal, que jamais ne sortiraient de cette entreprise que à leur grand dommage et malheur.23

17Le Tiers Livre confirme cette évolution. Désormais, Rabelais emploie indifféremment quant est dequant à ou au regard de :

  • 24  Le Tiers Livre, chap. XXIII, p. 225.

Je le sçay bien quant est de moy : les paillars ne cessent me mugueter, et me faire la court…24

  • 25  Le Tiers Livre, chap. VII, p. 87.

Au reguard du hault de chausses, ma grande tante Laurence jadis me disoit qu’il estoit faict pour la braguette.25

  • 26  Le Tiers Livre, chap. XXVII, p. 263.

Quant au second poinct, tu me semblez aulcunement doubter, voyre deffier, de ma paternité…26

18L’expression au regard de cède définitivement la place dans Le Quart Livre à quant à / quant est de. Encore ne rencontre-t-on la tournure que cinq fois dans ce dernier livre. Le déclin n’est pas seulement quantitatif : les emplois manquent de variété. Quant à se maintient principalement dans le cadre de la locution figée quant à / quant est de moi. À côté de cet emploi quasi lexicalisé, on relève :

  • 27  Le Quart Livre, chap. XLII, p. 393.

Quant est des bras et des mains, prouvoit que plus raisonnablement estoient tournez vers les espaules…27

  • 28  Le Quart Livre, chap. XXXVIII, p. 359.

Quant aux Semidieux, […] plusieurs ont […] compté leurs vies estre de 9 720 ans.28

19Du Pantagruel au Tiers Livre, une redistribution s’opère au détriment de la locution au regard de. Quant à s’impose mais n’échappe pas au déclin qui frappe l’ensemble des locutions prépositionnelles. Cette évolution résulte-t-elle de choix linguistiques ? L’expression au regard de, courante en moyen français, est peu usitée par les auteurs du xvie siècle. Rabelais aurait donc progressivement éliminé de sa prose ce trait déjà vieilli, se conformant à l’usage de ses contemporains. Une telle hypothèse va pourtant à l’encontre de l’évolution linguistique de Rabelais. Pantagruel propose une écriture plus spontanée et plus moderne que celle des romans suivants où l’auteur infléchit artificiellement sa langue et cherche précisément à l’archaïser. En outre, au regard de n’a fait l’objet d’aucune correction visant à l’effacer ou à lui substituer quant à. D’une manière générale, les locutions prépositionnelles, contrairement aux pronoms personnels sujets et aux particules de la négation, sont épargnées par les remaniements successifs du texte et échappent à la censure antique. Dans l’esprit de l’auteur, l’emploi de quant à ne devait donc pas entrer en contradiction avec la politique syntaxique qu’il adopte à partir de la rédaction du Gargantua.

  • 29  B. Combettes, « Organisateurs textuels et marqueurs argumentatifs en moyen français : quant à », 1 (...)

20Les données textuelles n’expliquent pas davantage la quasi-disparition des locutions de type quant à. Certes, il est des contextes plus propices que d’autres à leur apparition. Bernard Combettes remarque ainsi qu’elles figurent rarement dans le texte narratif, mais abondent dans les textes argumentatifs et explicatifs29. Dans le Pantagruel, les locutions de type quant à se concentrent au sein des paroles rapportées :

  • 30  Pantagruel, chap. XIV, p. 241.

Au regard de cette-ci devant, laquelle je vois continuellement, en mon avis elle est pucelle ; toutefois je n’en voudrais pas mettre mon doigt au feu. Quant est de celle que je porte derrière, je n’en sais sans faute rien.30

  • 31  Pantagruel, chap. XIX, p. 307.

À quoi elle répondit : Quant est de moi, je ne vous hais point…31

  • 32  Pantagruel, chap. XVII, p. 281.

Et au regard de disputer par contention, je ne le veux faire…32

ou des adresses au lecteur :

  • 33  Pantagruel, chap. XVIII, p. 297.

Et au regard de l’exposition des propositions mises par Thaumaste, et significations des signes desquels ils usèrent en disputant, je vous les exposerais selon la relation de entre eux-mêmes.33

  • 34  Pantagruel, chap. XXIX, p. 423.

Quant est de leur étude, elle est toute consummée à la lecture des livres Pantagruélicques.34

21En contexte narratif, la locution confère à l’énoncé une dimension particulière : le récit semble dériver vers le commentaire. Le narrateur livre implicitement une opinion sur les personnages et sur l’action. Il regarde avec ironie les juristes tombés en pâmoison après l’arbitrage magistral de Pantagruel, et reste complaisant devant les jeux cruels de Panurge :

  • 35  Pantagruel, chap. XII, p. 215.

Et au regard des Conseillers et autres Docteurs qui là assistaient, ilz demeurèrent en extase bien trois heures…35

  • 36  Pantagruel, chap. XV, p. 247.

Et au regard des pauvres maîtres es arts et théologiens, il les persécutait sur tous autres.36

22Dans le Pantagruel, les locutions prépositionnelles affectionnent les contextes discursifs ; elles signalent de la part du locuteur une prise en compte du destinataire et une prise en charge de l’énoncé. C’est pourquoi leur disparition dans les romans suivants a tout lieu de surprendre car Le Tiers Livre privilégie largement le dialogue et l’argumentation, terrain supposé être plus favorable à l’apparition des marqueurs de type quant à. Une approche en termes d’évolution linguistique ou contextuelle ne fournit pas d’explication satisfaisante à ce déclin paradoxal. L’abandon progressif de au regard de et de quant à dans les œuvres de Rabelais résulte en fait de la fonction assignée à la locution et de sa compatibilité avec l’esthétique qui s’élabore à partir du Tiers Livre.

Le syntagme introduit par quant à et au regard de : élément grammatical ou outil de cohésion ?

23Jusqu’au xvie siècle, le syntagme détaché précédé de quant à, à la différence du syntagme disloqué, n’est pas obligatoirement repris par un pronom personnel dans la phrase subséquente. Occupant une position périphérique, le syntagme introduit par quant à apparaît comme un dispositif linguistique destiné à assurer l’enchaînement des idées sans égard au jugement de grammaticalité. Rabelais propose un usage plus conforme aux attentes du lecteur contemporain en matière de rigueur syntaxique, et qui semble malgré tout répondre aux exigences de la cohérence textuelle.

L’usage médiéval : dispersion syntaxique et cohésion textuelle

  • 37  C. Bally, Linguistique générale et linguistique française, 1965, § 325.
  • 38  J. Delofeu, « Les énoncés à constituant lexical détaché », 1979, p. 98.

24En français contemporain, le détachement et le déplacement d’un constituant essentiel nécessitent la reprise pronominale de ce dernier auprès du verbe recteur, de manière à préserver l’armature de la phrase. Charles Bally désigne par « dislocation » cette « syntaxe spéciale »37 qui permet d’« excuser » les transpositions comme : « cette mère, mais elle le déteste, son enfant ». L’emploi d’une locution prépositionnelle modifie le statut de l’élément détaché qui ne fonctionne plus exactement comme un syntagme disloqué. Cette spécificité tend à s’estomper en français standard car la reprise pronominale semble s’imposer par analogie avec la dislocation simple. Pour autant, la locution ne fait pas que renforcer la segmentation, elle redéfinit le lien qui s’établit entre la phrase accompagnante et l’élément détaché et rend l’anaphore facultative. Les énoncés introduits par quant à ne relèveraient donc pas du même type d’organisation grammaticale que les constructions disloquées. Aussi faudrait-il, selon José Delofeu, distinguer plus strictement : « à mon père, je lui parle »et « quant à ce garçon, il faut le voir de plus près ». Dans cette dernière phrase, la reprise pronominale n’est pas obligatoire. D’autre part, le syntagme introduit par quant à ne s’intègre pas à la rection verbale : sa position à l’égard du verbe est plutôt celle d’associé. Le verbe ne construit pas le syntagme détaché ; si une relation anaphorique existe entre la réalisation pronominale de la rection verbale et l’élément lexical associé, elle se fonde « sur la cohérence discursive et plus sur la grammaire »38.

  • 39  G. Eckert, « Moyen français et français avancé », 1985.

25Ces analyses concernent davantage le français non standard que la langue écrite. Néanmoins, elles s’appliquent tout à fait à l’usage médiéval de la locution, ce qui corrobore l’hypothèse selon laquelle les tendances du français avancé reflètent les caractéristiques du moyen français39. Dans la langue des xive et xve siècles, le lien entre les deux membres de la phrase est rarement de nature grammaticale. Il est plutôt assuré par une relation sémantique. Le syntagme détaché peut être tout simplement répété :

  • 40  Jehan de Saintré, p. 76.

Et quant au .vije. pechié, qui est de luxure, vrayement mon ami, ce pechié est au cœur du vray amant bien estaint…40

ou rappelé par un terme de la même famille :

Et quant au .iije. pechiet, qui est envie, ce vray amoureux, tel que je dy, jamais sur homme ne sera envieux… (p. 66)

26Les cas de reprise pronominale s’observent essentiellement lorsque le détachement concerne un pronom personnel :

Quant a moy, je croy qu’il soit ainssy. (p. 478)

27Au xvie siècle, l’anaphore est certes plus courante mais elle reste facultative. Ainsi, dans le livre I des Essais, le syntagme détaché est généralement repris par un pronom dans la phrase subséquente. Cependant, Montaigne s’écarte parfois de cet usage :

  • 41  Les Essais, I, 44, p. 263-264.

Mais quant au jeune Marius, qui fit encore pis (car le jour de sa derniere journée contre Sylla, apres avoir ordonné son armée, et donné le mot et signe de la bataille, il se coucha dessoubs un arbre à l’ombre, pour se reposer, et s’endormit si serré, qu’à peine se peut-il esveiller de la route et fuitte de ses gens, n’ayant rien veu du combat) ils disent que ce fut pour estre si extremement aggravé de travail, et de faute de dormir, que nature n’en pouvoit plus.41

28Le syntagme introduit par quant à reste en position périphérique. Le pronom démonstratif ce renvoie à la situation générale, au fait que le jeune Marius se soit endormi. De même, le syntagme introduit par la locution pour le regard de n’est pas repris par un pronom dans la suite de la phrase. Il n’occupe pas de fonction auprès du verbe mais sert de cadre à la prédication :

  • 42  Ibid., I, 40, p. 245.

Les sages disent, que pour le regard du sçavoir, il n’est que la philosophie, et pour le regard des effets, que la vertu, qui generalement soit propre à tous degrez, et à tous ordres.42

  • 43  B. Combettes, Les constructions détachées en français, 1998, p. 104.
  • 44  B. Combettes, « Grammaire de phrase textuelle : le traitement des constructions détachées », 1993, (...)

29En rendant l’anaphore facultative, la locution renforce la valeur discursive de l’élément détaché. Ce dernier demeure en position charnière et peut être interprété « tout autant comme le prolongement de l’énoncé précédent que comme l’ouverture d’un nouvel énoncé »43. Les expressions quant à et au regard de ne sont donc pas seulement des particules de renforcement : elles érigent en position de thème un élément de la phrase autre que le sujet, qui servira de cadre à la prédication. En somme, il s’agissait initialement d’outils œuvrant pour la compréhension du texte et l’enchaînement des idées. Cette fonction ne nécessitait pas la reprise pronominale qui, certes, assure localement l’intégrité syntaxique de la phrase mais fragilise le lien avec le contexte gauche. En effet, « le resserrement du lien grammatical, l’incorporation du constituant périphérique dans la structure phrastique va de pair avec une perte de la fonction d’enchaînement discursif »44. Ainsi la cohésion n’implique pas de manière cruciale la grammaticalité. L’usage rabelaisien témoigne bien de cette tension et de la double position du syntagme détaché, élément grammatical ou instrument de cohésion textuelle.

Le compromis rabelaisien

30Au xvie siècle, le lien de solidarité qui s’établit entre la phrase accompagnante et le syntagme détaché pouvait être de nature variable, reposant tantôt sur la grammaire, tantôt sur la cohérence discursive. Il arrive, de manière tout à fait occasionnelle, que Rabelais retrouve cette souplesse dans la pratique du détachement et accorde au groupe nominal introduit par au regard de une complète autonomie syntaxique :

  • 45  Pantagruel, chap. XIV, p. 233.

Au regard des frais énormes que dites être nécessaires si on la voulait murer, si Messieurs de la ville me voulent donner quelque bon pot de vin, je leur enseignerai une manière bien nouvelle, comment ils les pourront bâtir à bon marché.45

31Le groupe détaché n’est pas représenté dans la phrase par un pronom, c’est par substitution lexicale que s’établit un lien, sémantique et non grammatical, autour de la notion de dépense et d’économie.

32Entre le syntagme détaché et sa copie lexicale, s’établit parfois un rapport d’inclusion. Le groupe introduit par quant à présente un domaine, repris de manière plus précise, plus ciblée dans la phrase subséquente.

  • 46  Gargantua, chap. L, p. 445.

Au regard de l’âge légitime, les femmes y étaient reçues depuis dix jusques à quinze ans.46

33Le lien peut devenir plus lâche encore et s’appuyer exclusivement sur le contexte. Il faut ainsi reprendre les exhortations que frère Jean adresse à Panurge, retrouver à quoi fait référence ce « second point » pour élucider son lien avec la « paternité » :

  • 47  Le Tiers Livre, chap. XXVII, p. 263.

Quant au second poinct, tu me semblez aulcunement doubter, voyre deffier, de ma paternité.47

  • 48  Le Tiers Livre, p. 261.

34Le moine, après avoir encouragé Panurge au mariage, lui conseille néanmoins de continuellement « exercer [sa] mentule » sous peine « par non usaige » d’en perdre le contrôle et tous les « privilèges »48. C’est sur ce « second point » que Panurge entend le rassurer. Le groupe introduit par quant à pose le cadre de la prédication, la seconde partie formule une prise de position, une réaction. L’élément antéposé semble totalement indépendant du reste de la proposition, avec laquelle il ne maintient que des relations sémantiques.

35Ces quelques exemples font figure d’exception dans l’œuvre de Rabelais. Celui-ci a en effet privilégié le lien grammatical entre les unités phrastiques en recourant régulièrement à la reprise pronominale. Selon la nature du pronom employé, la solidarité est plus ou moins étroite : c’est le pronom personnel qui établit le lien le plus fort entre le syntagme détaché et la phrase subséquente. Le démonstratif permet en revanche un rapport plus lâche car les deux références ne se recouvrent pas exactement :

  • 49  Pantagruel, chap. II, p. 105.

Car il n’y avait arbre sus terre qu’il eut ni feuille ni fleur, les herbes étaient sans verdeur, les rivières taries, les fontaines à sec, les pauvres poissons délaissés de leurs propres éléments vaguant et criant par la terre horriblement, les oiseaux tombant de l’air par faute de rosée, les loups, les renards, cerfs, sangliers, daims, lièvres, connils, belettes, fouines, blaireaux & autres bêtes l’on trouvait par les champs mortes la gueule baye. Au regard des hommes, c’était la grande pitié vous les eussiez vus tirant la langue comme lévriers qui ont couru six heures.49

36Ce ne renvoie pas directement aux hommes mais fait implicitement allusion à leur situation ; la référence du démonstratif s’étend à l’atmosphère générale, à un ensemble de circonstances. Ce qui est dit à propos des hommes relève davantage de la réaction affective, de l’appréciation, que de l’information. Il s’agit là du seul exemple de reprise au moyen du démonstratif. Avec deux occurrences seulement, les pronoms adverbiaux en et y sont également peu représentés dans cet emploi :

  • 50  Pantagruel, chap. VIII, p. 163.

Et quant à la connaissance des faits de nature, je veux que tu te y adonnes curieusement.50

  • 51  Pantagruel, chap. X, p. 187-189.

Et au regard des lettres de humanité, et connaissance des antiquités et histoire, ils en étaient chargés comme un crapaud de plumes, et en usent comme un crucifix d’un pifre.51

37Rabelais opte généralement pour la reprise au moyen du pronom personnel qui reprend substantifs et infinitifs introduits par la locution :

  • 52  Pantagruel, chap. XV, p. 247.

Et au regard des pauvres maîtres es arts et théologiens, il les persécutait sur tous autres.52

  • 53  Pantagruel, chap. XVII, p. 281.

Et au regard de disputer par contention, je ne le veux faire…53

38Cette rigueur syntaxique suggère une analyse grammaticale du syntagme introduit par quant à. Ce dernier est intégré à la phrase subséquente et la locution fonctionne comme un indice de soulignement, addition facultative à la dislocation.

39Cet usage n’implique pas pour autant le sacrifice de la fonction cohésive. Quant à et au regard de conservent leur rôle d’organisateur textuel, contribuant, parallèlement aux conjonctions et aux adverbes, au déroulement continu du texte et à l’enchaînement ininterrompu des phrases. La locution exhibe le lien existant avec le contexte antécédent ; elle érige en position de thème le syntagme détaché qui sert de cadre à la prédication. Ce thème relève forcément d’un domaine connu, pertinent au regard de ce qui précède ; aussi, lorsque la locution introduit un élément en apparence totalement nouveau, le syntagme n’est-il pas déconnecté du contexte antérieur mais relié à ce dernier par une valeur contrastive :

  • 54  Pantagruel, chap. V, p. 131.

Et au regard de se rompre fort la tête à étudier, il ne le faisait mie, de peur que la vue ne lui diminuât.54

40Le narrateur vient d’évoquer les nombreuses activités ludiques de Pantagruel en son jeune âge. Au regard de suppose un mouvement de l’esprit vers un élément oublié dont le discours s’avise brusquement. En fin d’énumération, la locution présente alors comme choses négligeables ce qui aurait pu sembler primordial au lecteur et en souligne le caractère dérisoire.

41À ce lien sémantique avec le contexte droit, Rabelais joint presque systématiquement un lien syntaxique avec le contexte gauche assuré par l’anaphore. La relation entre l’élément détaché et le verbe recteur, forte de cette solidarité grammaticale, semble pouvoir s’établir au-delà des bornes de la phrase :

Au regard des damnés, il dit qu’il était bien marri, de ce que Panurge l’avait si tôt révoqué en vie.

  • 55  Pantagruel, chap. XXVI, p. 385.

— Car je prenais, dit-il, un singulier passetemps à les voir.55

42Au regard de facilite la transition du discours indirect au discours direct. La rupture est à peine sensible parce que la locution fait attendre dans le discours qui suit un élément de reprise ou un commentaire à propos de l’élément qu’elle introduit.

43Le syntagme introduit par quant à occupe d’ailleurs dans la phrase une place qui semble lui assigner ce rôle d’agent de liaison. En moyen français, la position de quant à et au regard de est variable ; une telle liberté de placement ne se vérifie pas chez Rabelais. En précession d’un groupe nominal ou d’un infinitif, la locution ouvre la phrase. Elle est alors régulièrement précédée dans la première édition du Pantagruel par une conjonction de coordination :

  • 56  Pantagruel, chap. II, p. 105.

Et au regard des hommes, c’était la grande pitié.56

  • 57  Pantagruel, chap. X, p. 187.

Et au regard des lettres de humanité, et connaissance des antiquités et histoire, ils en étaient chargés comme un crapaud de plumes, et en usent comme un crucifix d’un pifre…57

  • 58  Pantagruel, chap. XVII, p. 281.

Et au regard de disputer par contention, je ne le veux faire…58

44Rabelais se conforme ici à une pratique médiévale qui persiste au xvie siècle. Dans le Jehan de Saintré comme dans le premier livre des Essais, au regard de et quant à en position initiale sont couramment associés à une conjonction :

  • 59  Jehan de Saintré, p. 530.

Et au regard de l’autre ystoire de Paris et de Vyenne, j’ay espoir en Dieu que briefment vous le aurez.59

  • 60  Les Essais, I, 47, p. 273.

Et quant à l’experience, nous luy voyons favoriser tantost l’un tantost l’autre party.60

45Rabelais s’affranchit de cet usage à partir de l’édition de 1534 où de nombreuses corrections visent à éliminer les conjonctions figurant en début de phrase :

Et de fait, par tous les carrefours…

  • 61  Pantagruel, chap. X, p. 181.

De fait, par tous les carrefours…61

Et de fait, l’envoyèrent quérir…

  • 62  Pantagruel, chap. X, p. 185.

De fait, l’envoyèrent quérir…62

46La conjonction qui précédait au regard de est également atteinte par la rectification :

Et au regard des hommes, c’était la grande pitié…

  • 63  Pantagruel, chap. II, p. 105, variante de l’édition Claude Nourry 1531-1532.

Au regard des hommes, c’était la grande pitié…63

47Ce type de correction n’est pas systématique. Est-ce le sentiment d’une redondance qui dans certains cas a motivé la suppression ? Ou bien ces remaniements doivent-ils être rattachés au mouvement général qui touche les conjonctions ? Toujours est-il que le tour Et au regard de est caractéristique du premier roman. En ce sens, si la locution se fait plus discrète à partir du Gargantua, son usage manifeste moins de rigidité. Car ce qui caractérise l’usage rabelaisien, c’est la monotonie, c’est le manque de variété des réalisations. La présence systématique de la conjonction renforce encore cette impression. Loin d’avoir exploré le champ des possibles, Rabelais a confiné la construction à des emplois figés.

  • 64  « Lors dit le prieur claustral : Que fera cet ivrogne ici, Qu’on me le mène en prison. Troubler ai (...)
  • 65  Dans les « Fanfreluches antidotées » (Gargantua, chap. II, p. 103), la dislocation (« Tu la tolluz (...)

48Dans le premier roman, les détachements à gauche, simples ou renforcés par une locution, contribuent à assurer la continuité thématique. La particularité de Rabelais est de faire reposer celle-ci essentiellement sur la grammaire. La phrase de Rabelais ne s’égare pas, comme cela peut arriver chez d’autres prosateurs, aussi un syntagme détaché introduit par quant à reste-t-il rarement en suspens. D’autres auteurs négligent la reprise pronominale parce que le lien est assuré par le sémantisme : la réussite formelle importe moins que la cohérence du propos. Dans les premiers romans de Rabelais, au contraire, la forme est primordiale. Non pas que l’auteur par son usage rigoureux eût cherché à dépasser la tension qui régit les rapports entre la grammaticalité de la phrase et la cohérence textuelle, mais parce que le Pantagruel comme le Gargantua s’inscrivent dans un vaste projet de dérision et de parodie. En confondant grammaire et cohésion, Rabelais donne à croire que la correction syntaxique est garante du sens. Tous les détournements deviennent possibles dès lors qu’une trame inviolable autorise les enchaînements discursifs les plus ineptes et les plus incongrus. La dislocation, précisément parce qu’elle suppose une pronominalisation qui protège l’intégrité syntaxique de la phrase, livre par endroits le texte au calembour64 et à l’incohérence65.

Conclusion

  • 66  O. Ducrot et J.-M. Schaeffer, Nouveau dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, 1995, p (...)

49Depuis le xviie siècle s’est imposée l’idée selon laquelle la clarté du propos suppose la pureté de l’expression. Les détachements faisant intervenir quant à rappellent toutefois que « la textualisation n’opère pas selon la même logique que la grammaire »66. Si au niveau de la phrase, la pronominalisation de l’élément détaché est désormais souhaitable, voire même obligatoire en français standard, elle est en fait facultative du point de vue de la cohésion textuelle. La variation observée du Moyen Âge à nos jours dans l’usage de quant à ne résulte pas seulement d’un état de langue, elle témoigne de la manière dont sont perçues les relations entre la cohésion et la grammaire. Ces deux domaines sont bien distincts en moyen français et, dans une certaine mesure, dans la langue du xvie siècle.

  • 67  Edwin Duval, « Panurge, perplexity and the ironic design of Rabelais’s Tiers Livre », 1982, et G. (...)
  • 68  « Que nuist sçavoir tousjours et tousjours apprendre, feust d’un sot, d’un pot, d’une guedoufle, d (...)
  • 69  Le Tiers Livre, chap. XXXVII, « Comment par Pantagruel et Panurge est Triboullet blasonné », p. 35 (...)
  • 70  « Les geants Doriphages avalleurs de frimars, ont au cul passions assez, & assez sacs au croc pour (...)

50À l’époque où Rabelais écrit, la pronominalisation reste en effet facultative. Pourtant, Rabelais emploie les syntagmes détachés introduits par quant à ou au regard de comme de simples variantes de la dislocation à gauche sans en envisager les possibilités expressives et syntaxiques. La construction n’a pas plus d’intérêt qu’un détachement avec reprise pronominale et, comme les dislocations simples, elle tend à disparaître de l’écriture rabelaisienne. Cette désaffection correspond à une évolution esthétique. L’auteur du Pantagruel et du Gargantua exploite les conventions d’un genre littéraire et affecte le style continu de la chronique et de l’épopée. À partir du Tiers Livre, la narration ne suit plus de plan préétabli et la progression linéaire cède face à une stratégie de la rupture et de la répétition. La continuité narrative n’est donc pas un enjeu aussi important que pour les deux premiers romans, qui revendiquaient leur dimension épique et parodique. La construction du Tiers Livre et du Quart Livre procède par simple juxtaposition. Les conversations dans Le Tiers livre, les escales dans Le Quart Livre semblent devoir se succéder indéfiniment, sans atteindre une conclusion prédéterminée. L’architecture générale, savamment élaborée, répond dans Le Tiers Livre à une logique concentrique67. Cette structure non linéaire oriente la lecture vers la recherche non pas d’un sens mais d’un centre. Par ailleurs, la langue acquiert une autonomie et se donne à voir pour elle-même : l’intérêt du mot n’est plus seulement dans ce qu’il signifie, puisque son sens est aléatoire ; sa valeur réside dans sa matière même. Cela se traduit par un travail sur les sonorités68, par des listes69 et des jeux de mots70, excroissances et digressions fantaisistes qui brisent inévitablement la continuité textuelle et le bon déroulement de la lecture.

51On s’explique mieux dès lors la disparition progressive des locutions prépositionnelles. En tant que procédé de cohésion et de linéarisation, elles n’ont plus leur place dans une œuvre qui se construit sur le mode de l’interruption et de la discontinuité. Elles caractérisent le premier roman où Rabelais privilégie les connexions explicites et souligne la cohérence et la continuité du propos par des marqueurs destinés à exhiber la nature logique des enchaînements phrastiques. La cohésion est elle-même subordonnée aux règles de la grammaire, comme si la saisie globale du sens dépendait de l’intégration syntaxique de chaque élément du discours. Cette caractéristique de la prose rabelaisienne garantit le succès de certaines entreprises de haut vol, morceaux de bravoure où l’auteur s’adonne sans risque aux délices du galimatias, protégé du soupçon de l’incohérence par une soumission exemplaire aux règles de la syntaxe.

Bibliographie

Œuvres citées

Œuvres des xive et xve siècles

Philippe de Commynes, Mémoires, livres I et VI (1490), texte établi par J. Blanchard [d’après le manuscrit de Paris, BNF, nouv. acq. fr. 20960], Paris, Le Livre de Poche (Lettres gothiques), 2001.

Guillaume Coquillart, Œuvres, édition établie par M. J. Freeman, Droz, Genève, 1975.

Guillaume de Machaut, Le Livre du voir dit, Paris, Le Livre de Poche (Lettres gothiques), 1999.

Antoine de La Sale, Jehan de Saintré, texte établi par J. Blanchard et M. Quereuil [d’après le manuscrit Barrois (Paris, BNF, nouv. acq. fr. 10057)], Paris, Le Livre de Poche (Lettres gothiques), 1995.

François Villon, Poésies complètes, Paris, Le Livre de Poche (Lettres gothiques), 1991.

Œuvres du xvie siècle

Montaigne, Les Essais, livre I (1580), texte établi par A. Thibaudet et M. Piat, [d’après l’édition de 1580, l’Exemplaire de Bordeaux de 1588 et l’édition posthume de 1595], Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), 1962.

Marguerite de Navarre, L’Heptaméron (1512), édition établie par M. François [d’après le manuscrit de 1512 de la BNF], Paris, Classiques Garnier, 1967.

François Rabelais :

Pantagruel, texte établi et introduction par G. Defaux d’après l’édition publiée en 1534 à Lyon par F. Juste, Paris, Le Livre de Poche (Bibliothèque classique), 1994.

Gargantua, texte établi et introduction par G. Defaux d’après l’édition publiée en 1535 à Lyon par F. Juste, Paris, Le Livre de Poche (Bibliothèque classique), 1994.

Le Tiers Livre, texte établi et introduction par J. Céard d’après l’édition publiée en 1552 à Paris par M. Fezandat, Introduction, Paris, Le Livre de Poche (Bibliothèque classique), 1995.

Le Quart Livre, texte établi et introduction par G. Defaux d’après l’édition publiée en 1552 à Paris par M. Fezandat, Paris, Le Livre de Poche (Bibliothèque classique), 1994.

Ouvrages et articles critiques

Bally C., 1965 [1932], Linguistique générale et linguistique française, Berne, Francke.

Chevalier J.-C., Blanche-Benveniste C., Arrivé M. et Peytard J., 1997, [1964], Grammaire du français contemporain, Paris, Larousse.

Combettes B., 1986, « Organisateurs textuels et marqueurs argumentatifs en moyen français : quant à », Verbum, n° 9, p. 213-250.

— 1993, « Grammaire de phrase textuelle : le traitement des constructions détachées », Zeischrift für Sprache und Literatur, n° 103, p. 223-230.

— 1998, Les constructions détachées en français, Paris, Ophrys.

Delofeu J., 1979, « Les énoncés à constituant lexical détaché », Recherches sur le français parlé, n° 2, p. 75-107.

Demerson G., Rabelais, Paris, Balland, 1986.

Ducrot O. et Schaeffer J.-M., 1995, Nouveau dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, Paris, Seuil.

Duval E., « Panurge, perplexity and the ironic design of Rabelais’s Tiers Livre », Renaissance Quaterly, XXXV-3, automne 1982, p. 381-400.

Eckert G., 1985, « Moyen français et français avancé », Le moyen français. Actes du Ve colloque international sur le moyen français, 6-8 mai 1985, Milan, Vita e Pensiero, vol. II, p. 197-236.

Gougenheim G., 1974, Grammaire de la langue française du xvie siècle, Paris, Picard.

Larsson E., 1979, La dislocation en français. Étude de syntaxe générative, Lund, Études romanes de Lund, n° 28.

Riegel M., Pellat J.-C. et Rioul R., 1994, Grammaire méthodique du français, Paris, PUF.

Notes

1  O. Ducrot et J.-M. Schaeffer, Nouveau dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, 1995, p. 501.

2  J.-C. Chevalier, C. Blanche-Benveniste, M. Arrivé et J. Peytard, Grammaire du français contemporain, 1997, § 149-150 et § 570.

3  M. Riegel, J.-C. Pellat et R. Rioul, Grammaire méthodique du français, 1994, p. 430.

4  J. Delofeu, « Les énoncés à constituant lexical détaché », 1979, p. 75-107 ; E. Larsson, La dislocation en français. Étude de syntaxe générative, 1979, p. 42.

5  Pantagruel, chap. XI et XII, p. 193-215.

6  Gargantua, chap. II, p. 99-105.

7  B. Combettes, « Organisateurs textuels et marqueurs argumentatifs en moyen français », 1986, p. 213.

8  Antoine de La Sale, Jehan de Saintré, p. 494.

9  Commynes, Mémoires, I, 6, p. 129.

10  F. Villon, Poésies complètes, Le Testament, Ballade, « Les contredits de Franc Gontier », vers 1504-1506, p. 211.

11  Memoires, I, 1, p. 98.

12  Jehan de Saintré, p. 148.

13  Guillaume Coquillart, « Le Plaidoyer », vers 512-513, Œuvres, p. 35.

14  Guillaume de Machaut, Le Livre du voir dit, p. 124.

15  Les Essais, I, 40, p. 245.

16  Pantagruel, chap. X, p. 187-189.

17  Pantagruel, chap. V, p. 131.

18  Pantagruel, chap. XIV, p. 241.

19  Pantagruel, chap. XIX, p. 307.

20  Gargantua, chap. XXI, p. 245.

21  Gargantua, chap. XLIIII, p. 405.

22  Gargantua, chap. XVIII, p. 213.

23  Gargantua, chap. XLV, p. 411-413.

24  Le Tiers Livre, chap. XXIII, p. 225.

25  Le Tiers Livre, chap. VII, p. 87.

26  Le Tiers Livre, chap. XXVII, p. 263.

27  Le Quart Livre, chap. XLII, p. 393.

28  Le Quart Livre, chap. XXXVIII, p. 359.

29  B. Combettes, « Organisateurs textuels et marqueurs argumentatifs en moyen français : quant à », 1986, p. 214.

30  Pantagruel, chap. XIV, p. 241.

31  Pantagruel, chap. XIX, p. 307.

32  Pantagruel, chap. XVII, p. 281.

33  Pantagruel, chap. XVIII, p. 297.

34  Pantagruel, chap. XXIX, p. 423.

35  Pantagruel, chap. XII, p. 215.

36  Pantagruel, chap. XV, p. 247.

37  C. Bally, Linguistique générale et linguistique française, 1965, § 325.

38  J. Delofeu, « Les énoncés à constituant lexical détaché », 1979, p. 98.

39  G. Eckert, « Moyen français et français avancé », 1985.

40  Jehan de Saintré, p. 76.

41  Les Essais, I, 44, p. 263-264.

42  Ibid., I, 40, p. 245.

43  B. Combettes, Les constructions détachées en français, 1998, p. 104.

44  B. Combettes, « Grammaire de phrase textuelle : le traitement des constructions détachées », 1993, p. 230.

45  Pantagruel, chap. XIV, p. 233.

46  Gargantua, chap. L, p. 445.

47  Le Tiers Livre, chap. XXVII, p. 263.

48  Le Tiers Livre, p. 261.

49  Pantagruel, chap. II, p. 105.

50  Pantagruel, chap. VIII, p. 163.

51  Pantagruel, chap. X, p. 187-189.

52  Pantagruel, chap. XV, p. 247.

53  Pantagruel, chap. XVII, p. 281.

54  Pantagruel, chap. V, p. 131.

55  Pantagruel, chap. XXVI, p. 385.

56  Pantagruel, chap. II, p. 105.

57  Pantagruel, chap. X, p. 187.

58  Pantagruel, chap. XVII, p. 281.

59  Jehan de Saintré, p. 530.

60  Les Essais, I, 47, p. 273.

61  Pantagruel, chap. X, p. 181.

62  Pantagruel, chap. X, p. 185.

63  Pantagruel, chap. II, p. 105, variante de l’édition Claude Nourry 1531-1532.

64  « Lors dit le prieur claustral : Que fera cet ivrogne ici, Qu’on me le mène en prison. Troubler ainsi le service divin ! Mais (dist le moyne) le service du vin, faisons tant qu’il ne soit troublé […]. », Gargantua, chap. XXV, p. 279.

65  Dans les « Fanfreluches antidotées » (Gargantua, chap. II, p. 103), la dislocation (« Tu la tolluz, la Rhomaine baniere » ; « L’accord fut tel, que d’icelle lippée / Elle en aurait deux œufs de Proserpine ») autorise la discontinuité thématique, tout en proposant un cadre syntaxique censé garantir la cohérence du propos.

66  O. Ducrot et J.-M. Schaeffer, Nouveau dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, 1995, p. 497.

67  Edwin Duval, « Panurge, perplexity and the ironic design of Rabelais’s Tiers Livre », 1982, et G. Demerson, Rabelais, 1986, p. 230-237.

68  « Que nuist sçavoir tousjours et tousjours apprendre, feust d’un sot, d’un pot, d’une guedoufle, d’une moufle, d’une pantoufle ? » (Le Tiers Livre, chap. XVI, p. 163).

69  Le Tiers Livre, chap. XXXVII, « Comment par Pantagruel et Panurge est Triboullet blasonné », p. 357-365.

70  « Les geants Doriphages avalleurs de frimars, ont au cul passions assez, & assez sacs au croc pour venaison… » (Le Tiers Livre, Prologue, p. 29) ; « La couleur respondit Panurge est aspre aux potz, à propos, c’est mon bureau », (Le Tiers Livre, chap. VII, p. 85).

© ENS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540