Version classiqueVersion mobile

Vulnérables ou dangereux ?

 | 
Yannis Gansel

Partie 1. Généalogie de la catégorie d’adolescents difficiles

Chapitre 2

Disciplines de l’adolescence

Texte intégral

1C’est à la fin des années 1960 que des cliniciens « découvrent » les adolescents difficiles, c’est-à-dire qu’un savoir clinique sur la marginalité institutionnelle se déploie. Mais avant de décrire ce moment crucial, il nous faut en désarticuler la trame culturelle, politique et épistémologique, retracer l’histoire sociale sinueuse de la marginalité institutionnelle et décrire comment des psychiatres en sont arrivés à produire ces savoirs au sein d’un entrelacement disciplinaire complexe et fortement concurrentiel.

Droit, pédagogie et aliénisme (1820-1870)

  • 1 En particulier Jean-Noël Hallé et l’École de médecine de Paris.
  • 2 Jacques Arveiller, « Adolescence, médecine et psychiatrie au xixe siècle », L’Évolution psychiatri (...)
  • 3 Au sens premier, la puberté désigne le développement de la pilosité. Cette définition reste encore (...)
  • 4 Chez Jean-Jacques Rousseau, par exemple, dans Émile ou De l’éducation, publié en 1762.

2Dès la fin du xviiie siècle, la médecine1 pose une nouvelle définition de l’adolescence, substituant les savoirs physiologiques à une cosmogonie antique organisée par les chiffres, qui s’était attachée à différencier les âges de la vie en tranches égales dites « canoniques »2. L’adolescence se délimite dès lors selon des critères physiologiques allant du début de la puberté à la fin de la croissance staturo-pondérale3. À compter de cette date, une pensée médicale contemporaine sur l’adolescence et sur ses maladies spécifiques commence à se développer. Deux sphères intéressent particulièrement ces médecins : les pathologies ayant trait aux organes génitaux, comme l’éréthisme génital (expliquant le penchant pour la masturbation chez les adolescents) et celles liées au système cardio-pulmonaire (comme la phtisie). Ces maladies, de la sexualité et des voies respiratoires, traitent toutes deux des dangers que produisent la promiscuité des nouvelles formes de vie sociale, l’industrialisation et l’urbanisation croissante. Elles concourent à dessiner le portrait d’un jeune sujet troublé et troublant, également alimenté par la littérature romanesque et philosophique4.

  • 5 L’hébéphrénie décrite par Karl Ludwig Khalbaum en 1871 constitue un premier exemple d’une maladie (...)
  • 6 C’est aussi la période où émerge la pédiatrie comme discipline médicale autonome avec ses traités (...)
  • 7 La séparation des enfants et des adultes n’y devient réglementaire qu’à partir des années 1830. Da (...)
  • 8 Claude-Olivier Doron, « Races et dégénérescence. L’émergence des savoirs sur l’homme anormal », Th (...)
  • 9 Michel Foucault, Le pouvoir psychiatrique : cours au Collège de France, 1973-1974, Paris, Seuil, 1 (...)

3Si, au cours du xixe siècle, l’aliénisme s’intéresse progressivement à l’enfance, cette protopsychiatrie négligera longtemps l’adolescence. Les aliénistes considèrent qu’à partir de la puberté les malades relèvent du même traitement que les adultes. Jusque dans les années 1870, les adolescents sont étudiés dans les traités généraux de psychiatrie et ils sont soignés dans les asiles départementaux où ils représentent autour de 5 % des admissions5. Cependant, la médecine aliéniste développe très tôt des conceptions cliniques sur l’enfance anormale6. Dès les années 1820, ce développement s’opère à la marge de l’asile7, dans la criminologie (avec la notion de folie morale) et la pédagogie spécialisée (portant sur l’idiotie en particulier). Ces pratiques « médico-légales » et « médico-pédagogiques »8 constituent des « points de généralisation du pouvoir psychiatrique »9, se nourrissant de liens de contiguïté et de chevauchement entre psychiatrie, pédagogie et droit. En effet, la spécialisation psychiatrique sur l’adolescence s’étire lentement de deux radicules au cours du xixe siècle, entrelaçant intimement mais parfois de manière conflictuelle médecine, droit et pédagogie.

  • 10 La plupart des critères du trouble de personnalité antisocial utilisés par le manuel de l’American (...)
  • 11 Jacques Arveiller, « De la folie morale », L’Évolution psychiatrique, no 66, 2001, p. 615. En lign (...)
  • 12 C’est le cas d’abord avec la manie sans délire chez Philippe Pinel (1745-1826), puis avec la monom (...)
  • 13 La notion de « lésion » renvoie de manière analogique au modèle anatomo-clinique de Xavier Bichat, (...)
  • 14 Robert Castel, Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère… un cas de parricid (...)

4La criminologie constitue la première de ces radicules. De la manie sans délire des années 1800 à la psychopathie au début du xxe siècle, une succession de catégories cliniques s’attachent avec une constance troublante10 à décrire un trouble mental manifesté essentiellement par des comportements « anti-sociaux », transgressant plus ou moins gravement et fréquemment les règles de vie en société. Prémices de la criminologie, cette nosologie du seul comportement déviant s’articule autour d’un paradoxe originel : « comment ranger dans la pathologie mentale ces sujets dont le comportement social semble si perturbé alors même que le champ où l’aliéniste va chercher volontiers les signes de la pathologie, la pensée, traduite par le langage dans la transaction verbale duelle est habituellement préservée ? »11. Chez les premiers aliénistes12, l’abord clinique de ces conduites transgressives repose sur une partition théorique entre fonctions de l’entendement (perception, mémoire, jugement), qui sont préservées chez ces malades, et fonctions morales ou affectives (affection, conduite, mœurs), qui sont lésées13. Cette clinique de la conduite sociale se constitue autour des cas spectaculaires de meurtres irrationnels. Les plus remarqués furent ceux perpétrés par Henriette Cornier, qui, en 1825, décapite la petite fille de ses voisins sans raison apparente, et Pierre Rivière qui, en 1835, égorge une partie de sa famille. De tels crimes, exceptionnels et incompréhensibles, ne s’accompagnent d’aucun autre signe de maladie. Ils permettent la conquête par les aliénistes d’un « espace d’intervention » gagné sur le territoire judiciaire14. Là où la logique juridique est prise en défaut par l’irrationalité de l’acte, l’étude aliéniste des facultés mentales inscrit l’acte criminel dans la médecine. Mais ce développement d’une clinique de l’acte transgressif seul engendre une série d’ambiguïtés à la fois sur le plan nosologique et pratique, se heurtant à la structuration « sans zone-frontières » entre justice et médecine (ibid., p. 387). La folie morale est-elle une entité autonome ou doit-elle être rattachée à une catégorie pathologique plus large ? Et, connectées à cette question, en viennent d’autres, qui ouvrent des débats à la Société médico-psychologique en 1854 : quel doit être le traitement de ces malades ? Les monomanes homicides doivent-ils être internés à l’asile ? La pratique de l’expertise doit-elle être généralisée pour les criminels ? Ces questions conduisent à la constitution de la criminologie comme discipline autonome au cours de la seconde moitié du xixe siècle. À cette période, le crime subit un double mouvement : il devient à la fois objet de science et se voit érigé en une condition, détachée de la pathologie. Des pratiques médico-légales se développent ainsi à la marge de l’aliénisme et de l’asile et prennent de plus en plus de distance avec les catégories de l’aliénisme (manie sans délire, monomanie) et ses figures tutélaires (Pinel, Esquirol).

  • 15 Les conceptions de Voisin seront ainsi reprises par Bénédicte Augustin Morel au sujet de la dégéné (...)
  • 16 En référence à l’orthopédie qui corrige les écarts avec la norme.

5Le second pôle d’où va naître une spécialisation psychiatrique sur l’adolescence est celui de la pédagogie, où reste, au milieu du xixe siècle, un interstice à habiter entre l’idiotie et la folie. Félix Voisin (1794-1872) développe dans les années 1830 une nosologie de l’enfance. Il reprend en la modifiant la catégorie nosographique de l’idiotie établie par Esquirol. Pour ce dernier, l’idiotie est distincte de la manie en ce que les fonctions de l’entendement n’ont jamais été acquises. Elle constitue donc un état ou une condition, mais pas une maladie éventuellement curable. Voisin apporte une modification significative à cette nosographie en passant du « cognitif au volitif ». Il élargit la catégorie aux altérations non seulement intellectuelles mais aussi « instinctuelles », connectant ainsi l’enfance anormale avec les analyses médico-légales et bientôt criminologiques. La nosologie de Voisin procède d’un « humanisme fondamental », au sens philosophique des Lumières : tout homme porte en lui la forme de l’humaine condition, que la maladie vient altérer mais ne fait pas disparaître. Si pour Esquirol, l’idiot ne peut être plus que ce qu’il est, pour Voisin, il n’est pas ce qu’il devrait être (c’est-à-dire pleinement humain). L’intérêt aliéniste pour l’enfance s’appuie ici sur l’idée d’une prévention des évolutions vers différents penchants « anormaux », dont fait partie le crime15. Dans cette logique, l’enfance irrégulière, inadaptée aux établissements habituels, est un point de focalisation : elle est le moment où le rétablissement peut se faire avant que les mauvaises habitudes soient prises et que les inflexions vers la criminalité ou la maladie s’établissent. Voisin développe un établissement « orthophrénique »16. Cette extension de la médecine aliéniste, par hybridation avec la pédagogie, crée un nouveau domaine médico-pédagogique. La notion de dangerosité y est centrale et l’idiotie fournit un exemple de cette évolution. Pour Esquirol, cet état se différencie de l’aliénation mentale, et doit être traité dans les hospices dédiés à l’incurabilité. Voisin et les médecins développant l’approche médico-pédagogique vont, au contraire, l’établir comme une entité pathologique à part entière justifiant un traitement. Leur position l’emporte dans la loi de 1838 sur l’internement : les idiots peuvent désormais relever de l’asile s’ils sont dangereux, car ils justifient alors un traitement.

Entre jeunesse magnifiée et menaçante (1870-1945)

  • 17 Ce parcours suit quatre grandes étapes législatives : la création des prisons d’amendement pour mi (...)
  • 18 Éric Pierre, « La colonie agricole de Mettray : établissement pénitentiaire et établissement d’ass (...)
  • 19 Cette disposition remontant à l’Ancien Régime autorisait un père à faire incarcérer son descendant (...)
  • 20 Ces dispositions sont entérinées par des législations successives entre 1841 et 1889.
  • 21 Patrice Bourdelais, « L’intolérable du travail des enfants Son émergence et son évolution entre co (...)
  • 22 François Marty, « L’adolescence dans l’histoire de la psychanalyse », L’Évolution psychiatrique 71 (...)

6Au cours des deux dernières décennies du xixe siècle et jusqu’à l’hécatombe de la première guerre mondiale, la société française est marquée par l’industrialisation, l’urbanisation croissante et une période relativement prolongée de paix. Un rapport complexe se noue alors entre l’État et la jeunesse, qui aboutira à l’apparition de trois grands champs disciplinaires et d’action publique : la pédagogie spécialisée, la justice des enfants et la pédopsychiatrie. Trouvant leurs racines sous la IIIe République et atteignant leur apogée dans les années de l’entre-deux-guerres, une conjonction de mouvements sociaux, politiques et législatifs alimente une vision ambivalente de la jeunesse déviante, prise entre protection et prévention. D’une part, elle est l’objet d’un mouvement assistanciel et caritatif. La critique de l’enfermement des enfants et des châtiments corporels prend alors une voix de plus en plus audible, à l’issue d’un long parcours de séparation entre enfants et adultes dans le système pénal17. Parallèlement et de manière synergique, un droit protectionnel des mineurs apparaît durant la seconde moitié du xixe siècle, sous l’influence de divers acteurs (juristes, médecins, avocats), constituant notamment un « Comité de défense des enfants traduits en justice ». À partir des années 1870, l’augmentation des lois et des normes administratives délimite un nombre toujours croissant de catégories d’enfants et de jeunes pour lesquels l’État doit se substituer à leurs familles absentes ou incapables18. Illustrées par la loi de déchéance paternelle en 1889, venant pour la première fois écorner le droit absolu de « correction paternelle »19, ces lois modulent l’exclusivité de l’autorité des familles et introduisent les pratiques de contrôle social et d’assistance éducative. La limitation puis l’interdiction du travail des enfants20 sont intimement liées à cette logique de protection portée par des philanthropes, des juristes et des médecins. Mais ces législations sur le travail des enfants sont également connectées à des réformes scolaires, les lois de Jules Ferry dans les années 1880 en étant l’illustration la plus visible. Ensemble, elles répondent aux besoins d’une main-d’œuvre plus qualifiée pour satisfaire les évolutions industrielles21. L’obligation et la prolongation de la scolarité appellent alors le traitement des inadaptations scolaires22, auxquelles les pédagogues vont s’attacher à répondre.

  • 23 Audric Vitiello, « L’enfant dans la modernité : entre mineur en danger et mineur dangereux », La d (...)
  • 24 Ce concept, notamment promu par Bénédict-Augustin Morel en France, postulait le caractère hérédita (...)
  • 25 Francine Muel, « L’école obligatoire et l’invention de l’enfance anormale », Actes de la recherche (...)
  • 26 Jean-Jacques Yvorel, « Quelques figures de la dangerosité juvénile : regard historique », p. 54.

7Par contraste avec ce mouvement de protection, l’enfance fait également l’objet d’une attention sécuritaire accrue entre la fin du xixe siècle et la première guerre mondiale. Du « gamin de Paris » aux « Apaches », les représentations alarmistes de la jeunesse se succèdent jusqu’au début du premier conflit mondial23. Il s’agit, après les affres de la Commune, de réorganiser et d’encadrer une société menacée par la « dégénérescence »24 qui conduit au crime et par la montée de la contestation ouvrière dans des régimes démocratiques instables25. Ces ambiguïtés produisent un discours oscillant entre deux pôles : « Un plaidoyer pour une jeunesse magnifiée […] et la prophétie alarmiste qui décrit une jeunesse anomique »26.

  • 27 Nicolas Sallée, Éduquer sous contrainte.
  • 28 Jacques Bourquin et Michel Robin, « De l’Éducation surveillée à la Protection judiciaire de la jeu (...)
  • 29 Portée par le journaliste Alexis Danan, elle inspira un poème, La chasse aux enfants, à Jacques Pr (...)
  • 30 Nicolas Sallée, Éduquer sous contrainte, p. 32.

8Prise dans ce mouvement ambivalent, entrelaçant vulnérabilité et dangerosité de la jeunesse, assistance et surveillance de la part des institutions publiques, l’enfermement est peu à peu remplacé par des mesures de réhabilitation. Pendant longtemps, les réformes législatives n’ont que peu d’effet sur le traitement des mineurs. Jusqu’en 1945, ils restent surtout reclus dans les colonies pénitentiaires (pour les garçons) et les établissements du Bon Pasteur (pour les filles) hérités du milieu du xixe siècle27. En 1927, les colonies sont rebaptisées en « maisons d’éducation surveillée », mais les principes et les pratiques n’ayant pas changé, on dénonce alors cette « réforme de papier »28. En 1934, la révolte des « enfants du bagne » à la colonie pénitentiaire agricole et maritime de Belle-Île-en-Mer initie une campagne de critique de leur internement29. Le scandale enfle et le mouvement s’accélère dans l’entre-deux-guerres. Durant ces deux décennies, de nouvelles institutions voient le jour : écoles de préservation et instituts de rééducation, qui entendent à la fois remédier aux excès disciplinaires des prisons et des colonies pénitentiaires et répondre aux demandes judiciaires de placement des enfants à protéger. L’idée d’un juge unique (pour la protection et la punition), concrétisée en 1912, puis l’emblématique ordonnance du 2 février 1945 viennent couronner ces évolutions. En réalité, l’ordonnance de 45 instaure un droit pénal spécialisé des mineurs plutôt qu’elle ne les sort du droit pénal, les inscrivant dans une tension durable entre nécessité de protection et respect du principe de responsabilité du justiciable30.

  • 31 Pascale Quincy-Lefebvre, Familles, institutions et déviances : une histoire de l’enfance difficile (...)

9C’est également à cette période, entre les guerres, que deux nouveaux types d’acteurs entrent sur la scène de l’enfance déviante : les psychiatres et les assistantes sociales31. Les premiers se placent à la porte de ces nouvelles institutions, à travers le développement de consultations au sein des patronages puis avec les techniques de « l’observation » dans les établissements de placement, visant avant tout à établir la capacité de formation de l’enfant et à juger de sa docilité. Les seconds viendront répondre au besoin d’enquête sur l’éducation familiale, rendu nécessaire par la mise en cause de l’autorité de père et qui ne pouvait être comblé par la faible compétence des services de police. C’est ainsi que les tensions entre protection du jeune sujet en devenir et sécurité publique organisent l’émergence d’une psychiatrie spécialisée, dans l’entre-deux-guerres, aux confins de l’école et du tribunal.

  • 32 On pourra se référer ici à la modélisation du « système des professions », avancée par Andrew Abbo (...)
  • 33 Annick Ohayon, Jacqueline Carroy et Régine Plas, Histoire de la psychologie en France : xixe-xxe s (...)
  • 34 Sylvie Châles-Courtine, « De la “bosse du crime” aux expertises médico-judicaires : une analyse so (...)
  • 35 Elle est intitulée « Enfants anormaux et délinquants juvéniles : nécessité de l’examen psychiatriq (...)
  • 36 Marie Bienne, « “Les enfants terribles”. La psychiatrie infantile au secours de la famille : la co (...)
  • 37 Annick Ohayon, Jacqueline Carroy et Régine Plas, Histoire de la psychologie en France, p. 128.

10Lorsqu’éclate la seconde guerre mondiale, la psychanalyse de l’enfant et la psychologie clinique connaissent des développements contemporains à ceux de la pédopsychiatrie, si bien que ces trois disciplines ont alors des définitions et des délimitations académiques et institutionnelles très poreuses, qui sont encore largement en cours de négociation32. Le constitutionnalisme avancé par Ernest Dupré au tournant des xixe et xxe siècles affirme, de manière syncrétique, « en même temps le primat de l’hérédité et l’influence du milieu social »33. À cette période, « les causes anatomiques et physiologiques pour expliquer la criminalité semblent s’affaiblir au profit d’hypothèses psychologiques »34. La notion de « nature criminelle » se modifie et l’idée d’une criminalité latente, confondant les limites entre l’homme honnête et le criminel, se développe. Ces évolutions aboutissent à la catégorie du « pervers constitutionnel », avancée par Ernest Dupré en 1912 au Congrès des aliénistes de Tunis. Date clé dans la spécialisation de la psychiatrie sur l’enfance, la thèse de médecine sur « les enfants anormaux »35 soutenue en 1914 par Georges Heuyer (1884-1977) reprend en partie ces éléments du constitutionnalisme. À partir de 1925, Heuyer dirige une clinique infantile à Paris, adossée à la fois à l’hôpital des Enfants malades, à l’hôpital Sainte-Anne et à la fondation privée du juge Henri Rollet, spécialiste de « l’enfance coupable »36. S’y formeront les grands noms de la psychiatrie et de la psychanalyse infantiles tels Françoise Marette-Dolto, Serge Lebovici ou Didier Anzieu. Heuyer lui-même sera membre de la Société psychanalytique de Paris. Il entend « s’appuyer sur les statistiques pour asseoir sa légitimité et prouver son efficacité »37. En 1926, il étudie ainsi les enfants confiés au patronage par les tribunaux. Heuyer critique la politique du châtiment et de l’exclusion, soutenue par la notion de perversité (par essence inamendable) de Dupré. Pour autant, dans sa thèse, il prône la séparation des anormaux et des normaux pour éviter la contagion de ces derniers. La rupture avec Dupré n’est donc pas consommée.

  • 38 Ils en proposent une définition générique : « est inadapté un enfant ou un adolescent de moins de (...)
  • 39 Christian Rossignol, « Quelques éléments pour l’histoire du “Conseil technique de l’enfance défici (...)
  • 40 Jusqu’à la seconde guerre mondiale, le traitement des déviances juvéniles et infantiles se réparti (...)

11À l’instar de la psychologie clinique et de la psychanalyse avec lesquelles elle entretient des liens étroits, la spécialisation psychiatrique sur l’enfant s’appuie, tout en s’en distanciant, sur les considérations très naturalisantes adoptées par la criminologie au début du xxe siècle. Comme Heuyer, Daniel Lagache (1903-1972) œuvre au développement de la psychanalyse en France et à une extension des sciences du psychisme vers la délinquance et l’inadaptation scolaire. « Philosophe-médecin » et psychanalyste, membre de la Société psychanalytique de Paris à partir de 1937, il migre sous le régime de Vichy de Strasbourg à Clermont-Ferrand, où il pratique la psychothérapie de jeunes délinquants. Lagache participe avec Georges Heuyer au « Conseil technique de l’enfance déficiente et en danger moral » mis en place par le régime de Vichy à partir de 1943 (ibid., p. 11). Ils s’efforcent alors de substituer le terme générique d’« enfance inadaptée »38 à la polysémie antérieure (enfance déficiente, irrégulière, coupable, anormale, etc.). L’histoire, encore peu explorée à ce jour, de ce Conseil montre que cette substitution de termes revêt différentes dimensions39. Sur le plan organisationnel, elle mobilise l’enjeu de regrouper sous une unique tutelle sanitaire des structures peu organisées et disparates (établissements religieux privés, classes de perfectionnement sous tutelle de l’enseignement public, maisons d’éducation surveillée sous tutelle pénitentiaire, instituts médico-pédagogiques au sein des asiles d’aliénés)40. Sur le plan politique, elle se situe dans le contexte des rapports entre l’État français et les forces d’occupation allemandes, partageant pour partie des pratiques eugéniques ségrégatives, voire homicides, destinées aux « inadaptables » et des conflits de juridiction sur la jeunesse démobilisée de l’armée en 1940. Sur le plan scientifique enfin, elle fait explicitement référence à l’idée darwinienne de la sélection naturelle des inadaptés.

  • 41 Francine Muel, « L’école obligatoire et l’invention de l’enfance anormale », p. 69.
  • 42 Bertrand Ravon, L’échec scolaire. Histoire d’un problème public, Paris, In Press, 2000, p. 31.
  • 43 Robert Castel, La gestion des risques : de l’antipsychiatrie à l’après-psychanalyse, Paris, Minuit (...)
  • 44 Ainsi, au moment de la mise en place des secteurs, la psychiatrie de l’enfant et celle de l’adulte (...)

12Pendant ces trois premières décennies du xxe siècle, l’obligation et la prolongation de la scolarité font apparaître le problème des inadaptés au sein de l’école en pleine refonte républicaine. Déficients et anormaux n’ont de cesse de rappeler le troublant constat que « l’école pour tous n’est pas l’école de tous »41. Les politiques publiques tentent de concilier les enjeux contradictoires de la promotion individuelle et de la cohésion sociale et se heurtent à l’aporie républicaine entre « la sélection des meilleurs et la promotion de tous »42. Tout comme la dénonciation de l’enfermement dans les colonies pénitentiaires, les problématisations successives de l’échec scolaire cristallisent la confrontation de la société démocratique à l’impossibilité de partager avec tous ses membres l’idée du progrès qui l’a construite. Avant la psychanalyse, c’est d’abord la psychologie expérimentale qui se saisit de ce dilemme scolaire et produit l’étude de l’intelligence et la psychométrie (développée en particulier par Alfred Binet). Entre les deux guerres, la rencontre entre psychiatrie et pédagogie autour des apprentissages scolaires se fait dans « un dispositif monté en dérivation sur le système scolaire et non sur le système psychiatrique »43. Il en résulte des institutions faiblement médicalisées, souvent indépendantes44 de la psychiatrie publique et fortement adossées à l’Éducation nationale (tels les internats médico-pédagogiques en 1935 puis les centres médico-psycho-pédagogiques en 1945). Après-guerre, la psychanalyse s’y implante plus timidement que dans l’éducation surveillée. Contrairement à la délinquance des mineurs, ces structures associatives tombent en partie en dehors du champ des politiques publiques et relèvent bien plus du domaine privé (familial, associatif ou ecclésial). Il faudra attendre la mise en place des secteurs de psychiatrie, à partir des années 1970, pour que ce système psychopédagogique soit plus intégré dans l’action publique et que la psychanalyse s’y développe plus nettement.

La clinique psychanalytique des déviances juvéniles (après 1945)

  • 45 Dans l’exposé des motifs de l’ordonnance du 2 février 1945.
  • 46 Dominique Youf, « Éducation, clinique et sanction pénale dans la prise en charge des mineurs délin (...)
  • 47 Ainsi que le montre Nicolas Sallée, cette notion d’observation se déroule en deux temps. Elle est (...)
  • 48 Dominique Youf, « Éducation, clinique et sanction pénale », p. 85.
  • 49 De ce point de vue, les enfants sont traités comme les aliénés jugés irresponsables de leurs crime (...)

13À partir de 1945, ces évolutions prennent la forme d’une spécialisation : les différentes disciplines (droit, médecine, psychologie, pédagogie) traitant des déviances juvéniles organisent quatre grands secteurs d’action publique : justice des mineurs, psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, pédagogie spécialisée, protection de l’enfance. Chacun de ces secteurs développe ses cibles d’intervention, relatives à des normes (familiales, scolaires, sanitaires, judiciaires) qui leur sont propres, et produit ses institutions spécifiques. Après la tentative vichyste de situer ces différentes actions sous l’unique tutelle médicale du Conseil technique, l’ordonnance de 1945 marque l’entrée dans cette aire nouvelle. Signant l’indépendance de la justice des mineurs et son évolution vers une action plus préventive que punitive, elle coïncide de près avec la spécialisation pédopsychiatrique, où la psychanalyse de l’enfant occupe une place croissante. Ces deux mouvements convergent pour établir l’acte délinquant en un objet clinique, poursuivant l’extension de l’aliénisme amorcée dès les années 1820 au sujet des anormaux. Portée après-guerre par des psychologues et psychiatres disciples de Lagache et Heuyer, la psychanalyse propose un modèle clinique des déviances juvéniles, qui va conceptualiser et diriger progressivement les nouvelles pratiques de l’éducation surveillée. Appelé par l’ordonnance de 1945 au nom des « progrès de la science pénitentiaire » et des « conceptions nouvelles qui se sont fait jour sur le plan psychologique et pédagogique »45, ce modèle clinique, où l’infraction est le « symptôme d’une situation qu’il s’agit de traiter », s’attache à « mettre à jour la causalité de l’acte »46. Il s’oppose au modèle « pénal classique » considérant l’acte d’un sujet « transparent à lui-même » et visant avant tout la punition (ibid., p. 86). Pour ces raisons, une importance nouvelle est donnée à partir de 1945 au contexte de l’acte délinquant, et plus particulièrement à l’étude de la personnalité du mineur, suivant un raisonnement clinique : examen, diagnostic, traitement. À partir de 1945, l’observation du jeune délinquant se systématise et tient une place centrale dans cette démarche de diagnostic clinique réalisée par les éducateurs47. Alors que, grâce à ce modèle clinique, les psychiatres et psychologues investissent le champ du droit des mineurs, la psychanalyse occupe une place croissante dans les savoirs criminologiques. Ainsi, le congrès de criminologie tenu à Paris en 1950 propose « une autre conception » de la clinique qui trouve ses sources dans la psychanalyse et entend se détacher d’une organogenèse du crime48. La criminologie cherche désormais les racines de l’acte délinquant, en postulant que le conflit psychique du jeune sujet se « rejoue sur la scène sociale » et autour d’un « noyau individuel d’asociabilité » (ibid.). De fait, dans les pratiques des centres d’observation, les enfants font exception à la présomption d’innocence et se voient traités non pas pour leurs crimes mais pour leur état49.

  • 50 Paul-René Bize, « L’examen psychiatrique et médico-psychologique des jeunes délinquants, conceptio (...)
  • 51 C’est le cas des époux Apellaniz qui font partie des premiers psychologues à exercer au sein de l’ (...)

14Renforcés par la vague protectionnelle et le développement de l’État-providence après-guerre, la psychanalyse de l’enfant et son modèle clinique des déviances juvéniles trouvent dans les années 1960 une place centrale dans les pratiques de la justice des mineurs. L’ordonnance du 23 décembre 1958 sur « l’enfance en danger » étend les compétences de l’éducation surveillée à la protection des mineurs en danger. Cette ordonnance soutient une grille de lecture des causes sociales et familiales de la délinquance et appelle un traitement réhabilitatif. Le modèle clinique intègre dès lors les différentes dimensions et ambiguïtés de la défense sociale nouvelle, entre protection et prévention. Paul-René Bize (1901-1991) est un des acteurs de son déploiement à partir de la fin des années 1950. Neuropsychiatre, enseignant au conservatoire des Arts et Métiers et conseiller médical à la direction de l’éducation surveillée, il œuvre pour l’expertise du psychiatre sur « les mesures de protection sociale et de réhabilitation » et sur « la valeur de la personnalité, dans une perspective de dangerosité ou de récupérabilité » du jeune délinquant50. Avec le développement de la psychanalyse et l’autonomisation croissante de cette expertise vis-à-vis des conceptions organogénétiques du crime, ce champ se voit disputé entre médecins et psychologues. Les premiers affirment leur juridiction sur la compréhension des causes de l’acte délinquant, mettant en avant tout à la fois l’inclusion des savoirs psychologiques dans les savoirs médicaux (à travers le terme « médico-psychologique »), la nécessité d’une « intégration somatique » du psychisme et le « caractère quasi sacral » de la profession médicale permettant d’« approcher les mobiles [de l’inculpé] dans une perspective d’objectivité, [de] se prononcer sur son niveau de sincérité, [de] dépister chez lui la simulation, la sursimulation et la dissimulation » (ibid., p. 3-4). De leur côté, les psychologues insistent sur leur filiation avec la « clinique » de Daniel Lagache et avec la psychanalyse51. À cette même période, ils entendent se démarquer de la « discipline testologique » prônée deux décennies plutôt par Jean-Louis Costa pour « rendre compte des motifs explicables en termes psychologiques d’un comportement inadapté […] dont le symptôme social immédiat est le délit, et des moyens les plus propres à supprimer sa reproduction » (ibid., p. 13).

  • 52 Nicolas Sallée, « Une clinique de l’ordre ».
  • 53 Au sens où l’entend Georges Canguilhem dans Le normal et le pathologique, 4e édition, Paris, Quadr (...)

15Sans pour autant qu’ils soient eux-mêmes engagés dans une cure analytique, les juges des enfants, les éducateurs et psychologues de l’éducation surveillée, mais également les travailleurs sociaux des services d’aide sociale à l’enfance trouvent désormais dans la psychanalyse leur principale source théorique. Ils recherchent la causalité des déviances adolescentes dans l’histoire infantile, les interprétant avec les concepts du transfert et du contre-transfert et les liant à la vulnérabilité des jeunes sujets. La place croissante prise par ce modèle clinique infléchit alors les discours savants sur les enfants délinquants52. Alors qu’une conception pathologique avait prévalu durant la première moitié du xxe siècle (comme ce fut le cas dans la thèse de Heuyer), une conception environnementale et sociale s’impose peu à peu après-guerre. Dans la continuité de la pensée criminologique, la psychiatrie de l’enfant, de plus en plus liée aux théories psychanalytiques, fait de la délinquance juvénile un objet de savoirs cliniques, tout en la détachant des catégories nosographiques communes. La délinquance devient ainsi une condition psychique singulière, une anomalie plus qu’une anormalité53.

Encadré 1. La « Note préparatoire » de Jean-Louis Costa

En 1949, Jean-Louis Costa, premier directeur de l’éducation surveillée, rédige, à l’attention de ses différents services, une « Note préparatoire concernant l’examen psychologique, l’examen psychiatrique, l’examen médical en centre d’observation pour mineurs délinquants »a. Ce document fournit une illustration intéressante du modèle clinique des déviances juvéniles. Né en 1910 et mort en 1986, juriste de formation, Costa est une figure historique de l’éducation judiciaire en France. Sa participation à la Résistance lui ouvre un poste de préfet délégué de la Sarthe en août 1944 puis une nomination à la tête de la toute nouvelle administration de l’éducation surveillée en 1945, dont il devient le premier directeur. Il occupe cette fonction jusqu’en 1951 puis tient diverses hautes fonctions au sein du ministère de la Justice. Dans cette note, Costa aborde successivement ces trois examens (médical, psychologique, psychiatrique) pratiqués dans des établissements nouvellement réglementés (par l’ordonnance du 25 octobre 1945) où les mineurs séjournent habituellement pour une durée de 45 jours en observation, dans un cadre de vie quotidien qui les extrait de leur milieu habituel (ibid., p. 2). L’examen du médecin, « comparable à certains égards à celui d’une visite médicale d’incorporation », s’intéresse surtout aux aptitudes au travail du jeune homme. Les examens psychiatriques et psychologiques ont, quant à eux, des tâches plus intimement liées aux interventions éducatives et judiciaires. Ainsi, « le psychologue doit rendre compte du mécanisme du délit » (p. 19), il « pèse son sujet » (p. 22) en pratiquant une batterie de tests. Le psychiatre dispose d’un rôle plus vaste et de prérogatives supplémentaires : il donne les éléments de compréhension susceptibles d’exercer une « influence sur le comportement du mineur », indique les « prescriptions spéciales à l’usage des éducateurs » et peut exceptionnellement demander à prolonger le séjour du mineur en centre d’observation (p. 26-27). La note de Costa illustre le développement du modèle clinique postulant certains déterminismes aux comportements du sujet et ouvrant à la possibilité d’un traitement éducatif conçu dans une analogie avec la cure médicale.

a. Jean-Louis Costa, « Note préparatoire concernant l’examen psychologique, l’examen psychiatrique, l’examen médical en centre d’observation pour mineurs délinquants », dossier sur l’examen médical psychiatrique psychologique, 1949-1962, Melun, Direction de l’éducation surveillée, 1949. Archives DPJ 0019910300-48.

*

  • 54 Selon l’expression de Félix Voisin dans les années 1830.
  • 55 De ce point de vue, les champs de l’enfance anormale et de la criminologie convergeront petit à pe (...)

16C’est donc de deux radicules, médico-légale et médico-pédagogique, que va naître la clinique de l’adolescent. Participant d’une logique de conquête territoriale pour les médecins aliénistes, elles représentent des points d’extension de leur savoir, débordant des murs de l’asile pour investir les tribunaux et les écoles. L’aliénisme s’y développe en position « médiane », à la marge de différents savoirs et pratiques : auprès des enfants idiots qui ne sont « ni fous ni malades »54 et des criminels qui ne sont ni responsables ni irresponsables. Il faut cependant s’arrêter un instant pour bien prendre la mesure de trois points qui seront déterminants pour analyser l’apparition des adolescents difficiles. Premièrement, en s’éloignant de l’asile et en constituant une nosologie des symptômes non verbaux, « instinctuels » puis « anti-sociaux », les aliénistes tout à la fois naturalisent le crime et fragilisent leur arrimage médical. Ce point d’ancrage nosologique menace sans cesse de se défaire et le crime de se voir détaché de la pathologie. Deuxièmement, cette extension sur les territoires judiciaires et pédagogiques expose à l’impuissance thérapeutique. Plus les aliénistes produisent de savoirs sur l’inadaptation scolaire et le crime, plus leur action thérapeutique devient floue. La dangerosité juvénile et l’affirmation d’une compétence pronostique vont alors servir de justification à cette extension thérapeutique, promettant la prévention d’une évolution individuelle vers le crime et organisant les pratiques institutionnelles spécifiques55. Troisièmement, cette logique d’extension vers l’école et le tribunal procède d’un humanisme à la fois fondamental et méthodologique, au sens où elle postule une commune humanité avec ces individus anormaux. Les extensions médico-légale et médico-pédagogique de l’aliénisme vont dès lors rassembler des techniques et des institutions œuvrant à une appréhension et une transformation de la subjectivité (ibid., p. 1231).

  • 56 Elie Zaretsky détaille les liens ambigus entre la psychanalyse et le fordisme dans l’Amérique des (...)

17Entre 1945 et les années 1960, la transition se réalise d’une enfance irrégulière à rééduquer vers une adolescence souffrante à réparer et la psychanalyse fournit une légitimité à ce modèle protectionnel. Ce faisant, elle entretient une ambiguïté sur les rapports entre individu et société : promouvoir tout à la fois la subjectivation individuelle et l’assujettissement à l’ordre social56, extraire la singularité du sujet, favoriser son émancipation des déterminismes environnementaux et situer sa dangerosité comme une conséquence de sa vulnérabilité et, ce faisant, la rendre potentiellement illimitée. C’est partant de ces radicules et poussant sur ce nouveau terreau psychanalytique que va émerger, comme nous allons le voir maintenant, la catégorie des adolescents difficiles dans les années 1960.

Notes

1 En particulier Jean-Noël Hallé et l’École de médecine de Paris.

2 Jacques Arveiller, « Adolescence, médecine et psychiatrie au xixe siècle », L’Évolution psychiatrique 71, no 2, 2010, p. 195‑221. En ligne : [https://doi.org/10.1016/j.evopsy.2006.03.006].

3 Au sens premier, la puberté désigne le développement de la pilosité. Cette définition reste encore largement d’actualité. Cependant, l’importance attribuée aux caractères sexuels secondaires tend à régresser au profit d’une conception plus neurologique de l’adolescence comme âge de la plasticité cérébrale. Suparna Choudhury, Kelly A. McKinney et Moritz Merten, « Rebelling against the Brain: Public Engagement with the “Neurological Adolescent” », Social Science & Medicine 74, no 4, 2012, p. 565‑573. En ligne : [https://doi.org/10.1016/j.socscimed.2011.10.029].

4 Chez Jean-Jacques Rousseau, par exemple, dans Émile ou De l’éducation, publié en 1762.

5 L’hébéphrénie décrite par Karl Ludwig Khalbaum en 1871 constitue un premier exemple d’une maladie psychiatrique spécifique à la « jeunesse ». Sa description s’appuie sur une psychologie pubertaire très sexuée, sur fond de différences « morales » entre garçons et filles. Jacques Arveiller, « Adolescence, médecine et psychiatrie », p. 203.

6 C’est aussi la période où émerge la pédiatrie comme discipline médicale autonome avec ses traités spécifiques dans les années 1820 et des hôpitaux pour enfants dès 1802 en France. Louis Premuda, « La naissance des spécialités », Histoire de la pensée médicale en Occident : du romantisme à la science moderne, Mirko Drazen Grmek dir., vol. 3, Paris, Seuil, 1999, p. 253‑269.

7 La séparation des enfants et des adultes n’y devient réglementaire qu’à partir des années 1830. Dans les faits, elle n’est pourtant quasiment pas effective à la fin du xixe siècle (comme l’atteste l’inspection des hôpitaux par Désiré-Magloire Bourneville).

8 Claude-Olivier Doron, « Races et dégénérescence. L’émergence des savoirs sur l’homme anormal », Thèse, université Paris Diderot - Paris 7, 2011, p. 1226. En ligne : [https://hal-univ-diderot.archives-ouvertes.fr/file/index/docid/876157/filename/thA_sedoron.pdf].

9 Michel Foucault, Le pouvoir psychiatrique : cours au Collège de France, 1973-1974, Paris, Seuil, 1974, p. 199.

10 La plupart des critères du trouble de personnalité antisocial utilisés par le manuel de l’American Psychiatric Association en 1994 (le DSM-IV) se trouvent déjà dans les définitions antérieures de la folie morale, puis de la psychopathie, de la sociopathie, etc.

11 Jacques Arveiller, « De la folie morale », L’Évolution psychiatrique, no 66, 2001, p. 615. En ligne : [https://doi.org/10.1016/S0014-3855(01)90130-6].

12 C’est le cas d’abord avec la manie sans délire chez Philippe Pinel (1745-1826), puis avec la monomanie chez Jean-Étienne Esquirol (1772-1840) et Étienne Georget (1795-1828).

13 La notion de « lésion » renvoie de manière analogique au modèle anatomo-clinique de Xavier Bichat, associant par l’autopsie les altérations des fonctions et les altérations des organes.

14 Robert Castel, Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère… un cas de parricide au xixe siècle, Michel Foucault éd., Paris, Gallimard, 1973, p. 380.

15 Les conceptions de Voisin seront ainsi reprises par Bénédicte Augustin Morel au sujet de la dégénérescence.

16 En référence à l’orthopédie qui corrige les écarts avec la norme.

17 Ce parcours suit quatre grandes étapes législatives : la création des prisons d’amendement pour mineurs en 1814 initiant une séparation d’avec les délinquants adultes ; les lois de 1850 sur l’éducation et le patronage, créant trois types d’établissements pour mineurs selon la durée de la peine ; la loi du 22 juillet 1912 créant des juridictions répressives spécialisées pour mineurs (tribunaux pour enfants) et des mesures de liberté surveillée ; et enfin les ordonnances du 2 février et du 1er septembre 1945 qui font la promotion d’une justice de réhabilitation et d’éducation des mineurs au détriment de leur enfermement. Jacques Bourquin et Michel Chauvière, « Tableau chronologique Justice-Santé-Éducation (1927-1948) », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », no 1, 1998, p. 191‑199. En ligne : [http://journals.openedition.org/rhei/26].

18 Éric Pierre, « La colonie agricole de Mettray : établissement pénitentiaire et établissement d’assistance (1839-1937) », Histoire et sociétés : revue européenne d’histoire sociale, no 25, 2008, p. 84.

19 Cette disposition remontant à l’Ancien Régime autorisait un père à faire incarcérer son descendant sans ordonnance judiciaire. Bien que peu utilisée dans les faits, elle revêtait un poids symbolique fort. Pascale Quincy-Lefebvre avait remarquablement documenté ces pratiques et leurs évolutions. Pascale Quincy-Lefebvre, Familles, institutions et déviances : une histoire de l’enfance difficile (1880-1930), Paris, Economica, 1997.

20 Ces dispositions sont entérinées par des législations successives entre 1841 et 1889.

21 Patrice Bourdelais, « L’intolérable du travail des enfants Son émergence et son évolution entre compassion et libéralisme, en Angleterre et en France », Les constructions de l’intolérable : études d’anthropologie et d’histoire sur les frontières de l’espace moral, Didier Fassin et Patrice Bourdelais éd., Paris, La Découverte, 2005.

22 François Marty, « L’adolescence dans l’histoire de la psychanalyse », L’Évolution psychiatrique 71, no 2, 2006, p. 247‑258. En ligne : [https://doi.org/10.1016/j.evopsy.2006.02.006].

23 Audric Vitiello, « L’enfant dans la modernité : entre mineur en danger et mineur dangereux », La dangerosité saisie par le droit pénal, par Geneviève Giudicelli-Delage et Christine Lazerges, Paris, PUF, 2011, p. 79‑90 ; Jean-Jacques Yvorel, « Quelques figures de la dangerosité juvénile : regard historique », Les nouvelles figures de la dangerosité, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 54‑63 ; Robert Muchembled, Une histoire de la violence : de la fin du Moyen-Âge à nos jours, Paris, Seuil, 2008, p. 36.

24 Ce concept, notamment promu par Bénédict-Augustin Morel en France, postulait le caractère héréditaire des maladies mentales et leur accentuation au fil des générations.

25 Francine Muel, « L’école obligatoire et l’invention de l’enfance anormale », Actes de la recherche en sciences sociales 1, no 1, 1975, p. 60‑74. En ligne : [https://doi.org/10.3406/arss.1975.2450].

26 Jean-Jacques Yvorel, « Quelques figures de la dangerosité juvénile : regard historique », p. 54.

27 Nicolas Sallée, Éduquer sous contrainte.

28 Jacques Bourquin et Michel Robin, « De l’Éducation surveillée à la Protection judiciaire de la jeunesse », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Hors-série, 2007, p. 327. En ligne : [http://rhei.revues.org/index3028.html].

29 Portée par le journaliste Alexis Danan, elle inspira un poème, La chasse aux enfants, à Jacques Prévert. Voir Mathias Gardet, « Ker Goat/Belle-Île : deux centres mythiques », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », no 4, 2002, p. 157‑168.

30 Nicolas Sallée, Éduquer sous contrainte, p. 32.

31 Pascale Quincy-Lefebvre, Familles, institutions et déviances : une histoire de l’enfance difficile (1880-1930).

32 On pourra se référer ici à la modélisation du « système des professions », avancée par Andrew Abbott au sujet de la catégorie des « problèmes personnels » aux États-Unis. Andrew Abbott, The System of Professions: An Essay on the Division of Expert Labor, Chicago, University of Chicago Press, 1988.

33 Annick Ohayon, Jacqueline Carroy et Régine Plas, Histoire de la psychologie en France : xixe-xxe siècles, Paris, La Découverte, 2006, p. 125‑130.

34 Sylvie Châles-Courtine, « De la “bosse du crime” aux expertises médico-judicaires : une analyse socio-historique de la construction sociale de la dangerosité », Les nouvelles figures de la dangerosité, Paul Mbanzoulou, Hélène Bazex, Olivier Razac et al. dir., Paris, L’Harmattan, 2008, p. 33.

35 Elle est intitulée « Enfants anormaux et délinquants juvéniles : nécessité de l’examen psychiatrique des écoliers ».

36 Marie Bienne, « “Les enfants terribles”. La psychiatrie infantile au secours de la famille : la consultation du professeur Georges Heuyer en 1950 », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », no 6, 2004, p. 69‑91. En ligne : [http://journals.openedition.org/rhei/737].

37 Annick Ohayon, Jacqueline Carroy et Régine Plas, Histoire de la psychologie en France, p. 128.

38 Ils en proposent une définition générique : « est inadapté un enfant ou un adolescent de moins de 21 ans (âge de la majorité légale) que l’insuffisance de ses aptitudes ou les défauts de son caractère mettent en conflit prolongé avec la réalité et les exigences de l’entourage conformes à l’âge et au milieu social du jeune » (ibid.).

39 Christian Rossignol, « Quelques éléments pour l’histoire du “Conseil technique de l’enfance déficiente et en danger moral” de 1943 », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », no 1, 1998, p. 21‑39.

40 Jusqu’à la seconde guerre mondiale, le traitement des déviances juvéniles et infantiles se répartit entre trois ministères et une lutte se tient entre la justice, l’éducation et la santé (qui inclut la protection de l’enfance) avec comme enjeu la coordination et l’unification des interventions publiques. La tentative du Conseil technique, vite avortée après-guerre, de placer le traitement des différentes déviances juvéniles sous une unique tutelle médicale est certainement à mettre en lien avec la « haine vichyste à l’encontre des instituteurs ». Nicolas Sallée, Éduquer sous contrainte, p. 40.

41 Francine Muel, « L’école obligatoire et l’invention de l’enfance anormale », p. 69.

42 Bertrand Ravon, L’échec scolaire. Histoire d’un problème public, Paris, In Press, 2000, p. 31.

43 Robert Castel, La gestion des risques : de l’antipsychiatrie à l’après-psychanalyse, Paris, Minuit, 1981, p. 57.

44 Ainsi, au moment de la mise en place des secteurs, la psychiatrie de l’enfant et celle de l’adulte fonctionnent dans deux systèmes quasi déconnectés. C’est ce que tente de combler la création des « intersecteurs », qui auront du mal à trouver leur place entre les réseaux d’institutions disparates, mais également dans une théorie qui conçoit des liens étroits entre pathologie familiale et infantile.

45 Dans l’exposé des motifs de l’ordonnance du 2 février 1945.

46 Dominique Youf, « Éducation, clinique et sanction pénale dans la prise en charge des mineurs délinquants », La lettre de l’enfance et de l’adolescence 72, no 2, 2008, p. 84. En ligne : [https://doi.org/10.3917/lett.072.0083].

47 Ainsi que le montre Nicolas Sallée, cette notion d’observation se déroule en deux temps. Elle est d’abord réalisée en centre d’observation. Puis, à partir du milieu des années 1950, ce travail pré-sententiel en centre d’observation est dénoncé comme artificiel car éloigné de la réalité de vie du mineur. Construite sur cette critique, la notion de « milieu ouvert » émerge alors, avant de devenir la valeur centrale et le « modèle de référence » du travail éducatif dans les années 1970.

48 Dominique Youf, « Éducation, clinique et sanction pénale », p. 85.

49 De ce point de vue, les enfants sont traités comme les aliénés jugés irresponsables de leurs crimes. Depuis le xixe siècle, ces deux populations font l’objet d’un traitement judiciaire détaché de l’infraction : les malades mentaux sont internés sans jugement, malgré l’abolition des lettres de cachet dans la loi de 1790, et les mineurs sont placés en maison de correction, suivant le code pénal de 1791 puis de 1810. Julie Alix, « Une liaison dangereuse. Dangerosité et droit pénal en France », La dangerosité saisie par le droit pénal, Paris, PUF, 2011, p. 78 ; Pierre-Jérôme Delage, « Fragments archéologiques de la défense sociale », La dangerosité saisie par le droit pénal, p. 27.

50 Paul-René Bize, « L’examen psychiatrique et médico-psychologique des jeunes délinquants, conceptions actuelles », Melun, Direction de l’éducation surveillée, 1958, p. 1, 9 et 11. Archives de la direction de la PJJ, Archives nationales, site de Fontainebleau, cote DPJ 0019910300-48.

51 C’est le cas des époux Apellaniz qui font partie des premiers psychologues à exercer au sein de l’éducation surveillée dès la fin des années 1950. Charlotte Toscani-Merle, « La construction de la profession de psychologue dans le champ de la Justice des mineurs », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », no 6, 2004, p. 153‑184. En 1962, ils rédigent ensemble pour la direction de l’éducation surveillée une « Étude de l’entretien clinique, à propos de l’examen psychologique des jeunes délinquants », Paris, Direction de l’éducation surveillée, 1962. Archives nationales de Fontainebleau, dossier « Examen médical psychiatrique psychologique, 1949-1962 », cote DPJ 0019910300.48. Voir en particulier la page 6 de cette étude.

52 Nicolas Sallée, « Une clinique de l’ordre ».

53 Au sens où l’entend Georges Canguilhem dans Le normal et le pathologique, 4e édition, Paris, Quadrige, 1993 [1966], p. 81.

54 Selon l’expression de Félix Voisin dans les années 1830.

55 De ce point de vue, les champs de l’enfance anormale et de la criminologie convergeront petit à petit vers le trouble des conduites contemporain, les grandes études de cohorte québécoises et le rapport de l’INSERM de 2005. Claude-Olivier Doron, « Races et dégénérescence », p. 1232‑1241.

56 Elie Zaretsky détaille les liens ambigus entre la psychanalyse et le fordisme dans l’Amérique des années 1920. Eli Zaretsky, Le siècle de Freud : une histoire sociale et culturelle de la psychanalyse, Paris, Librairie générale française, 2009. En situant la véritable identité des individus hors du travail, la psychanalyse autorise le « tour de passe-passe » de Henry Ford, dont l’utopie vise à la fois la réalisation individuelle et la transformation de la société en usine, aliénant complètement l’individu privé dans sa vie publique de travailleur (p. 183).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search