Version classiqueVersion mobile

L’État sourcier

 | 
Veronica Gomez-Temesio

Deuxième partie. L’argent de l’eau : politique et citoyenneté au cœur de l’entreprise du forage

Chapitre III

L’eau coule depuis Dakar : la construction des forages sur le territoire

Texte intégral

1Alors que je m’intéresse aux démarches des habitants de Penedaly en quête d’un nouveau forage, ma curiosité est aiguisée par le commentaire d’un ami : « Tu ne connais pas Kassim Diankhar ? C’est un politicien, il a amené un forage dans son village, il y a quelques années. » Ces mots me rendent attentive à la construction des forages sur le territoire national. Une première visite à Koudourou me confirme ses dires. Quelles que soient les circonstances qui ont réellement amené à la construction du forage, celui-ci est désigné dans toute la localité comme « le forage de Kassim ».

2Les forages sont construits sur le territoire sénégalais par l’État à travers la DHR, avec ou sans l’appui financier d’un partenaire. Pourtant, dans les récits, les forages ne sont pas creusés après plusieurs mois de chantiers. Ils « arrivent » par une décision de Dakar. Mes interlocuteurs kaolackois ont ainsi une manière récurrente de présenter la création d’une installation hydraulique dans une localité : elle a été « amenée » par quelqu’un. L’étape décisive ne semble pas résider dans la construction du forage, mais dans la décision menant à son implantation. Cette arrivée est réalisée grâce à l’intermédiation d’une figure récurrente dans les récits, le « fils du village » (Gomez-Temesio 2013, 2016). Ce terme désigne un natif du village ou de la zone en question qui réside à Dakar, souvent cadre dans l’administration publique tout en entretenant une carrière politique.

3Je commence ce chapitre par les exemples de la construction des forages de Penedaly et Koudourou avant d’explorer les deux registres principaux autour desquels se construit le rapport des fils du village à leur terroir. Premièrement, « aider » son village en tant qu’obligation morale fondée sur une rhétorique de l’appartenance. Deuxièmement, servir les intérêts de son village afin de se construire une base politique. L’exploration des ressorts du lien qui unit le fils du village à son terroir permettra d’envisager tant la production de registres normatifs à l’échelle du village et donnant accès à l’eau que d’explorer le fonctionnement de l’État, la manière dont sont gérées et octroyées les ressources publiques. La rhétorique des fils du village mettra en lumière toute l’ambivalence du rapport des ruraux à l’État.

4. Construction d’un forage et de son château d’eau. Région de Kaffrine, 2012.

4. Construction d’un forage et de son château d’eau. Région de Kaffrine, 2012.

Le sourcier du village est cadre à Dakar

4La construction de ces infrastructures met en jeu la relation de l’urbain au rural, des habitants d’une localité rurale à l’État. Cette relation est réalisée par le biais de l’intermédiation d’individus présentés dans les discours comme des « fils du village ». À Penedaly et Koudourou, ces natifs ont permis l’attribution d’une infrastructure par l’administration à leur terroir.

  • 1 En 2012, l’État dispose d’environ 750 millions de francs CFA par an, hors projets d’appui, ce qui p (...)
  • 2 Dans le langage courant, « transhumer » signifie, pour un politicien, changer de parti. Le terme es (...)
  • 3 Entre les années 1990 et 2012, il a changé de parti autant de fois que son ministère de tutelle a c (...)

5Début 2000, le forage de Penedaly est envahi par la nappe salée. La commune a donc besoin d’une nouvelle installation. Tous les forages du Sénégal, qu’ils soient financés par l’État ou un bailleur, passent par le ministère de tutelle de l’Hydraulique rurale. La DHR dispose d’un budget annuel qui permet la construction de quelques forages par année.1 Les demandes émanant directement des populations ne font pas l’objet d’un traitement centralisé, mais sont étudiées au coup par coup. Heureusement pour Penedaly, c’est le village du directeur de la DHR. Né dans un village jouxtant Penedaly, le futur directeur y fait son école primaire. Élève brillant, il devient ingénieur. Il dirige pendant quelques années la DEM avant d’être nommé directeur de la DHR , poste qu’il occupe encore en 2012. Dans les couloirs de l’administration, il est surnommé le « mouton à cinq pattes » pour sa capacité à s’adapter à toutes les situations. Au gré des changements de couleur à la tête de son ministère de tutelle, il a « transhumé »2 quatre fois.3 Le directeur est également réputé pour être « blindé mystiquement ». Ses cheveux de quinquagénaire ne sont pas blancs, mais légèrement jaunes, couleur attribuée aux « lotions » qu’il met pour « se protéger ».

6Quand Penedaly se met à la recherche d’un second forage, il n’est pas encore parvenu à la tête de la DHR. Cependant, son poste de directeur de la DEM lui donne des possibilités. Comme l’explique un cadre à la DHR, la DEM joue un rôle important dans l’attribution des forages financés par l’État :

Dans les années 1980, il y avait tous les programmes d’urgence, on mettait un forage dans tous les chefs lieux prioritaires et les gros villages. Maintenant, on prête aussi attention aux études en ressources eau et aux études socio-économiques, et évidemment on demande à la DEM de nous fournir chaque année la liste des forages en panne. (Dakar, le 14 mai 2012).

7Il y a donc de grandes chances pour que le directeur de la DEM puisse indiquer à ses collègues Penedaly comme lieu d’attribution. Mais survient l’alternance de 2000. Abdoulaye Wade, leader du PDS, devient président et met fin à quarante ans de présidence socialiste. Le directeur de la DEM occupe alors des responsabilités politiques au PS. Il risque de passer à la trappe. Heureusement, quelqu’un d’autre a entendu parler du problème de Penedaly, c’est Pape Ngom.

  • 4 La Cité universitaire internationale de Paris est composée de 40 maisons, dont la Fondation Monaco.
  • 5 À ses débuts, cette formation politique se revendique d’obédience communiste.

8Pape Ngom est né il y a une cinquantaine d’années dans le village voisin de Farafana. Son père est natif de Penedaly et Pape y a également fait ses premières classes. Après un parcours scolaire brillant, il commence sa carrière dans la fonction publique, en 1988. Rapidement, il profite de bourses allouées aux fonctionnaires pour partir en Europe poursuivre sa formation. Boursier de l’UNESCO, il se spécialise en planification et séjourne à la Cité universitaire internationale de Paris où il est accueilli « dans la maison Monaco ».4 Les diplômes obtenus lui permettent au retour d’obtenir des postes de direction dans l’administration. Après un passage à la Direction des langues nationale en début de carrière, il occupe désormais un poste de cadre à l’inspection de l’enseignement. Politiquement, le cœur de Pape Ngom a toujours penché à gauche. Jeune, il s’affilie à la LD MPT.5

9Pape Ngom et le directeur se connaissent bien. Ils sont de la même zone et font de la politique dans le même département, à défaut d’être dans le même parti. Durant la campagne présidentielle qui va conduire à l’alternance, les deux hommes se rencontrent à Penedaly. Ngom se souvient :

J’avais peur que l’on essaie de débusquer le directeur pour mettre un autre à sa place en cas de victoire. Je pensais que c’était quelqu’un qui devait encore rester pour servir le Sénégal et mieux encore servir sa zone. Quand on était en campagne, je l’ai rencontré à Penedaly pour lui dire, prenons ici un engagement, nous quand on gagne, je voudrais que tu viennes nous rejoindre parce que tu as des choses importantes à faire et je voudrais pas qu’on mette là un autre qui saurait faire ce que tu sais faire. Puisqu’il était de la zone, il pourrait non seulement servir le pays, mais il pourrait mieux comprendre ce que je dis sur la zone. (Dakar, le 21 mai 2010)

10L’alternance s’installe. À la tête du ministère de tutelle de l’Hydraulique rurale, quelqu’un de familier à Pape Ngom, Abdoulaye Bathily, le secrétaire général de la LD MPT, son parti. Il est donc en excellente position pour plaider la cause du directeur : « Il est l’un de ceux que l’on peut plaider facilement parce que c’est un travailleur. Dieu aidant, au niveau de mon parti, on m’a entendu. » Le directeur peut rester à son poste, mais « transhume » vers les pâturages de la LD MPT. Pape Ngom assure qu’il l’a fait de son propre chef. « Quand le directeur a vu qu’on l’a laissé à son poste, il est allé demander lui-même à être militant du parti. Naturellement, on a accepté. » Ne reste plus désormais qu’à obtenir les financements de l’État. Malheureusement, cette année-là, son maigre budget a déjà été alloué à plusieurs forages. C’est ici qu’intervient Abdoulaye Hane.

11Natif de Penedaly, Abdoulaye Hane est le parent du directeur et l’ami « intime » de Pape Ngom avec qui il a partagé les mêmes classes à l’école primaire. Ingénieur en travaux publics, il a monté son propre bureau d’études à Dakar, il y a plusieurs années. Il a utilisé pour ce faire l’argent reçu par ses parents pour son mariage. En 2010, il occupe un poste-clé de la fédération départementale du PDS de Kaolack où le directeur occupe également des responsabilités.

12Au moment de la crise, Abdoulaye Hane réalise des études pour un nouveau forage situé en Casamance. Il a gagné l’appel d’offres, quelques mois auparavant, mais la zone fait alors l’objet d’affrontements. Il y a une brèche : la construction n’a pas encore démarré. Il pense immédiatement à aider Penedaly. Il est resté très proche de son village. Sur sa proposition, le directeur et Pape Ngom interpellent le ministre de l’Hydraulique. Ils ont gain de cause et le forage est « déplacé » à Penedaly. Ce second forage va alimenter la localité en eau jusqu’à 2009 où de nouveaux problèmes se présentent à ses habitants.

13À quelques kilomètres de là se trouve le village de Koudourou. C’est une localité plus modeste que Penedaly. Située sur les rives du Saloum, Koudourou se situe sur l’axe routier reliant la ville de Kaolack à la Gambie. Malgré un relatif « enclavement », Koudourou est un village célèbre dans tout le pays. C’est là qu’a vu le jour El Hadj Kassim Diankhar, l’un des politiciens les plus médiatiques du Sénégal.

  • 6 La Coopération technique belge a été rebaptisée ENABEL en 2018.

14Entre 1988 et 2000, les habitants accèdent à l’eau grâce à un forage muni d’une cuve au sol, mais, au début du xxie siècle, le village est devenu trop grand pour cette installation. La localité a donc besoin d’un nouveau forage. Un jour, le PCR est avisé par l’administration que Koudourou recevra un forage et un château dans les mois à venir par le biais d’un soutien à la REGEFOR financé par la Coopération technique belge (CTB)6. À cette occasion, le directeur – devenu entre-temps directeur de la DHR – se déplace pour la pose de la première pierre et les prières. Mais le chantier ne démarre jamais. Car Kassim Diankhar va « amener » son propre forage à Koudourou.

5. La cabine du forage et le château d’eau. Koudourou, 2010.

5. La cabine du forage et le château d’eau. Koudourou, 2010.
  • 7 Scolarisé dans des écoles religieuses, il parle arabe couramment (en plus du wolof), mais s’exprime (...)
  • 8 « Renforcer Abdou » en wolof.

15Kassim Diankhar est ce qu’on appelle couramment un « arabisant ».7 Après une première scolarisation dans les écoles coraniques du village, sa famille l’envoie étudier en Égypte durant les années 1980. De retour au Sénégal, il monte diverses entreprises et voyage régulièrement dans les pays du Golfe pour faire du commerce. À la fin des annés 1990, il s’affilie au PS et fonde un mouvement de soutien au président Abdou Diouf, dooleel Abdou.8 Dès lors, il finance également chaque année le pèlerinage de plusieurs « frères de parti » à La Mecque. C’est grâce à ses contacts, tant au niveau des pays du Golfe qu’au niveau national, qu’il obtient l’argent et les autorisations nécessaires à la construction de la route qui relie actuellement Koudourou à la nationale.

16Après l’alternance, comme beaucoup de ses collègues, Diankhar « transhume » et rejoint le PDS. Le 12 mai 2002, il reçoit un appel du chef de l’État, Abdoulaye Wade. Il va devenir l’un de ses proches conseillers. Il raconte cet événement : « Je lui ai dit [au président], on va se mettre ensemble pour trois choses. Refaire Koudourou, refaire le Saloum, refaire le Sénégal. »

  • 9 Il est très courant au Sénégal de nommer un nouveau-né d’après un membre de la famille, d’un proche (...)

17En 2007, Kassim Diankhar devient député à l’Assemblée nationale et préside la fédération départementale du PDS de Kaolack. Désormais, il a « rang de ministre » et peut accéder au président « en tout temps ». Diankhar rappelle qu’il a envoyé 518 personnes à la Mecque et qu’au dernier décompte, il a 42 « homonymes ».9 Il me confirme avoir « amené » un forage à Koudourou. Il affirme d’ailleurs que « sa mission politique » a toujours été de « développer » le village où il est né. Il dit être « entré en politique » dans ce but uniquement, car, « si tu n’es pas dans la politique de l’État, l’État ne va pas accepter que tu investisses des millions pour construire une route ou un forage ».

  • 10 Terme arabe traduisant le devoir d’aumône, troisième pilier de l’Islam. Montant qu’un musulman doit (...)

18La majeure partie des fonds impliqués dans la construction du forage en 2006 provient de la « zakat »10 d’un cheikh d’Arabie saoudite. C’est Kassim Diankhar qui l’a rencontré et convaincu d’investir à Koudourou. Le politicien a financé une partie des adductions et l’État a complété le reste. À l’intérieur de la salle des machines du forage, un montage photographique représente le politicien entre le cheikh d’Arabie saoudite et le président Wade. L’affiche est parlante, c’est Diankhar qui a mis en contact les fonds provenant d’Arabie saoudite et l’État.

  • 11 Sur le concept d’« État rentier » voir Matsunaga (2000).

19À travers les fils du village s’échangent des biens matériels entre deux entités, le village et l’État. Le profil de ces individus présente des similarités. Ils travaillent à Dakar et font de la politique. Ils sont souvent fonctionnaires, mais peuvent aussi être des entrepreneurs privés. Parfois, comme dans le cas de Kassim Diankhar, ils passent de l’un à l’autre. Toujours, ils jouent le rôle d’intermédiaires qui mettent en rapport la périphérie et le centre, le rural et l’urbain. Le continent africain a un rapport particulier à l’intermédiation dans le domaine politique. Durant l’époque coloniale, les « sujets » sont « civilisés » non pas comme des individus, mais comme des communautés par le biais d’intermédiaires locaux portant le titre générique de « chef » (Mamdani 2004). Du fait de son importance économique durant cette époque, le bassin arachidier a particulièrement fait l’objet de ce type de « despotisme de médiation » (2004, p. 32). À la suite des indépendances, l’aide au développement a passablement accru les activités de courtage parmi les élites des nouveaux États (Bayart [1989] 2006 ; Médard 1990). Le Sénégal ne fait pas exception. Sous le régime socialiste, l’État se repose sur la « rente » de l’aide au développement.11 L’intermédiation, ou courtage est de ce fait un phénomène social et historique qui a marqué les sociétés africaines. Plus récemment, le courtage a pris une dimension particulière dans le cadre de l’aide au développement (Bierschenk, Chauveau et Olivier de Sardan 2000 ; Blundo 1995). Le phénomène s’est accru, notamment, avec la forme du « projet » et l’engouement au sein de l’aide pour l’approche participative. Ces recherches montrent comment ce type d’intermédiaire assure l’interface entre les cibles des projets et les agents des institutions de développement et permet de drainer des ressources vers leur terroir.

20Au Sénégal, les relations entre État, bailleurs et communautés locales ont par conséquent toujours été assurées par des groupes sociaux intermédiaires (Beck 1997, 2008 ; Blundo 1995, 1998 ; Dahou 2002, 2004). Les forages de Penedaly et Koudourou ne constituent ainsi pas des exceptions. Cette intermédiation s’inscrit dans une continuité historique qui concerne tant l’État de manière générale que le secteur hydraulique en particulier. Dès l’époque coloniale, notables et leaders religieux font pression pour le bénéfice de leur terroir (Brasseur 1952). Ces stratégies vont perdurer après l’indépendance (Blundo 1998 ; Copans [1980] 1988 ; Dahou 2000). Les habitants de Sarakoundé se rappellent que leur forage « a été amené » par le chef du village à travers l’intermédiation de Babacar Bâ, cadre du PS, homme d’État et natif de la région. À Penedaly, l’installation du premier forage est également significative. C’est El Hadj Ndione, le chef de village qui le « fait venir » au début des années 1980.

21Ndione est ouvrier à l’usine de traitement d’arachides qui jouxte Penedaly. Il est le deuxième chef de village du Penedaly post-indépendance. Il a également des responsabilités politiques au niveau du PS puisqu’il est le secrétaire général de la section de Penedaly. Durant les années 1970 comme longtemps auparavant, la corvée d’eau reposait sur les femmes. Elles se levaient chaque matin « à l’aube » se souvient Aïcha Ndione, veuve de El Hadj, pour aller puiser. Au début des années 1980, la localité voisine de Sarakoundé a « déjà reçu » un forage. Encouragé par les habitants, Ndione décide d’obtenir une installation pour son village. Il se rend à Dakar et rencontre Babacar Bâ, baron du PS, natif du Saloum et ancien ministre des Finances. Lui et Ndione sont des « copains », ils se sont connus par l’intermédiaire du parti. Grâce à Bâ, Ndione peut faire porter sa requête jusqu’à Samba Yéla Diop, ministre de l’Hydraulique. Penedaly obtient un forage et Abdou Diouf, alors président du pays, vient l’inaugurer quelques mois plus tard.

  • 12 Selon Boissevain, le courtier gère des « ressources du deuxième degré » (1974, p. 147-148). L’auteu (...)

22Pape Ngom commente le développement des villages de l’ancien arrondissement de Penedaly. Pour lui, il existe un lien intrinsèque entre le développement du terroir et la carrière politique des natifs de ce même terroir. « Finalement, tous les villages qui étaient plus développés que d’autres, quand on regarde de plus près, c’est des villages qui à un certain moment avaient plus de politiciens que les autres. » Les fils du village relient donc une périphérie au centre ; dans notre cas, le village à Dakar, centre de l’information et du stockage des biens publics, comme, par exemple, les fonds qui permettent la construction des forages. Les fils du village jouent le rôle d’intermédiaires qui manipulent la distance entre État et village. Leurs actions et leur positionnement résonnent avec la figure du courtier décrite par Boissevain (1974). Le courtier est un manipulateur professionnel d’information, il fait le pont entre différents individus, groupes d’individus ou structures (1974, p. 148). Son capital est donc essentiellement immatériel, il s’agit de son réseau de connaissances et des informations qui en découle.12

23Au Sénégal, il n’est pas facile d’obtenir un forage de l’administration, comme l’explique Abdoulaye Hane : « Il faut être entre 3000 et 4000 habitants pour espérer que l’État fasse quelque chose. Mais alors les petits villages sont complètement foutus ! Si on laisse faire la politique de l’État, tout un village peut rester sans eau. » La DHR est responsable de la planification, de la réalisation ainsi que du contrôle des travaux neufs d’alimentation en eau potable en milieu rural. Ses financements proviennent de l’État et des bailleurs de fonds. Ses critères d’attribution sont flous et l’installation des forages, quand il ne s’agit pas d’un projet financé par un bailleur, se fait au coup par coup. Ce fonctionnement opaque ne concerne pas uniquement l’attribution des installations, mais reflète de manière générale l’organisation du travail administratif. Pour s’entretenir avec un cadre de la DHR, il faut prendre au préalable rendez-vous. Les postes de téléphone fixe sont rares, ne fonctionnent pas ou ne sont simplement pas utilisés. Les rendez-vous sont donc convenus par téléphone portable. Il est par conséquent presque impossible pour le non-initié de joindre un agent sans le connaître personnellement ou sans être recommandé par quelqu’un qui a transmis son numéro personnel. Le bureau du directeur est précédé d’une antichambre où se trouve sa secrétaire. Malgré son titre, celle-ci n’est ni en mesure de communiquer des informations sur son emploi du temps ni fixer des rendez-vous. Le grand agenda disposé sur son bureau est vide. Le directeur prend « lui-même ses rendez-vous sur ses différents téléphones portables ».

24Les lieux de l’État apparaissent au profane ainsi comme un « monolithe bureaucratique » sans la moindre once de familiarité (Cohen et Comaroff 1976) et « face à une administration au comportement opaque et imprévisible, le réflexe de l’usager est de chercher un protecteur, un intercesseur, un intermédiaire, car « celui qui a une cuillère ne se brûle pas les doigts » (en wolof, ku am kuddu du lakk) » (italiques d’origine, Blundo 2012, p. 76). Pour un habitant de Penedaly ou Koudourou, il est par conséquent extrêmement difficile d’avoir accès aux informations et aux ressources de la DHR sans être aiguillé ou carrément recommandé par un spécialiste. Dans l’exemple de Penedaly, les fils du village permettent de relier directement le village au ministre de l’Hydraulique. Grâce à sa position professionnelle, Abdoulaye Hane détient une information-clé. Il reste un chantier à démarrer. Son réseau personnel et politique – le directeur et son ami Pape Ngom – lui permet par la suite d’utiliser cette information.

25Les fils du village puisent dans les moyens de l’État pour « aider » leur village. Bons de carburants, moteur neuf, fonds de la DHR , ce sont des ressources publiques qui sont utilisées afin de satisfaire des buts privés, bien que collectifs. Ces pratiques floutent la frontière public/privé qui définit classiquement le travail de l’administration publique (Lipsky [1980] 2010 ; Theobald 1999). Les propos d’un ingénieur travaillant pour un bureau d’études qui a accompagné la réforme du secteur dès fin 1990, soulignent la banalité de ces pratiques dans l’administration sénégalaise. Il explique la manière dont les fonds sont alloués à la DHR .

  • 13 Abdoulaye Bathily, leader de la LD MPT jusqu’en 2013, a été ministre de l’Énergie et de l’Hydrauliq (...)

L’hydraulique rurale, on faisait ça entre copains, tout le monde le savait, c’était comme ça qu’on distribuait les forages. Quand Bathily était ministre, il a fait un projet avec la DHR pour équiper toute sa zone.13 Puis quand il a quitté le ministère, bon, le projet a été annulé, les forages envoyés ailleurs, avec un autre ministre. (Dakar, le 6 juillet 2012)

  • 14 En 1973, Eisenstadt récupère le concept pour parler des sociétés modernes, c’est le « néopatrimonia (...)

26Avec la notion de « patrimonialisme », Weber décrit un idéal-type de domination dans les sociétés traditionnelles. Cet idéal-type a notamment pour caractéristique le manque de distinction entre ce qui ressort du public et ce qui ressort du privé (Weber [1925] 1971). Par la suite, Médard s’empare de la notion pour décrire l’État africain postcolonial (1990).14 Pour l’auteur, ce concept permet de faire le lien entre toute une série de caractéristiques du fonctionnement des États africains, notamment la corruption, le clientélisme, le patronage ou le copinage (Médard 1990, p. 30). Le but de l’État patrimonialisé n’est pas son propre développement, mais l’accumulation des ressources politiques et économiques de ses agents. Ce type de constat résonne en dehors des cercles académiques et notamment dans le monde de l’aide où l’État africain est la cible de constants programmes de redressement (Fritz et Rocha Menocal 2011). Le manque de frontière entre le public et le privé y est interprété comme une déviance, qu’elle soit, selon les points de vue, personnelle – concernant les dirigeants – ou « culturelle » – c’est-à-dire propre à l’ensemble des États africains. Elle est ainsi perçue comme un signe de « retard », la démocratisation étant censée faire reculer les pratiques de patronage. L’État africain est de ce fait considéré d’un point de vue extérieur comme malade et corrompu.

  • 15 Voir Blundo (2011a, 2011b, 2012, 2014) ; Muñoz (2014) ; Therkildsen (2010) ; Willot (2009a, 2009b).

27C’est ainsi devenu un poncif que de souligner que l’État africain est (néo)patrimonial. Y’a-t-il donc encore matière à dire quelque chose sur cet État ? Le recours à l’argument néopatrimonial a tendance à verrouiller le débat. Intervenant à la manière d’un deus ex machina, cette notion devient la cause et la solution de tout ce qui ne va pas ou ne s’explique pas (Erdman et Engel 2006, p. 6). Récemment, des études ethnographiques ont démontré que dans l’enceinte des administrations publiques africaines, logiques néopatrimoniales et pratiques qui visent la poursuite de l’intérêt public coexistent quotidiennement.15 En ce sens, le manque de frontière entre le public et le privé dans la gestion des ressources de l’État ne doit pas constituer un constat auquel le chercheur s’arrête. Ce type de pratiques est le symptôme que d’autres registres normatifs existent à l’intérieur de l’État. Les pratiques des fils du village permettent, ainsi, d’explorer le fonctionnement de l’État. Pour le comprendre, il faut par conséquent questionner les ressorts particuliers de ce rapport qui met en lien l’urbain et le rural dans un but de développement du village.

Parenté, dette et appartenance : la rhétorique des fils du village

28Les individus qui réussissent hors du village sont considérés comme ceux pour lesquels d’autres se sont sacrifiés. Le village a investi financièrement et moralement dans ses enfants. Par conséquent, leur réussite est décrite dans les discours comme le fruit d’un effort commun ; celui du village, en tant que collectif d’individus apparentés les uns avec les autres, pour pousser l’un des siens en avant. Participer à la réussite d’un enfant du village, c’est investir en vue de l’avenir. Réussir en dehors du village, c’est s’endetter auprès de ceux qui ont, de près ou de loin, rendu cette ascension possible. Ces échanges sont souvent dépeints de prime abord comme gratuits, sans compter, voire naturels.

29Dans la localité de Samari, le conducteur du forage m’indique Daouda Thiam comme un « bienfaiteur » du village. Né en 1958 dans la localité, Daouda occupe au moment de l’enquête un poste de cadre de direction à la SONES. Il connaît bien les directeurs de la DEM et de la DHR. Natifs de la même zone, ils occupent tous des charges dans la fédération PDS de Kaolack. Lors de notre rencontre au siège de la SONES à Dakar, il admet volontiers avoir donné des « bons de carburant » à Samari et même « actionné le levier pour un moteur neuf » grâce à ses contacts. Selon ses termes, son action ressort du geste désintéressé. Cependant, il admet également qu’il est « obligé d’intervenir dans son lieu de naissance ». Le directeur de la DHR, rencontré à Dakar, reconnaît lui aussi une obligation.

À Penedaly, chaque fois que ça ne marchait pas, ou même à Tenin, j’ai eu à donner du carburant, pour faire fonctionner, ça, je l’ai fait en tant que fils du terroir, en tant que, bon, vous savez… en tant que quelqu’un qui doit aider. (Dakar, le 8 février 2010)

  • 16 Godelier propose par la suite une quatrième obligation, « oubliée » par Mauss, « l’obligation pour (...)

30Le transfert de biens entre l’urbain et le rural oscille par conséquent entre deux pôles paradigmatiques. Premièrement, celui du cadeau, offert gratuitement par un notable à ses parents restés au village. Deuxièmement, celui de la dette, qui lie entre eux les individus nés dans le même village ou la même zone géographique. L’apparente opposition entre gratuité et obligation morale résonne avec le concept de don. À travers son Essai sur le don : forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques publié pour la première fois en 1924, Mauss est devenu le père du « don » dans les sciences sociales ([1924] 2012). Il y explore les mécanismes de l’échange non marchand dans les sociétés dites primitives et canonise les trois obligations qui l’animent, celles de donner, de recevoir et de rendre.16

31Dans son article sur l’entreprise textile à New York, Moore ([1978] 2000) explore le don au cœur des sociétés marchandes. L’auteur montre comment les cadeaux entre partenaires économiques participent à pérenniser des relations de confiance indispensables au bon déroulement de l’entreprise. Dans ce sens, le don dans les sociétés marchandes exerce la même fonction que celle que Mauss lui attribue dans les sociétés dites archaïques ([1924] 2012). Le concept de don est par conséquent toujours opératoire dans les sociétés modernes et regroupe une vaste catégorie d’échanges hors marché (Dufy et Weber 2007 ; Chevalier et Monjaret 1998 ; Godbout et Caillé 1992).

32Le don est « au service du lien » (Godbout 2000, p. 289) ainsi que l’illustre ma rencontre avec un autre fils du village, Tidjane Sylla. Alors que j’attends un jour le député Kassim Diankhar dans la cafétéria de l’Assemblée nationale, le Bar du sénateur, qui jouxte la salle des plénières, nous faisons connaissance. Originaire de la région de Tambacounda, Tidjane Sylla a exercé durant 25 ans dans le commandement territorial. Cet ancien gouverneur raconte avoir entrepris de nombreuses activités de « développement social » dans son village. Il a par exemple financé des moulins à mil pour les habitantes :

Étant moi-même un rural, je suis obligé de commencer par mon propre village. Pour moi, c’est une sorte de ristourne à ma collectivité. J’ai eu la chance d’étudier, pendant que mes parents, mes congénères, n’ont pas étudié. Dans ma famille, nous sommes quatre, deux seulement ont eu la chance d’aller à l’école française. Ma collectivité, c’est mon village. Le Sénégal, c’est une société très communautariste, où vous avez un village qui est un grand village au départ, qui se fragmente et donne d’autres villages. Et tous ces villages, c’est la même famille, qu’ils soient Peuls, Wolofs ou Mandingues, ils ont des liens de parenté. (Dakar, le 22 janvier 2010) 

33Son entrée en politique a permis d’augmenter sa capacité à soutenir sa zone d’origine. « Aujourd’hui, de mon poste de député, j’écris au président de la République, et là, il me répond, je vous mets en contact avec tel ou tel ministre, donc j’ai plus d’accès pour pouvoir aider les gens. » Comme pour illustrer ces propos, un homme vient nous interrompre. Sylla se lève et s’entretient avec lui durant un court instant. Cet employé de l’Assemblée est également un « originaire » de la région du député. Son fils a fait une chute dans les escaliers, il y a quelque temps. Depuis, il n’arrive plus à parler. L’enfant a besoin d’une IRM. Tidjane Sylla est sollicité. Il m’explique par la suite ses démarches. « Je regarde dans mon portefeuille, parmi nos camarades de promotion, j’appelle tout le monde, tous les amis, qui peut faire ça, parmi nos gars. Quand vous montez dans l’échelle sociale, les gens parlent de vous. » Sylla conclut : « La société sénégalaise n’est pas déstructurée, quand moi je quitte mon village, je peux faire le tour du Sénégal, et manger tous les soirs sans sous délier. Mais la vraie solidarité, c’est que quand j’aide quelqu’un, demain, cette même personne m’aide. » Passer de New York à Dakar permet de dé-exotiser le don. Cette démarche est importante sur un terrain africain. Le don n’y existe pas en tant que survivance de la coutume, comme la relique d’un passé communautaire et solidaire. En Afrique comme aux États-Unis, le don est une composante contemporaine de la vie sociale.

34Dans les récits présentés, les fils du village ne rendent ni ce qu’ils ont reçu ni aux mêmes personnes desquelles ils ont reçu. Le don est différé dans le temps et s’applique à toute une communauté d’appartenance, plus ou moins extensible, le même village, la même zone, la même région, selon les discours et les expériences. C’est à travers cette spécificité de la rhétorique des fils du village que se construisent des rapports qui lient à ces individus un ensemble de personnes qu’ils ne connaissent pas personnellement. Il est possible de recevoir de l’immatériel – la protection et la bienveillance de ses aînés – et de rendre des années plus tard du matériel – un forage pour l’intégralité du village. Abdoulaye Hane raconte, par exemple, de quelle manière il est redevable à tout le village de sa réussite professionnelle :

La réussite d’un enfant, automatiquement c’est le fruit d’un effort collectif de tout le village. Tu sais, c’est pas comme en Europe où la réussite c’est uniquement papa maman. Tout le monde surveille les enfants, par exemple, quand ils jouent au village. Quand ils jouent dehors à des jeux dangereux, bon, n’importe quel adulte il voit ça, il va les rappeler à l’ordre [...] Bien sûr, je peux donner de l’argent à mes parents, mais il y a beaucoup de gens à qui je ne peux remettre de l’argent directement, alors bon tout ça, le forage, c’est une façon d’adoucir leurs peines. (Dakar, le 9 février 2010)

  • 17 « The Urban-Rural Connection : Changing Issues of Belonging and Identification. »
  • 18 Voir Nyamnjoh et Rowlands (1998) ; Trager (1998).
  • 19 Voir Amselle (1992) ; Banégas et Warnier (2001) ; Bako-Arifari (2000 ); Beck (2008) ; Bierschenk, C (...)
  • 20 Pour le Sénégal, il faut également prendre en compte l’importance de l’investissement financier et (...)

35La rhétorique des fils du village met en lumière un contrat moral – tacite ou explicité – de réciprocité. Ces rapports répondent de fait au principe du « do ut des » (Mauss [1924] 2012), à savoir, je te donne afin que tu donnes, ou comme le souligne Marie, « rendre à celui dont on a reçu par le passé ; rendre à l’un ce que l’on a reçu de l’autre, donner pour recevoir en retour » (2002, p. 10). Plusieurs chercheurs ont envisagé cet endettement inhérent aux sociétés africaines. En 1998, Gugler et Geschiere codirigent un numéro spécial de la revue Africa sur la thématique du développement local à l’aune des rapports urbain/rural.17 Les différents articles du numéro montrent comment, malgré l’urbanisation croissante, le village reste un point d’identification et d’appartenance incontournable.18 Les auteurs concluent à l’extrême résilience de ce rapport qui ne dépend par conséquent pas de choix personnels. De nombreux autres chercheurs se sont également penchés sur ce type d’échanges.19 La diversité de ces recherches montre que l’on ne peut comprendre la vie au village sans prendre en compte le rôle joué par les élites urbaines.20 Marie parle par exemple d’un « habitus communautaire » inhérent à la société ivoirienne, « structuré par les principes de la solidarité, de la hiérarchie, de l’identité collective, et de la répression corrélative des pulsions individualistes » (1997, p. 70).

36Il existe par conséquent un contrat moral entre les fils du village et l’ensemble de ceux qui se considèrent comme leurs parents. Le futur « fils du village » a reçu dès sa naissance du matériel et de l’immatériel, nourriture, fournitures scolaires, soins médicaux, mais également protection, bienveillance, prières. Dans ce cadre, la réussite sociale n’est pas entendue comme le fruit d’efforts individuels, mais collectifs. Le succès est le résultat d’un effort de guerre du village en entier pour pousser l’un des siens en avant. Celui qui réussit, celui qui parvient à sortir du village, devient l’émissaire de sa communauté d’appartenance à l’extérieur :

L’écolier, bien loin d’être cet individu que sa promotion programmée individualiserait et couperait plus ou moins de ses parents du village, est au contraire un missionnaire que l’on délègue dans la sphère de la modernité et sur lequel se portent tous les espoirs des siens, se cristallisent toutes les attentes et se concentrent toutes les capacités d’investissement monétaire, celles de sa famille, mais aussi, surtout s’il réussit à franchir les différentes étapes qui le conduisent au collège puis au lycée, celles de la parentèle élargie et de l’ensemble du village. (Marie 2002, p. 254)

37Leur réussite sociale fait passer ces individus du statut de parents – obligés uniquement envers leurs propres parents – à celui de fils du village – des obligés envers l’intégralité du village et même des villages voisins, comme dans le cas du directeur ou de Pape Ngom.

38L’appartenance apparaît alors comme un bien collectif. À Penedaly et Koudourou, cette rhétorique des fils invoque des rapports de filiation entre l’urbain et le rural. À travers les récits de la genèse des différents forages, elle apparaît comme un registre de redevabilité, un ensemble de droits et devoirs, liant entre eux des individus qui se décrivent mutuellement comme des « parents ». L’étude des systèmes de parenté a constitué un champ privilégié de l’anthropologie des sociétés dites traditionnelles. Ces recherches ont montré l’importance de la parenté – à savoir les liens fondés sur des relations de sang ou d’alliance entre personnes – dans les sociétés restreintes. Ces liens donnent statut et identité à l’individu à travers un système de droits et d’obligations et d’échanges vis-à-vis de ses apparentés (Ghasarian 1996). Dans deux ouvrages qui ont fait date, Diop a dans ce sens montré comment, à l’intérieur de la famille wolof dite traditionnelle, et notamment du patrilignage, les individus partagent et s’obligent à travers des valeurs d’entraide (Diop Abdoulaye-Bara, 1981, 1985).

39Fils du village et habitants partagent également des rapports fondés sur une morale d’entraide entre parents. Cependant, peut-on parler de parenté au sens premier du terme ? Mes exemples ne correspondent pas à la description du village traditionnel de Diop (1981, 1985). Ces villages ont une dominante sérère et non wolof. Et ces localités constituent surtout des regroupements périurbains. Leur population actuelle est le fruit de migrations locales, régionales, voire interrégionales. Les individus qui y résident ne partagent pas des liens de parenté avec tout le village puisqu’ils sont parfois même issus d’un village voisin, par exemple le directeur et Pape Ngom nés près de Penedaly, mais pas à Penedaly. Le « village » dont il est question dans les récits constitue de ce fait davantage un terme emic qu’une réalité géographique et sociale. Cependant, il ne faut pas conclure trop rapidement que la parenté dont il est question ici n’est que fiction. Elle fait sens aux yeux des individus.

40Le terme « parent » ne cible pas exclusivement ceux qui sont liés entre eux par des liens de sang ou d’alliance, mais désigne l’ensemble du territoire local partagé par un groupe d’individus. Être « parents » signifie ici appartenir au même village, voire à la même zone. Cette parenté cible l’appartenance commune à un terroir. La rhétorique de la parenté qui oblige les fils du village postule une ancienne appartenance – celle du village où « tout le monde » était parent – et oblige entre eux aujourd’hui des individus qui partagent une parenté élargie ou même aucun lien de parenté biologique ou sociale. Comme le mentionne un informateur, ce lien « c’est le long voisinage devenu parenté ».

41Le terme même par lequel on décrit ces individus, « fils du village », est significatif de l’idée de la parenté comme étendue à tous ceux qui partagent ou ont partagé le même territoire durant toute ou partie de leur vie. Les fils du village ne sont pas perçus comme des émigrés et continuent de faire partie intégrante du village (Gomez-Temesio 2013, 2016). Comme le note Vidal : « Les citadins ont beau avoir selon leurs trajectoires individuelles des possibilités stratégiques bien différentes vis-à-vis des villageois, ils n’échappent pas à leur condition commune : être des parents. » (1991, p. 104) Remettre en question la définition classique de la parenté souligne l’importance de la fonction performative du langage discutée précédemment (Austin [1955] 1962 ; Ferguson 2013). Quand mes interlocuteurs disent « je suis un fils du village », ils ne décrivent pas seulement une position. Ils acceptent un système de droits et d’obligations.

42La rhétorique des fils du village construit de la solidarité en excluant d’autres groupes appartenant au même regroupement national. À Penedaly, elle permet ainsi d’obtenir un forage au détriment direct d’autres localités dans le besoin. La parenté est utilisée comme une arme orientée vers Dakar, centre des ressources nationales. Elle met en lumière l’ « économie morale » du village (Scott 1977). À travers les échanges entre l’urbain et le rural, l’arrivée des forages sur le territoire national donne accès à un système normatif qui influe sur les comportements des uns et des autres, « distingue ce qui se fait et ce qui ne se fait pas » à travers des principes de bonne vie, de justice, de dignité, de respect [...] » (Fassin 2009, p. 1243-1244). Elle correspond ainsi à une véritable « éthique de subsistance » (Scott 1977). Les exemples présentés et les propos recueillis donnent accès au « contexte moral » (Scott 1977, p. 184) du village. À travers l’actualisation quotidienne des principes de cette économie morale, le « village » en tant que communauté d’appartenance aux frontières réelles ou imagées joue le rôle de « mutuelle » sociale pour ses adhérents (Marie 2002, p. 210). Le champ semi-autonome que constitue le village produit ainsi ses propres normes à travers des attentes partagées sur ce qui est du ressort de l’acceptable, du raisonnable, en bref, du normal.

43L’appartenance définit tant des réseaux d’inclusion que d’exclusion. Le « village » désigne un territoire sur lequel se construisent des rapports de dettes et d’obligations qui permettent la survie de ses habitants sur la longue durée. Cette appartenance oblige, par conséquent, de la même manière que la parenté se fondant sur le sang ou l’alliance. Cette rhétorique met en lumière l’appartenance comme argument légitime pour sécuriser des droits sur l’eau, comme l’une des « capacités d’accès » aux ressources naturelles (Ribot et Peluso 2003), ici à travers le forage construit par l’État. L’appartenance est par conséquent un bien qui permet l’accès à d’autres biens (Walzer 1997).

Patrons, clients et parents : mobilisation et compétition politiques au village

44Tous les fils du village font de la politique. Cette implication leur permet de remplir les attentes de leur terroir grâce à leurs réseaux politiques. Mais n’y a-t-il pas de bénéfices ? Ne reçoivent-ils pas quelque chose en retour ? S’ils sont obligés de donner ou de rendre en vertu d’obligations morales, ne peuvent-ils aussi pas y gagner ? « Les politiciens ont dévoyé ce parrainage à qui mieux mieux. C’est ça le drame. » À l’instar des mots de Daouda Thiam, quand on aborde la question de la politique, tous les fils du village commencent par mettre les points sur les i. Il n’est pas question de « profiter politiquement » ce qu’ils font « gratuitement pour leur village ». Tidjane Sylla l’assure :

Aider, ça, ça n’a rien à avoir avec la politique. Je suis entré en politique tardivement. Mais c’est vrai que mes activités sont encore plus importantes aujourd’hui [depuis qu’il est député à l’Assemblée nationale]. Je n’ai pas plus de moyens financiers, mais j’ai plus de contacts. Je peux rencontrer tel ministre, lui dire, moi, mon expérience sur le terrain [il a été gouverneur], prouve qu’il faut faire comme ça et comme ça. (Dakar, le 22 janvier 2010)

45Depuis 1960 pourtant, l’hydraulique est l’un des vecteurs privilégiés de l’intervention de l’État sur son territoire et l’eau constitue ainsi un « levier électoral » pour reprendre les mots d’Abdoulaye Hane. Dans ce sens, Daouda Thiam nuance par la suite ses propos et, admet que depuis les élections locales de 2009, le PDS, son parti, est en « chute libre » dans le pays. Dans ce sens, « aider » Samari et les localités voisines prend un autre sens. « Aider, il faut le faire, bon, pour au moins perdurer le cordon, le lien ombilical, qui nous lie à eux et aussi gagner les échéances aux prochaines élections. » (Dakar, le 8 février 2010) Daouda conclut que son implication à Samari est dans ce cadre à la fois un « devoir » et une « stratégie politique ».

46Cette apparente opposition entre ce qu’il faut faire pour ses « parents » et ce que l’on fait pour sa propre carrière politique montre toute l’ambivalence du rapport qui lie les fils du village à leur terroir d’origine. La construction des forages explore non seulement de quelle manière le village produit ses propres registres normatifs – la dette du fils prodigue envers les siens –, mais également les formes que prend aujourd’hui la mobilisation politique au Sénégal. Le village n’est pas qu’un ensemble de parents réclamant des droits selon un registre qui leur est propre. Les individus qui y habitent constituent également la base politique de ces fils. Le rapport entre l’urbain et le rural est aussi structuré par des rapports de clientélisme politique.

47Au Sénégal, le clientélisme a constitué la base de la mobilisation politique dès l’indépendance (Beck 1997, 2008 ; Blundo 1998). Dans le bassin arachidier, les coopératives ont été un terreau fertile à la naissance d’un « clientélisme bureaucratique » (Dahou 2000, p. 16). Le parcours professionnel du directeur souligne la permanence de ce procédé politique comme moyen de sécuriser sa place au sein de l’administration. Le directeur de la DEM, puis de la DHR, a changé d’affiliation politique aussi souvent que le ministère de tutelle de l’Hydraulique a changé de couleur.

48Les premiers forages de Sarakoundé et de Penedaly sont associés à Babacar Bâ, baron du PS et natif de la région de Kaolack. Ils sont exemplaires de la manière dont le parti/État descend sur le territoire via les structures locales du PS – par exemple, à travers le chef de village responsable du comité local, dans le cas de Penedaly. Ce sont les mêmes mécanismes qui sont observés par Salem à Pikine et qui assurent « le lien entre la vocation de l’État à contrôler l’espace et des groupes sociaux usant des jeux politiques possibles pour faire valoir leurs objectifs » (1992, p. 31). Mais les réseaux de clientèle peuvent également être source de conflits par la protection qu’ils offrent à leur membre.

49À Koudourou, malgré l’arrivée d’un nouveau forage, la vie n’est pas rose. L’eau est facturée aux usagers et des rumeurs de détournement circulent constamment. Le forage est géré par des individus directement nommés par Kassim Diankhar et non par une ASUFOR et se retrouve régulièrement à l’arrêt. Dans le village, on raconte que l’argent de l’eau est utilisé par le politicien pour faire campagne. Il alimente ses 4x4 au détriment du forage. Le climat de gratitude qui planait en 2006 a disparu. Une habitante, reconnaît que c’est « le forage de Kassim », car c’est « lui qui l’a négocié aux Arabes » tout en déplorant qu’il en tire parti. Dans les discours, Kassim n’est plus un fils du village. C’est un politicien aveuglé par sa propre carrière au détriment de ceux qui l’ont soutenu, les siens, à Koudourou.

50Waly Cissé fait partie des détracteurs les plus féroces du politicien. Né en 1967 à Koudouru, il milite à la LD MPT depuis sa jeunesse. Adolescent, il a « prêché le communisme » dans les campagnes sénégalaises alors que sa formation politique était encore clandestine. Il accuse Kassim Diankhar d’avoir privatisé le forage et plaide pour que l’installation passe sous le contrôle de la communauté rurale, bien que l’eau ne soit pas une compétence transférée (Diop 2006). La communauté est d’ailleurs présidée par son frère aîné, Cheikh Cissé :

Le forage devait être inauguré et remis à la communauté rurale en tant que compétence transférée. Mais il ne l’a pas fait, Kassim a mis là-bas son propre comité de gestion. C’est un problème social, les bénéfices devaient aller au niveau de l’éducation, au niveau de la santé et au niveau du renforcement des capacités des femmes, mais les bénéfices c’est dans ses poches, il investit dans d’autres créneaux qui lui sont personnels. (Koudourou, le 25 mars 2010)

51Pour Cheikh Cissé, le PCR, l’administration est complice des agissements du politicien. Il regrette d’avoir perdu le forage financé par « le projet belge » au détriment du « forage de Kassim » :

Le directeur de la DHR est venu ici poser la première pierre, mais depuis on n’a plus rien entendu. Malheureusement pour Koudourou, le château qu’il nous avait promis, il semblerait que le directeur l’a amené ailleurs, sous prétexte qu’on venait d’avoir celui de Kassim. Malheureusement, le fameux château est en fait un problème privé. Donc, il n’y a pas d’ASUFOR, il est géré par son propriétaire, donc qui le fait à sa guise. (Koudourou, le 1er avril 2010)

52Le PCR a contacté « officiellement par lettre » les agents de l’Hydraulique, mais sa requête est restée sans réponse. Le directeur de l’école de Koudourou, en poste depuis 2002, commente l’affaire : « Normalement, un don c’est un don. Après c’est terminé. Tout ça c’est des problèmes de politique politicienne. L’État a fui ses responsabilités. » Le pouvoir politique de Kassim Diankhar lui a permis d’aider son village à de nombreuses reprises et de rembourser sa dette. Cependant, son puissant réseau à l’intérieur de l’État lui octroie également la possibilité de se soustraire, temporairement du moins, à toute forme de contrôle. Rapidement, il privatise le forage et personne à Koudourou n’est en mesure de l’arrêter, surtout pas son « frère de parti », le directeur de la DHR, officiellement en charge de l’affaire. Cheikh Cissé, le PCR, poursuit :

L’administration n’a pas d’emprise sur lui [le forage], on ne le contrôle pas, comment il fonctionne, je ne peux pas le dire. Même le service de l’Hydraulique ne vous dira rien de ce forage, le sous-préfet ne connaît rien. Donc moi aussi, je m’arrête à ce que je peux contrôler. Le directeur de la DHR vous dira peut-être comment fonctionne ce forage, mais nous, on connaît pas. C’est l’administration qui a autorisé la construction, c’est l’administration qui devait affecter, l’administration n’a rien fait. (Koudourou, le 1er avril 2010)

53La personnalisation du pouvoir fait partie des caractéristiques de la gouvernance post-alternance au Sénégal (Beck 2007 ; Dahou et Foucher 2004 ; Diop 2013). Cet état de fait a une résonance sur la société sénégalaise et accroît le recours des populations rurales à des acteurs jouissant d’une position centrale vis-à-vis de l’appareil d’État. Dans l’imaginaire collectif, le pouvoir véritable n’a en définitive qu’un seul et unique siège : la présidence à Dakar. Les propos des opposants de Kassim Diankhar véhiculent ce type d’imaginaire du pouvoir. Selon les habitants, il murmure à l’oreille du président de la République. Pour Waly Cissé, c’est grâce à son statut de proche du président que le politicien a pu « privatiser » le forage. Il rappelle l’un de ses principaux méfaits : de la même manière qu’il a drainé des fonds du Golfe vers Koudourou, Kassim Diankhar a amené les fonds nécessaires à Kébémer, localité natale du président Abdoulaye Wade afin de refaire la mosquée. « Pourquoi Kassim est si puissant ? Mais il faut demander au chef de l’État. C’est à partir de ce moment-là [la réfection de la mosquée de Kébémer] qu’il a eu vraiment des pouvoirs, tout ce qu’il disait, les gens l’acceptaient. » L’adjoint du chef de village partage cet avis, « tout ce qu’il dit au président, on peut dire que le président le fait ».

  • 21 Buur du mbokk en wolof (Blundo 2012, p. 76).

54La déroute des habitants de Koudourou rappelle l’adage wolof reporté par Blundo (2012), « le roi n’est pas un parent ».21 Il faut se méfier du roi – et dans le cas du Sénégal contemporain, de l’État – car il peut sacrifier à tout moment ses propres parents à ses intérêts. C’est toute l’ambivalence du rapport des ruraux à l’État qui est au centre de la rhétorique des fils du village. La parenté est invoquée et utilisée comme protection sociale. Cependant, elle est incarnée par des individus – des fils – qui peuvent à tout moment être accaparé par la soif du pouvoir et sacrifier leurs propres parents sur l’autel de l’avarice politique.

55Ces représentations locales du pouvoir constituent un terreau fertile non seulement pour la recherche d’intermédiaires entre l’État et le village, mais également pour le développement de rapports de clientèle entre membres du parti au pouvoir et populations rurales. Je me rends un jour dans le village natal de l’actuel directeur de la DEM. J’y rencontre Lamine Diallo, le vice-président de l’ASUFOR. Le directeur de la DEM est rentré en politique récemment, dans les rangs du PDS, après avoir accédé à son poste de directeur. Pour le vice-président et d’autres habitants qui nous ont rejoints, l’entrée en politique de l’enfant du village a été la conséquence de pressions au niveau sa propre localité. Les habitants voulaient par ce biais sécuriser un accès aux ressources de l’État. Lamine Diallo commente :

Pour pouvoir dire oui et que ce soit oui, il faut faire de la politique. Il faut d’abord avoir un leader et chercher à le pousser jusqu’au sommet, sinon tu vas travailler pour les autres et pas pour toi-même. Nous sommes dans un milieu enclavé, c’est ça les réalités. (Le 4 avril 2011)

56L’« enclavement » ne désigne pas uniquement une position géographique. Il est surtout politique. Au moment de l’enquête, Penedaly, Koudourou et Samari sont des collectivités locales gouvernées par des coalitions de l’opposition. Cette époque constitue une période d’opposition politique du parti gouvernemental à l’échelle locale. La couleur politique des collectivités est souvent perçue comme un frein au développement du village. Dans cette configuration, le politicien issu du terroir – à travers son engagement politique et sa place dans la fonction publique – personnalise les intérêts du village au niveau national. Il constitue une voie d’accès à des ressources jugées autrement inaccessibles.

57À Koudourou, le pouvoir politique de Kassim Diankhar lui permet de se soustraire au contrôle tant des habitants que des autorités locales et nationales pendant un certain temps. Protégé par des rapports personnels au sommet de l’État, il utilise le forage pour servir ses intérêts politiques. Pourtant le vent va tourner pour le fils prodigue de Koudourou. L’échange entre un patron et ses clients est de type inégal, le premier contrôlant davantage de ressources que le second. Cependant, la dépendance est souvent réciproque, les deux parties ayant besoin l’une de l’autre puisque les clients disposent d’une marge de manœuvre considérable. Ils peuvent changer de patron et soutenir un adversaire, menaçant ainsi à terme la carrière politique du premier. Les deux parties sont donc liées par un rapport de dépendance (Lenclud 1993a, 1993b ; Médard 1976). Ainsi, dans la communauté rurale de Koudourou, une frange de plus en plus conséquente de la population soutient son frère de parti et désormais rival, Jules Sakho. Originaire lui aussi de Koudourou, Jules Sakho est un cadre de l’administration publique. Waly Cissé commente le parcours de ce « promotionnaire » : « Avant il militait à l’AFP, quand il était en poste à Mbour, mais après il voulait faire quelque chose au niveau du pouvoir quand même, il est passé au PDS. Il faut toujours s’allier au pouvoir quand on veut quelque chose [...] Il est devenu majoritaire ici même à Koudourou. Comment ? Mais il a cultivé. »

58L’exemple de Koudourou met ainsi à jour une autre caractéristique de la mobilisation politique au Sénégal. La présence de factions ou « tendances » au sein d’un même parti, en constante compétition entre elles (Blundo 1998). Le factionnalisme désigne un système d’opposition entre deux groupes similaires qui, à cause de leur similarité même, sont en compétition pour l’accès aux ressources. Ce concept est né dans les différents courants de l’anthropologie britannique afin d’envisager la compétition politique dans les sociétés coloniales. Les luttes de factions perdurent après l’indépendance au moment où, dans le cadre du parti unique, les clivages idéologiques sont remplacés par des conflits entre clientèles reliées à des leaders différents (Beck 1997 ; Blundo 1998 ; Dahou 2002). Les tendances mettent en lumière la grande personnalisation de la vie politique sénégalaise : suivre une tendance c’est suivre un individu, lui prêter allégeance.

59La lutte politique entre Kassim Diankhar et Jules Sakho n’a ainsi pas de réel contenu idéologique. Elle s’exprime par des allégeances individuelles. Une militante du PDS que je rencontre à Koudourou fait partie des déçues de Kassim Diankhar : « Kassim ne me connaît pas. Mais Jules, lui, il me connaît. » Les luttes entre tendances font partie de la vie politique quotidienne du pays, mais n’atteignent pas le sommet de l’État. Le président du pays – aussi bien en tant que chef de l’État qu’en tant que chef du parti – joue en général le rôle d’arbitre. Lors de nos entretiens, Kassim Diankhar n’a eu de cesse de souligner que ses plus féroces ennemis ne se trouvent pas dans les partis de l’opposition, mais au sein du PDS, son propre parti. Selon lui, ils jalousent sa relation avec le président Wade. Son ami Mamadou Diouf, rencontré à Koudourou, commente la situation :

Kassim, c’est quelqu’un qui a de bonnes relations avec le président, il a toujours dit, je ne suis pas le PDS, je suis Wade, moi, je suis wadiste. Ça a toujours été son langage. Les gens du PDS, c’est pas son problème. (Koudourou, le 11 mars 2010)

60Aux élections locales de 2009, Kassim a pourtant été écarté de la tête de liste, au profit d’un concurrent de son parti. L’entrée dans l’ère du multipartisme et l’alternance politique de 2000 n’ont donc pas mis fin aux tendances. Les luttes factionnelles restent l’une des caractéristiques majeures de la vie politique sénégalaise. Dans un article publié en 2004, Legros montre l’actualité du factionnalisme au Sénégal : « La dimension schismatique du politique revêt donc les mêmes formes que sous l’ère socialiste et s’explique par l’incapacité structurelle du système clientéliste à satisfaire l’ensemble des groupes au sein d’un même parti » (2004, p. 62).

61Les réseaux de clientèle et les luttes factionnelles font de ce fait partie de la banalité de la vie politique sénégalaise. Ces affrontements constants sont temporisés à intervalles réguliers par des arbitrages présidentiels et se traduisent par de réguliers remaniements ministériels. Les barons de la coalition gouvernementale expriment alors leur allégeance au président et chef du parti tout en continuant à lutter entre eux pour l’hégémonie sur leur base locale. La rivalité de Kassim Diankhar et Jules Sakho fait ainsi régulièrement les choux gras de la presse. En 2010, une réconciliation est orchestrée par la ministre de la Famille, Ndeye Khady Diop :

  • 22 Tiré de Le Messager, quotidien d’information générale.

Retrouvailles officielles dimanche à Kaolack, cela en a tout l’air, puisque les deux protagonistes en question [Diankhar et Sakho] ont scellé leur réconciliation officielle sous les yeux de l’administrateur général du Parti démocratique sénégalais, Abdoulaye Faye à la tête d’une importante délégation [...] L’image était forte et teintée de solennité, plus personne ne peut donc en douter. Les deux ténors libéraux [...] vont devoir travailler main dans la main et oeuvrer pour la réélection de Me Abdoulaye Wade en 2012. L’heure n’est plus aux états d’âme et aux attitudes solitaires.22

Circulation des richesses et économies occultes du pouvoir : la figure du marabouté

62Au Sénégal et de manière générale en Afrique de l’Ouest, se soustraire à la réciprocité, c’est risquer l’ostracisme social (Gugler et Geschiere 1998 ; Marie 1997, 2002 ; Vidal 1991). Au sujet des échanges qui prennent l’apparence de la gratuité, Moore souligne qu’aucun d’eux ne constituent une obligation légale au sens premier du terme. Personne ne peut ainsi assigner en justice celui qui ne s’y est pas soumis. Cependant, Moore remarque également qu’il n’y a nul besoin de peines légales lorsque d’autres sanctions – extra-légales cette fois-ci – sont disponibles (2000, p. 61-62). Au Sénégal, il existe en effet d’autres sanctions alternatives pour mettre au ban celui qui n’a pas respecté le code de la réciprocité. Penedaly et l’un de ses fils du village présente un exemple où la crainte de représailles mystiques rend effective l’obligation de donner et de rendre.

  • 23 Ce terme qui désigne au Sénégal les leaders religieux des différentes confréries musulmanes peut ég (...)
  • 24 Désigner un individu par son nom.

63En 2011, Abdoulaye Hane décède subitement. Une thrombose veineuse profonde a été diagnostiquée quelques semaines auparavant dans une clinique dakaroise. Son état est critique, mais curable. Un rapatriement sanitaire en France est envisagé. Avant de prendre une décision, Hane consulte ses marabouts23 attitrés. Ils posent un diagnostic différent. Leur patient est « marabouté » : il est victime d’une attaque mystique. Cela fait sens aux yeux d’Abdoulaye Hane, il est alors pressenti pour des charges plus importantes au niveau politique. Il ressent beaucoup de jalousie venant de ses « frères de parti ». De même, la pression, dans son village d’origine, s’est intensifiée dernièrement. Lui qui a si bien réussi dans la capitale est la cible de demandes financières de plus en plus pressantes. Il essaie « d’aider » au mieux ses parents restés au village mais craint d’être devenu la cible de commérages de plus en plus médisants. Contre l’avis de son épouse, il décide de retourner à Penedaly se faire soigner par des guérisseurs locaux. Là-bas, ceux-ci confirment le diagnostic. Hane subit l’attaque sorcellaire de deux individus, probablement des parents ou alors des frères de parti. Les marabouts « n’indexent »24 cependant pas. Le malade reste deux semaines dans son village natal avant de revenir en catastrophe à Dakar : il ne peut presque plus respirer. Abdoulaye décède, peu après, des suites d’une embolie pulmonaire. Dans les heures qui suivent, il « revient » une dernière fois dans son village natal pour y être enterré selon les rites musulmans.

64Plusieurs semaines après son décès, je rencontre Tabara Hane, sa veuve, dans leur maison de Dakar. Elle rappelle que son époux est décédé des suites d’une thrombose veineuse et regrette que des marabouts l’aient convaincu que c’était « une maladie invisible » alors qu’il aurait pu se faire soigner correctement en France. Mais elle fait également le lien entre jalousie et maladie. « Quand il n’avait pas d’argent, Abdoulaye était malade. Ne pas pouvoir donner de l’argent, ça le rendait malade. Quand on a réussi comme lui, la pression est constante. » Pour elle, la réussite de son mari était devenue dangereuse dans son village d’origine.

65Geschiere décrit la sorcellerie en Afrique comme le « versant noir de la parenté » (1995, p. 18). La sorcellerie souligne dans ce sens un questionnement de base de la parenté : « Comment peut-on faire confiance aux gens avec qui l’on vit, alors qu’existent de bonnes raisons de jalousie et de haine ? » (1995, p. 59) L’emprise forte de la sorcellerie dans les espaces sociaux africains atteste par conséquent de la persistance des liens de parenté comme base de la sécurité sociale. La trajectoire thérapeutique d’Abdoulaye Hane illustre ces propos. L’affection dont il souffre pourrait être soignée par le biais d’un rapatriement sanitaire en Europe. Mais sur le conseil de marabouts consultés dans la capitale, il retourne à Penedaly : son village d’origine est pointé comme la cause et la solution de ses maux. C’est à cet espace qu’appartiennent ceux qui l’ont agressé, là que se trouvent ceux qui peuvent le guérir. Ce voyage lui est malheureusement fatal. Quand il revient à Dakar, c’est uniquement pour y décéder rapidement. Le village a donc ses propres moyens de rétorsion si ceux qui l’habitent estiment que l’obligation de rendre n’a pas été respectée. L’urbanisation croissante, les nouvelles opportunités de ressources sont autant de creusets fertiles pour la sorcellerie. Ainsi, Geschiere note un certain « étirement » de la parenté dans le cas de l’émigration. Les fils ayant réussi hors du village se retrouve dans une obligation de donner élargie.

66Le discours sur la sorcellerie entretient également une accointance particulière avec la modernité et les changements, souvent brutaux, qu’elle implique. La région de Kaolack constitue une zone économiquement sinistrée par la crise de la production arachidière dès la fin des années 1970. La figure du « marabouté » qu’incarne Hane peut dans ce sens être comparée aux « zombies » dont l’émergence, en Afrique du Sud, est à mettre en lien avec l’anxiété ressentie face aux nouvelles modalités de production de la richesse durant la montée du néolibéralisme (Comaroff et Comaroff 2002 ; Gomez-Temesio 2018). Les « parents » restés au village sont pour la plupart des « sinistrés » de l’arachide. Dans ce sens, le discours sur la sorcellerie a fonction de captage de réseaux chaque fois plus larges afin de combler « les nouvelles distances entre ville et campagne, entre élite et gens du commun » (Geschiere 1996, p. 93). La violence intrinsèque que charrie le discours sorcellaire illustre ainsi, parallèlement à la libéralisation économique, une nouvelle fabrique de la loi et de la justice.

67Mais le discours sorcellaire dépasse également la sphère de l’intime familial pour se greffer à la banalité de la vie politique sénégalaise. Lors des funérailles, Anouar, le frère aîné de Hane, accuse publiquement le directeur de la DHR de l’avoir tué avec ses pouvoirs occultes. Le directeur fait partie de la famille de Hane grâce à deux titres. Premièrement, ils sont de la même zone, ont des relations de parenté éloignée. Deuxièmement, ils sont du même parti. Responsables dans la même section locale, ils sont des « frères de parti » en compétition directe. Deux sphères où la sorcellerie a traditionnellement ses prises se rencontrent ici : la parenté et le monde politique.

68Lors de la célébration commémorant le quarantième jour du décès de Hane, je rencontre Anouar chez la veuve du défunt. Il s’explique avec une tristesse teintée de rage en contemplant un portrait de son frère disposé-là pour l’occasion : « Ils l’ont massacré, c’est ça qu’ils ont fait. Complètement massacré. Le Sénégal a perdu quelqu’un. » Sa veuve raconte également avoir regretté l’entrée de son époux en politique : c’est un « monde mauvais » où tous les coups bas sont permis. Et le parti a « saigné » financièrement Abdoulaye. « Des fois, il devait distribuer de l’argent aux militants, mais le parti ne lui a rien donné. Il devait donner son propre argent. » À l’évocation du nom du directeur, d’autres languent se délient parmi l’assistance. On parle avec amertume de Gadissor, son village natal à quelques kilomètres de là. Bien que n’abritant que deux dizaines de famille, ce hameau est aujourd’hui complètement électrifié et possède son propre forage. Si le directeur a « aidé » Penedaly, sa contribution est jugée insuffisante à l’égard des richesses que ce dernier semble capable de mobiliser. Le discours sorcellaire dépasse ainsi le décès de Hane pour expliquer les inégalités entre deux localités du même terroir.

69Geschiere rappelle dans ce sens que les discours sur la sorcellerie expliquent le malheur et l’inattendu « essentiellement par référence aux inégalités sociales. Il y a presque toujours un lien étroit entre les interprétations par la sorcellerie et la jalousie ou l’ambition. Ainsi la sorcellerie se rapporte presque par définition à l’inégalité, et donc au pouvoir » (Geschiere 1995, p. 16). Le discours sorcelleraire tente ici non seulement d’expliquer le décès de l’un des fils du village mais également la provenance ainsi que la circulation des richesses dans une même zone géographique. Il donne ainsi une lecture du pouvoir par le bas. Si le directeur de la DHR est parvenu si loin dans sa carrière c’est qu’il est « blindé mystiquement. » Et s’il parvient à se maintenir à un tel niveau c’est encore grâce à ses pouvoir occultes. L’attaque mystique fait donc d’une pierre deux coups : elle le débarrasse d’un adversaire politique en même temps qu’elle lui permet de se nourrir de sa force vitale. Une force grâce à laquelle il pourra continuer à perfuser son hameau grâce aux richesses invisibles de l’État qu’il aura sécurisées à l’aide de son réseau politique.

70L’explication du décès de Hane par ses proches parents éclaire ainsi plusieurs phénomènes. Tout d’abord, la persistance de la parenté comme base de la mutuelle sociale. Plus largement, la figure du marabouté cristallise l’anxiété ressentie face à de nouvelles formes de circulation du capital dans une zone du pays où les moyens traditionnels de production de la richesse – centrée autour de la culture arachidière – ont désormais échappé aux habitants. Le discours sorcellaire se niche dans des moments de rupture dans les formes de production du capital. Comme le « zombie », le marabouté constitue un fantasme du capitalisme galopant. Selon sa veuve, Hane est littéralement vidé de son argent – et donc de sa force vitale – par son village d’origine, trop gourmand, jamais rassasié. Les rumeurs de sorcellerie révèlent ainsi des économies occultes qui sont autant de parodies du marché. Les gens sont ruinés et « dévorés » par des forces invisibles (Gomez-Temesio 2018 ; Gomez-Temesio et Le Marcis 2017). Mais l’explication du frère de Hane attire également notre attention vers la sphère politique. Ingénieur à succès, mouillé dans les réseaux du pouvoir, Hane perd à son propre jeu. Il est « bouffé » par la compétition politique. Le discours sorcellaire souligne par conséquent la violence – propre ou figurée – du factionnalisme et de ses luttes dans la vie politique sénégalaise.

71À travers l’intermédiation des fils du village, les habitants se mettent en rapport avec l’État et sa machine administrative, pourvoyeuse de forages sur le territoire. Entre logiques du village centrées sur une rhétorique de la dette, de la parenté et de l’appartenance, et logiques politiques qui structurent le rapport des citoyens à l’État à travers des réseaux clientélistes, les fils du village se trouvent à la croisée de plusieurs registres. L’exploration des ressorts de ce lien particulier permet d’examiner tant le processus de formation de l’État que toute l’ambivalence du rapport des ruraux à ce même État.

72Observer la manière dont naissent les forages sur le territoire permet de souligner la capacité du « champ semi-autonome » que constitue le village à produire ses propres registres normatifs. La rhétorique des fils du village se structure à travers une rhétorique de l’appartenance et oblige à une conception élargie de la parenté. Celle-ci n’est pas refermée sur le local et ne se limite pas à définir le statut de l’individu et son identité dans le village. C’est ici une parenté résolument tournée vers l’extérieur – vers le centre imaginé ou réel du pouvoir – vers Dakar. Parenté et appartenance sont ici utilisées comme des « armes » (Scott 1985) dirigées par les faibles vers les riches et les puissants qui permettent de sécuriser des ressources.

73Le village tient ici le rôle de mutuelle sociale nourrie par l’obligation de donner. Mais les fils ont cet avantage qu’ils peuvent « aider » à l’intérieur de l’État. Le recours à ces intermédiaires informe donc également du fonctionnement de l’État. L’hydraulique rurale constitue l’un des principaux vecteurs de la présence de l’État sur son territoire depuis l’indépendance. Les fils du village sont des « courtiers » qui permettent de représenter les intérêts de leurs parents au cœur de l’État et de sécuriser ainsi des ressources. Mais ils sont aussi des patrons locaux en quête de soutien populaire et en conflit avec d’autres « frères de parti » pour l’hégémonie locale. Les fils jouent le rôle de patrons, dont les parents sont aussi les clients. À Penedaly et à Koudourou, la figure des fils du village éclaire des logiques néopatrimoniales au cœur de l’État et souligne la banalité de l’informel dans la manière dont l’administration gère les ressources publiques.

74La personnalisation du politique et les rapports de clientèle sont une constante de la vie politique sénégalaise ainsi que du fonctionnement de l’administration publique. Ces pratiques influencent un imaginaire de l’État qui permet à son tour la reproduction de ces pratiques dans la société. C’est parce que l’État est jugé comme inique et que les habitants ressentent un « enclavement » souvent plus social et politique que géographique qu’ils vont chercher à sécuriser un accès à l’eau par des canaux familiaux et informels. Le recours aux fils informe d’un imaginaire du pouvoir autant que du fonctionnement de logiques informelles et de leur reproduction au cœur du « state-system ». Le sentiment d’anonymat et d’incertitude pousse les habitants de Kaolack à réclamer des droits à partir de registres alternatifs, ici, la rhétorique de la parenté et de l’appartenance.

75Depuis le village se créent un imaginaire et une pratique de l’État qui est partie prenante de la reproduction des réseaux de clientèle et des logiques néopatrimoniales au sein de l’administration. Le « productive labour » (Ferguson 2013, p. 167) des habitants – leurs attentes et revendications vis-à-vis de leurs parents – a des conséquences institutionnelles au niveau du fonctionnement de l’administration ; conséquences qui sont parallèlement vilipendées par tous comme étant le résultat de la politique politicienne et du copinage dans les plus hautes sphères de l’État. « Espace d’énonciation et d’interaction », indissociable des usages qui en sont faits (Bayart [1989] 2006, p. 308), l’État apparaît ainsi depuis ses adductions sous le prisme du parent et de l’étranger, du proche et du distant.

Notes

1 En 2012, l’État dispose d’environ 750 millions de francs CFA par an, hors projets d’appui, ce qui permet la construction d’une douzaine de forages. Chiffre fourni par la DHR le 14 mai 2012.

2 Dans le langage courant, « transhumer » signifie, pour un politicien, changer de parti. Le terme est utilisé au Sénégal en analogie à la transhumance du bétail sur le territoire pour se nourrir.

3 Entre les années 1990 et 2012, il a changé de parti autant de fois que son ministère de tutelle a changé de bord : PS sous la présidence d’Abdou Diouf, LD MPT lors du gouvernement de Moustapha Niasse après l’alternance (Abdoulaye Bathily, secrétaire général de la LD MPT devient ministre de l’Énergie et de l’Hydraulique), PDS jusqu’à la fin de l’alternance en 2012, et Alliance pour la République (APR) sous la nouvelle présidence de Macky Sall.

4 La Cité universitaire internationale de Paris est composée de 40 maisons, dont la Fondation Monaco.

5 À ses débuts, cette formation politique se revendique d’obédience communiste.

6 La Coopération technique belge a été rebaptisée ENABEL en 2018.

7 Scolarisé dans des écoles religieuses, il parle arabe couramment (en plus du wolof), mais s’exprime très mal en français.

8 « Renforcer Abdou » en wolof.

9 Il est très courant au Sénégal de nommer un nouveau-né d’après un membre de la famille, d’un proche ami ou d’une personnalité publique (politique ou religieuse), en signe d’affection, de respect ou d’admiration. La personne qui donne son nom et celle qui le reçoit deviennent par ce lien des « homonymes », turandoo en wolof.

10 Terme arabe traduisant le devoir d’aumône, troisième pilier de l’Islam. Montant qu’un musulman doit calculer et remettre aux pauvres chaque année lunaire.

11 Sur le concept d’« État rentier » voir Matsunaga (2000).

12 Selon Boissevain, le courtier gère des « ressources du deuxième degré » (1974, p. 147-148). L’auteur dissocie par ce biais la figure du courtier de celles d’autres d’intermédiaires, par exemple celle du patron qui gère alors des « ressources du premier degré » (argent, terre, etc.). Le courtier peut, au cours de sa carrière, transformer des ressources du deuxième degré en ressources du premier degré. Les figures du courtier et du patron ne sont ainsi jamais complètement dissociables.

13 Abdoulaye Bathily, leader de la LD MPT jusqu’en 2013, a été ministre de l’Énergie et de l’Hydraulique entre 2000 et 2001. Il est originaire du département de Bakel (région de Tambacounda).

14 En 1973, Eisenstadt récupère le concept pour parler des sociétés modernes, c’est le « néopatrimonialisme ». Pour une généalogie de cette notion, se référer à Erdmann et Engel (2006, p. 7-17).

15 Voir Blundo (2011a, 2011b, 2012, 2014) ; Muñoz (2014) ; Therkildsen (2010) ; Willot (2009a, 2009b).

16 Godelier propose par la suite une quatrième obligation, « oubliée » par Mauss, « l’obligation pour les humains de faire don aux dieux et aux esprits des morts » (1995, p. 28).

17 « The Urban-Rural Connection : Changing Issues of Belonging and Identification. »

18 Voir Nyamnjoh et Rowlands (1998) ; Trager (1998).

19 Voir Amselle (1992) ; Banégas et Warnier (2001) ; Bako-Arifari (2000 ); Beck (2008) ; Bierschenk, Chauveau et Olivier de Sardan (2000) ; Blundo (1995) ; Ferguson (2013 ) ; Geschiere (1996, 2000) ; Gugler et Geschiere (1998) ; Hagberg (2005) ; Marie (1997, 2002) ; Mbembe (2000) ; Nyamnjoh et Rowlands (1998) ; Smith (2001) ; Trager (1998) ; Vidal (1991) ; Vidal et Dubresson (1991) ; Willot (2009a, 2009b).

20 Pour le Sénégal, il faut également prendre en compte l’importance de l’investissement financier et social de la diaspora. Voir Beck (2008) ; Dahou et Foucher (2004) ; Dia (2002); Repussard (2011).

21 Buur du mbokk en wolof (Blundo 2012, p. 76).

22 Tiré de Le Messager, quotidien d’information générale.

23 Ce terme qui désigne au Sénégal les leaders religieux des différentes confréries musulmanes peut également être utilisé pour désigner les guérisseurs locaux.

24 Désigner un individu par son nom.

Table des illustrations

Titre 4. Construction d’un forage et de son château d’eau. Région de Kaffrine, 2012.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/13588/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 602k
Titre 5. La cabine du forage et le château d’eau. Koudourou, 2010.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/13588/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 664k

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search