Version classiqueVersion mobile

Vulnérables ou dangereux ?

 | 
Yannis Gansel

Conclusion

Texte intégral

1Comment une catégorie clinique issue de la psychiatrie psychanalytique des années 1970 et des réformes contemporaines de l’institution totale peut-elle rester d’une actualité brûlante près de 40 ans plus tard ? Dans un paysage institutionnel dominé par le management chiffré et le rationnement de l’action publique, par les avancées neuroscientifiques et l’autonomie des usagers, cette catégorie, ambiguë sur la nature d’un trouble et soulignant son origine carentielle et familiale, a tout pour paraître désuète. Cet anachronisme condense en fait la préoccupation que j’avais ferrée au début de ce travail puis laissée filer au cours de l’enquête : saisir les conditions d’une extension de la clinique et ainsi mieux comprendre les délimitations de la santé mentale. En refermant ce livre, une image vient alors : la construction d’une extension sur un pavillon enclavé dans un quartier de banlieue densément peuplé. L’enquête menée ici s’est attachée, à partir du cas particulier des adolescents difficiles, à décrire tout à la fois comment cette extension tient debout et comment elle est habitée par des acteurs sociaux. Et, cela va de soi avec une maison, dire qu’elle est construite ne revient pas à dire qu’elle est fictive… Plutôt que la conquête d’un territoire par les cliniciens, c’est en effet la définition d’un nouveau territoire, borderline pourrait-on dire, la construction d’une extension structurée par les savoirs que j’ai décrits.

2Lorsqu’ils émergent sous la plume de leurs premiers découvreurs en 1965, les adolescents difficiles s’inscrivent dans certaines continuités : celle qui, depuis près de deux siècles, fait de l’adolescence une étape de la vie définie par les savoirs médicaux ; celle qui, avec l’enfance anormale au milieu du xixe siècle, assure la double extension, médico-légale et médico-pédagogique, de l’aliénisme. Mais cette nouvelle catégorie clinique, reléguant celle d’enfance inadaptée, instaure également une rupture. Elle illustre la place prépondérante que la psychanalyse prend alors en France parmi les disciplines de l’adolescence. À partir des années 1950, les psychologues et psychiatres de formation analytique investissent les institutions pour la jeunesse, en particulier la justice des mineurs et la psychiatrie. Leur succès et l’imposition de leur nouvelle juridiction reposent sur leur capacité à reprendre la critique de l’enfermement tout en assumant une forme de défense sociale. La protection de la société ne passe dès lors plus par la réclusion ou la relégation de pans plus ou moins larges de la population, mais par le repérage, la prévention et la réhabilitation d’individus dangereux. C’est en effet un savoir clinique très personnalisé, mais également en deçà du crime et de la maladie, que propose la catégorie des adolescents difficiles. La rupture, pour ne pas dire l’innovation, repose ici sur ces trois points : la prédominance du savoir clinique sur d’autres savoirs (en particulier pédagogiques) en matière de déviance, la personnalisation, qui remplace l’enfance inadaptée (générique) par les adolescents difficiles (somme d’individus), l’abaissement du seuil des interventions (fixé sur une souffrance non pathologique). Cette catégorie clinique permet alors de désigner une population résiduelle produite à la fois par la spécialisation en secteurs (pédagogique, judiciaire, sanitaire et éducatif) et par la dénonciation de l’institution totale et la déconstruction des espaces asilaires. En réformant les lieux d’enfermement disciplinaire, l’action publique se trouve en tension entre l’usage de plus en plus problématique de la contrainte et les discontinuités de l’intervention institutionnelle, signifiant l’abandon de sujets vulnérables et la relaxe d’individus dangereux. Ce dilemme rappelle, mais peut-être un peu tard, que l’asile est à la fois le lieu sinistre de la relégation dépersonnalisante et déshumanisante, et celui d’un accueil inconditionnel et humaniste, supposant l’universalité de l’humaine condition même dans ses formes les plus inquiétantes et étranges.

3Au tournant des années 2000, les adolescents difficiles connaissent un usage ubiquitaire, à la fois objet de politiques publiques, d’actions institutionnelles et de savoirs professionnels spécialisés. Cette actualité nouvelle survient alors que les conditions du traitement public des déviances juvéniles se modifient. Imbibées par l’autonomie des usagers, érodées par les nouvelles politiques de la souffrance et de la vulnérabilité, les frontières entre institutions deviennent alors poreuses. Entre la fin des années 1960 et les années 2000, les conditions de production de la marge évoluent considérablement, mais la catégorie qui sert à la désigner reste remarquablement stable. Ce sont les conceptions sur la contenance qui, en faisant le grand écart, autorisent cette stabilité. Fondant le postulat thérapeutique pour les adolescents difficiles, elles subissent un infléchissement de sens, les faisant passer d’une disposition interne dans les années 1960 à un dispositif physique à la fin des années 2000. À l’issue de cet infléchissement, ces conceptions produisent un champ sémantique aux frontières floues qui légitime des montages institutionnels hybrides et interprofessionnels, s’agrégeant autour de la psychiatrie ou plutôt autour d’une santé mentale de l’adolescent.

4À l’échelle du terrain, les adolescents difficiles sont un problème public, c’est-à-dire qu’ils représentent une problématisation et une publicisation faites par les institutions sur leur marge, sur le produit résiduel de leur activité et sur l’inadéquation de leurs interventions. Pour répondre à l’impératif de coordination et de transversalité, la définition clinique des adolescents difficiles organise, avec une force remarquable, un consensus entre professionnels. Dans son usage pratique, cette catégorie recourt à l’expertise clinique sur la subjectivité, s’inspirant de la psychanalyse tout en se distanciant de la nosographie psychiatrique en tant que savoir professionnel. Cette distanciation l’ouvre à l’appropriation extra-professionnelle et lui offre un tropisme interinstitutionnel fécond. Aux frontières professionnelles explicites, elle substitue une distinction pratique entre professionnels de première ligne mettant en œuvre une action et professionnels de seconde ligne prenant une décision. Les acteurs, en s’imprégnant de la notion de souffrance, se représentent dans une symétrie avec les adolescents. Ces derniers sont construits tout à la fois comme vulnérables et dangereux. Si les professionnels ont une attention constante à protéger les adolescents de leur stigmatisation comme des individus dangereux, ethniquement minorés, il leur faut aussi les réinscrire, les réaffilier comme cibles de l’action publique par une assignation minimale. La place donnée à l’intime et au corps sert de ligne de crête entre des profils de traitement institutionnel très fortement genrés auxquels les adolescents sont assignés.

5Le traitement clinique des adolescents difficiles par le réseau réalise une personnalisation extrême, reposant sur un récit anamnestique très serré, où la continuité biographique vient colmater les brèches topographiques. À l’incertitude sur le lieu de traitement concret de l’adolescent, le travail de réseau substitue une continuité de connaissance du parcours et une cohérence du sens singulier et subjectif des comportements. S’associent alors des mesures hétérogènes de soin et de contrôle, de protection et de contrainte pour construire un projet très personnalisé. Appréhendée de manière phénoménologique, cette association incite à concevoir le care et son travail inhérent d’enquête tout à la fois comme bienveillance et comme surveillance.

6L’adolescence est un âge de la vie transitoire, éphémère et une période de grande vulnérabilité individuelle et sociale. En délimitant une population interstitielle et marginale des institutions, en la repérant par un trouble de nature ambiguë, tout à la fois collectif des professionnels et individuel du jeune sujet, la catégorie clinique des adolescents difficiles performe un souci des adolescents. Ses effets contrastés, discutables, sont parfois à l’origine de conflits insolubles entre les acteurs du terrain. D’un côté, cette clinique produit une tautologie du trouble qui la rend coercitive et extensive. Elle imprime l’expérience des professionnels, imposant son magistère contraignant. Elle conduit à l’impossibilité de penser la relativité sociale et politique de la violence, alors même que le réseau concerné traite une population homogène, issue de familles pauvres et migrantes. Elle ne permet pas de penser le malaise des acteurs comme relevant d’épreuves éthiques et sociales de la professionnalité. La clinique, oscillant entre traitement individuel de personnes à problèmes et réponse collective des institutions, conditionne une faible politisation du problème des adolescents difficiles. Celle-ci rentre en résonance avec la faiblesse (au sens de la pauvreté de moyens et du manque de coordination) des politiques locales de la jeunesse.

7D’un autre côté, cette clinique des adolescents difficiles ouvre à une créativité. Elle permet aux professionnels de repérer, rendre public et solutionner un problème émergeant : les incertitudes nouvelles traversant les modes de traitements contemporains des déviances juvéniles. En réassignant l’adolescent dans un sens de l’activité, en coordonnant sans les indifférencier les lieux de l’action publique, en réalisant une personnalisation biographique du traitement ainsi que par la force de consensus qu’elle déploie, la clinique permet de résoudre le dilemme entre vulnérabilité et dangerosité, entre autonomie et protection, entre soin et contrôle. Elle redéfinit en tâche noble le sale boulot de traiter un résidu. Ce sont ces facteurs intrinsèques et extrinsèques qui déterminent l’ubiquité d’une catégorie clinique et son succès à travers le souci qu’elle décrit et qu’elle définit. Ce souci des adolescents difficiles, autant affect éprouvé qu’attitude tournée vers le care, constitue une modalité contemporaine de l’action publique et une déclinaison concrète de la santé mentale.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search