Version classiqueVersion mobile

L’État sourcier

 | 
Veronica Gomez-Temesio

Première partie. L’eau, l’état et les citoyens : notions théoriques et perspectives historiques

Chapitre I

Reconstruire depuis le forage : perspectives historiques

Texte intégral

  • 1 Ndox ak dundu ñoo and en wolof. Cité en référence au Coran. Voir Faruqui, Biswas et Bino (2003). To (...)

1« L’eau va avec la vie ».1 Voici un énoncé récurrent dans le discours de mes interlocuteurs kaolackois. L’assertion peut paraître quelque peu banale. Pourtant, avant de devenir un service fourni par l’État, l’eau est un besoin inhérent à la vie sur terre. En tant que telle, elle a toujours accompagné l’établissement des hommes dans les zones rurales du pays. Sans eau, pas de vie.

2Si l’eau « va avec la vie », elle ne constitue pas toujours pour autant un bien accessible en soi. Dans la région de Kaolack, l’eau est le plus souvent cachée à l’intérieur de la terre. Travailler sur l’eau, c’est travailler sur l’accès à l’eau ; sur ce qui autorise l’accès à ce bien permettant la vie quotidienne. Je retrace ici l’histoire de l’accès à l’eau dans les régions rurales du Sénégal ; du puits au forage, de la période coloniale aux réformes de privatisation des années 1990. Par nécessité, les ruraux ont toujours sécurisé des formes locales d’accès à l’eau. Mais, avec la naissance de l’État indépendant, se mettent en place des politiques publiques hydrauliques. S’intéresser à l’accès à l’eau, c’est donc s’intéresser au processus de formation de l’État post-colonial, à la résonance de nouvelles formes de pouvoir sur le territoire rural.

3Ce chapitre s’ouvre sur une histoire, celle de la localité de Sarakoundé. À travers les récits des habitants et la retranscription d’extraits d’archives, je raconte comment les habitants de Sarakoundé ont sécurisé un accès à l’eau. Dans la deuxième partie du chapitre, je propose, de manière plus classique, un historique des politiques publiques hydrauliques sénégalaises. Dans les deux cas, j’ai choisi de structurer cette histoire aux moments où le rapport entre État et populations au sujet de l’eau se modifie officiellement : quand les politiques hydrauliques subissent une réforme et que les modalités d’accès à l’eau dans les campagnes changent. Cette manière de raconter l’histoire de l’hydraulique villageoise met en lumière la manière dont les changements institutionnels ne provoquent pas toujours une rupture de fond dans la relation qui unit les ruraux à l’État. Elle met en avant tant les ruptures que les continuités.

L’eau au cœur de l’établissement humain : une histoire locale des points d’eau

4Chef-lieu de l’arrondissement du même nom, situé dans la communauté rurale de Samari, Sarakoundé atteint aujourd’hui la taille d’une petite ville d’environ 7000 habitants. En 2010, sa communalisation a été annoncée par décret présidentiel. Accolée au « goudron » qui relie Dakar à Bamako, la localité joue le rôle de banlieue de la ville de Kaolack, capitale de la région du même nom. À l’entrée de la ville, un arrêt de taxi-brousse permet de faire la navette durant la journée. Sarakoundé jouxte le site industriel où a été établie pendant la période coloniale l’une des principales usines de traitement de l’arachide du pays. Il est difficile d’imaginer que cette localité en pleine expansion n’était il y a peu qu’un hameau perclus de problèmes d’eau. Le développement de Sarakoundé s’est fait de concert avec l’histoire économique et sociale de la région et la modernisation de l’accès à l’eau durant la deuxième moitié du xxe siècle.

5Je me rends dans la cour de la famille Diagne par une matinée de 2011. Bien connue à Sarakoundé, elle est l’une des familles sérères les plus anciennes de la localité. Depuis 1972, trois de ses membres ont été successivement chefs de village. Mamadou Faye, l’actuel chef, a été précédé de son père et de son frère aîné. Il est devenu chef en 1997 :

  • 2 « Chef de village » en wolof.

Je suis né en 1934, mon père a été borom-dëkk2 pendant vingt ans dans le village. Moi je suis devenu chef en 1997, à la suite de mon père et à la suite de mon frère. Mon frère a succédé à mon père pendant cinq ans, mais il est décédé. J’ai repris après lui. (Sarakoundé, le 25 janvier 2011).

6Homme relativement âgé, il occupe seul l’une des chambres de la grande maison répartie autour d’une cour. Comme la plupart des habitants de Sarakoundé, les Faye vivent en famille. Chez eux règne une atmosphère de relative abondance. Les constructions sont bien entretenues, chaque chambre a sa propre télévision avec câble, il y a des poules et des dindons dans la cour. Je suis déjà connue des habitants lorsque je viens rencontrer l’ancien ; son jeune frère Mustapha Faye est le secrétaire de l’Association des usagers du forage (ASUFOR) de Sarakoundé.

7Lors de mes précédentes visites, j’ai aperçu plusieurs fois le chef de village assis sur le perron de sa chambre. Désormais presque aveugle, il reste assis là pendant de longues heures. L’entretien est réalisé à cet endroit. Le chef fait amener des chaises par les femmes de la maison. Durant notre conversation, il s’active à chasser régulièrement les enfants qui font les curieux autour de nous. La localité est le produit de migrations microlocales. Avant 1930, il n’y a personne sur l’emplacement de l’actuel Sarakoundé. Un village existe, mais un peu plus à l’intérieur des terres. Le chef ne peut dater exactement cet établissement, mais assure qu’il a été fondé par ses ancêtres. Il s’agit alors d’un village essentiellement sérère.

  • 3 « Le terme céane […] passé dans le français du Sénégal, provient du terme wolof seyan. Celui-ci (...)

8L’eau pour usage domestique et agricole est recueillie d’abord par le biais de céanes3 puis d’un puits. Mamadou Faye : « Avant Sarakoundé, le premier village se trouvait plus éloigné, dans la brousse. C’était à l’époque des Français. Les femmes allaient chercher l’eau tous les jours dans le puits. » Entre 1930 et 1950, les habitants de ce premier établissement vont progressivement se déplacer vers l’actuel emplacement de Sarakoundé, plus attractif.

9En 1934, une usine française de traitement d’arachides est construite aux frontières de Sarakoundé. La famille Faye fait partie des premiers immigrants. Elle gardera les charges coutumières de ce que deviendra Sarakoundé. D’autres migrants arrivent peu à peu pour travailler à l’usine, des peuls, des wolofs, des individus nés dans la ville de Kaolack. Le village n’est plus uniquement sérère.

10L’actuel Sarakoundé est également accolé à l’axe routier Dakar – Bamako. Les localités jouxtant cette route deviennent encore plus attractives. Le village de Penedaly, à quelques kilomètres de là, croît aussi à ce moment. Il vole la vedette au chef-lieu de canton, Farafana, et réussit à attirer le premier marché et la première école de cycle complet de la zone. Malgré sa position avantageuse, Sarakoundé connaît des difficultés. De sa nappe, on ne récolte que de l’eau saumâtre. C’est une injustice bien connue de ceux qui vivent en brousse. Le sol est inégal. Certains villages s’abreuvent abondamment grâce à un puits tandis que leurs voisins n’ont d’autres solutions que de parcourir des kilomètres pour les creuser en périphérie. La corvée d’eau impose aux femmes de devoir quotidiennement parcourir de grandes distances.

11Progressivement, certains habitants – ceux-là mêmes qui ont quitté le premier établissement pour Sarakoundé – se déplacent à nouveau. Ils se rendent à l’emplacement d’un village voisin de Sarakoundé : jamais trop loin de l’usine et de la route. La famille Faye en fait partie. Ce village croît aux dépens de Sarakoundé pendant un temps. Il faudra attendre l’indépendance et l’arrivée d’un forage pour que Sarakoundé reprenne de sa superbe.

12Le premier forage de Sarakoundé est creusé au cours des années 1970. Le père de Mamadou Faye, alors chef de village, va jouer un rôle important.

  • 4 Babacar Bâ a été ministre des Finances et des Affaires économiques entre avril 1971 et février 1977 (...)

Mon père était chef de village depuis quelques années, c’était en 1975. Par le Parti [le Parti socialiste, alors au pouvoir], il connaissait Babacar Bâ.4 C’était aussi un originaire de la région. C’est lui qui a amené le forage ici. C’était le secrétaire de la fédération du Parti socialiste du département de Kaolack [alors inclus dans l’ancienne région du Sine Saloum] et aussi le ministre des Finances de l’époque. (Sarakoundé, le 25 janvier 2011)

13Babacar Bâ n’est pas en charge de l’Hydraulique rurale, depuis 1965 sous la tutelle du ministère du Développement rural. Mais il est de la région et c’est cela qui compte. Le forage est inauguré un 1975. Il fonctionne grâce à un groupe électrogène et distribue l’eau au moyen de quatre cuves au sol réparties sur l’ensemble de la localité. De nombreux anciens habitants, partis au village voisin, migrent à nouveau. À partir de ce moment, la localité ne fera que croître, alimentée de manière régulière par les nouvelles recrues de l’usine. Mustapha Faye remarque avec amusement que les « originaires » de Sarakoundé se comptent aujourd’hui sur les doigts de la main. « Les originaires de Sarakoundé, si on leur cuisinait un kilo de riz, il en resterait dans la cantine. » Les familles les plus anciennes étant en réalité des originaires du village voisin et arrivées après la construction du forage. Les premières années de fonctionnement de l’infrastructure hydraulique sont prises en charge par l’État. Par le biais de ses services techniques, il fait parvenir à la localité le carburant nécessaire au fonctionnement du groupe électrogène. Un conducteur formé par l’État est rattaché au forage. Par le biais des services de l’État, il reçoit un salaire.

14À la fin des années 1970, les problèmes s’accumulent. L’« argent du carburant » tarde à arriver. Le salaire du conducteur ne parvient plus régulièrement. Landry Sène se souvient de cette époque. Né en 1935 dans la ville de Kaolack, il s’installe à Sarakoundé en 1952. Il rejoint son père qui travaille à l’usine d’arachides, nationalisée après l’indépendance. Il a pris sa retraite en 1990. Landry Sène habite avec sa famille dans une grande maison coloniale jouxtant le goudron. Pour lui, « Sarakoundé, ça a toujours été l’usine ». À son arrivée dans le village, il s’investit dans le comité local du Parti socialiste (PS) et devient chef de quartier.

15Pour tenter de sortir le forage des problèmes d’argent, les habitants s’organisent en comité dès 1983. Ils suivent la tendance de la région : les gens se réunissent et cotisent pour faire fonctionner des installations peu à peu délaissées par l’État. Se réunir en comité n’est pas un problème, la vie villageoise depuis l’indépendance s’organise de cette façon. En tant que membre du comité local du PS, Landry commence rapidement à graviter autour de ce groupe qu’il ne quittera que presque vingt ans plus tard. C’est donc une partie importante de sa vie que Landry Sène a consacrée au forage de Sarakoundé. Lorsque je le rencontre chez lui, il ne tarde que quelques minutes à ressortir les archives du comité de gestion.

*

16Les carnets de l’époque attestent que le forage a reçu des dotations en carburant de l’État très irrégulières jusqu’en 1988. Landry Sène se souvient avec amertume de la « gourmandise » des sous-préfets par qui transitaient ces dotations. Certaines n’ont jamais atteint la cabine de pompage du forage et sont restées « bloquées dans la poche du représentant de l’État ». Landry Sène devient président du comité de gestion du forage en 1995, après avoir occupé pendant quelque temps des postes subalternes. Il explique qu’en tant qu’ancien de l’usine d’arachides, ses voisins lui faisaient confiance : « C’est les gens qui m’ont proposé, parce que j’étais un agent de l’usine, parce que j’ai pris ma retraite. On me faisait confiance parce que j’ai travaillé correctement. » Son ascension à la tête du comité est sûrement due également à son succès politique. Landry Faye a monté en grade au sein du comité du PS depuis son installation dans le village. Il va bientôt devenir le secrétaire général du parti pour la section de Sarakoundé.

  • 5 Le terme « l’Hydraulique » sera utilisé ici pour désigner exclusivement les agents de l’État en cha (...)

17Le comité de gestion comprend un président et son adjoint, un trésorier et son adjoint et trois commissaires aux comptes. Au fil du temps viendront s’ajouter des collecteurs et un secrétaire. Landry Sène avoue que la plupart du temps, il a travaillé « main dans la main » avec le trésorier, c’est-à-dire en excluant les autres. Le comité entretient des contacts réguliers avec « l’Hydraulique » de Kaolack, à savoir les agents de l’État chargés de la maintenance des installations hydrauliques.5 Quand le forage connaît des difficultés, Kaolack lui envoie des agents pour réparer le problème. À l’époque, Landry Sène ne voit pas leurs interventions d’un bon œil : « Des fois, tu demandais à l’Hydraulique et ils allaient te demander beaucoup de dépenses. » Durant son mandat, Landry essaie donc de les contourner autant que possible. En tant que mécanicien, il essaie de réparer lui-même, ramène au besoin les pièces à l’usine.

  • 6 Le carré est une parcelle qui regroupe les membres d’une même famille, en général sous l’autorité d (...)

18Depuis la fin complète des dotations de l’État, l’argent a constitué un problème récurrent pour Sarakoundé. Comment financer le service ? Quand Landry Sène arrive à la tête du comité de gestion, il existe déjà un compromis entre les responsables sortants et la population. Tous les « carrés »6 cotisent de manière forfaitaire. Le forfait est plus ou moins élevé, selon si le ménage utilise une borne-fontaine publique (BFP) ou s’il possède un robinet privé dans la cour du carré – les premiers robinets privés étant apparus en 1983. La formule du forfait est mal adaptée aux usages. Les carrés regroupent parfois plusieurs familles et les cotisations sont inférieures aux dépenses en eau. Le comité accumule également des impayés spectaculaires : durant le mandat de Landry Sène, ils vont culminer à cinq millions de francs de la communauté financière africaine (CFA). Trouver une sanction efficace envers les mauvais payeurs s’avère difficile. Quand un robinet est coupé, les femmes vont remplir les bassines chez les voisins. « Comment peut-on refuser de donner de l’eau à ses voisins ? » m’explique Landry. La formule du forfait permet aisément ces pratiques ; un carré peut en arroser d’autres sans que le forfait augmente pour autant. Sans trouver de véritables solutions, les tarifs des forfaits sont augmentés avec les années. Mais le service reste déficitaire. Faute de gasoil, les arrêts sont fréquents. L’ancien président du comité de gestion confie que « ça n’a jamais marché ».

19Quand Landry Sène pense à ses dernières années de mandat, il est amer. Les gens ne veulent pas payer et quand les caisses du comité sont vides, il se fait accuser. Le sous-préfet intervient de manière très sporadique en confisquant les marmites des « mauvais payeurs ». Landry Sène insiste sur le fait qu’il s’est dévoué pour la collectivité alors que l’État ne donnait « aucun moyen ». En regardant ses archives personnelles, il ajoute que c’est lui-même qui a payé le tampon qui signe les vieux papiers du comité.

Un temps, on a recensé plus de 600 branchements en retard de payement. Certains pouvaient rester des années sans payer. Même quand on coupait, les coupures étaient inefficaces. Automatiquement, les gens vont chez les voisins. Mais moi j’ai dit : « Qu’est-ce qu’on peut faire ? » Les gens disent : « Moi, je n’ai pas le droit de ne pas donner de l’eau à mes voisins ». Et puis toujours quand tu travailles avec de l’argent, il y a de la jalousie ! Si tu as un bonbon, l’autre il te dit que tu as mangé [« manger » signifie ici se servir dans la caisse]. Et tu te fatigues pour rien, tu te fatigues pour le village. Si tu as quelque chose, ils vont dire : « C’est l’argent-là, qui t’a donné ce que tu as ». (Sarakoundé, le 9 février 2011)

  • 7 Le président touche mensuellement 15 000 francs CFA et le trésorier avec qui il travaille la somme (...)

20Le fait que les membres du comité de gestion se défraient grâce aux forfaits n’apaise pas les passions. Les « volontaires » du comité de gestion sont indemnisés de manière régulière.7 Les rumeurs de détournements sont constantes et augmentent à chaque arrêt du forage. Qui a mangé l’argent du gasoil ? Le travail du comité s’effectue dans un univers de soupçons et de reproches réciproques. Landry Sène se méfie même de son propre trésorier, qu’il accuse toujours – bien qu’il soit décédé depuis plusieurs années – d’avoir « mangé » 67 000 francs CFA. Ces affrontements au sujet de l’argent ont précédé la présidence de Landry Sène. À l’intérieur du comité de gestion antérieur, des conflits opposaient les membres du comité et le conducteur du forage.

21Les archives de l’Hydraulique et de la sous-préfecture montrent comment ces deux institutions ont été appelées à arbitrer les conflits durant les années 1970 et 1980. En 1988, le conducteur du forage se plaint du comité de gestion à la Brigade des puits et forages de Kaolack :

  • 8 Lettre du conducteur du forage au chef de service régional des forages de Kaolack, Sarakoundé, le 1(...)

Alors ici c’est le désordre voire même l’injustice. Vraiment je rencontre d’énormes difficultés avec ce comité plus précisément le trésorier qui explose une fois qu’on lui parle d’argent. Il me traite du n’importe quoi. Et moi je suis ici pour le bien ordre du service et la marche du forage et non pour l’affaire d’autrui. Parce que si certains disent que je détruis c’est parce qu’il y a des gens qui veulent travailler avec l’argent du forage. Sincèrement c’est difficile de travailler avec des gens comme ça.8

22La même année, il informe le chef de Brigade des activités clandestines des usagers :

  • 9 Rapport du conducteur du forage au service régional des forages de Kaolack, Sarakoundé, le 1er octo (...)

La distribution d’eau est difficile parce que beaucoup de tuyaux refoulent de l’eau. Les gens branchent du n’importe comment. De ce fait, ils cassent trop de tuyaux. Bornes-fontaines mal gardées d’où un gaspillage d’eau exigé. En quatre coins, j’ai remarqué fuite d’eau causée par certains tuyaux cassés par les gens qui veulent faire des branchements n’importe comment et n’importe où.9

23Les assemblées générales (AG) sont des moments de discussion au sujet de l’argent. Les représentants de l’État sont conviés à ces occasions. Un procès-verbal du comité de gestion datant de 1992 témoigne de la récurrence des problèmes de payement. Une commission de recouvrement a été créée pour tenter de renflouer les caisses.

Le sous-préfet prendra la parole pour proposer à l’assemblée de maintenir le système actuel à savoir un seul collecteur au lieu de plusieurs, pour éviter la dispersion. Il dira que faire payer les retraités par 3 mois est un acquis qu’il faudrait préserver. Il insistera sur le fait que les troupeaux ne doivent pas payer pendant l’hivernage comme ils n’utilisent pas l’eau du forage.

À la question d’un habitant qui demande pourquoi la différence de payement entre ceux qui payent 300 F et 600 F. Le représentant de l’Hydraulique dira tout simplement que c’est tout à fait normal, car ceux qui paient 300 F n’ont pas la borne-fontaine chez eux, ils puisent au niveau des bornes fontaines, et ceux qui paient 600 F disposent d’un robinet chez eux.

  • 10 Procès-verbal de l’Assemblée générale de Sarakoundé. Sarakoundé, 6 juin 1992. Archives de la sous-p (...)

En général, les premiers utilisent moins d’eau que les seconds. Monsieur le Sous-Préfet poursuivra par la suite en disant que les AG sont très importantes, car elles permettent de passer au peigne fin, tous les problèmes des forages et de leur trouver des solutions.10

24Malgré le désengagement financier de l’État, ses représentants restent des arbitres légitimes lorsqu’il s’agit de conflits d’argent. Mais le rapport à l’État est ambigu, comme le raconte Landry Sène. Ses agents viennent arbitrer les conflits, les soutenir dans le recouvrement des payements ; en même temps eux aussi « mangent » l’argent du forage. Les rapports avec le président de la communauté rurale (PCR) sont également tendus. Landry Sène se rappelle de l’ancien PCR :

Depuis qu’on était entré dans le forage, la communauté rurale n’a jamais rien fait pour nous. Un jour, le PCR voulait qu’on lui donne de l’argent, moi j’ai refusé. Il a essayé de me liquider pour mettre un autre qui lui donne de l’argent. Il a fait une campagne, « Landry n’est pas bon, Landry tout ça, tout ça ». (Sarakoundé, le 9 février 2011)

25Le nouveau millénaire amène avec lui passablement de changements. Début 2000, Abdou Diouf perd les élections présidentielles. C’est la chute du régime socialiste qui a régné sur la vie politique sénégalaise depuis l’indépendance. Malick Seck, natif du village voisin de Samari et actuel vice-président de la communauté rurale du même nom, se souvient de cette période charnière. Né en 1962, il a passé ses années de jeunesse dans le giron socialiste puisque ses parents étaient de fervents militants. En ce temps-là, Samari, Sarakoundé et leurs voisins « ne connaissaient que le PS ».

Nous, on était jeunes, on ne voyait que le PS, nos parents allaient souvent à Keur Dior pour la venue d’un président. On avait quelque chose à faire, on était désœuvrés, étant gosses, on partageait avec eux les voitures. J’avais 14 ans, c’est ainsi que je me débrouillais pour découvrir qu’après le départ de nos grands-pères, de nos pères, j’ai considéré que c’était le meilleur parti. (Samari, le 24 mars 2011)

26Quand le régime tombe, c’est la débandade : barons du régime et responsables locaux, tous ensemble, transhument vers les vertes prairies du nouveau parti gouvernemental. Diouf commente cette époque avec amusement : « Les gros calibres ne pouvaient pas faire la traversée du désert. Moi qui n’avais jamais eu de chance jusque-là, je suis devenu un vrai lion dans le parti. Je suis né socialiste, je souhaite mourir socialiste. » Comme nombre de ses frères de parti, Landry Sène a rejoint le nouveau parti gouvernemental. « Avant, j’avais l’amour d’Abdoulaye Wade, même quand j’étais au PS. C’est presque ça qui m’a fait laisser le PS. »

27Mamadou Faye, chef du village de Sarakoundé, est quelque peu nostalgique de l’époque socialiste où lui-même et ses paires jouaient un rôle plus important. « Quand on introduit la démocratie et les élections, ça gâche beaucoup de choses. Quand il y a des choses qui me sont réservées, et toi tu dis que tu veux la même chose, en ce moment, ça crée des problèmes. » Mamadou Faye tente de se mêler de la gestion du forage durant ces années de transition politique. Le chef de village veut surtout éviter que le forage et l’argent des forfaits ne quittent politiquement le parti. Pour bloquer et mettre en péril Landry Sène, il va demander aux usagers de ne pas payer les augmentations successives du forfait. Il faudra une réunion en présence des représentants de l’Hydraulique pour remettre les choses à leur place :

  • 11 Courrier du comité de gestion du forage de Sarakoundé au sous-préfet de l’arrondissement de Sarakou (...)

Il a été indiqué au chef de village et par devant l’assistance que sa mission première est d’aider et d’assister le comité et non d’enfreindre sa bonne marche. Les représentants de l’Hydraulique ont par ailleurs délimité ses compétences avec celles du comité.11

28En 2000, des représentants de l’Hydraulique arrivent à Sarakoundé. Ce ne sont pas les ouvriers de maintenance auxquels sont habitués les membres du comité. Ils se présentent comme les représentants du « projet REGEFOR » et demandent la convocation d’une AG. Durant cette réunion, la population va adhérer à ce nouveau projet. Sarakoundé fait partie des premières localités touchées par cette réforme. Pour Landry Sène, le projet est venu grâce à un ancien chef de l’Hydraulique natif de la région. « On se connaît seulement et on discutait et je lui demandais de nous aider et il a accepté et il m’a recommandé avec le projet ». La première phase pratique du projet est l’installation des compteurs sur tous les robinets de la localité. Cela déclenche un mouvement d’indignation dans la population. Des villageois soutenus par le chef de village font signer une pétition contre Landry Sène. On l’accuse de « vouloir tuer le village ». La pose des compteurs est décrite comme son initiative personnelle. Les habitants l’accusent encore d’avoir corrompu le sous-préfet en lui remettant 200 000 francs CFA : celui-ci a été interpellé par les habitants, mais n’a rien fait. On l’accuse également d’avoir « acheté » des agents de l’Hydraulique. Landry Sène se rappelle cette époque. Il insiste sur la jalousie inhérente à la vie villageoise. « Si tu écoutes les gens, tu ne feras rien de trop bien. » Les archives de la sous-préfecture ont gardé la trace de ces affrontements. La plainte des habitants a remonté jusqu’au gouverneur à Kaolack :

Ils s’insurgent contre les agissements du Président qui ferait de cette structure une affaire personnelle tout en fustigeant sa gestion financière d’une part, et dénoncent ses initiatives solitaires et individuelles comme celles visant à l’installation de compteurs individuels sans concertation ni implication préalable des membres du comité et des usagers du forage d’autre part. Il serait appuyé en cela par des agents du service de l’Hydraulique. Le recours au sous-préfet n’a pas donné les résultats escomptés ; ce dernier aurait adopté selon les délégués du collectif, une attitude ambiguë face au problème qui lui a été soumis.

  • 12 Courrier du gouverneur de la région de Kaolack au préfet du département de Kaolack. Kaolack, date e (...)

Je vous engage, en rapport avec le service régional de l’Hydraulique et de la maintenance à vous saisir de cette affaire afin d’y apporter une solution conforme aux règles normales de gestion en vigueur. Une descente sur les lieux serait opportune pour entendre les parties pour éviter toute mesure d’autorité qui n’impliquerait pas les populations locales.12

29Le préfet convoque une réunion. Elle est sans succès, car Landry Sène est hospitalisé à Dakar. Il se décharge donc sur le sous-préfet bien que ce dernier soit directement ciblé par la plainte des habitants. Le sous-préfet convoque une réunion, le 5 février 2002 :

  • 13 Courrier du sous-préfet de l’arrondissement de Sarakoundé au préfet du département de Kaolack. Sara (...)

Selon les informations recueillies, le village de Sarakoundé a adhéré au Projet « Régéfor » [sic] et cette adhésion comporte des obligations de part et d’autre […] Donc la pose des compteurs individuels n’est pas une décision du Président du Comité de gestion du forage, mais une condition acceptée en assemblée générale pour adhérer au « Régéfor » qui est un projet initié par le ministre de l’Hydraulique et sur le caractère saisonnier de la population de Sarakoundé rendant le recensement des usagers peu fiable seul le recours aux compteurs individuels pourrait être retenu. Une action de sensibilisation est entreprise pour une bonne compréhension des objectifs du Projet « Régéfor » et un payement régulier de l’eau.13

30Un compte bancaire est finalement ouvert à l’agence du Crédit mutuel du Sénégal (CMS) et la tarification entre progressivement dans les usages. En 2006, grâce à « un projet belge », les installations sont entièrement rénovées. Le représentant du projet convoque une AG dans le village avant l’inauguration. À l’ordre du jour, la transformation du comité en Association d’usagers de forage (ASUFOR). Cette réunion va consacrer l’entrée en scène d’une nouvelle équipe. Landry Sène passe la main et la présidence revient à une femme, Dieumbe Sarr.

31Dieumbe Sarr commence à travailler dans le comité de gestion du forage comme collectrice en 1995. Elle a toujours été très active dans le village. Bien qu’elle se présente modestement comme une « simple ménagère », elle a animé de nombreux groupements de promotion féminine (GPF) à Sarakoundé. En 2011, elle est pressentie pour être candidate à la mairie du côté du Parti démocratique sénégalais, le parti gouvernemental. Le poste de secrétaire revient à Mustapha Faye, le jeune frère du chef de village, Mamadou Faye. L’arrivée de Moussa Dieng dans la nouvelle association est plutôt inattendue. Ce dernier a été le fer de lance de la rébellion contre les compteurs. Mon entretien avec Landry Sène se déroule pendant une tournée de « coupures ». Depuis des heures, Moussa Dieng déambule dans le village, pince à la main, pour débusquer les mauvais payeurs. Landry Sène ricane quand il le voit passer. Lui qui s’est rebellé contre la pose des compteurs, lui qui l’a accusé de vouloir tuer le village, le voilà qui passe ses journées à « couper » les mauvais payeurs.

32Au départ, la nouvelle association est rigoureusement encadrée par le projet belge. Mustapha Faye se souvient de la fin des travaux de réfection :

Le représentant des Belges, il est venu jusqu’ici, il nous a demandé, « mais est-ce que vous serez d’accord de payer l’eau ? Il faut payer l’eau ! » J’ai dit, « oui, tout ce qui est normal ailleurs nous le faisons ici à Sarakoundé. S’il faut payer l’eau, nous on va payer l’eau ». (Sarakoundé, le 28 avril 2011)

33Le chef de village n’est pas gâté par la nouvelle situation. Il est convoqué aux réunions, mais n’a plus de pouvoir. En 2006, il héberge les ouvriers et le matériel de construction est entreposé chez lui. Il est par la suite présent lors de la cérémonie d’inauguration. Mamadou Faye regrette ce rôle de figurant :

  • 14 Mustapha Faye fait ici allusion aux élections présidentielles de 2012.

Les gens m’appellent uniquement quand ils réalisent quelque chose. Ils m’appellent uniquement pour donner de la notoriété aux actions, pour pouvoir dire, on l’a fait en présence du chef de village. Je sais que dès le début de la campagne présidentielle, tous les politiciens vont débarquer chez moi.14 Mais c’est des paroles en l’air, on ne me donne rien. Aujourd’hui, c’est le PCR qui reçoit les projets. Si tu ne paies pas, l’ASUFOR vient te couper et moi je n’y peux rien. (Sarakoundé, le 25 janvier 2011)

  • 15 Léopold Sédar Senghor a été président du Sénégal entre 1960 et 1980.

34Lors de notre entretien sur son perron, nous commentons ensemble le cas de la commune voisine de Penedaly, en attente d’un nouveau forage depuis l’écroulement de la cuve de son château d’eau : « Maintenant, avant les élections, tout le monde va s’emparer du forage de Penedaly. Quand il y a un événement, chacun dit que c’est lui qui l’a amené pour récupérer et se faire élire une deuxième fois. » Selon lui, il n’y a pas de politicien derrière la rénovation du forage de Sarakoundé en 2006, « seulement le projet ». Mamadou Faye regrette ainsi la « politique politicienne » et évoque le souvenir d’un ancien responsable politique local, « presque toujours à Dakar » à l’époque du président Senghor.15 « Il nous a tout promis ici. Les politiciens aiment trop promettre, mais ne réalisent rien. » Au moment de l’enquête, la plupart des individus élus en 2006 dirigent encore l’association. Ils ont été réélus plusieurs fois à la tête de l’ASUFOR. Les accrochages au sujet de l’argent perdurent. Si les conflits de la décennie précédente se sont focalisés sur le payement de l’eau, désormais les tensions se cristallisent autour de l’utilisation des bénéfices amassés. Après plusieurs années d’encaissement assez rigoureux, l’ASUFOR a plusieurs millions de francs CFA en caisse. Mustapha Faye se félicite : « Chaque mois, tu viens ici, nous, on t’encaisse. Nous, ici, on coupe. Comme à la SENELEC [Société nationale d’électricité du Sénégal]. »

35La petite fortune de l’ASUFOR fait des jaloux, notamment parmi les conseillers ruraux. Ils peinent à réunir un budget pour les activités de développement de la communauté rurale bien que des millions dorment tranquillement dans les caisses de l’ASUFOR. Mustapha Faye se fâche quand on évoque le conseil rural. La communauté rurale est subventionnée par l’État, alors que l’ASUFOR fonctionne grâce aux habitants. L’épargne de l’ASUFOR « c’est l’argent de Sarakoundé ». Et cet argent est selon lui uniquement destiné au secteur de l’eau. Ndeye Faye, la sœur de Mustapha, est conseillère rurale. Elle ne partage pas l’avis de son jeune frère. Elle est membre du comité de santé de la localité et regrette de ne pas pouvoir bénéficier des fonds de l’association :

Ils répètent [Dieumbe Sarr et Mustapha Faye] « l’argent de l’eau c’est pour l’eau ». Moi je demande qui a dit ça ? Ils ont plusieurs millions en caisse, ils ont les outils de rechange. Ils ont de l’argent en pagaille. Est-ce qu’on ne peut pas utiliser tout cet argent pour le village ? (Sarakoundé, le 4 février 2011)

36La colère de Mustapha Faye augmente quand on évoque les autres « prédateurs » du forage, les agents de l’Hydraulique. Les membres de l’ASUFOR se le sont promis : aucun agent de Kaolack ne posera la main sur les installations du forage. Selon eux, ils ne font que gâter les installations pour par la suite facturer pièces et réparations à des prix exorbitants. L’ASUFOR a passé un contrat de maintenance avec un opérateur privé :

L’Hydraulique, mais ce sont des caïmans ! Ils ne viennent plus ici. La pompe de remplacement, nous l’avons achetée à Dakar nous-mêmes. Ce qu’on a ici à l’ASUFOR de Sarakoundé, ce n’est pas l’argent de l’Hydraulique. (Sarakoundé, le 28 avril 2011)

37Une ASUFOR avec de l’épargne, des usagers menacés de coupe, mais bénéficiant d’une eau potable tous les jours, des « caïmans » tapis dans les eaux du forage, des conseillers ruraux mécontents : c’est ainsi que je trouve Sarakoundé lorsque je commence mon enquête. Revenons désormais sur l’histoire des politiques publiques hydrauliques ; une histoire dont j’ai montré un aperçu ici à travers sa résonance sur le territoire de Sarakoundé, à travers les souvenirs et les archives recueillis.

La longue réforme des campagnes : histoire des politiques publiques hydrauliques

38Sarakoundé l’a illustré : l’accès à l’eau dans les campagnes sénégalaises – ce que l’on peut communément qualifier d’hydraulique villageoise ou rurale – se construit durant le xxe siècle. Le plus grand progrès technique est atteint avec l’arrivée du forage durant la période coloniale. Ce qui va changer, par la suite, ce sont avant tout les politiques d’utilisation, de gestion et d’amortissement de ces installations. Dans cette partie, je retrace l’histoire institutionnelle de l’hydraulique rurale sénégalaise. Je la reconstruis en parallèle de la formation de la République du Sénégal. Car dès 1960, l’hydraulique villageoise est indissociable de la mise en place du nouvel État indépendant sur le territoire national.

39L’actuelle région de Kaolack appartient durant la période coloniale au cercle du Sine Saloum. Elle fait partie de ce qui est communément appelé – encore aujourd’hui – le bassin arachidier. L’administration coloniale a pour but la mise en valeur de son territoire. Dans ce sens, elle n’a pas le souci de créer une hydraulique villageoise pour les « sujets » peuplant les campagnes du pays. Sur le territoire, les populations accèdent à l’eau par le biais de puits construits localement, les « puits indigènes » ou, grâce à des céanes (Brasseur 1952). Il existe par conséquent un accès à l’eau sans mise en place d’une hydraulique villageoise organisée par le pouvoir.

  • 16 « La méthode inventée consistait à poser un cercle de fer faisant office de gabarit sur le sol, (...)

40L’hydraulique rurale va naître avec la construction du chemin de fer durant laquelle le pouvoir colonial doit organiser les points de ravitaillement indispensables à la pénétration du rail sur le territoire. En 1904 naît l’idée du tracé d’une carte hydrostatique. Cette dernière doit permettre d’expérimenter les meilleures méthodes d’extraction de l’eau afin d’organiser le tracé de la ligne ferroviaire. Cette campagne va cependant influencer l’accès à l’eau des populations rurales. Le capitaine du Génie Friry y développe une nouvelle méthode pour faire des puits.16 En 1913, près d’un millier de puits ont été construits d’après la « méthode Friry » (Brasseur 1952). Ceux-ci sont gratuits puisqu’entièrement réalisés aux frais de l’administration. Ce sont les prémisses de l’idée de la gratuité de l’accès à l’eau pour les populations rurales.

41Parallèlement à la propagation des puits Friry sur le territoire, l’administration crée une subdivision des puits. À travers elle, naissent les premières Brigades des puits, ancêtres des actuelles Brigades des puits et forages. La Première Guerre mondiale met un frein à ce boom hydraulique. Il faut attendre 1925 pour que la question de l’eau soit à nouveau d’actualité. Après le chemin de fer, ce qui pousse le pouvoir colonial à développer des infrastructures hydrauliques, c’est l’agriculture et l’élevage. Durant cette période se dessinent les principes d’une hydraulique rurale sur le territoire. L’administration envisage la mise en place d’une ligne de puits pour accompagner les troupeaux du Nord du pays aux principaux lieux d’achats du bétail (Brasseur 1952, p. 40-41). À cette époque se pose la question de la maintenance. Les puits créés des années auparavant ont besoin d’être entretenus. Émerge alors l’idée de faire reposer les charges d’exploitation et de maintenance sur les usagers. Elle est cependant abandonnée car jugée trop difficile à mettre en place (Brasseur 1952).

  • 17 Les SIP sont mises en place dès 1907 par le pouvoir colonial. À travers le crédit qu’elles fourniss (...)

42La solution adoptée sera alors de permettre aux Sociétés indigènes de prévoyance (SIP) de contribuer au domaine hydraulique.17 C’est dans le cercle de Kaolack, l’un des plus prospères du pays, que la première école de puisatiers voit le jour. Jusqu’en 1936, 249 puits y seront construits. Le cercle dirige les travaux hydrauliques sur le budget de la colonie et sous le contrôle des Travaux publics. Les puisatiers sont chargés de la construction. La population locale fournit la nourriture et la main d’œuvre. Les chefs de canton surveillent les travaux. Il n’est pas établi de solution pérenne pour la maintenance. Les cercles établissent des priorités selon le budget dont ils disposent et selon les réseaux de clientèle entretenus localement (Brasseur 1952 ; Repussard 2011). Le développement des infrastructures se fait donc la plupart du temps dans un contexte de précarité et d’incertitude, terreau fertile pour le développement de stratégies locales de captation des ressources.

43Le modèle technique du forage est expérimenté pour la première fois au Sénégal aux alentours de 1930 (Brasseur 1952). Un forage permet d’extraire l’eau de nappes profondes comme la nappe maastrichtienne. Sa construction requiert un investissement considérable, de même que son exploitation quotidienne. Il fonctionne à l’aide d’une pompe électrique installée à l’intérieur du forage. Dans les zones non électrifiées, un forage ne peut fonctionner que lorsqu’il est rattaché à un groupe électrogène alimenté par du carburant. L’eau est distribuée par le biais d’adductions qui alimentent des points d’eau dans le village ; au départ des BFP, aujourd’hui des robinets privés la plupart du temps. Un forage peut-être relié à un château d’eau qui fait office de réservoir. Cette construction joue le rôle de tampon entre le débit des consommateurs et celui de la station de pompage. Il permet ainsi au réseau de fonctionner sur une réserve sans démarrer la pompe.

44Les premiers forages sont construits dans les centres urbains. Dès la fin des années 1930, le modèle est exporté dans les zones rurales. Comme les puits, ils sont toujours construits dans un but de mise en valeur du territoire, dans ce cas à travers l’élevage. Le forage ne remplace pas le puits. Tous deux vont coexister – jusqu’à présent – sur le territoire rural sénégalais. En 1937, l’administration élabore un nouveau projet pour équiper la piste Matam – Kaolack de points d’eau afin de permettre l’acheminement des troupeaux. Mais la guerre va à nouveau ralentir les opérations.

45Il faut attendre 1948 pour voir redémarrer une politique de construction d’infrastructures hydrauliques sur le territoire (Brasseur 1952). Les investissements nécessaires au creusement des forages proviennent en grande partie du Fonds d’investissement pour le développement économique et social des territoires d’outre-mer qui est créé en 1946 afin de moderniser les colonies. La construction de nouveaux puits est toujours à la charge des SIP . Elles peuvent s’appuyer sur le Fonds d’équipement rural pour le développement économique et social (Repussard 2011, p. 90-91). La question de la maintenance se pose encore : un service fédéral de l’hydraulique est créé par la Direction des travaux publics de l’Afrique-Occidentale française. C’est ainsi que naît en 1949 la Subdivision d’outillage mécanique et hydraulique de Louga. Une brigade chargée de la maintenance des forages voit le jour. Les brigades des puits sont remises en service. Elles seront implantées à Linguère, Matam, Louga et Kaolack. C’est l’ancêtre de l’« Hydraulique » dont parlent les habitants de Sarakoundé.

461960 constitue un tournant majeur. C’est la naissance de la République du Sénégal. Au lendemain de l’indépendance le gouvernement manifeste sa présence sur le territoire par un encadrement accru du monde rural. C’est également durant cette période que se mettent en place les prémisses d’une politique de systématisation de l’accès à l’eau à des fins domestiques. Après l’indépendance, l’hydraulique rurale est rattachée au Ministère du développement rural. La Société nationale des forages est créée en 1970 pour leur réalisation. Il est question, un temps, de lui allouer la maintenance et de lui faire remplacer la subdivision de Louga, en place depuis l’époque coloniale. La création d’associations d’usagers – discutée par le pouvoir colonial dans le cadre des puits – est à nouveau envisagée puis laissée de côté. Mais c’est la solidarité internationale qui va « remplacer » la solidarité nationale (Repussard 2011, p. 93). Grâce à des financements provenant de l’extérieur, de nouvelles Brigades des puits et Brigades de maintenance sont créées. Malgré la rupture de l’indépendance, il y a par conséquent continuité depuis l’époque coloniale. Les fonds permettant le développement des infrastructures proviennent en grande partie de l’extérieur (Brasseur 1952 ; Repussard 2011). Les communautés rurales instituées prennent part à l’hydraulique dès leur création en 1972 par la Réforme de l’administration territoriale et locale (Diop 2006). Les taxes rurales qu’elles lèvent peuvent être allouées à la réalisation de puits.

47Les années qui suivent l’indépendance sont, de manière générale, marquées par une forte présence de l’État en zone rurale. En zone urbaine, l’hydraulique, jusqu’alors sous la responsabilité des municipalités, est récupérée par l’État en 1965. En zone rurale, l’État finance l’intégralité du service : carburant, pièces, salaire du conducteur. L’eau qui sort du forage est donc gratuite. La politique en matière d’eau est alors celle du « tout État » (Repussard 2011, p. 91) et l’hydraulique villageoise devient un « service rendu » aux populations rurales par l’État (2011, p. 92). C’est sous ces modalités qu’est géré le forage de Sarakoundé durant les premières années. La correspondance entre le conducteur du forage et l’Hydraulique de Kaolack atteste des demandes régulières en carburant et en huile. Si une partie des installations est financée par des fonds provenant de l’extérieur, au lendemain de l’indépendance, l’hydraulique rurale est un service qui se fait au nom de l’État.

48La fin des années 1970 va constituer un tournant pour la jeune république. Les sècheresses à répétition et les mauvais résultats économiques plongent le pays dans une crise économique (Diagne 2004, p. 70-71). Dans les campagnes, les robinets s’assèchent ; les dotations en carburant n’arrivent plus régulièrement et les forages sont mis à l’arrêt. 1980 marque la fin de la grande souveraineté – qu’elle soit réalisée ou imaginée – de l’État sénégalais sur son territoire. Localement, des solutions palliatives se mettent en place. Les habitants s’organisent en comités et cotisent de manière forfaitaire afin d’acheter du carburant et de faire fonctionner le service. C’est ce type de comités qui va se succéder à Sarakoundé et dont Landry Sène prendra la tête.

  • 18 Pour une généalogie du « droit à l’eau » dans la communauté internationale voir Aubriot (2007).

49Les années 1970 marquent également un tournant à un autre niveau. L’eau devient un objet de préoccupation internationale.18 En 1972, se tient à Stockholm la première conférence des Nations unies ayant pour thème central l’environnement. Cependant, il faut attendre la fin des années 1970 et la Conférence de Mar del Plata pour le début des mobilisations à l’échelle internationale concernant spécifiquement l’eau (Aubriot 2007). Les 150 nations représentées vont proposer de consacrer la décennie naissante à cette problématique. L’objectif, très ambitieux, est alors de « fournir une eau potable accessible pour tous en quantité et qualité suffisantes ainsi que des structures de base à l’ensemble de la population mondiale au terme de la décennie » (2007, p. 15). À partir de Mar del Plata, l’eau devient alors l’objet de discours, de définitions et de politiques à un niveau international. À la fin des années 1970, l’État est également contraint de faire appel aux institutions de Bretton Woods pour sortir de la crise dans laquelle il s’est enlisé (Diagne 2004). Avec l’entrée dans les grands programmes de redressement économique, la décennie 1980 marque un nouveau changement dans l’ère du Sénégal indépendant : bailleurs de fonds et institutions internationales commencent à jouer un rôle-clé dans la définition du rôle et de la place de l’État dans le développement du pays. Débute ainsi une aide au développement marquée par l’idée de conditionnalité. La décennie s’ouvre également sur un renouvellement de la classe politique. Abdou Diouf est désigné comme le successeur du président Senghor qui quitte la présidence à mi-mandat. Le dauphin dispose ainsi de quelques années pour asseoir son hégémonie sur le PS. En 1984, l’État signe son entrée dans l’ère des Programmes d’ajustement structurel (PAS), marquant alors officiellement le début de la décennie du « moins d’État, mieux d’État » telle que professée par le nouveau président du pays. Les réformes mises en place sont centrées sur la contraction des dépenses publiques et les missions régaliennes sont visées par les bailleurs de fonds. Le désengagement de l’État est compris comme le meilleur moyen de mettre un frein aux pratiques corruptrices et de libérer « les initiatives locales de développement » (Dahou 2000, p. 17). Ces politiques ne s’attaquent ainsi pas uniquement aux performances économiques du pays, elles interrogent directement le rôle et la place de l’État (Mbembe 1999).

  • 19 Assemblée générale des Nations unies, Proclamation de la Décennie internationale pour l’eau potable (...)
  • 20 Déclaration de Dublin sur l’eau dans la perspective d’un développement durable. Dublin, janvier 199 (...)
  • 21 Principe n°4 de la Déclaration de Dublin : « L’eau, utilisée à de multiples fins, a une valeur écon (...)
  • 22 Principe n°2 de la Déclaration de Dublin : « La gestion et la mise en valeur des ressources eau doi (...)
  • 23 Principe n°3 de la Déclaration de Dublin : « Les femmes jouent un rôle essentiel dans l’approvision (...)

50Dans ce sens, 1980 constitue également une décennie charnière pour l’accès à l’eau dans les campagnes. L’hydraulique sénégalaise devient la caisse de résonance des politiques eau réalisées à l’échelle internationale. Suite à la conférence de Mar del Plata, les Nations unies proclament la décade 1980 « Décennie internationale pour l’eau potable et l’assainissement » (DIEPA).19 Si l’eau est reconnue implicitement comme un droit, la communauté internationale discute pourtant également de sa valeur économique. En 1992, lors de la conférence de Dublin, il est question des moyens qui doivent être mis en œuvre pour gérer cette ressource.20 La « valeur économique » de l’eau est reconnue pour la première fois et ouvre la porte aux politiques de privatisation du service.21 Dublin lance les prémisses des politiques dites participatives de la gestion de l’eau22 et souligne l’importance d’intégrer les femmes au niveau local.23 L’accent sur le coût de l’eau semble avoir été d’abord une réponse au gaspillage de la ressource. Sa « valeur économique » devient néanmoins un consensus dans la communauté internationale. À partir des années 1990, le débat se concentre sur les moyens à trouver pour gérer au mieux cette ressource, notamment par le biais de diverses formes de privatisation. L’idée d’un partenariat public privé (PPP) naît à ce moment-là (Aubriot 2007, p. 17).

51Durant la DIEPA, l’État du Sénégal profite de l’aide accrue des bailleurs pour structurer institutionnellement son secteur hydraulique (Repussard 2011). Des services étatiques vont être créés pour répondre à l’« offre » des bailleurs, et le rôle de l’État vis-à-vis de l’eau est spécifié dans le Code de l’eau promulgué en 1981. Il est rédigé avec l’aide d’un expert des Nations unies. La domanialité publique de toutes les eaux sénégalaises y est précisée. Ce code inscrit l’autorité légale de l’État sur l’eau. 1980 constitue donc une période paradoxale. Alors que l’État est sommé de se retirer par ses bailleurs, il profite de l’afflux de l’aide financière provoqué par la DIEPA pour développer son administration. Le ministère de l’Hydraulique est créé en 1981 (Repussard 2011 ; Touré 2002). Cette création met fin à vingt ans de stabilité au sein du ministère du Développement rural. Commence alors pour l’hydraulique une période de changement constant. Jusqu’en 1983, l’hydraulique rurale est sous la tutelle du ministère du Développement rural. Entre 1983 et 1990, elle devient un ministère à part entière, puis en 1990, l’hydraulique retourne sous la tutelle du ministère du Développement rural. Entre 2001 et 2010, elle passe successivement sous la tutelle du ministère de l’Énergie, des Mines et de l’Hydraulique, du ministère de l’Agriculture, de l’Hydraulique rurale, et de la Sécurité alimentaire, puis du ministère de l’Habitat, de la Construction et de l’Hydraulique. Après les élections présidentielles de 2012, l’Hydraulique redevient un ministère à part entière, celui de l’Hydraulique et de l’Assainissement. Ces mouvements sont emblématiques du processus de réaménagement permanent que connaît l’administration tant sous Abdou Diouf qu’après l’alternance politique de 2000 (Dahou et Foucher 2004 ; Touré 2002).

52En 1984, le ministère de l’Hydraulique est scindé en trois services qui vont perdurer – pour le secteur rural – jusqu’à 2012. La Direction de l’hydraulique rurale (DHR) réalise les infrastructures, la Direction de l’exploitation et de la maintenance (DEM) s’occupe de la maintenance des infrastructures, et la Direction de la gestion et de la prévoyance des ressources en eau (DGPRE) collecte les données eau. La DEM réalise la maintenance des installations par le biais des anciennes Brigades des puits et Brigades de maintenance qui deviennent les Brigades des puits et forages (BPF). La DIEPA est également synonyme d’un véritable boom du parc immobilier hydraulique. Le nombre de forages quadruple durant cette période. La question de la maintenance est la plus représentative de cette période paradoxale, entre opulence et retrait. La DEM va voir ses effectifs et son budget décroître dès sa création tandis que le nombre de forages augmente fortement sur le territoire. Depuis l’époque coloniale, la maintenance reste le talon d’Achille des politiques de développement du service hydraulique sur le territoire.

  • 24 Circulaire interministérielle du 1er janvier 1984 portant sur la création et la généralisation (...)

53Comment seront exploités les nouveaux forages durant cette période de retrait ? En 1984, une circulaire interministérielle – réalisée conjointement par le ministère de l’Hydraulique et le ministère de la Décentralisation – reconnaît l’existence des comités de gestion nés spontanément à la fin des années 1970.24 Elle les formalise et systématise. Le comité de gestion devient alors le modèle de gestion des forages ruraux. C’est la fin d’un service hydraulique – ou de l’idée d’un service – entièrement gratuit. Les usagers doivent désormais supporter les charges de fonctionnement des forages. Les populations rurales ne gagnent pas de responsabilités dans cette transaction. L’État reste propriétaire des infrastructures.

  • 25 Le département a remplacé le cercle dans le découpage territorial après l’indépendance. Sur le déco (...)

54Dans le département25 de Kaolack, les localités de Penedaly, Samari, Farafana et Keur Dior reçoivent leur premier forage entre 1988 et 1989. Cette zone est dotée de la majeure partie de ses installations hydrauliques alors que le retrait annoncé par les PAS est amorcé. L’État est ainsi paradoxalement plus présent que jamais. Abdou Diouf, surnommé « Monsieur Forage », sillonne le pays et inaugure les nouvelles infrastructures au nom de l’État. Beaucoup de localités n’ont ainsi jamais connu la période de la gratuité. Mais les forages qu’elles ont reçus ont cependant toujours été associés à l’État, même après 1984. Durant les années 1980, même si les institutions internationales ont décrété son retrait, l’État reste très présent. Quand on parle d’eau, on parle alors encore d’État au Sénégal. La première partie de ce chapitre a montré les formes que prend cette présence de l’État, le canal politique d’une part, la supervision des comités de gestion par des agents du commandement territorial et du ministère en charge de l’Hydraulique d’autre part.

55C’est donc une période paradoxale pour qui examine la formation de l’État. D’un côté, l’État se retire sous la pression des bailleurs de fonds ; c’est son rôle même qui est questionné par les PAS. Selon le principe de la conditionnalité de l’aide, de plus en plus d’institutions non étatiques influencent l’élaboration des politiques publiques sénégalaises. La souveraineté classique de l’État est donc mise à mal durant cette période. Pratiquement pourtant, l’État reste très présent. Même s’il ne définit plus entièrement sa politique hydraulique et, si les fonds qui servent à la construction des infrastructures proviennent de l’extérieur, le service d’eau reste cependant fortement associé à l’État. L’inauguration des infrastructures par un président voyageur ne suffit pas à l’expliquer. Pourquoi un service qui est de plus en plus influencé et réalisé par des conceptions et des fonds provenant de l’extérieur porte-t-il à ce point la paternité de l’État ?

  • 26 La SONES est alors la société gestionnaire du service d’hydraulique dans les zones urbaines.

56Dans un article publié en 1992, « Crise urbaine et contrôle social à Pikine. Bornes-fontaines et clientélisme », Gérard Salem explore le développement de Pikine, ville créée en 1952 et située dans la périphérie de Dakar. Il s’intéresse particulièrement aux zones de croissance inofficielles de la ville, qu’il appelle « Pikine irrégulier » et montre comment des zones qui n’ont pas d’existence juridique bénéficient cependant de bornes-fontaines installées par la Société nationale des eaux du Sénégal (SONES).26 La manière dont sont octroyées ces infrastructures illustre comment l’État descend sur son territoire et distribue ses ressources par le biais du canal politique, les structures locales du PS. Ce canal est d’autant plus efficace qu’à travers lui a été réalisé un véritable maillage du territoire national. Salem montre comment, dès leur installation sur un territoire même « irrégulier » aux yeux de la loi, les individus vont chercher – et obtenir – la reconnaissance de l’État. Cette reconnaissance s’effectue pratiquement par la création de comités locaux du parti. Les relations entre les citoyens et l’État au sujet des infrastructures publiques – dans le cas présent les BFP – se structurent au travers de réseaux de clientèle. Le forage de Sarakoundé porte sur lui, plusieurs décennies plus tard, la marque de la présence du PS sur le territoire. Dans les discours, il est encore affilié à Babacar Bâ, homme politique du terroir. Les années 1980 n’ont ainsi pas véritablement consacré le retrait de l’État. Encore aujourd’hui, les politiciens locaux font office de sages-femmes quand il s’agit de sortir les châteaux d’eau de terre.

57Début 2000, alors que l’État du Sénégal va connaître l’un des grands changements de son histoire, c’est le concept même d’État qui est à nouveau questionné par les bailleurs de fonds :

Le concept d’État revient sur le devant de la scène politique internationale. La Commission pour l’Afrique présidée par l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair en prenait acte en 2005 : les défaillances dans le fonctionnement des États constituent un obstacle majeur au développement des pays pauvres. Cosignée par 61 organismes bailleurs bilatéraux et multilatéraux et 56 pays récipiendaires de l’aide, la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide reconnaît que l’appropriation nationale des politiques de développement est la clé de l’efficacité de l’aide. (Fritz et Rocha Menocal 2011, p. 9)

  • 27 Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide au développement. Forum à haut niveau. Paris, 28 fé (...)
  • 28 « Les pays partenaires exercent une réelle maîtrise sur leurs politiques et stratégies de développe (...)
  • 29 « Les donneurs font reposer l’ensemble de leur soutien sur les stratégies nationales de développeme (...)
  • 30 « Les actions des donneurs sont mieux harmonisées et plus transparentes, et permettent une plus gra (...)
  • 31 « La gestion axée sur les résultats : gérer les ressources et améliorer le processus de décision en (...)

58La Déclaration de Paris27 présente quatre principes majeurs : appropriation,28 alignement,29 harmonisation30 et gestion axée sur les résultats.31 Ce protocole réintègre l’État comme acteur-clé dans la mise en œuvre des programmes d’aide. Il définit de ce fait un nouveau cadre paradigmatique pour la réalisation des programmes d’aide au développement. Cette revalorisation est développée sur la base d’expériences réussies de programmes menés par certains États asiatiques, considérés alors comme les nouveaux « États développeurs » (Fritz et Rocha Menocal 2011). La Déclaration de Paris souligne l’importance du développement des capacités du secteur public à travers un transfert de ressources et de savoirs vers les pays récipiendaires. L’année 2005 ne constitue cependant pas pour autant un retour au « tout État » (Repussard 2011, p. 91), au Sénégal comme ailleurs. La capacité de l’État à adhérer à un certain modèle de fonctionnement conditionne ce retour. Si l’idée d’un « État développeur » met en avant la nécessité d’une aide qui passe par l’État, si elle revalorise le concept même d’État face au marché, au niveau des instances internationales, une réflexion sur la « bonne gouvernance » à atteindre va se développer dans le cadre de l’aide apportée aux pays africains.

  • 32 http://www.imf.org
  • 33 Déclaration du millénaire de l’Organisation des Nations unies, Résolution adoptée par l’Assemblée g (...)
  • 34 1) Éliminer l’extrême pauvreté et la faim. 2) Assurer l’éducation primaire pour tous. 3) Promouvoir (...)

59La « bonne gouvernance » va légitimer et dicter de nouvelles conditionnalités d’accès à l’aide (Blundo 2002 ; Fritz et Rocha Menocal 2011). Le principe des Documents de stratégie pour la réduction de la pauvreté est institué en 1999 par le Fonds monétaire international et la Banque mondiale. À travers ce dispositif, les États récipiendaires de l’aide élaborent des stratégies nationales de réduction de la pauvreté. Ce dispositif a été établi en reconnaissance de l’importance de l’internalisation des programmes de réformes et de la nécessité de s’appliquer davantage à faire reculer la pauvreté. À travers eux, les bailleurs soutiennent « des réformes de la gouvernance ». 32 En 2000, lors de l’ouverture de la 55e session de l’Assemblée générale des Nations unies, 189 dirigeants signent la Déclaration du millénaire.33 Les huit objectifs qui constituent les OMD découlent de cette déclaration. Les États signataires s’engagent à les réaliser d’ici 2015.34 Les années 2000 dessinent le cadre d’un retour sous conditions de l’État. Il est appelé lui-même à changer et à se rapprocher des critères de la « bonne gouvernance ».

  • 35 Le numéro 96 de Politique africaine fait le bilan en 2004. En 2013, Momar-Coumba Diop dirige une an (...)

60En 2000, la République du Sénégal vit également la première alternance politique de son histoire. Au soir du 30 mars 2000, « le baobab est déraciné » (Diop 2000) et la victoire d’Abdoulaye Wade au deuxième tour du scrutin présidentiel met fin à quarante années de règne du PS. L’alternance constitue-t-elle un moment de véritable rupture quant aux rapports de l’État avec les populations rurales ? Cette question a été explorée par des chercheurs à l’occasion d’un bilan des années du PDS à la tête du pays.35 Le clientélisme demeure une facette très importante des rapports qu’entretiennent, de manière générale, les citoyens avec l’État. Dahou et Foucher parlent dans ce sens de « démocratie patrimoniale » (terme emprunté à Beck 1997) pour décrire le premier mandat d’Abdoulaye Wade (2004, p. 15). Si le clientélisme impose encore son « économie morale » (2004, p. 16) ses formes de mobilisation locales sont devenues plus concurrentielles, ses allégeances plus volatiles. Par conséquent, l’intermédiation par le canal politique a constitué et demeure jusqu’à aujourd’hui une caractéristique importante de la relation qui lie les citoyens à l’État depuis l’indépendance (Diop 2013 ; Foucher et Dahou 2004 ; Legros 2004).

  • 36 Le « full cost recovery » constitue un principe selon lequel l’ensemble des coûts d’investissement (...)
  • 37 Déclaration ministérielle sur la sécurité de l’eau au xxie siècle. La Haye, mars 2000.

61Parallèlement à cet événement politique majeur, la discussion sur le prix de l’eau se poursuit dans les instances internationales. La création du Conseil mondial de l’eau a lieu en 1996 grâce, entre autres, au soutien politique et financier de la Banque mondiale (Aubriot 2007). Cette date constitue le lancement des grands sommets. Le conseil organise un forum tous les trois ans, et ces manifestations ont pour but de réunir les acteurs du secteur pour discuter des politiques mondiales de l’eau. À travers ces événements, l’objet eau devient véritablement un sujet de réflexion à niveau mondial. En 2000, le forum a lieu à La Haye. Après Dublin en 1992, la valeur économique de l’eau est à nouveau au cœur des débats. Comment mesurer son coût ? Le principe du « full cost recovery »36 – ou récupération intégrale des coûts – y est lancé. Parallèlement au forum se tient une conférence ministérielle qui aboutit à un accord sur la tarification des services d’approvisionnement sur la base de leur coût.37 Un consensus sur la privatisation du secteur est acquis entre gouvernements, bailleurs et ONG. L’ensemble des parties prenantes ne reviendra plus en arrière.

  • 38 La SONES a pour but la gestion du patrimoine de l’hydraulique urbaine, son principal actionnaire es (...)
  • 39 Recoupant les actuelles régions de Fatick, Diourbel, Kaolack et Kaffrine.
  • 40 La maintenance préventive doit être réalisée régulièrement afin d’éviter des situations préjudiciab (...)

62Comment ces politiques globales se traduisent-elles sur le terrain ? À la fin des années 1990, l’hydraulique rurale a continué de fonctionner tant bien que mal avec le cadre de 1984 : des forages exploités à grand-peine par des comités de gestion sans solution pérenne pour la maintenance des installations. En 1996, le secteur urbain fait l’objet d’une large réforme. Il est privatisé par le biais d’un PPP (Repussard 2011).38 En 1999, l’AFD finance un projet pilote de réforme du secteur rural, la Réforme de gestion des forages motorisés ruraux (REGEFOR). Il touche un noyau dur de 100 forages, situés exclusivement dans la zone centre du pays39, sur les 1000 que compte alors le pays. La grande nouveauté apportée par la REGEFOR est l’institutionnalisation du coût de l’eau. Le m3 est désormais facturé et vendu aux usagers. C’est cette réforme qui indigne les habitants de Sarakoundé lorsque des animateurs convainquent le comité de gestion de Landry Faye de faire poser des compteurs dans le village. L’argent doit permettre de faire tourner le service – carburant du groupe électrogène ou facture d’électricité dans les localités raccordées à la SENELEC – d’amortir les équipements et de financer la maintenance préventive et curative.40 Sur le plan technique, rien ne change à un détail près. Les robinets (publics ou privés) sont désormais équipés de compteurs. Pour les localités touchées, c’est la fin de l’eau vendue à un taux forfaitaire.

  • 41 Arrêté ministériel n005612 du 20 mai 1997 portant sur la création des ASUFOR.
  • 42 Ou le maire et le gouverneur dans le cas des communes qui n’ont pas encore été concédées à la SDE, (...)

63La vente de l’eau se fait par le biais de nouveaux comités d’usagers. Les anciens comités de gestion sont transformés en ASUFOR.41 Ces associations sont exclusivement composées d’habitants choisis par leurs pairs au cours d’une AG. La réforme prévoit également qu’un gérant agrémenté par l’État – idéalement un habitant disposant de bonnes bases scolaires – soit nommé dans un deuxième temps pour se charger uniquement de l’exploitation financière du forage. Il devra alors assurer la vente de l’eau : recensement des compteurs, distribution des factures, collecte de l’argent. La vente de l’eau se fait selon deux modalités ; soit des robinets privés équipés de compteurs chez les particuliers soit des BFP pour ceux dont la maison n’est pas directement rattachée au réseau de distribution. Dans ce dernier cas, des fontainières sont choisies par l’association pour procéder à un encaissement direct. Ces associations ont trois autorités de tutelle, la DEM, le PCR et le sous-préfet.42 Ces individus ou leurs représentants président les AG annuelles. La réforme prévoit encore que la maintenance soit complètement libéralisée. Les premières ASUFOR passent un contrat-pilote de maintenance avec un opérateur privé, l’entreprise dakaroise Equip plus. Ses agents effectuent une visite de maintenance annuelle dans les 100 forages sélectionnés et procèdent aux éventuelles réparations selon une grille de prix fixés au niveau national. Les ASUFOR doivent supporter ces coûts grâce aux revenus dégagés par la vente de l’eau.

  • 43 Voir également Water Sanitation Program (2010). Bilan sur sept pays africains. Délégation de gestio (...)

64Les comités d’usagers qui naissent au Sénégal ne constituent pas une curiosité locale. Ces formes de gestion dites communautaires font l’objet d’un énorme succès dans le monde de l’aide au développement (Jaglin et Bousquet 2007 ; Manor 2004) particulièrement dans le secteur de l’eau.43 Ces comités traduisent une tension inhérente au monde du développement. La définition de l’eau dans la communauté internationale est tiraillée entre deux pôles. Le premier est moral : essentielle à la vie, l’eau est un droit pour tous. Le second est technico-idéologique : le service d’eau a un coût que les États – spécialement les États du Sud – ne peuvent plus assumer ; il faut prendre en compte sa valeur marchande et ouvrir la porte à différents modèles de privatisation. La « privatisation communautaire » (Jaglin et Bousquet 2007) que représentent ces comités est emblématique de cette tension.

*

65En 2005, la Lettre de politique sectorielle de l’hydraulique et de l’assainissement en milieu urbain et rural consacre les fondements du projet REGEFOR, arrivé alors à son terme. Ces principes vont être étendus à l’ensemble du pays et deviennent le cadre d’action pour la poursuite de l’OMD 7c, à savoir réduire d’ici 2015 de moitié la proportion de personnes n’ayant pas accès à l’eau potable. Dans ce cadre est mis sur pied le Programme d’eau et d’assainissement du millénaire (PEPAM) piloté par une unité de coordination. Le PEPAM devient le « cadre référentiel d’intervention de tous les acteurs de l’hydraulique rurale pour les dix prochaines années » (République du Sénégal 2005, p. 9). En zone rurale, les bailleurs de fonds coordonnent financements et actions avec le PEPAM et suivent les principes de la REGEFOR.

  • 44 Loi dite « SPEPA » n°2008-59 du 24 septembre 2008 portant sur l’organisation du service public de l (...)
  • 45 Les compétences transférées sont les suivantes : éducation, santé, environnement, urbanisme et habi (...)

66La loi portant sur l’organisation du service public de l’eau potable et de l’assainissement collectif des eaux usées domestiques (SPEPA) est votée en 2008.44 Elle consacre les principes de la vente de l’eau via les ASUFOR et de la libéralisation de la maintenance. Elle introduit la possibilité d’un transfert de l’autorité délégante aux autorités décentralisées. Depuis 1996, les collectivités locales ont en effet reçu des compétences nouvelles (Diop 2006, p. 89).45 Mais l’hydraulique ne fait pas partie des compétences transférées au niveau local. La SPEPA entérinerait ainsi une nouveauté. Au niveau local, elle permettrait de résoudre les conflits qui opposent de plus en plus souvent les ASUFOR aux autorités locales. La première partie en a donné un aperçu avec les propos de mécontentement de Ndeye Faye, membre du conseil rural de Sarakoundé. En 2012, les décrets d’application de la SPEPA n’ont toujours pas été approuvés. Dans l’intervalle, cette loi demeure sans conséquence pour l’organisation du secteur. De l’avis de l’un des membres du groupe de travail sur les décrets, les blocages proviennent de la DEM dont la direction s’oppose fermement à la libéralisation.

  • 46 Office en théorie régi par les dispositions de la loi n90-07 du 26 juin 1990 relative à l’organis (...)
  • 47 Le WSP est un programme administré par la Banque mondiale (www.wsp.org).

67Au moment de boucler mon enquête, l’épineuse question de la maintenance et de son éventuelle délégation au privé était encore en suspens. Le secteur est déficitaire depuis les années 1980. Dans la plupart des cas, ce sont les usagers qui financent informellement ce service, en rétribuant des opérations de maintenance facturées indûment par des agents travaillant au nom de l’État et ne bénéficiant souvent pas de reconnaissance légale. La lettre de politique sectorielle prévoit pourtant en 2005 que « la maintenance préventive et le dépannage des équipements hydrauliques seront, à terme, entièrement pris en charge par le secteur privé » (République du Sénégal 2005, p. 9). Mais les conditions de délégation au privé posent problème. Fin 2000, un consensus semble se dessiner. Premièrement, couper le pays en trois zones et les concéder à des opérateurs privés. Deuxièmement, transformer la DEM en un établissement public dénommé, provisoirement, Office de gestion des forages ruraux (OFOR).46 En 2012, selon un ancien responsable du Water Sanitation Program (WSP) au siège de la Banque mondiale à Dakar, ce projet est « immobilisé sur le bureau du directeur de la DEM depuis des années ». 47 Pourquoi tant de difficulté à faire avancer la réforme ? Pour les fonctionnaires de la DEM, le secteur n’est pas prêt à un désengagement de l’État et il ne faut pas céder à la pression des bailleurs de fonds qui veulent privatiser sans se soucier des conséquences sociales. Pour les agents des institutions de développement qui financent ces projets d’appui à la libéralisation, comme la Banque mondiale, l’État gagne du temps, il donne, toujours selon le même responsable du WSP, une « impression de mouvement », mais bloque les réformes.

  • 48 Voir les rapports des Revues annuelles conjointes sur le portail du PEPAM, www.pepam.gouv.sn.

68Depuis 2005, les principes de la réforme sont étendus à l’ensemble du pays. C’est une vague de changement qui se déploie dans le temps au rythme des financements octroyés à l’État du Sénégal.48 Il n’y a pas aujourd’hui un avant et un après la réforme. Dans un même arrondissement, dans une même communauté rurale, des localités ASUFOR jouxtent des localités où d’anciens comités de gestion procèdent encore à la gestion du forage. Ainsi, dans une même localité, le moment de réforme peut s’étendre dans le temps. L’exemple de Sarakoundé montre comment la constitution d’une ASUFOR n’est réalisée que plusieurs années après la pose des premiers compteurs. Également, l’association est toujours en attente de la mise en régie auprès d’un gestionnaire choisi localement. Les ASUFOR constituent le volet gagnant de la réforme. Elles deviennent aujourd’hui petit à petit la norme. La maintenance reste aux mains de la DEM bien qu’elle n’ait pas les moyens de faire face à l’accroissement constant du parc des forages. La SPEPA, qui devait apporter un certain nombre de réponses ainsi que l’harmonisation des procédures, demeure, à la manière d’une épée de Damoclès, en suspens. Le secteur est structuré par une réforme à « mi-parcours » qui a créé sur le territoire une situation juridique et administrative floue et hétérogène.

Notes

1 Ndox ak dundu ñoo and en wolof. Cité en référence au Coran. Voir Faruqui, Biswas et Bino (2003). Toutes les transcriptions du wolof ont été réalisées selon les conventions orthographiques du dictionnaire wolof-français et français-wolof de Jean-Léopold Diouf (2003).

2 « Chef de village » en wolof.

3 « Le terme céane […] passé dans le français du Sénégal, provient du terme wolof seyan. Celui-ci désigne des puits provisoires, non étayés et non équipés de système d’exhaure, creusés dans le lit d’un cours d’eau temporairement asséché, ou à tout endroit où une nappe d’eau souterraine est très proche de la surface du sol. Ces trous ne sont donc pas très profonds (généralement pas plus de quatre ou cinq mètres). À la saison des pluies, ils sont rebouchés, par les crues des cours d’eau ou par la pluie lors de l’hivernage. » (Repussard 2011, p. 86)

4 Babacar Bâ a été ministre des Finances et des Affaires économiques entre avril 1971 et février 1977. En 1978, il occupe durant quelques mois la charge de ministre des Affaires étrangères. Il est remplacé par un autre ressortissant de la région, Mustapha Niasse.

5 Le terme « l’Hydraulique » sera utilisé ici pour désigner exclusivement les agents de l’État en charge de la maintenance des infrastructures hydrauliques.

6 Le carré est une parcelle qui regroupe les membres d’une même famille, en général sous l’autorité du chef de famille, l’homme le plus âgé (Bouquillion-Vaugelade, Vignac-Buttin et Lacombe 1970 ; Diop 1985). Aujourd’hui, il arrive souvent que des étrangers à la famille louent une chambre dans un carré.

7 Le président touche mensuellement 15 000 francs CFA et le trésorier avec qui il travaille la somme de 10 000 francs CFA. D’autres individus sont également salariés. Les gardiens des cuves gagnent 6000 francs CFA par mois. Le comité de gestion assume également le salaire du conducteur, auparavant pris en charge par l’État. Vers la fin du mandat de Landry Sène, le conducteur touche mensuellement 40 000 francs CFA.

8 Lettre du conducteur du forage au chef de service régional des forages de Kaolack, Sarakoundé, le 1er août 1988. Archives de la Brigade des puits et forages de Kaolack.

9 Rapport du conducteur du forage au service régional des forages de Kaolack, Sarakoundé, le 1er octobre 1988. Archives de la Brigade des puits et forages de Kaolack.

10 Procès-verbal de l’Assemblée générale de Sarakoundé. Sarakoundé, 6 juin 1992. Archives de la sous-préfecture de Sarakoundé.

11 Courrier du comité de gestion du forage de Sarakoundé au sous-préfet de l’arrondissement de Sarakoundé. Sarakoundé, le 27 juin 2000. Archives de la sous-préfecture de Sarakoundé.

12 Courrier du gouverneur de la région de Kaolack au préfet du département de Kaolack. Kaolack, date effacée. Archives de la sous-préfecture de Sarakoundé.

13 Courrier du sous-préfet de l’arrondissement de Sarakoundé au préfet du département de Kaolack. Sarakoundé, le 6 février 2002. Archives de la sous-préfecture de l’arrondissement de Sarakoundé.

14 Mustapha Faye fait ici allusion aux élections présidentielles de 2012.

15 Léopold Sédar Senghor a été président du Sénégal entre 1960 et 1980.

16 « La méthode inventée consistait à poser un cercle de fer faisant office de gabarit sur le sol, et de creuser à l’intérieur. Le cercle métallique descend à mesure que les puisatiers s’enfoncent, et permet ainsi de garder un diamètre constant. Les parois sont cimentées au fur et à mesure de la descente, et on ne pose une partie métallique que lorsqu’on atteint la nappe d’eau. Cette méthode permettait de réaliser des puits nécessitant peu d’entretien, et durant plus longtemps que les puits « traditionnels ». Cette méthode était surtout peu gourmande en ressources humaines qualifiées et en matériel, et donc facilement diffusable à l’ensemble de la colonie. » (Repussard 2011, p. 87)

17 Les SIP sont mises en place dès 1907 par le pouvoir colonial. À travers le crédit qu’elles fournissent aux producteurs locaux d’arachides, ces sociétés doivent jouer le rôle de mutuelle sociale contre les catastrophes naturelles.

18 Pour une généalogie du « droit à l’eau » dans la communauté internationale voir Aubriot (2007).

19 Assemblée générale des Nations unies, Proclamation de la Décennie internationale pour l’eau potable et l’assainissement. 55e assemblée plénière, New York, 10 novembre 1980.

20 Déclaration de Dublin sur l’eau dans la perspective d’un développement durable. Dublin, janvier 1992.

21 Principe n°4 de la Déclaration de Dublin : « L’eau, utilisée à de multiples fins, a une valeur économique et devrait donc être reconnue comme un bien économique. »

22 Principe n°2 de la Déclaration de Dublin : « La gestion et la mise en valeur des ressources eau doivent associer usagers, planificateurs, et décideurs de tous les échelons. »

23 Principe n°3 de la Déclaration de Dublin : « Les femmes jouent un rôle essentiel dans l’approvisionnement, la gestion et la préservation de l’eau. »

24 Circulaire interministérielle du 1er janvier 1984 portant sur la création et la généralisation des comités de gestion de forages hydrauliques en milieu rural.

25 Le département a remplacé le cercle dans le découpage territorial après l’indépendance. Sur le découpage territorial durant l’ère coloniale voir Diop (2006, p. 39-57).

26 La SONES est alors la société gestionnaire du service d’hydraulique dans les zones urbaines.

27 Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide au développement. Forum à haut niveau. Paris, 28 février – 2 mars 2005.

28 « Les pays partenaires exercent une réelle maîtrise sur leurs politiques et stratégies de développement et assurent la coordination de l’action à l’appui du développement. » (2005, p. 4)

29 « Les donneurs font reposer l’ensemble de leur soutien sur les stratégies nationales de développement, les institutions et les procédures des pays partenaires. » (2005, p. 4)

30 « Les actions des donneurs sont mieux harmonisées et plus transparentes, et permettent une plus grande efficacité collective. » (2005, p. 7)

31 « La gestion axée sur les résultats : gérer les ressources et améliorer le processus de décision en vue d’obtenir des résultats. » (2005, p. 9)

32 http://www.imf.org

33 Déclaration du millénaire de l’Organisation des Nations unies, Résolution adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies, 8e séance plénière, New York, 8 septembre 2000.

34 1) Éliminer l’extrême pauvreté et la faim. 2) Assurer l’éducation primaire pour tous. 3) Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes. 4) Réduire la mortalité des enfants de moins de cinq ans. 5) Améliorer la santé maternelle. 6) Combattre le VIH / Sida, le paludisme et d’autres maladies. 7) Assurer un environnement durable. 8) Mettre en place un partenariat mondial pour le développement.

35 Le numéro 96 de Politique africaine fait le bilan en 2004. En 2013, Momar-Coumba Diop dirige une anthologie de recherches sur les années Wade.

36 Le « full cost recovery » constitue un principe selon lequel l’ensemble des coûts d’investissement doit être couvert par les usagers et où l’ensemble des prestations correspond alors au prix du marché.

37 Déclaration ministérielle sur la sécurité de l’eau au xxie siècle. La Haye, mars 2000.

38 La SONES a pour but la gestion du patrimoine de l’hydraulique urbaine, son principal actionnaire est l’État du Sénégal. La Sénégalaise des eaux (SDE) est une société privée qui, par le biais d’un contrat d’affermage avec l’État du Sénégal, est chargée de l’exploitation du service d’eau dans les principales villes du pays depuis 1996. Le redécoupage administratif étant quasi constant au Sénégal, une localité rurale peut devenir commune tout en gardant les dispositions propres au secteur hydraulique rural. La définition urbain/rural qui en résulte est par conséquent circonstancielle et floue. Pour deux localités ayant la même densité démographique, l’une peut être passée au régime urbain tandis que l’autre reste sous le régime rural.

39 Recoupant les actuelles régions de Fatick, Diourbel, Kaolack et Kaffrine.

40 La maintenance préventive doit être réalisée régulièrement afin d’éviter des situations préjudiciables pour le forage. La maintenance curative intervient lors d’une panne des installations.

41 Arrêté ministériel n005612 du 20 mai 1997 portant sur la création des ASUFOR.

42 Ou le maire et le gouverneur dans le cas des communes qui n’ont pas encore été concédées à la SDE, comme c’est le cas pour la commune de Penedaly.

43 Voir également Water Sanitation Program (2010). Bilan sur sept pays africains. Délégation de gestion du service d’eau en milieu rural et semi urbain (Note de terrain).

44 Loi dite « SPEPA » n°2008-59 du 24 septembre 2008 portant sur l’organisation du service public de l’eau potable et de l’assainissement collectif des eaux usées domestiques.

45 Les compétences transférées sont les suivantes : éducation, santé, environnement, urbanisme et habitat, culture, jeunesse, sports et loisirs, planification et gestion du domaine. Voir Diop (2006).

46 Office en théorie régi par les dispositions de la loi n90-07 du 26 juin 1990 relative à l’organisation et au contrôle des entreprises du secteur parapublic et au contrôle des personnes morales de droit privé bénéficiant du concours financier de la puissance publique.

47 Le WSP est un programme administré par la Banque mondiale (www.wsp.org).

48 Voir les rapports des Revues annuelles conjointes sur le portail du PEPAM, www.pepam.gouv.sn.

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search