Desktop versionMobile version

Gouverner la vie privée

 | 
Émilie Biland

Remerciements

Full text

1Cet ouvrage est l’aboutissement de dix années de travail au sein de plusieurs collectifs de recherche. Si je suis seule responsable des analyses présentées ici, j’aurais été bien incapable de les concevoir sans les collègues et les étudiant.es qui ont participé à ces enquêtes et sans les échanges que nous avons eus à leur propos. Je remercie chaleureusement Céline Bessière et Sibylle Gollac qui m’ont entraînée dans cette aventure ; Catherine Rainville, qui fut ma complice dans les tribunaux québécois ; Aurélie Fillod-Chabaud, Muriel Mille et Gabrielle Schütz qui ont, elles aussi, fait le pari du Québec ; Hélène Steinmetz avec qui j’ai initié les analyses comparatives ; Maxim Fortin et Joanie Bouchard pour leur confiance et leur engagement ; Nicolas Rafin qui m’a si bien accueillie « chez lui » et Hélène Zimmermann pour nos étonnements binationaux.

2Pour mener à bien cette recherche, le soutien financier de plusieurs institutions a été décisif : la Mission de recherche Droit et Justice, la faculté des sciences sociales de l’Université Laval, la commission permanente de coopération franco-québécoise, l’Agence nationale de la recherche, le Fonds de recherche du Québec – société et culture, le Centre de recherche en sciences humaines du Canada, le Réseau québécois en études féministes, le Partenariat de recherche sur les séparations conjugales et recompositions familiales, le Centre d’analyse des politiques publiques. J’ai rédigé cet ouvrage alors que j’enseignais à l’Université Rennes 2 et que je menais mes recherches au sein du laboratoire Arènes, qui a soutenu financièrement la publication de ce livre.

3Ce processus d’écriture a été ponctué, en septembre 2017, par la soutenance de mon habilitation à diriger des recherches à l’Université de Strasbourg. Merci à mon garant, Vincent Dubois, pour ses encouragements et conseils. Reconnaissance à Catherine Achin, Jacques Commaille, Claude Martin, Delphine Serre et Florence Weber, qui ont constitué un jury bienveillant et stimulant. D’une version à l’autre, les commentaires et relectures de Céline Bessière, Chantal Biland, Erwan Biland, Annie Curinier, Solenne Jouanneau, Muriel Mille, Gabrielle Schütz et Cécile Vigour m’ont été bien utiles. À Québec, Pauline Côté a été une précieuse alliée ; entre ici et là-bas, j’ai apprécié de croiser mon regard « si loin, si proche » avec celui de Fabien Desage. Merci enfin à Isabelle Boutoux, Gilles Pollet, Céline Rohard et Patrick Tillard d’avoir fait advenir ce projet éditorial.

© ENS Éditions, 2019

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search