Version classiqueVersion mobile

L’État sourcier

 | 
Veronica Gomez-Temesio

Remerciements

Texte intégral

1Le présent ouvrage constitue la version remaniée d’une thèse réalisée à l’École des hautes études en sciences sociales sous la direction de Giorgio Blundo. Giorgio m’offrit une opportunité unique lorsqu’il me lança en 2009 sur la piste des forages du Sénégal. J’ai pu ainsi rencontrer, puis travailler avec Daouda Diallo qui l’avait assisté dans ses propres recherches de terrain. Au cours de notre collaboration, Daouda m’a aidée à entrer véritablement – au sens propre comme au sens figuré – dans mes enquêtes kaolackoises. Le terrain tant géographique qu’intellectuel que j’ai partagé avec Giorgio entre 2009 et 2014 me permit ainsi de me construire en tant qu’anthropologue. Je lui dois encore le titre de cet ouvrage, L’État sourcier, précieux cadeau qui scella la fin de notre travail ensemble. Il est donc le premier que je souhaite remercier ici.

2Cette recherche a bénéficié du support financier et logistique de l’Africa Power and Politics Program entre 2009 et 2012. Je remercie particulièrement David Booth ainsi que Sonia Sezille pour leur soutien au long de ces trois années. Une partie de l’écriture de cette recherche a été rendue possible en 2013 grâce à une bourse du Service de la scolarité de l’EHESS. Entre 2015 et 2017, la rédaction de cet ouvrage a également bénéficié du soutien financier du programme de recherche européen Horizon 2020 (bourse 66092 REACTION) ainsi que de celui du Conseil européen de la recherche (bourse State Formation Through the Local Production of Property and Citizenship (Ares (2015)2785650 – ERC-2014-AdG – 662770-Local State).

3Je remercie également Richard Vinuesa et Lydie Perrin du Centre Norbert Elias à Marseille pour leur soutien lors de mes différents terrains. Merci aussi à Anne Simon et Mbaye Diop de la Délégation de l’union européenne à Dakar pour leur précieux appui lors de mon mandat de consultante.

4En 2010, j’ai eu la chance de participer à l’Université d’été du Lasdel à Niamey et d’y faire la connaissance de Christian Lund. Son amitié bienveillante, son humour, et ses immenses qualités de chercheur ont nourri mes recherches à chaque étape. Grâce à Christian, j’ai pu commencer à écrire cet ouvrage – sous forme de manuscrit de thèse – en 2013 lors d’une résidence d’écriture à Copenhague, puis finir d’en faire un livre dans la même ville en 2017. Merci à lui pour son appui sans lequel ce livre n’aurait pu voir le jour.

5Mes remerciements vont également aux membres de mon jury de thèse – que Christian Lund présida en 2014 – et dont les commentaires et les encouragements ont été décisifs pour la rédaction du présent ouvrage  : Laetitia Atlani-Duault, Jacky Bouju et José-Maria Muñoz.

6Frédéric Le Marcis m’a convaincue, en 2016, de revenir à mon manuscrit de thèse pour en faire un livre. Merci à lui pour son enthousiasme si généreux grâce auquel j’ai franchi le pas.

7Qu’il me soit également permis de remercier le compagnonnage intellectuel et chaleureux de Diane Duclos. Son intelligence, son amitié et son optimisme à toute épreuve ont été essentiels depuis le début de cette aventure.

8Entre 2009 et 2012, le Sénégal est devenu ma seconde maison et reste aujourd’hui un endroit de cœur. Merci à ceux qui ont rendu mes enquêtes de terrain tout simplement possibles. Dans les différentes localités de Kaolack, mes recherches auprès des comités d’usagers n’auraient pu aboutir sans l’amitié et le support de nombreuses personnes. Merci à tous ceux qui m’ont confié leurs mots, leurs idées, leurs sentiments et m’ont donné de leur temps. Merci également aux agents de la Direction de l’exploitation et de la maintenance pour m’avoir ouvert les portes de leur service. Grâce à eux j’ai développé une compétence technique que je n’aurais jamais espéré avoir : conduire une grue ! Ils m’ont acceptée comme une sœur parmi eux et je garde encore un souvenir puissant de nos nuits auprès des forages. Merci également à Souleymane Thiam qui m’a assistée dans certaines de mes enquêtes. Merci à Aranzazu Mancho pour son amitié et son soutien logistique à Kaolack. Ndeye Dieumbe Diagne m’a ouvert les portes de sa maison dès notre première rencontre. Son affection et celle de sa famille – Mama Tabou, Parker, Ibou, Jules, Khady, Amy, Ousmane, Idy, Pape, Maïmouna, Wahab, Aïda et les autres – ont été essentielles à la réussite de mes différents séjours à Kaolack. Les travailleuses de l’APROFES m’ont permis de séjourner régulièrement dans leurs locaux. Merci à elles et à leur directrice, la grande et vaillante Binta Sarr. Merci également à Idrissa Sarr et Yoro Bâ pour leur aide et leur amitié que je n’oublierai pas. Abdoulaye Hane m’a rencontrée avant de décéder brutalement. Je n’ai pas eu le temps de le remercier de vive voix et le fait ici : merci pour le moment partagé et la confiance accordée.

9De nombreux chercheurs, collègues et amis ont contribué par leurs remarques, leur lecture et leur soutien à l’aboutissement du présent ouvrage. Merci particulièrement à Sidy Cissokho, Clément Repussard, Sten Hagberg, Philippe Lavigne-Delville, Pierre-Joseph Laurent, Rian Snijders, Hossam Adly, Julie Perrin, Martin Rosenfeld, Cécile Livenais, Mélanie Fivaz, Lorraine Hauenstein, Gabrielle Cottier, Simone Carboni, Zoé Seiler, Julie Hyvert, Émilie Ramillien, Michael Balavoine, Muriel Côte, Jesse Ribot, Hannah Elliott et Pauline Jarroux.

10J’ai accumulé au cours des dernières années des dettes incommensurables auprès de ma mère, Cristina Gomez. Sans son soutien inconditionnel, ce projet n’aurait jamais pu être. Mon père, Cacho Gomez, n’a pas pu vivre assez loin pour me voir écrire ces lignes : cependant, elles sont habitées par lui. Il a traversé la vie pétri d’un enthousiasme intellectuel qui se manifestait par ce que nous appelions, en famille, des « obsessions quinquennales » pour des sujets aussi variés que la civilisation aztèque, la Seconde Guerre mondiale ou les rapaces d’Europe continentale. Au moment de publier mon propre premier plan quinquennal – les forages du Sénégal – je le remercie d’avoir insufflé en moi l’envie de « chercher à connaître » dès l’enfance.

11Les forages et la vie académique ont pris énormément de temps dans ma vie durant ces dernières années. Bruno Charbonnaz ne s’en est jamais formalisé. Bien au contraire. Sa foi inébranlable en l’aboutissement de ce long voyage m’a tout simplement donné le souffle et la force. Compagnon et père formidable, au moment où je clôture ces lignes, il fait découvrir Copenhague à notre fils Joschka. Merci à eux deux pour le temps pris et l’amour donné. Cet ouvrage est aussi le leur : il leur est tout simplement dédié.

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search