Version classiqueVersion mobile

L’État sourcier

 | 
Veronica Gomez-Temesio

Deuxième partie. L’argent de l’eau : politique et citoyenneté au cœur de l’entreprise du forage

Chapitre V

Ensemble, soyons raisonnables : la facturation de l’eau

Texte intégral

1« Nous, ici, on facture comme à la SENELEC. » C’est par ce slogan que le secrétaire de l’ASUFOR, Mustapha Faye, ponctue régulièrement les discussions de notre matinée de travail. En l’aidant à mettre de l’ordre dans les papiers, je remarque pourtant, dans la comptabilité de l’association, que de nombreux ménages n’ont pas honoré plusieurs factures. Dans le contraste entre les propos du secrétaire et la facturation pratique de l’eau dans la localité apparaît un paradoxe que je rencontre dans toutes les ASUFOR par la suite. Il existe des usagers sans accès légal aux yeux de la réforme : les « arriérés » de payement sont la norme et leur répétition semble entériner un accès à l’eau selon des conditions autres que celles promulguées par l’État depuis la REGEFOR. Dans ce paradoxe, également, se dessine la silhouette du véritable usager des forages de l’arrondissement : un usager qui n’en est pas au sens de la loi – il consomme souvent l’eau sans la payer –, mais qui l’est néanmoins de manière concrète – il consomme l’eau du forage quotidiennement.

2Vendre, payer ou ne pas payer, couper : j’explore ici la facturation de l’eau dans la localité de Sarakoundé. La REGEFOR a pour but intrinsèque de créer des « usagers» pour les forages ; usagers dont l’une des principales missions est de supporter financièrement l’entretien et l’amortissement de l’installation. Pourtant, à travers les pratiques quotidiennes des ASUFOR, l’arriéré apparaît concrètement comme une forme légitime d’accès à l’eau du forage. Le cas de Sarakoundé n’est pas une exception. À Penedaly également, la comptabilité présente de très nombreux arriérés. Cette caractéristique n’est pas nouvelle. Les comités de gestion des forages de l’arrondissement se définissent dès 1984 par leur faible capacité à recouvrer les forfaits dus par chaque carré. Doit-on alors s’arrêter à conclure à l’échec inévitable de cette formule ? Non. À travers l’analyse d’une « tournée de coupure » organisée par l’ASUFOR de Sarakoundé, je montre comment l’espace du village constitue un « champ semi-autonome » capable de produire ses propres registres d’obligation tout en s’adaptant aux normes de la matrice plus large dans laquelle il s’insère, ici, l’État.

3Le récit de la mise en place de l’ASUFOR de Samari et du fonctionnement général des bureaux dans l’arrondissement a déjà partiellement déconstruit l’idéal-type de l’usager et de sa participation au fonctionnement de l’association. Cet usager idéal, promu par la réforme, n’existe pas. Cependant, il existe dans l’arrondissement, des usagers concrets du service d’eau, c’est-à-dire des individus qui consomment l’eau du forage. Qui sont-ils, comment agissent-ils et quels sont leurs droits ? À travers l’exemple de Sarakoundé, j’analyse qui sont réellement les usagers des forages du centre du Sénégal et quels sont les registres normatifs qui déterminent un accès à l’eau dans ces localités.

4L’appartenance au village apparaît une fois encore comme un bien qui donne accès à d’autres biens et permet de légitimer un accès à l’eau. Les individus y ont accès non au titre de leur adhésion volontaire à une association, l’ASUFOR, mais du fait de leur appartenance à un espace, celui du village. Le recours à l’argumentaire d’une parenté élargie et partagée par tous les habitants constitue la pierre angulaire de l’économie morale de l’espace du village ; économie qui permet de légitimer certaines formes d’accès au détriment de celles promues par la loi. Ainsi, à travers la vente de l’eau dans la localité de Sarakoundé apparaît un répertoire normatif que je qualifie de « raisonnable » : ce qu’il est légitime de payer pour les usagers, ce qu’il est légitime de laisser passer pour les gestionnaires de l’association. Le village apparaît ainsi comme une mutuelle sociale et le payement régulier ou ponctuel de l’eau, comme un investissement sur l’avenir.

Les comités d’usagers entre privatisation et participation

  • 1 Le « coût réel » correspond dans le paradigme de l’aide aux coûts d’investissement et d’exploitatio (...)

5À partir de la fin des années 1990, la REGEFOR consacre donc le passage d’une vente de l’eau au forfait à une vente au m3. Dans l’esprit de la réforme, le prix doit correspondre au « coût réel » du service.1 Il doit permettre de dégager une épargne pour assurer l’entretien et l’amortissement des équipements. À travers leur adhésion à l’association, les usagers assument donc le financement du service. Le prix de l’eau doit être fixé par l’AG de l’ASUFOR. Cette disposition permet en théorie à l’ensemble des usagers d’avoir un droit de regard sur la vente de l’eau. La REGEFOR prévoit que le prix baisse progressivement avec le temps notamment grâce à la polarisation d’autres localités et donc l’augmentation du nombre d’usagers rattachés à un seul forage.

9. Robinet dans la cour d’une habitation. Sarakoundé, 2011.

9. Robinet dans la cour d’une habitation. Sarakoundé, 2011.

6Selon la réforme, l’association doit confier, après quelques années de fonctionnement, l’exploitation à un gérant choisi localement, un habitant ayant reçu un agrément de l’État à travers la DEM. Le gérant devient alors le responsable de la facturation mensuelle des consommations d’eau ainsi que de l’encaissement. Le gérant engage normalement des fontainiers ou fontainières pour vendre l’eau des BFP. Pour les robinets privés, il fait appel à des « releveurs » qui prennent note chaque mois de la consommation d’eau chez les particuliers. Pour les réparations et l’amortissement des équipements, le gérant travaille avec le bureau. L’exploitation pratique des installations demeure inchangée. Elle est réalisée par un conducteur de forage formé par la DEM et rémunéré par le bureau. Dans ce schéma-type, le gérant devient un opérateur privé à qui l’association délègue l’exploitation du service. Il rend des comptes à l’ensemble des usagers par le biais de ses rapports avec le bureau et le CD.

7La formule des comités d’usagers a été créée afin d’accroître l’efficacité de l’intervention de développement à travers la participation des usagers d’un service d’eau à la production de ce même service. La participation des populations aux projets de développement de leur terroir est pourtant loin de constituer une nouveauté en Afrique de l’Ouest. Le « modèle participatif » est déjà à l’œuvre lorsque le pouvoir colonial cherche à rationaliser son intervention (Chauveau 1994). Par la suite, durant les années 1980, le paysage rural va devenir la scène de l’éclosion d’un monde associatif paysan. Après la faillite du grand modèle d’encadrement étatique, la « participation paysanne » est perçue comme la panacée par les acteurs de l’aide (Jacob et Lavigne Delville 1994). Aujourd’hui, la création d’usagers d’un service participant activement à sa production est toujours pensée comme un moyen de rationaliser l’action publique.

8Le succès actuel des comités d’usagers spécifiques au secteur eau est emblématique du débat qui entoure la définition de l’eau dans la communauté internationale. À partir des années 1980, l’acception de l’eau oscille entre deux pôles idéologiques. D’un côté, l’eau est un droit, de l’autre, elle constitue un bien économique. Ces deux définitions s’opposent à première vue. L’eau en tant que droit est gratuite et son accès garanti à tous tandis que l’eau en tant que bien économique est vendue aux clients d’un service. Les comités d’usagers, dont les ASUFOR sénégalaises sont les héritières, cristallisent cette opposition car ils se trouvent en équilibre entre ces deux pôles. Ils représentent un compromis « entre la reconnaissance du droit de disposer d’un volume d’eau potable minimal et le principe de la rémunération du service par le tarif » (Jaglin et Bousquet 2007, p. 9). Jaglin et Bousquet parlent de « privatisation communautaire » pour désigner les comités d’usagers du service d’eau aujourd’hui si populaires dans les pays africains (2007, p. 3). Pour elles, cette formule constitue un « avatar » du PPP puisqu’elle est utilisée comme « vecteur d’introduction de principes marchands » dans des espaces où l’eau ne constituait pas jusqu’alors un bien économique (2007, p. 3).

9Les habitants d’une localité deviennent donc les clients d’un service payant fourni par le forage. Cependant, à travers la forme associative, ils ont l’occasion de faire représenter leurs intérêts particuliers auprès du gestionnaire de l’installation, l’ASUFOR. Grâce au contrôle des adhérents, le coût de l’eau reste idéalement abordable. De même, les bénéfices de l’eau font l’objet d’une surveillance collective et sont réinvestis dans la rentabilisation des infrastructures et donc dans la sécurisation du service à long terme. Dans le nouvel espace de la réforme, les usagers de ce type de comité jouissent d’un droit à l’eau et sont les clients d’un service privé.

  • 2 Article 4 du règlement de l’Association des usagers de forage : modalités d’admission.

10On peut arguer que les populations rurales du Sénégal ont toujours cherché à sécuriser un accès indispensable à leur survie. Elles sont au sens premier des usagères du service d’eau mis en place après 1960. La réforme veut créer un autre type d’usagers au travers des ASUFOR. Ce qui est recherché, c’est de constituer des collectifs locaux capables de gérer un patrimoine commun. Collectifs qui doivent permettre aux citoyens un moyen de représentation de leurs intérêts et d’expression de leurs difficultés. La réforme vise plus que la constitution d’usagers d’un service payant. À travers une réforme de l’accès à l’eau, une vision particulière de la société civile sénégalaise est promue. Après l’implantation de la REGEFOR dans l’arrondissement de Sarakoundé, être usager signifie formellement davantage que faire usage de l’eau du forage : c’est adhérer individuellement à une association, l’ASUFOR. Avant la mise en place de la REGEFOR, le comité de gestion distribuait un droit d’accès à travers une adhésion familiale par carré. À présent, le droit d’accès dépend d’une adhésion individuelle.2 Un habitant d’une localité dont le forage est géré par une ASUFOR n’est pas usager de l’eau du forage par défaut. L’accès est dépendant de la transformation de l’individu lambda en usager. De ce statut découlent directement des devoirs ; acquittement des factures et participation à la vie de l’association au travers des AG annuelles en sont les axes principaux. L’usager formé à travers la REGEFOR est donc appelé à s’investir de manière responsable pour son propre bien et celui de sa communauté, le village.

11À travers le médium associatif, apparaît ainsi une certaine représentation de la communauté villageoise dans la « configuration développementiste » (Olivier de Sardan 1995a, p. 7). Agrawal et Gibson interrogent la notion de « communauté » appliquée au domaine de la gestion et de la conservation des ressources naturelles. Leur lecture critique éclaire la représentation stéréotypée de la communauté villageoise. Elle y est présentée comme l’acteur idéal d’une bonne gestion des ressources naturelles du fait de trois caractéristiques supposées. Elle constitue une unité spatiale relativement restreinte, elle possède une structure sociale homogène et ses membres partagent des normes (1999, p. 630).

12Les comités d’usagers de type ASUFOR sont conçus à partir des mêmes présupposés de ce qu’est une communauté villageoise africaine. Au sein d’un village, il préexisterait à l’arrivée du projet une représentation, ou du moins un sentiment, communautaire au sujet de l’eau. Préexisteraient dans ce sens également alors des règles relativement consensuelles concernant la gestion de l’eau. Ce présupposé s’applique de manière générale aux interventions de développement au Sénégal (Blundo 1994). Les ASUFOR sont légitimées dans le champ des concepteurs de l’action publique à partir de la présomption que la « communauté » villageoise, dans son ensemble, entretien un intérêt commun dans la bonne marche du forage. Il ne suffirait donc plus qu’à « former », « sensibiliser » ou encore « dynamiser » les habitants. Une intervention ciblée sur la communauté permettrait de la « compléter », de « l’améliorer » (Li 2011) et ainsi de pérenniser l’action de développement. Les ASUFOR, des « structures formelles, juridiquement reconnues, organisées et responsabilisées » une fois formées doivent remplacer les comités de gestion dont le fonctionnement « largement informel » a constitué « un échec » tout en « n’abandonnant pas la dimension communautaire » (WSP 2010, p. 7).

13De vastes programmes d’ingénierie sociale ont accompagné la réforme sur le territoire. J’ai suivi les ateliers de « redynamisation » d’un bureau d’études dans l’arrondissement de Sarakoundé ainsi que ceux de « démultiplication » d’un autre bureau dans les régions de Tambacounda et Kolda. Malgré leurs appellations différentes, ces programmes pour lesquels sont mobilisés animateurs locaux, autorités locales et agents de l’État sont très similaires. Ces formations portent majoritairement sur les détails techniques de l’exploitation. Le bien-fondé de la tarification de l’eau est laissé en marge de la discussion. L’intervention des animateurs « dépolitise » ainsi l’accès à l’eau (Ferguson 1990).

14La vente de l’eau est toujours présentée rapidement en prologue par les animateurs comme une évidence. La structure de ces formations est donc sous-tendue par un présupposé : celui d’un automatisme entre la prise de conscience de l’eau comme bien économique et l’acceptation collective de la vente au m3 dans la localité. La formation ne consiste pas en un débat sur la transformation de l’habitant bénéficiaire d’un service de l’État à client d’un service privé. Elle vise à provoquer une prise de conscience sur la nécessité de vendre l’eau ; nécessité qui devrait déclencher automatiquement un changement de comportement. Les propos du chef de brigade de Kaolack, lors de l’atelier de redynamisation de l’ASUFOR de Samari sont emblématiques des formations dispensées aux habitants dans l’espace de la réforme :

Les Sénégalais boivent tous les jours du thé. Ils vont à la boutique, ils achètent le thé, ils achètent le charbon, ils achètent le sucre. Tous les jours, en pagaille, les Sénégalais paient pour faire le thé. Mais moi je dis alors pourquoi vous ne payez pas l’eau ? Est-ce que l’eau est gratuite ? [Silence de la salle] L’eau n’est pas gratuite ! Aujourd’hui, il faut s’impliquer pour l’eau au Sénégal. Maintenant, Abdoulaye Wade [président du pays] veut que l’État puisse encore venir en aide aux forages, mais il va devoir lâcher du lest sur les volontés des bailleurs. Si, ici, à Samari, les fils de Samari ne s’impliquent pas dans la gestion du forage, d’ici quelques années, c’est le privé qui viendra. Les saint-louisiens [allusion à la région administrative du même nom] un jour vont venir gérer le forage de Samari au détriment des fils de Samari. Est-ce que c’est ça que vous voulez ? Il faut maintenant que les populations s’investissent dans le forage. L’eau c’est l’affaire de tous. Il faut s’investir tout le monde. Moi je dis toujours, si quelqu’un aime le village, et il n’a pas construit une case dans le village, alors c’est faux. (Samari, le 14 mars 2011)

15Payer l’eau n’est pas alors une question de choix politique. Être responsable, sécuriser un accès pour soi et les autres dans la localité n’a qu’une seule forme : payer pour l’eau. À travers ces formations et leur approche dite communautaire, l’habitant qui fait usage de l’eau du forage est appelé à se transformer. L’usager du comité de gestion et l’usager d’une ASUFOR ne sont pas les mêmes dans le paradigme de la réforme. Le premier se contentait « paresseusement » d’utiliser l’eau du forage tandis que le deuxième s’engage de manière responsable dans le service, en payant l’eau à son coût réel et en s’investissant dans une structure associative qui permet une gestion collective de ce précieux bien commun. Au-delà de la garantie d’un accès à l’eau efficient sur le long terme, les comités d’usagers sont pensés comme des gages de transparence, d’équité sociale, de démocratie locale (Cleaver 2001 ; Cooke et Kothari 2001 ; Manor 2004).

16Cette représentation de l’usager responsable constitue également le corollaire du relatif consensus sur la définition du service public dans la communauté internationale. Consensus où l’efficience du service public ne peut qu’être assurée à travers le principe du « full cost recovery » – ou récupération intégrale des coûts – à travers les usagers (Goldman 2005, p. 227). Dans ce sens, devenir usager selon le règlement d’une ASUFOR plus que consommer de l’eau, c’est accepter son coût réel et y pourvoir. Et à long terme s’engager avec le marché privé puisque la REGEFOR prévoit la délégation de la mission étatique de maintenance des forages à des opérateurs privés. Les comités d’usagers ne permettent pas uniquement de sécuriser l’eau, mais de créer en zone rurale un marché qui permet de rendre ce secteur aussi attractif que l’urbain, privatisé au milieu des années 1990 (WSP 2010). À travers les formations qui accompagnent la mise en place de la réforme, les comités d’usagers, derrière une façade démocratique et associative, apparaissent réellement comme des « avatars » de la privatisation.

17Le droit de l’usager se limite à se faire représenter auprès des organes de l’association à travers des catégories prédéfinies, comme discuté dans le chapitre précédent. La définition de l’eau en tant que droit individuel y est donc complètement dépolitisée. Le droit de l’usager est de participer à la production du service en tant que client et non de pouvoir réellement participer de manière pleine, en critiquant, modifiant, etc. l’accès à l’eau. Les droits de l’usager ne constituent plus une affaire qu’il entretient avec l’État, mais quelque chose qu’il contractualise avec le privé. Les exemples de Sarakoundé et Penedaly vont pourtant montrer que les usagers de ces forages fabriquent des droits d’accès à l’eau en dehors de ce cadre idéologique.

Vendre et payer l’eau raisonnablement : les usagers de Sarakoundé

18Payer l’eau, est-ce une évidence ? L’eau est un élément indispensable à la vie humaine. Partout et à tout moment, il a donc existé des solutions sociales pour sécuriser – ou du moins tenter de sécuriser – un accès à l’eau. De même, il a toujours existé des conflits au sujet de ces solutions entre les hommes. Les archives de l’arrondissement de Sarakoundé présentées au chapitre 1 ont illustré la recherche de solutions locales par les comités de gestion et les tensions qu’elles ont impliquées. Tout le monde a besoin d’eau, tout le monde cherche un accès à l’eau. Cependant, cela ne revient pas à affirmer que cet intérêt évident pour l’eau implique de facto dans l’espace du village des stratégies communes et harmonieuses dans l’exploitation et la gestion des installations hydrauliques. Cela ne revient pas non plus à affirmer que la facturation de l’eau au m3 peut être implantée ex nihilo par la formule des comités d’usagers. Dans l’espace de la réforme, formellement, le droit à bénéficier de l’eau du forage est suspendu à l’acquittement des devoirs de l’usager. Cependant, dans l’arrondissement de Sarakoundé, tout le monde ne paie pas pour l’eau. Toutes les ASUFOR présentent dans leur comptabilité d’importants taux d’impayés. Il y a ainsi des usagers « hors la loi » qui conservent un droit d’accès à l’eau.

19Dans l’arrondissement, tous les robinets, publics ou privés sont équipés de compteurs métriques. Les membres du bureau se chargent personnellement de les relever ou ont engagé des « releveurs » pour jouer ce rôle. Formellement, l’accès continu est contrôlé par l’ASUFOR et dépend du payement régulier de la consommation. Pourtant, les ASUFOR de l’arrondissement présentent de grands taux d’impayés. Il existe par conséquent un accès répandu des ménages sans tarification ou du moins sans tarification stricte. D’un point de vue juridique, des individus jouissent donc d’un accès sans remplir les conditions qui font d’eux des « usagers » et donc qui garantissent normalement ce droit.

20Cet accès « hors la loi » est pourtant normalisé. Dans leur définition de l’accès, Ribot et Peluso nous invitent à ouvrir la notion d’accès pour envisager toutes les manières dont les gens accèdent concrètement aux ressources naturelles (2003). Dans l’arrondissement de Sarakoundé, l’accès institué et légitimé dans le cadre de la réforme n’a pas le monopole. S’intéresser aux arriérés de payement permet d’explorer d’autres formes d’accès socialement légitimées. En miroir du chapitre 3 et de l’installation des forages sur le territoire, l’appartenance au village constitue une manière de légitimer un accès aux ressources naturelles comme l’eau. Les arriérés ne sont pas abordés ici comme une déviance ou un manque de maturité de ces associations que des formations pourront par la suite corriger. Le consensus relatif au sujet des arriérés montre comment ces pratiques, qui vont à l’encontre de leurs règlements et statuts, instituent en réalité ces associations comme des interlocuteurs légitimes dans la localité. À travers les arriérés, paradoxalement, l’ASUFOR constitue sa légitimité en tant que forme d’autorité publique localement reconnue. Ces arrangements sociaux attestent de la capacité du « champ semi-autonome » que constitue l’ensemble des usagers d’un forage à négocier, à fabriquer des droits locaux sur l’eau. Arrangements qui éclairent donc le contexte de « pluralisme juridique » qui structure la vie publique des arènes africaines (Chauveau, Le Pape et Olivier de Sardan 2001) ou encore, ce que von Benda-Beckman a défini comme « forum shopping » (1981).

21« Priver l’individu de l’eau, c’est difficile. » Ces mots de Moussa Diop, le caissier de l’ASUFOR de Penedaly, constituent un argument qui circule dans tous les bureaux de l’arrondissement : faire payer ses « parents » n’est pas une chose aisée. Comme le raconte Moussa : « Penedaly est grand actuellement, mais au départ, c’est un petit village formé de parents. Ici dans le village, il y a rarement des gens qui sont étrangers. » Il s’agit donc ici d’une acception large de la parenté qui ne vise pas uniquement une parenté biologique ou une ascendance commune confirmée. « Être parents » cible le fait de vivre ensemble dans un endroit, de lui appartenir comme il nous appartient. Ainsi, comme l’exprime un conducteur de forage de l’arrondissement de Sarakoundé : « Comme on dit, les voisins finissent par devenir parents. Tu peux être familier avec une personne de sorte que tu ne pourras pas lui dire de te payer dans des cas pareils. » (Entretien réalisé par Souleymane Thiam, juin 2010) Cette connaissance appelle la sévérité pour Pape Diop, le gérant de l’ASUFOR de Penedaly.

Moi par exemple je suis natif, on est du village, si nos parents ne paient pas, et qu’on ne coupe pas, on ne peut plus couper personne, donc ça commence par soi-même, on est obligé d’être sévère avec nos propres parents pour être libre et avoir la conscience tranquille. (Penedaly, le 19 janvier 2010)

22Pour mener à bien cette épineuse tâche, la plupart des ASUFOR embauchent des releveurs pour parcourir les localités et relever la consommation sur les compteurs. Comment choisir ces individus sur qui dépend la bonne marche de la facturation de l’eau ? Le gérant de Penedaly a un argument lapidaire : « Les gens honnêtes, on peut les connaître parce que nous nous connaissons. » Lui-même mandate donc plusieurs habitants qu’il connaît personnellement chaque mois. Cela dit, malgré la « connaissance », ces individus travaillent en alternance sur les quartiers de Penedaly et les villages polarisés. Le caissier, Moussa Diop, commente ce système : « L’erreur est humaine, tu peux voir un compteur et faire une erreur de chiffre, alors l’autre releveur quand il voit ça, le mois suivant, il peut rectifier. » Le gérant est plus direct. Les releveurs alternent pour éviter au maximum favoritisme et complaisance lors du relevé de la consommation : « Tu peux dire que monsieur x est ton gars et tu ne relèves pas honnêtement. » L’interconnaissance propre à cette société locale de « voisins » et de « parents » constitue donc une arme à double tranchant qui permet tant de garantir un respect de la facturation que de la contrecarrer.

23Ousmane Cissokho est délégué au CD de l’ASUFOR de Sarakoundé. Il a été choisi pour représenter les usagers de la BFP de son hameau constitué de quatre carrés et situé à proximité de Sarakoundé. Ousmane Cissokho est allé à l’école jusqu’à la quatrième secondaire et est très « calé en maths ». Il a ainsi été désigné par le bureau pour relever l’ensemble des compteurs se situant dans les sept villages polarisés par le forage. Pour ce faire, il reçoit une indemnité de 5000 francs CFA par mois, ce qui lui permet de couvrir les frais de sa charrette ainsi que de dégager un petit bénéfice.

24Bien que, quelques jours auparavant, il ait accepté facilement de me laisser l’accompagner, Ousmane Cissokho semble mécontent lorsque je le retrouve ce matin. Il me demande systématiquement de l’attendre à l’entrée de la cour quand il entre dans un carré pour relever le compteur. Son agacement grandit à mesure que je désobéis et l’accompagne pour observer toute l’opération. Ousmane ne fait pas que relever les compteurs. Il procède également à la facturation. Il calcule la consommation et établit une facture qu’il remet directement aux usagers. Ousmane possède donc une grande marge de manœuvre. Il est le seul à relever dans cette zone, personne ne passe derrière lui pour vérifier. Je ne tarde pas à découvrir de fréquentes anomalies. Ici, de petites ristournes sur la facture, là-bas des maisons « oubliées » dans lesquelles nous n’entrons pas. L’état de certains compteurs me laisse également perplexe. Plusieurs sont encombrés de broussailles et de toiles d’araignée. Ils semblent intouchés depuis plusieurs mois et non depuis quelques semaines.

25Quelques jours plus tôt, Mustapha Faye, le secrétaire de l’association m’assurait pourtant qu’à Sarakoundé, on facturait comme dans la compagnie nationale d’électricité, c’est-à-dire, rigoureusement et sans pitié, de « manière anonyme ». Pourtant, chaque mois, plusieurs centaines de m3 d’eau utilisés restent impayés. Bien que la situation ne soit pas dramatique, elle a empêché l’association de mettre de l’argent sur son compte épargne.

26L’ASUFOR de Penedaly a également dans sa comptabilité beaucoup d’arriérés. Le caissier et le gérant m’expliquent leur manière de fonctionner. En théorie, ils ne tolèrent pas plus de trois mois de retard. La troisième facture non honorée vaut une coupure. Pourtant, lorsque j’ai accompagné le travail de Moussa Diop à la caisse, j’ai remarqué que de nombreux usagers peuvent payer par acompte. Les deux hommes acquiescent. Il existe des « arrangements sociaux » ou des « actions sociales ». Moussa Diop, le caissier, reprend son argument présenté précédemment :

Facturer ses voisins c’est difficile, l’ASUFOR elle aussi doit faire des actions sociales. Quand un gamin vient me dire que son père ne peut payer que 1000 francs CFA ce mois-ci, j’accepte, et je reporte ce qu’il manque dans la comptabilité. Ici, les gens se débrouillent seulement. (Penedaly, le 19 janvier 2010)

27Cette solidarité et cette empathie des gestionnaires de l’ASUFOR s’appliquent uniquement aux habitants, aux parents voisins. Dans toutes les localités, il y a des BFP qui sont prévues pour les étrangers de passage, le plus souvent au marché pour les commerçants ou en dehors du village pour les transhumants. Dans ces bornes, l’eau est systématiquement vendue plus cher, en accord avec les statuts où il est prévu que les non-membres de l’ASUFOR aient accès à l’eau à un taux non préférentiel. À Penedaly, les non-membres bénéficient eux aussi d’« arrangements ». Cependant, ceux-ci vont dans le sens d’une plus grande sévérité que ce qui est prévu par les statuts. L’eau n’est pas vendue à taux fixe, mais négociée par la personne en charge, au coup par coup. Plus le commerçant ou le transhumant est aisé, plus on va le taxer.

28Modou Diallo est le représentant des éleveurs au CD de Sarakoundé. Il habite un village polarisé encore en attente d’une borne. Depuis 2006, il est en charge de l’abreuvoir qu’il ouvre en dehors de l’hivernage. Le prix de l’eau a été fixé en AG pour les « éleveurs résidents ». Pour les transhumants en revanche, en accord avec Dieumbe Sarr la présidente de l’ASUFOR, le prix de la bassine est laissé à la discrétion de Modou Diallo. Négocier un prix à la hausse est à son avantage. À la différence de Ousmane Cissokho, le releveur, payé chaque mois avec le même salaire pour relever les compteurs des usagers, Modou Diallo reçoit un pourcentage fixe sur l’ensemble de ses recettes. Malgré ces petites niches de gain, chaque mois, les ASUFOR cumulent des arriérés de payement. Pape Diop, le gérant de Penedaly, reste optimiste : « Comme la majorité des usagers paient, cela ne met pas actuellement en péril le service dans son intégralité ».

29À Sarakoundé pourtant, la situation devient de plus en plus difficile. J’assiste alors à un CD au cours duquel la situation des arriérés est discutée. Les délégués se sont retrouvés dans la grande salle de réunion du « bâtiment-terrasse ». Des dizaines de téléphones portables ont été mis à charger sur les prises de la salle. C’est l’association qui paiera la facture. D’un sachet en plastique rempli d’argent, Dieumbe tire le nécessaire pour remettre la somme de 1000 francs CFA à tous ceux qui sont venus. Elle prend de l’argent et charge la trésorière adjointe d’aller acheter des jus, des noix de kola et des « menthes » à l’épicerie. Aucune somme ne sera reportée sur les cahiers comptables. Les membres du bureau sont attablés à des pupitres face à l’assemblée. Devant eux se trouvent les hommes, assis sur des chaises. Les femmes occupent l’arrière de la salle. C’est Mustapha Faye, le secrétaire qui tient la séance. Il a mis ses lunettes de vue pour lire les comptes du mois passé aux délégués. À plusieurs reprises, il exige le silence dans la salle et parmi ses collègues. Il n’hésite pas à donner de petits coups de coude paternalistes à la présidente quand celle-ci discute avec la trésorière adjointe.

30Les arriérés monopolisent la discussion. Ce n’est pas une nouveauté : ils sont mentionnés chaque mois par le bureau aux délégués. Mais cette fois, le constat est amer. Depuis deux mois, les arriérés sont tels que l’association ne parvient plus à faire de bénéfices. Rien n’a été déposé dernièrement au CMS. Malgré le zèle du bureau à convaincre l’anthropologue de passage, les arriérés sont devenus peu à peu la norme.

31Sylvain Mbodj, un délégué, s’insurge. Il demande l’arrêt de la « tolérance ». Il faut couper les mauvais payeurs ! Le secrétaire rappelle que les arriérés ne sont pas la faute du bureau. Tout le monde est concerné, les mauvais payeurs sont « vos voisins ». Il rappelle également les « réalités de Sarakoundé ». Ici, la majorité des usagers sont des « semi-urbains », des paysans qui n’ont pas de revenus stables durant l’année, des retraités de l’usine d’arachides qui dépendent d’une pension, des familles sans revenus qui dépendent d’un parent en Europe ou aux États-Unis. Tous ces gens-là « ont des problèmes à payer ». Mais il nuance son point de vue et rappelle que grâce aux gens qui paient dans Sarakoundé et grâce aux villages petit à petit polarisés, le prix de l’eau est passé de 400 francs CFA le m3 en 2006 à 200 francs CFA aujourd’hui. Si l’association veut maintenir ce tarif, il faut « couper ». L’exploitation du forage a des frais continus et on ne peut rogner sur l’épargne, elle doit être conservée pour pallier une panne de pompe ou de moteur.

32Sylvain Mbodj se lève et déclare qu’on peut lui donner la liste des impayés dans son propre quartier, il ira lui-même « couper ses plus proches voisins ». Les autres délégués sont plus partagés. La « coupure » est très impopulaire. Un délégué rappelle qu’ici « tout le monde se connaît ». D’autres que « les habitants ne se laisseront pas faire facilement ». D’autres encore que « l’eau c’est la vie et on ne peut pas laisser une famille sans eau ». Sylvain Mbodj a finalement un argument de taille pour convaincre l’assemblée : « Il faut maintenant couper sinon on risque de nous accuser d’avoir mangé l’argent. »

33J’ai rencontré Sylvain Mbodj auparavant. Selon lui, beaucoup de factures passent au travers des mailles du filet : « Les gens se couvrent mutuellement pour ne pas payer. » Sylvain n’est pas uniquement inquiet pour l’avenir du forage. Il se souvient comment de précédents présidents de comité de gestion ont reçu l’opprobre de tout le village quand il n’y avait plus assez de gasoil. Il a envie de garder la tête haute : « Si les gens veulent couvrir leurs parents, telle n’est pas la question. Il faut pouvoir déposer de nouveau de l’argent au Crédit mutuel, sinon les gens vont dire qu’on a tout bouffé. »

34La peur de l’accusation de détournement finit par gagner l’assemblée à sa cause. Une tournée de « coupure » est décidée. Les membres de l’ASUFOR ont donc tenté de facturer raisonnablement leurs voisins, mais quand les arriérés menacent le fonctionnement du forage, il faut intervenir. Ce type de retournement de situation ne constitue pas une nouveauté. Les archives reproduites au chapitre 1 ont montré que les anciens comités de gestion procédaient à des collectes et tentaient de couper les mauvais payeurs quand la situation devenait trop alarmante.

35Cette tournée de coupure va nécessiter deux semaines de préparation durant lesquelles Mustapha Faye, le secrétaire, exporte des centaines de notifications de payement réalisées sur des feuilles volantes dans un fichier Excel. Le PARPEBA a « informatisé le bureau » de Sarakoundé en 2006. Mais la trésorière, ne sait pas utiliser l’ordinateur. Les payements sont donc reportés la plupart du temps sur des feuilles volantes et des cahiers à moitié utilisés. Durant plusieurs jours, je l’assiste dans cette tâche. Mustapha trouve que je « tape plus vite » que Dieumbe Sarr. Il me lit les notifications et je les reporte sur le fichier. Comme lors de la tournée de Ousmane Cissokho, je remarque de petites ristournes, ici et là. À des noms auxquels correspondent des impayés, Mustapha me demande de noter « payé » dans la cellule correspondant sur Excel. La « connaissance » est encore une fois ici invoquée, « je les connais, ils ont payé ».

  • 3 Les branchements clandestins sont très fréquents lors des « coupures » de la SENELEC. Techniquement (...)

36La tournée arrive enfin. Durant plusieurs jours, j’accompagne Moussa Dieng le surveillant et un membre du CD qui s’est porté volontaire, Claude Michel Mbodj. Volontaire, mais pas bénévole pour autant. Chaque carré coupé est pénalisé d’une amende de 1000 francs CFA qui est directement récupérée en tant qu’indemnité par les deux individus. Après la première matinée, le tandem est rodé. Claude Michel informe les usagers. Ils doivent s’acquitter sur le champ de leurs arriérés et payer l’amende. S’ils ne peuvent le faire, Dieng entre en scène. Armé d’une grande pince, il supprime leur accès : il enlève le robinet et referme le tuyau avec un bouchon métallique. Pour dissuader les éventuels rebranchements clandestins, Claude Michel Mbodj prend note de la consommation sur le compteur dans un cahier.3

  • 4 « Eau » en wolof.
  • 5 « Chef de maison » en wolof.
  • 6 « Combien ? » en wolof.

37Au fil des jours, j’ai l’impression d’assister à une pièce de théâtre sans cesse rejouée. Quand on entre dans un carré, la même scène se reproduit. Les tournées ont lieu le matin, il y a en général des femmes qui préparent le repas dans la cour et des enfants qui jouent autour. Ils reconnaissent Mbodj et Dieng, et les associent directement aux mots « ASUFOR » ou ndox mi.4 Les deux hommes demandent en général à parler au borom kër.5 Ce n’est que lorsque celui-ci est absent qu’ils consentent à s’adresser directement aux femmes. Après les salutations d’usage, Claude Michel annonce « coupure ». L’ambiance devient immédiatement beaucoup moins sympathique. Les habitants choisissent alors régulièrement de nous ignorer pendant quelques minutes et vaquent à leurs occupations. Quand Claude Michel insiste, la plupart demandent « ñaata la ? »6 Cette question exaspère toujours Moussa Dieng qui répond qu’il ne sait pas combien ils ont consommé et leur ordonne avec brusquerie d’aller chercher leurs factures. C’est en général son unique contribution verbale. Claude Michel joue le rôle du compatissant de la paire. Il parlemente longtemps à chaque fois. Bien que l’ASUFOR soit en place depuis 2006, il récapitule le fonctionnement de la facturation pendant de longues minutes. Il est difficile de déterminer avec certitude si les usagers ignorent réellement le fonctionnement de l’association ou s’ils jouent la carte de la méconnaissance pour tenter de se soustraire au payement. Selon les membres du bureau, chaque carré qui n’honore pas ses factures est coupé au bout de deux mois. Mais il n’est pas rare de tomber sur des personnes qui ont plus de deux factures de retard. Le deuxième jour, un carré présente par exemple des factures non honorées depuis le mois d’août. On est alors en février.

38Claude Michel et Moussa ignorent combien les gens doivent verser. Cela sera vérifié par la suite à l’ASUFOR avec le tableau Excel de Mustapha Faye. En théorie ainsi, un carré qui a deux ou trois factures de retard peut éviter la coupure en ne présentant qu’une facture et en la payant immédiatement. L’objectif n’est donc pas de rattraper tous les arriérés de manière exhaustive, mais de récolter un maximum d’argent en quelques jours afin de renflouer les caisses. Claude Michel et Moussa ne font pas la monnaie. Les habitants vont par la suite envoyer un enfant ou une jeune fille présenter le reçu et recevoir la monnaie dans les bureaux de l’ASUFOR.

39Quand les gens ne paient pas, il faut couper. Les femmes demandent toujours à remplir les bassines de la maison. La pression est souvent faible et cela rallonge, à chaque fois, notre visite de plusieurs dizaines de minutes. Cette saynète sans cesse répétée éclaire le statut inégal des usagers. Ceux à qui s’adressent généralement Claude Michel et Moussa, qui acceptent de payer immédiatement ou non, les chefs de famille et donc des hommes, ne sont pas forcément ceux qui ont le plus à craindre de la tournée de coupure. Si le robinet est coupé et qu’il faut se rendre à la BFP la plus proche, la charge de travail quotidienne des hommes ne se rallonge pas. Les premières personnes touchées par la coupure sont les femmes et les jeunes filles sur qui reposent la corvée d’eau et les tâches ménagères. C’est également le moment le plus pénible de l’opération. Nos deux groupes s’ignorent respectivement dans un silence gêné.

40Quand toutes les bassines sont remplies, Moussa Dieng procède donc à la coupure. Des altercations surviennent souvent à ce moment-là. Quand les habitants ne rentrent pas à l’intérieur de leur maison pour se détourner de la honte de se faire couper, ils injurient parfois les deux hommes. Un matin, un habitant insulte copieusement Moussa et Claude Michel. Il reçoit sa pension de retraite tous les deux mois. À cause de cela, il n’a pas de liquidités pour éviter la coupure. Il leur demande d’attendre, il va appeler son fils en Allemagne pour qu’il lui envoie de l’argent. Mais Moussa Dieng est inflexible et retire le robinet. L’habitant en question est estomaqué et tente de s’en prendre physiquement à lui. Claude Michel l’arrête. Quelques heures plus tard pourtant, son robinet sera rétabli. Cet habitant est allé se plaindre directement à Dieumbe Sarr. Dans sa cour, l’accès une fois recouvré, il me confie, « ne pas être compréhensif, ça amène des conflits ». Dieumbe commente l’affaire le soir-même : « L’ASUFOR doit aussi être attentive à la problématique du troisième âge. Il allait payer, ce n’était pas la peine de le couper. » Ce propos me semble contradictoire avec les injonctions qui ont été faites quelques jours plus tôt aux deux « coupeurs » : rester de marbre face aux supplications des usagers car les mauvais payeurs doivent être coupés sans pitié.

41Lors des premières coupures, Moussa Dieng range les robinets qu’il retire de manière indistincte dans un sac qu’il porte avec lui. Un usager finit par se plaindre : le robinet que Moussa enlève est sa « propriété », il l’a payé au marché de Kaolack. Par la suite, Moussa Dieng note avec un morceau de scotch le nom des propriétaires. Chacun pourra donc récupérer son propre robinet après payement. Certains habitants sont coupés et vont payer quelques heures plus tard dans les locaux de l’ASUFOR. Moussa m’avoue cependant qu’il met un point d’honneur à mettre quelques jours à aller rétablir le robinet. Il faut que les habitants sentent le désagrément qu’implique le non-payement de la facture d’eau. Claude Michel ajoute, pédagogue, « il faut que cela leur fasse un peu mal quand même ».

  • 7 « Se débrouiller » est un terme populaire utilisé pour désigner les manières dont un individu gagne (...)

42Durant les premiers jours, personne n’échappe à la coupure. Par la suite, le vent tourne. Bien que Moussa Dieng soit un membre titulaire du bureau, c’est Claude Michel qui décide, de plus en plus souvent, d’épargner certains habitants. Cela va pourtant à l’encontre de l’intérêt financier du tandem qui est payé à la coupure. Ceux qui sont épargnés semblent l’être pour différentes raisons. La connaissance et le statut social jouent un rôle. Ici, la maison du PCR, là-bas le carré où la mère de Claude Michel a été bonne, plus loin, le bar où il a ses habitudes le samedi soir. Mais la fréquentation mutuelle ne fait pas tout. Certains habitants inconnus de Moussa et de Claude Michel – ils ont dû demander plusieurs fois aux alentours où était la maison pour trouver leur chemin – sont épargnés. Dans une cour, nous trouvons une femme et plusieurs enfants dans une situation très précaire. La maison tombe en ruines et les enfants sont vêtus de lambeaux. La femme explique qu’elle est veuve. Nous repartons immédiatement. Claude Michel justifie son geste : « Elle, elle se débrouille seulement. Nous, avec nos parents c’est comme ça, tout le monde se débrouille. » 7

43La formulation « nos parents » est utilisée pour des individus qu’ils ne connaissent pas toujours personnellement. Au fil de la progression de la tournée, « se débrouiller » devient un argument de plus en plus légitime pour conserver son robinet. Malgré ce laxisme, à la fin de la tournée les membres du bureau sont plus que satisfaits. Grâce à la sévérité des premiers jours, beaucoup d’argent a été ramassé. Dieumbe Sarr paie une tournée de jus de bissap et les membres discutent du prochain CD. Grâce à la tournée, de l’argent pourra être remis sur le compte épargne.

Un droit local sur l’eau : l’ensemble des usagers comme mutuelle sociale

44Les exemples de Penedaly et Sarakoundé montrent comment les habitants, et les membres du bureau et du CD de l’ASUFOR construisent ensemble, ainsi que dans le conflit, un consensus autour de la tarification de l’eau. Il n’y a pas d’opposition entre les principes de la réforme, et ce qui est mis en place par l’ASUFOR ou entre ce qui est mis en place par l’ASUFOR et les pratiques des usagers. La vente de l’eau à Penedaly et Sarakoundé montre non pas deux systèmes normatifs qui s’opposent, mais des groupes d’acteurs en négociation constante.

45Les membres de l’ASUFOR et les usagers n’appartiennent pas à des univers de sens antagonistes ou simplement différents. Bien qu’ils n’aient pas les mêmes intérêts, ils participent ensemble à formaliser un consensus plus ou moins durable autour de la vente de l’eau. Il devient légitime pour l’ASUFOR de vendre l’eau comme le promeut la réforme, mais les usagers estiment également légitime que les responsables de l’association aient de la compréhension vis-à-vis des « réalités sociales » auxquelles ils sont tous confrontés. Dans l’arrondissement de Sarakoundé, les arriérés de payement font partie de l’ordinaire du fonctionnement des associations. Ces arrangements sociaux constituent donc des formes légitimées d’accès à l’eau. Des usagers hors la loi selon la réforme ont un accès à l’eau et c’est légitime.

46Mais les membres du bureau de Sarakoundé savent également utiliser la sanction et procèdent sous la pression de membres du CD à une tournée de coupure. À Sarakoundé, celle-ci n’a pas comme but de faire respecter le principe de la facturation de l’eau au mètre3. Durant ces journées en réalité, Claude Michel et Moussa circulent sans liste exhaustive de dettes. Ils se contentent donc de ramasser autant d’arriérés que possible. Dans ce sens, la tournée de coupure s’apparente plus aux tournées de collecte des anciens comités de gestion qu’à une manœuvre à la fois punitive et pédagogique visant à entériner le principe de la vente de l’eau. Ce qui est recherché ici, ce n’est pas de faire payer exactement à chacun ce qu’il doit. C’est de renflouer les caisses pour que l’ASUFOR puisse continuer à fonctionner. Et de manière corollaire, d’éviter à ses gestionnaires la honte de la rumeur de détournement.

47Au-delà des conflits qui éclatent ponctuellement lors de la tournée de coupures, gestionnaires de l’association et usagers travaillent ensemble au maintien d’un accès à l’eau pour tous. La facturation mensuelle est impossible ou presque à mettre en place dans ce cadre « semi-urbain » comme l’expliquait le secrétaire de l’ASUFOR de Sarakoundé : populations retraitées, agricoles, précaires, peu sont les ménages qui disposent d’un revenu mensuel qui permette la prise en charge régulière des factures. Tout le monde essaie de se « débrouiller ». À travers la manière dont est mise en place la facturation de l’eau à Penedaly et Sarakoundé, le village apparaît une nouvelle fois comme une « mutuelle », où l’appartenance est un précieux bien qui permet de sécuriser un accès à l’eau.

48Le payement d’une facture d’eau ne correspond pas ainsi au geste d’un usager responsable endossant le « coût réel » du service. En payant, l’usager investit dans une entreprise collective, le forage. Il permet à d’autres de ne pas payer, il se garde pour plus tard la possibilité de ne pas payer. Au cœur du fonctionnement de cette mutuelle, le rôle ambigu de la connaissance comme le relatent les propos de Moussa Diop, le caissier de l’ASUFOR de Penedaly :

Mon propre frère, quand je suis là, je suis là pour tout le monde, je ne suis pas là pour mes parents, pour un frère, ou un père. Je suis là pour tout le monde, même mon propre frère s’il ne paie pas, je vais lui brandir un bon de coupure. (Penedaly, le 19 janvier 2010)

49D’un côté, la connaissance oblige les « arrangements ». D’un autre, l’espace du village est défini par ses membres comme un lieu où les voisins deviennent parents, où tout le monde se connaît. Pour que l’appartenance reste un moyen d’accès à l’eau du forage, il faut que la majorité des membres s’y investissent. Comme dans une tontine, il faut parfois ramener les adhérents à la raison pour que l’entreprise collective ne se perde pas. Ainsi poursuit Moussa Diop :

Tu sais priver l’individu de l’eau, parce qu’il n’a pas payé, lui, il ne le voit pas, les gens, il y a des malhonnêtes qui ne le voient pas de ce côté, tout de suite tu lui brandis un bon de coupure, tu le prives de l’eau, alors il n’est pas content, mais alors, la majorité prime. Si vraiment nous tolérons à ce que tous les gens cumulent, on va finir par ne plus avoir de quoi payer du courant, on va priver tout le village de l’eau, là, on ne l’acceptera pas. (Penedaly, le 19 janvier 2010)

50Dans ce sens, les usagers qui n’appartiennent pas au village, des commerçants et des transhumants majoritairement, sont beaucoup plus taxés. Dans leur cas, la loi est surrespectée puisqu’ils sont exclus du cercle de la connaissance et donc, des arrangements.

51La facturation de l’eau oscille donc entre rigueur et tolérance, sévérité et compassion à l’égard des voisins et parents. La difficulté à « facturer les parents » relatée par tous ne doit donc pas amener à conclure au rejet total de la facturation de l’eau dans les localités de l’arrondissement. Il n’y a ainsi pas échec complet des principes de la REGEFOR, les ASUFOR de Sarakoundé et Penedaly fonctionnent relativement bien. À l’image du fichier Excel préparé par le secrétaire de l’ASUFOR de Sarakoundé, l’exploitation du forage oscille entre ordre et désordre. Moore nous invite à envisager cette incertitude comme révélatrice du caractère intimement processuel du droit :

  • 8 Order never fully takes over it, nor could it. The cultural, contractual, and technical imperatives (...)

L’ordre ne peut jamais prendre complètement le dessus. Les impératifs culturels, contractuels et techniques présentent des écarts, demandent des ajustements et des interprétations aux situations particulières. Ces impératifs sont eux-mêmes chargés d’ambiguités, d’irrégularités et souvent également de contradictions. (Moore [1978] 2000, p. 39 ; traduction de l’auteur)8

52Dans cet équilibre entre ordre et désordre se formalise un répertoire normatif, répertoire hybride que je qualifie de répertoire du « raisonnable ». Ce répertoire permet d’adapter la vente de l’eau aux réalités de la localité et de sécuriser un accès à plus ou moins long terme selon les modalités des habitants et non celles imposées par la réforme. Le « payer raisonnable » éclaire ainsi la manière dont « légalités » et « illégalités » sont construites de manière dynamique à travers usages sociaux et contestations collectives ; ce notamment dans des pays où le fonctionnement du système juridique ne peut pas être pris comme allant de soi et, où tous les citoyens savent que la loi écrite – quels que soient ses mérites – est souvent promulguée sans être mise en œuvre (Muñoz 2011, p. 895-896).

53Pour reprendre la thématique de la gestion des ressources naturelles par une « communauté » on peut arguer que certes, il existe un intérêt collectif pour l’eau. Cependant, cet intérêt ne suffit pas à l’adoption complète et sans appel des normes promues par la réforme. Les usagers de l’arrondissement de Sarakoundé s’approprient la loi au travers de leurs pratiques. Suivre la vente de l’eau dans ces localités montre comment, paradoxalement, c’est l’existence d’arrangements sociaux de nature informelle qui « permet au processus de marchandisation de fonctionner à l’échelle locale » (Baron et Tidjani Alou 2011, p. 18). L’informel rend l’ASUFOR tout simplement possible. À la participation idéalisée telle que prévue par la réforme s’opposent le pragmatisme et le réalisme des gestionnaires des ASUFOR de Penedaly et de Sarakoundé. Comme le note Scott :

  • 9 By themselves, the simplified rules can never generate a functioning community, city, or economy. F (...)

Les règles en soi ne permettent jamais de faire fonctionner une communauté, une ville ou une économie. L’ordre formel, pour être plus explicite, est toujours à un certain degré parasité par des processus informels ; des processus que le schéma formel ne reconnaît pas mais sans lesquels il ne pourrait pourtant pas exister. Des processus qu’il ne peut à lui seul créer ou maintenir. (Scott 1998, p. 310 ; traduction de l’auteur)9

54L’intérêt collectif pour l’eau existe et se développe au travers de ce mécanisme de mutuelle sociale. De manière diachronique, il est peut-être équitable pour tous à long terme. Dans une perspective synchronique, il est parfaitement inéquitable. Les premiers habitants sont coupés par Claude Michel et Moussa sans pitié. Une fois seulement les caisses de l’association renflouées, la tolérance est à nouveau exercée. Les premiers usagers sont donc rapidement sacrifiés pour pouvoir ré-établir le consensus du payement « raisonnable ». La facturation pratique de l’eau telle qu’exercée dans les localités de l’arrondissement montre par conséquent comment les processus de formalisation ne constituent pas un monopole de l’État. Les individus peuvent de facto créer de nouvelles pratiques et même de nouvelles institutions pour régler leurs problèmes à la place de l’État (Benjaminsen et Lund 2002).

55La REGEFOR et la généralisation de ses principes à travers la lettre de politique sectorielle instituent formellement de nouvelles règles du jeu en matière de droits à l’accès à l’eau au Sénégal. Mais la manière dont les individus payent ou refusent de payer remet en question ces règles et permet d’explorer la manière dont se négocient, au quotidien et de manière parallèle, droits d’accès et légitimité politique dans l’espace social que constitue le village.

56L’usager de la réforme est cet individu qui s’investit dans la production de son service d’eau en endossant son « coût réel ». Non plus bénéficiaire de l’État, il contractualise son droit à avoir de l’eau auprès d’une association. Bien que promu à travers de nombreux volets d’ingénierie sociale, cet usager idéal ne semble pourtant pas exister dans l’arrondissement de Sarakoundé où un « arriéré », c’est-à-dire le fait de ne pas payer l’eau régulièrement, constitue une forme relativement courante et légitimée d’avoir accès à l’eau du forage. Du point de vue de leurs pratiques quotidiennes, les usagers de l’arrondissement de Sarakoundé ne correspondent donc pas à la définition qu’en fait la REGEFOR. Pourtant ils sont concrètement des usagers du service. C’est dans cette ambivalence que l’on peut explorer comment se construisent, se négocient et se contestent, localement, des droits sur l’eau.

57Les habitants ne font pas valoir leurs droits au travers de l’AG. Le prix de l’eau n’y est pas discuté. Mais ce prix est débattu de manière indirecte dans la pratique des arriérés par les usagers et la tolérance des responsables de l’association à leurs égards. Dans le silence et l’indifférence du non-payement se construit un droit d’accès à l’eau à la fois à l’extérieur et à l’intérieur de la réforme. L’équilibre qui permet aux ASUFOR de l’arrondissement de fonctionner est constamment négocié. Il concerne tant le groupe dans son ensemble que les individus séparément : certains sont coupés pour garantir l’accès pour tous.

58Ce n’est pas l’adhésion à une association qui garantit aux habitants un accès à l’eau, ce n’est pas de payer des factures qui sécurise cet accès, c’est l’appartenance au village, cette « mutuelle » sociale. Ainsi, comme pour la composition des délégations d’usagers ou le fonctionnement du bureau, le service d’eau assuré par les ASUFOR ne peut être extrait de l’environnement social dans lequel il s’insère. Environnement où une rhétorique de la parenté élargie trace encore une fois les grandes lignes d’une « économie morale » qui permet à la communauté de « ceux qui se débrouillent seulement » de sécuriser un accès à l’eau. Tout le monde ne veut pas couper, certains en protègent d’autres, et certains sont sacrifiés au début de la tournée de coupure pour les autres. La tournée de coupure, les discussions au sujet de la vente de l’eau dans ces localités éclairent alors comment on ne peut comprendre les droits locaux sur l’eau sans envisager les expériences quotidiennes de ceux qui en bénéficient, leurs perceptions de la justice sociale, de ce qui est injuste ou au contraire légitime ainsi que les options qui se présentent à eux pour sécuriser ces mêmes droits (Bruns et Meinzen-Dick 2000).

59Derrière la banalité des arriérés, apparaît ici un « projet politique » des habitants qui donne accès aux représentations de pouvoir locales, aux rapports des habitants entre eux, mais également à leur rapport à l’État et au juridique de l’État (Dagnino 2007 cité par Neveu 2009, p. 36). L’analyse du quotidien des ASUFOR au travers de ces deux chapitres permet de souligner une nouvelle fois que les rapports des hommes à l’espace, à la terre, à l’eau, nous mènent directement dans le domaine du politique. Grâce à sa gestion des arriérés, l’association consolide et voit reconnaître son autorité sur l’accès à l’eau. En reconnaissant ainsi paradoxalement le droit des individus à ne pas toujours payer, en entérinant et en légitimant ce répertoire du « raisonnable », elle devient véritablement une association d’usagers de forage au sens local et pratique du terme. Grâce aux arriérés, elle construit une légitimité politique qui lui permet par la suite d’exercer son autorité en sanctionnant ponctuellement les mêmes « mauvais payeurs » qu’elle tolère tout au long de l’année. Les gestionnaires de l’ASUFOR acceptent l’arriéré comme forme d’accès. En échange, les usagers reconnaissent l’association comme une institution d’autorité publique et légitime et acceptent de payer souvent, de se faire couper parfois. À travers ce contrat informel – mais formalisé – la constitution de droits d’accès pour les usagers et de l’ASUFOR comme autorité légitime apparaissent comme des processus interdépendants (Lund 2002, 2011a, 2011b).

Notes

1 Le « coût réel » correspond dans le paradigme de l’aide aux coûts d’investissement et d’exploitation.

2 Article 4 du règlement de l’Association des usagers de forage : modalités d’admission.

3 Les branchements clandestins sont très fréquents lors des « coupures » de la SENELEC. Techniquement, il est également facile de rebrancher un robinet, il suffit de se procurer une pièce de rechange.

4 « Eau » en wolof.

5 « Chef de maison » en wolof.

6 « Combien ? » en wolof.

7 « Se débrouiller » est un terme populaire utilisé pour désigner les manières dont un individu gagne sa vie ou survit à partir d’activités dans le secteur informel.

8 Order never fully takes over it, nor could it. The cultural, contractual, and technical imperatives always leave gaps, require adjustments and interpretations to be applicable to particular situations, and are themselves full of ambiguities, inconsistencies, and often contradictions.

9 By themselves, the simplified rules can never generate a functioning community, city, or economy. Formal order, to be more explicit, is always and to some considerable degree parasitic on informal processes, which the formal scheme does not recognize, without which it could not exist, and which it alone cannot create or maintain.

Table des illustrations

Titre 9. Robinet dans la cour d’une habitation. Sarakoundé, 2011.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/13594/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 933k

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search