Version classiqueVersion mobile

Mussolini socialiste : littérature et religion

Mussolini socialiste : littérature et religion

Texte 5

Le Noël humain

Texte intégral

L’article « Le Noël humain » est publié le 27 décembre 1902 dans le journal du Parti socialiste italien en Suisse, L’Avvenire del lavoratore. Mussolini avait pu obtenir un poste au comité de rédaction grâce à ses camarades de parti.

Le Noël humain1

  • 1 D’après OO, vol. 1, p. 25-26.

1Depuis ta venue, ô Messie, 1902 années ont passé.

2L’humanité attendait alors, l’humanité attend aujourd’hui.

3Peut-être ton verbe fut-il jeté en vain aux foules qui te suivaient – toi, l’apôtre – à travers les vertes contrées de la Galilée ? Ton ascension douloureuse du Calvaire fut-elle donc inféconde ?

4Peut-être l’épopée à laquelle tu donnas ton nom est-elle morte au fil des siècles ?

  • 2 L’idée d’une Troisième Italie (troisième après la Rome antique et la Rome des papes) aspirant à re (...)
  • 3 Mussolini fait ici référence aux deux premiers vers de l’ode Il bisogno de Giuseppe Parini (1729-1 (...)
  • 4 En français dans le texte.

5Car le problème du pain quotidien, le problème de ta prière n’est pas encore résolu : il est tout aussi – douloureusement – pressant aujourd’hui qu’il l’était de ton temps. Et nous le savons bien, nous, les fils de la Troisième Italie2 que le « Seigneur tyran » de Parini3 pousse sur les chemins de l’étranger, nous qui sommes – si souvent – la caricature féroce et prolétaire des touristes4.

6Et pourtant – cette date – suscite une vague multiforme de pensées : oubliées, les misères du quotidien – l’esprit aime à se recueillir dans une vision sereine de justice et de paix.

7Loin de célébrer cet anniversaire que les explosions des thaumaturges philanthropes en tout genre et le marché des prêtres ont désormais dépouillé de toute poésie, nous prenons un moment pour penser – tandis que l’air glacial est traversé par l’harmonie sonore de cent cloches et que la bûche traditionnelle ne brûle pas dans les milliers de taudis sans foyer.

***

8L’humanité attendait alors.

9Les prophètes avaient, depuis longtemps déjà, énoncé leurs prédictions, à voix basse les esclaves les avaient répétées aux esclaves, les nouveaux destins gravitaient autour des âmes et le droit du plus fort – la conception païenne individualiste – avait achevé sa parabole et entamait son déclin. Les multitudes supportaient mal leur joug : que le fils de Dieu vînt, et la révolte éclaterait.

10L’homme se leva, pas le Fils.

11Il vint au monde – d’après le mythe – dans le râtelier de Nazareth, il apprit le métier de son père, il confondit – enfant – les docteurs de la Synagogue, il entraîna – adulte – les foules ; il eut pour apôtres les rudes pêcheurs du fleuve Jourdain, il fustigea toutes les hypocrisies, il fut doux, humain, violent ; il pardonna en aimant, car il fut assoiffé d’amour et il mourut… en pardonnant encore.

12La bonne semence, il jeta.

13Les plèbes d’Orient saluèrent la naissance de l’Agneau, et les rois Mages portèrent à son berceau l’or, l’encens et la myrrhe.

14Nous – plèbe du xxe siècle – saluons la naissance du philosophe, qui déchira les entrailles d’un monde nouveau, de l’apôtre qui sut mourir pour l’humanité en laissant le legs de son œuvre à la postérité.

***

15Et l’humanité attend, aujourd’hui.

16Non pas la naissance d’un autre Christ, mais l’aurore de temps meilleurs.

  • 5 Mussolini emploie cette formulation (« lo stimolo angoscioso, ma salutare, della ricerca ») à plus (...)

17L’aile du désir passe sur des millions d’âmes, pousse plus loin encore l’aiguillon angoissant mais salutaire de la recherche5 ; les sombres ténèbres du passé se dissipent et dans le regard sûr et limpide qu’ils portent sur l’avenir, les hommes – qui ne sont plus entravés par le poids absurde d’une absurde foi – aspirent à la joie, au soleil, à la vie, au joyeux noël du genre humain.

  • 6 Mussolini cite ici, après Socrate, deux des plus célèbres suppliciés de l’Inquisition : Michel Ser (...)

18Ah ! Bon Jésus, ton martyre n’a pas été inutile, comme n’ont pas été inutiles les sacrifices de Socrate, de Servet, de Bruno6.

19Mais cette croix que tu portas sur les dures pentes du Golgotha, les prolétaires d’aujourd’hui la portent toute leur vie durant ; et ceux qui te font naître tous les ans dans toutes les églises du monde l’utilisent comme un instrument d’esclavage, après t’avoir vendu et après avoir fait du mensonge le but de la vie.

20Les foules ne se réjouissent pas de ton Noël, ô Jésus, car ceux qui le fêtent sont ceux que tu as maudits et fouettés ; les foules anonymes qui ne connaissent pas les idylles de la charité bourgeoise désertent les autels où toi – le bon enfant Jésus – tu suffoques dans les vapeurs fétides des fumées et du tabac ; les foules attendent dans les rues, dans les taudis, dans les mansardes, dans les longs jeûnes que rassérènent de secrets espoirs.

21Ils attendent en luttant… et le Noël humain viendra.

22BENITO MUSSOLINI

Notes

1 D’après OO, vol. 1, p. 25-26.

2 L’idée d’une Troisième Italie (troisième après la Rome antique et la Rome des papes) aspirant à recouvrer sa grandeur avec l’Unité italienne était très répandue dans le discours politique et littéraire de la fin du xixe siècle, notamment sous l’influence d’auteurs tels que Carducci.

3 Mussolini fait ici référence aux deux premiers vers de l’ode Il bisogno de Giuseppe Parini (1729-1799) où le « besoin » est dit « tiranno Signore/ de’ miseri mortali » (« tyran Seigneur/ des misérables mortels »). Voir G. Parini, Odi, M. D’Ettore éd., Pise / Rome, Serra, 2013, p. 95-101.

4 En français dans le texte.

5 Mussolini emploie cette formulation (« lo stimolo angoscioso, ma salutare, della ricerca ») à plusieurs reprises, notamment dans deux textes également traduits dans ce volume : le texte 8, « L’homme et la divinité » (1904), et le texte 12, La philosophie de la force (1908). C’est une expression que l’on retrouve dans un manuel de philosophie qu’il déclare avoir utilisé durant son adolescence dans la biographie qu’il consacre à son frère en 1932, Vita di Arnaldo. Voir OO, vol. 34, p. 144 ; et F. Fiorentino, Manuale di storia della filosofia ad uso dei licei, Naples, Domenico Morano, 1887, p. 422.

6 Mussolini cite ici, après Socrate, deux des plus célèbres suppliciés de l’Inquisition : Michel Servet, brûlé vif le 27 octobre 1553 à Genève, et Giordano Bruno, ayant subi le même sort à Rome le 17 février 1600.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search