Version classiqueVersion mobile

L’État sourcier

 | 
Veronica Gomez-Temesio

Deuxième partie. L’argent de l’eau : politique et citoyenneté au cœur de l’entreprise du forage

Chapitre IV

Réformer, former et fonctionner : les comités d’usagers

Texte intégral

1Sous l’impulsion de la communauté internationale, un nouveau paradigme de gestion de l’eau se met en place au Sénégal dès la fin des années 1990. L’eau est un bien économique qu’il ne faut plus gaspiller. À partir de la REGEFOR, la gestion de l’eau est déléguée à de nouvelles entités. Les ASUFOR sont pensées dans un but d’amortissement des installations hydrauliques à travers la vente de l’eau à son « coût réel ». La REGEFOR inaugure officiellement une nouvelle ère pour la gestion de l’eau à la fois plus durable et plus rentable. Le compteur métrique devient l’objet emblématique du vent de réforme qui atteint le Sénégal rural. Mais est-il suffisant de changer les conditions légales d’accès à l’eau pour toucher aux usages sociaux ? Suffit-il d’équiper les robinets de compteurs métriques pour redéfinir ce qu’est, socialement et politiquement, dans une localité donnée, l’accès à l’eau ? En 1978, Moore nous rendait déjà attentifs au fait que lire la constitution n’équivaut en aucun cas à comprendre comme le système politique fonctionne réellement ([1978] 2000, p. 36). Dans ce sens, lire les statuts des ASUFOR ainsi que leur règlement intérieur apprend relativement peu de choses au profane sur la manière dont la tarification de l’eau fonctionne pratiquement dans les localités de l’arrondissement de Sarakoundé.

2Le droit est généralement conçu comme un outil d’ingénierie sociale capable de produire du changement dans la société. Pourtant, cette conception positiviste de l’appareil juridique s’avère erronée dans les faits. La société s’approprie les lois en les réadaptant aux usages sociaux préexistants. C’est dans cette problématique que s’inscrivent les deux chapitres consacrés aux ASUFOR. Dans ce volet, mon regard se porte sur la mise en place de ces associations dans l’arrondissement de Sarakoundé ainsi que sur leur fonctionnement. Comment se constituent ces associations à travers des formations financées par l’aide au développement et comment fonctionnent les bureaux de ces associations en seront les questions centrales.

3Les ASUFOR sont nées dans le terreau de l’idéologie participative. Elles doivent permettre à tous les usagers de participer à la gestion du forage. Mais à l’instar des remarques de Blundo sur les associations paysannes sénégalaises durant les années 1980-1990, j’ai été dès le début de mon terrain frappée « par la contradiction manifeste entre l’évocation des valeurs de cohésion et d’entraide […] et le fonctionnement réel des groupes, perturbé par les désaccords, les conflits d’intérêts et les négociations longues et difficiles » (1994, p. 101). Ces associations, bien que censées représenter l’ensemble des intérêts des usagers du forage, sont en réalité des lieux de reproduction de l’inégalité sociale traversés par des conflits locaux préexistants. L’analyse de la mise en place et du fonctionnement de ces associations permet donc de dépasser le constat du décalage entre ce que prévoient les lois et ce qui se fait pratiquement, pour explorer les registres normatifs locaux qui donnent accès ou non à un droit de regard sur le fonctionnement de l’ASUFOR.

Réformer : La REGEFOR et ses suites

4À partir des années 1990, l’hydraulique sénégalaise entre dans une période de réforme. Le changement est entrepris en 1996 avec la réforme du secteur urbain, qui bénéficie de l’appui de l’AFD et aboutit à un partenariat public privé (PPP) entre État et opérateur privé. C’est la naissance de la SONES puis de la SDE (Blanc et Guesquières 2006). L’AFD décide par la suite de financer un projet pilote de réforme du secteur hydraulique rural, la réforme de gestion des forages motorisés (REGEFOR).

5À partir 1984, l’exploitation est partiellement déléguée à des comités de gestion formés dans les localités possédant un forage. L’amortissement est à la charge de l’État dépendant pour ce faire le plus souvent des programmes d’aide. La REGEFOR est pensée pour rendre plus efficiente l’exploitation des forages ainsi que pour permettre leur amortissement à travers ce qu’elle présente comme un nouveau modèle gestionnaire, les ASUFOR. Le projet REGEFOR est mis en place à la fin des années 1990 afin de tester ce modèle dans la zone centre du pays. Par la suite, les principes du projet pilote deviendront les principales composantes de la politique nationale en matière d’accès à l’eau en zone rurale à travers la lettre de politique sectorielle de 2005.

6Le projet REGEFOR est mis en place entre 1996 et 2004 grâce à un financement de l’AFD. Il ne constitue pas une réforme menée à l’échelle du pays, mais touche uniquement une petite portion du territoire national : une centaine de forages répartis entre les régions de Diourbel, Fatick, Kaolack et Kaffrine. Le projet est hébergé dans la ville de Thiès. Il est développé sur le territoire par le personnel de l’AFD ainsi que par des agents du ministère de tutelle de l’Hydraulique rurale, provenant le plus souvent de la DEM. En résumé, la REGEFOR constitue une réforme pilote implantée par l’État du Sénégal à l’initiative et en partenariat avec l’AFD. Elle prend la forme d’un projet animé par des acteurs de l’aide et des fonctionnaires publics.

7La REGEFOR vise trois objectifs principaux. Premièrement, la transformation des anciens comités de gestion en associations d’usagers capables d’assurer une gestion efficace des forages, les ASUFOR. Deuxièmement, la création de conditions viables d’exploitation au plan technico-économique. Ceci passe notamment par la facturation de l’eau au m; les bénéfices de la vente de l’eau devant permettre de dégager une épargne ainsi que d’amortir les infrastructures hydrauliques, extrêmement coûteuses. Troisièmement, une privatisation des activités de maintenance assurées jusque-là par la DEM (Diop et Dia 2011, p. 38).

8Les ASUFOR naissent légalement à travers l’arrêté ministériel n005612 du 20 mai 1997. Ces associations sont constituées localement à travers des volets d’« ingénierie sociale » (de Gaujelac, Bonetti et Fraisse 1995) menés par les animateurs du projet. Chaque ASUFOR bénéficie d’une reconnaissance juridique de l’État par le biais d’une licence d’exploitation du forage dont elle a la charge. Le fonctionnement de ces associations est défini par deux pièces normatives, les statuts de l’association et le règlement interne de l’association.

Encadré 1. Extraits des statuts de l’ASUFOR. Article 3 portant sur l’objet de ces associations

L’Association des usagers a pour objet d’assurer ou de faire assurer la gestion de la production et de la distribution de l’eau à partir du forage dont l’exploitation lui est confiée par une licence décernée par les services compétents du ministère chargé de l’Hydraulique rurale.

À ce titre, elle est chargée :

– d’exprimer les demandes d’amélioration du service de l’eau ;

– de participer aux choix d’investissement ;

– de définir les modes de distribution ;

– d’élaborer et d’exécuter un budget annuel couvrant l’ensemble des dépenses de fonctionnement et d’entretien ainsi que la part de renouvellement incombant à l’Association ;

– de définir les modes de vente de l’eau et de recouvrement des coûts ;

– de fixer une tarification permettant d’assurer la viabilité financière ;

– de faire assurer et contrôler l’exploitation des installations :

• fonctionnement de la station de pompage et des points de distribution

• entretien et renouvellement des équipements de pompage et de distribution

• d’assurer ou de faire assurer les encaissements

• de faire assurer le relevé des données techniques et financières.

  • 1 « Doivent adhérer à l’Association toutes les personnes, hommes et femmes, faisant régulièrement usa (...)

9Ces associations ont un ancrage exclusivement local. Ses adhérents regroupent les « usagers » d’un forage, c’est-à-dire les individus résidant dans des sites desservis par un forage. Ils deviennent des usagers du forage et des membres de l’association par le biais d’une cotisation à l’ASUFOR.1

10Le fonctionnement des ASUFOR repose sur un noyau de quinze à trente personnes choisies dans la localité desservie par le forage. Cet ensemble forme le Comité directeur (CD) de l’association. Lorsque le forage dessert plusieurs villages, les statuts prévoient d’assurer la représentativité des différentes localités raccordées à l’installation. C’est au sein du CD que sont élues les neuf personnes qui vont constituer le bureau de l’ASUFOR.

Encadré 2. Extrait des statuts de l’ASUFOR. Article 10 portant sur la composition du Bureau

Le comité directeur élit en son sein un bureau composé de :

– Un ou une présidente ;

– De deux vice-présidents, dont une femme ;

– D’un ou une secrétaire ;

– D’un ou une trésorière ;

– D’un trésorier adjoint ou d’une trésorière adjointe ;

– D’un surveillant général ou d’une surveillante générale.

11Le bureau a pour tâche de contrôler la gestion mensuelle. Il s’occupe des projets d’extension ou de maintien du réseau et assure l’amortissement des équipements. Les conducteurs de forages formés par la DEM continuent de s’occuper des forages. Ils sont rémunérés par l’ASUFOR grâce aux bénéfices de la vente de l’eau. La maintenance est contractualisée avec un opérateur privé. Dans le cadre de la REGEFOR, l’entreprise Equip plus, basée à Dakar, a été choisie pour intervenir sur l’ensemble des forages inclus dans le projet pilote. Elle intervient à des tarifs négociés à niveau national dans le cadre du projet.

  • 2 « Pour atteindre le quorum, un tiers des membres de l’association doit être présent. Si le quorum n (...)

12L’AG inclut tous les usagers d’un forage. Elle se réunit en session ordinaire une fois par an, mais peut être convoquée en session extraordinaire par le bureau ou un quart des membres de l’association. Lors des sessions ordinaires, l’AG contrôle le compte rendu du bureau, approuve les comptes de l’année achevée, vote le budget de celle à venir, délibère sur les éventuelles questions à l’ordre du jour et pourvoit au renouvellement des membres du Bureau.2 Avant l’AG, une commission de contrôle examine les comptes de l’association et établit un rapport sur son fonctionnement. Cette commission comprend un représentant local du ministre chargé de l’Hydraulique rurale – dans la pratique le chef de BPF de Kaolackou son adjoint – un représentant du préfet ou du sous-préfet ainsi qu’un représentant de la collectivité locale dont dépend le forage, selon les cas, le PCR, le maire, ou leurs adjoints.

13Dans l’esprit de la réforme, le bon fonctionnement d’une ASUFOR est garanti par la séparation des différentes fonctions. La représentation des intérêts des usagers est assurée par le CD et le Bureau, l’exploitation et la gestion par un gérant et le contrôle de l’association par une commission indépendante.

  • 3 Réduire de moitié d’ici 2015 le taux de la population qui n’a pas accès à l’eau potable ni à des se (...)
  • 4 Lettre de politique sectorielle de l’hydraulique et de l’assainissement en milieu urbain et rural. (...)

14Le projet pilote s’achève en 2004. L’État du Sénégal est alors engagé dans la poursuite des OMD dont le sous-objectif 7c concerne spécifiquement l’accès à l’eau.3 En 2005, une lettre de politique sectorielle définit les grandes lignes du service hydraulique.4 La lettre institue une plateforme cadre à toutes les interventions d’appui à l’OMD 7c jusqu’à 2015, le PEPAM.

15La lettre de politique sectorielle reprend les principes de la REGEFOR comme base d’action pour les interventions en milieu rural, qu’elles soient de l’initiative de l’État, d’un bailleur de fonds, d’une ONG, etc. Le PEPAM doit permettre de coordonner et d’unifier les interventions de tous les acteurs. À travers lui, de nouveaux programmes d’appuis à l’hydraulique rurale sont mis en place, notamment dans le bassin arachidier. Ces programmes portent tant sur la construction d’infrastructures que sur la mise en place de nouvelles ASUFOR à travers de larges volets d’ingénierie sociale.

  • 5 Loi n2008-59 du 24 septembre 2008 portant sur l’organisation du service public de l’eau potable e (...)

16Sur un plan juridique, le secteur rural reste disparate. La plupart des forages sont exploités par les comités de gestion reconnus par la circulaire interministérielle de 1984. En 2008, une loi est votée dans le but de mettre fin à ce flou juridique. Elle doit créer un cadre unifié d’intervention tant dans le secteur urbain que rural. La loi SPEPA définit juridiquement les spécificités du service de l’eau rural et urbain. Les deux secteurs restent cependant différenciés. Pour le secteur urbain, la loi élargit et approfondit la réforme initiée par loi n95-10 du 7 avril 1995 organisant le service d’hydraulique urbaine et créant la SONES. Pour le secteur rural, l’exposé des motifs précise que la présente loi doit permettre : « D’institutionnaliser les principes de délégation de gestion et de contractualisation testés avec succès entre 1996 et 2004 dans le cadre de la réforme de la gestion des forages motorisés ruraux. »5

17C’est donc encore le mode de gestion qui différencie le secteur urbain du secteur rural (Repussard 2011). En 2012, les décrets d’application de la SPEPA ne sont pas encore publiés. De ce fait, la lettre de politique sectorielle fait figure de législation principale pour le secteur rural. En attendant la mise en fonction de la loi SPEPA, les principes de la REGEFOR se fondent sur l’action publique en milieu rural. L’État délègue l’exploitation des forages à des associations d’usagers, les ASUFOR avec le soutien de bailleurs de fonds, d’agences de coopération ou d’ONG. La REGEFOR a donc un statut hybride. Alors qu’elle est initialement conçue comme un projet pilote, elle est devenue une réforme a posteriori. Ses principes ont été repris dans une lettre sectorielle et jouent par conséquent aujourd’hui le rôle de loi-cadre pour le secteur.

18Projet pilote achevé en 2004, la REGEFOR continue pourtant d’exister indirectement. Ses principes sont repris dès 2005 à travers la lettre de politique sectorielle et sont inscrits dans une loi votée en 2008. Sa légitimité juridique uniquement ne peut cependant garantir une mise en place automatique sur l’ensemble du territoire. La REGEFOR a d’abord besoin du forage pour exister. Sa mise en place engage dans ce sens des coûts financiers très importants. Dans de nombreuses localités, les installations hydrauliques sont vétustes voire hors d’usage. La réfection et l’extension du parc immobilier des forages sont indispensables à la généralisation de la réforme sur le territoire. La réforme nécessite par la suite la formation d’ASUFOR capables d’exploiter ces installations. Dans l’arrondissement de Sarakoundé, entre 2005 et 2011, la CTB, l’agence belge de développement ainsi que LuxDev, l’agence de coopération luxembourgeoise, vont financer des volets d’ingénierie sociale pour « sensibiliser » les populations.

  • 6 Le projet PARPEBA, en place de 2003 à 2008, touche 54 forages dans les régions de Diourbel, Fatick (...)
  • 7 90 ASUFOR entre les régions de Kaolack et de Kaffrine.

19Il n’y a donc pas une réforme qui débute en 1997 sous la forme d’un projet pilote puis qui touche l’ensemble du territoire national après 2005. Dans l’arrondissement de Sarakoundé, les principes de la REGEFOR sont implantés à coups de projets à partir des années 2000. Le projet pilote REGEFOR financé par l’AFD touche les localités de Penedaly, Sarakoundé, Samari et ainsi que d’autres villages voisins dès 2001. En 2006, Sarakoundé, Keur Dior et Farafana bénéficient d’un nouveau financement, celui du Royaume de Belgique à travers le Projet d’amélioration et de renforcement des points d’eau dans le bassin arachidier (PARPEBA) coordonné sur place par la CTB.6 En 2011, LuxDev appuie des programmes de « redynamisation » des ASUFOR à Samari et de nombreux villages voisins.7 En une dizaine d’années, les principes du projet pilote sont ainsi distillés par trois interlocuteurs différents, l’AFD, la CTB et LuxDev. Il n’est pas impossible que d’autres projets ou bailleurs aient été présents dans l’arrondissement durant ce laps de temps. Il m’a été difficile de remonter l’histoire locale de la REGEFOR et de ses suites – bien que celle-ci soit très récente –, car il n’existe pas d’archives de la réforme.

  • 8 Notamment à travers les Revues annuelles conjointes du PEPAM, organisées chaque année et dont les r (...)

20À travers le PEPAM, sont comptabilisés avec minutie les « progrès du secteur » c’est-à-dire les taux d’accès à l’eau dans telle ou telle région.8 Connaître avec précision la généalogie des acteurs et projets qui font pratiquement la réforme se révèle beaucoup plus difficile. Ce qui fait office d’archives de l’hydraulique rurale se trouve dispersé sur internet, sur les pages des différents bailleurs de fonds, agences de coopération, ONG, etc. Les informations disparaissent également souvent avec le départ de tel ou tel responsable de projets, car elles sont traitées comme des archives personnelles.

21Il faut donc procéder par tâtonnements. Les logos sur les installations hydrauliques, dans les bureaux des ASUFOR ou dans les locaux de la DEM renseignent sur les projets passés. L’implication d’un bailleur de fonds, d’une agence de coopération ou d’une ONG peut être également détectée à travers les archives locales des ASUFOR, notamment sur les listes de présence aux AG qui mentionnent la présence d’un animateur mandaté par telle ou telle institution. Ces documents ne font pas l’objet d’un archivage systématique. À la BPF de Kaolack ainsi qu’à la sous-préfecture de l’arrondissement de Sarakoundé, j’ai trouvé des copies de procès-verbaux de constitution d’ASUFOR mélangés pêle-mêle avec d’autres documents administratifs.

22J’ai également constaté une méconnaissance des autorités locales concernant les transformations du secteur hydraulique dans les zones placées sous leur responsabilité. La correspondance entre le sous-préfet de l’arrondissement de Sarakoundé et le préfet du département de Kaolack dans le cas de la crise des compteurs de Sarakoundé illustre cette situation :

  • 9 Courrier du sous-préfet de l’arrondissement de Sarakoundé au préfet du département de Kaolack, daté (...)

Donc la pose des compteurs individuels n’est pas une décision du Président du Comité de gestion du forage, mais une condition acceptée en assemblée générale pour adhérer au « Régéfor » qui est un projet initié par le Ministre de l’Hydraulique […] »9

23Localement, la REGEFOR ne prend pas la forme d’un projet pilote soutenu par l’AFD et mis en place sur le territoire par l’État. Dans les mémoires locales circulent des nébuleuses de projets. Ces ombres, mal différenciées entre elles, ne sont pas perçues comme un seul mouvement, celui de la réforme de l’hydraulique rurale. L’adjoint du PCR de Samari évoque les changements intervenus ainsi :

À Sarakoundé, je crois que c’est le PEPAM qui est là. À Samari, on avait initié, je crois que c’était au temps de REGEFOR, je crois que c’était un projet logé en tant que tel à Thiès. On n’était pas trop informé sur le fonctionnement de REGEFOR, mais on peut dire que REGEFOR avait intégré le village de Samari. Deux ou trois ans après le départ du projet, il y avait quelqu’un qui habitait un village voisin de Samari, qui travaillait dans ce projet dont je ne me rappelle plus le nom, il savait très bien que dans ce projet-là, le forage de Samari allait se développer. Il a invité la population à s’y mettre. Mais trois ans après, ce que je peux dire, c’est que le type a eu un accident et le projet s’est épuisé. (Samari, le 24 mars 2011)

  • 10 Entretien réalisé par Souleymane Thiam, juin 2010.

24Dans les mémoires, la transformation des anciens comités de gestion n’est pas perçue comme émanant d’une réforme à l’initiative de l’État, mais plutôt comme un « projet ». Ainsi selon les mots du surveillant de l’ASUFOR de Keur Dior : « Quand ASUFOR est venue, elle a trouvé la bassine à 10 francs CFA et après trois mois de fonctionnement elle a fait les deux bassines à 15 francs CFA. »10 L’exemple de la localité de Sarakoundé montre également qu’il n’existe pas non plus de rupture nette à l’intérieur d’un seul et même village. Début 2000, les animateurs de la REGEFOR arrivent dans le village pour organiser la pose de compteurs métriques sur tous les robinets. Cet événement déclenche une vague de rébellion contre le président du comité de gestion de l’époque, Landry Sène. Ce n’est pourtant qu’en 2006 qu’une ASUFOR est véritablement constituée pour remplacer l’ancien comité de gestion. Les animateurs mandatés par le PARPEBA ont alors repris le travail entrepris par ceux mandatés par l’AFD.

25La confusion sur la nature du changement et sa provenance est souvent entretenue par le fait que la mise en place des ASUFOR a été réalisée localement par des « animateurs » sénégalais, mandatés par la REGEFOR puis à travers le PEPAM. Ces équivoques ne sont pas exclusives à la situation de l’hydraulique sénégalaise, mais sont la conséquence de la multiplication des projets auprès des populations sénégalaises :

Quand plusieurs projets interviennent (ou sont intervenus) dans un village, ils se mêlent souvent dans les perceptions ou le souvenir des habitants. En effet, en dehors des quelques personnes qui ont été les interlocuteurs directs des agents de chaque action de développement et sont en général les piliers des « comités » mis en place, nul ne connaît clairement ni les noms, ni les objectifs, ni les méthodes particulières des différents projets. (Olivier de Sardan et Dagobi 2000, p. 154)

Former : la création de l’association

  • 11 « Les bornes fontaines publiques (BFP) ou si nécessaire chaque regroupement d’usagers compris entre (...)
  • 12 Le raccordement d’un branchement privé est généralement à la charge de l’usager. L’eau y est égalem (...)

26Dans le cadre de la REGEFOR, les usagers d’un forage se constituent en association, l’ASUFOR, afin d’exploiter le service et de faire représenter leurs intérêts. Les usagers se répartissent en différents groupes d’intérêts et élisent des individus afin de les représenter dans les deux organes exécutifs de l’association, le CD et le bureau. La REGEFOR a mis en place un ensemble de critères prédéfinis pour constituer ces groupes. La première grande forme de classement est spatiale.11 Les usagers sont regroupés à travers leur quartier ou le village polarisé dans lequel ils habitent. Les statuts de l’association prévoient ensuite que les membres du CD soient choisis pour représenter les différents « groupes d’usagers » et leurs intérêts. Les statuts différencient ainsi les usagers ayant un accès privé à travers un robinet dans leur carré et les usagers bénéficiant d’un accès à travers les BFP dispersées dans la localité.12 Les statuts prévoient que d’autres groupes d’usagers soient fondés selon des critères socioprofessionnels.

Encadré 3. Article 9.1. du Règlement de l’Association d’usagers de forage : Élection des délégués

Les différentes délégations regroupent :

– Les mêmes usagers d’une borne-fontaine publique ou un regroupement d’usagers privés par quartier ou par village polarisé ;

– L’ensemble des éleveurs ou associations d’éleveurs ;

– L’ensemble des associations ou groupements de promotion féminine ;

– L’ensemble des jeunes ou associations de jeunes ;

– L’ensemble des maraîchers ou associations de maraîchers.

  • 13 Article 9.1. du Règlement de l’association d’usagers de forage : élection des délégués.

27Chaque délégation a droit à deux personnes et doit comporter au moins une femme. Pour être éligible dans l’une de ces catégories, il faut jouir de ses droits civiques, être domicilié et résident permanent dans la localité desservie par le forage. Les personnes qui occupent des fonctions au conseil rural, les chefs de village, les élus locaux ou nationaux ainsi que les autorités religieuses sont exclus d’office.13 La durée du mandat des délégués est de deux ans. À la fin du mandat, l’intégralité du CD est démissionnaire.

28Ces délégations sont conçues pour permettre la représentation équitable des intérêts, supposément opposés, de ces groupes. À travers elles, les différents intérêts de la communauté villageoise doivent ainsi devenir lisibles, peuvent être gérés de manière à éviter les conflits et donc, assurer une exploitation harmonieuse du service. Dans son ouvrage, Seeing like a State, publié en 1998, Scott analyse la manière dont l’État rend « lisible » la portion de société sur laquelle il veut intervenir en la simplifiant et en la classant à travers des catégories. La création de ces groupes d’usagers résonne avec cette analyse. Au travers des délégations d’usagers apparaît une cartographie simplifiée de la société villageoise. Cartographie qui doit permettre à l’État, à travers la mise en place du projet, d’intervenir sur cette société, et d’y implanter une nouvelle gestion des forages. À travers des catégories prédéfinies, le projet de réforme veut créer une collectivité supposée représenter les intérêts de l’ensemble des usagers afin de pouvoir agir sur leurs pratiques vis-à-vis de l’eau. Leurs intérêts pris en compte, les usagers participent à rendre l’intervention de développement durable sur le long terme puisqu’elle se basera sur le consensus. La communauté villageoise, simplifiée, cartographiée peut être alors « améliorée et responsabilisée » par les différents volets d’ingénierie sociale qui accompagnent la mise en place de la réforme (Li 2007, 2011).

29Le droit ne peut à lui seule induire du changement social. Et les grands projets de développement, qu’ils soient mis en place pour l’État ou un bailleur de fonds, dérivent le plus souvent. Ces projets sont souvent imparables sur le papier. Cependant, leur mise en place se heurte à de nombreux obstacles notamment du fait de leur nature simplificatrice qui ne permet pas la prise en compte des forces sociales et politiques en jeu dans le contexte dans lequel ils s’insèrent. Je retrace ici l’exemple particulier de la mise en place de l’association de Samari dans l’arrondissement de Sarakoundé. En 2011, des animateurs d’un bureau d’études sénégalais financé par LuxDev arrivent dans cette localité. Ils voyagent dans l’arrondissement afin de « redynamiser » certaines ASUFOR de la région.

30Début 2000, une ASUFOR a été mise en place à Samari. Pourtant, depuis plusieurs années, le CD n’est plus convoqué pour contrôler le travail du bureau et aucune AG n’a été organisée pour renouveler les différents mandats. Selon des habitants, Ibrahima Seck, élu trésorier il y a quelques années, s’est enfermé dans une « gestion solitaire ». Aujourd’hui, l’eau est vendue plus cher que dans les localités voisines de Penedaly et Sarakoundé. Le forage n’est pas électrifié et il n’est pas rare que le service s’interrompe le temps qu’Ibrahima aille acheter du gasoil à Kaolack. L’abreuvoir est fermé depuis 2009. Les vaches sont amenées dans les puits du village par les éleveurs. Les femmes se plaignent de leurs défécations dans l’espace collectif. Les habitants sont mécontents.

31Lorsque j’arrive à Samari ce matin de mars 2011, les animateurs m’annoncent avoir convoqué les habitants de la localité ainsi que ceux des villages polarisés. Cet événement a été réalisé à travers la médiation des différents chefs des villages dépendants du forage de Samari à qui se sont adressés les animateurs pour convoquer tous ceux « intéressés par l’avenir de l’ASUFOR ». Les animateurs me précisent qu’ils ont spécifiquement demandé aux chefs de faire venir « des femmes et des jeunes ». Pourtant, l’assemblée est aujourd’hui majoritairement masculine et âgée. La réunion a lieu dans la grande salle de l’école de Samari. Le chef de village de Samari ainsi que ceux des neuf villages polarisés sont assis en première ligne, sur des chaises en plastique. Derrière eux sont installés des hommes. Au fond de la salle ont pris place les femmes, sur des bancs, faute de chaises. Les animateurs du bureau d’études sont assis tout devant. Ils se lèvent pour prendre la parole. Les autres restent assis. La scénographie est alors celle d’une classe un jour d’école. Malgré le discours participatif et l’emphase verbale sur la parité, la salle de classe reproduit directement les hiérarchies sociales existant dans l’espace du village. Si la réforme porte en elle une rhétorique de nouveau départ (Moore [1978] 2000) la manière dont elle est pratiquement mise en place s’inscrit dans le long cours des associations paysannes sénégalaises issues de projets.

32Les animateurs expliquent la raison de leur présence. Ils sont venus ce matin à Samari pour préparer le « renouvellement des délégués » de l’ASUFOR et préparer une AG qui aura lieu, ils l’expliquent, dans une semaine, au même endroit. Leur exposé est bref. Les animateurs ne se donnent pas la peine de réexpliquer tout le processus de réforme. Au premier rang, plusieurs chefs de village somnolent. Les animateurs expliquent à l’assistance qu’ils vont devoir « choisir des délégués » pour procéder à une AG constitutive des nouveaux organes de l’association. Ils passent rapidement sur l’organisation des délégations et se concentrent sur l’agenda.

33Pour les habitants de Samari, les animateurs expliquent qu’ils vont organiser des réunions dans les quartiers durant les jours à venir. Pour les habitants des villages polarisés, ce sont les chefs de village qui ont accepté d’organiser le choix des délégués. Les animateurs justifient rapidement ce choix : on aurait pu former une commission ad hoc, mais « c’est plus simple comme ça ». Il s’agit d’aller vite, l’AG est programmée d’ici quelques jours à peine. La réunion ne prend pas la forme d’un dialogue entre habitants et animateurs, mais d’une explication des animateurs à l’assemblée. Dans l’ensemble, ils ne sont que très peu interrompus. Personne ne prend de notes, il n’y aura pas de PV. Certains habitants discutent entre eux, d’autres dorment. Comme face à un maître de classe soporifique, l’assemblée devenue classe somnole.

34À la fin des explications, une grogne monte pourtant du fond de la classe. Les chefs de villages grimacent de mécontentement sans se retourner pour écouter. Une femme se lève pour prendre la parole. Elle est venue aujourd’hui avec ses collègues du village polarisé de Taba Kossi. Elles ont précipitamment quitté un baptême, car personne ne les avait prévenues de cette réunion. La femme se fait la porte-parole du mécontentement de ses collègues féminines. Si ce sont les chefs de villages qui choisissent les délégués, il n’y aura « que des hommes ». L’animateur répond sans entrer réellement en matière. Il explique que l’ASUFOR est justement là pour « promouvoir la parité ». Il assure que la participation des femmes sera assurée puisque chaque délégation doit comporter au moins une femme.

35Quelques jours plus tard, je me rends à Taba Kossi pour rencontrer la femme qui s’est levée, Binta Souleye et entendre ce qu’elle a à dire. Le chef du village a placé sa grande sœur comme fontainière de l’unique BFP du village. Celle-ci prend un pourcentage sur les ventes. Il n’y a pas eu de changement depuis des années. La famille du chef a donc le monopole des bénéfices de l’eau dans le village. La bassine est vendue 15 francs CFA l’unité au lieu de 5 francs CFA par exemple dans la localité voisine de Sarakoundé. Binta et ses camarades ont appris par hasard la tenue de la réunion. Elles ont immédiatement quitté leurs festivités pour se rendre à Samari. Binta Souleye critique le chef de son village qui a « pour habitude de ne pas convoquer les femmes ».

  • 14 Entretien réalisé par Souleymane Thiam, juin 2010.

36Dans le domaine de la gestion de l’eau, l’exclusion des femmes n’est pas une nouveauté dans la localité. Khady Fall a été élue vice-présidente de l’ASUFOR de Samari, début 2000. Le président « ne l’informait pas » et elle s’est rendue à plusieurs reprises chez lui pour connaître la situation du forage. Suite à son décès, elle accuse Ibrahima Seck, son parent, de l’avoir définitivement écartée. Il y a quelque temps, elle a demandé conseil à Dieumbe Sarr, la présidente de l’ASUFOR de Sarakoundé. Dieumbe lui a conseillé de convoquer une AG pour régler la situation. Mais Khady Fall s’est résolue à son écartement. Elle incrimine sa condition de femme et son manque d’instruction. Elle regrette pourtant l’attitude de ses collègues masculins. « Un jour, je leur ai dit, c’est vrai, je suis une femme, et je ne suis pas instruite, mais l’instruction c’est maintenant que c’est venu, avant les gens réglaient les choses avec leur intelligence alors qu’ils n’étaient pas instruits. »14 J’interroge Dieumbe Sarr sur la situation de Samari et sur l’écartement de Khady Fall :

Samari, c’est la famille Seck, ils ont tenu les anciens comités de gestion, ils ont mis Ibrahima [Seck, le trésorier] sur l’ASUFOR. C’est la famille du vice PCR. Khady Fall a été poussée en avant lors de l’AG, car les animateurs voulaient des femmes. Là-bas, ils confondent la parenté et le travail. (Sarakoundé, le 15 mars 2011)

37Une semaine plus tard se tient donc à Samari une AG de renouvellement de l’ASUFOR. Ce matin, les animateurs sont accompagnés des individus qui forment la commission de contrôle des ASUFOR. Le PCR est représenté par son vice-président, Malick Seck, lui-même natif de Samari. Le chef de la BPF a également fait le déplacement depuis Kaolack. Le sous-préfet de l’arrondissement, me salue. Tout ce monde est aligné dos au tableau. Ils font face à l’assemblée. Les chefs de village sont à nouveau assis en première ligne, suivis des hommes puis des femmes installées à l’arrière de la salle. Les animateurs annoncent le point principal à l’ordre du jour : l’élection du bureau.

  • 15 Par « parité », ils font référence en réalité à l’article 10 du règlement de l’Association d’usager (...)

38Les futurs élus seront choisis parmi les titulaires du CD. Sur les recommandations des animateurs la semaine précédente, les délégations ont été composées de trois personnes : deux titulaires et un délégué. La plupart de ces individus sont là aujourd’hui. Huit d’entre eux seront élus au bureau de l’association, annonce l’animateur. Une urne est posée sur la table devant tout le monde. Le chef de la BPF, explique à l’assemblée ses options. On peut certes voter à bulletin secret, mais il est aussi possible, et cela serait « plus simple pour tous », de choisir les personnes « par consensus » dans la salle. Le chef précise que « la coutume peut devenir loi ». Un groupe de femmes ne partage pas cet avis. Il s’agit à nouveau de Binta Souleye et de ses collègues. Elles demandent à voter à bulletin secret. Sinon, selon elles, ne seront élus que ceux indiqués par les chefs de village. Les animateurs tentent de les rassurer. Les ASUFOR sont « favorables aux femmes ». Comme pour les délégations, il faut « la parité ».15 Les animateurs sont pressés de passer à l’élection. Ils ne laissent pas de place à un réel débat dans la salle. Ils intiment l’ordre à l’assistance d’élire « des femmes et des jeunes ».

39Dans un article publié en 2004, Manor interroge la composante supposément démocratique des comités d’usagers, notamment dans le cas de réunions publiques où les noms sont suggérés à haute voix et acceptés au « consensus ». Les comités d’usagers promus par le monde de l’aide sont conçus pour encourager localement une gestion démocratique et collective des ressources naturelles. Pourtant, ces comités sont constitués de manière relativement peu démocratique si on les compare, par exemple, aux élections des autorités locales. Leur conception de la « participation » est grandement limitée (Manor 2004, p. 199). Ces institutions constituent par conséquent un terrain privilégié pour la reproduction de l’inégalité sociale. Lors de la formation des comités d’usagers, il n’y a pas de mise en place d’un réel débat public. Comme dans le cas des femmes de Taba Kossi, les conflits sont balayés d’un revers de la main par des animateurs qui invitent l’assistance à remplir les blancs désignés par le projet.

40Cette composante n’est ni exclusive aux comités d’eau ni une nouveauté. Dans un article consacré aux associations paysannes du bassin arachidier, Blundo retrace l’historique de plusieurs associations entre les années 1980 et 1990. L’auteur montre comment ces associations sont déjà composées par des réseaux internes à la communauté villageoise ; réseaux qui permettent d’exclure certaines catégories comme les cadets ou de maintenir les postes-clés au sein d’une même parentèle (Blundo 1994).

41À Samari, la participation des usagers est ainsi limitée à un rôle symbolique : l’assistance à la réunion. Revenons maintenant dans la grande salle d’école. Le chef de la BPF, propose une petite interruption pour que les gens aient l’occasion de discuter entre eux. Tout le monde se lève. Le sous-préfet et le chef de brigade restent à leur place, apparemment indifférents au futur choix du bureau. Malick Seck, le vice PCR sort immédiatement discuter dehors. Il est suivi par Ibrahima Seck l’ancien trésorier de l’ASUFOR. Des tractations électorales ont visiblement lieu. Ibrahima Seck discute avec une jeune femme. Renseignements pris, il s’agit d’une cousine côté paternel. Malick Seck s’entretient avec un groupe de femmes. Parmi elles, son épouse. Toutes deux se portent candidates dès la reprise de séance. Il y a finalement presque autant de candidats que de postes. L’élection se fait pour ainsi dire au consensus. Les deux femmes seront élues à des postes clés, la présidence et la trésorerie. Elles seront secondées à ces postes par d’autres femmes relativement jeunes et remplissant ainsi les souhaits des animateurs. Le sous-préfet prend la parole pour clore la séance. Il demande au nouveau bureau d’examiner rapidement les comptes et assure que s’il y a eu des détournements, il fera intervenir la gendarmerie.

42Après l’élection, je déjeune avec le chef de brigade et les deux animateurs. Le premier animateur se montre mitigé sur les résultats :

Le PCR et Ibrahima Seck ont poussé les femmes de leur famille juste pour conserver la place de la famille Seck. Automatiquement, Ibrahima s’assure que personne ne l’emmerdera pour sa gestion passée. Il a fait du n’importe quoi, mais avec le nouveau bureau il est à l’aise. (Samari, le 14 mars 2011)

43Son collègue semble plus résigné :

Trop de femmes ce n’est jamais bon, les bailleurs ne comprennent pas le milieu, on ne peut pas avoir que des femmes, au village ça ne marche pas, une femme ne peut pas venir chez toi et te dire de payer, son mari ne sera pas d’accord, le chef de famille du carré ne sera pas d’accord. Au moins, à Samari, derrière ces femmes, il y a des hommes que tout le monde connaît. (Samari, le 14 mars 2011)

44À Samari, derrière l’ambition de représentation des intérêts de tous, se reproduisent donc en réalité des formes de pouvoir propres à la localité. Les élections au bureau montrent en outre comment les acteurs sont capables de jouer avec les conditions du « projet », de les récupérer afin de reproduire des rapports d’inégalité. Comme le notent Olivier de Sardan et Dagobi :

Là où elles ont réellement eu lieu, les élections ont très souvent constitué une formalité pour satisfaire les exigences des animateurs du projet : on sait partout dans les villages qu’il ne faut pas s’opposer aux conditionnalités des projets et qu’il est de meilleure tactique de faire semblant de les respecter si on veut bénéficier de leurs ressources. En fait, les noms pouvaient avoir fait l’objet d’un accord préalable – souvent sur proposition du chef –, auquel cas il s’agissait d’une simple ratification publique ; parfois aussi, c’était le premier nom proposé qui passait. (Olivier de Sardan et Dagobi 2000, p. 162.)

45Derrière l’élection de femmes et le respect de la « parité » imposée par les animateurs, la famille Seck, avec ses alliés, maintient sa main sur l’exploitation du forage. Quelques semaines plus tard, je reviens à Samari pour m’entretenir avec les nouvelles élues. Je les rencontre chez elles. Aucune n’a « commencé à travailler ». Elles me disent avoir réalisé leur peu d’instruction et attendent un « nouveau projet » pour s’initier aux « affaires du forage ». Qui donc s’occupe de l’ASUFOR à leur place ? C’est Ibrahima Seck, m’explique sa cousine, la nouvelle présidente. Lorsque je me rends chez lui, il vient de revenir de Kaolack. Il a acheté du gasoil pour le forage. De sous son lit, il sort la caisse de l’association pour reverser l’argent restant.

46Le droit est généralement pensée à la manière d’un « outil d’ingéniérie sociale » (Moore [1978] 2000, p. 54). Ceci médiatise une conception positiviste du droit par les pouvoirs publics, ou plus précisément dans notre cas, l’État du Sénégal et ses bailleurs de fonds. La mise en place des principes de la REGEFOR – tant dans la phase du projet réforme que dans celle à l’échelle nationale de la lettre de politique sectorielle et du PEPAM dès 2005 – est censée impliquer un changement dans les pratiques des villageois vis-à-vis de leur accès à l’eau. Les « élections » de Samari éclairent une participation de façade, qui ne remet pas en cause les formes du pouvoir déjà en place. Ces élections, au contraire, se transforment en plébiscite des forces familiales et politiques dominantes de la localité. Cet exemple est emblématique de l’ambiguïté des lois. Bien que mises en place pour changer et contrôler la société, les lois sont inévitablement contournées et appropriées par la société. Le renouvellement de l’ASUFOR de Samari montre ainsi comment cette association cristallise des enjeux de pouvoir internes à l’espace du village et de quelle manière sa nouvelle composition assure un double objectif de légitimité, l’un dirigé vers l’extérieur, l’autre, vers l’intérieur.

Fonctionner : le quotidien des comités d’usagers

  • 16 Article 10 : Bureau de l’Association. Règlement intérieur de l’Association des usagers du forage.

47Le faible taux de renouvellement des bureaux est l’une des caractéristiques principales des ASUFOR de l’arrondissement de Sarakoundé. Selon les statuts, le mandat au bureau d’une ASUFOR est d’un an, durée à la fin de laquelle l’ensemble des membres est démissionnaire.16 Les mandats successifs sont limités à trois législatures consécutives. Cependant, le non-renouvellement constitue plus souvent la norme que l’exception. Après l’exemple de Samari, je m’arrête sur les ASUFOR de Sarakoundé et Penedaly. Dans ces deux cas, l’évolution des bureaux du moment de leur première constitution à celui de l’enquête est similaire : un petit groupe d’inamovibles perdure. L’entrée au moment de la transition entre comité de gestion et ASUFOR est cruciale.

48Début 2000, nous avons suivi Landry Sène, alors président du comité de gestion du forage de Sarakoundé, essuyant une tempête qui a pour cause l’installation des compteurs. Cet événement marque le début du changement dans la localité. Quelques années plus tard, lorsqu’un nouveau forage est construit avec l’appui du PARPEBA, une ASUFOR est constituée par des animateurs. Landry Sène est remercié. Trois personnes qui jouent un rôle important à ce moment-là vont être élues. Elles vont toutes perdurer jusqu’en 2011 : Dieumbe Sarr, Mustapha Faye et Moussa Dieng.

49Dieumbe Sarr entre au comité de gestion à la fin des années 1990 en tant que collectrice. Ce poste est alors rémunéré. Le sérieux de Dieumbe ainsi que la confiance qu’elle parvient à établir avec les habitants va la maintenir à ce poste jusqu’en 2006, moment où elle prend la présidence de la nouvelle ASUFOR. Mustapha Faye est le fils du précédent chef de village et le frère de l’actuel. Il est également lié par des liens de parenté au PCR d’alors. Mustapha est licencié de l’usine d’arachides en 1996. Lors d’un renouvellement du comité de gestion, il prend le poste de secrétaire, soutenu par sa famille. Moussa Dieng entre dans les mémoires comme celui qui s’est fermement opposé à la pose des compteurs. Il est l’un de ceux qui, avec le soutien du chef de village, a fait le tour de tous les carrés pour faire signer une pétition contre Landry Sène ; pétition qui sera par la suite envoyée au gouverneur de Kaolack.

50En 2006, ces trois personnes sont élues au bureau de l’ASUFOR lors d’une AG encadrée par des animateurs du PARPEBA. Dieumbe Sarr devient la présidente de l’association tandis que Mustapha Faye conserve son poste de secrétaire. Moussa Dieng occupe le siège de deuxième vice-président. En 2011, tous demeurent au bureau de l’association. Les charges de Dieumbe et Mustapha sont restées les mêmes tandis que Dieng s’est déplacé sur l’organigramme. Il est à présent surveillant. Tous les membres du bureau reçoivent une indemnité mensuelle. Cependant, le poste qu’occupe Dieng est sensiblement plus juteux. C’est lui qui est chargé des tournées de « coupure ». Les amendes de 1000 francs CFA qui sont infligées aux mauvais payeurs lui sont directement reversées en tant qu’indemnité. Plus de dix ans après son opposition aux compteurs, ceux-ci sont devenus son gagne-pain.

6. Évolution de la composition des membres entre le comité de gestion et l’ASUFOR de Sarakoundé entre 2001 et 2011.

Comité De Gestion 2001
Président Landry Sène
Vice-président Membre X
Secrétaire Mustapha Faye
Trésorier Membre X
Trésorier adjoint Membre X
Trésorier adjoint Membre X
Collecteur Dieumbe Sarr
Pétitionnaire contre le comité de gestion Moussa Dieng

51 

Législature 2006 Législature 2011
Présidente Dieumbe Sarr Dieumbe Sarr
Vice-président Seydou Diallo Seydou Diallo
Vice-président Moussa Dieng Membre X
Secrétaire Mustapha Faye Mustapha Faye
Secrétaire adjoint Membre X Membre X
Trésorière Membre X Tabara Sow
Trésorière adjointe Tabara Sow Membre X
Surveillant général Membre X Moussa Dieng
Surveillant adjoint Serigne Barry Serigne Barry

52Cette situation fait écho à celle que je rencontre à Penedaly. À nouveau, c’est le moment de transition entre le comité de gestion et l’ASUFOR qui permet à des individus non seulement d’entrer dans l’association, mais surtout d’inscrire une sorte de propriété dessus. À partir de la démission pour cause de maladie de El Hadj Ndione, président du comité de gestion, un petit groupe se forme dans lequel se trouve son épouse. La première mission que se donnent ces individus est de faire construire un nouveau forage au village. Cependant, l’installation ne vient pas seule. Elle est accompagnée d’un vent de réforme. Ces individus qui se décrivent et sont décrits par les habitants comme « ceux qui se sont levés » vont tous occuper des postes au bureau de l’association entre 2001 et 2012.

7. Évolution de la composition des membres de l’ASUFOR de Penedaly entre 2000 et 2012.

« Ceux qui se sont levés » 2000
Wahab Diagne
Mamadou Ndiaye
Moussa Diop
Aïcha Ndione
Pape Diop
Biram Cissé
Ousmane Ngor

53 

Législature 2002
Président Wahab Diagne
Vice-président Membre X
Vice-président Membre X
Secrétaire Membre X
Secrétaire adjoint Moussa Diop
Trésorier Pape Diop
Trésorière adjointe Aïcha Ndione
Surveillant général Mamadou Ndiaye
Surveillant adjoint Biram Cissé

 

Législature 2004 Législature 2012
Président Wahab Diagne Wahab Diagne
Vice-président Membre X Aïcha Ndione
Vice-président Membre X Idy Fall
Secrétaire Membre X Ousmane Ngor
Secrétaire adjoint Moussa Diop Membre X
Trésorier Membre X Membre X
Trésorière adjointe Aïcha Ndione Membre X
Gérant Pape Diop Pape Diop
Caissier Moussa Diop Moussa Diop

54Le non-renouvellement général ne fait pas l’objet d’un tabou. Au sein des bureaux, il est justifié selon divers arguments. Pour Aïcha Ndione, l’individu doit être réélu à partir de sa base, en tant que membre du CD, toutes les deux législatures, c’est le principe du « tiers sortant ». Selon Mustapha Faye, on peut se représenter « autant de fois que l’on veut », car « rien n’est dit dans le règlement ». Pour Wahab Diagne, « on est obligé de se représenter à chaque fois, quand on a la confiance, les gens ne veulent plus que l’on quitte ». De manière générale, il ne semble pas qu’il y ait pour les individus un règlement clair qu’ils ont cherché à contourner en bande et de manière méthodique. Les statuts et règlements des ASUFOR ne sont pas des objets qui font partie du quotidien de ces associations. Souvent légués par les animateurs d’un « projet », ils deviennent rapidement obsolètes du fait de leur départ. Réussir à « faire tourner » le forage « à l’aise » est souvent mis en avant comme un argument qui suffit à légitimer l’équipe en place. Les élections ont ainsi rarement lieu en l’absence du « projet ». Comme le mentionne Mustapha Faye, secrétaire de l’ASUFOR de Sarakoundé :

Les Belges [allusion au PARPEBA financé par la CTB] ils savent qu’ici on bosse bien. On ne bouffe pas l’argent de Sarakoundé, le forage tous les jours il pompe l’eau. Personne n’a à se plaindre de nous, nous, nous faisons du bon boulot à l’ASUFOR. Ici, c’est la démocratie, tous les mois on discute avec le CD, personne n’a à se plaindre par la suite. (Sarakoundé, le 24 janvier 2011)

55Le non-renouvellement éclaire à certains égards la manière dont la formule des ASUFOR n’est pas perçue comme une réforme générale implantée par l’État, mais comme un « projet » dépendant directement de la présence d’agents de ce même projet. Ainsi, dans une localité de la région de Tambacounda où j’accompagnais des agents de la DEM en dépannage, le secrétaire de l’ASUFOR vint rapidement à ma rencontre. Il me demanda quand est-ce qu’il devait organiser « les réunions de renouvellement ». Je lui répondis que je ne savais pas. Il insista et me dit qu’il était en attente des animateurs partis il y a plusieurs années. Il eut l’air très déçu par mon refus renouvelé.

56Pour les habitants de l’arrondissement de Sarakoundé, le non-renouvellement, quand il est pratiqué par des bureaux qui réussissent à maintenir un service continu comme c’est le cas des ASUFOR de Penedaly et Sarakoundé, n’est pas source de mécontentement. À Sarakoundé, le maintien des mêmes individus et en particulier de la présidente Dieumbe Sarr, semble jouir du soutien des usagers. Un agent de l’usine d’arachides à la retraite me confie chez lui : « Dieumbe est brave, elle est sérieuse, tant qu’elle sera à l’ASUFOR, il n’y aura pas de problèmes ». Un autre habitant s’exprime ainsi : « Ici [au Sénégal] en général les comités d’initiative deviennent éternels, mais si ça fonctionne qui est-ce qui va se plaindre ? »

57Le non-renouvellement n’est pas perçu de manière négative – comme un accaparement –, car à Sarakoundé comme à Penedaly il a pour résultat un accès plus ou moins sécurisé à l’eau (hors panne du forage, comme dans le cas de Penedaly). Diop et Dia, qui ont mené une recherche sur les ASUFOR, expliquent le non-renouvellement des postes par la conscience qu’ont les usagers du manque de formation à la gestion des forages et par leur volonté de combler ce manque. Pour ces auteurs, l’absence de renouvellement est devenue : « Une stratégie locale pour compenser les carences institutionnelles du système, notamment l’inexistence de conditions pour que les nouveaux membres des ASUFOR élus puissent prendre les choses en main. » (2011, p. 45)

58Ces propos font écho à ceux du PCR de Samari, « on ne change pas une équipe qui gagne » en référence au bureau de l’ASUFOR de Sarakoundé. Cependant, dans la même communauté rurale, l’exemple de l’ASUFOR de Samari, démontre que le non-renouvellement répond plutôt à l’adage « on ne change pas une équipe en place ». Sans l’intervention des animateurs du bureau d’études, la « gestion solitaire » d’Ibrahima Seck, trésorier et unique capitaine du bureau, se serait probablement encore poursuivie. Ce dernier exemple souligne la dépendance forte de ces institutions vis-à-vis d’un arbitrage extérieur en cas de conflit sérieux comme une constante des associations paysannes sénégalaises depuis les années 1980 (Blundo 1994).

  • 17 Bonbons à la menthe vendus à l’unité dans les kiosques et épiceries villageoises.

59Le pendant du non-renouvellement chronique, c’est un « glissement des fonctions » au sein du bureau (Olivier de Sardan et Dagobi 2000, p. 164). Les tâches les plus importantes sont assumées par les plus anciens, quelle que soit leur position sur l’organigramme formel. À Sarakoundé par exemple, tout ce qui a trait à l’argent est géré directement par la présidente et le secrétaire. La trésorière, bien que régulièrement présente dans les locaux de l’association, joue un rôle mineur, voire inexistant. Les jours de payement, elle encaisse parfois des usagers, mais toujours sous le contrôle de Dieumbe Sarr ou Mustapha Faye. Régulièrement, ces deux individus sortent de petites sommes de la caisse pour leurs besoins ou ceux des membres du bureau : allumettes, « menthes »17 et tournées de jus de bissap sont financées par la caisse commune. À ces occasions, rien n’est reporté sur les comptes. La caisse est également conservée tantôt chez la première, tantôt chez le second. Les coupures des mauvais payeurs sont également supervisées par la présidente et le secrétaire dans les bureaux (réception des plaintes, payement des arriérés, etc.) et sur place par Moussa Dieng qui s’occupe personnellement du retrait des robinets de tous les usagers et de la facturation des pénalités. La trésorière élue ne joue en réalité aucun rôle dans tout ce qui a trait à la trésorerie de l’association.

60Au peu de renouvellement de ces instances fait écho un accaparement des postes par le village sur le territoire duquel est construit le forage. À travers les délégations qui composent le CD, les usagers des villages polarisés ont la possibilité de se faire représenter au bureau de leur association. Dans les ASUFOR de l’arrondissement, il y a pourtant une très large prédominance de membres provenant du « village-mère ». La représentativité à l’échelle villageoise est ainsi très limitée. Le village sur le territoire duquel est construit le forage jouit d’une propriété sur les places-clés du bureau de l’association. Ce type de prédominance constitue également une caractéristique quasi constante des associations paysannes ; associations dont les leaders appartiennent le plus souvent au même espace géographique que les installations dont leur association a la charge (Blundo 1994). Le forage de Sarakoundé polarise ainsi sept localités voisines. Pourtant, la presque majorité des membres du bureau sont des résidents de Sarakoundé.

8. Lieu de résidence des membres de l’ASUFOR de Sarakoundé entre 2006 et 2011.

Législature 2006
Dieumbe Sarr Sarakoundé
Seydou Diallo Village Voisin
Moussa Dieng Sarakoundé
Mustapha Faye Sarakoundé
Membre X Sarakoundé
Membre X Sarakoundé
Tabara Sow Sarakoundé
Membre X Sarakoundé
Serigne Barry Sarakoundé

61 

Législature 2011
Dieumbe Sarr Sarakoundé
Seydou Diallo Village Voisin
Membre X Village Voisin
Mustapha Faye Sarakoundé
Membre X Sarakoundé
Tabara Sow Sarakoundé
Membre X Sarakoundé
Moussa Dieng Sarakoundé
Serigne Barry Sarakoundé

62Les ASUFOR de Penedaly et la nouvelle ASUFOR de Samari présentent le même type de rapports de force dans la composition de leurs bureaux. Ce monopole a des conséquences directes sur la manière dont sont perçues ces associations par leurs membres. Dans les localités qui ont un forage sur leur territoire, les usagers sont relativement bien informés sur l’ASUFOR. Ils peuvent citer plusieurs noms de membres du bureau, sont au courant du fonctionnement général de l’association. Plus l’on s’éloigne de ce centre névralgique, moins les usagers semblent connaître les tenants et aboutissants de leur accès à l’eau. Par exemple, le chef de village de Tokokaba, dans la communauté rurale de Samari, ne semblait pas connaître les changements qu’a rencontrés la gestion du forage depuis presque trente ans :

Je dis qu’ils [le comité de gestion de Samari] ne font pas normalement leur travail parce que depuis la construction du forage en 1989, il y a des villages qui n’ont pas encore de l’eau […] À part Samari, je ne vois pas de l’eau aux environs. Si le forage avait un bureau et un bon fonctionnement, on allait dépasser ce stade. Depuis la construction de ce forage, les travaux n’ont pas bougé d’un centimètre. (Entretien réalisé par Souleymane Thiam, juin 2010)

63Dans les ASUFOR qui sont caractérisées par une « gestion solitaire », ce rapport entre insider et outsider est accru. Ibrahima Seck, le trésorier de Samari, est un résident de la localité. À Gadissor, le président décédé, puis la vice-présidente qui a pris la relève habitent également la localité. Moins les membres sont nombreux, plus la répartition géographique se resserre pour devenir exclusive à la localité sur le territoire de laquelle est construite l’installation.

64Pourtant, en dehors du village-mère, les gens ont accès au service du forage. Ces usagers sont différenciés de ceux du village-mère non vis-à-vis de leur accès à l’eau, mais de leur accès à l’association. Ils sont pour ainsi dire des usagers du service d’eau et non des usagers de l’association. Dans les BFP des villages polarisés, l’ASUFOR apparaît, au travers des discours des fontainières, comme un organisme lointain. Leurs propos montrent qu’elles ne se considèrent pas comme des usagères avec des droits de participation concrets quant au devenir du forage, mais comme des femmes qui tentent de maintenir un accès du mieux qu’elles le peuvent en se « débrouillant » pour payer ce qu’elles doivent.

65Une fontainière d’une localité polarisée par l’ASUFOR de Farafana s’exprime sur sa relation avec les membres du bureau de l’ASUFOR: « Notre relation est qu’ils viennent le 30 du mois pour relever et après ils nous donnent la facture et le 10, nous allons payer, c’est ça qui nous lie » (Entretien réalisé par Souleymane Thiam, juin 2010 ). Une fontainière d’une localité polarisée par l’ASUFOR de Keur Dior, sur la tenue des réunions de l’ASUFOR :

Ils se réunissent là-bas [à Keur Dior] et discutent sur les problèmes. Mais moi, je n’ai jamais assisté à ces rencontres pour dire la vérité. Même pour le payement on me dit ce que je dois payer et je remets ça à une dame qui est dans le quartier et qui fait partie de l’ASUFOR. (Entretien réalisé par Souleymane Thiam, juin 2010)

66Une autre fontainière d’une localité raccordée à l’ASUFOR de Keur Dior :

Ce sont eux [les membres du bureau de l’ASUFOR] qui viennent et tu leur donnes l’argent. Si tu as le temps aussi, tu peux aller payer à Keur Dior, mais moi je n’ai pas le temps d’y aller donc je les attends ici. C’était le chef de village qui était venu et je lui ai donné l’argent. C’est lui qui nous amène la facture et nous dit combien nous devons payer et nous lui donnons la somme. (Entretien réalisé par Souleymane Thiam, juin 2010)

67Dans ces propos, les membres du bureau de l’ASUFOR finissent par incarner l’intégralité de l’association. Plus on s’éloigne du lieu d’implantation du forage, plus l’ASUFOR est perçue comme composée et dirigée uniquement par un groupe d’individus et non comme une association reposant sur l’ensemble de ses membres, les usagers du forage. Dans ces localités, l’ASUFOR est perçue comme une entreprise privée dont la propriété revient au village qui « possède » l’ASUFOR sur son territoire. Cette perception est un obstacle au développement de mécanismes de redevabilité entre les membres élus de l’association et l’ensemble de ses usagers. Les fontainières se contentent de payer sans exiger de comptes de la part des élus.

68Le non-renouvellement des postes au bureau, le glissement des fonctions à l’intérieur de celui-ci, l’accaparement local des postes ne sont à nouveau pas des caractéristiques exclusives des comités d’usagers de l’eau. Dans les années 1980-1990, Blundo note le même type de tendances dans les associations paysannes du bassin arachidier. Ce type de fonctionnement s’inscrit par conséquent dans le long cours de l’appropriation des projets au Sénégal où le décalage entre la « façade formelle » des bureaux « rappelant une organisation bureaucratique » et le « fonctionnement réel » de ces organisations est une constante (1994, p. 110).

69Les usagers des ASUFOR, une fois sensibilisés par les animateurs de la réforme, sont pensés comme les émissaires d’un changement au niveau local. Il n’est pas question uniquement de l’efficience du service d’eau, mais d’une véritable prise de responsabilité locale. Dans l’esprit de la réforme, les ASUFOR doivent donc être complètement apolitiques. Le préambule du règlement de l’association d’usagers de forage établit que :

  • 18 Règlement de l’Association des usagers du forage.

L’Association des Usagers de Forage se veut une organisation laïque et apolitique. Il est formellement interdit à quiconque d’y développer des idées ou toute position partisane d’ordre politique, religieux, ethnique ou toute autre forme d’exclusion sociale et raciale.18

70Dans ce sens, les délégués au CD ne peuvent exercer des charges politiques ou religieuses. Les ASUFOR sont pensées pour consacrer la rupture avec les comités de gestion, longtemps tenus par des représentants locaux du PS, également sur le plan politique. Dans l’arrondissement de Sarakoundé pourtant, les ASUFOR, et plus particulièrement leur bureau, constituent des lieux de mobilisation politique.

71À Penedaly, Aïcha Ndione, vice-présidente de l’ASUFOR, est également conseillère municipale dans les rangs LD MPT. Elle rencontre régulièrement lors de meetings politiques le président de l’ASUFOR de Farafana, par ailleurs son cousin. Tous deux sont très liés à Pape Ngom, cadre influent de la LD MPT. Le président de l’ASUFOR de Penedaly ainsi que le gérant sont des militants du PDS. L’actuelle vice-présidente a été la première femme conseillère rurale de la localité. Elle milite encore au PS.

72À Sarakoundé, Dieumbe Sarr préside le groupement des femmes militant au PDS dans l’arrondissement et l’ASUFOR. Mustapha Faye, le secrétaire est membre de l’APR, après s’être personnellement investi dans la campagne de l’actuel PCR, alors candidat du Bennoo Siggil Senegaal, la coalition d’opposition au parti gouvernemental. Auparavant, Mustapha a été membre de la section locale du PS. La trésorière, milite dans le groupement de Dieumbe, son mari est également conseiller rural PDS. À Samari, Ibrahima Seck milite au PS au côté de son parent, le vice PCR, Malick Seck. Tous ces individus étaient donc liés à des partis politiques avant leur élection dans le bureau de l’association. Comment cela est-il possible ?

73À Penedaly, les politiciens entrent dans l’association par une voie détournée. Ils sont considérés comme des notables, et donc des « personnes ressources » qui sont élues en plus des délégations prévues par la réforme. Le CD est composé de 41 délégués qui représentent de manière proportionnelle les différents quartiers de la commune, les villages polarisés. Des individus sont également là pour représenter les groupes dits socioprofessionnels comme les éleveurs, les GPF ou les associations socio-culturelles. Jusqu’ici, il n’y a pas de politiciens. Mais Aïcha Ndione, vice-présidente, m’explique que des places sont réservées aux « notables » : « Le notable, on peut dire que c’est quelqu’un d’un certain âge, qui a eu, ici, à Penedaly des responsabilités. » Elle cite par exemple, l’imam, le muezzin de tel ou tel quartier ou encore d’anciens conseilleurs ruraux. S’il n’y a pas de représentants de parti à proprement parler ils peuvent entrer par ce biais-là. Aïcha a ainsi accumulé des législations au bureau tout en gardant sa place de conseillère communale LD MPT. À son image, d’autres membres du bureau sont des militants des différentes forces politiques en présence à Penedaly. Pour elle, faire de la politique et s’engager dans l’ASUFOR ne pose pas de problème, c’est une question de bonne foi :

Quand nous siégeons au bureau, chacun de nous sait ce qu’il faut faire avant d’entrer, nous enlevons nos vêtements politiques. À chaque fois, à chaque bureau, chaque CD, nous enlevons les vêtements politiques, nous les laissons à la porte et nous mettons nos habits de l’ASUFOR. (Penedaly, le 25 février 2010)

74Elle ajoute que son élection est conforme aux statuts puisqu’elle a été choisie dans son quartier comme « représentante des femmes ». Aïcha préside depuis plusieurs années déjà un GPF. Ces institutions, encore très populaires au Sénégal, ont été créées au temps du PS pour encadrer les populations féminines et rurales. Aujourd’hui, si elles ne sont plus des bastions du vieux parti unique, elles sont des institutions privilégiées de cooptation de l’électorat féminin rural. Malgré leur nature politique, les GPF figurent paradoxalement comme les forces privilégiées que les ASUFOR – pourtant apolitiques – doivent représenter.

75Bien que les habits politiques soient « laissés à la porte », les ASUFOR de l’arrondissement constituent véritablement des espaces privilégiés de mobilisation politique. En discutant du bureau nouvellement élu en 2012, je questionne Aïcha Ndione sur l’entrée d’un inconnu au bataillon, Idy Fall. Elle reconnaît volontiers qu’il a été nommé uniquement « à cause de la politique ». Idy Fall est un militant du PDS. Selon son opposante politique, ce sont les barons locaux du parti qui ont soutenu son entrée dans le bureau. « Comme il y avait beaucoup de problèmes avec le parti [le PDS] à Penedaly, on l’a fait revenir. Il a commencé dans Penedaly, car le parti ne fonctionne pas ici. »

76L’ASUFOR de Sarakoundé est présidée depuis 2006 par une politicienne, Dieumbe Sarr. Par modestie sans doute, elle se décrit comme une « simple ménagère ». Cependant, Dieumbe fait de la politique. Elle est la responsable des militantes du PDS de l’arrondissement de Sarakoundé. L’enquête intervient après la sortie du décret annonçant la communalisation prochaine de ce chef-lieu d’arrondissement. Dieumbe Sarr envisage de se présenter. Elle ne cache pas que son implication dans l’ASUFOR est un atout qu’elle fera valoir face à d’éventuels concurrents ayant davantage d’appuis politiques et financiers : « Je n’ai pas d’argent, mais j’ai l’ASUFOR, j’ai les populations à cause de l’ASUFOR. »

  • 19 Le « Magal de Touba » constitue un pèlerinage religieux des disciples mourides dans la ville sainte (...)

77Durant l’enquête, je réalise à plusieurs reprises que les bureaux de l’association servent de plateforme à Dieumbe. Elle y reçoit les femmes des différents GPF, assure personnellement aux individus venus de villages voulant être polarisés que tout sera fait pour leur « apporter de l’eau ». Les jours précédant le « Magal de Touba »19 elle distribue de l’argent pour aider les pèlerins à faire le déplacement jusqu’à la ville sainte du Mouridisme. Grâce à ces contacts avec des cadres du parti à Dakar, Dieume Sarr a réussi à obtenir une pompe neuve sans débourser l’argent de l’ASUFOR. Ce type d’événements, largement relatés dans la localité, sert de rampe de lancement à la politicienne. Dieumbe Sarr est « sérieuse », elle « travaille », et si on la laisse faire, Sarakoundé ne manquera jamais de rien.

  • 20 Pour les communautés rurales, il s’agit du PCR, pour les mairies, comme Penedaly, du maire.

78La commission de contrôle qui officie auprès des ASUFOR de l’arrondissement est composée du chef de BPF installé à Kaolack, du sous-préfet de l’arrondissement ainsi que du PCR ou du maire de la localité, selon les cas.20 Cette commission assiste normalement aux AG des ASUFOR et se prononce sur le bilan financier, contrôle les comptes, etc. Cette commission ne constitue pas une réelle nouveauté localement. Du temps des anciens comités de gestion, deux membres sur trois de la commission, le chef de BPF et le sous-préfet, étaient déjà en charge du contrôle de l’exploitation des forages. Dans l’arrondissement de Sarakoundé, les gens appellent ces individus les « autorités de contrôle ». Dans les discours des animateurs mandatés par les différents projets, cette commission doit jouer un rôle de « watch dog » des associations pour permettre un bon fonctionnement des installations sur le long terme. Les rapports qu’entretiennent les bureaux de l’arrondissement avec leurs « autorités de contrôle » ne répondent pourtant pas à cette définition.

79Les rapports des membres des bureaux avec la commission de contrôle présentent deux caractéristiques : une tendance à la non-sanction et des tensions autour des bénéfices de l’eau. Retournons à Samari avant l’AG organisée par le bureau d’études. Les habitants sont mécontents. L’eau est vendue beaucoup plus cher que dans les localités voisines. Elle est facturée à 400 francs le m3 tandis que dans les localités voisines de Sarakoundé et Penedaly, les ASUFOR la vendent à 200 francs le m3. Tout le monde est convaincu qu’Ibrahima « bouffe » l’argent du village. Malgré ce climat délétère, comment a-t-il pu perdurer si longtemps dans une « gestion solitaire » ?

  • 21 Association de promotion de la femme sénégalaise, basée dans la ville de Kaolack.

80Binta Souleye du village polarisé Taba Kossi se plaint de la complicité de la sous-préfecture. Les pannes successives l’ont poussée à consulter l’ONG kaolackoise APROFES.21 Ses responsables l’ont aidée à rédiger un courrier demandant à la sous-préfecture d’intervenir. Le sous-préfet n’y a jamais donné suite. Je commente l’affaire avec le chef de la BPF de Kaolack. Depuis des années, il travaille avec les sous-préfets du pays dans le cadre de l’exploitation des forages. Il n’est pas étonné par le manque de réactivité de la sous-préfecture. Selon lui, les sous-préfets connaissent mal leurs responsabilités en matière de service de l’eau. De plus, les nominations à ces postes étant très politiques, il est toujours « dangereux de changer ce qu’un prédécesseur a laissé sur place ». Des présidents de comité de gestion ont ainsi gardé leur place durant des années malgré des détournements suspectés ou avérés.

81Je demande pourquoi, alors, lui qui connaît bien les forages n’intervient pas. La question ne le dérange pas. Les services déconcentrés de la DEM n’ont plus d’argent, lui ne peut se déplacer partout dans la région. À ses yeux, ceux qui jouent le véritable rôle de contrôle sont les « projets ». Le chef critique ainsi une réforme qui est menée de facto par les acteurs de l’aide et non par l’État. « Un État qui n’est plus capable d’obliger, ce n’est plus un État. » Il renchérit sur le peu de force qu’a en réalité la commission de contrôle en cas de problème. La seule personne qui est présente localement est un élu, le maire ou le PCR. Le chef poursuit : « Ces gens-là jamais ne vont emmerder leur électorat. Tu ne vas pas destituer des gens de ton village quand tu regardes vers les prochaines élections. Dans tous ces cas, le PCR, le maire, ce sont les derniers à vouloir intervenir. »

82J’interroge un habitant de Samari. Pour lui, la non-implication des autorités « disculpe » Ibrahima Seck, le trésorier. « Si tu fais faux, c’est quand même juste jusqu’à ce que quelqu’un te dise que c’est faux et t’arrête. Ibrahima n’avait pas cette intelligence. » Cet habitant aussi vise les « projets » comme véritable force de contrôle. « Les autres villages qui fonctionnent bien, c’est parce qu’ils ont eu des projets. Samari n’a pas eu cette chance. »

83Si les membres des collectivités locales qui siègent à la commission de contrôle ne semblent pas jouer de rôle effectif pour régler des problèmes dans les ASUFOR en perte de vitesse, ils sont paradoxalement très présents dans les alentours de celles qui fonctionnent bien. Dans les ASUFOR qui réussissent à dégager des profits grâce à la vente de l’eau, les rapports avec les PCR, maires et membres du conseil rural sont souvent tendus. Ces membres sont souvent perçus comme des prédateurs qui veulent contrôler non pas le travail de l’association, mais les bénéfices issus de la vente de l’eau.

  • 22 Expression populaire utilisée pour désigner les Sénégalais expatriés en Europe ou aux États-Unis. D (...)

84À Sarakoundé, le bureau de l’ASUFOR a décidé d’investir une partie du compte-épargne dans la construction de nouveaux locaux. L’association est désormais logée dans un immense « bâtiment-terrasse » pourvu de deux bureaux, une salle de réunion, un débarras et un grand couloir qui fait office de lieu de détente. Ces locaux, qui sont les plus grands et les plus « modernes » de la localité, abritent par conséquent tous les hôtes de passage. La SENELEC s’y installe régulièrement pour encaisser les factures d’électricité, et les responsables du recensement électoral s’y établiront durant plusieurs semaines lors de leur passage dans l’arrondissement. Pourquoi une telle dépense ? Mustapha Faye, le secrétaire de l’ASUFOR, m’éclaire : « Avoir trop d’argent dans les caisses, automatiquement ce n’est pas bon. C’est comme les « modou modou »22 quand ils reviennent au Sénégal. Tout le monde vient t’emmerder quand tu as de l’argent. » Un peu plus tard, nous nous baladons dans la localité. Un conseiller rural fait signe à Mustapha de l’autre côté de la route. Après les salutations d’usage, les deux hommes discutent de l’extension du réseau du forage à une localité voisine. Le conseiller rural touche son pantalon et dit à l’attention de Mustapha : « Il va falloir me remplir les poches. » Après son départ, Mustapha se fâche : « Ce sont des connards. Tout le conseil rural. Ils veulent un chèque en blanc pour pouvoir bouffer l’argent de l’ASUFOR. »

85Ce type d’interactions est révélateur des tensions qui parcourent les rapports entre ASUFOR et conseil rural dans l’arrondissement. L’hydraulique rurale n’est pas une compétence transférée. L’autorité délégante du service d’eau est dans les mains de l’État. C’est lui qui reconnaît juridiquement toutes les ASUFOR du pays et qui les autorise à exploiter les installations hydrauliques. La loi SPEPA prévoit la possibilité d’une dévolution, au cas par cas, de l’autorité délégante propre à l’État aux collectivités locales. Cependant, ses décrets d’application n’étant pas publiés au moment de l’enquête, cette possibilité n’était pas mise en service. L’autorité reste dans les mains de l’État et celui-ci est représenté localement auprès des ASUFOR par le commandement territorial (préfets et sous-préfets) et les services déconcentrés du ministère de tutelle de l’Hydraulique rurale (le chef de la BPF). La situation est de ce fait quelque peu paradoxale. Alors que les comités d’usagers de type ASUFOR ont été créés dans le terreau de l’idéologie participative, que ce modèle est en train d’être généralisé sur l’ensemble du territoire à travers le PEPAM, l’hydraulique rurale est toujours synonyme d’État central.

86Cette situation crée des motifs de doléances chez les PCR et les conseillers de l’arrondissement. L’accès à l’eau est décrit comme la « préoccupation majeure » des populations rurales et donc, de leur électorat. Ils regrettent que les ASUFOR de leur juridiction aient parfois plusieurs millions de francs CFA qui dorment à la banque tandis que la communauté rurale peine à subvenir aux besoins de la population avec son maigre budget. Lors de notre rencontre à Sarakoundé, le PCR de Samari, déclare :

Concernant les nouvelles adductions que nous voulons faire, l’hydraulique rurale comme vous le savez ce n’est pas une compétence transférée. Oui, c’est vrai, nous avons un droit de regard sur le fonctionnement de l’ASUFOR, mais telle n’est pas la question. Eux là-bas ce qu’ils répètent, c’est l’argent de l’eau c’est pour l’eau ! C’est un peu leur slogan. Dieumbe Sarr ne sortira pas l’argent. (Sarakoundé, le 22 février 2011)

87Je commente ce type de situation avec l’ingénieur qui a travaillé comme expert dans le bureau d’études qui a accompagné la réforme depuis son pilote au milieu des années 1990 :

C’est une situation ennuyeuse, certaines ASUFOR comme celles que tu mentionnes [Sarakoundé et Penedaly] ont aujourd’hui accumulé énormément d’épargne. On a baissé le prix de l’eau, on a une pompe de rechange, on a l’argent pour un groupe de rechange, après que faire du surplus… après un temps, ce n’est que de l’argent qui dort à la banque. À dire vrai, je parlais avec mon collègue de ces situations il y a quelque temps et on a dit, c’est bien simple, nous avons créé un monstre [rires], ce sont des monstres. Le projet a marché au-delà de nos espérances, on ne pensait pas que les ASUFOR auraient autant d’épargne. (Dakar, le 12 juillet 2012)

88Un jour de payement à l’ASUFOR de Sarakoundé, tout le bureau est réuni dans les locaux en buvant des jus. Soudain, la trésorière, raconte qu’elle a vu passer le président de l’ASUFOR de Keur Dior lors de funérailles. Dieumbe Sarr est tout de suite exaspérée. Il y a quelque temps, l’ASUFOR de Keur Dior a fait quelque chose d’impardonnable aux yeux de la présidente. Les membres du bureau ont accepté de « donner de l’argent au PCR ».

89En 2006, la localité de Keur Dior est incorporée au PARPEBA. Le forage est réfectionné, électrifié et polarise dix-neuf villages. Un habitant est élu à la tête de l’ASUFOR. Il maîtrise bien la gestion d’un forage puisqu’il a présidé pendant des années l’ancien comité de gestion, qui bénéficiait lui-même du soutien financier de l’ONG Caritas. Le président a été choisi par les responsables de Caritas, car il était chauffeur là-bas. Le président de l’ASUFOR confirme sans problème un geste qu’il décrit lui-même comme une « caution » de 3 millions 280 000 de francs CFA pour des branchements :

Nous vivons ensemble et le PCR est notre petit frère, et il est en train de faire des efforts pour la bonne marche des choses, pour qu’il existe des branchements au bénéfice de la population, nous ne pouvons que l’appuyer dans ce sens. (Extrait d’entretien réalisé par Souleymane Thiam, juin 2010)

90L’adjoint du PCR confirme cette contribution. Il est prévu que cet argent serve à polariser quatre villages environnants qui sont encore sans eau. Il légitime cet acte :

La communauté rurale a un droit de regard parce que les ASUFOR gèrent ce qu’on appelle les biens publics. Les ressources qu’elles gèrent viennent de la population. Le conseil gère aussi les affaires courantes de la société donc il a un droit de regard sur la gestion des ASUFOR même si l’Hydraulique n’est pas une compétence transférée, c’est une compétence générale. (Extrait d’entretien réalisé par Souleymane Thiam, juin 2010)

91À Sarakoundé, on est sûr que le PCR va « bouffer » cet argent sans jamais rendre des comptes aux usagers. Tous les membres du bureau présents sont d’accord : Keur Dior crée un précédent dangereux dans l’arrondissement. L’argent de l’eau, c’est pour l’eau. Et l’ASUFOR est la seule à pouvoir garantir une utilisation correcte des ressources issues de la vente de l’eau. Pour Dieumbe Sarr, tout ce que le président de l’ASUFOR de Keur Dior a réussi à faire c’est « un chèque en blanc au conseil rural ». Elle assure que l’ASUFOR de Sarakoundé, quant à elle, ne sortira pas un franc en direction du conseil rural : « La communauté rurale doit sortir de l’argent pour ses contribuables. » Je relance la question des nouvelles polarisations de l’ASUFOR de Sarakoundé avec le groupe. Mustapha Faye bondit : « Il n’y a pas de midi à quatorze heures. Nous on leur dit, « donnez nous le fric que vous pouvez et nous on va se démerder pour amener l’eau là bas ». Mais on ne fera pas une donation au conseil rural. » J’interroge par la suite sur cette même question Ndeye Faye, conseillère rurale :

L’argent de l’eau c’est pour l’eau, c’est ce qu’ils disent. Mais est-ce que c’est vrai ? C’est l’argent des habitants de Sarakoundé, on peut l’investir dans la santé, dans l’éducation. L’argent, ils le gardent à la banque seulement. Moi je ferais les choses autrement. (Sarakoundé, le 24 février 2011)

92Quel est le fondement de « l’argent de l’eau c’est pour l’eau ? » J’interroge le chef de la BPF de Kaolack, à ce sujet :

Les ASUFOR ont tendance à dire ça… moi je ne suis pas contre une utilisation des ressources. Je veux dire, quand on a une pompe et un peu d’argent en réserve, ça ne sert à rien. Il faut au moins faire quelque chose pour les populations, comme rendre l’eau gratuite pendant l’hivernage. (Kaolack, le 11 avril 2011)

93Le bureau de Penedaly a connu les mêmes dilemmes. Mais là-bas, les responsables du bureau ont adopté ce qu’ils considèrent être une attitude plus commerciale. Wahab Diagne, le président, explique :

Quand on a pris l’ASUFOR, il n’y avait que deux villages qui étaient polarisés et où il y avait de l’eau, mais nous on a fait parvenir cette eau-là à cinq villages, donc ça fait sept villages actuellement. Pour cette canalisation vous savez que l’État il avait dit que pour la REGEFOR c’est l’État qui devait intervenir à 90 % et 10 % c’est pour l’ASUFOR. Mais ces villages-là, c’est des villages qui ne sont pas très investis, c’est nous qui avions les moyens et on a investi à 100 %. […] Souvent on dit que l’ASUFOR ne fait pas de bénéfices, donc si on a l’argent, pourquoi ne pas investir et donner de l’eau à ces populations, parce que ce n’est pas gratuit par la suite et ces populations vont contribuer, elles vont payer, donc l’argent augmente. (Penedaly, le 18 janvier 2010)

94Dans l’arrondissement, les habitants et les responsables de l’ASUFOR ne sont pas forcément favorables au transfert de la compétence eau aux collectivités locales. Le responsable des collecteurs à la mairie de Penedaly estime par exemple qu’un transfert serait dangereux. Avec l’ASUFOR, les habitants ont au moins le contrôle des bénéfices de la vente de l’eau, alors que selon lui, « les politiciens dilapident tout ». Le passage des recettes de l’ASUFOR au Trésor public constituerait selon lui un désastre. Une implication accrue des collectivités locales est également une question sensible en période préélectorale, comme le relate le chef de brigade :

Au Sénégal, l’eau c’est la politique, il y a toujours des tractations… quand j’étais chef à Kaffrine, il y avait un cas comme Keur Dior, bon le bureau voulait donner de l’argent à la communauté rurale pour le soutien des activités de développement local, moi je n’étais pas contre… mais très vite, ça a remonté à la Direction. Le directeur de la DEM m’a appelé sur mon portable il m’a dit : « Tu t’opposes, ils n’ont pas le droit de faire ça. » Depuis 2009, la plupart des collectivités locales sont passées dans les rangs de l’opposition. La Direction ne veut pas laisser les maires et les PCR capitaliser des activités aux yeux de la population. Ça, c’est qu’on appelle ici de l’assèchement électoral. (Kaolack, le 11 avril 2011)

95« Lorsque l’on étudie les organisations paysannes en Afrique, on avance sur un terrain particulièrement insidieux, où le discours glisse facilement vers la normativité et donne l’illusion de suffire, à lui seul, à modifier la réalité sociale. » (Blundo 1994, p. 99) Dans ce premier volet consacré aux ASUFOR, nous avons fait connaissance avec les principes de la REGEFOR et avec certaines associations de l’arrondissement de Sarakoundé. Dans la première partie de ce chapitre, l’exclusion des femmes et la permanence de la famille Seck à Samari ont remis en cause la capacité d’une réforme à changer les rapports de force préexistants dans un champ social donné. Cet exemple a permis de montrer la capacité du champ local – les habitants du village – à se réapproprier la loi, à en jouer. Si à travers les formations d’ingénierie sociale, la réforme cherche à pérenniser l’action de développement en améliorant et en responsabilisant les usagers, la mise en place des ASUFOR épouse pourtant les formes locales de l’inégalité sociale.

96Le décalage entre le « blueprint » de la réforme et ce qui se passe concrètement dans l’arrondissement est encore présent dans la deuxième partie de ce chapitre à travers l’exploration du fonctionnement des bureaux. Ainsi, l’accès et la permanence aux sièges du bureau ne dépendent pas de la cartographie simplifiée des intérêts des usagers mis en place par la réforme, mais de la perception locale de qui a droit à une décision sur l’avenir de l’association. Ces associations locales sont toujours le théâtre de récupération politique. Loin de constituer une forme effective de contrôle, la posture de ses membres se caractérise entre laxisme vis-à-vis de leur rôle de watch dog et rapacité quand il s’agit des bénéfices de la vente de l’eau dont ces associations sont les gardiennes. Ces types de décalages et de réappropriations constituent désormais des classiques du champ constitué aujourd’hui par l’anthropologie du développement. La loi ou le projet de développement n’induit pas en soi le changement social.

97Sur les associations paysannes qui font l’objet de sa recherche, Blundo note, « au-delà des objets de litige, ce qui est réellement mis en cause, ce sont donc les rapports de pouvoir dans le village. » (1994, p. 115). Dans ce sens, si la loi échoue à modifier complètement les usages sociaux, l’ethnographie du fonctionnement des ASUFOR permet quant à elle d’explorer les registres normatifs locaux qui donnent accès, non pas à l’eau, mais à l’association. Ces registres normatifs cristallisent des conflits qui ne concernent pas exclusivement l’eau, mais des luttes de pouvoir entre familles, entre partis, entre autorités locales et État central.

98Accaparement et exclusion, faible capacité d’arbitrage, fonctionnement informel généralisé, la manière dont le champ local s’approprie la formule des comités d’usagers s’inscrit dans la continuité de l’histoire des associations paysannes au Sénégal. Ces associations sont le plus souvent créées grâce à des fonds et à partir de registres externes au village et ont cependant pour vocation d’y perdurer de manière autonome. Dans cette contradiction, les ASUFOR, comme d’autres associations avant elles, font leur chemin, et se présentent au visiteur sous un double visage. Façade formelle et fonctionnement concret, elles marchent en assurant de manière parallèle deux objectifs de légitimité. L’un dirigé vers l’extérieur, le projet, les animateurs – et même l’anthropologue de passage confondu avec un animateur, – l’autre vers l’intérieur, le village et ses répertoires normatifs locaux.

Notes

1 « Doivent adhérer à l’Association toutes les personnes, hommes et femmes, faisant régulièrement usage de l’eau du forage gérée par l’Association. » Article 4 : admission. Statuts de l’Association des usagers de forage.

2 « Pour atteindre le quorum, un tiers des membres de l’association doit être présent. Si le quorum n’est pas atteint, une nouvelle AG est convoquée après au moins quinze jours. Les délibérations sont alors valables, quel que soit le nombre de présences. » Article 8 : Assemblée générale. Statuts de l’Association des usagers de forage.

3 Réduire de moitié d’ici 2015 le taux de la population qui n’a pas accès à l’eau potable ni à des services d’assainissement.

4 Lettre de politique sectorielle de l’hydraulique et de l’assainissement en milieu urbain et rural. (République du Sénégal, 2005).

5 Loi n2008-59 du 24 septembre 2008 portant sur l’organisation du service public de l’eau potable et de l’assainissement collectif des eaux usées domestiques.

6 Le projet PARPEBA, en place de 2003 à 2008, touche 54 forages dans les régions de Diourbel, Fatick et Kaolack et s’inscrit dans le cadre de la poursuite des OMD, www.parpeba.sn.

7 90 ASUFOR entre les régions de Kaolack et de Kaffrine.

8 Notamment à travers les Revues annuelles conjointes du PEPAM, organisées chaque année et dont les résultats sont publiés sur le portail du PEPAM, www.pepam.gouv.sn.

9 Courrier du sous-préfet de l’arrondissement de Sarakoundé au préfet du département de Kaolack, datée du 6 février 2002.

10 Entretien réalisé par Souleymane Thiam, juin 2010.

11 « Les bornes fontaines publiques (BFP) ou si nécessaire chaque regroupement d’usagers compris entre 200 et 400 usagers, constituent les délégations de base et chacune donne droit à deux délégués ». Article 9.1 : Élection des délégués. Règlement de l’Association d’usagers de forage.

12 Le raccordement d’un branchement privé est généralement à la charge de l’usager. L’eau y est également vendue sensiblement plus cher que dans les BPF.

13 Article 9.1. du Règlement de l’association d’usagers de forage : élection des délégués.

14 Entretien réalisé par Souleymane Thiam, juin 2010.

15 Par « parité », ils font référence en réalité à l’article 10 du règlement de l’Association d’usagers de forage. Un tiers des membres du Bureau au moins doit être composé par des femmes.

16 Article 10 : Bureau de l’Association. Règlement intérieur de l’Association des usagers du forage.

17 Bonbons à la menthe vendus à l’unité dans les kiosques et épiceries villageoises.

18 Règlement de l’Association des usagers du forage.

19 Le « Magal de Touba » constitue un pèlerinage religieux des disciples mourides dans la ville sainte du Mouridisme, Touba, située dans le centre du pays. Célébré chaque année à la même date selon le calendrier musulman, il commémore le départ en exil du fondateur du Mouridisme, Cheikh Amadou Bamba, au Gabon.

20 Pour les communautés rurales, il s’agit du PCR, pour les mairies, comme Penedaly, du maire.

21 Association de promotion de la femme sénégalaise, basée dans la ville de Kaolack.

22 Expression populaire utilisée pour désigner les Sénégalais expatriés en Europe ou aux États-Unis. Désigne généralement des hommes jeunes partis sans formation chercher du travail en dehors du Sénégal.

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search