Version classiqueVersion mobile

Mussolini socialiste : littérature et religion

Mussolini socialiste (1883-1918) : les années de formation

Élise Varcin

Texte intégral

1Benito Mussolini naît le 23 juillet 1883 à Predappio, dans la province de Forlì en Émilie-Romagne, d’un père forgeron très impliqué dans le socialisme anarchiste local et d’une mère institutrice et catholique pratiquante. Si les revenus de la famille sont plutôt modestes, une importance certaine est accordée à la culture et à l’éducation. Le jeune Mussolini a accès aussi bien aux revues socialistes et aux ouvrages politiques que lit son père qu’aux romans de sa mère et il profite de son temps libre pour fréquenter la bibliothèque municipale de Forlì.

  • 1 Voir le texte 1, « Poèmes ».
  • 2 Voir le texte 3, « Le roman russe ».

2Sur le souhait de sa mère et malgré les réticences paternelles, il entre en 1892 à l’école des Salésiens de Faenza. Mais il ne parvient pas à s’adapter à l’atmosphère austère et à la discipline rigoureuse de l’établissement et après un accès de violence contre l’un de ses camarades qu’il blesse à la main avec un couteau, ses parents décident de le retirer de l’école à la fin de sa deuxième année. Il termine ses classes élémentaires à l’école laïque Giosuè Carducci de Forlimpopoli, où il poursuit sa formation jusqu’à l’obtention en 1901 du diplôme d’instituteur. Il y reçoit une formation littéraire classique qui fait la part belle à une lecture patriotique des grands auteurs italiens. À côté de Dante, Foscolo et Leopardi, il lit en particulier Giosuè Carducci – le poète italien vivant le plus célèbre de l’époque – dont le frère Valfredo était le directeur de l’école de Mussolini. Pendant ses années de formation, il écrit, comme plusieurs de ses camarades, de nombreux poèmes, dont quelques-uns nous sont parvenus par l’intermédiaire d’anciens amis d’adolescence. Il n’en conserve lui-même qu’un seul, consacré au révolutionnaire Babeuf, qu’il publie en 1903 dans un journal socialiste1. L’année de son diplôme, il publie son premier article, sur la littérature russe2, dans une revue adressée aux enseignants et consacrée aux questions d’éducation.

3Après un premier poste d’instituteur dans une petite commune de la province de Reggio Emilia, qu’il occupe de février à juin 1902 et pour lequel il n’est pas reconduit, Mussolini décide, comme de nombreux jeunes Italiens, de tenter sa chance en Suisse. Il y effectue un premier séjour du 9 juillet 1902 au 27 octobre 1903, au moment où il retourne au chevet de sa mère malade. Il repart quelques semaines plus tard – évitant ainsi temporairement le service militaire – avant de revenir en Italie en automne 1904, à la faveur d’une amnistie accordée à tous les conscrits réfractaires à l’occasion de la naissance du prince héritier.

4À son arrivée en terre helvétique en 1902, après quelques brèves expériences en tant que journalier, Mussolini finit par obtenir un poste de rédacteur à L’Avvenire del lavoratore (L’avenir du travailleur), le journal du parti socialiste italien en Suisse. Ses articles au ton incisif et aux idées révolutionnaires sont particulièrement appréciés et lui permettent d’accéder au poste de secrétaire du Syndicat italien des maçons et manœuvres. Il collabore aussi, à distance, avec Il Proletario (Le prolétaire), l’hebdomadaire des socialistes italiens aux États-Unis publié à New York puis, à partir d’octobre 1903, à Avanguardia socialista (Avant-garde socialiste) fondé par Walter Mocchi et Arturo Labriola en décembre 1902. Cette collaboration constitue son premier contact avec le syndicalisme révolutionnaire – et en particulier avec les théories de Georges Sorel – qui influence son parcours.

  • 3 Mussolini fait référence à cet épisode dans le texte 29 « Comment on devient vagabond », traduit d (...)
  • 4 Voir le texte 8, « L’homme et la divinité ».
  • 5 Voir notamment le texte 6, « Les horreurs du cloître ».

5Au début de l’année 1904, Mussolini se rend à Genève où il s’installe avec l’intention de s’inscrire à l’université. Il n’y parvient pas, parce qu’il est expulsé du canton en avril 1904 pour avoir falsifié son passeport3. Il met cependant à profit les semaines qu’il y passe avant son arrestation pour fréquenter la bibliothèque universitaire. Au mois de mai, il est néanmoins autorisé à suivre les cours de l’université de Lausanne, et plus précisément les cours de sociologie de Vilfredo Pareto, les cours d’économie de son assistant, Pasquale Boninsegni, et de philosophie générale de Maurice Millioud. Ses lectures à la bibliothèque de Genève lui servent à préparer un débat contradictoire sur l’existence de Dieu avec le pasteur évangélique Alfredo Taglialatela qui se tient le 25 mars 1904 à la maison du peuple de Lausanne4. La renommée qu’il y acquiert ainsi que ses nombreux articles de propagande anticléricale5 publiés dans les différents journaux auxquels il collabore en Suisse lui valent d’être considéré par ses camarades socialistes comme le spécialiste de la question religieuse.

  • 6 Mussolini travaille entre autres à partir de la célèbre Histoire de la littérature française (publ (...)

6À la fin de l’année 1904, il rentre en Italie pour accomplir son service militaire. Il est affecté au régiment des bersagliers de Vérone jusqu’en septembre 1906. Il obtient ensuite un poste d’instituteur à Tolmezzo, dans la province d’Udine, mais les problèmes de discipline qu’il rencontre rendent l’expérience difficile et achèvent de le convaincre qu’il n’est pas fait pour le métier d’instituteur. En décembre de la même année, il décide de reprendre ses études et de se préparer à l’examen d’entrée à l’académie scientifique et littéraire de Milan dans la section « Langues et littératures modernes », qui doit avoir lieu en octobre 19076. Il renonce finalement à se présenter mais passe avec succès en 1907 l’habilitation à l’enseignement du français tandis qu’il échoue à celle de l’allemand l’année suivante.

7Grâce à ce diplôme, il obtient en février 1908 un poste de professeur de français à Oneglia, en Ligurie, où il dirige la revue socialiste locale, La Lima. Son contrat d’enseignement se terminant avec la fin de l’année scolaire, il retourne quelques mois à Predappio avant de quitter à nouveau l’Italie, le 6 février 1909. Il se rend à Trente, alors sous domination autrichienne, pour prendre la direction du Secrétariat trentin du travail – dépendant du parti socialiste autrichien – et du journal qui y est rattaché, L’Avvenire del lavoratore. Dès ses premières semaines dans la ville, il se lie d’amitié avec le socialiste irrédentiste Cesare Battisti qui lui propose de collaborer à son quotidien Il Popolo (Le peuple) et à son supplément culturel hebdomadaire Vita trentina (Vie trentine), avant de le nommer rédacteur en chef de Il Popolo le 1er août 1909.

  • 7 Voir le texte 22, « Réunion suprême », le texte 23, « Rien n’est vrai, tout est permis » et le tex (...)
  • 8 Voir le texte 26, « Médaillons bourgeois ».
  • 9 Voir le texte 27, « Les douves du château ».
  • 10 Voir le texte 30, « La tragédie de Mayerling ».
  • 11 Voir le texte 31, « Claudia Particella, la maîtresse du cardinal ».

8Tout en publiant quotidiennement des articles de propagande socialiste et anticléricale dans Il Popolo et L’Avvenire del lavoratore, Mussolini se lance dans plusieurs projets littéraires : un recueil de nouvelles inspirées du style d’Edgar Poe, qu’il veut intituler Novellette perverse (Petites nouvelles perverses)7 ; une série de « médaillons bourgeois » qui dressent un portrait sarcastique de plusieurs figures de la bourgeoisie locale8 ; un ensemble de « petits tableaux trentins » dont il ne publie que le premier, consacré aux douves du château de la ville9 ; un roman anticlérical intitulé Claudia Particella l’amante del cardinale (Claudia Particella, la maîtresse du cardinal), qu’il fait paraître en feuilleton dans Il Popolo10 et un second récit, intitulé La Tragedia di Mayerling (La tragédie de Mayerling), qui raconte la fin tragique du prince héritier de la cour des Habsbourg mais qu’il ne publie pas11.

  • 12 Voir le texte 33, « Le pangermanisme théorique ».

9Pendant ce séjour, Mussolini entretient une correspondance régulière avec l’intellectuel italien Giuseppe Prezzolini, co-fondateur avec Giovanni Papini des revues culturelles Leonardo en 1903 et La Voce en 1908. À partir de son expérience, Mussolini écrit pour la collection des Quaderni della Voce (Cahiers de la Voce) un volume consacré au Trentin et publié en 191112.

10En raison de ses activités anticléricales et anti-autrichiennes, il est expulsé le 26 septembre 1909. L’événement trouve un certain écho en Italie où les journaux à diffusion nationale comme l’Avanti! et Il Resto del Carlino lui consacrent un article. Son aura de militant s’en trouve renforcée et les socialistes de Forlì lui proposent la direction de la fédération de leur province et de son nouvel hebdomadaire, La lotta di classe (La lutte des classes).

  • 13 Voir le texte 35, « Ma vie du 29 juillet 1883 au 23 novembre 1911 ».
  • 14 Voir le texte 36, « De Guichardin à… Sorel ».
  • 15 En français dans le texte.
  • 16 Dans le texte 38, « L’entreprise désespérée », Mussolini expose les motivations qui l’ont conduit (...)

11En octobre 1911, Mussolini est condamné à cinq mois de prison pour avoir mené, avec d’autres responsables socialistes et républicains de Forlì, des agitations contre l’intervention italienne en Libye à laquelle les socialistes révolutionnaires étaient fermement opposés. Cette incarcération pour motifs politiques – pendant laquelle il entreprend de rédiger son autobiographie13 – le fait connaître à l’échelle nationale, où il est désormais considéré comme l’un des principaux représentants de la fraction révolutionnaire du PSI (Parti socialiste italien). Au XIIIe congrès du Parti qui se tient à Reggio Emilia en juillet 1912, il fait voter avec succès une motion pour l’expulsion des réformistes qui s’étaient déclarés favorables à la conquête coloniale14. Cette victoire lui permet d’intégrer la direction nationale du PSI puis, en novembre 1912, d’obtenir la direction de son organe, Avanti! qu’il dirige jusqu’en automne 1914. Toutefois, malgré son succès public, il confie à Prezzolini se sentir, au sein du PSI, « un peu dépaysé15 même parmi les révolutionnaires » si bien qu’à la toute fin de l’année 1913, tout en continuant à diriger le journal du Parti, il décide de fonder une nouvelle revue, qu’il intitule Utopia16 où il peut s’exprimer en son nom propre.

  • 17 À l’occasion du centenaire de la Semaine rouge en 2014, de nombreuses manifestations (colloques, e (...)

12En juin 1914, Mussolini participe activement à la « Semaine rouge » aux côtés notamment des syndicalistes révolutionnaires. Le 7 juin 1914, jour de la fête nationale célébrant le Statut albertin de 1848, des manifestations sont organisées dans plusieurs villes italiennes en solidarité avec les victimes du militarisme. À Ancône, où les agitations sont menées par l’anarchiste Errico Malatesta, la tension monte avec les forces de l’ordre qui tirent sur les manifestants, faisant deux morts et plusieurs blessés. La nouvelle se répand très vite dans toute l’Italie et, le lendemain, la grève générale est proclamée par plusieurs Camere del Lavoro (créées sur le modèle des Bourses du travail) de la péninsule suivies, le 9 juin, par le PSI et la Confédération générale du travail (CGdL). Des barricades sont érigées par des manifestants partout en Italie. Avec le syndicaliste Filippo Corridoni, Mussolini prend la tête des agitations à Milan. Mais dès le 10 juin, la CGdL annonce la fin de la grève générale, provoquant l’étiolement du climat révolutionnaire qui avait traversé le pays. Mussolini – qui veut éviter une défaite trop cinglante du prolétariat – invite les grévistes à reprendre le travail, tout en attribuant la faillite de la mobilisation à la CGdL17. L’échec le conduit à remettre en cause les instruments traditionnels de la lutte révolutionnaire, et en particulier la grève générale, marquant ainsi la première étape du processus qui à l’automne 1914 le porte à concevoir et à présenter la guerre comme la seule possibilité de réaliser la révolution socialiste.

13Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, Mussolini fait sienne la position officielle du PSI, défendant le principe de la neutralité absolue au nom de l’internationalisme ouvrier. Cependant, petit à petit, l’idée que le conflit européen peut aussi être une occasion de créer un nouvel équilibre sur le continent et de provoquer un renouveau démocratique, économique et social fait son chemin dans les esprits des socialistes, surtout chez les jeunes générations. Si, publiquement, Mussolini maintient sa position neutraliste, en privé il admet ne plus être aussi convaincu. Du fait de ses contradictions, les attaques pleuvent de toute part. Une réunion du PSI est alors fixée au 18 octobre pour décider de la conduite à tenir face à ces polémiques. Mussolini décide de prendre de vitesse son parti et de lui imposer ses vues : le 18 octobre au matin il publie dans l’Avanti! un article intitulé « Dalla neutralità assoluta alla neutralité attiva ed operante » (« De la neutralité absolue à la neutralité active et agissante »). Il y introduit l’idée que la guerre pourrait améliorer le sort des masses prolétariennes et que s’y opposer revient à sacrifier le Trentin et à faire le jeu de l’Empire austro-hongrois. Ce sont ces positions qu’il défend le jour même à Bologne. Face à lui, la majorité de la direction veut rester fidèle à la neutralité. Il démissionne alors de la direction de l’Avanti! mais reste membre du parti socialiste et fonde son propre journal, Il Popolo d’Italia, dans lequel il mène une intense campagne en faveur de l’intervention. Le premier numéro, publié le 15 novembre 1914, connaît un succès retentissant : dès 10 h il est épuisé partout en Italie. Le 29 novembre 1914, Mussolini est définitivement expulsé du PSI.

  • 18 Voir le texte 44, « Journal de guerre ».

14L’Italie ayant déclaré la guerre à l’Autriche-Hongrie le 24 mai 1915, il est appelé aux armes le 31 août et intègre le 11e régiment de bersagliers. En novembre 1915, il demande à être admis au cours des élèves officiers mais l’État-major, méfiant à l’égard des socialistes, fussent-ils interventionnistes, refuse. Il reste donc simple soldat jusqu’à sa promotion au rang de caporal-chef le 31 août 1916. Tout au long des mois qu’il passe au front, il rédige son Journal de guerre18 qu’il fait publier au fur et à mesure dans Il Popolo d’Italia. En dehors de quelques brèves permissions, il combat jusqu’au 23 février 1917, date à laquelle, au cours d’un exercice, il est blessé dans l’explosion d’un lance-bombes. Soigné d’abord à l’hôpital militaire de Ronchi, il est ensuite rapatrié à l’arrière et, en juin 1917, reprend la direction du Popolo d’Italia. En octobre 1917, l’Italie essuie la terrible défaite de Caporetto qui marque profondément les esprits de toute une génération d’Italiens et ébranle tout particulièrement ceux qui, comme Mussolini, avaient milité pour l’intervention italienne. Un an plus tard, la victoire italienne de Vittorio Veneto marque la défaite définitive de l’Autriche qui signe l’armistice avec l’Italie le 4 novembre 1918.

Bibliographie essentielle

15La formation et la carrière politique de Mussolini ont donné lieu à plusieurs centaines de biographies, la première publiée dès 1915. Une grande partie d’entre elles, rédigées à partir du moment où il commence son ascension politique, sont l’œuvre d’anciens camarades de classe, d’amis ou de proches et relèvent souvent de l’hagiographique. Leur intérêt scientifique ne réside donc pas tant dans leur contenu – même s’il s’agit parfois des seuls témoignages sur les jeunes et très jeunes années de Mussolini – que dans la manière par laquelle elles contribuent à la construction du mythe du « duce ». C’est pourquoi, plutôt que d’énumérer une longue liste de textes à l’objectivité fort contestable, nous préférons renvoyer à l’ouvrage de Luisa Passerini, Mussolini immaginario. Storia di una biografia 1915-1939 (Rome / Bari, Laterza, 1991), qui retrace l’histoire des biographies et autobiographies de Mussolini de 1915 à 1939. Parmi la production de la période fasciste, nous signalons toutefois l’ouvrage de l’historien Gaudens Megaro, Mussolini in the Making, publié en 1938 en Angleterre (Londres, Allen and Unwin) puis traduit en italien en 1947 (Mussolini. Dal mito alla realtà, Milan, IEI) qui se concentre essentiellement sur les années précédant la Grande Guerre.

16Parmi les biographies scientifiques, on pourra consulter le premier des huit volumes rédigés par l’historien Renzo De Felice, Mussolini Il rivoluzionario 1883-1920 (Turin, Einaudi, 1965) qui détaille la vie et la carrière politique du jeune Mussolini à partir de l’analyse d’un très grand nombre de sources historiques ; les ouvrages en anglais de Denis Mack Smith (Mussolini [1981], New York, Vintage Books, 1983) et de Richard J. B. Bosworth (Mussolini, Londres, Arnold, 2002) ; et, en français, le livre de Pierre Milza (Mussolini, Paris, Fayard, 1999) et celui de Didier Musiedlak (Mussolini, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 2005) qui propose plus particulièrement un éclairage sur sa formation culturelle.

17Une exposition a également été consacrée au jeune Mussolini en 2013-2014, organisée dans sa maison natale de Predappio (aujourd’hui propriété de la commune) et a donné lieu à la publication – sous la direction de Maurizio Ridolfi et Franco Moschi – d’un catalogue présentant les différents documents réunis pour l’occasion (Il giovane Mussolini, 1883-1914, La Romagna, la formazione, l’ascesa politica, Forlì, Neriwolff, 2013).

18Pour une approche détaillée des principales étapes de son parcours politique et intellectuel jusqu’à la Grande Guerre, on pourra consulter l’ouvrage collectif en italien dirigé par Emilio Gentile et Spencer M. Di Scala, Mussolini socialista (Rome-Bari, Laterza, 2015). Les contributions qu’il réunit permettent de comprendre les enjeux historiographiques majeurs relatifs aux années socialistes de Mussolini, notamment la question de son rapport avec le syndicalisme révolutionnaire et plus précisément de l’influence que la pensée de George Sorel aurait exercée sur sa formation politique ; ou encore l’émergence d’un patriotisme qui se serait affirmé lors de son séjour à Trente au contact des irrédentistes ; ou enfin l’identification des motivations profondes expliquant le passage de la neutralité à l’interventionnisme en 1914. À ce propos, on pourra également consulter l’ouvrage de Paola S. Salvatori sur le rapport de Mussolini à l’histoire (Mussolini e la storia. Dal socialismo al fascismo (1900-1922), Rome, Viella, 2016).

  • 19 Voir la note 2 de la « Note à la présente traduction ».

19Pour une approche directe des textes qui ne sont pas contenus dans cette anthologie, les lecteurs français peuvent consulter l’Édition définitive des œuvres et discours de Benito Mussolini déjà évoquée, tout en gardant à l’esprit les lacunes et les limites importantes de cette édition par rapport à l’Opera Omnia di Benito Mussolini en 44 volumes, établie par Edoardo et Duilio Susmel à partir des années 195019.

20Enfin, les écrits et les discours de Mussolini ont donné lieu à plusieurs études sur sa langue et son style, dès la période fasciste – très souvent dans une perspective hagiographique – mais également après la chute du régime, notamment à la fin des années 1970. On pourra se reporter encore aux travaux de cette période – dont plusieurs ont fait l’objet de rééditions récentes – d’Augusto Simonini (Il linguaggio di Mussolini, Milan, Bompiani, 1978), de Michele A. Cortelazzo et Erasmo Leso (republiés récemment dans le volume collectif Credere, obbedire, combattere. Il regime linguistico nel Ventennio dirigé par Fabio Foresti, Bologne, Pendragon, 2003) ; ainsi qu’à l’ouvrage d’Enzo Golino (Parola di Duce. Il linguaggio totalitario del fascismo e del nazismo, Milan, Rizzoli, 1994, réédité en 2010).

Remerciements

21Ce premier volume n’aurait pas été possible sans la précieuse et fidèle collaboration des collègues, des étudiantes et des étudiants qui ont participé, depuis 2014, à nos ateliers mensuels, durant lesquels les traductions des textes ont été examinées et discutées collectivement. Qu’ils en soient ici tous remerciés :

22Francesca Antonini

23Amélie Aubert-Noël

24Laurent Baggioni

25Matthieu Buratti

26Solène Chrétien

27Clément Ciminera

28Jérémie Dallière

29Erica D’Avanzo

30Éléonore Des Pomeys-Anselme

31Romain Descendre

32Matteo Di Figlia

33Stella Di Folco

34Livia Di Ianni

35Marie Fabre

36Héloïse Faucherre-Buresi

37Marianne Fink

38Marie Gioanni

39Armelle Girinon

40Clémence Jeannin

41Manon Jolet

42Julie Karcewski

43Élise Leclerc

44Fiona Lejosne

45Léa Lemaire

46Clara Lorenzelli

47Marie Lucas

48Costanza Lugnani

49Raphaëlle Meugé-Monville

50Charlotte Moge

51Maurizia Morini

52Sarah Orsini

53Mélusine Quiot

54Martin Ringot

55Samantha Sechi

56Isabelle Severin

57Bernadette Tinti

58Flavia Tosetti

59Sylvie Viglino

60Jean-Claude Zancarini

61Notre gratitude va également à Mirko Saltori, bibliothécaire à la Fondation du musée historique de Trente, pour sa gentillesse, sa disponibilité et ses éclairages sur l’histoire de sa ville durant le premier xxe siècle.

Notes

1 Voir le texte 1, « Poèmes ».

2 Voir le texte 3, « Le roman russe ».

3 Mussolini fait référence à cet épisode dans le texte 29 « Comment on devient vagabond », traduit dans ce volume.

4 Voir le texte 8, « L’homme et la divinité ».

5 Voir notamment le texte 6, « Les horreurs du cloître ».

6 Mussolini travaille entre autres à partir de la célèbre Histoire de la littérature française (publiée une première fois en 1894, puis régulièrement rééditée) du professeur, critique et historien de la littérature Gustave Lanson (1857-1934).

7 Voir le texte 22, « Réunion suprême », le texte 23, « Rien n’est vrai, tout est permis » et le texte 24, « “Course” de noces ».

8 Voir le texte 26, « Médaillons bourgeois ».

9 Voir le texte 27, « Les douves du château ».

10 Voir le texte 30, « La tragédie de Mayerling ».

11 Voir le texte 31, « Claudia Particella, la maîtresse du cardinal ».

12 Voir le texte 33, « Le pangermanisme théorique ».

13 Voir le texte 35, « Ma vie du 29 juillet 1883 au 23 novembre 1911 ».

14 Voir le texte 36, « De Guichardin à… Sorel ».

15 En français dans le texte.

16 Dans le texte 38, « L’entreprise désespérée », Mussolini expose les motivations qui l’ont conduit à fonder Utopia.

17 À l’occasion du centenaire de la Semaine rouge en 2014, de nombreuses manifestations (colloques, expositions) et publications scientifiques ont vu le jour, renouvelant ainsi la production historiographique à ce sujet. On citera notamment le volume de Marco Severini, La settimana rossa (Rome, Aracne, 2014), et plus précisément la contribution de Matteo Soldini, « Mussolini e la settimana rossa » (p. 315-330).

18 Voir le texte 44, « Journal de guerre ».

19 Voir la note 2 de la « Note à la présente traduction ».

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search