Version classiqueVersion mobile

Vulnérables ou dangereux ?

 | 
Yannis Gansel

Partie 2. Enquête ethnographique

Chapitre 6

Le magistère de la clinique, au-delà des frontières professionnelles

Texte intégral

Quand l’expertise surplombante du psychiatre tombe

  • 1 Observations du 10 septembre 2012.

1La situation du jeune Sofian, âgé de 13 ans, est présentée au réseau inter-institutionnel pour adolescents difficiles par l’éducatrice de l’ASE en charge du dossier1. Elle est accompagnée par sa responsable enfance, qui reste en retrait durant toute la réunion. Aucun des partenaires (psychiatre du CMP, éducateur de la PJJ, responsables de l’ITEP) ne les accompagne, ce que regrette l’assemblée et en particulier Ghislaine Poncet. Sofian réside depuis six mois environ chez sa mère alors que le juge a ordonné le maintien d’une mesure de placement. Huit mois plutôt, Sofian a été mis en examen pour des faits qualifiés de « viol » (« c’est le mot qui a été mis par le tribunal » précise son éducatrice) sur un autre pensionnaire de son foyer d’hébergement éducatif.

2L’éducatrice de l’ASE formule clairement le problème que lui pose le cas de Sofian : à la suite de sa mise en examen, le juge a demandé une expertise pour Sofian (expertise dont la compétence psychiatrique est, comme celle des soins plus loin, implicite durant toute la séance). D’après l’éducatrice, qui précise ne pas l’avoir lue elle-même, l’expert conclut à la nécessité conjointe d’une séparation entre Sofian et sa mère et d’une poursuite des soins psychiatriques. Elle souligne le caractère incompatible de ces deux impératifs : le CMP qui le suit se trouvant sur le secteur géographique d’habitation de la mère, elle ne peut pas trouver une structure de placement éloignée tout en maintenant les soins en cours. « Faut-il travailler à partir de chez la mère en proximité ou, comme le dit l’expert, faire une séparation par rapport à la mère ? » se demande-t-elle. Alain Nogent commente les « difficultés » de Sofian, depuis sa position de directeur d’établissement éducatif : « il faut voir la complexité pour les directeurs d’établissement. Il y a des temps d’intimité, où les éducateurs ne sont pas toujours le nez sur le jeune ».

3Alors que la dangerosité commence ainsi à se formuler, une intervention du docteur Boissier tranche l’incertitude des professionnels. « Est-ce une psychose ? Un pervers ? demande-t-il. Ça change tout… est-ce que ça va plutôt être un acte isolé ? La répétition ne s’envisage pas du tout de la même façon ». L’éducatrice de l’ASE précise que l’expert a diagnostiqué une psychose infantile. « Il faut privilégier le lieu de soin, alors » répond Rémy Boissier. Dès lors, l’indécision entre éloignement et maintien des soins est tranchée : le réseau oriente sa discussion vers la seconde proposition et le placement devient secondaire puis optionnel. La suite de la discussion permet l’élaboration d’une réponse à la dangerosité de Sofian, qui était jusque-là hors des limites de toute organisation du fait de l’absence de mise en œuvre de son placement. Alors que le collectif en foyer est repéré comme lieu d’une possible récidive de Sofian, estimé coupable (bien que juridiquement présumé innocent) d’une conduite sexuelle répréhensible, à aucun moment la présence d’un petit frère de quatre ans au domicile familial n’attire l’attention sur un tel risque. D’une part, la psychiatrie assurera des soins, adaptés à l’état individuel de Sofian et rendus possibles par la reconnaissance de son acte, témoignant d’une possibilité d’intériorisation du contrôle. D’autre part, un suivi éducatif intensif offrira un soutien mais également une surveillance de Sofian, qui restera hébergé chez sa mère alors qu’une mesure de placement est ordonnée.

4L’ironie dont font fréquemment usage les participants du RIAD, tout comme l’expertise de Rémy Boissier dans cette situation, laissent penser, à première vue, que les psychiatres seraient en position très asymétrique de domination. L’autorité psychiatrique serait naturellement liée au capital symbolique de ses acteurs, à la pertinence de leurs savoirs cliniques et à leur capacité de catégorisation. Ce serait donc cette asymétrie, renforcée par l’absence des magistrats, qui donnerait autorité aux psychiatres pour lever l’incertitude des autres professionnels. Pourtant, une analyse plus fine vient nuancer cette perception naïve d’une expertise clinique en surplomb et laisse entrevoir des mécanismes plus complexes que la seule psychiatrisation.

L’implication : être en seconde ou en première ligne

  • 2 En reprenant le sens classique de cette notion chez Bourdieu (Raisons pratiques : sur la théorie d (...)

5Le problème de l’implication représente une première fissure dans cette analyse en termes de domination et de psychiatrisation. Nous l’avons vu, deux mécanismes de légitimation apparaissent dans les récits de parcours des membres permanents. Soit ils s’appuient plus ou moins fortement sur leur parenté avec les adolescents (c’est le cas de Karim Amzaoui, Charles Giraud et Marc Favier et dans une moindre mesure Gabrielle Dumont), soit ils mettent en avant leurs compétences intellectuelle et éthique (pour Nicole Ivernois, Rémy Boissier et Bénédicte Cristin). À première vue, il semble plutôt que ce soit le capital symbolique2 des acteurs sur cette scène sociale particulière qui oriente leur discours : les professionnels les plus dominants (psychiatre chef de service, cadres administratives présidant le RIAD) se distinguent des subalternes (psychiatre non chef de service, responsable éducatif). Pourtant ces discours sont variables selon la proximité de leur auteur avec les adolescents. Par exemple, à l’internat de l’hôpital psychiatrique, en présence de ses pairs professionnels et dans des interactions plus informelles, Rémy tient un discours bien plus orienté sur sa propre vulnérabilité et sur sa parenté avec les adolescents qu’il soigne. À l’inverse, chez les travailleurs sociaux, cette référence à la parenté avec les usagers témoigne d’une forme d’incorporation profonde du langage de la clinique, issu de la psychiatrie institutionnelle, contestant les distinctions établies par l’asile au profit de la communauté thérapeutique. Ces conceptions des liens de proximité voire de symétrie entre usagers et professionnels, les seconds « rejouant » les difficultés des premiers, servent donc de grammaire au récit des acteurs du réseau au-delà de leurs frontières professionnelles explicites.

  • 3 Observation du 27 juin 2011.

6Ainsi, ces lignes de distinction a priori entre cliniciens et travailleurs sociaux se voient bousculées lorsqu’un des membres permanents propose (ou se voit proposé) une intervention directe dans la prise en charge. Cette situation engendre un certain malaise, qui se formule le plus souvent de manière humoristique. Jouant de sa naïveté et peu habitué aux réunions du réseau, un travailleur social d’un foyer venant suppléer son directeur comme membre permanent provoque les rires des participants lorsqu’il affirme : « mon directeur ne m’a pas dit : vas-y mais ne ramène pas de gamins »3. Le sujet est en effet quelque peu tabou : les établissements viennent participer au réseau mais craignent de « se faire refiler le jeune », c’est-à-dire de se voir contraints, en particulier par la hiérarchie implicite de Mme Poncet, de s’impliquer directement dans la prise en charge. Marc Favier dénonce cette attitude des directeurs venant « faire leur marché » au RIAD. Karim Amzaoui est lui aussi outré par les attitudes d’évitement de cette contrainte chez ses pairs : « On est des professionnels ! Et ceux qui viennent présenter sont aussi des professionnels. […] Et puis, sur sept associations, on va forcément l’avoir, le jeune ». À sa façon, Karim formule cette contrainte non pas en termes hiérarchiques mais en termes de communauté : le problème de l’adolescent est celui de tous les professionnels, qui sont inscrits dans une interdépendance.

  • 4 Observation du 17 février 2011.

7Ces propos chargés affectivement (humour, colère) révèlent un conflit entre deux positions : analyser et s’impliquer. Ce débat sur l’obligation de se retirer, lié à cette position d’implication, fait suite à une réunion particulièrement houleuse4. Au cours de celle-ci, Rémy Boissier a menacé d’arrêter la prise en charge dans son service du jeune Olivier, dont la situation est alors examinée par le réseau. Les participants se demandent « quel est le rôle des membres permanents. Pour le secteur associatif, est-ce de donner des pistes ou de donner des réponses au nom de son association ? » (Mme Poncet). Quelques semaines plus tard, le réseau aborde pour la première fois l’idée d’un devoir de retrait.

CG : D’insécurité. Alors bon il y avait la jeunesse qui est un peu inconsciente… Il reste que non… Et c’est là qu’on s’aperçoit aussi que des fois, on a traversé des zones, des bidonvilles de cités réputées extrêmement dangereuses, dans lesquelles par parenthèses il ne m’est rien arrivé… En Afrique. Bon des fois, des moments d’insécurité… mais voilà ! Et là on se dit « On n’est pas dans des favelas non plus », mais on a l’impression que la peur est très, très vite présente. […] Un soir je suis allé récupérer un gamin, au temps où j’étais chef de service, le hasard a fait que je suis allé à minuit chercher un gamin aux Jonquilles… Bon, je n’en menais pas trop large. La seule personne que j’ai rencontrée m’a dit « Bonjour » ou « Bonsoir », ce à quoi j’ai répondu…

Marc Favier (en colère) : J’ai entendu « réponse magique », ce n’est pas cela ! Les professionnels n’attendent pas des réponses magiques, mais il faut que le réseau soit plus performant, plus soutenant.

Mme E (une travailleuse sociale de foyer suppléant un directeur) : Moi, c’était la première fois que je venais lors de la réunion du mois de janvier. Franchement, j’ai trouvé ça violent quand le Dr Boissier a dit : « vous arrêtez, moi j’arrête ». Je me vois mal partir et expliquer cela à mon équipe. C’est du chantage, c’est dur, on va pas garder seul ce gamin dont personne ne veut. On peut pas porter seul une situation.

Raphaëlle Maillet : C’était pour être provocateur ce qu’a dit M. Boissier, c’était pour nous mobiliser. Il n’allait pas vraiment arrêter la prise en charge. […]

Ghislaine Poncet : Je suis mal à l’aise, on n’apporte pas un soutien suffisant. Il faudrait imaginer quels partenaires il faut faire venir.

Corinne Derbak-Thomas : J’ai recontacté l’AS de l’ASE pour la situation du mois dernier, elle s’est sentie attaquée par les professionnels du soin.

Gabrielle Dumont : Le problème c’est peut-être d’être membre permanent et d’être impliqué dans la situation. On ne fait pas tiers. On ne devrait peut-être pas faire partie de la réunion si on participe à la prise en charge…

  • 5 De plus il faut noter que ce brouillage concerne plus particulièrement deux membres permanents : l (...)

8La question qui se pose ici est la suivante : un membre permanent peut-il assister à une réunion lorsqu’il est aussi impliqué dans la prise en charge ou bien est-il tenu de se retirer ? À l’exception de Ghislaine Poncet, les membres permanents se trouvent tour à tour dans des positions jugées antagonistes (« être membre du réseau et être impliqué dans la situation présentée ») et cet antagonisme peut être schématisé de la manière suivante. D’une part, une série d’actions ont trait à la décision : analyser, réfléchir, juger (avec les images de « faire tiers », « décaler » ou du « labo »). D’autre part, les acteurs font référence à la mise en œuvre (« être sous pression », « sur le terrain » ou « dans le concret »). Il faut noter que cette question du devoir de retrait ne se pose que dans un sens : on ne doit pas être impliqué pour analyser une situation, par contre on peut être impliqué si on n’analyse pas5. À une ou deux reprises en effet, d’anciens membres permanents sont venus présenter une situation sans que cela ne pose de problème. Pas plus que les frontières professionnelles, les délimitations explicites (membres permanents / ceux qui présentent) ne rendent entièrement compte de ces distinctions entre acteurs.

9Tout comme le devoir de retrait, les registres de légitimation ne suivent donc ni les frontières professionnelles explicites (travailleurs sociaux, magistrats ou psychiatres), ni les distinctions indigènes entre membres permanents et ceux qui présentent, ni les positions de domination a priori (opposant titulaires de diplômes académiques issus de classes sociales favorisées à des éducateurs issus de milieux populaires). Au-delà de ces frontières explicites, les acteurs des réunions se répartissent entre les acteurs de seconde ligne qui prennent une décision et les professionnels de première ligne qui mettent en œuvre une action. Les professionnels de première ligne sont au contact direct de l’adolescent. Il s’agit de ceux qui présentent mais également de ceux qui, au réseau, interviennent ou sont intervenus auprès de l’adolescent dont la situation est traitée. Ceux qui prennent une décision réalisent une évaluation du cas de l’adolescent en fonction de critères normatifs (ce qu’il faut faire ou ne pas faire) et en fonction de valeurs idéales (ce vers quoi il faut tendre). Ils légitiment leur activité par leur compétence intellectuelle (connaître l’adolescence en général) et leur posture éthique (être attentif à une population marginale et vulnérable). Lors des réunions, ceux qui prennent une décision n’ont pas de lien direct avec l’adolescent. Il s’agit des deux animatrices, qui ont une activité presque exclusivement bureaucratique et ne sont pas en contact avec les usagers, ainsi que des chefs de services psychiatriques ou éducatifs lorsqu’ils ne sont pas impliqués eux-mêmes dans le parcours de l’adolescent. C’est donc l’implication qui organise la communauté du réseau interprofessionnel.

10Les acteurs de seconde ligne orientent et tranchent les incertitudes des acteurs de première ligne. Ce rôle est le plus souvent tenu par le Dr Boissier, mais il peut l’être par Mme Poncet, par le Dr Dumont ou encore par Mme Cristin. Pour cette raison, Rémy Boissier apparaît comme une figure d’autorité parmi les membres permanents non pas tant du fait de sa légitimité psychiatrique « naturelle » traitant des catégories médicales indiscutables, ni même de son appartenance à une profession dominante. C’est sa référence à la clinique des adolescents difficiles qui sert ici de moyen discursif pratique pour résoudre un différend ou lever une incertitude. La référence à la réflexivité clinique organise le réseau en profondeur.

Force et contrainte du consensus clinique

11« Je me demande comment je pourrais faire ce travail-là si je n’avais pas quelques connaissances cliniques ». C’est ainsi que Ghislaine Poncet, cadre départementale de l’ASE et pilote principale du RIAD, formule la prévalence de la clinique dans l’abord des adolescents difficiles. Elle fait référence à sa formation en clinique à la faculté de psychologie, suivie alors qu’elle occupe déjà ses fonctions actuelles et après sa formation initiale en institut d’études politiques. Ghislaine conçoit les dispositifs de soutien aux professionnels dans des termes cliniques et les documents programmatiques qu’elle a élaborés et qui sont diffusés par le conseil général annoncent aussi cette référence à un éclairage clinique. La clinique connaît ici deux usages imbriqués qui en font non pas un simple lexique mais un véritable canevas du travail inter-institutionnel : elle sert tout à la fois à traiter les difficultés entre professionnels et analyser les difficultés de l’adolescent.

Évidences de la souffrance

  • 6 Document du réseau : bilan d’activité des années 2000 à 2005.

12Un document programmatique, rédigé en 2005 par le cadre précédant Ghislaine pour préparer la réactivation des réunions du réseau, précise la définition des adolescents en grande difficulté6 : 

Cumulant depuis plusieurs années les abandons, les exclusions, les conduites marginales, ils ne parviennent pas à trouver une place stable et reconnue dans la société et s’installent dans une dialectique rejeté-rejetant qui finit par rendre inopérante toute tentative d’aide. […] Ce sont tous des garçons et des filles dont les familles sont défaillantes, qui ont connu de nombreux placements, qui passent d’un service éducatif à une institution psychiatrique, qui sont en rupture avec l’école, qui sont en échec et qui mettent en échec les adultes chargés de les faire progresser. Tous ceux pour lesquels « on ne sait plus quoi faire » en dépit d’un dossier judiciaire qui s’est régulièrement alourdi au fil des ans.

  • 7 Observation du 16 septembre 2010.

13Cette définition recouvre largement la conception des adolescents difficiles développée depuis la fin des années 1960 : les comportements perturbateurs et déviants (« conduites marginales »), la définition par la réaction de l’entourage en particulier des professionnels (« la dialectique rejetant-rejeté »), l’histoire commune de carence familiale (les familles « défaillantes »), l’exclusion problématique. Une éducatrice venue présenter la situation d’Ouria reprend cette notion d’exclusion pour définir la souffrance de cette jeune fille, qui séjourne depuis plusieurs mois dans son établissement d’urgence (La Bellegarde), faute de place dans un foyer classique7 :

Ouria est une jeune en grande souffrance, qui est à La Bellegarde depuis 8 mois alors qu’elle ne devait y rester que 21 jours et cela la fait souffrir. À son insu, elle est la jeune qui a eu la plus longue durée de séjour depuis la création de La Bellegarde, elle s’en vante mais elle se sent oubliée.

14L’ambiguïté de ces propos sur la nature de la souffrance des professionnels et de la jeune, pour burlesque qu’ils puissent être (la jeune fille s’en vante à son insu), disparaît sous la force du consensus qu’elle véhicule et qui appelle tout naturellement les savoirs cliniques. Tout le monde s’accorde pour dire que le réseau traite « des situations généralement assez catastrophiques à tous les niveaux, avec des familles très en difficulté, des jeunes qui avaient parfois des problèmes de comportement, qui étaient parfois en errance, qui se mettaient en danger » (Julie Philippon, assistante sociale à la MDPH). Ou encore des « jeunes en grande souffrance, avec beaucoup de violence intrafamiliale ou à l’extérieur, c’est pour cela qu’ils sont placés, […] des ados en grande difficulté, abîmés » (Bénédicte Cristin, cadre PJJ), « de jeunes qui sont exclus » (Karim Amzaoui, directeur de foyer). À l’expression « adolescents difficiles », les acteurs substituent parfois une série d’autres termes, recouvrant tous le même contenu : « adolescents très difficiles », « mineurs en difficulté », « en grande souffrance », voire « adolescents limites ». Le docteur Boissier évoque ces synonymes à propos de l’ouverture de son service au cours des années 1990 : « à l’époque, on ne les appelait pas “états limites”, on disait : les abandonniques, les ados difficiles, les ados de foyers, les ados en rupture, les incasables, les cas lourds ». Il insiste sur l’idée d’« adolescents très difficiles mais pas particulièrement malades » et sur la notion de « clivage » de l’adolescent, engendrant des effets sur les professionnels, en particulier des désaccords :

Dans le service, on se sert beaucoup de la question du clivage pour travailler. C’est-à-dire, en acceptant que les adolescents nous clivent et en travaillant sur la possibilité que les adolescents ont de diffracter des choses différentes sur les différentes personnes sans que ça vienne nous mettre à mal. On a des fois des points de vue complètement différents sur les patients, ça nous met des fois à mal… on… on bidouille. Mais il n’y a pas l’idée d’arriver sur un consensus précis, on peut accepter d’avoir des points de vue différents.

15Ainsi la catégorie d’adolescents difficiles et ses différentes déclinaisons réussissent non seulement à réunir les professionnels autour d’une série d’évidences (la carence, l’exclusion, la souffrance) mais également à rendre compte de leurs propres divergences et à les recadrer (à travers l’idée de clivage, de réactions liées à l’adolescent).

« Penser » les difficultés entre professionnels

16Ghislaine Poncet décrit ainsi l’utilité de la clinique :

D’abord, les partenaires du côté du soin, quand ils nous présentent leur évaluation, il me semble que je les comprends mieux parce que j’ai quelques repères. […] C’est intéressant d’avoir quelques références théoriques, ce qui permet de mieux comprendre ce qui se passe pour cet enfant-là. C’est important de repérer ce qui se passe dans un groupe. C’est complètement en lien avec les fondamentaux d’une situation familiale et d’une situation individuelle. [Au cours des réunions] parfois, ça conflictualise entre professionnels. Pouvoir ramener à ce qui se joue dans la situation individuelle permet de dégager les professionnels et qu’il n’y ait personne qui se sente plus particulièrement remis en cause. Parce que dans ces situations complexes, c’est rarement un partenaire qui aurait très bien fait et un autre qui aurait très mal fait. On peut penser que la situation individuelle est largement la cause de ce qui est en train de se jouer entre les partenaires.

  • 8 Observation du 15 septembre 2009.
  • 9 Se reporter au chapitre 1 concernant cette expression.

17Elle utilise ici deux déclinaisons, très entrelacées, de la clinique : l’analyse des cas et l’interprétation des difficultés d’interaction entre professionnels. Si elle voit dans son engagement pour l’animation du réseau l’expression de son propre attachement militant à la psychanalyse, l’omniprésence de l’appréhension psychopathologique des adolescents ne repose pas uniquement sur une orientation volontariste de la part de cette responsable administrative. Tous les membres du réseau tombent d’accord pour décrire son activité comme « un lieu pour penser, parler de ce qu’on ressent […]. On n’est pas comme des experts » (Rémy Boissier, rencontrant l’approbation des participants avec cette formulation au cours d’une réunion)8. Deux points permettent un accord des travailleurs sociaux et des cadres administratifs avec l’idée portée par les cliniciens qu’il « faut un lieu de projection pour faire un travail psychique » (Rémy Boissier). D’une part, l’effort de réflexivité (« les réflexions », « les analyses ») doit primer sur la réponse, c’est-à-dire, comme nous le verrons, le traitement du problème concret du lieu d’hébergement. Cette réflexivité soutient la place centrale de la subjectivité, pierre angulaire dans la construction des cas. D’autre part, les rapports entre professionnels, en particulier leurs divergences (les « difficultés »), sont conçus comme étant liés aux caractéristiques des adolescents. Ce registre d’usage du savoir clinique, visant à « ramener » les difficultés des professionnels, ce qui « se joue » entre eux, aux caractéristiques de l’adolescent, est un point de convergence entre les acteurs de seconde ligne. Cette conception s’inscrit dans la tradition de la psychiatrie institutionnelle et de la clinique du sens9 qui a dominé la psychiatrie française jusque dans les années 2000. Elle est tout à fait superposable à l’usage contemporain de la catégorie des adolescents difficiles sur l’agenda politique. La clinique est ici un moyen de légitimation de l’action : le traitement institutionnel que propose le RIAD n’a donc plus besoin de se justifier, il va de soi tant pour ceux qui participent au réseau (les membres permanents) que pour ceux de l’extérieur (qui viennent présenter, les décideurs politiques et institutionnels).

Construire l’analyse des cas

18Outre l’analyse des difficultés entre professionnels, la clinique comme corpus de savoirs sert à la construction des cas. La référence à la subjectivité et les concepts psychopathologiques permettent d’analyser les « difficultés » de l’adolescent, en particulier sa violence. Ainsi, Mme A, l’assistante sociale de l’ASE, commente la discussion sur le jeune Killian, 16 ans, exclu de diverses structures pour ses comportements violents.

Mme A : L’idéal, c’est notre idéal. On est là pour l’aider à reconstruire sa vie. Sa mère n’a aucun désir pour cet enfant, son désir c’est qu’il soit en échec. Il est prisonnier de cette histoire-là, il faut qu’il soit actif.

Dr Dumont : c’est tout à fait cela, oui.

19Elle présente ici son interprétation devant la psychiatre qui la légitime. Dans ce cas, l’analyse repose sur une conception de la subjectivité, tout en restant dans un lexique profane. Youcef Chourfi commente les exclusions de Killian :

C’est sa manière de… de ne pas créer un lien, puis quand il voit que c’est possible, il crée le lien. C’est lui qui tient les rênes de la relation avec l’adulte. La proximité physique le heurte. Il faut une présence, proche, pas loin mais qui ne le heurte pas. Il est dans le rejet de l’adulte, mais il a besoin du regard de l’adulte pour le narcissiser.

  • 10 Observation du 17 juin 2010.

20Au cours d’une autre réunion, Bernard, un éducateur d’un lieu d’hébergement, dispute le terme « psychose blanche » avec Gabrielle Dumont. Ils parlent ici de l’inscription d’un jeune Farid, bientôt âgé de 16 ans, sur une mission locale pour l’emploi10.

Bernard : [Farid] dit qu’il faut qu’il s’y mette, c’est très surmoïque. Je lui dis : à 15 ans, on ne sait pas toujours ce qu’on va faire.

Dr Dumont : On lui ferait sauter l’étape de l’enfance à l’âge adulte [en l’inscrivant sur la mission locale].

Bernard : Oui, on ne sait pas… Le mimétisme ça peut être une bonne psychose blanche. Si ça pète, on le voit bien.

Dr Dumont : Enfin, ce qu’on peut dire c’est qu’il a un trouble de l’identité.

Bernard : Si on dit ça, on n’a rien dit.

  • 11 Observation du 30 avril 2009, séance au cours de laquelle aucun des deux psychiatres membres perma (...)

21Au cours d’une autre réunion11 consacrée au jeune Mohamed, l’assistante sociale de l’ASE décrit sa violence comme « un bouillonnement intérieur », « une cocotte-minute ». Elle relate sa relation avec sa mère, en soulignant la précision des termes utilisés, avant d’aborder son exclusion des établissements éducatifs :

Sa mère le prenait comme un doudou. C’est incestuel… je ne sais pas s’il y a eu des faits incestueux. […] C’est la problématique psychiatrique qui fait peur, on va dire « c’est une problématique trop complexe » et on ne prendra pas ce jeune.

22Dans ces différents exemples, la violence de l’adolescent est analysée avec des termes savants : « incestuel », « incestueux », « psychose blanche », « narcissiser », « trouble identitaire », « surmoi »… L’usage non seulement de ces termes psychopathologiques mais des concepts qui s’y rapportent fait l’objet d’une forme de revendication de la part des travailleurs sociaux. Ils sont intégrés dans leur analyse des cas et engendrent une rivalité avec les psychiatres.

  • 12 La psychopathologie ne concerne « pas tous [les adolescents présentés au réseau], mais une bonne p (...)

23C’est une des raisons pour laquelle l’assimilation de la violence à une « problématique psychiatrique » est généralement contestée par Rémy Boissier. Sa préoccupation n’est pas tant de ne pas « se récupérer tout ce que la justice veut mettre de côté ». Il cherche surtout à dénoncer l’assimilation de la violence à un trouble psychiatrique et celle de la délinquance à la psychopathologie. Dans la pratique cependant, cette distinction est le plus souvent impossible et Rémy en convient lui-même12. L’analyse clinique, envahissant les réunions, est tout à la fois une évidence et une nécessité dans la construction des cas.

  • 13 Je reviendrai sur cette importance de la continuité biographique dans le chapitre 9.

24Enfin, la présentation des situations prend systématiquement la forme d’une anamnèse très serrée, retraçant le parcours biographique et familial de l’adolescent de manière extrêmement précise. Les écarts avec cette exigence de continuité biographique13 sont sanctionnés par la réprobation des participants. Ce sont alors non pas tant les acteurs de seconde ligne que ceux venus présenter et impliqués dans la situation qui corrigent voire réprouvent les imprécisions de leurs pairs, un peu comme les internes se disputeraient le dossier du malade lors du « tour du patron » dans un service de médecine. Ainsi au-delà, mais également en deçà, du partage des termes psychopathologiques, la formalisation anamnestique des cas, c’est-à-dire leur structuration même empreinte aux savoirs cliniques.

Contestation et appropriation de la clinique

Trop de clinique, mais pas assez de clinique

25Les murs du bureau de Marc Favier à la Villa, presque nus, sont personnalisés de quelques décorations : des dessins d’enfants faisant référence aux différents continents, une photo d’un groupe d’adolescents et un montage photo humoristique sur la psychanalyse. Trois images montrent une mise en scène sur une statue en bronze représentant Freud. Celle-ci orne l’abribus d’un des hôpitaux psychiatriques de la ville. Le père de la psychanalyse se tient en position d’écoute, le divan servant de banc aux passagers. Le montage photo montre un homme assis dans trois positions successives avec un bandeau légendant chaque image. Sur la première photo, l’homme fixe l’objectif de l’appareil, sous la légende « moi ». La seconde image, intitulée « surmoi », montre l’homme regardant Freud avec un air apeuré. Sur la troisième photo, l’homme est en train d’étrangler Freud, la légende en est « ça ».

  • 14 Observation du 26 novembre 2015.

26Cette représentation tout à la fois centrale (c’est une des rares décorations de son bureau) et teintée d’hostilité à l’égard du père de la psychanalyse trouve un écho dans les positions de Marc Favier, qui tour à tour fait appel à la clinique et lui porte grief (pour ne pas dire : lui tord le cou). À certains moments en effet, Marc manifeste une résistance aux interprétations cliniques. Il pointe que trop souvent « les psy finissent la réunion et la messe est dite »14. Il dénonce l’infantilisation des acteurs de première ligne renvoyés par les « sachants » du réseau à leur recherche puérile de « solutions magiques ». Il regrette les comportements de « donneurs de leçon » des psychiatres ou encore le manque de réponse concrète produite par les acteurs de seconde ligne lors de ces « grandes messes au conseil général ». Les positions de Marc doivent beaucoup à son statut d’entre-deux, entre première et seconde ligne. Du fait de son héritage asilaire commun avec Rémy Boissier et de la tutelle du conseil général sur cet établissement, il est rare qu’il ne soit pas impliqué dans le traitement d’un jeune, son travail à la Villa l’exposant à recevoir l’adolescent « deux jours après » la discussion de son cas au réseau.

  • 15 Document du réseau : bilan des années 2008 à 2011.

27Cependant, cette contestation de l’emprise des savoirs cliniques avorte rapidement et donne naissance à une position contradictoire à l’égard des « psys », alternant contestation agressive, attente massive et critique de leur inefficience. Les remarques de Marc, si elles ne sont pas disqualifiées ouvertement, sont rapidement ignorées par les autres membres du réseau et rabattues sur une interprétation en termes de « projections » psychiques collectives. Marc est le premier à reconnaître qu’il ne « faut pas que les psys s’en aillent » et Corine Derbak-Thomas ne manque pas de signaler que lorsque les « médecins » ont été absents, « leur intervention a été particulièrement regrettée par les professionnels de terrain »15. Ces ambiguïtés traversent l’activité du réseau : si des mouvements de contestations et de divergences sur l’usage de la clinique peuvent survenir entre travailleurs sociaux et psychiatres, ils restent dans le cadre de la clinique qui s’impose à tous. Ainsi, ces désaccords sont, in fine, recadrés par les savoirs cliniques eux-mêmes qui les rapportent aux difficultés de l’adolescent, idée que personne ne conteste. On peut être en désaccord sur la clinique, se la disputer mais on ne peut pas faire sans la clinique… ou plutôt on ne peut pas faire hors la clinique.

L’expertise clinique n’est pas l’expertise des cliniciens

  • 16 Observation du 22 octobre 2009.

28Youcef Chourfi décrit la « souffrance pas mentale » d’une jeune Ouria : « Au début elle fuguait beaucoup, elle avait des plaintes dans son corps. Sa souffrance n’est pas mentale, elle n’est pas folle comme sa mère le dit. Elle souffre dans son corps. Elle fuguait pour aller à l’hôpital ». L’expression ne manque pas de contradictions et indique un point commun à tous les cas analysés : les adolescents sont toujours décrits avec des termes cliniques mais ils ne sont jamais malades. D’une manière générale, l’analyse clinique se développe indépendamment des psychiatres et de la psychiatrie, y compris pour les psychiatres eux-mêmes. Même lorsqu’il diagnostique une pathologie au sujet d’un jeune patient qu’il traite dans son service, Rémy ne la mobilise pas du tout lorsque le cas de ce même garçon est analysé au réseau. Place de la Loi, fiabilité de la parole, respect entre professionnels, engagement des acteurs, vulnérabilité de l’adolescent… ce sont ces éléments bien plus que la pathologie qui servent de cadre de référence pour l’analyse collective des cas. La réunion consacrée à la jeune Augustine illustre cette place paradoxale des savoirs cliniques16.

29Originaire du Congo Brazzaville, Augustine est arrivée en France à l’âge de 8 ans, où elle a rejoint ses parents. Ceux-ci avaient quitté Brazzaville successivement lorsqu’elle était âgée de 4 puis 7 ans, la confiant à « sa grand-mère ». Augustine est connue des services sociaux depuis l’âge de 10 ans, pour des conflits avec sa mère, et des actes violents de celle-ci. Augustine a été récemment hospitalisée en psychiatrie après une tentative de suicide. Du fait d’importants conflits familiaux, notamment envers sa mère, un signalement a été émis par le service hospitalier et Augustine est sortie de l’hôpital en placement judiciaire. Par la suite, il s’est avéré impossible de maintenir le placement, Augustine présentant de nombreux problèmes de comportement (fugue, refus de l’autorité des adultes). Par ailleurs, elle fait des « crises » dans ces lieux de placement, au cours desquelles elle se montre inaccessible à son entourage, disant entendre et voir des personnes mortes. Son père interprète ces crises comme le signe d’une « possession ». D’après le père, elle serait envoûtée et il faudrait aller à Brazzaville pour la faire désenvoûter.

30Le réseau a été sollicité par l’ASE, devant la multiplication des lieux de placement depuis sa sortie de l’hôpital, Augustine ayant déjà été mise à pied de plusieurs foyers et familles d’accueil en l’espace de deux mois. Alors que les participants échangent sur les solutions de placement à proposer au juge ainsi que sur les réponses à faire à la demande parentale de quitter le territoire pour un « désenvoûtement », Rémy intervient de la façon suivante : « On ne peut pas travailler avec ses parents ». L’idée est tout de suite reprise par les travailleurs sociaux. Ils renchérissent de la sorte : les parents « doivent exercer l’autorité parentale » et « il faut qu’ils prennent leurs responsabilités ». « Il faut qu’ils aient une place de parents, les générations ne sont pas bien situées », juge Karim. Au sujet des difficultés rencontrées sur les lieux de placement, ce dernier estime que « ça ne relève pas des soins, il faut un cadre éducatif. […] Elle est toute puissante cette jeune fille ». En fin de séance, les membres permanents se prononcent unanimement pour une demande de « main levée » du placement, idée proposée par le Dr Rémy Boissier.

31Le ressort d’une telle unanimité est activé par le psychiatre, mais sans utiliser de référence au savoir psychiatrique. Alors même qu’elles constituent une question clinique très usitée, faisant l’objet d’interprétations contestées, les « crises de possessions » de cette jeune fille ne sont à aucun moment discutées en termes diagnostiques ou pathologiques.

  • 17 Observation du 20 janvier 2011. Karim Amzaoui utilise cette expression au sujet d’une remarque tec (...)

32Comme pour Augustine, ce sont habituellement les psychiatres qui parlent de la loi « qui doit tomber sans faille » (Dr Boissier), ne faisant qu’exceptionnellement des commentaires sur les aspects médicaux du traitement ou du diagnostic. Au contraire, les éducateurs se montrent les plus préoccupés par la question des médicaments, cherchant à savoir si le jeune prenait du Risperdal ou du Xanax et si ça « faisait une différence s’il en prend ou pas ». Enfin, si un juriste de formation (habituellement un cadre administratif), propose un commentaire juridique sur une procédure pénale, les travailleurs sociaux l’interrompent avec humour en lui demandant de ne pas « parler en code » (Karim Amzaoui)17.

Usage dé-professionnalisé des savoirs

  • 18 Everett C. Hughes, Le regard sociologique. Essais choisis ; Eliot Freidson, Profession of Medicine(...)

33Ainsi que les travaux classiques sur la profession l’ont conçu aux États-Unis, l’usage professionnel d’un savoir cherche à établir la juridiction exclusive d’un groupe social sur un problème et vise l’application plus ou moins mécanique, tout du moins verticale, d’un savoir fortement spécifique et hermétique pour le profane18. C’est ainsi que se constitue le corps de ceux qui « font profession » de leurs savoirs : ils sont mieux à même que quiconque, y compris leurs clients, de savoir ce qui cloche chez ces derniers. Ne cessant de se distancier d’un tel usage, les savoirs cliniques sur la subjectivité adolescente se partagent, sont appropriés par les travailleurs sociaux et les cadres administratifs, partiellement vulgarisés, revendiqués, contestés. La distinction pratique, fonctionnelle et fluctuante, entre acteurs de première ligne et de seconde ligne contribue à cette déprofessionnalisation des savoirs qui proscrit de « parler en code », c’est-à-dire, d’utiliser des savoirs juridiques ou cliniques de manière autonome et donc nécessairement impénétrable pour le profane.

  • 19 Contrairement à la notion d’interaction chez Anselm Strauss qui suppose l’adoption d’une perspecti (...)
  • 20 Bertrand Ravon et Jacques Ion, Les travailleurs sociaux, Paris, La Découverte, 2012.
  • 21 Observation du 18 novembre 2010.

34Si les travailleurs sociaux font le plus souvent entendre cette norme collective (« il faut que ça soit simple », disent Karim et Marc), ils se tiennent parfois dans le silence face aux cliniciens. Ainsi, leurs débats sont interrompus par la position de Rémy sur le « travail avec les parents » d’Augustine, et dans la discussion sur Sofian, ils se taisent lorsque le psychiatre mobilise les savoirs nosographiques de l’expert (« pervers ou psychotique ? »). Plus qu’une hostilité ou une contestation, cette asymétrie de parole rencontre une forme d’indifférence chez les non-cliniciens, qu’ils expriment par l’humour. Ce n’est pas tant le contenu des savoirs que leur usage qui suscite alors cette posture silencieuse des travailleurs sociaux : lorsque les savoirs (cliniques ou juridiques) sont utilisés de manière professionnelle (« en code », pas « simple »), ils ne font pas réellement l’objet d’une transaction entre participants. Le silence est ici une indifférence « non pas morale mais pratique » et dans ce cas, « l’intelligibilité mutuelle n’est pas centrale pour le déploiement d’une activité collective »19. Lorsque les usages professionnels des savoirs (diagnostics médicaux, procédures pénales) ne peuvent être dissous dans le travail clinique du réseau, les acteurs développent une « co-activité », c’est-à-dire une juxtaposition d’activités sans intelligibilité commune, qui se manifeste par le silence de ceux mis en position de profanes. Dans cette dynamique de co-activité, l’intérêt des éducateurs pour les médicaments ou leurs références aux soins s’intègrent non pas dans une tentative de sortir de leur position de profanes en s’appropriant un savoir professionnel mais participent d’un « socle domestique du care »20 qui organise le travail éducatif. S’ils parlent des traitements, c’est par exemple pour savoir dans quel endroit on peut ranger les médicaments au foyer21. Ce silence est parfois contrit, mais il peut également être satisfait. Après la réunion sur Sofian, où le dilemme entre éloignement et soins a été levé par le recours professionnel de Rémy à un diagnostic médical, les travailleurs sociaux décrivent l’apaisement que leur procure le travail du réseau. « [C’est une] chaîne de pression. On est sous pression. […] Un jeune pose problème, on voudrait le voir ailleurs et ailleurs c’est l’hôpital » explique Alain Nogent, directeur d’établissement éducatif. Appuyé par Karim, Rémy reprend cette question de la « pression » et voit dans le réseau une forme de légitimation collective rassurante de la prise de risque : « on doit partager le risque, on est dans la prise de risque en permanence. [Ici, au réseau], on l’écrit. Dans les institutions contenantes comme l’hôpital, il y a moins de risque possible ». « On se connaît mieux » renchérit Karim, et tous deux constatent que « les demandes d’hospitalisation ont diminué » grâce au travail du réseau.

  • 22 Didier Vrancken, « Le travail social serait-il devenu une profession ? Quand la “prudence” s’invit (...)

35Mais bien plus souvent que ces exceptions professionnelles, le consensus clinique produit une expertise locale commune. L’activité du réseau contient une incertitude irréductible, le traitement de cas singuliers et complexes rendant impossible l’application mécanique de savoirs scientifiques au matériau humain présenté aux membres permanents. Le savoir clinique qui organise la catégorie d’action publique des adolescents difficiles ne peut s’appliquer de manière univoque pour ces jeunes « souffrants mais pas malades ». Cette incertitude ouvre à une pluralité (et parfois à une compétition) d’interprétations ainsi qu’à une prise de risque, c’est-à-dire à un traitement de l’incertitude. À cette fin, la prudence s’impose et passe par une activité collective de délibération. Le travail du réseau pour adolescents difficiles s’intègre dans ces activités « prudentielles »22 infléchies par les évolutions de l’État et qui reconfigurent un certain nombre de « métiers inspirés » comme le travail social. L’activité du réseau offre une légitimation collective à la prise de risque, qui se voit partagée.

*

  • 23 Robert Barrett, La traite des fous : la construction sociale de la schizophrénie, Le Pleissis-Robi (...)

36La force de consensus de la clinique constitue donc un cadre extensif en dehors duquel il est très difficile de se positionner et de penser, de produire un discours opérant sur les conduites des adolescents en marge des institutions. C’est ainsi que les savoirs cliniques établissent un magistère extensif et contraignant, au sens d’une autorité supérieure à la fois morale et cognitive, qui préside aux problèmes des adolescents difficiles. Cette autorité procède d’une forme de coercition, si ce n’est d’une tyrannie. Sa première force de contrainte se trouve dans sa structure interne, dans la façon de « penser » par la clinique. Si les désaccords entre professionnels ne peuvent se formuler qu’en termes cliniques, la quadrature tautologique avec le trouble des adolescents devient impossible à briser. Mais cette contrainte n’est pas liée exclusivement à la structuration interne des savoirs cliniques. Il faut aussi la lire dans la façon dont les adolescents difficiles font l’objet d’un problème collectif. Dans son étude sur les professions au sein de l’hôpital psychiatrique australien de Ridgehaven, Robert Barrett postule que « la structure institutionnelle est isomorphique à la structure du cas »23. Il décrit ainsi comment la construction des cas individuels reproduit les relations professionnelles : en l’occurrence, elle procède par stratification « horizontale » de couches d’évaluation (infirmiers, travailleurs sociaux, psychiatres) : la « région interne » ou « profonde » du cas s’adresse, dans le terrain hospitalier exploré par Barrett, au « savoir indéterminé » du psychiatre et la « surface » est laissée à l’expertise des infirmiers (ibid., p. 63).

  • 24 Bertrand Ravon, « Souci du social et action publique sur mesure ».
  • 25 Se reporter au chapitre 9.

37Au contraire, la construction des cas d’adolescents difficiles indique par ce même effet d’isomorphie la déspécialisation et la transversalisation des frontières professionnelles. La clinique fait évidence pour tous, la médicalisation est contestée à tour de rôle par chacun (psychiatres comme travailleurs sociaux), la vulnérabilité est un dénominateur commun du travail avec cette population marginale et « en danger ». Pour reprendre les nuances utilisées par Barrett, cette transversalisation se fait de manière spatiale (les frontières sont dépassées) mais pas temporelle (au sein d’un groupe professionnel, les acteurs peuvent être soit en première soit en seconde ligne à un moment donné). Comme le souligne Karim, le souci de l’adolescent (« on va forcément l’avoir, le jeune ») constitue la communauté. Le terme même de communauté désigne par son étymologie (cum-munus en latin) le partage d’un bien ou d’une contrainte24. Le « jeune » superpose ici ces deux sens : c’est un bien (de haute valeur) et une contrainte qui réunit les acteurs. Ainsi que nous le verrons plus loin25, la force du consensus clinique vient palier la faiblesse de coordination des politiques locales et, comme dans le cas du traitement des déchets dans les communautés de commune, c’est autour des problèmes jugés impurs que s’organise la communauté.

38Les savoirs cliniques permettent ainsi la constitution d’une expertise locale, indépendante d’une juridiction professionnelle (psychiatrique ou juridique) et servent à développer une co-activité entre les différents acteurs. En rapportant le malaise des agents institutionnels à la psychopathologie de l’adolescent, la catégorie des adolescents difficiles fonctionne comme un moyen de coordination institutionnelle exceptionnellement opérant et fort, reposant sur la création d’un consensus et, comme nous allons le voir dans les chapitres suivants, sur un traitement de l’incertitude.

Notes

1 Observations du 10 septembre 2012.

2 En reprenant le sens classique de cette notion chez Bourdieu (Raisons pratiques : sur la théorie de l’action, Paris, Points, 1994).

3 Observation du 27 juin 2011.

4 Observation du 17 février 2011.

5 De plus il faut noter que ce brouillage concerne plus particulièrement deux membres permanents : le Dr Boissier et M. Favier. Comme nous le verrons dans le chapitre 9, ils représentent les deux institutions les plus proches (historiquement, géographiquement et fonctionnellement) de l’héritage asilaire.

6 Document du réseau : bilan d’activité des années 2000 à 2005.

7 Observation du 16 septembre 2010.

8 Observation du 15 septembre 2009.

9 Se reporter au chapitre 1 concernant cette expression.

10 Observation du 17 juin 2010.

11 Observation du 30 avril 2009, séance au cours de laquelle aucun des deux psychiatres membres permanents, Dr Dumont et Dr Boissier, n’est présent. Je souligne les termes utilisés.

12 La psychopathologie ne concerne « pas tous [les adolescents présentés au réseau], mais une bonne partie » dit-il.

13 Je reviendrai sur cette importance de la continuité biographique dans le chapitre 9.

14 Observation du 26 novembre 2015.

15 Document du réseau : bilan des années 2008 à 2011.

16 Observation du 22 octobre 2009.

17 Observation du 20 janvier 2011. Karim Amzaoui utilise cette expression au sujet d’une remarque technique de Mme Maillet sur une mesure pénale « 16 bis ».

18 Everett C. Hughes, Le regard sociologique. Essais choisis ; Eliot Freidson, Profession of Medicine, Chicago, University of Chicago Press, 1988 ; Andrew Abbott, The System of Professions.

19 Contrairement à la notion d’interaction chez Anselm Strauss qui suppose l’adoption d’une perspective commune entre professionnel et profane. Alexandra Bidet, Manuel Boutet et Frédérique Chave, « Au-delà de l’intelligibilité mutuelle : l’activité collective comme transaction. Un apport du pragmatisme illustré par trois cas », Activités 10, no 1, 2013, p. 12.

20 Bertrand Ravon et Jacques Ion, Les travailleurs sociaux, Paris, La Découverte, 2012.

21 Observation du 18 novembre 2010.

22 Didier Vrancken, « Le travail social serait-il devenu une profession ? Quand la “prudence” s’invite au cœur d’un vieux débat », Pensée plurielle 30‑31, no 2, 2012, p. 27‑36.

23 Robert Barrett, La traite des fous : la construction sociale de la schizophrénie, Le Pleissis-Robinson, Institut synthélabo pour le progrès de la connaissance, 1998, p. 56.

24 Bertrand Ravon, « Souci du social et action publique sur mesure ».

25 Se reporter au chapitre 9.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search