Version classiqueVersion mobile

Mussolini socialiste : littérature et religion

Mussolini socialiste : littérature et religion

Texte 2

Notes d’histoire de la littérature italienne

Texte intégral

  • 1 Voir R. Alessi et S. Bedeschi, Gli anni giovanili di Mussolini, Milan, Mondadori, 1939.

Pendant l’année scolaire 1898-1899, à l’âge de 15 ans et encouragé par son professeur d’italien Valfredo Carducci, Mussolini commence à rédiger des notes d’histoire de littérature italienne. D’après son ancien camarade de classe et biographe Sante Bedeschi1, elles se présentaient sous la forme de deux cahiers et ne devaient au départ constituer qu’un simple exercice. Elles servirent rapidement de matériau scolaire, utilisé par plusieurs candidats pour leurs examens, dont une élève de l’École d’institutrices de Forlì, Giulia Bolognesi. C’est Valfredo Carducci qui lui aurait conseillé de se préparer avec les notes de Mussolini, signe de l’estime qu’il porte à son élève tout juste diplômé. L’étudiante restitue lesdites notes à leur auteur de nombreuses années plus tard et Mussolini autorise alors Bedeschi à les reproduire dans sa biographie. Il ne s’agit cependant que de quelques fragments, le reste ayant probablement été perdu. Elles ont ensuite été retranscrites par Edoardo et Duilio Susmel dans l’Opera Omnia.

Notes d’histoire de la littérature italienne2

  • 2 D’après OO, vol. 1, p. 227-229.
  • 3 « Mentre noi corravam la morta gora » : Dante, L’Enfer, chant VIII, v. 31, traduction de J. Risset (...)

1Les siècles qui firent suite au triomphe de l’idée chrétienne sont enveloppés dans de denses ténèbres. Entre 476 et 1200, l’histoire ne distingue personne qui s’élève par son étude du phénomène humain, et ceux qu’aujourd’hui l’orthodoxie ecclésiastique tient pour de grands penseurs ne firent rien d’autre dans leurs écrits que reparcourir les chemins déjà tracés par le génie hellénique qui brilla de toute sa splendeur avec Aristote, Socrate, Platon. Les esprits stagnaient dans « l’eau morte »3 du dogme et les peuples s’agitaient convulsivement entre les dernières lueurs du paganisme et le soleil nouveau qui pointait avec la religion du Christ.

2La nuit dense qui enveloppe cette période est percée au début du xive siècle par Dante : génie merveilleux qui jette un rai d’idéalité sur la sophistique aride du Moyen Âge.

3Immense poète qui ouvre en premier le grand livre du génie italien et qui, de son œuvre gigantesque et inégalée, secoue les fondements de la pensée latine.

***

  • 4 Vincenzo Filicaia (1642- 1707) fut l’un des poètes les plus importants de l’Arcadie, qui entretint (...)

4C’est peut-être avec Filicaia que la jactance de l’art italien atteignit l’apogée de son développement. Les chansons composées pour le siège de Vienne ne sont que nullités. Elles plurent aux puissants parce qu’ils s’y virent encensés. Filicaia4 n’est pas enflammé d’un esprit chrétien, ses vers sont ronflants et dépourvus de sens commun mais, en échange, ils sont riches de beaux mots, ils voudraient susciter des sentiments mais il n’en résulte qu’un indifférentisme teinté de compassion.

5Examinons dans les grandes lignes – j’ai bien dit : dans les grandes lignes – la chanson qui commence par :

  • 5 Mussolini cite ici le premier vers de « Sopra l’assedio di Vienna. Canzone I » de Filicaia, mais a (...)

Et jusqu’à quand resteront-ils impunis, etc.5

  • 6 Voir ibid., v. 14 (« insensati marmi »).

6Avec beaucoup d’adjectifs, il cherche à secouer Dieu de son long sommeil – curieux, ce concept qu’a de Dieu un de ses fidèles. J’aime bien ces « marbres sans sens »6. C’est une personnification, me semble-t-il, un peu hardie et un peu bestiale.

7La deuxième strophe est un inventaire de géographie.

  • 7 Voir ibid., v. 36-37 (« palpitanti/ mura tronche »).

8Dans la troisième, « les murailles palpitantes »7 sont très mignonnes.

  • 8 Voir ibid., v. 43-56 : Mussolini procède à une libre réécriture des vers de Filicaia.
  • 9 Voir ibid., v. 71-84 : Mussolini procède à une libre réécriture des vers de Filicaia.

9Dans la quatrième, l’auteur apostrophe vivement Dieu plus ou moins en ces termes : « Réveille-toi une bonne fois pour toutes, et sois le bourreau impitoyable – si ta hache ne suffit pas, érige ta fourche – disperse, comme un tourbillon enragé, tes ennemis »8. Le poète de la gavotte nous dépeint un Jéhovah sanguinaire. Mais il continue ainsi : « si le hasard, cette puissance supérieure, a écrit que Vienne doit tomber, moi je m’incline »9. Lâche ! Crois-tu donc que Dieu permettra le triomphe de ses ennemis ? Ne te fies-tu donc point à la force de ton bras ? Tu te berces d’espérances et restes inactif ?

  • 10 Voir ibid., v. 135-137.

Allez, abattez,
dissipez, détruisez
ces impies…10

  • 11 Citation de « Italia mia » de Pétrarque, Rerum vulgarium fragmenta [Canzionere], CXXVIII : « non f (...)

10Ô Filicaia, tu nous révèles bien ton siècle ! Ce siècle dans lequel la Patrie devint un vain nom, sans objet11, et où, comme les Jésuites, on se soucie avant tout de sauver les apparences. Athée par inconscience ou par indifférence, mais bigot par rang ou par coutume ; audacieux et courageux guerrier… dans les salons des dames.

11Le sonnet auquel appartient ce vers tant loué, le premier du deuxième quatrain

  • 12 Voir V. Da Filicaia, « All’Italia », v. 5, traduction de G. Clerico, Anthologie bilingue de la poé (...)

Ah, que n’es-tu moins belle, ou plus forte du moins12

12commence ainsi

  • 13 Ibid., v. 1-2.

Italie, Italie, ô toi à qui le sort
fit le don malheureux.13

13« Italia mia » de Pétrarque est tellement plus efficace ! « O Patria mia » du poète de Recanati tellement plus affectueux !

14Filicaia semble s’adresser à une terre lointaine et imaginaire : il est bien loin de son esprit le concept fort de Patrie.

15Pour lui, qui s’agenouille facilement devant les puissants, la vie fut douce, bien que ses frères soutinssent le poids des entraves étrangères.

***

16[Sur Leopardi]… pas romantique, mais toutefois très moderne dans ses concepts et dans ses sentiments, pas précisément classiciste, mais, surtout dans sa forme, le plus véritablement classique de nos poètes de la première moitié du xixe siècle. […] Il croyait en l’amour et l’a souvent chanté avec passion et avec grâce. Nombre de ses poèmes sont pleins de ce sentiment, parfois brisé par la mort, toujours malheureux, toujours vif et implacable.

  • 14 Mussolini cite ici un passage du célèbre texte de Francesco De Sanctis, Leopardi et Schopenhauer d (...)

17Dans les derniers sanglots d’une vie déserte il atteint la négation suprême. En prose, le système ; en vers, l’hymne à la douleur. Il nous le dit dans le Genêt où il raconte les ravages du volcan, les colères de la nature, la misère orgueilleuse de l’atome humain. Or dans cette dernière explosion d’ironie il y a une pensée de la fraternité, le Poète appelle la famille des mortels à faire front uni contre la nature. Il croyait parce qu’il aimait : on ne peut aimer sans croire. De Sanctis a dit de lui : « il est sceptique et il se fait croyant »14.

  • 15 Mussolini a probablement trouvé cette citation dans le discours que Giosuè Carducci prononce à l’o (...)

18La forme chez Leopardi est parfaite. Si l’on ôte l’emphase et les envols de ses poèmes de jeunesse, il n’y a rien d’excessif, aucune minutie : il est profond et clair. Il régnait sur la langue et la modelait à sa guise en en tirant des effets qui suscitaient l’enthousiasme. « Avec Manzoni à l’église », disaient les Italiens, en ajoutant : « Avec Leopardi à la guerre »15.

Notes

1 Voir R. Alessi et S. Bedeschi, Gli anni giovanili di Mussolini, Milan, Mondadori, 1939.

2 D’après OO, vol. 1, p. 227-229.

3 « Mentre noi corravam la morta gora » : Dante, L’Enfer, chant VIII, v. 31, traduction de J. Risset, Paris, Flammarion, 1985, p. 87.

4 Vincenzo Filicaia (1642- 1707) fut l’un des poètes les plus importants de l’Arcadie, qui entretint des rapport étroits avec des personnalités politiques influentes, telles que Christine de Suède.

5 Mussolini cite ici le premier vers de « Sopra l’assedio di Vienna. Canzone I » de Filicaia, mais avec une erreur : « E fino a quando inulti, ecc. », au lieu de « E fino a quanto inulti/ Fian, Signore, i tuoi servi? » (« Et à quel point sont-ils impunis,/ Seigneur, tes serviteurs ? ») ; erreur que nous avons décidé de conserver dans la traduction (V. Da Filicaia, Sopra l’assedio di Vienna, Canzone I, v. 1-2, Florence, Piero Matini, 1684).

6 Voir ibid., v. 14 (« insensati marmi »).

7 Voir ibid., v. 36-37 (« palpitanti/ mura tronche »).

8 Voir ibid., v. 43-56 : Mussolini procède à une libre réécriture des vers de Filicaia.

9 Voir ibid., v. 71-84 : Mussolini procède à une libre réécriture des vers de Filicaia.

10 Voir ibid., v. 135-137.

11 Citation de « Italia mia » de Pétrarque, Rerum vulgarium fragmenta [Canzionere], CXXVIII : « non far idolo un nome/ vano senza soggetto ».

12 Voir V. Da Filicaia, « All’Italia », v. 5, traduction de G. Clerico, Anthologie bilingue de la poésie italienne, D. Boillet éd., Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), 1994, p. 972-973.

13 Ibid., v. 1-2.

14 Mussolini cite ici un passage du célèbre texte de Francesco De Sanctis, Leopardi et Schopenhauer de 1858, mais avec une erreur : « è scettico e si rende credente », au lieu de « È scettico, e ti fa credente » (« il est sceptique, mais il fait de toi – de nous, lecteurs – des croyants »). Voir F. De Sanctis, Saggi critici, L. Russo éd., Bari, Laterza, vol. 2, 1960, p. 159.

15 Mussolini a probablement trouvé cette citation dans le discours que Giosuè Carducci prononce à l’occasion du centenaire de la naissance de Leopardi (ensuite publié dans Prose di Giosuè Carducci, Bologne, Zanichelli, 1907). Carducci attribue la phrase « Con Manzoni in chiesa, con Leopardi alla guerra » à Marco Monnier.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search