Version classiqueVersion mobile

Cohésion et cohérence

 | 
Anna Jaubert

Les relatifs dits de liaison dans l’œuvre de Rabelais

Éliane Kotler

Texte intégral

1La surabondance des marqueurs de cohésion textuelle est l’une des caractéristiques de la prose narrative du xvie siècle. Parmi ces marqueurs figurent en bonne place les relatifs dits de liaison. C’est la discrétion des grammaires à leur égard qui nous a amenée à nous intéresser à eux à travers un corpus assez représentatif de la prose narrative française de la première moitié du xvie siècle qui renoue par bien des aspects avec le latin, l’œuvre de Rabelais, laquelle présente, de plus, l’avantage d’être exploitable sur cédérom.

2On remarque en effet que l’expression même, « relatif de liaison », semble embarrasser les spécialistes de syntaxe et auteurs d’ouvrages de grammaire, puisqu’ils sont à peu près tous d’accord pour ne pas y avoir recours. Plus exactement seules les grammaires qui se situent dans une perspective diachronique mentionnent l’existence de relatifs de liaison, et admettent cette appellation, tout en évitant d’en discuter le bien-fondé, peut-être parce que cette discussion pourrait déboucher sur la mise en question de l’existence de la chose. Les deux attitudes ne sont d’ailleurs pas radicalement différentes : dans les deux cas un phénomène sans doute problématique se trouve contourné, qu’il soit occulté complètement ou présenté comme une évidence révélée par une sorte d’intuition platonicienne, dont on sait combien elle peut être trompeuse.

3Est-ce à dire que la réalité de la chose est en soi discutable ? C’est peut-être aller un peu vite en besogne et sans doute franchir un pas, ce que certains grammairiens de la langue latine n’ont d’ailleurs pas hésité à faire.

4Mais pour discuter sur des bases à peu près stables il faut d’abord nous entendre sur une définition.

5Quels sont donc les critères de reconnaissance de ce que l’on continuera pour l’instant et pour la commodité à appeler relatif de liaison ?

  • 1  Histoire de la langue française des origines à nos jours, t. II. Le xvie siècle, 1967, p. 427.

6Le premier critère, celui qui est avancé par les grammaires historiques traditionnelles, est très discutable puisqu’il se fonde sur la ponctuation, laquelle, on le sait, est rarement imputable aux auteurs jusqu’au xviiie siècle. Le critère de la ponctuation est central dans l’Histoire de la langue française de Ferdinand Brunot qui, prenant semble-t-il le problème à l’envers, estime que « l’influence du latin se marque aussi dans la façon dont on fait désormais commencer des phrases par un relatif »1. Après avoir cité de nombreux exemples de textes du xve siècle (Froissart, Christine de Pisan, Georges Chastellain, Philippe de Commynes), il revient sur le cadre d’apparition du relatif de liaison pour insister non pas sur le lien avec le cotexte mais sur l’autonomie de l’énoncé ainsi introduit : « dans la plupart des cas, il faudrait citer tout le contexte pour établir qu’il s’agit d’une nouvelle phrase, séparée de la première par une forte pause » (loc. cit.).

  • 2  F. Brunot et C. Bruneau, Précis de grammaire historique de la langue française, 1969, p. 430.

7Le Précis de grammaire historique de la langue française de Brunot et Bruneau insiste également sur l’autonomie syntaxique de l’énoncé introduit par un relatif de liaison, et souligne, sans toutefois l’analyser davantage, le rôle de liaison du relatif : « En moyen français, sous l’influence du latin, les écrivains se servent du relatif, adjectif ou pronom, pour lier deux phrases entre elles »2.

  • 3  Grammaire de la langue française du xvie siècle, 1974, p. 97.

8Georges Gougenheim, qui se fonde largement sur l’Histoire de la langue française de Ferdinand Brunot, reprend le critère de la place en début de phrase : « De même qu’en latin, on trouve en tête de phrase un pronom relatif, servant à rappeler la phrase précédente, là où dans la langue moderne nous nous contenterions du démonstratif »3. Et il cite Rabelais à titre d’exemple : « A quoy voluntiers le roy et les géants consentirent » (Pantagruel, chap. XXIX, p. 360). Cependant, quand ses prédécesseurs n’allaient pas au-delà de remarques sur la fonction de liaison du relatif, Gougenheim en souligne la fonction anaphorique ; il lui restitue en effet son rôle de pro-nom en observant qu’il « [sert] à rappeler la phrase précédente ».

  • 4  Le Bon Usage, 12e édition refondue par André Goose, 1988, § 691, c.

9Cette observation est tout à fait essentielle bien qu’elle mérite d’être affinée : certains relatifs (quoi employé seul ou avec préposition) sont en effet anaphoriques d’un énoncé antécédent alors que d’autres (les relatifs de la famille de lequel) le sont d’un nom ou d’un groupe nominal. C’est ce que fait Grevisse qui prend soin de donner sa juste place à cette remarque concernant l’antécédent : « Quoi s’emploie plus souvent que les autres relatifs avec une phrase ou une partie de phrase comme antécédent »4. Ce faisant, il relègue à un second rôle celui de la ponctuation, qu’il mentionne pourtant :

Il est fréquent que les auteurs fassent précéder le groupe préposition + quoi d’une ponctuation forte, point-virgule, point, voire alinéa. Quoi perd alors sa fonction proprement relative, pour prendre une valeur anaphorique pareille à celle des démonstratifs. Le groupe joue même parfois le rôle d’un adverbe et certains auteurs le font alors suivre d’une virgule (loc. cit.).

10La fin de sa remarque nous paraît l’élément le plus intéressant : le relatif dit de liaison « joue parfois le rôle d’un adverbe ». Comparé aux autres relatifs, force est de constater que le relatif dit de liaison jouit d’une liberté syntaxique qui lui est tout à fait propre, certains des exemples que nous serons amenée à citer le montrent bien.

  • 5  Grammaire du français classique, 1998, p. 184, § 255.

11Nathalie Fournier se place globalement dans la même perspective que Grevisse, en insistant sur la référence à un énoncé antérieur5. Elle aborde le relatif de liaison de façon presque incidente, dans un paragraphe consacré à « l’anaphore par des relatifs ». Cette perspective biaisée ou au moins double la conduit à ne pas poser réellement le problème de la spécificité du relatif de liaison.

  • 6  « Relatif et liaison : le cas du relatif dit “de liaison” », 1997, p. 517-527.

12Pierre Kunstmann, dans son article sur le relatif de liaison en moyen français6, adopte, lui, un critère de classification essentiellement morphologique puisqu’il distingue l’emploi adverbial, l’emploi pronominal, l’emploi adjectival et le relatif précédé de la conjonction et. Nous verrons que ce critère, s’il est pertinent pour certaines formes, ne l’est manifestement pas pour toutes.

13De mon côté, à partir d’une recherche fondée pour des raisons de commodité sur la morphologie, j’ai surtout tenu compte de la fonction de liaison du relatif, c’est-à-dire que j’ai essayé de sélectionner les cas où le relatif introduit un segment situé sur le même plan syntaxique que l’énoncé antérieur et non une proposition subordonnée au sens étroit du terme.

14Pourquoi avoir choisi comme corpus l’œuvre de Rabelais ?

15La première raison est l’abondance dans cette œuvre narrative de la première moitié du xvie siècle de ce que l’on a coutume d’appeler relatifs de liaison. Citons un exemple tiré du Pantagruel :

Laquelle mienne conversation a été moyennant l’aide et grâce divine, non sans péché, je le confesse (car nous péchons tous, et continuellement requérons à Dieu qu’il efface nos péchés) mais sans reproche.

Par quoi, ainsi comme en toi demeure l’image de mon corps, si pareillement ne reluisaient les mœurs de l’âme, l’on ne te jugerait point être garde et trésor de l’immortalité de notre nom ; et le plaisir que prendrais ce voyant, serait petit, considérant que la moindre partie de moi, qui est le corps, demeurerait, et la meilleure, qui est l’âme, et par laquelle demeure notre nom en bénédiction entre les hommes, serait dégénérante et abâtardie.

  • 7  Les citations sont tirées du cédérom « Batelier », mis au point par Étienne Brunet, qui reproduit (...)

Ce que je ne dis par défiance que j’aie de ta vertu, laquelle m’a été jà par ci-devant éprouvée, mais pour plus fort t’encourager à profiter de bien en mieux.7

16Il s’agit de la célèbre lettre de Gargantua ; elle fait apparaître en trois paragraphes trois exemples de relatifs dits de liaison de formes différentes : adjectif (laquelle mienne conversation), pronom précédé d’une préposition (par quoi), locution pronominale (ce que). Toutes ces occurrences répondent aux critères énumérés plus haut : place en début de phrase, substitution possible avec un démonstratif, lien anaphorique avec le cotexte antécédent.

17La seconde est que le cédérom « Batelier » mis au point par Étienne Brunet permet des relevés exhaustifs et offre, avec un gain de temps précieux, les garanties d’une recherche automatique dans une base de données informatisée.

  • 8  Grammaire de la langue française du xvie siècle, p. 97.

18À partir des embryons de définition mentionnés tout à l’heure, j’ai donc effectué des relevés, fondés sur la morphologie pour des raisons de commodité d’exploitation du corpus, encore que je ne sois pas sûre, comme nous le verrons, que la morphologie soit un critère valide dans la reconnaissance des formes qui nous intéressent. J’ai commencé par étudier quoi employé seul ou avec préposition, les relatifs prépositionnels étant très représentés dans mon corpus, que la préposition apparaisse en tant que telle (de quoi, à quoi) ou soit intégrée à la morphologie du relatif (dont < de unde). Gougenheim note d’ailleurs que « les formes les plus employées sont quoi précédé d’une préposition et dont équivalant à “de quoi”, “par suite de quoi” »8. Disons tout de suite que le relatif quoi a vu ses emplois se restreindre au cours des siècles puisqu’il ne s’emploie plus qu’accompagné des prépositions à et de, exceptionnellement de en, quand ces prépositions étaient beaucoup plus diversifiées au xvie siècle comme nous allons le voir. Ce faisant, j’ai été amenée à envisager ce que qui apparaît comme un substitut possible de quoi. J’ai ensuite envisagé le cas de dont, et enfin les multiples facettes de lequel.

Quoi employé seul / ce que

19Quoi est un cas particulier, le plus simple à étudier sans doute parce qu’il n’intervient qu’en fonction de liaison : si quoi prépositionnel permet l’enchâssement de la relative dans la principale (l’événement à quoi tu fais allusion…), quoi n’a pas cette faculté et apparaît comme un démarcatif anaphorique pur, doué d’une fonction textuelle mais incapable de hiérarchiser l’énoncé qu’il introduit par rapport au segment antérieur. Ses emplois semblent d’ailleurs plus ou moins figés et vraisemblablement déjà en voie de disparition au xvie siècle.

  • 9  Pantagruel, chap. IV, p. 238 ; chap. V, p. 242 ; chap. XIV, p. 291 ; chap. XXV, p. 344 ; chap. XXI (...)

20Chez Rabelais, en effet, quoi n’apparaît guère que suivi du participe présent voyant dont il est le complément. On dénombre 5 occurrences de ce type d’emploi dans le Pantagruel, 2 dans le Gargantua9, aucune dans les textes postérieurs. Citons deux exemples :

  • 10  Pantagruel, chap. IV, p. 238.

En ce point, [Pantagruel] entra en la salle où l’on banquetoit, et hardiment, qu’il espoventa bien l’assistance mais, par autant qu’il avoit les bras lyez dedans, il ne povoit rien prendre à manger, mais en grande peine se enclinoit pour prendre à tout la langue quelque lippée. Quoi voyant son pere entendit bien que l’on l’avait laissé sans lui bailler à repaître et commanda qu’il fut délié des dites chaînes par le conseil des princes et seigneurs assistant, ensemble aussi que les médicins de Gargantua disaient que si l’on le tenait ainsi au berceau qu’il serait toute sa vie sujet à la gravelle…10

Puis voyant Pantagruel que Loup Garou approchait la gueule ouverte, vint contre lui hardiment […]. Puis lui jeta de sa barque, qu’il portait à sa ceinture, plus de dix et huit caques et un minot de sel, dont il lui emplit et gorge et gosier, et le nez et les yeux. De ce irrité Loup Garou lui lança un coup de sa masse, lui voulant rompre la cervelle.

Mais Pantagruel fut habile et eut toujours bon pied et bon œil, par ce démarcha du pied gauche un pas arrière, mais il ne sut si bien faire que le coup ne tombât sur la barque, laquelle rompit en quatre mille octante et six pièces et versa la reste du sel en terre.

  • 11  Pantagruel, chap. XXIX, p. 362.

Quoi voyant Pantagruel galantement ses bras déplie et comme est l’art de la hache, lui donna du gros bout sur son mât, en estoc au‑dessus de la mamelle, et retirant le coup à gauche en taillade lui frappa entre col et collet…11

21Ces tours sont assez atypiques dans la mesure où ils ont une vague allure d’ablatifs absolus latins, mais n’en sont bien évidemment pas dans la mesure où l’agent des participes est aussi celui du verbe conjugué. Le groupe relatif + participe forme une construction absolue détachée, constituant une sorte de prédication seconde intégrée au thème, prédication de second plan, certes, mais qui apparaît comme la cause incidente du procès majeur qu’exprime la forme verbale temporelle. La structure, plus ou moins figée, participe donc à la fois de la cohésion et de la cohérence du texte :

22– de la cohésion du tissu narratif par la présence du relatif qui assure un lien avec l’énoncé antérieur ;

23– de la cohérence discursive par le lien de causalité incident liant entre eux les événements rapportés.

24On remarque d’ailleurs que quoi alterne avec ce que comme objet du participe voyant :

  • 12  Pantagruel, chap. XV, p. 297.

Ainsi le Lion guéri, se promenait par la forêt, à quelle heure une vieille sempiterneuse ébûchetait et amassait du bois par ladite forêt, laquelle voyant le Lion venir, tomba de peur à la renverse en telle façon, que le vent lui renversa robe, cotte, et chemise jusqu’au-dessus des épaules. Ce que voyant le Lion accourut de pitié, voir si elle s’était fait aucun mal, et considérant son comment a nom ? dit, Ô pauvre femme qui t’a ainsi blessée ? et ce disant, aperçut un renard, lequel il l’appela, disant…12

25La dernière phrase de ce dernier exemple nous amène d’ailleurs au constat que et ce (et ce disant…) est un autre substitut possible et de quoi et de ce que.

26Bien que dans la locution ce que ce soit au démonstratif qu’incombe la fonction d’anaphoriser l’énoncé antérieur, le jeu de la commutation révèle un fonctionnement analogue du relatif quoi et de la locution ce que, d’un usage beaucoup plus étendu au xvie siècle que le relatif quoi comme objet de différents verbes au participe présent ou dans d’autres emplois. D’ailleurs cette locution a subsisté jusqu’au français moderne.

  • 13  Et ce que apparaît dans l’œuvre de Rabelais, mais dans d’autres emplois (comme élément d’une relat (...)

27Ces remarques nous permettent donc de mettre en évidence l’existence d’un paradigme d’éléments susceptibles de se substituer les uns aux autres n’appartenant pas tous à la même catégorie morphologique : à une extrémité on trouve le relatif seul (quoi), à l’autre extrémité le démonstratif ce accompagné de la conjonction et, entre les deux une combinaison associant le démonstratif et le relatif (ce que). Il semblerait donc que le relatif possède la faculté de cumuler la fonction de coordination et celle d’anaphore puisque la forme quoi s’emploie toujours seule, de même que ce que n’est jamais précédé d’une conjonction de coordination (et quoi et et ce que n’existent pas à notre connaissance13), tandis que ce requiert la présence de la conjonction et pour dépasser sa seule fonction anaphorique.

Emplois prépositionnels de quoi (à quoi, en quoi, par quoi, de quoi)

28On dénombre 66 emplois de quoi prépositionnel, Cinquième Livre compris. Mais on en compte 51 dans le seul Pantagruel, 10 dans le Gargantua, 1 seul dans le Tiers Livre, 1 dans le Quart et 3 dans le Cinquième Livre. Dans ces trois derniers livres, il est assez surprenant de constater que la forme qui apparaît est une forme peu usitée par ailleurs : en quoi.

29Je classerai les relatifs prépositionnels en fonction de la forme de la préposition : toutes ont une origine spatiale, mais au xvie siècle, certaines conservent globalement leur sémantisme originel alors que d’autres ont pris un sens logique nettement marqué.

À quoi

30On en dénombre 39 occurrences dans le Pantagruel qui sont, la plupart du temps, suivies d’un verbe locutoire. Ces verbes sont peu variés : dire et répondre sont les plus employés. Dans le Pantagruel on dénombre 10 occurrences de à quoi suivies du verbe dire, 1 dans le Gargantua, 14 occurrences de à quoi suivies du verbe répondre dans le Pantagruel, 3 dans le Gargantua.

  • 14  Pantagruel, chap. X, p. 273 ; chap. XXII, p. 334 ; chap. XXIII, p. 337 ; chap. XXVIII, p. 354 ; ch (...)
  • 15  Pantagruel, chap. III, p. 234 ; chap. XXVIII, p. 357.
  • 16  Pantagruel, chap. X, p. 275.
  • 17  Gargantua, chap. VII, p. 33.

31Quand la locution n’est pas suivie d’un verbe locutoire, elle est le plus souvent suivie d’un verbe introduisant un discours narrativisé comme consentir (5 occurrences dans le Pantagruel14), obtempérer (2 occurrences dans le Pantagruel15), contredire (1 occurrence dans le Pantagruel16), condescendre (1 occurrence dans le Gargantua17).

  • 18  Pantagruel, chap. X, p. 273.

Je suis d’opinion, que nous l’appelons, et conférons de cet affaire avec lui car jamais homme n’en viendra à bout si cestui-là n’en vient. À quoi volontiers consentirent tous ces conseillers et docteurs : de fait l’envoyèrent quérir sur l’heure, et le prièrent vouloir le procès canabasser et grabeler à point, et leur en faire le rapport tel que de bon lui semblerait en vraie science légale.18

32Pour ce qui est des verbes strictement locutoires, l’emploi d’à quoi appelle une remarque : si le verbe répondre requiert par sa construction un complément introduit par la préposition à, il n’en va pas de même pour le verbe dire. En effet, si les deux verbes sont trivalents, dire n’admet qu’un complément d’objet second animé comme complément introduit par la préposition à alors que répondre admet soit un complément d’objet second animé soit un complément d’objet indirect (je dis quelque chose à quelqu’un / je dis quelque chose de cela / je réponds quelque chose à quelqu’un / à une objection). Ce qui nous amène à considérer qu’à quoi, employé avec dire mais aussi avec d’autres verbes locutoires par analogie d’emplois, fonctionne moins comme un complément indirect que comme un connecteur, un marqueur garantissant que le discours ainsi introduit est pertinent par rapport à celui qui précède. En ce sens l’expression participe de la fonction phatique du langage et assure un contact entre le lecteur et les personnages du récit. Le passage suivant, extrait de la célèbre rencontre entre Pantagruel et l’écolier limousin « qui contrefaisoit le langage françois » en est un bon exemple :

  • 19  Pantagruel, chap. VI, p. 246.

Et bren bren ! dit Pantagruel, qu’est‑ce que veut dire ce fol ? Je crois qu’i[l] nous forge ici quelque langage diabolique, et qu’il nous cherme comme enchanteur. À quoi dit un de ses gens : Seigneur sans doute ce galant veut contrefaire la langue des Parisians, mais il ne fait que écorcher le latin et cuide ainsi Pindariser, et lui semble bien qu’il est quelque grand orateur en Français, parce qu’il dédaigne l’usance commun de parler. À quoi dit Pantagruel : Est-il vrai ? L’écolier répondit : Seignor missayre, mon génie n’est point apte nate à ce que dit ce flagitiose nébulon, pour escorier la cuticule de notre vernacule Gallicque, mais vice versement je gnave opère et par vèles et rames je me énite de le locupléter de la redondance latinicome. Par dieu (dit Pantagruel), je vous apprendrai à parler. Mais devant réponds‑moi : dont es‑tu ? À quoi dit l’écolier : l’origine primève de mes aves et ataves fut indigène des régions Lémoviques, où requiesce le corpore de l’agiotate saint Martial.19

  • 20  Elles sont limitées aux cas où l’objet indirect est le mot ordre ou un équivalent explicitement pr (...)

33Les mêmes remarques pourraient être formulées à propos de consentir, obtempérer, contredire. Certes, consentir se construit de façon indirecte, mais les constructions indirectes d’obtempérer sont limitées20 et contredire se construit de façon directe avec un objet faisant obligatoirement référence à une personne.

  • 21  Pantagruel, chap. XXII, p. 334.
  • 22  Pantagruel, chap. III, p. 234.
  • 23  Pantagruel, chap. X, p. 275.

À quoi volontiers consentit Pantagruel ;21
À quoi obtempérant allerent à l’enterrement ;22
À quoi aucuns d’entre eux contredisaient.23

34Il peut paraître surprenant que ce type de structure, à savoir relatif prépositionnel suivi d’un verbe locutoire ou d’un infinitif, marque d’un discours narrativisé n’apparaisse pas dans le Tiers Livre, le livre le plus dialogique de Rabelais. Mais il faudrait y regarder d’un peu plus près et voir si cela ne tiendrait pas au fait que dans le Tiers Livre les personnages sont maîtres de l’échange alors que dans le Pantagruel le narrateur, résorbant au maximum l’hétérogénéité énonciative, reste très présent au sein même des échanges entre personnages : c’est lui qui distribue les tours de parole, d’où un nombre très important de ces connecteurs qui renforcent la cohésion de l’échange, garantissent la pertinence de la réponse, mais sont aussi la marque d’un genre en voie de formation : peu à peu les personnages conquièrent leur autonomie par rapport au narrateur et le Tiers Livre marquerait une très nette évolution dans ce sens.

35Il est plus rare qu’à quoi apparaisse dans un contexte franchement narratif : dans ce cas il précède des verbes plus variés et souligne un enchaînement d’actions :

À quoi Panurge tira sa longue braguette avec son Floc, et l’étendit d’une coudée et demie, et la tenait en l’air de la main gauche, et de la dextre prit sa pomme d’orange, et la jetant en l’air par sept fois, à la huitième la cacha au poing de la dextre, la tenant en haut tout coi puis commença secouer sa belle braguette, la montrant à Thaumaste.

Après cela Thaumaste commença enfler les deux joues comme un cornemuseur et soufflait, comme s’il enflait une vessie de porc.

  • 24  Pantagruel, chap. XIX, p. 322-323.

À quoi Panurge mit un doigt de la gauche on trou du cul, et de la bouche tirait l’air comme quand on mange des huîtres en écaille : ou quand on hume sa soupe…24

36Dans cette sorte d’emploi la solidarité syntaxique entre le verbe et le groupe du relatif est assez lâche, on a affaire à une relation de type circonstanciel au sens le plus large : à quoi signifie ici « à la suite de quoi » et alterne d’ailleurs avec après cela.

En quoi

37Le groupe en quoi, assez peu représenté, doit être rattaché à ce groupe de relatifs prépositionnels avec préposition spatiale.

  • 25  Pantagruel, chap. XX, p. 325, chap. XXVIII, p. 354.
  • 26  Gargantua, chap. XX, p. 76.
  • 27  Tiers Livre, chap. XLI, p. 575.
  • 28  Quart Livre, chap. I, p. 32, chap. XVI, p. 85.
  • 29  Cinquième livre, chap. XXXIV, p. 366, chap. XLII, p. 441 et 446.

38On en trouve 2 occurrences dans le Pantagruel25, 1 dans le Gargantua26, 1 dans le Tiers Livre27, 2 dans le Quart28 et 3 dans le Cinquième Livre29.

Le Sophiste n’eut si tôt achevé que Ponocrate et Eudémon s’esclaffèrent de rire tant profondément, qu’en cuidèrent rendre l’âme à Dieu, ni plus, ni moins que Crassus voyant un âne couillard qui mangeait des chardons : et comme Philémon voyant un âne qui mangeait les figues qu’on avait apprêté pour le dîner, mourut de force de rire. Ensemble eux, commença rire maître Janotus, à qui mieux, mieux, tant que les larmes leurs venaient ès yeux : par la véhémente concussion de la substance du cerveau : à laquelle furent exprimées ces humidités lacrymales, et transcoullées jouxte les nerfs optiques.

  • 30  Gargantua, chap. XX, p. 76.

En quoi par eux était Démocrite Héraclitisant, et Héraclite Démocritisant représenté…30

39Le groupe définit de manière assez vague le domaine d’application d’un énoncé qui se trouve recadré, dont l’à-propos est par avance garanti.

Par quoi

40Parquoi (ou par quoi) a une valeur argumentative nettement plus forte, qui tient sans aucun doute au sens plus marqué de la préposition par, qui implique une relation de causalité là où à et en n’introduisaient qu’un rapport d’abord de lieu et de temps, ensuite seulement de cause et soulignaient donc la pertinence d’un commentaire plutôt que le lien de nature argumentative unissant deux séquences.

  • 31  Pantagruel, chap. IV, p. 236, chap. VIII, p. 258 et 260, chap. XXVIII, p. 356.
  • 32  Gargantua, chap. XLVIII, p. 178.
  • 33  Cinquième livre, prologue, p. 283.

41Par quoi apparaît à 4 reprises dans le Pantagruel31, 1 seule fois dans le Gargantua32 et 1 fois dans le Cinquième Livre33 :

Mais quelquefois qu’un grand Ours que nourrissait son père échappa, et lui venait lécher le visage, car les nourrisses ne lui avaient bien à point torché les babines, il se défit des dits Câbles aussi facilement comme Samson d’entre les Philistins, et vous prit monsieur de l’Ours, et le mit en pièces comme un poulet, et vous en fit une bonne gorge chaude pour ce repas.

  • 34  Pantagruel, chap. IV, p. 236.

Par quoi craignant Gargantua qu’il se gâtât, fit faire quatre grosses chaînes de fer pour le lier, et fit faire des arcs-boutants à son berceau bien affûtés.34

De quoi et dont

  • 35  Pantagruel, chap. VII, p. 249, chap. 32, p. 379.
  • 36  Gargantua, chap. XV, p. 62.

42De quoi est peu représentée (3 occurrences seulement : 2 dans le Pantagruel35, 1 dans le Gargantua36). La locution devrait pouvoir commuter avec dont, puisque les deux relatifs comportent la même préposition de marquant l’origine ou l’agent.

43Dans les faits, on s’aperçoit qu’avec un verbe locutoire dont commute plutôt avec à quoi. Le fameux chapitre où est narrée la première rencontre de Pantagruel et de Panurge fait ainsi alterner dont et à quoi qui scandent les tours de parole entre Pantagruel, Panurge et Epistémon :

Bouille kalmuch monach drupp delmeupplistrincq dlrnd dodelb up drent

loch minc stzrinquald de vins ders cordelis hur iocststzampenards. À quoi dit Épistémon. Parlez‑vous chrétien ? mon ami, ou langage pathelinois. Non c’est langage lanternois. Dont dit Panurge. Here ie en sprerke anders gheen taele dan kersten taele my dunct nochtans, al en seg ie u niet een wordt, mynen noot verklaart ghenonch wat ie beglere, gheest my unyt bermherticheyt yet waer un ie ghevoet mach zunch.

  • 37  Pantagruel, chap. X, p. 266-267.

À quoi répondit Pantagruel. Autant de cestui‑là. Dont dit Panurge. Senor de tanto hablar yo soy cansado, por que supplico a vuestra reverentia que mire a los preceptos evangelicos…37

44On dénombre en effet 11 occurrences de dont suivi du verbe dire (8 dans le Pantagruel, 3 dans le Gargantua) : cet emploi apparaît comme le pendant de la construction à quoirépondre : de la même façon que répondre se construit indirectement avec la préposition à, dire se construit également indirectement avec la préposition de, d’où les tours à quoi répondit P., dont dit P. Que tirer de cela, sinon le constat que la langue fait globalement en sorte que la fonction de liaison et la fonction syntaxique ne rentrent pas en conflit ? Il me semble d’ailleurs d’après quelques sondages que j’ai pu effectuer dans l’œuvre de Montaigne que cette tendance se confirme et qu’à la fin du siècle des tours du type à quoi suivi du verbe « dire », encore nombreux chez Rabelais comme nous l’avons vu plus haut, deviennent rares.

45En dehors de cet emploi nettement reconnaissable, dont marque volontiers le lien chronologique unissant deux énoncés et signifie alors « à la suite de quoi », sens que le relatif tient de son origine ablative. Il est alors suivi d’un verbe rapportant un événement, comme dans l’exemple suivant :

  • 38  Pantagruel, chap. XV, p. 297.

Au temps que les bêtes parlaient (il n’y a pas trois jours) un pauvre Lion par la forêt de Bièvre se promenant et disant ses menus suffrages passa par-dessous un arbre auquel était monté un vilain charbonnier pour abattre du bois. Lequel voyant le Lion, lui jeta sa cognée, et le blessa énormément en une cuisse. Dont le Lion cloppant tant courut et tracassa par la forêt pour trouver aide qu’il rencontra un charpentier, lequel volontiers regarda sa plaie, la nettoya le mieux qu’il peut, et l’emplit de mousse, lui disant, qu’il émouchât bien sa plaie, que les mouches n’y fissent ordure, attendant qu’il irait chercher de l’herbe-au-charpentier.38

  • 39  Michel Glatigny, « Cohésion et emploi des relatifs à la charnière des xvie et xviie siècles », p.  (...)

46Ce type d’emploi est sans ambiguïté : dont fonctionne comme un véritable connecteur, il est quasiment dépourvu de fonction dans le segment qu’il introduit, tout au plus fonctionne-t-il comme un adverbe circonstanciel au sens le plus large du terme et sa fonction anaphorique est des plus floues. Ces emplois semblent à peu près stables pendant tout le siècle dans la littérature narrative : Michel Glatigny formule des observations tout à fait comparables à partir d’un corpus plus tardif, portant sur des récits de voyage39. On le voit, on est assez loin des fonctions habituelles en français moderne du relatif dont, complément d’objet indirect ou complément déterminatif.

47En revanche de quoi s’intègre bien davantage à la chaîne syntaxique et la locution dans les 3 occurrences présentes dans l’œuvre de Rabelais est complément d’objet indirect, comme dans l’exemple suivant :

À tant son père aperçut que vraiment il étudiait très bien et y mettait tout son temps, toutefois qu’en rien ne profitait. Et que pis est, en devenait fou, niais, tout rêveux et rassoté.

  • 40  Gargantua, chap. XV, p. 62.

De quoi se complaignant à don Philippe des Marais Vice-roi de Papeligosse, entendit que mieux lui vaudrait rien n’apprendre que tels livres sous tels précepteurs apprendre. Car leur savoir n’était que bêterie, et leur sapience n’était que moufles, abâtardissant les bons et nobles esprits, et corrompant toute fleur de jeunesse.40

48Ce relevé des divers emplois prépositionnels de quoi nous amènera à nous étonner de l’absence du seul relatif prépositionnel de liaison qui subsiste en français moderne, sur quoi, qui n’est pas du tout représenté dans l’œuvre de Rabelais.

Ordre des mots

49La fréquence des structures introduites par une forme en qu- dans lesquelles le sujet nominal est postposé au verbe nous amène à nous interroger sur l’incidence du relatif sur l’ordre des mots.

Par quoi craignant Gargantua qu’il se gastast…

  • 41  On pourra consulter à ce sujet Robert Martin et Marc Wilmet, Syntaxe du moyen français, 1980, p. 2 (...)

50Il semblerait que cet ordre porte la marque de la loi mise en lumière par Thurneysen, qui a montré qu’en ancien français le verbe occupe le plus souvent la seconde place dans la phrase41. Des habitudes langagières se sont imposées et perdurent ou subsistent sous forme de traces à travers les siècles.

  • 42  La Grammaire méthodique cite l’exemple suivant : « La voiture que conduisait le pilote finlandais (...)

51C’est ainsi que l’inversion du sujet nominal dans les relatives s’observe toujours en français moderne, avec une fréquence moindre cependant, favorisée par un volume important du groupe sujet et largement conditionnée par un facteur rythmique : le désir d’organiser la phrase par masses croissantes42.

52On observe parallèlement que des contraintes qui s’exercent sur la langue de Rabelais sont toujours aussi fortes en français moderne. L’existence d’un complément d’objet rend la postposition du groupe nominal sujet impossible. On oppose ainsi :

À quoi volontiers consentit Pantagruel

à :

À quoi Panurge tira sa longue braguette.

53En revanche la syntaxe du sujet clitique a évolué : la langue de Rabelais reflète un état de langue désormais révolu. Alors que le sujet clitique s’efface chez Rabelais en cas d’anaphore avec un élément du contexte antécédent, il est présent et occupe la place canonique du sujet en français moderne. Une phrase du type :

  • 43  Pantagruel, chap. III, p. 234.

À quoi obtempérant allerent à l’enterrement43

est nettement datée du point de vue syntaxique.

Lequel, pronom ou adjectif, prépositionnel ou non, et ses différentes flexions

54L’approche de ce relatif est moins aisée parce qu’on passe de façon presque insensible d’emplois « classiques » du relatif, c’est-à-dire introduisant une relative adjective explicative, à des emplois analogues à ceux que nous avons passés en revue.

  • 44  A. Lorian, Tendances stylistiques dans la prose narrative française du xvie siècle, 1973, p. 223.
  • 45  Ce phénomène est assez surprenant, il semble aller à l’encontre de l’évolution générale de la lang (...)

55Je ne sais pas si, comme le dit Alexandre Lorian, lequel est véritablement « le raffinement suprême »44 ; ce qui est certain c’est qu’il est le seul relatif à proliférer au fil des œuvres chez Rabelais45 : c’est dans le Pantagruel que les occurrences de relatifs de la famille de lequel sont les moins nombreuses, toutes proportions gardées parce que leur nombre est infiniment plus important que celui des formes répertoriées jusque-là. On avoisine la centaine d’emplois toutes formes confondues pour chaque livre. Mais le décompte n’est pas aisé pour des raisons que j’évoquerai tout à l’heure qui tiennent à la difficulté que l’on rencontre à classifier les relatives introduites par lequel.

56Le succès de ces formes est sans doute dû à deux facteurs combinés : d’une part la liberté dont jouissent les formes composées du relatif par rapport à l’antécédent, de l’autre leur plasticité morphologique : elles marquent le genre et le nombre, sont aptes à se combiner avec différentes prépositions et présentent aussi une forme adjective dont la valeur est très proche de celle d’un démonstratif anaphorique.

57Le passage suivant, tiré du chapitre où Gargantua mange six pèlerins en salade, fait ainsi apparaître d’abord une occurrence de pronom puis une occurrence d’adjectif employé avec une préposition :

Et comme [les pèlerins] délibéraient ainsi, Gargantua les mit avec ses laitues dedans un plat de la maison, grand comme la tonne de Cîteaux et avec huile, et vinaigre et sel, les mangeait pour soi rafraîchir devant souper, et avait jà engoullé cinq des pèlerins, le sixième était dedans le plat caché sous une laitue, excepté son bourdon qui apparaissait au-dessus.

Lequel voyant Grandgousier dit à Gargantua. Je crois que c’est là une corne de limaçon ne le mangez point.

Pourquoi ? dit Gargantua. Ils sont bons tout ce mois. Et tirant le bourdon ensemble enleva le pèlerin et le mangeait très bien […]. Les pèlerins ainsi dévorés se tirèrent hors les meules de ses dents le mieux que faire purent, et pensaient qu’on les eût mis en quelque basse fosse des prisons […]. Mais par malheur l’un d’eux tâtant avec son bourdon le pays à savoir s’ils étaient en sûreté, frappa rudement en la faute d’une dent creuse, et férut le nerf de la mandibule, dont fit très forte douleur à Gargantua et commença crier de rage qu’il endurait. Pour donc se soulager du mal fit apporter son cure-dents, et sortant vers le noyer grollier vous dénigea messieurs les pèlerins […].

  • 46  Gargantua, chap. XXXVIII, p. 143-144.

Ainsi les pèlerins denigés s’enfuirent à travers la plante à beau trot, et appaisa la douleur. En laquelle heure fut appelé par Eudémon pour souper car tout était prêt.46

  • 47  Voir M. Riegel, J.-C. Pellat et R. Rioul, Grammaire méthodique, 1994, p. 614.

58Le fonctionnement de l’adjectif relatif est un peu différent de celui du pronom ; la fonction anaphorique est supportée par tout le groupe nominal dont il est le déterminant. L’intérêt du tour est qu’il ne se limite pas forcément à une simple reprise de l’antécédent, qui d’ailleurs ici n’en est pas une, mais permet par exemple de passer d’une évocation concrète à une vision plus abstraite ou, jouant sur une anaphore qui n’en est pas une, d’introduire un nouveau repère temporel dont le seul ancrage dans la narration est le récit qui vient d’être fait, comme c’est le cas dans l’exemple cité. On peut parler dans ce cas d’« anaphore conceptuelle » ou résomptive, dans la mesure où « l’expression anaphorique ne reprend pas un groupe nominal ou un segment antérieur particulier »47.

  • 48  Voir ici-même les analyses de Dominique Longrée sur le latin.

59Revenons au cas plus général de lequel pronom. L’éloignement fréquent de l’antécédent ne doit pas nous laisser penser que tous les emplois de lequel éloigné de l’antécédent sont analogues. Si, comme nous l’avons déjà indiqué, doivent être écartés les énoncés qui fonctionnent comme des relatives explicatives, un critère de reconnaissance du relatif fonctionnant comme outil de liaison pourrait être le temps du verbe du segment qu’il introduit48. On opposera par exemple :

  • 49  Pantagruel, chap. XXI, p. 331.

Adonc Panurge tourna son faux visage, et lui dit. Vous ne voulez donc autrement me laisser un peu faire ? Bren pour vous. Il ne vous appartient tant de bien ni d’honneur : mais par Dieu je vous ferai chevaucher aux chiens : et ce dit s’enfuit le grand pas de peur des coups : lesquels il craignait naturellement.49

à :

Picrochole […] envoya sous la conduite du comte Tyravant pour découvrir le pays seize cents chevaliers tous montés sur chevaux légers en escarmouche […]. Coururent donc jusque près la Vauguyon, et la maladrerie, mais onques ne trouvèrent personne à qui parler, dont repassèrent par le dessus, et en la loge et tugure pastoral, près le Coudray trouvèrent les cinq pèlerins.

Lesquels liés et bafoués emmenèrent, comme s’ils fussent espions, nonobstant les exclamations, adjurations, et requêtes qu’ils fissent. Descendus de là vers Seuilly, furent entendus par Gargantua. Lequel dit à ses gens. Compagnons il y a ici rencontre et sont en nombre trop plus dix fois que nous, choquerons-nous sur eux ? Que diable (dit le moine) ferons-nous donc ? Estimez-vous les hommes par nombre, et non par vertus et hardiesse.

  • 50  Gargantua, chap. XLIII, p. 160-161.

Puis s’écria : Choquons diables, choquons. Ce qu’entendant les ennemis pensaient certainement que fussent vrais diables, dont commencèrent fuir à bride avalée, excepté Tyravant, lequel coucha sa lance en l’arrêt, et en férut à toute outrance le moine au milieu de la poitrine, mais rencontrant le froc horrifique, reboucha par le fer, comme si vous frappiez d’une petite bougie contre une enclume.50

60On voit bien que dans le deuxième exemple la succession des passés simples dessine une chronologie événementielle alors que dans le premier le passage du passé simple à l’imparfait donne une épaisseur au récit en créant un arrière-plan dans lequel se manifeste assez souvent l’omniscience du narrateur.

  • 51  Christian Touratier, La relative, essai de théorie syntaxique, 1980, p. 451.

61Cependant, dans le deuxième extrait tout n’est peut-être pas aussi simple : on ne voit pas très bien s’il faut opposer les deux premières occurrences de lequel placé après un signe de ponctuation fort à la troisième où lequel est placé après une virgule. Il me paraît évident que ces trois emplois sont analogues. Il faudrait donc élargir notre définition du relatif de liaison à ces emplois où le relatif a une fonction de relance, quel que soit le signe de ponctuation qui le précède, et quelle que soit la forme du relatif, puisqu’on peut aussi trouver qui dans ce type d’emploi. Cette fonction de relance assez proche du procédé rhétorique de l’hyperbate a été observée par Christian Touratier, pourtant très méfiant à l’égard de ce que l’on appelle parfois trop rapidement relatif de liaison, qui parle à propos de lequel et de la proposition qu’il introduit de « relatif de rebondissement ou plutôt d’une relative de raccrochage différé »51. On aurait donc affaire à des types de relatives appositives qui déroulent le récit sur un axe horizontal et s’opposent au type représenté par l’exemple du premier extrait où la relative de type explicatif épaissit le récit sur un axe vertical. Cette dernière analyse me paraît la plus cohérente.

  • 52  Dominique Longrée, « “Relatives en rallonge” ou “relatif de liaison” : l’exemple de Tacite », 1996 (...)

62Il est vrai que la distinction entre appositive explicative et appositive ayant une fonction de relance n’est pas toujours facile à établir et les critères d’identification peu stables ; l’un des plus solides en français du xvie siècle comme en latin étant celui des temps verbaux : Dominique Longrée, ici même, observe en effet que « le parfait est par excellence le temps utilisé pour les procès faisant partie de la trame événementielle principale. Un parfait favorisera donc logiquement l’analyse de la relative comme une indépendante »52.

63L’indice du temps employé dans la relative est déterminant dans l’interprétation d’un certain nombre de passages tel celui-ci :

Or en mon chemin je trouvai un compagnon : qui tendait aux pigeons. Auquel je demandai. Mon ami dont vous viennent ces pigeons ici ? Sire (dit-il) ils viennent de l’autre monde.

  • 53  Pantagruel, chap. XXXII, p. 379.

Lors je pensai que quand Pantagruel bâillait, les pigeons à pleines volées entraient dedans sa gorge, pensant que fût un colombier. Puis entrai en la ville, laquelle je trouvai belle, bien forte, et en bel air, mais à l’entrée les portiers me demandèrent mon bulletin, de quoi je fus fort ébahi, et leur demandai messieurs, y a-t-il ici danger de peste ?53

64C’est sur lui que repose l’analyse des deux séquences introduites par un relatif. Les temps des verbes des relatives nous inclinent à penser que les événements évoqués dans les relatives sont postérieurs à ceux qui sont évoqués dans les principales puisque la succession des passés simples dessine une chronologie événementielle ; il s’agirait donc d’appositives de relance et non d’explicatives. Le sens des phrases serait affecté si l’on imaginait des imparfaits là où Rabelais a employé des passés simples : on aurait alors affaire à des explicatives et non plus à des appositives de relance. On le voit, les relatifs de la famille de lequel et les énoncés qu’ils introduisent sont bien ceux qui posent le plus de problèmes : la limite entre les relatives explicatives et celles qui sont purement apposées et dans une relation de coordination avec l’énoncé qui précède ne repose pas sur le seul relatif mais sur un faisceau d’éléments contextuels qui déterminent notre interprétation.

65Au terme de ce rapide panorama j’ai soulevé plus de questions que je n’en ai résolu. Des tendances significatives sont néanmoins apparues.

  • 54  Tendances stylistiques…, p. 257. Alexandre Lorian n’avait cependant pas établi de distinction entr (...)

66Pour ce qui est de l’emploi dans l’œuvre de Rabelais des relatifs dits de liaison de forme simple (quoi, en emploi prépositionnel ou non, dont), je rejoindrai les observations de Cendrine Pagani-Naudet ici même sur l’importance des marqueurs de cohésion syntaxique : c’est dans le Pantagruel qu’ils sont de loin les plus nombreux. Ils permettent de souligner avec la plus grande insistance « que les faits ne se produisent pas dans l’incohérence, au gré du hasard, mais au contraire que tout s’enchaîne logiquement, selon une ordonnance savante de causes et d’effets », comme l’a observé Alexandre Lorian à propos de ce qui, ce que, etc.54

67Sur le plan de l’évolution de la langue, on remarque que de plus en plus le relatif dit de liaison tend à se comporter comme tout relatif, c’est-à-dire comme un anaphorique ayant une fonction dans l’énoncé qu’il introduit, et qu’il se comporte de moins en moins comme un simple connecteur peu contraint, périphérique, doué d’une assez grande plasticité syntaxique. C’est-à-dire en fait qu’il est en voie de disparition en tant que tel.

68Sur le plan distributionnel, force nous est d’observer la parenté très étroite qui existe entre le relatif dit de liaison et le démonstratif, les deux pouvant d’ailleurs s’employer conjointement. Ce qui les sépare, c’est certainement le fait que le relatif cumule la fonction de liaison et celle d’anaphore, ce que ne fait pas le démonstratif, qui a besoin d’un élément complémentaire assurant la cohésion textuelle, qu’il s’agisse d’une conjonction de coordination (et ce) ou d’une préposition marquant l’ordre du déroulement événementiel (après cela).

  • 55  Quoi employé seul faisant exception.

69Tout ceci nous amène à faire deux propositions sur le plan de la réflexion théorique qui devraient permettre de mieux cerner cette catégorie pour le moins problématique des relatifs de liaison. On pourrait adopter une conception étroite du relatif de liaison limitée aux emplois où le relatif est quasiment dépourvu de fonction syntaxique dans la phrase (cas représentés essentiellement par certains emplois de à quoi et de dont). L’ennui c’est que l’on passe de façon presque insensible de ce type d’emploi à un autre très voisin où le relatif est pourvu d’une fonction (à quoi dit P. vs à quoi répondit P.). Il faudrait peut-être alors poser le problème en d’autres termes, en ne prenant plus en compte le relatif, mais l’énoncé que celui-ci introduit. Puisqu’il est évident qu’il n’existe pour ainsi dire pas de classe morphologique des relatifs de liaison distincte des autres relatifs55, même si certains relatifs manifestent une nette propension à être employés en liaison, il faut peut-être se détacher du relatif pour examiner la fonction syntaxique de la proposition ainsi introduite. Cette proposition pourrait être considérée comme un cas particulier de relative appositive : ces dernières sont trop souvent assimilées aux explicatives si bien que les deux termes appositive ou explicative en viennent parfois à être sentis comme interchangeables quand les explicatives ne sont qu’une sous-classe des appositives. Alexandre Lorian avait bien vu le problème puisqu’il distinguait trois types de relatives : les limitatives (ou déterminatives), les explicatives et les adjointes. Je crois cependant qu’une tripartition de l’ensemble des relatives est sans doute excessive et que les deux derniers types (explicatives et adjointes) peuvent se regrouper sous l’étiquette appositives, puisque « apposé » signifie au sens propre « posé à côté ».

70Le schéma suivant est peut-être plus explicite :

  • 56  P. Monteil, La phrase relative : la phrase relative en grec ancien, 1963, p. 14 : « L’emploi du re (...)

71Seules les adjointes seraient introduites par un relatif de liaison. Les propositions ou phrases que Lorian appelle adjointes se différencient des explicatives parce qu’elles ne se situent pas dans une relation hiérarchique par rapport à l’énoncé que le relatif anaphorise. Pour ma part j’irai donc plus loin que n’était allé Pierre Monteil qui, tout en insistant sur le rôle de ligateur de phrases du relatif de liaison, considérait que l’énoncé ainsi introduit est dans une relation hiérarchiquement inférieure par rapport à l’énoncé qui le précède56. La preuve de l’absence de hiérarchisation est apportée par le fait qu’on peut toujours substituer au relatif la conjonction et suivie d’un pronom représentant dont la forme varie selon la fonction syntaxique du pronom dans la phrase :

Lequel répondit / et il répondit

Auquel fut répondu / et il lui fut répondu

  • 57  G. Antoine, La coordination en français, I, p. 646, cité par C. Touratier, op. cit. p. 449.

72Gérald Antoine, parlant à propos de la prose des xve et xvie siècles « d’éléments successifs », « cousus ensemble à grand renfort de lequel, laquelle, dont, etc. »57, me paraît proposer une description du phénomène qui correspond davantage à la réalité linguistique.

73En définitive donc, et bien que cette analyse ne présente vraiment pas un caractère révolutionnaire, la possibilité de substitution par la conjonction et suivie d’un pronom représentant, pour simple qu’elle soit, me paraît un critère suffisant pour différencier les relatives adjointes des relatives explicatives, puisque la première, l’appositive adjointe, combine la fonction d’anaphore et celle de coordination. Le relatif, en soulignant la cohésion textuelle et l’enchaînement séquentiel, apparaît alors comme un support privilégié de la cohérence discursive.

74Tous les autres critères, qu’il s’agisse de la ponctuation ou de morphologie du relatif, ponctuellement valables, ne sont pas généralisables et donc ne peuvent intervenir que comme des éléments facultatifs.

Bibliographie

Antoine G., 1958, La coordination en français, 2 vol. , Paris, Artrey.

Brunet É., 1998, Batelier, cédérom « Bases textuelles littéraires pour l’enseignement et la recherche », Nice, UMR 6039.

Brunot F., 1967, Histoire de la langue française des origines à nos jours, t. II. Le xvie siècle, Paris, Armand Colin.

Brunot F. et Bruneau C., 1969, Précis de grammaire historique de la langue française, Paris, Masson et Cie.

Fournier N., 1998, Grammaire du français classique, Paris, Belin Sup.

Glatigny M., 1998, « Cohésion et emploi des relatifs à la charnière des xvie et xviie siècles », Problèmes de cohésion syntaxique, de 1550 à 1720, J. Baudry et P. Caron éd., Limoges, PULIM, p. 77-98.

Gougenheim G., 1974 (édition posthume), Grammaire de la langue française du xvie siècle, Paris, Picard (Connaissance des langues).

Grevisse M., 1988, Le Bon Usage, 12e édition refondue par André Goose, Paris, Duculot.

Kunstmann P., 1997, « Relatif et liaison : le cas du relatif dit “de liaison” », Le moyen français. Philologie et linguistique. Approches de texte et du discours, Actes du VIIIe colloque international sur le moyen français publiés par B. Combettes et S. Monsonégo, Paris, Didier Érudition, p. 517-527.

Longrée D., 1996, « “Relatives en rallonge” ou “relatif de liaison” : l’exemple de Tacite », Akten des VIII. internationalen Kolloquiums zur lateinischen Linguistik, A. Bammesberger et F. Heberlein éd., Heidelberg, Universitätsverlag C. Winter, p. 268-282.

Lorian A., 1973, Tendances stylistiques dans la prose narrative française du xvie siècle, Paris, Klincksieck.

Martin R. et Wilmet M., 1980, Syntaxe du moyen français, Bordeaux, Sobodi.

Monteil P., 1963, La phrase relative en grec ancien : sa formation, son développement, sa structure des origines à le fin du ve siècle, Paris, Klincksieck.

Riegel M., Pellat J.-C. et Rioul M., 1994, Grammaire méthodique, Paris, PUF.

Touratier C., 1980, La relative. Essai de théorie syntaxique, Paris, Klincksieck.

Notes

1  Histoire de la langue française des origines à nos jours, t. II. Le xvie siècle, 1967, p. 427.

2  F. Brunot et C. Bruneau, Précis de grammaire historique de la langue française, 1969, p. 430.

3  Grammaire de la langue française du xvie siècle, 1974, p. 97.

4  Le Bon Usage, 12e édition refondue par André Goose, 1988, § 691, c.

5  Grammaire du français classique, 1998, p. 184, § 255.

6  « Relatif et liaison : le cas du relatif dit “de liaison” », 1997, p. 517-527.

7  Les citations sont tirées du cédérom « Batelier », mis au point par Étienne Brunet, qui reproduit avec une orthographe modernisée les éditions suivantes : Pantagruel et Gargantua, édition François Just, Lyon, 1542 ; Tiers Livre et Quart Livre, édition Michel Fezandat, Paris, 1552 ; Cinquième Livre, édition de 1564. Les numéros de pages indiqués renvoient à l’édition de P. Jourda, Garnier, 1962. Ils sont destinés à faciliter au lecteur la consultation du texte. Le passage cité est tiré du Pantagruel, chapitre VIII, p. 257-258.

8  Grammaire de la langue française du xvie siècle, p. 97.

9  Pantagruel, chap. IV, p. 238 ; chap. V, p. 242 ; chap. XIV, p. 291 ; chap. XXV, p. 344 ; chap. XXIX, p. 362. Gargantua, chap. XVI, p. 67 et XLVIII, p. 179.

10  Pantagruel, chap. IV, p. 238.

11  Pantagruel, chap. XXIX, p. 362.

12  Pantagruel, chap. XV, p. 297.

13  Et ce que apparaît dans l’œuvre de Rabelais, mais dans d’autres emplois (comme élément d’une relative périphrastique notamment : « et ce que présentement t’escris n’est que… », Pantagruel, chap. VIII, p. 258).

14  Pantagruel, chap. X, p. 273 ; chap. XXII, p. 334 ; chap. XXIII, p. 337 ; chap. XXVIII, p. 354 ; chap. XXIX, p. 360.

15  Pantagruel, chap. III, p. 234 ; chap. XXVIII, p. 357.

16  Pantagruel, chap. X, p. 275.

17  Gargantua, chap. VII, p. 33.

18  Pantagruel, chap. X, p. 273.

19  Pantagruel, chap. VI, p. 246.

20  Elles sont limitées aux cas où l’objet indirect est le mot ordre ou un équivalent explicitement présent dans l’énoncé.

21  Pantagruel, chap. XXII, p. 334.

22  Pantagruel, chap. III, p. 234.

23  Pantagruel, chap. X, p. 275.

24  Pantagruel, chap. XIX, p. 322-323.

25  Pantagruel, chap. XX, p. 325, chap. XXVIII, p. 354.

26  Gargantua, chap. XX, p. 76.

27  Tiers Livre, chap. XLI, p. 575.

28  Quart Livre, chap. I, p. 32, chap. XVI, p. 85.

29  Cinquième livre, chap. XXXIV, p. 366, chap. XLII, p. 441 et 446.

30  Gargantua, chap. XX, p. 76.

31  Pantagruel, chap. IV, p. 236, chap. VIII, p. 258 et 260, chap. XXVIII, p. 356.

32  Gargantua, chap. XLVIII, p. 178.

33  Cinquième livre, prologue, p. 283.

34  Pantagruel, chap. IV, p. 236.

35  Pantagruel, chap. VII, p. 249, chap. 32, p. 379.

36  Gargantua, chap. XV, p. 62.

37  Pantagruel, chap. X, p. 266-267.

38  Pantagruel, chap. XV, p. 297.

39  Michel Glatigny, « Cohésion et emploi des relatifs à la charnière des xvie et xviie siècles », p. 78. Le corpus de Michel Glatigny comprend six récits de voyage s’échelonnant de 1558 à 1636.

40  Gargantua, chap. XV, p. 62.

41  On pourra consulter à ce sujet Robert Martin et Marc Wilmet, Syntaxe du moyen français, 1980, p. 276-288.

42  La Grammaire méthodique cite l’exemple suivant : « La voiture que conduisait le pilote finlandais a été déclassée », p. 136.

43  Pantagruel, chap. III, p. 234.

44  A. Lorian, Tendances stylistiques dans la prose narrative française du xvie siècle, 1973, p. 223.

45  Ce phénomène est assez surprenant, il semble aller à l’encontre de l’évolution générale de la langue qui voit diminuer le nombre des emplois de relatifs formés sur la base lequel. C’est d’ailleurs ce qu’observe Michel Glatigny dans son article « Cohésion et emploi des relatifs à la charnière des xvie et xviie siècles », p. 83 et p. 88. À propos de la concurrence /lequel prépositionnel il note le « recul du relatif composé au profit de la forme simple », quant à lequel sujet il constate « une diminution progressive du nombre [de ses] emplois au cours de la période » ; il s’agit de la période 1558-1636, comme nous l’avons mentionné plus haut.

46  Gargantua, chap. XXXVIII, p. 143-144.

47  Voir M. Riegel, J.-C. Pellat et R. Rioul, Grammaire méthodique, 1994, p. 614.

48  Voir ici-même les analyses de Dominique Longrée sur le latin.

49  Pantagruel, chap. XXI, p. 331.

50  Gargantua, chap. XLIII, p. 160-161.

51  Christian Touratier, La relative, essai de théorie syntaxique, 1980, p. 451.

52  Dominique Longrée, « “Relatives en rallonge” ou “relatif de liaison” : l’exemple de Tacite », 1996, p. 268-282.

53  Pantagruel, chap. XXXII, p. 379.

54  Tendances stylistiques…, p. 257. Alexandre Lorian n’avait cependant pas établi de distinction entre les différents livres de Rabelais. Il faut dire que l’outil informatique facilite grandement ce genre de commentaire.

55  Quoi employé seul faisant exception.

56  P. Monteil, La phrase relative : la phrase relative en grec ancien, 1963, p. 14 : « L’emploi du relatif en fonction dite de liaison illustre non un affaiblissement de la valeur relative, mais tout au contraire une tendance de la langue à hiérarchiser entre eux des énoncés successifs en érigeant en ligateur de phrases un terme jusque là ligateur de propositions », cité par C. Touratier, La relative. Essai de théorie syntaxique, 1980, p. 448.

57  G. Antoine, La coordination en français, I, p. 646, cité par C. Touratier, op. cit. p. 449.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/136/img-1.png
Fichier image/png, 6,8k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search