Version classiqueVersion mobile

Vulnérables ou dangereux ?

 | 
Yannis Gansel

Partie 2. Enquête ethnographique

Chapitre 5

De l’expérience d’un réseau au terrain d’enquête

Texte intégral

Être remis à sa place

  • 1 Benjamin Derbez, « Négocier un terrain hospitalier », Genèses 78, no 1, 2010, p. 105.
  • 2 Muriel Darmon, « Le psychiatre, la sociologue et la boulangère : analyse d’un refus de terrain », (...)

1Depuis l’enquête majeure de Jeanne Favret-Saada sur la sorcellerie dans le bocage, il est de coutume pour l’ethnographe de décrire les difficultés rencontrées dans l’intégration de son terrain : intéressement des gate-keepers1, négociations longues avec les détenteurs d’un pouvoir institutionnel qui assigne le chercheur à certaines conduites2 sont autant d’obstacles à surmonter. Mais, plus que tout, c’est l’identification des difficultés cognitives et morales du chercheur et sa situation dans le monde social où il enquête qui, par le « mouvement de va-et-vient entre la “prise” initiale et sa “reprise” théorique », constituent la véritable révolution dans l’anthropologie de Favret-Saada. Elle fraye ainsi de nouvelles voies pour l’ethnographe : explorer le monde proche en exerçant une réflexivité incessante sur les rapports du chercheur et de son objet et sur la façon dont il est positionné dans l’interconnaissance. Dans mon cas, ce sont bien à des difficultés du même ordre que j’ai dû me confronter pour transformer l’expérience de terrain d’un psychiatre en terrain d’expérimentation anthropologique.

  • 3 J’aborderai plus loin l’importance de ce processus.
  • 4 On retrouve cette expression et la description de cette scène des urgences dans une allocution d’É (...)

2J’ai intégré le RIAD (réseau inter-institutionnel pour adolescents en difficulté) en avril 2009, sans savoir encore que j’en ferais un terrain ethnographique. L’accès me fut des plus faciles : mon supérieur hiérarchique m’ayant délégué cette tâche3, je venais « représenter » le service hospitalier dans lequel je travaillais depuis quelques mois. Je me voyais accueilli avec sympathie voire enthousiasme par les responsables du réseau. Cependant, si elle n’était pas encore ethnographique, c’était déjà une démarche d’enquête qui me conduisait à accepter de bon cœur cette délégation. En effet, je voulais alors comprendre et résoudre le problème des « patates chaudes »4, c’est-à-dire des adolescents au sujet desquels éducateurs et professionnels de la psychiatrie se confrontent dans les services d’urgences hospitaliers, les uns affirmant le besoin de soins à la suite d’un passage à l’acte, les autres renvoyant à un problème éducatif. J’avais été témoin à plusieurs reprises de cette scène au cours des années précédentes et j’avais perçu et éprouvé le malaise qui l’entoure. Je me sentais également concerné en tant que médecin hospitalier par les conséquences indésirables de ce problème, en l’occurrence le « dépôt » à l’hôpital de jeunes institutionnalisés, arrivant avec leurs bagages et sans autre lieu de vie.

  • 5 L’enquête à couvert est réalisée par un chercheur membre d’un groupe social ou nouveau venu dispos (...)
  • 6 Jeanne Favert-Saada oppose la posture de « prise et reprise » à l’idéal d’a-topie du sujet théoric (...)

3Mon statut de psychiatre semblait me donner une entrée « de droit » au RIAD et me conférer toute liberté. Relativement inexpérimenté dans le domaine de l’adolescence et peu intégré dans l’interconnaissance locale, on ne s’adressait guère à moi au cours des discussions, alors que les deux autres psychiatres tenaient un rôle actif et se voyaient souvent pris à partie par les travailleurs sociaux au sujet de l’insuffisance des soins. Je me trouvais le plus souvent dans une position d’observateur passif, position partagée par tous les acteurs les plus jeunes du terrain. Ayant ainsi, de l’intérieur, découvert le problème des adolescents difficiles, je pouvais donc, sans être trop interpellé moi-même, observer les discours et les positions prises par ces différents acteurs à ce sujet. La prise de notes sur mon carnet de terrain était également tout à fait aisée, car cette activité est la norme, les participants du réseau s’y adonnant presque tous lors des réunions. Cette position discrète, de second plan, tout à la fois « à couvert »5 et « a-topique »6, me semblait des plus confortables pour mener une enquête. Après quelques mois, je concevais peu à peu le projet d’utiliser cette position pour construire mon terrain ethnographique. Je ne formulais explicitement aux participants ce projet qu’à la fin de l’année 2010, lorsque je sollicitais les premiers entretiens.

  • 7 Robert R. Faulkner et Howard S. Becker, « Studying Something You are Part of: The View from the Ba (...)
  • 8 Observation du 19 juin 2009.

4Cependant, après trois mois au RIAD, une brève et pénible expérience d’être remis à sa place a mis au travail cette posture ethnographique initiale. Même en m’éloignant de l’hôpital, et malgré ma relative jeunesse, la naïveté dont bénéficie l’anthropologue qui arrive sur un terrain ne m’était, comme je le compris alors, pas vraiment offerte et je devais me résoudre à « étudier quelque chose dont on fait partie »7, découvrant au fur et à mesure une série d’obstacles aussi solides que difficilement visibles depuis ma position initiale. Lors de mes premières observations du RIAD, je devais souvent me retenir d’intervenir, bouillonnant parfois sans trop savoir pourquoi, lorsque les travailleurs sociaux interpellaient les psychiatres sur l’absence de « réponse des soins » pour l’adolescent dont il était question. C’était alors le docteur Rémy Boissier qui répondait à ces critiques. Durant ces premières réunions, je m’étais retrouvé saisi (pour ne pas dire aveuglé) par l’autorité manifeste de ce psychiatre. Figure centrale du RIAD, il semblait donner une orientation quasi systématique à l’examen des cas, orientation à laquelle l’absence des magistrats n’apparaissait offrir aucun contrepoids. La pertinence psychiatrique de ses remarques lui conférait à mes yeux une forme d’autorité naturelle, univoque et allant de soi. Au mois de juin 2009, je me retrouvais pour la première fois seul psychiatre à une réunion et je ne pus alors m’empêcher d’intervenir lorsqu’on discutait du cas d’un jeune Yanis, hébergé alors provisoirement chez une famille d’accueil après une succession d’exclusions de divers établissements pour des comportements violents. L’assistante sociale de l’ASE qui suivait ce jeune garçon le décrivit comme angoissé, se « mettant en danger physiquement » et déployant une « violence psychique qui envahissait la famille d’accueil » et qui avait conduit à son renvoi8. Je proposais alors de préconiser des soins pour Yanis et, après ces premières séances où ne manquaient pas les récriminations contre les psychiatres et leurs manquements, quelle ne fut pas ma surprise d’entendre Karim Amzaoui, directeur d’un foyer éducatif, formuler une réponse qui fit sourire les autres participants à mes dépends : « Il y a trop d’intervenants pour lui, il est charmant ce petit, il ne relève pas des soins ».

5Ainsi étais-je avec humour remis à ma place. J’avais été dérouté et, pour tout dire un peu vexé dans mon élan thérapeutique, en entendant rejeter mon idée sur ce ton ironique. Cependant, cette discussion contenait un indice crucial de l’enquête et Karim s’avéra un allié central dans le basculement de ma posture ethnographique. J’ai ainsi relu cette séquence un peu différemment deux ans plus tard. À l’issue d’un long entretien ethnographique avec Karim, tenu sur son lieu de travail, et alors que nous étions sur le point de nous quitter, j’ai eu la surprise de l’entendre reparler de ce jeune Yanis. Cet adolescent avait depuis intégré l’établissement éducatif qu’il dirige. Karim se demandait alors s’il n’avait pas besoin de soins et m’interrogeait sur le type de consultation psychiatrique vers laquelle il fallait l’orienter. Je lui rappelais notre discussion sur ce jeune au cours d’une réunion du RIAD deux ans plus tôt, mais il ne semblait pas s’en souvenir. Dans l’idée de conclure par une réciprocité ce temps d’échange où il m’avait offert sa disponibilité et sa parole, je lui donnais alors quelques conseils pour l’aider à se repérer parmi les services de secteur psychiatrique et lui proposais de recevoir Yanis en consultation si toutefois il en voyait l’utilité (ce qu’il ne sollicita jamais).

6Le malaise que j’avais ressenti à être de la sorte remis à ma place deux ans plus tôt indiquait une tension. La prise et la reprise de cette tension, au cours de l’enquête, indiquent ainsi que ce n’est pas tant le pouvoir de catégorisation du psychiatre ou d’un éventuel magistrat que la position de l’adolescent dans les dispositifs qui conditionne son besoin de soins et les jugements dont il fait l’objet. Le contraste, au sujet d’un même garçon, entre le refus ironique de la psychiatrie alors qu’il est sans hébergement fixe, et sa sollicitation sympathique par son foyer m’a fait comprendre que le premier s’adresserait, tout comme les récriminations des travailleurs sociaux vis-à-vis du Dr Boissier, à l’hôpital et à son pouvoir de contrainte et d’enfermement. C’est ainsi que m’est apparu le dénominateur commun constituant le groupe des psychiatres du RIAD : ils sont tous des médecins de l’hôpital et représentent la fraction pourtant marginale des soins « dans les murs » (« en intra ») connoté par l’enfermement psychiatrique. J’ai alors identifié le premier refus ironique des soins comme une stratégie, souvent portée par Karim lors des réunions, visant à éviter la stigmatisation asilaire de cet adolescent « charmant » et de ses comportements violents afin de favoriser son inclusion et la tolérance des institutions. Le malaise que je percevais en moi lorsque les travailleurs sociaux jugeaient « insuffisante » la réponse des services hospitaliers révélait cette tension. D’une part, elle se compose d’un sentiment de responsabilité face aux perturbations de l’adolescent, suggérant à la fois la question de sa dangerosité et celle de sa vulnérabilité. D’autre part, j’éprouvais le malaise des membres permanents du RIAD et l’ambiguïté de leur statut, tout à la fois convoqués à la place distante d’un « regard extérieur » renvoyant à une expertise, et susceptibles d’avoir été, d’être ou de devenir acteurs de la prise en charge de l’adolescent.

7L’idée d’une autorité « naturelle » et univoque de la psychiatrie, portée par le Dr Boissier, s’est alors progressivement fissurée. Me déroutant de mon propre regard médical et de mon attention aveuglante aux capacités de catégorisation des psychiatres ou des magistrats, la remarque ironique de Karim sur le « charmant » garçon puis son retour dans notre discussion m’ont permis de commencer un travail ethnographique. Un travail centré non pas sur l’analyse d’une autorité professionnelle et sur ses effets de domination (c’est-à-dire sur une psychiatrisation) mais sur la description de la communauté clinique formée autour du trouble complexe et partagé entre l’adolescent et les professionnels. J’ai pu dès lors abandonner mes efforts pour neutraliser ma position psychiatrique et me suis résolu à travailler à partir de celle-ci. Au-delà des mouvements de contestation bruyante, j’ai commencé une observation du silence des travailleurs sociaux, de leurs difficultés à se faire entendre ou de leur complaisance à se taire. Ont alors fait jour les préoccupations complexes et partagées par les acteurs du réseau pour les violences, tant individuelles qu’institutionnelles, qui contribuent aux difficultés et à la souffrance des adolescents qu’ils traitent.

8La place de la psychiatrie, à laquelle je me voyais rappelé par Karim à mon entrée sur le terrain, est celle de l’usage légitime de la contrainte, mais également celle d’une expertise à la fois disputée et indispensable. Partant de cette place, ce sont ces différentes dimensions complexes que nous allons maintenant explorer.

Formes locales du problème des adolescents difficiles : le RIAD

9Le réseau inter-institutionnel pour adolescents en difficulté constitue une déclinaison locale des politiques publiques nationales dédiées aux problèmes que pose la population des adolescents difficiles. Placé sous cotutelle de deux administrations, la PJJ et le -conseil général, le réseau est actif depuis septembre 2000. « RésAdo82 » dans le Tarn-et-Garonne, « Réseau adolescents difficiles » à Marseille ou dans le Val-de-Marne, « Réseau ado 66 » dans les Pyrénées-Orientales, « Réseaux ados territoriaux » dans le Calvados, « Dispositif public au service des professionnels de l’enfance et de l’adolescence en difficulté » dans les Yvelines, « Dispositif expert régional pour adolescent en difficulté » (DERPAD) en Île-de-France… À cette même époque, des organisations similaires et répondant à des appellations superposables se multiplient à travers la France.

  • 9 Comme nous le verrons, leur participation a connu une évolution durant l’enquête.

10Réuni à un rythme mensuel dans des locaux du conseil général, le RIAD examine à chaque séance deux cas d’adolescents jugés en grande difficulté. Les acteurs participant à ces réunions sont répartis suivant une ligne de démarcation explicite. D’une part, des professionnels présentant la situation, ou demandeurs, viennent soumettre, à leur initiative, le dossier de l’adolescent. D’autre part, les membres permanents représentent un vaste panel d’acteurs locaux gravitant autour de l’adolescence. Une liste de ces membres permanents est diffusée en annexe des rapports d’activité du réseau ou des convocations aux séances. Comportant une vingtaine de noms, elle réunit juges des enfants, travailleurs sociaux de la PJJ, responsables de structures d’hébergement des associations du département agréées par l’ASE (les mandataires associatifs), représentants des secteurs psychiatriques, des services d’hospitalisation psychiatriques pour enfants et adolescents, cadres des administrations concernées : l’Éducation nationale, la maison départementale des personnes handicapées (MDPH) et la direction départementale des affaires sanitaires et sociales (DDASS) devenue, à partir de fin 2011, l’agence régionale de santé (ARS). En pratique cependant, ne participent de manière régulière que les principales structures d’hébergement de l’ASE (au nombre de sept et représentées par leurs directeurs salariés), les équipes d’action éducative et d’hébergement de la PJJ9, ainsi qu’un des directeurs adjoints de l’unique structure publique d’hébergement du département, placée directement sous tutelle du conseil général (la Villa). La psychiatrie est également représentée à chaque séance, mais exclusivement par des psychiatres responsables hiérarchiques d’unités d’hospitalisation. Les psychiatres des équipes de soins ambulatoires des secteurs, bien que représentant une écrasante majorité des praticiens, ne sont pas impliqués de manière régulière dans le RIAD. La MDPH, l’inspection académique et l’ARS envoient également un représentant régulier. Par contraste avec cet investissement de la hiérarchie psychiatrique, ces administrations ne délèguent que des agents subalternes. Ainsi Janine Levrant, représentant l’inspecteur d’académie, est assistante sociale scolaire en collège. Ni les enfants ou adolescents concernés, ni leur famille n’assistent à ces séances.

  • 10 Document du réseau : Bilan des années 2008 à 2011.
  • 11 Document du réseau : Bilan de l’année 2012.
  • 12 Au sens de Joseph R. Gusfield, « Constructing the Ownership of Social Problems », je détaillerai c (...)

11Le RIAD est présenté aux institutions concernées comme résultant d’une initiative conjointe de la PJJ et de l’ASE10, et les séances se déroulent sous une double présidence de ces deux administrations. Les modalités de saisine du réseau (par un juge, par un travailleur social de la protection de l’enfance ou par un établissement associatif habilité), le principe de « copilotage »11 par le conseil général et la PJJ tout comme les lieux prévus initialement pour les séances (alternativement dans les locaux des services de protection de l’enfance du département et à la direction départementale de la PJJ) suggèrent une action partagée de ces deux administrations. Les faits indiquent cependant que le conseil général est le « propriétaire » principal12 de ces réunions. Leur organisation est essentiellement portée par cette administration et en particulier par la personne de Ghislaine Poncet, directrice adjointe de la protection de l’enfance. De plus, les réunions se déroulent dans les faits exclusivement dans les locaux de la direction départementale de la protection de l’enfance, au sein d’un des bâtiments centraux du conseil général situé en centre-ville. Enfin, la saisine du réseau vient presque exclusivement des services de l’ASE. Dans la moitié des cas, la situation est présentée par le travailleur social suivant l’adolescent à l’ASE (généralement une assistante sociale), parfois accompagné de son responsable hiérarchique (la « responsable enfance »). Plus rarement, se joint un éducateur ou un cadre d’un établissement d’hébergement ou d’un ITEP qui intervient auprès de l’adolescent. De manière exceptionnelle, c’est un éducateur ou responsable d’une équipe éducative de la PJJ qui présente le dossier. Les services de psychiatrie constituent également une fraction marginale de ces demandes. Les juges pour enfants sont totalement absents des réunions, alors que plusieurs de leurs noms figurent sur la liste des membres permanents. Fait nouveau d’après les membres permanents ayant participé à l’activité du réseau avant 2006, cette vacance de la place des juges se doublera d’un recul net de la participation, puis d’une absence complète, de la PJJ parmi les membres permanents. Cette forte asymétrie d’activité entre l’ASE et la PJJ suggère une remarque humoristique d’une assistante sociale de l’hôpital : « le conseil général lave son linge sale » (sous-entendu : en famille), faisant référence à la nature essentiellement interne de cette organisation.

  • 13 Document du réseau : dossier de presse sur la solidarité, conseil général, 2009.

12Comme l’indiquent Ghislaine Poncet ainsi que divers documents internes de la protection de l’enfance, le réseau participe à un ensemble de « dispositifs de soutien aux professionnels » en charge des jeunes en difficulté. Ces dispositifs sont inscrits au document programmatique produit par la direction de la protection de l’enfance et font l’objet d’un vote pluriannuel par les élus. Outre le RIAD, ces dispositifs se déclinent en deux volets. D’une part, ils comportent deux autres réunions fonctionnant selon des modalités similaires et reposant sur une analyse teintée de réflexivité autour de situations problématiques. L’une traite les dossiers de « jeunes adultes handicapés », l’autre organise une série de réunions superposables à celles du réseau mais qui suivent un même cas. D’autre part, ces dispositifs de soutien incluent L’Arc-en-ciel, un établissement associatif « pour pré-adolescents et adolescents dits incasables »13, incorporant une maison d’enfants à caractère social à un ITEP et salariant, outre l’équipe éducative, deux psychiatres. Enfin, il faut préciser qu’il existe un « DU ados difficiles » depuis 2004 dans une université de la région où se déroule l’enquête. Adossé à la faculté de médecine, il est coordonné par un professeur de pédopsychiatrie.

  • 14 Document du réseau : bilan d’activité des années 2000 à 2005.

13Selon la formalisation actuelle, l’activité du réseau a débuté en septembre 2000. Ses organisateurs revendiquent alors ne pas être un « bureau d’orientation ou de placement » apportant une « solution immédiate », mais plutôt un « lieu de rencontre entre différents acteurs éducatifs, médicaux, sociaux, judiciaires »14. En effet, le réseau prend, à cette période, la suite d’une organisation bien moins formelle, portée individuellement par quelques responsables départementaux de l’ASE, et représentée par des réunions peu systématisées pour les cas problématiques. Répondant à des dénominations aujourd’hui disqualifiées par les copilotes (bureau des placements, commission des cas bloqués, bureau des orientations), cette organisation a alors la fonction d’aider les travailleurs sociaux à trouver une solution d’hébergement pour les jeunes confiés à l’ASE. Souhaitant se départir de cette seule recherche de solution au profit d’une activité plus réflexive, le RIAD a ensuite été en activité sur une première période allant de septembre 2000 à 2006. Puis, après une interruption de près de 2 ans, il a été réactivé en septembre 2008. La raison de cette interruption n’apparaît pas clairement, mais elle est sans doute plurielle : départ du précédent responsable départemental de la protection de l’enfance, échéances électorales cantonales (en 2004 et 2008) ayant paralysé la politique institutionnelle…

14L’analyse des situations se fait le plus souvent en deux temps. Les participants reçoivent en début de réunion un document court (sous forme de tableau) récapitulant succinctement des caractéristiques du dossier : état civil de l’adolescent et de ses parents, composition de la fratrie, dates des mesures éducatives et pénales, types d’établissements fréquentés répartis en trois catégories : au titre de la protection de l’enfance, au titre du soin et au titre du handicap. Après une brève description de la situation par ceux qui présentent, une discussion entre membres permanents s’ouvre. Elle vise à formuler deux types de propositions : des interprétations et des conseils pratiques. Les interprétations de la situation sont exclusivement individuelles et « cliniques », comme le précise Mme Poncet. Elles portent sur la subjectivité de l’adolescent (son « fonctionnement », « ce qu’il en dit ») et sur les liens familiaux.

15D’autre part, les membres permanents formulent des conseils pratiques visant à guider « ceux qui présentent » dans leurs démarches. Parfois, il s’agit de recommandations sur la manière de construire ou de présenter un dossier pour qu’un jeune ne soit pas « limité à ça » et éviter la multiplication des refus par les établissements éducatifs ou médico-sociaux que l’ASE sollicite. D’autres fois, il s’agit de « petites stratégies » pour guider le travail des professionnels demandeurs : le nom d’une personne à contacter dans une administration, l’ordre dans lequel une demande doit être faite à différentes instances bureaucratiques. Plus rarement, l’un des membres permanents propose (ou se voit proposé de manière plus ou moins explicite) une intervention directe dans la prise en charge.

16Ces différentes propositions des membres permanents, constituées par les interprétations et les conseils pratiques, sont synthétisées en fin de séance par l’une des deux présidentes de la séance sous forme de « préconisations », dont il est régulièrement précisé qu’elles ne « donnent pas une orientation ». « Le rôle du RIAD n’est pas de trouver une solution d’hébergement » aime à rappeler Ghislaine Poncet. Comme l’indiquait la volonté initiale de se démarquer du « bureau des orientations » et le choix d’une dénomination évoquant la réflexivité, ces préconisations indiquent une volonté de traiter, tout en s’en distanciant, la demande d’une « orientation », c’est-à-dire, en termes pragmatiques, d’une place dans un établissement assurant une fonction d’hébergement. À l’issue de la réunion, ces préconisations sont résumées et consignées par Mme Derbak-Thomas, secrétaire de Mme Poncet.

Encadré 5. L’Arc-en-ciel, foyer spécialisé pour adolescents difficiles

À l’instar d’autres établissements du territoire national spécialisés pour adolescents difficilesa, l’Arc-en-ciel est financé par différentes administrations (PJJ, ARS, conseil général). Comme ces autres dispositifs, l’Arc-en-ciel est un foyer à part dans son usage de la contrainte. Les éducateurs et le psychologue y ont développé une technique spécifique de gestion de la crise. Un binôme professionnel, habituellement deux éducateurs, intervient auprès de l’adolescent violent. L’un des professionnels immobilise l’adolescent dans un corps-à-corps maîtrisé, l’autre surveille l’intervention en s’assurant qu’il n’y a pas de débordements. La crise est ensuite « reparlée » en équipe. Cette modalité d’intervention a deux justifications. La première est sportive : les éducateurs, qui sont comme les adolescents presque exclusivement de sexe masculin, sont recrutés pour leur « physique à part », leurs capacités athlétiques « de haut niveau »b. La référence à la boxec est omniprésente, l’éducateur surveillant la contention est dans un rôle « d’arbitre », assurant la sécurité et le respect des règles de conduite de son coéquipier. L’un des éducateurs de l’Arc-en-ciel, qui a également suivi une formation de psychologie, a développé des conceptions faisant l’analogie avec ce sport de combatd. La seconde justification est, en effet, clinique. Elle est appuyée par des psychiatres et psychologues de formation psychanalytique lacanienne qui interviennent sur la structure. Parmi ceux-ci se trouve le Dr Dumont. Selon les conceptions cliniques qu’ils développent, l’intervention en binôme représente une contention, reprise ensuite dans la discussion en équipe pour lui trouver un sens dans l’histoire du jeune et assurer une enveloppe institutionnelle. L’éducateur qui contient est symboliquement pris dans le jeu transférentiel de l’adolescent, celui qui contrôle occupe le rôle de tiers et incarne la Loi symbolique structurant l’adolescent. Il faut bien mesurer que ces pratiques de contrainte, légitimées à l’Arc-en-ciel du fait de la spécialisation de cet établissement pour le public des adolescents difficiles, sont, dans la plupart des structures où travaillent les acteurs du réseau, des pratiques taboues voire explicitement illégitimes.

a. Tels la structure intersectorielle pour adolescents difficiles de Nice ou l’établissement de placement éducatif et de traitement de la crise de Suresnes.
b. Ainsi que l’indique un des psychiatres intervenant dans la structure.
c. Observations du 4 décembre 2014.
d. Entretien avec le Dr Boissier.

Portraits des membres permanents

17Assises à l’extrémité d’un cercle irrégulier de tables, les deux « copilotes » du réseau, Mme Poncet et Mme Cristin, sont entourées d’une dizaine de membres permanents. Mme Poncet invite solennellement les professionnels venus présenter la situation du jeune Killian à entrer. « Vous êtes en présence de représentants de secteurs associatifs, médico-social et de la santé », leur lance-t-elle, avant de les renvoyer aux « cavaliers » (des feuilles de papier pliées indiquant les noms) posés sur les tables pour identifier chaque membre permanent. Le caractère intimidant de cette organisation ne manque pas de mettre Amandine, l’assistante sociale de Killian, quelque peu mal à son aise : « je ne sais pas trop comment en parler, je n’ai jamais fait de réunion du réseau ». Son supérieur hiérarchique, le « responsable enfance », prend moins de précautions et ouvre la présentation du dossier par une remarque ironique qui ne manque pas de susciter un sourire chez les participants : « On avait besoin d’une solution, alors on s’est dit : réseau des adolescents en grande difficulté ». Ghislaine Poncet adopte une attitude rassurante à leur égard : « ça va venir » leur dit-elle. Puis Amandine se détend, se lance dans la description de la situation : celle d’un adolescent placé depuis de nombreuses semaines dans un établissement éducatif d’urgence, car il « fait peur » aux institutions par ses comportements violents et ses fugues « pour aller chez sa mère ». Amandine conclut ainsi : « Je ne trouve pas de solution pour Killian, j’ai sollicité beaucoup de structures ». Mme Cristin déclenche les rires des participants en commentant « c’est ballot, ça ! ». Karim Amzaoui commente : « Oui, on en a beaucoup des situations comme celle-là ». « C’est la réunion des institutions en grande difficulté » m’avait prévenu une psychiatre connaissant le réseau lorsque je lui avais fait part de mon intention d’y participer début 2009.

  • 15 Alain Rey éd., Dictionnaire culturel en langue française, p. 2109.

18L’ironie, récurrente dans les réunions du RIAD, vient à la fois souligner et atténuer les rapports hiérarchiques et la solennité qui « font un peu jury » comme le dit Mme Poncet elle-même. En « feignant l’ignorance, [cette] gaité de l’indignation »15 signale également une série de problèmes communs qui restent implicites et que nous allons peu à peu cerner dans les chapitres qui suivent. Mais avant cela, partons de la disposition du réseau lui-même et prenons le temps de faire connaissance avec les principaux membres permanents.

Les « copilotes »

  • 16 Valérie Quentin jusqu’en juin 2010, Raphaëlle Maillet de septembre 2010 à janvier 2013, puis Bénéd (...)

19L’animation du RIAD reflète l’asymétrie dans sa codirection, théoriquement partagée entre la PJJ et l’ASE, mais en réalité surtout portée par le conseil général. Durant toute l’enquête, Ghislaine Poncet reste l’unique représentante de cette administration alors que trois directrices PJJ, toutes trois fonctionnaires à la direction départementale, se succèdent à ses côtés pendant cette période16. Outre cette permanence, Mme Poncet a eu un rôle actif dans la réactivation du RIAD en 2008, elle préside les séances et indique les règles de fonctionnement aux nouveaux venus. Les différentes directrices PJJ ont en comparaison une place secondaire et plus passive, se limitant le plus souvent à quelques remarques juridiques sur le suivi pénal de l’adolescent ainsi qu’à une formulation des préconisations en fin de séance. Bien que discret, cet exercice se révèle important, car les préconisations font l’objet du rapport écrit sur la séance, résumant les différents débats et les réponses suggérées par le réseau.

20Ghislaine Poncet, âgée d’une cinquantaine d’années, est issue d’une formation académique initiale en institut d’études politiques puis a intégré la fonction publique territoriale. Elle a été en poste de direction dans l’établissement de placement éducatif public appartenant au conseil général (la Villa) avant de prendre ses fonctions de directrice adjointe de la protection de l’enfance. Elle met en avant sa formation complémentaire en master « clinique » à la faculté de psychologie, qu’elle a suivie en 2006. Reprenant mot pour mot le texte programmatique qu’elle a rédigé pour le réseau, elle définit les adolescents en grande difficulté comme ayant des « difficultés multiples » et poursuit sur le lien social « mis à mal » et sur le « ramollissement » de l’autorité. Son attachement à la psychanalyse est présenté comme une démarche personnelle et une forme de militantisme transgressif motivés par des « convictions ».

Parce que toute la dimension clinique et psychanalytique... voilà, moi je… j’essaie d’avancer aussi avec cela dans l’institution. Mais ce n’est pas une position institutionnelle. […] Ce que je veux dire, c’est que moi, là, je viens d’avancer un certain nombre de convictions que mon institution ne mettrait pas en premier.

21Mme Poncet espère infléchir les orientations de son administration pour favoriser la réflexivité des professionnels et les inciter à considérer combien leurs difficultés résultent des effets transférentiels du public accueilli. Elle cite comme de « belles avancées » les « réunions suivies » qui font partie du même ensemble de dispositifs de « soutien aux professionnels » que le réseau des adolescents en grande difficulté. Le souhait inlassablement porté par Ghislaine Poncet de se démarquer de la question de « l’orientation » témoigne de cet idéal de réflexivité des professionnels inspirée par la psychanalyse. « Le réseau, c’est aussi développer une nouvelle forme d’analyse de la pratique » dit-elle.

22Pour autant, lorsqu’elle décrit son activité de cadre administrative, essentiellement bureaucratique, Mme Poncet formule les problèmes organisationnels et réglementaires qu’elle doit résoudre. De ce fait, elle ne se réfère pas à des cas typiques, comme le font les acteurs (travailleurs sociaux ou psychiatres) plus directement engagés dans la mise en œuvre des actions institutionnelles auprès des adolescents. Cet écart sensible de discursivité renvoie à des types d’acteurs (ou d’activités) différents au sein du réseau : l’un du côté de la prise de décision, l’autre du côté de l’exécution de l’action.

  • 17 Depuis la fin des années 1990, la PJJ a fait l’objet de plusieurs réorganisations successives. Au (...)

23Copilote du RIAD pendant la dernière partie de l’enquête, Bénédicte Cristin a une trentaine d’années. Elle est issue d’une formation universitaire en droit et a intégré la PJJ, une dizaine d’années plus tôt, comme directrice recrutée sur concours17. Durant la plus grande partie de l’enquête, elle occupe un poste de directrice d’un établissement d’hébergement (le centre éducatif de Villette). Sur la dernière partie de l’enquête (à la fin 2012), elle évolue vers un poste de cadre administratif, comme conseillère technique à la direction départementale de la PJJ. Elle assure dès lors la codirection du RIAD avec Mme Poncet, prenant la suite de Mme Maillet. Bénédicte Cristin explique avoir échoué à plusieurs concours administratifs (notamment celui de l’école de la magistrature) à l’issue de son diplôme de master avant de passer celui de directrice à la PJJ. Lors d’un emploi comme assistante de justice effectué au tribunal, elle a rencontré une directrice PJJ charismatique, « femme de caractère », venue pour des audiences chez le magistrat. Elle décrit son attrait pour la marginalité, les jeunes délinquants étant alors « un public qu’[elle] ne connaissai[t] pas bien », et l’idéal d’une « liberté » dans les fonctions de direction que cette rencontre lui a fait connaître.

Bénédicte Cristin : Finalement on se plaint beaucoup mais on est quand même assez libre. Si j’ai envie de mettre le paquet parce qu’il faut faire un dégagement avec un gamin et que j’ai envie pour ce gamin de le récupérer, je vais demander à un éducateur de faire 3 jours, de partir en roulotte avec le gamin, je sais pas où. Enfin, ça c’est des choses que je peux me permettre sans en informer, enfin… C’est des choses qu’on peut faire en interne.

24Parmi les membres permanents, deux psychiatres (Rémy Boissier et Gabrielle Dumont) et trois directeurs d’établissements éducatifs associatifs (Karim Amzaoui, Charles Giraud, Alain Nogent) sont des participants réguliers et actifs lors des réunions. C’est également le cas de Marc Favier, directeur éducatif, responsable de la Villa du conseil général. Il existe quatre autres associations gérant des établissements éducatifs dans le département, mais elles sont représentées de manière moins régulière et par divers travailleurs sociaux (parfois le directeur, parfois un adjoint) comme Youcef Chourfi.

Des participants discrets

25Par contraste avec le rôle prééminent des copilotes, trois autres femmes participent régulièrement au RIAD mais adoptent une position discrète, presque toujours silencieuse, durant les réunions. Mme Derbak-Thomas, âgée d’une cinquantaine d’années, est la secrétaire de Mme Poncet. Elle a la charge de rédiger les comptes rendus des réunions, qui résument les discussions sur le dossier. Elle y consigne les préconisations formulées en fin de séance. Elle réalise également les procédures d’évaluation du réseau : contacter à distance l’assistante sociale ayant présenté le dossier et compiler les données annuelles sur les situations présentées.

26Janine Levrant, la cinquantaine, est assistante sociale scolaire. Mme Poncet la présente de manière emphatique aux professionnels venus pour présenter la situation comme « représentant l’inspection académique ». Janine souligne l’inconfort de cette inadéquation « un peu délicate » avec la réalité de son statut dans son administration. Son affectation se répartit entre deux établissements scolaires affiliés à des milieux sociaux distincts : l’un est situé dans un quartier populaire, l’autre est un établissement professionnel au sein d’un quartier aisé. Elle s’appuie sur cet écart pour développer une connaissance des cas « difficiles ».

27Julie Philipon, assistante sociale à la MDPH, partage avec Mme Levrant un statut subalterne dans son administration et une grande discrétion au cours des réunions. Elle avance des motivations très générales à son activité d’assistante sociale (« être utile aux autres ») et souligne son inexpérience professionnelle. Âgée d’environ 25 ans, elle est le membre permanent le plus jeune du réseau. Julie Philipon a pris ce poste contractuel (donc temporaire) à la MDPH au début de mon enquête alors qu’elle sortait de l’école d’assistante sociale. Elle y a une activité essentiellement bureaucratique (sur dossiers), à distance des usagers. Elle apprécie les apports « théoriques » que lui procure cette activité mais se plaint du manque de « contact avec les familles ». Elle participe au RIAD sur injonction de sa hiérarchie. Son silence au cours des réunions ne lui procure pas d’insatisfaction. Si elle perçoit leur solennité et une forme de hiérarchie, plaçant Mme Poncet et le docteur Boissier comme des figures d’autorité, elle ne s’est pas sentie « brimée » dans l’accès à la parole. Elle adopte au cours des réunions une position passive et de retrait justifiée par son manque d’expérience professionnelle et son besoin d’apprendre, position qui est partagée par tous les acteurs les plus jeunes du RIAD.

Les psychiatres : se déprendre de l’asile

  • 18 Poste hospitalo-universitaire contractuel de deux ans, généralement occupé par les médecins après (...)

28Rémy Boissier est un psychiatre très actif ainsi qu’un membre régulier et prolixe lors des séances. À l’instar de Mme Cristin, il décrit un intérêt intellectuel pour les adolescents porteurs de « pathologies complexes ». Âgé d’une cinquantaine d’années, il fait remonter le début de son orientation professionnelle vers les adolescents à l’expérience avec les « toxicos qui ont un fonctionnement adolescent ». À la fin de son clinicat18, il a ouvert un service d’adolescents au sein du grand hôpital psychiatrique du Sermet avec l’aide du professeur Fontaine, son chef de service d’alors. Après avoir abandonné les premières démarches d’une carrière universitaire, il est désormais chef de service non universitaire et a depuis développé un large éventail de soins destinés aux adolescents. L’unité d’hospitalisation pour adolescents, créée en 1994, s’est construite sur les vestiges d’un service « de déficitaires » du Sermet. Divers types de patients, certains devenus adultes, y étaient accueillis de manière indifférenciée et permanente depuis leur enfance au motif de handicaps physiques ou mentaux lourds. Le docteur Boissier parle de l’élaboration de cette unité pour adolescents avec le professeur Fontaine, qui s’est appuyée de manière ambiguë sur la notion d’adolescent difficile.

J’ai élaboré le projet avec Fontaine, j’étais très d’accord sur des choses, il avait fait un projet pour adolescents difficiles. D’emblée il y avait un problème de compréhension de ce terme-là. Pour lui, c’était dans le sens d’adolescents qui avaient des problèmes psychopathologiques complexes, ce qui fait l’indication maintenant. Mais dans la tête de tous les autres, c’était le lien avec la justice. Il y avait la crainte qu’on se récupère tout ce que la justice voulait mettre du côté de la psychiatrie. Ce qu’on connaît en permanence, quoi ! Mais il avait mis cela car c’était ce qui permettait d’avoir des budgets. Fontaine avait des liens avec la préfecture, il y avait ce qu’on appelait la commission de la délinquance à l’époque. Sur le plan financier, ça a permis de débloquer un peu du côté de l’hôpital, alors que la direction était plutôt opposée.

29Gabrielle Dumont a une soixantaine d’années et se montre, elle aussi, loquace au cours des réunions du RIAD. Son parcours professionnel ressemble à celui de Rémy Boissier. Elle a participé à la mise en place d’une unité d’hospitalisation pour adolescents (« l’hôpital de semaine »), construite à partir de 1988 sur les vestiges d’espaces asilaires non spécialisés et assurant un hébergement au long cours pour des situations diverses d’inadaptation sociale d’enfants ou d’adolescents.

Moi, j’étais avec les « grands », comme on disait. En fait, c’était plutôt des pré-ados, des 9-14 ans, et on faisait des hospitalisations qui pouvaient durer des années. Puis, les ados sont arrivés, nous avons monté l’hôpital de semaine dans l’idée de travailler avec les partenaires d’emblée. Quand je dis : les ados sont arrivés, en fait, c’était surtout qu’avant on les refusait tout simplement. La demande était souvent une demande de relais de la part des structures, des foyers, de l’ASE, etc. avec des gamins qui venaient au départ pour 24 heures et qui étaient encore là 5 ans après. Moi, j’ai toujours pensé qu’il fallait sortir de ce modèle de l’hospitalisation temps plein au long cours. Les ados qu’on reçoit ne sont pas construits, pas globalisés. Alors il leur faut divers lieux pour exprimer divers petits bouts d’eux. Il a fallu souvent le répéter, mais au fil des années, nos partenaires ont compris.

30Depuis la création de cette structure, elle en est médecin responsable, mais, à la différence du docteur Boissier, elle n’a pas gravi les échelons hiérarchiques vers la chefferie de service. Elle aussi exprime son intérêt pour la marginalité des adolescents, ayant puisé sa motivation dans la « rencontre de tous ces ados, ceux qu’au départ on renvoyait ». Elle revendique sa formation psychanalytique et met en avant sa parenté avec les usagers comme un des ressorts de sa motivation professionnelle :

[Ma motivation professionnelle] doit toucher à ma propre adolescence. C’est une question de sensibilité personnelle. Pour pouvoir les accueillir, il faut forcément que ça nous touche, pour qu’on puisse avoir un minimum d’empathie…

31Cette rhétorique de la parenté avec les adolescents, qui est marginale dans le discours des psychiatres, structure en profondeur celui des travailleurs sociaux.

Les travailleurs sociaux et la parenté avec les adolescents

32Issus d’une longue promotion interne (de moniteurs non diplômés à directeurs), mettant en avant leur origine de quartiers populaires stigmatisés « un peu chauds », les travailleurs sociaux me reçoivent fréquemment à plusieurs. Ce traitement, qui ne m’était pas administré par les professions plus classiques et dominantes (magistrats, psychiatres, cadres issus de concours), figure la cohésion entre professionnels. Ainsi, dans cette séquence où j’aborde avec lui son parcours professionnel, Karim Amzaoui s’appuie sur Luc, l’éducateur qu’il a invité à venir se joindre à nous. Ils abordent tout autant qu’ils mettent en scène la « solidarité » :

Yannis Gansel : Donc quand vous disiez que vous avez une expérience avec la jeunesse, c’était déjà avant d’être éducateur spécialisé ?

Karim Amzaoui : Ah oui, oui, oui… à partir de 16 ans, 15-16 ans, 17 ans, j’avais déjà… mes petites expériences. Il rigole parce que (se tourne vers Luc)… ils se moquent de moi souvent. Ils me disent : quand je pars, si je vois un jeune avec une casquette, je l’amène ici (rires).

Luc : Ouais des fois, on prend des risques, pfft… si par exemple moi je conduis, on prend le risque qu’un jeune il se retrouve derrière.

Karim Amzaoui : Ouais : qu’est-ce que tu fais là ? Et hop !

Luc : Ouais, qu’il soit questionné sur sa présence.

Karim Amzaoui : Parce qu’on ne parle plus aux jeunes. Une fois, on était au collège, c’était avec toi (Luc acquiesce), tous les deux. On voit des jeunes vers le portail, on leur dit « alors vous êtes pas en cours ? » « Non, non monsieur, on va rentrer, on va rentrer ». On n’ose plus parler aux jeunes, alors que nous… voilà, on ne les connaissait pas quoi. C’est un phénomène de société, la société a beaucoup évolué.

Luc : C’est la question de la solidarité qu’il y a derrière.

  • 19 Everett C. Hughes, Le regard sociologique. Essais choisis, Paris, Éditions de l’EHESS, 1997, p. 28 (...)

33Si mon statut de psychiatre me donne « de droit » une entrée au réseau, il m’affilie de fait à un membre dominant de la hiérarchie locale. Les travailleurs sociaux qui me reçoivent en groupe ne font ici que rétablir la nécessaire « convention d’égalité »19 rendant l’entretien possible. Autre modalité de cette égalité : le retard systématique de Karim Amzaoui. De manière récurrente au début de nos entretiens, celui-ci me salue, puis s’excuse en mentionnant l’importance ou l’urgence d’une « situation avec un jeune », me condamnant à une attente devant son bureau. Je suis alors ostensiblement observé par les adolescents de son foyer. Faire attendre, c’est exercer une forme d’autorité personnelle, mais c’est également souligner le caractère précieux, pour ne pas dire sacré, du « jeune » qui prime sur le reste.

34Par contraste avec la rhétorique de l’intérêt intellectuel portée par les cadres administratifs et les médecins, la parenté avec les adolescents est structurante dans le discours des travailleurs sociaux. C’est le cas de Charles Giraud, de Karim Amzaoui ou encore de Marc Favier. Tous trois ont des parcours plus traditionnels que Mme Cristin vers les postes de direction, grâce à une succession de promotions internes depuis des statuts sans qualification académique initiale. Ainsi, Charles Giraud explique pourquoi « éduc’, c’est un peu un boulot de raté ». Il décrit les adolescents avec qui il travaille comme des « grands décrochés » et il souligne la parenté avec sa propre histoire « d’échec scolaire ». « Il faut que ça résonne un peu », dit-il.

Le plus grand décrochage c’est quand même le décrochage scolaire… Ce qui m’a probablement – je peux le dire maintenant – même sûrement amené à investir ce côté de la rééducation. Moi j’ai été en échec scolaire […]. Donc quand on a été exclu soi-même ça peut amener aussi à s’occuper des exclus.

35De la même manière, Marc Favier estime que son parcours social le rapproche des adolescents dont il s’occupe : « Quand je repense à quand moi j’étais gamin, dans mon quartier avec tout ce que j’ai fait, j’aurais dû être placé 10 fois ». Âgé d’environ 50 ans, Marc cite son origine d’un quartier populaire comme premier lieu d’une expérience où parcours personnel et professionnel se confondent. Il nomme le quartier des Jonquilles, fortement stigmatisé et associé à l’histoire d’émeutes urbaines au cours des années 1980 :

  • 20 Il fait ici référence à la « Marche pour l’égalité et contre le racisme » organisée fin 1983 par d (...)

Moi j’ai vraiment commencé en 81. À l’époque je faisais l’animateur aux Jonquilles, c’était la première année où il y avait la révolte des banlieues – moi je suis issu un peu de ça – j’habitais là-bas aussi à l’époque voilà. Donc j’ai tout connu là-bas : les premières voitures brûlées, la « marche des beurs »20 à l’époque, je ne sais pas si vous en avez entendu parler ?

36Un discours similaire se retrouve chez Karim Amzaoui, environ 45 ans, qui cite son origine sociale en précisant avec un peu de retenue « un quartier… un peu chaud ». Il associe expérience personnelle et professionnelle. « J’ai pratiquement tout le temps travaillé en lien avec des jeunes, ça ne date pas d’aujourd’hui. D’abord, dans mon quartier, très jeune […]. Puis des séjours à l’étranger avec des jeunes ».

37Fils de commerçant, Charles Giraud est issu d’un milieu rural et catholique. C’est un homme d’une cinquantaine d’années. Il mentionne également le quartier des Jonquilles, et réduit l’écart avec son propre parcours social en s’appuyant sur une expérience initiatique de « voyages » lointains dans des régions connues pour leur insécurité. Dans la séquence qui suit, il exprime son regret et sa désapprobation devant la « peur » et « l’intolérance » dont font preuve les « jeunes » éducateurs qu’il recrute et qui sont parfois « tétanisés » devant les adolescents.

Charles Giraud : La sécurité ou l’insécurité, c’est d’abord un sentiment qu’on ressent, qui est bien sûr lié à des raisons objectives mais des fois on peut être dans des contextes qui ne sont pas forcément sécurisants et ne pas avoir forcément le sentiment d’insécurité. Je le dirais tout simplement, moi j’ai voyagé quand j’étais jeune dans des conditions extrêmement précaires où probablement ma vie ne valait plus grand-chose et je n’avais pas du tout le sentiment…

YG : D’insécurité ?

CG : D’insécurité. Alors bon il y avait la jeunesse qui est un peu inconsciente… Il reste que non… Et c’est là qu’on s’aperçoit aussi que des fois, on a traversé des zones, des bidonvilles de cités réputées extrêmement dangereuses, dans lesquelles par parenthèses il ne m’est rien arrivé… En Afrique. Bon des fois, des moments d’insécurité… mais voilà ! Et là on se dit « On n’est pas dans des favelas non plus », mais on a l’impression que la peur est très, très vite présente. […] Un soir je suis allé récupérer un gamin, au temps où j’étais chef de service, le hasard a fait que je suis allé à minuit chercher un gamin aux Jonquilles… Bon, je n’en menais pas trop large. La seule personne que j’ai rencontrée m’a dit « Bonjour » ou « Bonsoir », ce à quoi j’ai répondu…

  • 21 Plan d’organisation de réponse de sécurité civile, déclenché par les pouvoirs publics en situation (...)

38Chez ces acteurs, ce n’est donc pas tant la parenté réelle ou imaginaire avec les usagers qui est remarquable que sa préséance dans la présentation qu’ils font d’eux-mêmes et de leur raison d’être auprès des adolescents. Cette parenté, évoquant la position des « ex-pro » (ex-usagers devenus professionnels), permet d’être plus tolérant, maître de soi et permanent dans sa présence auprès des adolescents. On ne déclenche pas le « plan ORSEC »21 si on a soi-même fait l’expérience d’une adolescence troublée. Cette parenté sert une forme de légitimité, reposant sur la tolérance vis-à-vis de comportements déviants des adolescents (« les gamins », « les jeunes ») et la disqualification des professionnels « sortis de l’école ». « Nous, on a le souci du gamin » explique Karim Amzaoui, un souci éprouvé de manière intime et personnelle.

39Enfin, la territorialisation de cette expérience est centrale, inscrivant les éducateurs comme les jeunes dans les « quartiers chauds » de banlieue fortement stigmatisés (la peur des Jonquilles en est l’illustration). Les travailleurs sociaux s’y rattachent, soit par leurs origines familiales soit par leur rapprochement biographique par « les voyages » exotiques.

Les juges absents

40Nicole Ivernois a un statut particulier au RIAD. Juge des enfants, présidente du tribunal des mineurs, elle est remarquée par son absence. Inscrite de manière constante sur la liste de membres permanents, elle ne se rend pourtant à aucune séance durant toute la durée de l’enquête. Âgée d’une cinquantaine d’années, elle me reçoit avec une simplicité qui contraste avec la solennité du tribunal situé dans un bâtiment récent à l’architecture ambitieuse et dont l’accès est contrôlé par les services de police. Son bureau est vaste, décoré de photos noir et blanc d’enfants pauvres, dans la lignée classique de l’agence Magnum. Deux adolescentes viennent frapper à sa porte et la saluent d’un chaleureux « bonjour madame Ivernois » avant de s’éclipser sans donner plus de raison sur leurs déambulations dans les couloirs du tribunal. Dans la salle d’attente, un couple attend une audience avec leur enfant. Deux travailleuses sociales les accompagnent et discutent avec eux du retard des magistrats, comparant le cabinet du juge avec le « médecin à la campagne ». En effet, le discours du magistrat se rapproche de celui des médecins et des cadres administratifs : l’ouverture, l’intérêt intellectuel (passant par la psychanalyse et les sciences sociales) pour les adolescents et le contact avec cette population marginale, vulnérable et méconnue (« C’est souvent des jeunes qui n’ont pas de cohérence, c’est dur pour eux » dit-elle) sont autant de moteurs et de sens du travail. Pour Nicole Ivernois, la « rencontre » au hasard d’un parcours académique, ainsi que la « résonance » personnelle sont à l’origine de son choix de travailler avec les adolescents :

Je suis rentrée dans la magistrature comme ça, après avoir tenté et réussi le concours. Je suis rentrée dans la magistrature avec une vision extrêmement naïve de ce qu’on y faisait. Dès le début, à l’école de la magistrature et dans les stages qu’on fait, les gens que j’ai rencontrés dans les fonctions enfants ont été des gens exceptionnels, ouverts, faisant preuve d’intérêt pour plein de choses… ce qui n’est pas le cas de tout le monde. J’ai été assez en lien avec ces gens-là. […] Pour moi le métier de juge a des résonances, quelles que soient les fonctions qu’on occupe. Il y a une dimension humaine qui existe quand on est juge des enfants bien sûr, mais quand on divorce les gens aussi et quand on les condamne aussi. Ce que je ne suis pas par contre, c’est plutôt les juges très civilistes. Je ne suis pas une passionnée du droit civil et des fissures dans les cheminées et les piscines. Ça, ça me plaît moins. Mais tout ce qui est autour du contact, quel que soit la manière dont on l’aborde, m’intéresse, y compris quand c’est pénal.

41L’absence des juges est souvent commentée au RIAD. Mme Poncet assure qu’elle est le fait de problèmes d’agenda et de leur manque de disponibilité. Les autres acteurs ne suivent qu’en partie cette interprétation officielle donnée au cours des réunions et on peut identifier deux facteurs concourant à leur absence. Premièrement, comme l’explique Mme Cristin : « clairement je pense qu’ils n’ont pas envie d’être mis en cause ». Nicole Ivernois confirme cette dimension d’évitement d’une épreuve de justification professionnelle : « Il y a des collègues qui ne veulent pas y aller parce qu’ils ont l’impression que c’est un lieu où on va leur demander de faire ci ou de faire ça. Et qu’ils ont pas envie, ils se sentent un peu instrumentalisés ». La magistrate qui succédera à Nicole Iverois me confirma, quelques années après la fin de l’enquête, qu’elle non plus ne souhaitait pas se rendre au RIAD car elle estimait que le « principe du contradictoire » en matière d’assistance éducative n’était pas respecté du fait de l’absence des familles lors des réunions. Cette position rejoint la crainte d’être « instrumentalisés » : il s’agit d’affirmer une autonomie professionnelle en « recadrant » l’activité du réseau selon les savoirs juridiques. La pénétration clinique de plus en plus importante au cours des années 2000 pousse les magistrats à se retrancher dans leur domaine professionnel.

42Deuxièmement, le retrait des magistrats coïncide avec un recul de la participation des équipes PJJ. Ce recul est lié aux « évolutions de [cette] administration » pour reprendre l’analyse de Mme Cristin et en particulier à la réforme de la protection de l’enfance de 2007. Dès lors, le conseil général porte plus fortement le RIAD et les magistrats se trouvent « mis de côté » comme le dit Nicole Ivernois. Gabrielle Dumont estime, pour sa part, que lorsque les juges venaient au réseau, « c’était moins psy. [Le juge] aussi était très écouté, il apportait quelque chose, il occupait une place solennelle ». Les réformes judiciaires constituent donc le second facteur concourant à l’absence de juges au RIAD. Ces réformes organisent à la fois un rationnement et une rationalisation des institutions judiciaires (tribunal pour enfants, PJJ), redistribuant les missions de protection aux conseils généraux. Elles ont ici des effets directs sur l’organisation du réseau : les magistrats ont moins de temps, leurs interventions, devenues subsidiaires en matière éducative à partir de 2007, sont de plus en plus confinées au droit pénal. C’est dans ce contexte que le réseau est devenu « plus psy », expression dont nous allons maintenant explorer la portée.

Notes

1 Benjamin Derbez, « Négocier un terrain hospitalier », Genèses 78, no 1, 2010, p. 105.

2 Muriel Darmon, « Le psychiatre, la sociologue et la boulangère : analyse d’un refus de terrain », Genèses 1, no 58, 2005, p. 108.

3 J’aborderai plus loin l’importance de ce processus.

4 On retrouve cette expression et la description de cette scène des urgences dans une allocution d’Édith Coutant, directrice PJJ, intitulée « La légende de la patate chaude » lors du séminaire Santé et Justice tenu en mai 2000 à Paris sur le thème des adolescents difficiles. Ministère de la Justice et Ministère de la Santé et des Solidarités, « La prise en charge des mineurs en grande difficulté », p. 89.

5 L’enquête à couvert est réalisée par un chercheur membre d’un groupe social ou nouveau venu disposé à en devenir membre et qui ne signale pas son activité d’observation. Cette posture permet de contourner les interdictions d’accès au terrain. Mais elle pose des problèmes méthodologiques comme celui de ne pas produire une réflexion sur la perturbation produite par l’enquête ou bien encore celui de se voir imposer des limites et une place sans bénéficier de la mobilité d’un chercheur identifié comme tel. Daniel Bizeul, « Le récit des conditions d’enquête : exploiter l’information en connaissance de cause », Revue française de sociologie 39, no 4, 1998, p. 767. En ligne : [https://doi.org/10.2307/3323009].

6 Jeanne Favert-Saada oppose la posture de « prise et reprise » à l’idéal d’a-topie du sujet théoricien.

7 Robert R. Faulkner et Howard S. Becker, « Studying Something You are Part of: The View from the Bandstand », Ethnologie française 38, no 1, 2008, p. 15‑21.

8 Observation du 19 juin 2009.

9 Comme nous le verrons, leur participation a connu une évolution durant l’enquête.

10 Document du réseau : Bilan des années 2008 à 2011.

11 Document du réseau : Bilan de l’année 2012.

12 Au sens de Joseph R. Gusfield, « Constructing the Ownership of Social Problems », je détaillerai cette analyse plus loin.

13 Document du réseau : dossier de presse sur la solidarité, conseil général, 2009.

14 Document du réseau : bilan d’activité des années 2000 à 2005.

15 Alain Rey éd., Dictionnaire culturel en langue française, p. 2109.

16 Valérie Quentin jusqu’en juin 2010, Raphaëlle Maillet de septembre 2010 à janvier 2013, puis Bénédicte Cristin à partir de janvier 2013.

17 Depuis la fin des années 1990, la PJJ a fait l’objet de plusieurs réorganisations successives. Au moment de l’enquête, deux parcours jusqu’aux fonctions de direction coexistent : d’une part, la promotion interne depuis un poste d’éducateur, qui avait été le parcours le plus commun ; d’autre part, le recrutement sur concours avec un niveau académique de première année de master, suivi d’une formation en un an. Cette seconde modalité de recrutement, qui est celle de Mme Cristin, a été privilégiée par les réorganisations ultérieures de l’administration.

18 Poste hospitalo-universitaire contractuel de deux ans, généralement occupé par les médecins après la formation initiale de l’internat et qui représente une étape nécessaire vers une carrière universitaire à la faculté de médecine.

19 Everett C. Hughes, Le regard sociologique. Essais choisis, Paris, Éditions de l’EHESS, 1997, p. 286.

20 Il fait ici référence à la « Marche pour l’égalité et contre le racisme » organisée fin 1983 par des habitants d’un quartier de banlieue lyonnaise, les Minguettes, et par un prêtre, le père Delorme dans un contexte de violences xénophobes locales et nationales.

21 Plan d’organisation de réponse de sécurité civile, déclenché par les pouvoirs publics en situation de catastrophe.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search