Version classiqueVersion mobile

Vulnérables ou dangereux ?

 | 
Yannis Gansel

Annexes

Texte intégral

Annexe 1 : méthodologie généalogique

1Deux corpus documentaires initiaux, l’un sur les adolescents difficiles et l’autre sur leur traitement, ont été établis à partir du moteur de recherche bibliographique Scopus. Cette base de données, produite par l’éditeur Elsevier, recense la littérature scientifique (sciences de la nature, médecine, psychologie, sciences sociales) ainsi qu’une partie des productions professionnelles et des communications orales, mais exclut les écrits littéraires, artistiques ou journalistiques.

2Ce corpus initial limité (39 items pour les traitements, douze pour la catégorie) a été complété et enrichi par réticulation, dans trois dimensions. Premièrement, il a été étendu en suivant le réseau des citations, en amont et en aval de ces textes. Deuxièmement, le corpus a été complété en suivant la dimension des institutions et de leur littérature « grise », non publiée, par un travail d’archives dans diverses institutions publiques. Troisièmement, le réseau de documents s’est étendu en suivant la dimension des auteurs. Des écrits non publiés, des interviews filmées et des textes biographiques les concernant ont été collectés.

  • 1 Didier Fassin et Richard Rechtman, L’empire du traumatisme enquête sur la condition de victime, p. (...)

3L’ensemble a abouti à une collection documentaire aux contours plus flous que les deux corpus initiaux mais également plus vaste, constituée de 91 documents, et suivant une réticulation solide permettant de décrire une « double généalogie »1, attentive à la fois à la formation de conceptions théoriques et à leur succès pratique.

Annexe 2 : méthodologie ethnographique

4L’enquête de terrain repose sur une ethnographie de type monographie, produisant deux types de données. D’une part, j’ai conduit une « participation observante » (ibid., p. 24) de l’activité d’un réseau pour adolescents difficiles, le RIAD (réseau interinstitutionnel pour adolescents en difficultés). Sur le plan chronologique, j’ai participé au réseau depuis fin 2008 et jusqu’à fin 2015. Au moment de commencer l’enquête, je suis inscrit depuis plusieurs années déjà dans des liens de sociabilité professionnelle ou personnelle avec plusieurs acteurs du terrain, l’intégration de l’interconnaissance dépassant ici la durée de l’enquête. J’ai observé 23 réunions d’avril 2009 à décembre 2011 et j’ai noté en détail l’analyse faite de 27 situations d’adolescents. Je suis revenu de manière plus irrégulière entre septembre 2011 et février 2014. Entre 2013 et 2015, j’ai réalisé une « restitution », ou plutôt une évaluation continue de la recherche, à différentes occasions lors de réunions de bilan du réseau. Les verbatim issus des observations ont été écrits à partir d’une prise de note réalisée le plus souvent à chaud, au cours des séances. Ces notes ont été ensuite lissées pour les rendre plus facilement lisibles. D’autre part, j’ai réalisé 15 entretiens ethnographiques approfondis, intégralement retranscrits, sur les parcours professionnels des acteurs. Pour compléter ces données, j’ai collecté des documents produits par les institutions du réseau (rapports d’activité, fiches descriptives et programmatiques à visée interne ou publique).

5L’anonymisation repose essentiellement sur le remplacement des noms propres par des pseudonymes. Concernant les personnes, l’option choisie est décrite en début d’ouvrage. Les récits des professionnels n’ont pas été modifiés, la teneur des entretiens n’étant pas suffisamment biographique pour compromettre l’anonymat. Des précautions supplémentaires ont été prises concernant les lieux, car leur identification permet le plus souvent celle des acteurs. Les institutions où ils travaillent, de même que les localisations qu’ils désignent ont été également rendues anonymes en modifiant leur nom lorsqu’ils en avaient un (par exemple : La Bellegarde, la Villa, le quartier des Jonquilles). De plus, la description de l’aire géographique où se déroule l’enquête a également été partiellement modifiée. Enfin, les références de quelques documents intégrés dans l’analyse généalogique ont été altérées pour les mêmes raisons.

Notes

1 Didier Fassin et Richard Rechtman, L’empire du traumatisme enquête sur la condition de victime, p. 43.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search