Version classiqueVersion mobile

Vulnérables ou dangereux ?

 | 
Yannis Gansel

Partie 1. Généalogie de la catégorie d’adolescents difficiles

Chapitre 1

Les adolescents difficiles et la souffrance institutionnelle

Texte intégral

Ubiquité et constance d’un problème

1Fin 2009, une cadre à la direction départementale PJJ de Paris, Catherine Kokoszka-Gabar, tente de se donner la mort en sautant par la fenêtre de son bureau. Quelques semaines après cette tentative de suicide médiatisée1, elle publie un « témoignage pour une réflexion collective » sur le site syndical de l’UNSA-SPJJ2. Mme Kokoszka-Gabar y décrit le « conflit de loyauté » entre « [sa] conception de la République, du bien commun, de l’intérêt général, des missions de la PJJ » et les consignes de son administration. Elle cite notamment la mise en place du « new public management », « extrêmement vertical et technocratique » mais qu’elle juge pourtant « incontournable ». Résumant son parcours professionnel, elle met l’accent sur « l’inscription dans la société comme sujet de droit » des « jeunes confiés à la PJJ » qui sont « touchés par la fracture sociale ».

2C’est sur cette ambiguïté profonde entre souffrance des institutions et des adolescents que la notion d’« adolescents difficiles » connaît un succès extensif au cours des années 2000.

Sur l’agenda politique

  • 3 Christine Lazerges et Jean-Pierre Balduyck, « Mission interministérielle sur la prévention et le t (...)
  • 4 Ministère de la Justice et Ministère de la Santé et des Solidarités, « La prise en charge des mine (...)

3Les adolescents difficiles font l’objet de programmes politiques, discrets mais constants. Ils figurent ainsi dans divers textes paralégislatifs : rapports des instances parlementaires et ministérielles, circulaires et études des administrations sanitaires, sociales et judiciaires de l’État. En 1998, un rapport sur la délinquance des mineurs est rédigé par deux élus parlementaires socialistes, Christine Lazerges et Jean-Pierre Balduyck. Il identifie les problèmes posés par les adolescents « particulièrement difficiles », « à la limite », posant des problèmes d’articulation entre services de la PJJ et secteurs psychiatriques : les équipes de la PJJ « s’avouent démunies, incompétentes, poussées, contre leur gré, au-delà des limites de leur champ normal d’intervention » alors que les « personnels de santé mentale face aux difficultés sociales manifestées par ces mêmes jeunes, brandissent la spécificité médicale de leur profession »3. Tenu à Paris en mai 2000, sous l’égide de l’État, le séminaire Santé et Justice sur la prise en charge des mineurs en grande difficulté poursuit cette problématisation4. La note introductive des actes cible la souffrance des adolescents difficiles, leur violence et leur exclusion des institutions.

[Les adolescents difficiles sont des] jeunes mineurs [qui] souffrent de difficultés psychiques […] n’entrant pas toujours dans la grille nosographique psychiatrique traditionnelle. [Ils] déstabilisent le fonctionnement institutionnel [et] provoquent chez les professionnels un sentiment d’inquiétude et d’impuissance. (Ibid., p. 1)

  • 5 Circulaire DGS/DGAS/DHOS/DPJJ no 2002-282 du 3 mai 2002 relative à la prise en charge concertée de (...)

4À cette même période se déploie une double préoccupation pour la souffrance des adolescents et pour leur violence subie ou agie, envers eux-mêmes ou envers autrui. En 2002, un texte interministériel se penche sur le problème des adolescents difficiles5. Il adresse des directives à diverses administrations de l’État, aux communautés territoriales et au secteur privé associatif qu’elles conventionnent en vue d’une « prise en charge concertée des troubles psychiques des enfants et adolescents en grande difficulté ». La circulaire enjoint aux acteurs institutionnels d’inscrire comme une priorité la santé des adolescents en grande difficulté, notamment pour ceux faisant l’objet de décisions judiciaires. L’objectif affiché est de « permettre une meilleure association des compétences de chacun des champs judiciaire, éducatif, sanitaire et social ». Faisant la promotion du « travail clinique » (ibid., § 3.4), la circulaire souligne :

[La] spécificité d’une clinique de l’adolescence, marquée par l’importance de la violence, de la transgression et du passage à l’acte [§ 2.2] [et] la souffrance psychique parfois intolérable [des adolescents difficiles] dont leur comportement ou leur passage à l’acte témoignent, laissent les institutions démunies […]. L’adolescent difficile ne trouve pas de réponse adéquate dans le cadre de son environnement qu’il met en tension ou en échec, induisant de ce fait des attitudes de ruptures et de rejet et le renvoi sur d’autres filières de prise en charge, souhaitées plus « contenantes » [§ 1.1].
Il convient de proposer des réponses multiples à la fois éducatives, sociales, médico-sociales, judiciaires ou thérapeutiques qui ne se substituent pas les unes aux autres, peuvent se cumuler en tant que de besoin ou se relayer sans discontinuité [§ 1.3].

  • 6 Sylvie Boutereau-Tichet, Danièle Jourdain-Menninger et Christophe Lannelongue, « Le travail social (...)
  • 7 Ibid., p. 5. Nous retrouverons cette figure plus loin.
  • 8 L’enjeu est d’éviter « deux écueils : attribuer à un trouble mental les difficultés des jeunes, ig (...)

5En 2005, un rapport de l’inspection générale des affaires sociales souligne également les problèmes posés par la multiplication des interventions, un même adolescent cumulant fréquemment scolarité en milieu spécialisé, suivi PJJ, mesure de protection de l’enfance exercée par l’ASE ou par un mandataire associatif et soins sur le secteur psychiatrique6. Le rapport fait référence aux conceptions cliniques avancées par le psychiatre Stanislas Tomkiewicz7 et préconise le travail « en réseau » organisé à une échelle locale autour de l’expertise clinique8.

  • 9 André Varinard, « Adapter la justice pénale des mineurs. Entre modifications raisonnables et innov (...)
  • 10 Michel Zumkeller et Jean-Luc Warsman, « Rapport d’information sur la prise en charge sanitaire, ps (...)
  • 11 Jean-Pierre Schosteck et Jean-Claude Carle, « Rapport de la commission d’enquête sur la délinquanc (...)
  • 12 André Varinard, « Adapter la justice pénale des mineurs », p. 52.
  • 13 Michel Zumkeller et Jean-Luc Warsman, « Rapport d’information sur la prise en charge sanitaire », (...)
  • 14 Ces modalités de financement cherchent à contourner les problèmes posés par la discontinuité de la (...)

6Enfin, le thème des adolescents difficiles est particulièrement représenté au cours des années 2000 dans les champs de la justice des mineurs. Les différents projets de réforme du droit des mineurs et de la PJJ se penchent sur les « troubles limites ». Les « comportements [de ces adolescents] mettent à mal les structures éducatives » et « sont la manifestation exclusive ou dominante des difficultés psychiques sous-jacentes » et d’une « souffrance » ne s’intégrant pas dans une pathologie médicale « reconnue »9. L’agenda politique souligne alors « l’inadaptation des prises en charge “classiques” » (ibid., p. 43) pour cette population spécifique d’adolescents et il tourne autour de la recherche de lieux adéquats, capables de contenir les « tendances asociales » et les « blessures narcissiques » de jeunes souffrant d’une « incapacité à se contenir sur le plan moteur »10. L’usage de la contrainte, et en particulier de l’enfermement, apparaît comme une « réponse nécessaire », représentant non seulement « une phase de contention pendant laquelle le parcours éducatif se poursuit »11, mais aussi une « aide contrainte » aux vertus tout à la fois éducatives et thérapeutiques12. Citant l’expertise des psychiatres Michel Botbol ou Maurice Berger, cette inadéquation renvoie autant à un présent (de la prise en charge éducative) qu’à l’histoire passée (infantile et familiale) des adolescents. Le manque de fermeté et la défaillance de l’autorité sont tant le fait (passé) des parents que celui (actuel) des institutions. Les besoins particuliers des adolescents difficiles confèrent une dimension thérapeutique et transformatrice à la sanction : la contrainte est une manifestation de l’autre, elle évite de « rejouer » le vécu infantile des adolescents et œuvre à leur transformation subjective. Cependant, les projets de réforme13 dans le champ de la pénalité des mineurs envisagent également d’autres réponses que la contrainte, tout aussi adaptées aux problèmes posés par les adolescents difficiles : des suivis peu invasifs, sans enfermement, ou encore la création de dispositifs inter-administratifs pris en charge conjointement par hôpitaux et secteurs psychiatriques, conseils généraux et PJJ14.

  • 15 Durant cette période, la France connaît une alternance politique avec un changement de majorité lé (...)

7Dans ces différents secteurs, judiciaire, éducatif et sanitaire, les projets politiques visant à résoudre les problèmes posés par les adolescents difficiles insistent sur l’aspect marginal et interstitiel de cette population. Ils attribuent cette position marginale aux caractéristiques des adolescents eux-mêmes, qui « mettent en échec » et « se font rejeter » de toutes les institutions. Les différentes dimensions de ces agendas politiques, survolant les changements de majorité15, posent toutes ce problème comme celui de la discontinuité de l’action publique. Ces projets établissent la légitimité de l’expertise clinique, citant des psychiatres spécialisés sur ces questions (Tomkiewicz, Botbol, Berger). Ou plus précisément, ces projets politiques problématisent la marginalité institutionnelle à l’aide de savoirs cliniques et en référence à l’action de certains acteurs, cliniciens.

Une littérature clinique

  • 16 Yannis Gansel et Roman Pétrouchine, « Les précarités sont-elles à l’essence des sujets souffrants  (...)
  • 17 Laetitia Violet-Chartier, « Adolescents dits difficiles et illettrisme », Empan 81, no 1, 2011, p. (...)
  • 18 Roland Coenen, « Éduquer sans punir : vers une approche sociothérapeutique de l’adolescence et de (...)
  • 19 Raymond Traube et Jean-Marie Villat, « Complémentarité et crise entre directeur et pédopsychiatre (...)
  • 20 Daniel Granval, Adolescents difficiles, établissements et aide sociale : comment améliorer ? Vers (...)
  • 21 Éliane Bouyssière-Catusse et Jean-Philippe Raynaud, Adolescents difficiles : penser et construire (...)
  • 22 Raymond Traube et Jean-Marie Villat, « Complémentarité et crise », déjà cité.

8Cette attention des pouvoirs publics aux problèmes que posent les adolescents difficiles ou en grande souffrance repose en partie sur l’activité de cliniciens, psychiatres et psychologues, qui œuvrent à diffuser cette notion. Ils produisent une abondante littérature professionnelle et académique francophone : dans des articles de revues, des livres et des communications lors de colloques professionnels16, ces auteurs mobilisent essentiellement des savoirs cliniques issus de la psychanalyse17. On y trouve plus marginalement des théories neuro-développementales18 et systémiques19 chez les auteurs belges ou suisses. Ces cliniciens travaillent avec les équipes éducatives et le système judiciaire et s’associent presque systématiquement dans leurs publications à des travailleurs sociaux, éducateurs ou cadres administratifs, eux aussi formés aux savoirs cliniques, dans une dynamique de transversalisation professionnelle. Ces textes s’attachent ainsi à recenser des « expériences innovantes »20, à favoriser les « complémentarités institutionnelles » entre clinique et éducation21 et analysent les « crises » qui peuvent les entraver22. Enfin, phénomène plus difficile à saisir, ces savoirs cliniques sur les adolescents difficiles diffusent au cours des années 2000 par le biais des analyses de la pratique des équipes éducatives, assurées par des psychiatres ou psychologues.

9Au cours de cette diffusion, les adolescents difficiles deviennent ainsi une catégorie clinique :

  • 23 Roland Coenen, « L’exclusion est une maltraitance. Clinique des adolescents difficiles », Thérapie (...)

Si, à nouveau, la subjectivité intervient – tout le monde n’est pas en échec face aux mêmes choses – il faut reconnaître qu’il existe des adolescents vis-à-vis desquels la formation, le talent, l’intelligence de l’intervention sont toujours mis en péril. Dès lors, cette constatation rejoint la norme objective : il existe bel et bien une catégorie de personnalités qui rend les suivis ardus pour tout le monde […]. Si tous les adolescents difficiles sont différents, leur catégorisation devient possible par leur point commun : notre mise en échec.23

  • 24 Laetitia Violet-Chartier, « Adolescents dits difficiles et illettrisme », p. 54.
  • 25 Sophie Dumay, « Élaboration d’un réseau pour “adolescents difficiles” », Enfances & Psy 12, no 4, (...)
  • 26 Roland Coenen, « L’exclusion est une maltraitance. Clinique des adolescents difficiles », p. 136.
  • 27 Sophie Dumay, « Élaboration d’un réseau pour “adolescents difficiles” », p. 144.
  • 28 Laetitia Violet-Chartier, « Adolescents dits difficiles et illettrisme », p. 54.

10Un problème social, mobilisant des acteurs institutionnels et des pouvoirs publics, est ici défini cliniquement en une catégorie spécifique d’adolescents. S’ils peuvent prendre différentes formes, délinquantes ou non, s’ils répondent à différentes dénominations (ado limites, à risque, en grande difficulté), les adolescents difficiles sont ainsi délimités par une définition précise. Celle-ci repose sur quatre points, ayant tous comme dimension transversale la souffrance :
a. Une étiologie commune gravitant autour de l’idée de carence vécue par l’adolescent lors de son enfance dans le cadre éducatif parental. Il s’agit de « sujets précocement déprivés »24, qui se sont « heurtés dès leur plus jeune âge à un chaos affectif familial »25. Un « état de relation parent-enfant carencée [ne leur] a pas permis de développer totalement le programme d’adaptation à l’autre »26.
b. Les comportements déviants et perturbateurs des adolescents, au premier rang desquels la violence envers soi ou autrui et la fugue. « L’expression clinique emprunte le masque comportemental de l’agir et de la destructivité, [ils] sont le plus souvent déscolarisés, en voie de marginalisation »27.
c. Leur absence de pathologie psychiatrique reconnue. Les adolescents difficiles « sont considérés comme “non psychiatriques” (ce qui veut dire qu’ils ne manifestent ni délires ni hallucinations) »28. De manière ambigüe, cette non-reconnaissance de pathologie signale à la fois l’absence de maladie et une méconnaissance de la souffrance de ces jeunes sujets par les savoirs psychiatriques et la nosologie classique.
d. Enfin, les réactions particulières (sentiment d’échec, inquiétude, impuissance, hyper-investissement suivi de rejet, etc.) suscitées dans leur entourage, et en premier lieu chez les professionnels.

  • 29 Sophie Dumay, « Élaboration d’un réseau pour “adolescents difficiles” », p. 144.
  • 30 Laetitia Violet-Chartier, « Adolescents dits difficiles et illettrisme », p. 54.
  • 31 Roland Coenen, Éduquer sans punir : une anthropologie de l’adolescence à risques, Toulouse, Érès ( (...)
  • 32 Roland Coenen, « Éduquer sans punir : vers une approche sociothérapeutique », p. 69.

11Ce dernier point est central dans l’organisation de cette définition : les difficultés des professionnels sont liées aux caractéristiques des adolescents difficiles. Elles expliquent la propension des adolescents à se trouver « à l’interface du psychiatrique, du judiciaire et du socio-éducatif »29 ou encore « dans des circuits institutionnels et interdisciplinaires »30. Les cliniciens qui étudient les adolescents difficiles en déduisent des moyens d’interventions spécifiques. Ainsi, ils dénoncent « l’échec de la pédagogie du contrat »31 et proposent de substituer celle de la « non-demande »32 de l’adolescent. Pour cette catégorie d’adolescents, estiment-ils, la demande d’aide ne peut pas émerger, du fait de leurs caractéristiques propres (incapacité à supporter la dépendance, mise en cause de sa puissance), qui sont elles-mêmes liées aux carences vécues dans leur histoire infantile. Il est donc impossible d’établir un contrat réciproque entre une demande et un service. De cette impossibilité d’une relation contractuelle, découle la nécessité d’établir le « non-renvoi » des adolescents difficiles comme « base essentielle, préalable, incontournable » pour leur traitement. Dans cette pédagogie de la « non-demande », la contrainte de ne pas exclure pèse donc sur les professionnels, et, de manière réciproque, la contrainte exercée sur l’adolescent, voire l’enfermement carcéral peuvent se justifier par leur caractère contenant, assurant une sécurité et une forme de stabilité à l’adolescent.

Des actions institutionnelles

12Enfin, les adolescents difficiles sont la cible de trois types d’actions institutionnelles spécifiques. D’une part, des établissements spécialisés se développent de manière hétérogène sur l’ensemble du territoire national. Ces établissements ont la caractéristique d’agréger des interventions professionnelles habituellement distinctes : psychiatrie, justice, pédagogie, protection de l’enfance. Ils sont sous tutelle de plusieurs administrations (ASE, PJJ, agence régionale de santé). À l’instar des équipes mobiles d’une part et des CEF d’autre part, ces organisations spécialisées se situent aux extrémités du gradient de la contrainte : s’y pratiquent soit un enfermement soit, au contraire, des interventions exclusivement ambulatoires.

  • 33 Sophie Dumay, « Élaboration d’un réseau pour “adolescents difficiles” », p. 144.
  • 34 Bilan d’activité 2008-2011 du réseau interinstitutionnel pour adolescents en difficultés (RIAD) où (...)

13D’autre part, des réseaux inter-institutionnels pour adolescents difficiles se développent dans de nombreux départements français. Suivant des principes, des modalités d’agencement institutionnel et des dénominations superposables, ces organisations visent constamment à réunir secteur psychiatrique, services sociaux de protection de l’enfance et justice des mineurs dans la « création d’une plateforme humaine et logistique » ayant pour objectif de « faciliter les échanges entre les membres du réseau »33. La promotion du réseau, parfois organisé en groupement d’intérêt public ou en association à but non lucratif, peut être portée par l’un ou l’autre des partenaires : l’hôpital, la Maison des adolescents locale, le conseil général ou encore la PJJ34. Ces réseaux font un travail d’évaluation de leur activité, adressé aux hiérarchies des administrations respectives. Ils proposent une étude de cas ainsi qu’une aide logistique pour des questions concrètes, en particulier celle de l’hébergement de l’adolescent. L’attention est toujours d’éviter les ruptures grâce à des places réservées ou par la création d’établissements spécifiques. Cette préoccupation pour le problème de l’hébergement des adolescents difficiles se double d’une attention aux difficultés des professionnels et au soutien à leur apporter. Ces organisations locales s’appuient plus ou moins explicitement sur les programmes politiques nationaux.

14Enfin, des formations académiques répondant à l’appellation « DU adolescents difficiles »35 se développent dans plusieurs universités de France à cette même période. Comme l’indiquent Bertrand Ravon et Christian Laval, ces formations académiques se montent en parallèle des réseaux pour adolescents difficiles et s’appuient sur les mêmes logiques de rencontres inter-institutionnelles. Le premier « DU adolescents difficiles » est créé en 2002 par le professeur de psychiatrie Philippe Jeammet à l’Université Pierre-et-Marie-Curie de Paris. S’inscrivant dans les suites du séminaire Santé et Justice tenu en mai 2000, cette création répond à une demande de la PJJ et de l’Éducation nationale. Se poursuit alors « l’aventure des DU » dans différentes métropoles régionales. Les universités de Marseille, Lille, Toulouse, Poitiers-Limoges, Rennes-Nantes-Brest et Lyon se dotent de telles formations. Ces DU mettent l’accent sur la pluridisciplinarité des contenus pédagogiques (« à la fois médicale, éducative, judiciaire, sociologique, anthropologique et philosophique »)36. Ils se destinent à une audience professionnelle variée : médecins, professions paramédicales, travailleurs sociaux, magistrats, officiers de police. Ravon et Laval soulignent que :

  • 37 Bertrand Ravon et Christian Laval, « Vulnérabilité et institution ; 30 ans de dispositifs de prise (...)

Le fil rouge commun est la mise en réseau des acteurs dans une philosophie où le compagnonnage dans la pratique de réseau n’est plus seulement un moyen pour « transversaliser » les pratiques mais devient une fin en soi.37

15Comme dans les réseaux inter-institutionnels, la définition des adolescents difficiles et la coordination des interventions professionnelles donnent un socle commun à ces diverses formations locales. Si, dans la plupart des DU, la faculté de médecine sert de cadre administratif aux formations, la PJJ occupe une place discrète mais très concrète par le nombre de professionnels qu’elle y inscrit chaque année.

Des institutions entre renouvellement et souffrance

16Au tournant des années 1990 et 2000, le problème des adolescents difficiles coïncide avec une période de réorganisation profonde de l’action publique auprès de la jeunesse. Les différents secteurs, pédagogique, éducatif, judiciaire et sanitaire, en charge des déviances juvéniles sont traversés par des mutations qui leur sont en partie communes. Repérage de la souffrance comme cible d’intervention, valorisation de l’autonomie et responsabilisation des adolescents, logiques de prévention des risques deviennent autant de principes partagés par ces institutions a priori indépendantes et distinctes.

Adolescents à protéger ou à responsabiliser

  • 38 Dominique Youf, « Le nouveau droit pénal des mineurs », Le Débat 127, no 5, 2003, p. 112.
  • 39 Ordonnance numéro 45-174 du 2 février 1945 relative à l’enfance délinquante.
  • 40 Nicolas Bourgoin, « De l’enfance en danger aux enfants dangereux : enjeux politiques de la refonte (...)
  • 41 Laurent Mucchielli, « Note statistique de (re)cadrage sur la délinquance des mineurs », Journal du (...)
  • 42 Dominique Youf, « Le nouveau droit pénal des mineurs », p. 106.
  • 43 L’expression est utilisée par Catherine Sultan, directrice de la PJJ, lors d’un entretien avec le (...)
  • 44 Selon la loi n° 2002-1138 du 9 septembre 2002 d’orientation et de programmation pour la justice. C (...)

17À partir de la fin des années 1990, une ligne de réformes de la justice pénale des mineurs prend de plus en plus la forme d’un « virage répressif ». À l’instar de l’expertise de l’INSERM de 2005, ces réformes engendrent une série de vives polémiques parmi les professionnels et le monde intellectuel et mobilise la question du « sens » de l’action institutionnelle. Le Conseil de sécurité intérieure de 1998 représente une date charnière dans l’apparition des politiques sécuritaires de prévention de la délinquance juvénile38. À compter de cette date, divers projets politiques visent à refondre l’emblématique « ordonnance de 45 »39 qui incarne le rapprochement entre le traitement protectionnel de l’enfance en danger et celui, punitif, de l’enfance délinquante. Entre 2002 et 2012, douze textes législatifs se succèdent pour réformer la justice des mineurs40. Les pouvoirs publics s’appuient alors sur le constat, pourtant largement critiqué41, d’une augmentation de la délinquance des mineurs. Des discours politiques et institutionnels dressent une image des délinquants comme « plus jeunes, plus récidivistes, plus violents » et traités de manière laxiste. Portée publiquement par le président Nicolas Sarkozy au cours de son mandat, particulièrement accentuée en périodes électorales, cette rhétorique « transcende des clivages droite gauche »42 et traverse largement les lignes des partis politiques au cours de la décennie 200043. Promus dès 2002 par un gouvernement socialiste, les centres éducatifs fermés (CEF)44 réintroduisent ainsi des pratiques d’enfermement dans l’éducation judiciaire des jeunes délinquants, poursuivant une logique de réponse « ferme » par des dispositifs spécialisés de contrainte initiée dès 1990 avec les centres éducatifs renforcés (CER).

  • 45 Alain Salles, « Catherine Kokoszka, directrice départementale de la protection judiciaire de la je (...)

18Ces divers projets législatifs rencontrent de vives critiques, portées à leur paroxysme en 2008 au moment où œuvre la commission de réforme de l’ordonnance de 1945 conduite par André Varinard. Leurs opposants voient dans ces tendances législatives non pas une réforme mais un « démantèlement » des principes du droit pénal des mineurs. D’autres cependant, procédant à une exégèse sans cesse renouvelée de l’ordonnance, remettent en cause la supposée primauté de l’éducatif sur le punitif et l’atténuation de la responsabilité liée à la minorité. Ces polémiques agitent vivement les professionnels de la PJJ et se doublent d’un mouvement de « reprise en main » administrative. Outre la mise en œuvre d’une politique sécuritaire de pénalisation, cette évolution procède d’une double logique de rationnement et de rationalisation, intégrée dans une réorganisation plus vaste des services de l’État, la révision générale des politiques publiques. Les tensions qui en découlent sont illustrées par une forte conflictualité syndicale au sein de l’administration et, fin 2009, par la médiatisation de la tentative de suicide sur son lieu de travail de Catherine Kokoszka-Gabar45.

  • 46 Nicolas Sallée, Éduquer sous contrainte, déjà cité.
  • 47 Nicolas Sallée, Éduquer sous contrainte, p. 93.
  • 48 Comme celle de l’historien du droit et psychanalyste lacanien Pierre Legendre. J’aborderai cette é (...)
  • 49 Nicolas Sallée, Éduquer sous contrainte, p. 199.

19Dès les années 1990, le modèle de référence de l’éducation judiciaire a commencé à se déplacer progressivement du « milieu ouvert » qui a prédominé dans les années 1970 vers une « éducation sous contrainte »46. L’idéal d’une justice protective postulant une responsabilité collective de la société se voit supplanté par celui d’une justice non seulement punitive mais responsabilisante, postulant la détermination individuelle de l’acte délinquant. Dès lors, le nombre des « placements sous contrainte renforcée », extra-carcéraux, augmente considérablement. Outre ces changements quantitatifs, une inflexion du sens donné à la contrainte se produit et remet en cause le système de valeurs organisant le travail des éducateurs PJJ. Aussi, la mise en œuvre d’une politique pénale de répression accrue ne passe pas uniquement par l’imposition par le haut, bureaucratique et normative, d’une conduite éducative mais repose aussi de l’intérieur sur un changement de cadre de valeurs. Au cours des années 2000, l’opposition entre répression et prévention apparaît de plus en plus stérile et la contrainte devient constitutive d’un nouveau modèle d’éducation. Dépassant les seuls lieux d’enfermement, elle se voit disséminée « tout au long de la chaîne éducative »47. Après avoir été relégués dans les années 1970 par une critique marxiste, les savoirs cliniques, issus notamment d’une certaine psychanalyse48, reprennent alors une place centrale dans cette légitimation de la contrainte. Ce modèle de responsabilisation conduit à relâcher le nœud ayant historiquement lié la délinquance et l’enfance à protéger et contribue à un modèle post-disciplinaire procédant « moins par l’imposition de modèles sociaux externes que par la valorisation de ressources internes à l’individu : s’adapter, se prendre en main, travailler sur soi »49.

  • 50 Robert Lafore, « Les mutations institutionnelles de la protection de l’enfance : sens et portée », (...)

20En lien avec ces réformes de la justice des mineurs, la protection de l’enfance se voit redistribuée sur le plan administratif et placée sous la seule responsabilité de collectivités territoriales, les conseils généraux. Le 5 mars 2007, deux textes législatifs distincts paraissent simultanément : l’un « relatif à la prévention de la délinquance », l’autre « réformant la protection de l’enfance ». Plus qu’une coïncidence temporelle, ces publications parallèles indiquent la dissociation des interventions assistancielles et répressives50. Ces deux secteurs ont conservé une autonomie partielle depuis 1958, date de la loi attribuant au juge des enfants des missions civiles d’assistance éducative en plus de ses missions pénales. Cependant, une telle dissociation est historique : la prévention de la délinquance est désormais problématisée par les politiques publiques de manière indépendante de la protection de l’enfance.

  • 51 Robert Lafore, « Les mutations institutionnelles de la protection de l’enfance », p. 21.
  • 52 La protection de l’enfance procède originellement, à la fin du xixe siècle, d’une exception à l’au (...)

21Cette réforme de 2007 est précédée par une augmentation de l’activité de protection de l’enfance au cours des années 1990, une évolution qui repose sur le repérage croissant de situations familiales « à risques » distinctes des « cas sociaux traditionnels » et de la maltraitance infantile : conflits de couples et séparations, problèmes psycho-pathologiques des parents, addictions, errance et marginalité, chômage et difficultés matérielles51. La prévention induisant une emprise du public sur le privé plus forte que la répression, ce repérage de « nouveaux risques sociaux » se heurte à la distinction entre sphère publique et sphère privée52.

  • 53 Flore Capelier, « Rapports publics et perspectives d’évolution dans le champ de la protection de l (...)
  • 54 Jean-François Kerr et al., « Protection de l’enfance : quelles nécessaires évolutions ? », Journal (...)

22C’est à ces deux problèmes, celui de l’inflation des mesures de protection pour prévenir des risques et celui des limites d’exercice du pouvoir public, que la loi de 2007 réformant la protection de l’enfance entend répondre. Elle repose sur trois principes : la recherche d’une coordination des compétences judiciaires et administratives53, la valorisation du lien contractuel avec les parents et enfin « l’individualisation de l’action publique » en matière de protection de l’enfance. Sur le premier point, la loi prévoit le basculement exclusif de toute l’activité de protection de l’enfance sur les conseils généraux. Elle affirme la « subsidiarité de l’action judiciaire vis-à-vis de l’action administrative » (ibid., p. 25). Le nouveau système strictement administratif d’alerte des services sociaux, « l’information préoccupante », concrétise ces évolutions. La saisine du juge des enfants se limite désormais aux situations où les mesures administratives, contractualisées avec les parents, sont impossibles à mettre en œuvre ou ont été « épuisé[e]s »54.

23Outre cette dissociation dans les faits des missions assistancielles (devenues presque exclusivement administratives) et punitives (du registre judiciaire), il y a là un basculement de l’action publique de l’État (la Justice) vers les collectivités territoriales (les conseils généraux). Il n’est pas uniquement question d’une philosophie du droit : la nouvelle loi répond au problème pratique de la saturation des dispositifs judiciaires, par ailleurs surchargés par le processus de pénalisation croissante des déviances juvéniles. De plus, le dispositif des informations préoccupantes prévoit de distinguer les situations de « danger » et les situations « à risque de danger », consacrant les logiques de prévention. L’intrusion croissante de l’action publique dans la sphère familiale liée à cette logique de repérage des risques est palliée par la place donnée à la contractualisation avec les parents.

  • 55 Flore Capelier, « Rapports publics et perspectives d’évolution dans le champ de la protection de l (...)
  • 56 Dominique Youf, « Protection de l’enfance et droits de l’enfant », p. 618.
  • 57 Jean-François Kerr et al., « Protection de l’enfance », p. 30.

24Enfin, ce point s’intègre dans une inflexion des modes de traitement eux-mêmes. La loi de 2007 fait la promotion d’une diversification des mesures, dans un esprit d’individualisation du traitement55, qui vise non plus l’enfance mais l’enfant56. Elle encourage également la mise en œuvre de mesures alternatives au placement, jugées plus respectueuses de l’autorité parentale : les législateurs jugent qu’un placement sur deux est « abusif »57. La priorité est donnée aux traitements ambulatoires, n’incluant pas un hébergement de l’enfant à protéger.

Santé mentale et « troubles du comportement »

  • 58 Collectif AIRe, « Ces enfants, qu’est-ce qu’ils ont ? Qu’est-ce qu’on fait avec eux ? », Empan 92, (...)

25Durant les années 2000, le champ médico-social est réorganisé autour de la nouvelle notion de « handicap psychique » qui mobilise elle aussi des valeurs d’individualisation et de désinstitutionnalisation du traitement. De nouvelles structures, les instituts thérapeutiques, éducatifs et pédagogiques (ITEP), sont créées en 2005. Selon le décret no 2005-11 du 6 janvier 2005 fixant leurs conditions d’organisation, les ITEP traitent des enfants et adolescents inadaptés au cadre scolaire car « engagés dans un processus handicapant » lié à « l’intensité des troubles du comportement [qui] perturbe gravement la socialisation et l’accès aux apprentissages ». Leur niveau d’intelligence est considéré comme préservé. Les orientations vers le milieu spécialisé des ITEP et la demande de soins sont faites par l’école (le milieu ordinaire) autour de problèmes de discipline, repérés comme souffrance chez l’élève et chez les adultes qui en ont la charge. Dans les faits, les problèmes concernant les seuls apprentissages font rarement l’objet d’une orientation en ITEP58 et sont plus volontiers traités dans des dispositifs où les élèves restent scolarisés dans le système scolaire ordinaire (les services d’éducation spéciale et de soins à domicile, les aides à la vie scolaire, etc.).

  • 59 Maurice Capul, « Depuis la guerre 1939-1945, des lieux pour enfants perdus », Empan 92, no 4, 2013 (...)

26À partir de 2005, la création des ITEP est le plus souvent réalisée par la reconversion de structures déjà existantes. C’est en particulier le cas des instituts de rééducation. Dès l’entre-deux-guerres et surtout à partir des années 1950, un certain nombre de structures associatives à but non lucratif, laïques ou liées à l’Église catholique, se sont organisées pour accueillir, éduquer et le plus souvent héberger, des enfants ou des jeunes inadaptés à la vie scolaire. S’y mélangent alors des enfants aujourd’hui considérés de manière distincte : ceux déficitaires sur le plan intellectuel et orientés par avis médical et ceux retirés à leurs parents par les services sociaux ou, de manière plus privée à cette période, par l’intervention d’acteurs médicaux, cléricaux ou pédagogiques gravitant autour des familles. Ces institutions se sont progressivement spécialisées sur des tâches pédagogiques adaptées à un public non conforme aux établissements scolaires usuels. Ils se sont alors organisés en instituts médico-professionnels (IM Pro) et en instituts de rééducation (IR). Avec l’émergence administrative du handicap psychique, ces instituts se transforment d’une part en ITEP, destinés exclusivement aux enfants d’intelligence normale, et d’autre part en instituts médico-éducatifs (IME) regroupant ceux qui présentent une déficience. Avec cette conversion, les ITEP s’adressent désormais aux élèves exclus du fait de leur comportement (et non de leur incapacité intellectuelle). Une telle conversion reconduit la rhétorique héroïque du « bout du bout » des prises en charge. Cependant, au cours des années 2000, le versant résidentiel du traitement (l’internat) se voit critiqué de manière croissante59, de même que la prise en charge en groupe, au profit d’un traitement ambulatoire, non résidentiel et individualisé.

  • 60 En France, les années 1960 voient par exemple le lancement de la revue Santé mentale, la création (...)
  • 61 Claude-Olivier Doron, « L’émergence du concept de “santé mentale” dans les années 1940-1960 : genè (...)

27C’est également à cette période que se développent des dispositifs de soins spécifiques pour les adolescents et une attention à la prévention en matière de troubles infanto-juvéniles, inscrits dans des pratiques de « santé mentale » qui contestent les limites de l’intervention psychiatrique. D’abord référentiel théorique à partir des années 194060, la santé mentale devient un référentiel effectif à partir du milieu des années 1990, c’est-à-dire qu’elle organise désormais des pratiques et des institutions61. Les traits saillants de ces pratiques sont la prévention, l’intérêt pour les phases du développement et en particulier pour l’enfance et l’adolescence ainsi que les interventions dans la Cité, en dehors des lourdes structures asilaires.

  • 62 Isabelle Coutant, Troubles en psychiatrie : enquête dans une unité pour adolescents, Paris, La Dis (...)
  • 63 En 2014, 102 des 119 départements français s’étaient équipés d’une ou plusieurs « Maisons des ados (...)
  • 64 François Sicot, « Déviances et déficiences juvéniles : pour une sociologie des orientations », ALT (...)
  • 65 Isabelle Coutant et Jean-Sébastien Eideliman, « The Moral Economy of Contemporary Working-Class Ad (...)

28Depuis la fin des années 1990, des projets politiques portés par les majorités successives entendent répondre ainsi à la « souffrance » et aux « troubles du comportement » des adolescents, représentés essentiellement par les formes de violence tournées contre soi (suicide, scarification, anorexie, sexualité à risque) ou contre autrui (violence, agressivité). Dans ces programmes politiques, deux types de structure se développent. D’une part, des services d’hospitalisation pour adolescents se multiplient à partir de la fin des années 1990, suivant une répartition inégale à l’échelle nationale62. D’autre part, de manière bien plus homogène sur le territoire français, les Maisons des adolescents sont créées progressivement en prenant modèle sur la première structure ouverte en 1999 au Havre63. Les Maisons des ados intègrent des intervenants divers (psychiatres, pédiatres, éducateurs). Elles opèrent des traitements pré-diagnostiques, favorisant l’intervention des psychiatres avant ou indépendamment de l’identification d’une pathologie64 en s’appuyant sur un repérage réalisé par des professionnels extra-sanitaires (éducatif, judiciaire, enseignant) et, comme dans le cas du handicap psychique pour les ITEP, par la qualification transversale de « souffrance »65.

  • 66 Rappelons que le trouble des conduites se définit comme « un ensemble de conduites dans lesquelles (...)
  • 67 Collectif Pas de 0 de conduite éd., Pas de zéro de conduite pour les enfants de 3 ans !, Paris, Ér (...)
  • 68 Roman Pétrouchine, « Le psychiatre et l’enfant délinquant : considérations épistémologiques et soc (...)
  • 69 Le Collectif annonçait 197 095 signataires selon [http://www.pasde0deconduite.org], consulté le 7  (...)
  • 70 Samuel Lézé, L’autorité des psychanalystes, Paris, PUF, 2010.
  • 71 Ce terme renvoie à des acteurs entretenant des liens variés avec les sociétés psychanalytiques tan (...)
  • 72 La psychiatrie française a été dominée jusqu’aux années 2000 par la conception de la « clinique du (...)
  • 73 Yannis Gansel et François Danet, « Dépasser le malaise et les impasses défensives de la psychiatri (...)

29Ce mouvement de prévention de la violence et des conduites à risque engendre également une vague polémique majeure. En 2005, l’INSERM publie une expertise collective sur le « trouble des conduites sociales chez l’enfant et l’adolescent » et provoque une vive réaction chez les professionnels de la santé et de l’éducation. Placés sous la figure tutélaire du chercheur québécois Richard Tremblay, les experts de l’INSERM sont des psychiatres inscrits dans le courant biomédical dominant dans la plupart des pays occidentaux, des pédiatres, des psychologues d’orientation neuroscientifiques, des généticiens et des épidémiologistes. L’objectif du rapport est alors d’introduire cette catégorie clinique66 dans la psychiatrie française et de revendiquer la légitimité et l’utilité des savoirs biomédicaux, et en particulier de la génétique, dans l’approche des comportements violents des enfants et adolescents. En réponse aux conclusions de ces experts, se constitue le Collectif Pas de zéro de conduite67. Porté par les acteurs de la psychiatrie et par le sociologue Laurent Mucchielli, il est constitué à 80 % de cliniciens (médecins ou psychologues). Ces « contre-experts » sont fortement politisés (un tiers d’entre eux tient une fonction dans une organisation syndicale ou politique). Les pilotes du Collectif – au nombre de 20 – sont, pour moitié, des professeurs des universités et un quart d’entre eux a occupé un poste ministériel68. Le Collectif lance une pétition critiquant les positions des experts INSERM qui recueille près de 200 000 signatures69. Ses critiques portent sur deux points. D’une part, elles dénoncent les liens ambigus que l’expertise de l’INSERM entretient avec un projet de loi concomitant sur la prévention de la délinquance. Les législateurs prévoient alors d’introduire un article disposant de repérer et suivre les enfants perturbateurs à partir de l’âge de 3 ans. D’autre part, ce débat mobilise des questions théoriques (approches neurobiologiques et épidémiologiques), très sensibles au sein de la psychiatrie française où, comme le décrit Samuel Lézé70, veille alors un bastion de militants « freudiens »71. Face à l’approche pronostique et aux considérations épigénétiques développées par les grandes études de cohorte de Tremblay, le Collectif pointe le risque de prédiction auto-réalisatrice et d’étiquetage, assignant à l’enfant un destin social et clinique. Les critiques portent également sur la perte d’une lecture herméneutique de l’acte violent, relevant pour le jeune sujet d’une forme de langage et elles dénoncent une conception trop essentialisée de la violence, aveugle aux normes sociales dans lesquelles l’enfant évolue. À l’instar des États généraux de la psychiatrie en 2003, les psychiatres du Collectif font campagne pour une « clinique du sens »72 héritière de la psychanalyse et de la psychothérapie institutionnelle. Ils la présentent comme la solution aux risques que traverse la profession : négligence de la singularité du patient qui se voit « déshumanisé », rationalisation outrancière par des « protocoles » de soins, collusion avec le pouvoir policier73. La catégorie clinique du trouble des conduites, fortement inscrite dans une vision pronostique et de prévention des risques propre à la santé mentale, est fortement liée aux politiques publiques. Ce rapprochement lui confère une force, celle d’influencer les pouvoirs publics, mais également une faiblesse, celle de susciter plus de réticence que d’adhésion chez les professionnels.

30On peut dire, en dernier lieu, que le Collectif l’emporta. Face à cet important effort militant et après avoir reçu un avis défavorable de la Commission nationale de l’informatique et des libertés, le projet législatif relatif aux enfants « disruptifs » fut finalement retiré de la loi de prévention de la délinquance votée en 2007. Et la notion de trouble des conduites ne pénétra pas la psychiatrie française. Rétrospectivement, il est intéressant de noter que, alors qu’à la même période, les approches neuroscientifiques submergent le champ de l’autisme et emportent la psychanalyse dans le siphon, les conduites violentes et transgressives infanto-juvéniles représentent un ilot de résistance psychanalytique inébranlable. Enfin, il faut remarquer que certains acteurs, comme le psychiatre Michel Botbol, ont tenu à la fois un rôle de dénonciation de l’expertise de l’INSERM au sein du Collectif et ont agi pour la promotion de la notion d’adolescents difficiles tant sur un plan clinique que politique. Si bien que, de manière schématique, les adolescents difficiles se sont développés contre ou plus précisément à la place du trouble des conduites.

Enquête(s) sur un trouble

  • 74 François Sicot note que « l’analyse des données statistiques disponibles permet de discerner une a (...)
  • 75 François Sicot, « Une reconfiguration du traitement des déviances juvéniles au tournant des années (...)

31Les adolescents difficiles, souffrants mais pas psychiatriques, qui « se font rejeter de partout », sont un problème d’actualité au cours des années 2000. Tout à la fois troublés et faisant souffrir les institutions, ils sont le point d’entrée d’une expertise clinique de plus en plus transversale, portée par des « psy », psychiatres et psychologues travaillant dans ou avec les institutions éducatives et judiciaires. À première vue, cet accroissement du champ d’application légitime des savoirs cliniques et la place donnée à la souffrance seraient à même de servir une médicalisation ou une psychiatrisation des déviances juvéniles, c’est-à-dire leur réorientation vers un mode d’appréhension psychopathologique et vers un traitement sanitaire, tous deux placés sous l’autorité des psy. Or, il n’existe pas, à cette période, un transfert des activités judiciaires ou éducatives vers les institutions sanitaires, mais plutôt une augmentation globale des traitements74, témoignant d’un souci public croissant pour la population juvénile75.

32La question anthropologique qui anime mon enquête est : comment ce problème se pose-t-il ? Cette question se décompose en réalité en deux sous-questions. Comment la marginalité institutionnelle en est-elle venue à être un problème ? Et comment ce problème en est-il venu à se poser comme clinique ? L’exclusion, la mise en limite ou, pour tout dire, l’échec des institutions est en effet un problème public, mobilisant des acteurs sociaux divers : cadres administratifs, cliniciens, travailleurs sociaux, législateurs. Et cette problématisation est clinique, dans la mesure où elle passe par l’identification d’une catégorie issue du savoir des psychiatres et des psychologues, délimitée par des signes et gravitant autour d’une étiologie. C’est ce double phénomène, établir la marginalité comme un problème social et l’appréhender de manière clinique, qui constitue ce que j’appellerai le souci des adolescents difficiles. Comment les cliniciens sont-ils parvenus à construire ce souci ? Dans quelles conditions et sur quelle antériorité cette forme de problématisation a-t-elle vu le jour ? Quelles conséquences institutionnelles et quelles activités pratiques cette extension de la clinique produit-elle ? Tel est l’objet de la recherche publiée dans les pages qui suivent.

  • 76 Cet aspect de la recherche sera développé dans le chapitre 5.
  • 77 Les annexes 1 et 2 détaillent ces aspects méthodologiques.

33En médiatisant leur souffrance professionnelle, en se constituant en collectif ou encore par le lancement d’États généraux, les professionnels n’ont de cesse, au cours des années 2000, de chercher des formes de publicisation de leurs difficultés. Ils conduisent également des enquêtes sur les adolescents difficiles et, par diverses actions institutionnelles, mobilisent des ressources et élaborent des solutions collectives à un problème posé en termes cliniques. Tout l’enjeu de ce livre devient alors de proposer une problématisation et une publicisation alternatives à celles des acteurs du terrain. Cette recherche alternative s’attache à analyser l’écart entre la construction d’une catégorie et l’expérience problématique qu’elle vise à organiser. D’autre part, elle s’appuie sur une double posture de psychiatre et d’anthropologue76. L’enquête combine ici deux ordres de données : premièrement, une généalogie des adolescents difficiles et de leur traitement établie à partir d’un corpus documentaire et, deuxièmement, des données ethnographiques issues d’un travail de terrain dans un réseau inter-institutionnel destiné à cette population77. Ces deux méthodes, généalogique et ethnographique, visent toutes deux à analyser les liens entre, d’une part, des politiques publiques en matière sociale, judiciaire et sanitaire, et d’autre part, la façon dont des acteurs institutionnels (ici des travailleurs sociaux, des médecins et des cadres administratifs) pensent et traitent un problème avec une catégorie clinique. Cette enquête sur le trouble ambigu des adolescents difficiles est donc celle de la santé mentale, non pas comme agenda politique abstrait (celui proposé par le rapport de l’INSERM) mais expérimentée en chair et en actes.

Notes

1 Nicolas Sallée, « Une clinique de l’ordre : examen des controverses autour de l’ordonnance du 2 février 1945 », Vacarme 49, automne 2009. En ligne : [http://www.vacarme.org/article1820.html].

2 La lettre est publiée le 15 octobre 2009, disponible sur [http://www.afmjf.fr/IMG/pdf_1263047_62c6_kokoszka.pdf].

3 Christine Lazerges et Jean-Pierre Balduyck, « Mission interministérielle sur la prévention et le traitement de la délinquance des mineurs », Rapport au premier ministre, 1998, p. 27. En ligne : [https://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/984001146.pdf].

4 Ministère de la Justice et Ministère de la Santé et des Solidarités, « La prise en charge des mineurs en grande difficulté. Actes du séminaire Santé Justice, 25 et 26 mai 2000 », Paris, 25 mai 2000. En ligne : [http://www.bdsp.ehesp.fr/Base/224537/].

5 Circulaire DGS/DGAS/DHOS/DPJJ no 2002-282 du 3 mai 2002 relative à la prise en charge concertée des troubles psychiques des enfants et adolescents en grande difficulté. En ligne : [https://solidarites-sante.gouv.fr/fichiers/bo/2002/02-21/a0212069.htm].

6 Sylvie Boutereau-Tichet, Danièle Jourdain-Menninger et Christophe Lannelongue, « Le travail social auprès des jeunes en difficulté dans leur environnement », Inspection générale des affaires sociales, juillet 2005, p. 2. En ligne : [http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/064000192.pdf].

7 Ibid., p. 5. Nous retrouverons cette figure plus loin.

8 L’enjeu est d’éviter « deux écueils : attribuer à un trouble mental les difficultés des jeunes, ignorer la composante pathologique des difficultés ». Ibid., p. 44. 

9 André Varinard, « Adapter la justice pénale des mineurs. Entre modifications raisonnables et innovations fondamentales : 70 propositions », Rapport au ministre de la Justice, garde des Sceaux, 3 décembre 2008, p. 210. En ligne : [https://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/084000743.pdf].

10 Michel Zumkeller et Jean-Luc Warsman, « Rapport d’information sur la prise en charge sanitaire, psychologique et psychiatrique des personnes mineures sous main de justice », no 2130, Assemblée nationale, 5 décembre 2009, p. 61. En ligne : [http://www.assemblee-nationale.fr/13/pdf/rap-info/i2130.pdf].

11 Jean-Pierre Schosteck et Jean-Claude Carle, « Rapport de la commission d’enquête sur la délinquance des mineurs », Rapport remis au président du Sénat, juin 2002, p. 9. En ligne : [http://www.senat.fr/rap/r01-340-1/r01-340-11.pdf].

12 André Varinard, « Adapter la justice pénale des mineurs », p. 52.

13 Michel Zumkeller et Jean-Luc Warsman, « Rapport d’information sur la prise en charge sanitaire », p. 61‑69.

14 Ces modalités de financement cherchent à contourner les problèmes posés par la discontinuité de la présence des jeunes, tantôt en fugue, tantôt placés en détention.

15 Durant cette période, la France connaît une alternance politique avec un changement de majorité législative à partir de 2002. Cependant, l’agenda politique sur les adolescents difficiles est d’une remarquable constance au travers de ces changements de majorité.

16 Yannis Gansel et Roman Pétrouchine, « Les précarités sont-elles à l’essence des sujets souffrants ? », Enfances & Psy 67, no 3, 2015, p. 32‑41.

17 Laetitia Violet-Chartier, « Adolescents dits difficiles et illettrisme », Empan 81, no 1, 2011, p. 52‑58. En ligne : [https://doi.org/10.3917/empa.081.0052].

18 Roland Coenen, « Éduquer sans punir : vers une approche sociothérapeutique de l’adolescence et de la délinquance », Thérapie familiale 23, no 4, 2002, p. 325‑348.

19 Raymond Traube et Jean-Marie Villat, « Complémentarité et crise entre directeur et pédopsychiatre dans l’accompagnement institutionnel d’enfants difficiles », Neuropsychiatrie de l’Enfance et de l’Adolescence 51, no 5, 2003, p. 257‑264. En ligne : [https://doi.org/10.1016/S0222-9617(03)00060-6].

20 Daniel Granval, Adolescents difficiles, établissements et aide sociale : comment améliorer ? Vers une mutation de l’accompagnement éducatif des adolescents, Paris, L’Harmattan, 2003.

21 Éliane Bouyssière-Catusse et Jean-Philippe Raynaud, Adolescents difficiles : penser et construire les partenariats, Toulouse, Érès, 2012.

22 Raymond Traube et Jean-Marie Villat, « Complémentarité et crise », déjà cité.

23 Roland Coenen, « L’exclusion est une maltraitance. Clinique des adolescents difficiles », Thérapie familiale 22, no 2, 2001, p. 135 (je souligne). En ligne : [https://doi.org/10.3917/tf.012.0133]. Roland Coenen est un éducateur et psychothérapeute belge.

24 Laetitia Violet-Chartier, « Adolescents dits difficiles et illettrisme », p. 54.

25 Sophie Dumay, « Élaboration d’un réseau pour “adolescents difficiles” », Enfances & Psy 12, no 4, 2000, p. 145. En ligne : [https://doi.org/10.3917/ep.012.0144].

26 Roland Coenen, « L’exclusion est une maltraitance. Clinique des adolescents difficiles », p. 136.

27 Sophie Dumay, « Élaboration d’un réseau pour “adolescents difficiles” », p. 144.

28 Laetitia Violet-Chartier, « Adolescents dits difficiles et illettrisme », p. 54.

29 Sophie Dumay, « Élaboration d’un réseau pour “adolescents difficiles” », p. 144.

30 Laetitia Violet-Chartier, « Adolescents dits difficiles et illettrisme », p. 54.

31 Roland Coenen, Éduquer sans punir : une anthropologie de l’adolescence à risques, Toulouse, Érès (Relations), 2004, p. 74.

32 Roland Coenen, « Éduquer sans punir : vers une approche sociothérapeutique », p. 69.

33 Sophie Dumay, « Élaboration d’un réseau pour “adolescents difficiles” », p. 144.

34 Bilan d’activité 2008-2011 du réseau interinstitutionnel pour adolescents en difficultés (RIAD) où j’ai mené l’enquête ethnographique.

35 DU est ici le sigle de « diplôme universitaire ».

36 Réseau Adolescents difficiles : [http://www.ap-hm.fr/adosdifficiles/fr/site/accueil.asp] (consulté le 23 août 2012).

37 Bertrand Ravon et Christian Laval, « Vulnérabilité et institution ; 30 ans de dispositifs de prise en charge des adolescents dits “difficiles” », volet sociologique du rapport de recherche, Centre Max Weber, 2011, p. 84.

38 Dominique Youf, « Le nouveau droit pénal des mineurs », Le Débat 127, no 5, 2003, p. 112.

39 Ordonnance numéro 45-174 du 2 février 1945 relative à l’enfance délinquante.

40 Nicolas Bourgoin, « De l’enfance en danger aux enfants dangereux : enjeux politiques de la refonte de l’ordonnance de 1945 », Enfances & Psy 60, no 3, 2013, p. 28.

41 Laurent Mucchielli, « Note statistique de (re)cadrage sur la délinquance des mineurs », Journal du droit des jeunes 281, no 1, 2009, p. 19‑24. En ligne : [https://doi.org/10.3917/jdj.281.0019].

42 Dominique Youf, « Le nouveau droit pénal des mineurs », p. 106.

43 L’expression est utilisée par Catherine Sultan, directrice de la PJJ, lors d’un entretien avec le journal Libération en 2014. Sonya Faure, « Catherine Sultan : “Le jeune doit être confronté plus rapidement à la justice” », Libération, 22 septembre 2014, En ligne : [http://www.liberation.fr/societe/2014/09/22/le-jeune-doit-etre-confronte-plus-rapidement-a-la-justice_1106254]. On peut faire remonter cette rhétorique à la fin des années 1990. Ainsi, le 2 juin 1998, le journal Le Monde publie une tribune intitulée « Une pléthore d’oranges mécaniques ». Ses auteurs, Alain Bauer et Xavier Raufer, y livrent la même conception de la délinquance juvénile. Ils sont encore peu connus à l’époque mais vont s’illustrer plus tard comme militants d’extrême droite (voir en ligne : [http://www.laurent-mucchielli.org/index.php?post/2013/02/21/La-France-orange-mecanique]).

44 Selon la loi n° 2002-1138 du 9 septembre 2002 d’orientation et de programmation pour la justice. Confiées, du fait de l’opposition massive des éducateurs PJJ à ces dispositifs, à des « mandataires » associatifs dans le domaine de la protection de l’enfance, la gestion et l’organisation des CEF se déploient de manière très variable, disposant ces mesures de contrainte au sein d’une activité éducative souvent plus vaste. Nicolas Sallée, Éduquer sous contrainte : une sociologie de la justice des mineurs, Paris, Éditions de l’EHESS, 2016, p. 110.

45 Alain Salles, « Catherine Kokoszka, directrice départementale de la protection judiciaire de la jeunesse : “Tout allait trop vite” », Le Monde, 4 novembre 2009. En ligne : [http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/11/04/catherine-kokoszka-directrice-departementale-de-la-protection-judiciaire-de-la-jeunesse-tout-allait-trop-vite_1262578_3224.html].

46 Nicolas Sallée, Éduquer sous contrainte, déjà cité.

47 Nicolas Sallée, Éduquer sous contrainte, p. 93.

48 Comme celle de l’historien du droit et psychanalyste lacanien Pierre Legendre. J’aborderai cette évolution plus loin au sujet de la « contenance ».

49 Nicolas Sallée, Éduquer sous contrainte, p. 199.

50 Robert Lafore, « Les mutations institutionnelles de la protection de l’enfance : sens et portée », Les Cahiers dynamiques 49, no 4, 2011, p. 20 ; Dominique Youf, « Protection de l’enfance et droits de l’enfant », Études, t. 415, no 12, 2012, p. 626.

51 Robert Lafore, « Les mutations institutionnelles de la protection de l’enfance », p. 21.

52 La protection de l’enfance procède originellement, à la fin du xixe siècle, d’une exception à l’autorité paternelle. Pendant toute la seconde moitié du xxe siècle, ce secteur repose sur le juge et la direction départementale des affaires sanitaires et sociales, remplacée par les conseils généraux par la loi de décentralisation de 1986. Il s’organise autour d’une conception « paternaliste » où le juge se substituait d’abord au père puis aux parents. Dominique Youf, « Protection de l’enfance et droits de l’enfant », p. 623. À partir de la fin des années 1990, le problème du « droit des parents » émerge (notamment par une décision de la Cour européenne des droits de l’homme en 1996). La préoccupation « d’associer les usagers aux prises en charge » est soulignée par le changement sémantique remplaçant le terme d’« autorité » (paternelle puis parentale) par celui de « responsabilité ». Ce changement est opéré depuis la fin des années 1990 dans nombre de pays européens. Ibid., p. 622‑627.

53 Flore Capelier, « Rapports publics et perspectives d’évolution dans le champ de la protection de l’enfance », Journal du droit des jeunes 329, no 9, 2013, p. 24. En ligne : [https://doi.org/10.3917/jdj.329.0024].

54 Jean-François Kerr et al., « Protection de l’enfance : quelles nécessaires évolutions ? », Journal du droit des jeunes 329, no 9, 2013, p. 30. En ligne : [https://doi.org/10.3917/jdj.329.0029].

55 Flore Capelier, « Rapports publics et perspectives d’évolution dans le champ de la protection de l’enfance », p. 26.

56 Dominique Youf, « Protection de l’enfance et droits de l’enfant », p. 618.

57 Jean-François Kerr et al., « Protection de l’enfance », p. 30.

58 Collectif AIRe, « Ces enfants, qu’est-ce qu’ils ont ? Qu’est-ce qu’on fait avec eux ? », Empan 92, no 4, 2013, p. 27. En ligne : [https://doi.org/10.3917/empa.092.0025].

59 Maurice Capul, « Depuis la guerre 1939-1945, des lieux pour enfants perdus », Empan 92, no 4, 2013, p. 19‑24. En ligne : [https://doi.org/10.3917/empa.092.0019].

60 En France, les années 1960 voient par exemple le lancement de la revue Santé mentale, la création d’un comité du ministère de la Santé, puis le développement de rapports parlementaires dans les années 1980. Alain Ehrenberg, « Remarques pour éclaircir le concept de santé mentale », Revue française des affaires sociales, no 1, 2004, p. 77‑88.

61 Claude-Olivier Doron, « L’émergence du concept de “santé mentale” dans les années 1940-1960 : genèse d’une psycho-politique », Pratiques en santé mentale 61, no 1, 2015, p. 3‑16.

62 Isabelle Coutant, Troubles en psychiatrie : enquête dans une unité pour adolescents, Paris, La Dispute, 2012.

63 En 2014, 102 des 119 départements français s’étaient équipés d’une ou plusieurs « Maisons des ados », suivant les recommandations d’un rapport au ministère de la Santé dix ans plutôt. Marcel Rufo et Maurice Joyeux, « Santé, adolescence et familles : Rapport préparatoire à la conférence de la famille », Ministère de la Santé, de la Famille et des Personnes handicapées, 2004. En ligne : [http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/044000128.pdf].

64 François Sicot, « Déviances et déficiences juvéniles : pour une sociologie des orientations », ALTER - European Journal of Disability Research / Revue européenne de recherche sur le handicap 1, no 1, 2007, p. 51. En ligne : [https://doi.org/10.1016/j.alter.2007.09.001].

65 Isabelle Coutant et Jean-Sébastien Eideliman, « The Moral Economy of Contemporary Working-Class Adolescence: Managing Symbolic Capital in a French Public ‘Adolescent Centre’ », British Journal of Sociology 64, no 2, 2013, p. 248‑266. En ligne : [https://doi.org/10.1111/1468-4446.12016].

66 Rappelons que le trouble des conduites se définit comme « un ensemble de conduites dans lesquelles sont bafoués soit les droits fondamentaux des autres, les normes ou les règles sociales correspondant à l’âge du sujet » (selon la CIM-10).

67 Collectif Pas de 0 de conduite éd., Pas de zéro de conduite pour les enfants de 3 ans !, Paris, Érès, 2006. En ligne : [https://www.cairn.info/pas-de-zero-de-conduite-pour-les-enfants-de-3-ans--9782749206752.htm].

68 Roman Pétrouchine, « Le psychiatre et l’enfant délinquant : considérations épistémologiques et sociopolitiques sur le trouble des conduites », thèse, université Claude Bernard, 2008.

69 Le Collectif annonçait 197 095 signataires selon [http://www.pasde0deconduite.org], consulté le 7 mai 2018.

70 Samuel Lézé, L’autorité des psychanalystes, Paris, PUF, 2010.

71 Ce terme renvoie à des acteurs entretenant des liens variés avec les sociétés psychanalytiques tant freudiennes que lacaniennes.

72 La psychiatrie française a été dominée jusqu’aux années 2000 par la conception de la « clinique du sens ». Henri Ey (1900-1977) en a été la figure emblématique. Son modèle « organo-dynamique » associe les apports de la neurologie, de la psychanalyse et de la philosophie. Bernard Brusset, « Diagnostic psychiatrique et différence du normal et du pathologique », EMC Psychiatrie, 37-102-E-20, 1999. Cette conception du travail psychiatrique revendique une distance tempérée avec la médecine, une appréhension globale du sujet et une recherche du sens des manifestations comportementales. On retrouve cette défense de la clinique du sens dans le Livre blanc de la psychiatrie préparant les États généraux en 2003. Fédération française de psychiatrie, Livre blanc de la psychiatrie, Paris, John Libbey Eurotext, 2003.

73 Yannis Gansel et François Danet, « Dépasser le malaise et les impasses défensives de la psychiatrie contemporaine », Information psychiatrique 83, no 4, 2007, p. 303‑310.

74 François Sicot note que « l’analyse des données statistiques disponibles permet de discerner une augmentation des prises en charge depuis le début des années 1990 dans chacun des quatre secteurs : une augmentation de 25,3 % de 1990 à 2004 des mesures en justice des mineurs ; un doublement de la file active en psychiatrie infanto-juvénile entre 1986 et 2000 ; 2,75 fois plus de jeunes suivis dans le secteur médico-éducatif entre 1985 et 2004 ; une augmentation de 4,3 % du nombre de prises en charge de 1997 à 2004 dans le secteur de la protection de l’enfance (l’ASE) et le secteur socioéducatif ». François Sicot, « Déviances et déficiences juvéniles », p. 52.

75 François Sicot, « Une reconfiguration du traitement des déviances juvéniles au tournant des années 1990 : vers un accroissement généralisé de l’encadrement », Les âmes mal nées : jeunesse et délinquance urbaine en France et en Europe (xixe-xxie siècles), Jean-Claude Caron et al. éd., Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2009, p. 43‑57.

76 Cet aspect de la recherche sera développé dans le chapitre 5.

77 Les annexes 1 et 2 détaillent ces aspects méthodologiques.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search