Version classiqueVersion mobile

Cohésion et cohérence

 | 
Anna Jaubert

Ponctuation et continuité dans les textes latins : la réception des éditeurs-traducteurs

Sylvie Mellet

Texte intégral

Introduction

  • 1  Les premiers éléments de séparation entre les mots et les phrases sont apparus au viiie siècle ; m (...)

1Comme on le sait, la ponctuation – et donc le découpage phrastique – des textes latins sont dus aux éditeurs modernes, les Latins eux-mêmes ayant pratiqué la scriptio continua1. Cet aménagement des textes anciens se fait généralement sur la base d’un assez large consensus et produit des résultats relativement homogènes d’une édition à l’autre. Pourtant il existe des endroits charnières qui pourraient être autant de lieux d’incertitude et de sujets de discussion : on pense là immanquablement aux relatifs dits de liaison ; comme le rappelle ici même Dominique Longrée, il est des contextes du type P1 qui P2 qui, sémantiquement, peuvent permettre aussi bien une lecture en deux phrases, la seconde étant alors introduite par le relatif de liaison, qu’une lecture en une seule phrase, terminée par une subordonnée relative postposée. L’enjeu est précisément d’arriver à cerner quels sont les paramètres contextuels qui induisent l’une ou l’autre de ces deux lectures et, par là même, les choix de ponctuation modernes.

2Pour notre part, nous nous intéresserons dans cet article à un morphème latin moins fréquent et moins souvent analysé que le relatif, mais posant le même type de problèmes : il s’agit du connecteur concessif quamquam. Assurant une liaison argumentative entre deux propositions, celui-ci est en effet étiqueté par les philologues tantôt comme conjonction de subordination, tantôt comme adverbe. Dans le premier cas il assure une fonction cohésive forte entre deux propositions hiérarchisées de façon à construire un énoncé complexe constitué d’une principale et d’au moins une subordonnée ; dans le second cas, il se trouve en tête d’une proposition indépendante simple et souligne la cohérence argumentative de l’énoncé dans l’ensemble du discours.

  • 2  Traduction de Marc Baratin, 1989, p. 31.
  • 3  Ibid., p. 48 à 53.

3On devine que la ponctuation choisie par les éditeurs modernes joue là aussi un rôle crucial. On ne se demandera pas cependant si ces choix sont légitimes ni si les locuteurs latins avaient la même perception de l’articulation des énoncés et le même sentiment que quamquam pouvait relever de deux catégories fonctionnelles. Le propos serait vain, à la fois parce que nous n’avons plus guère accès au sentiment des locuteurs latins (malgré l’existence de témoignages plus nombreux qu’on ne l’imagine généralement) et parce que, surtout, les grammairiens latins n’avaient pas la même approche que nous de la syntaxe (absence de la notion de phrase, rôle fondamental de la période, réflexion sur l’énoncé complexe réduite à des problèmes d’anaphore) ; ainsi, selon une conception héritée d’Aristote, les conjonctions ont une fonction cohésive, mais pas nécessairement conjonctive et leur catégorie englobe à la fois les actuelles conjonctions de subordination, conjonctions de coordination, adverbes de phrase, connecteurs et même parfois prépositions. Dans la Techné de Denys le Thrace, « la conjonction est un mot qui unifie la pensée en l’organisant »2 ; elle est donc très proche de ce que nous appelons un connecteur. Quant aux définitions latines, la plupart d’entre elles reprennent mot pour mot celle de Denys ; seuls Diomède et Priscien s’en écartent quelque peu mais leurs définitions restent tout aussi larges et englobantes3. Il est donc inutile de chercher chez les grammairiens latins un fondement théorique à la bipartition actuelle des occurrences de quamquam.

  • 4  On verra plus loin comment se manifeste le souci du destinataire à travers les choix de ponctuatio (...)

4En revanche, il nous semble plus pertinent de chercher à déterminer les critères qui ont pu guider les choix des éditeurs modernes pour tenter d’une part d’analyser la propre cohérence de leur pratique éditoriale, d’autre part de dévoiler les contraintes implicites qui modèlent leur représentation de la phrase latine. Cet angle d’attaque nous semble offrir un avantage théorique important : il manifeste très clairement que la dimension périodique est, comme l’ont déjà souligné Ferrari et Auchlin (1995), une dimension de l’expérience discursive : elle est un construit, non pas un donné ; elle réfère non pas au texte en soi, déjà stabilisé, mais à un « parcours du texte par un interprétant » (ibid., p. 44), en l’occurrence ici par un philologue éditeur et traducteur du texte latin. Ainsi, la ponctuation est aussi l’un des lieux où s’inscrit la subjectivité énonciative, qu’il s’agisse de celle de l’écrivain dans son rapport au lecteur ou de celle du philologue dans son rapport au public universitaire4.

Le corpus

  • 5  Tous ces ouvrages sont publiés aux Belles Lettres, Paris, dans la Collection des universités de Fr (...)

5Nous avons restreint nos investigations à un corpus constitué de dix discours ou dialogues philosophiques de Cicéron, pour certains étudiés dans leur intégralité, pour d’autres pris fragmentairement ; en voici la liste précise, accompagnée du nom des éditeurs et traducteurs puisque c’est leur pratique qui est ici en jeu5 :

De amicitia [Amic.] : texte établi et traduit par Robert Combès, 1983 (3e édition).

De Senectute [Sen.] : texte établi et traduit par Pierre Wuilleumier, 1981 (3e édition).

Tusculanes (livre V) : texte établi par Georges Fohlen et traduit par Jules Humbert, 1960 (2e édition).

Pro Milone [Mil.] : texte établi et traduit par André Boulanger, 1967 (3e édition).

Pro Caecina [Caec.] : texte établi et traduit par André Boulanger, 1929.

Seconde action contre Verrès [2 Verr.] (livre IV, « Les œuvres d’art ») : texte établi par Henri Bornecque et traduit par Gaston Rabaud, 1944.

Philippiques [Phil.] (livres I-IV) : texte établi et traduit par André Boulanger et Pierre Wuilleumier, 1966 (3e édition).

Philippiques [Phil.] (livres V-XIV) : texte établi et traduit par Pierre Wuilleumier, 1973 (3e édition).

De officiis [Off.] (livre I) : texte établi et traduit par Maurice Testard, 1965.

De officiis [Off.] (livres II-III) : texte établi et traduit par Maurice Testard, 1970.

6Dans ce corpus, nous n’avons naturellement retenu que les occurrences de quamquam de type P1(,) quamquam P2 et P1. Quamquam P2. Ont donc été éliminés tous les cas où la proposition introduite par quamquam était une subordonnée antéposée à la principale (la relation hypotaxique y est indiscutable et seule une ponctuation faible peut alors séparer les deux propositions), ainsi que ceux où la subordonnée se trouvait en incise au cœur d’une phrase complexe. Au terme de cette sélection, on obtient 51 occurrences de quamquam reliant argumentativement une proposition subséquente à une proposition antécédente. Dans les éditions consultées, 41 de ces occurrences sont précédées d’un point et sont traitées comme adverbes, 10 ne sont précédées d’aucune ponctuation ou que d’une simple virgule.

Quamquam : sens et fonctions

Les traductions de quamquam sont très diverses : on trouve dans le corpus bien que, quoique, et pourtant, cependant, néanmoins, d’ailleurs, mais, et encore, encore que, et de toutes façons, bien sûr, certes, sans doute, en dépit de cela… C’est dire que quamquam semble non seulement remplir diverses fonctions syntaxiques, mais encore présenter plusieurs valeurs sémantiques, assumant notamment aussi bien le rôle de connecteur contre-argumentatif que celui de connecteur réévaluatif.

  • 6  Sens qui fonde son emploi comparatif : tam pulcher quam doctus « aussi beau que savant ».
  • 7  Pour une analyse plus détaillée, voir Sylvie Mellet, 2003.

7Pour tenter de mettre un peu d’ordre et d’unité dans une telle diversité, on rappellera d’abord l’étymologie de ce connecteur et son sens premier : quamquam est formé à partir du redoublement d’un adverbe indéfini portant à l’origine sur le degré d’une qualité6, puis s’affaiblissant en un adverbe portant sur la nature et les circonstances du procès7.

8En tant qu’indéfini redoublé il exprime un parcours sur ce qu’Antoine Culioli appelle une classe d’occurrences, c’est-à-dire plus simplement sur un ensemble de procès ayant ici pour point commun de pouvoir constituer une circonstance sémantiquement adaptée au contexte. Au terme de ce parcours, en latin classique quamquam permet de sélectionner dans cette classe une circonstance logiquement non congruente, voire discordante avec le procès principal ; de là vient la valeur concessive de ce connecteur. D’autre part, son signifié fondamentalement qualitatif lui confère une valeur intensive encore perceptible dans nombre de ses emplois et pose l’égalité de la valeur de vérité entre P1 et P2. C’est ainsi qu’on pourra analyser de la manière suivante l’exemple 1, choisi pour son caractère prototypique et où, exceptionnellement donc, la subordonnée précède la principale :

1. Quae quamquam ita sunt in promptu ut res disputatione non egeat, tamen sunt a nobis alio loco disputata (Off. I, 6).

Bien que ces choses-là soient si évidentes qu’elles ne nécessitent pas de discussion, cependant j’en ai discuté ailleurs.

9Parcours sur la classe d’occurrences :

– Aucun traité n’abordait la question.

– Ce sujet me tenait à cœur.

– Ce sujet méritait discussion.

– De nombreux points restaient obscurs.

– Le sujet était clair et ne méritait pas discussion (circonstance discordante retenue).

10Adverbe de degré :

– [Les choses sont claires et l’affaire ne mérite pas discussion] est une circonstance vraie à un certain degré.

– Mais quel que soit ce degré (même supérieur : quamquam), même ainsi (tamen), il est tout aussi vrai que j’ai discuté de la chose dans un autre ouvrage.

  • 8  Sur cette terminologie, voir Pierre Le Goffic, 1993, notamment p. 45-46 et 391-401. Le connecteur (...)
  • 9  Le connecteur relie alors deux « clauses » qui forment une période minimale ; cette structure péri (...)

11Cette aptitude à mettre en parallèle deux relations prédicatives en assertant l’identité de leurs valeurs de vérité donne parfois à quamquam la fonction d’un connecteur intégratif8, autrement dit d’un subordonnant. Et, dans ce cadre syntaxique, deux cas de figure se présentent : soit quamquam entre dans une relation cataphorique intraphrastique comme dans l’exemple 1 ; il est alors en charge de ce qu’Alain Berrendonner (1990, p. 28-29) appelle une fonction de liage ; soit quamquam entre dans une relation strictement anaphorique avec le contexte antérieur et cette relation autorise l’emploi d’anaphores associatives en P2 (descriptions définies, noms propres, hyperonymes, etc.) : c’est là le critère définitoire retenu par Berrendonner pour la fonction de pointage (ibid.), caractéristique de la macro-syntaxe périodique. Ce sont ces dernières occurrences que nous avons retenues et qui sont précisément les constructions pour lesquelles, comme le note Berrendonner, le signe de ponctuation est d’emploi libre9 :

2. Si quae praeter ea sunt […], ab eis, si uidebitur, qui ista disputant, quaeritote. Nos autem a te potius. Quamquam etiam ab istis saepe quaesiui et audiui, non inuitus equidem ; sed aliud quoddam filum orationis tuae (Amic. 25).

S’il reste quelque chose à dire […], demandez-le, s’il vous plaît, à ceux qui traitent ces sujets. – Non, nous [te le demandons] à toi plutôt. Je l’ai certes demandé bien souvent aussi à ces gens-là, et je les ai écoutés, sans déplaisir d’ailleurs ; mais ton exposé est d’une autre façon.

3. Nunc dicamus de gloria, quamquam ea quoque de re duo sunt nostri libri ; sed attingamus, quandoquidem ea in rebus maioribus administrandis adiuuat plurimum (Off. II, 31).

Maintenant parlons de la gloire, bien que sur ce sujet aussi il existe deux livres de moi ; mais abordons ce sujet, puisque dans la conduite des entreprises importantes la gloire aide énormément.

  • 10 Hildesheim, Georg Olms, 1962 (4e édition).
  • 11  Laboratoire d’analyse statistique des langues anciennes de l’université de Liège.

12Il faut noter ici que la tradition philologique établit une relation de dépendance absolue entre ses choix de ponctuation et ses interprétations syntaxiques ; en effet, dans tous les index lemmatisés, qu’il s’agisse du traditionnel Lexicon zu den Reden des Cicero de Merguet10 ou de l’index des lemmes de la base de données informatisée du LASLA11, les occurrences de quamquam précédées d’un point dans l’édition de référence sont systématiquement étiquetées comme adverbe, celles qui ne le sont pas sont étiquetées comme conjonction de subordination. Or cette relation biunivoque est contestable, comme l’ont montré les travaux récents sur les liens entre syntaxe et prosodie dans le discours oral ; c’est une facilité que se donne le philologue qui lui évite, précisément, de s’interroger sur les caractéristiques d’une éventuelle macro-syntaxe latine. En outre, cette classification grammaticale ne trouve pas toujours sa confirmation dans la traduction française proposée par le même philologue, prouvant que les entités ainsi définies sont peut-être plus floues qu’on ne l’avoue généralement :

4. Contentionis praecepta rhetorum sunt, nulla sermonis, quamquam [conjonction] haud scio an possint haec quoque esse (Off. I, 132).

Les préceptes de l’éloquence sont du domaine des rhéteurs, tandis qu’il n’est point de règles de la conversation ; peut-être cependant [adverbe] celles-ci aussi pourraient-elles exister !

5. Neque enim ullam mercedem tanta uirtus praeter hanc laudis gloriaeque desiderat – qua etiam si careat, tamen sit se ipsa contenta, quamquam [conjonction] in memoria gratorum ciuium tamquam in luce posita laetetur (Phil. V, 35).

Car un tel mérite ne réclame pas d’autre récompense que celle de l’éloge et de la gloire (en serait-il même privé qu’il trouverait encore satisfaction en lui-même, et pourtant [adverbe] il se réjouirait d’avoir, comme en pleine lumière, une place dans le souvenir des citoyens reconnaissants).

6. Ab hoc igitur uiro quisquam bellum timet qui, […] in pace iacere quam in bello uigere maluit ? Quamquam [adverbe] ille quidem numquam iacuit nec hoc cadere uerbum in tantam uirtutis praestantiam potest (Phil. X, 14).

Et de cet homme on pourrait craindre la guerre, lui qui […] a préféré rester inactif dans la paix plutôt que montrer sa vaillance dans la guerre ? Bien que [conjonction], à vrai dire, il ne soit jamais resté inactif et que ce mot ne puisse pas cadrer avec un mérite aussi éclatant.

13Nous allons donc essayer de démêler, dans cette pratique éditoriale apparemment très intuitive, les critères de choix sous-jacents qui la guident – ou, plus modestement, tenter de mettre au jour les structurations phrastiques et discursives ainsi affichées à travers ce simple choix d’un point ou d’une virgule.

Ponctuation forte ou non : les critères de choix

La segmentation, une aide à la lisibilité

14L’une des premières fonctions de la ponctuation et dont l’utilité saute aux yeux quand on compare la scriptio continua des Anciens avec les éditions modernes de leurs textes est la fonction de segmentation à des fins de lisibilité. Il s’agit de découper le texte en unités visibles et lisibles (Adam, 1990 ; Charolles, 1988) pour en faciliter le parcours et l’interprétation. On peut penser que ce souci est en effet particulièrement présent à l’esprit d’un éditeur de collection universitaire telle que la collection Budé : le choix de la ponctuation reflète alors l’importance accordée à la gestion perceptive dans l’interprétation du discours et s’affiche comme la trace d’une activité métadiscursive par laquelle on tente de guider le futur lecteur ; on lui permet, en quelque sorte, d’avancer « pas à pas » dans le texte latin et lorsque l’enjambée risque d’être trop grande, on lui propose un pas intermédiaire.

15Cette première fonction de la ponctuation forte apparaît clairement lorsqu’on compare la longueur moyenne des segments textuels qui précèdent quamquam conjonction de subordination et quamquam connecteur initial : lorsque quamquam est conjonction de subordination et n’est pas séparé de P1 par un point, la longueur de P1 n’excède pas, dans notre corpus, 11 mots (maximum observé en Off. 1, 133). Lorsque quamquam est précédé d’une ponctuation forte, la longueur moyenne de P1 dans le corpus est de 21 mots ; les P1 les plus longues sont de 50 mots (Phil. III, 3), 62 mots (Amic. 97) et même 77 mots (Caec. 6). La longueur du segment P1 semble donc pouvoir jouer un rôle déterminant dans le choix de la ponctuation.

  • 12  Ainsi, dans le De amicitia la longueur moyenne des phrases est de 19 mots, mais la phrase la plus (...)
  • 13  De même P1, suivie d’un point, compte 14 mots en Amic. 86 ; 14 encore en Mil. 82 ; 2 seulement en (...)

16Cependant, ces relevés numériques prouvent aussi que la phrase latine peut être fort longue12 et que, par conséquent, bien des ponctuations fortes qui nous occupent ici ne sont pas explicables par ce seul critère : en Amic. 25, cité comme exemple 2, P1 compte 5 mots seulement et se termine pourtant par un point13.

Les changements de modalité énonciative

L’examen du corpus montre que le point apparaît aussi lorsque l’intégration de P2 à P1 est rendue impossible par des facteurs pragmatiques, notamment par des changements de modalité énonciative tels que P2 ne saurait se trouver sous le modus de P1. Deux cas se rencontrent.

  • 14  Le texte étant très long, nous n’en donnons ici que la traduction, avec quelques coupures et racco (...)

Il existe des cas, assez rares, de véritable polyphonie implicite ou explicite : ainsi, l’exemple suivant situe quamquam à la jonction entre un discours rapporté direct attribué à Milon et la reprise de parole de Cicéron orateur14 :

7. Milon n’aurait pas moins le droit de s’écrier devant tous : « J’ai tué, oui, j’ai tué, non pas X […], non pas Y […], mais j’ai tué un homme que des femmes de haute noblesse ont surpris en flagrant délit d’adultère sur les lits de parade du culte le plus saint, un homme dont le châtiment aurait dû, de l’avis répété du sénat, expier la profanation des cérémonies solennelles, un homme dont L. Lucullus, sous la foi du serment, a dit qu’il le savait coupable d’un abominable adultère avec sa propre sœur, un homme dont les bandes d’esclaves armés ont chassé de la ville un citoyen que le Sénat, que le peuple romain, que toutes les nations avaient considéré comme le sauveur de Rome, un homme […] ». Pourtant, on commençait à trouver tous ces forfaits tolérables (Mil. 76).

17Cicéron défend ici Milon accusé du meurtre de Clodius et, comme on le voit, il plaide coupable : oui, l’accusé a le droit de revendiquer son crime qui a débarrassé Rome d’un individu monstrueux ; et Cicéron lui donne fictivement la parole pour énumérer tous les vices de Clodius. Mais toutes ces entorses à la moralité étaient peut-être des raisons pour chercher à neutraliser Clodius, sans doute pas pour aller jusqu’à l’assassinat. C’est pourquoi Cicéron reprend la parole pour asséner aux juges la vérité : si Milon en a été conduit à cette extrémité, c’est que personne à Rome ne faisait rien pour empêcher Clodius de nuire. La dernière phrase de cet extrait, introduite en latin par quamquam, pourrait être un simple constat énoncé par Milon. En choisissant de l’exclure du discours rapporté et de faire émerger ici la polyphonie, l’éditeur lui donne sans doute un poids argumentatif renforcé (voir plus loin la conclusion de tout ce paragraphe).

18Dans l’exemple 8, la polyphonie s’exprime à travers un discours rapporté indirect et l’on remarque à nouveau que la proposition introduite par quamquam coïncide avec la reprise de parole du locuteur principal :

8. Quod Tarquinium dixisse ferunt exsulantem, tum se intellexisse quos fidos amicos habuisset, quos infidos, cum iam neutris gratiam referre posset. Quamquam miror, illa superbia et importunitate, si quemquam amicum habere potuit (Amic., 53-54).

On rapporte que Tarquin a dit pendant son exil qu’il avait découvert lesquels de ses amis lui étaient fidèles, lesquels ne l’étaient pas du jour où il ne put plus les payer de retour, ni les uns ni les autres. Je suis bien étonné d’ailleurs qu’avec son orgueil et sa morgue, il ait pu avoir quelque ami.

19En 9, la polyphonie est implicite : le locuteur est tiraillé entre deux opinions et fait part de ses incertitudes ; c’est un véritable débat intérieur qui est retranscrit ici et la ponctuation accompagne très clairement chacun des mouvements de pensée, dans leur va-et-vient contradictoire :

9. Vnde igitur subito tanta ista mutatio ? Non possum adduci ut suspicer te pecunia captum ; licet quod cuique libet loquatur, credere non est necesse. Nihil enim umquam in te sordidum, nihil humile cognoui. Quamquam solent domestici deprauare nonnumquam ; sed noui firmitatem tuam (Phil. I, 33).

D’où t’est donc venu ce changement subit ? Je ne puis consentir à penser que tu as été pris à l’appât de l’argent ; libre à chacun de dire ce qu’il veut ; on n’est pas forcé d’y croire. Jamais je n’ai trouvé en toi rien de vil, rien de bas. Pourtant il arrive souvent qu’on se laisse dépraver par son entourage ; mais je connais ta fermeté.

20Autre forme de l’implicite en 10 : l’ironie. La perception de cette nuance est ici indispensable pour éviter le contresens. Sur le plan grammatical, en effet, et si l’on s’en tenait au premier niveau de lecture sur le plan sémantique, on pourrait facilement interpréter la proposition introduite par quamquam comme une véritable oppositive ; elle serait alors en fonction de liage avec la proposition précédente qui, ne comptant que quatre mots, pourrait très bien supporter une rallonge hypotactique. Et il faudrait comprendre qu’Antoine (puisque c’est de lui qu’il s’agit) a réussi à s’isoler et à se faire détester de tous malgré la présence de son frère et les efforts déployés par celui-ci pour le rapprocher du peuple romain. Or, notre connaissance du contexte politique nous interdit une telle interprétation : Lucius était tout aussi détestable et détesté que son frère Antoine et la proposition introduite par quamquam est donc une antiphrase. La ponctuation forte retenue ici par l’éditeur est un des moyens à sa disposition pour donner à voir la rupture énonciative, pour mettre en valeur cette polyphonie ironique, et tenter d’éviter aux étudiants un contresens fatal.

10. Sic a suis legionibus condemnatus, irrupit in Galliam, quam sibi armis animisque infestam inimicamque cognouit. […]. Vnus omnium est hostis. Quamquam habet secum Lucium fratrem, carissimum populo Romano ciuem, cuius desiderium ferre diutius ciuitas non potest ! (Phil. X, 21).

Ainsi condamné par ses propres légions, il a pénétré dans la Gaule, dont il a vu qu’elle était, par les armes et les cœurs, son ennemi acharné. […]. Il est seul, ennemi de tous. Cependant il a près de lui son frère Lucius, un citoyen très cher au peuple romain, dont la cité ne peut supporter plus longtemps le regret !

21On citera enfin le passage suivant où c’est le recours à des citations (empruntées à Ennius) qui crée l’effet polyphonique et qui a probablement incité l’éditeur à clarifier les alternances énonciatives par l’emploi d’une ponctuation forte associée à des retours à la ligne et une typographie symboliques :

11. Licet enim mihi uersibus iisdem adfari te, Attice, quibus adfatur Flaminium
« ille uir, haud magna cum re, sed plenus fidei ».
Quamquam certo scio non ut Flaminium
« sollicitari te, Tite, sic noctesque diesque »
(Sen. 1).

Je peux bien, en effet, t’adresser, Atticus, les mêmes vers qu’adresse à Flaminius « cet homme sans grand bien, mais plein de loyauté ». Sans doute suis-je assuré que tu ne vas pas, comme Flaminius, « te tourmenter ainsi, Titus, nuit et jour ».

Il existe d’autres cas, plus fréquents, de changement de modalité illocutoire : entre P1 et P2 on passe d’une interrogation ou d’une exhortation à une assertion ; plus rarement d’une assertion à une exclamation (voir aussi l’exemple 6) :

12. Ede mihi scriptum quid argenti in prouincia Sicilia pararis, unde quidque aut quanti emeris. Quid fit ? Quamquam non debebam ego abs te has litteras poscere (2 Verr. 4, 36).

Allons, montre-moi la liste écrite de tes acquisitions d’argenterie dans la province de Sicile, des vendeurs, de ce que tu as acheté et des prix payés ! Qu’attends-tu ? Et cependant je ne devrais pas te demander ces registres.

13. Nam quid esset ingratius quam laetari ceteros, lugere eum solum propter quem ceteri laetarentur ? Quamquam hoc animo semper fuimus omnes […] (Mil. 82).

Car ne serait-ce pas le comble de l’ingratitude que tous soient dans la joie tandis que seul serait dans le chagrin celui grâce auquel tous se réjouissent ? Et pourtant notre sentiment à tous a toujours été que…

14. Haec ut colligeres, homo amentissime, tot dies in aliena uilla declamasti ? Quamquam tu quidem, ut tui familiarissimi dictitant, uini exhalandi, non ingeni acuendi causa declamitas (Phil. II, 42).

Est-ce pour rassembler de telles accusations, ô le plus insensé des hommes, que durant tant de jours tu t’es exercé à la déclamation dans une maison de campagne qui ne t’appartient pas ? Il est vrai que, comme le répètent tes intimes, c’est pour dissiper les vapeurs du vin, non pour aiguiser ton talent que tu déclames.

22Bien sûr, ce fonctionnement syntactico-pragmatique n’a rien de mécanique : comme en français avec bien que, une subordonnée concessive qui asserte un propos secondaire peut se trouver sous la portée d’une interrogation, d’une exclamation ou d’une injonction. Mais le fait est rare et le corpus n’en fournit qu’un seul exemple, déjà cité en 3 :

3. Nunc dicamus de gloria, quamquam ea quoque de re duo sunt nostri libri ; sed attingamus, quandoquidem ea in rebus maioribus administrandis adiuuat plurimum (Off. II, 31).

Maintenant parlons de la gloire, bien que sur ce sujet aussi il existe deux livres de moi ; mais abordons ce sujet, puisque dans la conduite des entreprises importantes la gloire aide énormément.

23En réalité, il existe une différence sensible entre ce dernier exemple et les trois précédents : on ne trouve en (3) aucune trace du mouvement rhétorico-pragmatique qui en (12), (13) et (14) se superpose au changement de modalité illocutoire et exprime un changement du point de vue du locuteur sur les faits évoqués. Ce revirement des sentiments du locuteur qui suscite le dialogue intérieur – l’aitiologie – pourrait donc justifier le statut argumentatif de quamquam. Quamquam est en effet là pour accompagner ce débat intérieur, en souligner les mouvements contraires, il articule deux temps distincts de la pensée ; cet emploi n’est pas intégratif et l’éditeur du texte latin est donc conduit à dissocier les deux propositions par une ponctuation forte. Cet usage correspond bien sûr à la valeur démarcative classique du point, mais il met en évidence une autre fonction, plus subtile, de la ponctuation : celle-ci devient non seulement l’indice d’un mouvement discursif, mais elle accompagne en outre ce que Ferrari et Auchlin (1995) appellent la « promotion pragmatique » de chacun des actes de langage ainsi dissociés. En ce qui concerne P2, cette promotion – ou valorisation – est sensible à deux niveaux au moins : sur le plan syntaxique on a affaire à une proposition indépendante coordonnée et non à une subordonnée ; et, au-delà, on a l’introduction d’une nouvelle séquence [thème + rhème] qui contribue le plus souvent à faire avancer sensiblement le discours (voir les exemples 13 et 14 ci-dessus où sont respectivement introduits le thème du dévouement généralement manifesté par tous les grands hommes et celui de l’ivrognerie).

Le statut informatif et hiérarchique de P2

24Au terme de ces premières analyses, nous avons mis en évidence deux critères relativement simples permettant de comprendre les choix de ponctuation dans les éditions modernes des textes latins : segmentation en unités lisibles et démarcation pragmatico-syntaxique. Toutefois, un certain nombre d’occurrences échappent encore à ce crible. Nous allons donc les examiner une à une dans l’espoir de dégager quelque trait commun qui en rendrait compte ; le fil conducteur de cet examen est que, dans tous ces cas résiduels, semble se manifester un sémantisme particulier et récurrent de P2 : la proposition introduite par quamquam a toujours pour fonction de retoucher la portée de P1, le plus souvent pour la rectifier, quelquefois pour la renforcer. C’est dire qu’alors P2 n’est pas logiquement opposée à P1, mais aux éventuelles conclusions inférencielles qu’on pourrait tirer de P1 ; ainsi, dans le dialogue déjà cité dans l’exemple 2, la proposition introduite par quamquam prévient une interprétation erronée de P1 (« Nous te le demandons à toi, plutôt ») qui consisterait à penser que le locuteur, Fannius, se refuse à demander leur opinion à d’autres qu’à Cicéron :

2. Si quae praeter ea sunt […], ab eis, si uidebitur, qui ista disputant, quaeritote. Nos autem a te potius. Quamquam etiam ab istis saepe quaesiui et audiui, non inuitus equidem ; sed aliud quoddam filum orationis tuae (Amic. 25).

S’il reste quelque chose à dire […], demandez-le, s’il vous plaît, à ceux qui traitent ces sujets. – Non, nous [te le demandons] à toi plutôt. Je l’ai certes demandé bien souvent aussi à ces gens-là, et je les ai écoutés, sans déplaisir d’ailleurs ; mais ton exposé est d’une autre façon.

25On remarquera aussi dans cet exemple le passage du nous au je, qui manifeste un engagement énonciatif plus personnel du locuteur.

26L’analyse est comparable pour les deux exemples suivants :

15. Ego enim amplius sestertium ducentiens acceptum hereditatibus rettuli. Quamquam in hoc genere fateor feliciorem esse te: me nemo nisi amicus fecit heredem ut cum illo commodo, si quod erat, animi quidem dolor iungeretur; te is quem tu uidisti numquam L. Rubrius Casinas fecit heredem (Phil. II, 40).

De fait, j’ai enregistré des legs pour plus de vingt millions de sesterces. Pourtant j’avoue qu’à cet égard tu es plus heureux que moi : moi, personne si ce n’est des amis ne m’a institué héritier si bien que cet avantage, si c’en était un, s’accompagnait d’un vrai chagrin ; toi, c’est un homme que tu n’as jamais vu, L. Rubrius de Casinum, qui t’a fait son héritier.

16. In multas praeterea pecunias alienissimorum hominum, ui eiectis ueris heredibus, tamquam heres esset, inuasit. Quamquam hoc maxime admiratus sum mentionem te hereditatum ausum esse facere […] (Phil. II, 42).

Il s’est saisi de bien d’autres sommes encore, appartenant à des hommes qui lui étaient tout à fait étrangers, comme si c’était lui l’héritier et en éliminant par la violence les véritables héritiers. Cependant, ce qui m’a le plus étonné, c’est que tu aies osé parler de succession…

  • 15  L’engagement assertif du sujet énonciateur est aussi soutenu, surtout lorsque le verbe de la subor (...)

27En 15 Cicéron et Antoine s’accusent mutuellement d’avoir bénéficié, dans des conditions parfois douteuses, de legs avantageux. Cicéron reconnaît avoir reçu en héritage plus de vingt millions de sesterces, mais anticipe sur les inférences potentielles : ce n’est pas pour autant que sa situation est comparable à celle d’Antoine : contrairement à ce dernier, Cicéron a alors connu de vrais deuils et de vrais chagrins ; P2 rectifie donc l’impression laissée par P1. En 16, il s’agit de rectifier la portée de P1 en soulignant que ce qui a été affirmé dans cette première proposition n’est pas le plus étonnant et le plus scandaleux dans l’attitude de l’accusé. Là encore, on remarquera dans les deux cas l’emploi en P2 de la première personne du singulier associée à des verbes dicendi ou sentiendi (fateor, admiratus sum), qui manifeste un fort engagement énonciatif du locuteur15.

  • 16  L. Danon-Boileau et al. (1991, p. 114) observent de la même façon, en français, que ce type de pro (...)

28En 17 et 18 ci-dessous, la rectification prend la forme d’un commentaire métalinguistique du locuteur sur son propre dire ; l’énoncé par quamquam, toujours à la première personne16, commente et retouche la pertinence d’un mot préalablement employé :

17. Ego Q. Maximum […] senem adulescens ita dilexi ut aequalem : erat enim in illo uiro comitate condita grauitas nec senectus mores mutauerat. Quamquam eum colere coepi non admodum grandem natu, sed tamen iam aetate prouectum (Sen. 10).

Pour moi, j’ai chéri dans ma jeunesse, comme un compagnon d’âge, Q. Maximus alors qu’il était déjà vieux ; il y avait en cet homme une gravité assaisonnée de courtoisie et la vieillesse n’avait pas altéré son caractère. Sans doute ai-je commencé à lui rendre hommage alors qu’il n’était pas tout à fait vieux, mais cependant il atteignait déjà un âge avancé.

18. Irasci quidem uos mihi, Dolabella, pro re publica dicenti non oportebit. Quamquam te quidem id facturum non arbitror : noui facilitatem tuam (Phil. I, 27).

Cependant, Dolabella, il ne faudra pas vous irriter tous deux contre moi quand je parle pour défendre l’intérêt public. D’ailleurs je ne pense pas que toi, du moins, tu le fasses : je connais ta mansuétude.

29Enfin le dernier exemple est celui dans lequel la logique argumentative est la moins claire dans la mesure où P2, loin de s’opposer à P1, semble au contraire la confirmer, voire l’expliciter :

19. Vna est enim amicitia in rebus humanis, de cuius utilitate omnes uno ore consentiunt. Quamquam a multis uirtus ipsa contemnitur et uenditatio quaedam atque ostentatio esse dicitur ; multi diuitias despiciunt […] (Amic. 86).

En effet de tous les biens humains, l’amitié est le seul sur l’utilité duquel tous s’accordent unanimement. Et pourtant beaucoup méprisent même la vertu et disent qu’il s’agit d’une sorte de parade ou d’ostentation ; beaucoup dédaignent la richesse…

30En fait, l’opposition introduite par quamquam a pour fonction ici de renforcer la portée de P1 : il s’agit de bien faire comprendre à l’interlocuteur ou au lecteur que la première proposition n’a rien d’anodin, de banal ; on peut gloser cet emploi en y voyant une rectification de l’inférence potentielle de P1 « c’est normal, c’est une évidence qu’on aurait pu aisément deviner ». Non, répond par avance Cicéron, l’unanimité des êtres humains n’est pas si facile à obtenir, la preuve en est qu’elle ne se fait même pas sur la vertu.

31On conclut de l’examen détaillé de ces occurrences que le choix de la ponctuation est ici lié au statut informatif donné à P2 : lorsque P2 a pour fonction de rectifier la portée de P1, que ce soit sous la forme d’un commentaire méta-discursif ou par réfutation anticipée de conclusions qui pourraient être inférées de P1, alors P2 prend le statut d’un acte discursif de premier niveau : cette montée hiérarchique est notamment signifiée par l’autonomie et la mise en relief que lui confère le point qui la précède.

32Notre analyse se heurte cependant à quelques contre-exemples. Dans le De officiis, livre I, 132, déjà cité sous 4, l’éditeur a opté pour la ponctuation faible et l’interprétation de quamquam comme conjonction de subordination alors que P2 exprime un commentaire personnel de l’énonciateur, un retour réflexif sur sa propre assertion, formulé à la première personne du singulier ; les analyses précédentes laissaient plutôt attendre, dans un tel contexte, une ponctuation forte devant un connecteur initial de phrase. Inversement, dans l’exemple 20 ci-dessous, l’éditeur a interprété P2 comme une retouche rectificative diminuant la portée de P1 (« c’était en ton pouvoir ; encore que tous tes compagnons étaient d’avis de m’épargner [donc tu n’étais pas si libre que ça de me tuer] ») :

20. Ibi me non occidisti. Magnum beneficium : potuisse enim fateor. Quamquam nemo erat eorum qui tum tecum fuerunt qui mihi non censeret parci oportere (Phil. II, 59).

Là, tu ne m’as pas fait tuer. Grand bienfait, car j’avoue que cela était en ton pouvoir. Toutefois, il n’y eut aucun de ceux qui étaient alors avec toi qui ne fût d’avis qu’il fallait m’épargner.

  • 17  Sur cette importance discriminante de l’usage des temps verbaux, nous rejoignons tout à fait le po (...)

33Cette interprétation est certes possible sémantiquement ; nous pensons néanmoins que l’autre interprétation, faisant de la proposition introduite par quamquam une véritable concessive renforçant au contraire le pouvoir attribué à l’adversaire (« cela était tout à fait en ton pouvoir bien que tous tes compagnons fussent d’avis de m’épargner [sous-entendu : tant était forte alors ta position personnelle] »), est tout aussi plausible et qu’elle peut s’appuyer sur l’emploi de l’imparfait en P2. On observe en effet dans notre corpus que toutes les rectificatives sont au parfait ou au présent, c’est-à-dire utilisent des temps verbaux par lesquels l’énonciateur peut poser des faits objectifs, indépendants du contexte antérieur ; l’imparfait au contraire, en vertu de son fonctionnement anaphorique et de son aspect imperfectif, est le temps privilégié des subordonnées liées telles que les relatives descriptives, les causales et les concessives ; sa présence ici devrait donc orienter vers une analyse faisant de P2 une vraie subordonnée concessive. Mais la ponctuation et la traduction montrent bien que l’éditeur-traducteur a négligé ici la distinction pourtant significative entre imparfait et parfait latin (ou passé simple français)17.

34Enfin le doute peut aussi s’insinuer à propos du passage suivant du De officiis :

21. Est enim difficilis cura rerum alienarum quamquam Terentianus ille Chremes « humani nihil a se alienum putat » (Off. I, 30).

C’est chose difficile en effet que le souci des affaires des autres, bien que le Chrémès de Térence « estime que rien de ce qui est humain ne lui est étranger ».

35Aucune ponctuation ne sépare ici P1 et P2. Or on pourrait aussi lire P2 comme une rectificative atténuant la portée du terme difficilis précédemment employé ; certes, cette rectification ne vient pas ici d’un commentaire personnel du locuteur, mais elle s’appuie sur des propos rapportés, introduisant ainsi une polyphonie dont on a vu qu’elle était favorable à l’emploi de la ponctuation forte.

Conclusion

36Les éléments explicatifs que nous avons tenté de mettre au jour ne dessinent donc que des tendances et ne constituent que rarement des critères de choix impératifs ; le contexte le plus contraignant semble être la combinaison des premier et deuxième critères, c’est-à-dire l’association d’une première proposition assez longue avec un changement de modalité énonciative. Mais l’éditeur conserve toujours sa part de liberté interprétative et ses choix n’affichent pas une cohérence absolue puisque, précisément, ils sont la trace d’une expérience discursive qui, par définition, est susceptible d’évoluer au fil de la lecture-réécriture du texte.

  • 18  Voir par exemple les textes de Véronique Magri, de Sophie Rollin et de Geneviève Salvan.

37Ces tendances dominantes suffisent néanmoins pour affirmer que l’insertion d’une ponctuation forte devant un connecteur argumentatif tel que quamquam a une fonction disjonctive très nette puisqu’elle affiche la non-intégration de P2 à P1 et segmente le discours en unités autonomes ; en un certain sens donc, la ponctuation forte active le pôle négatif de la cohésion textuelle, si l’on définit celle-ci en termes de continuité et d’enchâssement. En revanche, la même ponctuation active simultanément et tout aussi fortement le pôle positif de la cohérence discursive en facilitant la structuration des énoncés en séquences ordonnées, en suscitant la « promotion pragmatique » du connecteur et de la proposition qu’il introduit. Or cette promotion est fondamentale, on l’a vu, pour organiser la variation énonciative, baliser les faits de polyphonie et hiérarchiser la valeur informative des propos. On observe donc, à ce niveau interphrastique, deux tensions contraires entre cohérence et cohésion, qui se stabilisent autour d’un point d’équilibre défini par les capacités de compréhension (réelles ou supposées) du destinataire ; le même mouvement contraire entre cohérence et cohésion est mis en évidence par d’autres contributions de ce recueil, dans d’autres contextes énonciatifs et à un niveau plus global de construction des textes18, permettant d’une part de mettre sous examen critique l’éventuelle valeur additive du et qui coordonne nos deux mots clés, d’autre part d’envisager que cet équilibre puisse n’être qu’une occurrence particulière de celui qui régit toute production langagière et qui résulte des pesées contraires exercées par la pratique de la redondance au profit du destinataire d’un côté, le souci de l’économie au profit de l’émetteur de l’autre.

Bibliographie

Adam J.-M., 1990, Éléments de linguistique textuelle, Liège, Mardaga.

Baratin M., 1989, La naissance de la syntaxe à Rome, Paris, Minuit.

Baudry J. et Caron P., 1998, Problèmes de cohésion syntaxique de 1550 à 1720, Limoges, PULIM.

Berrendonner A., 1990, « Pour une macro-syntaxe », Le français moderne, n° 21, p. 25-36.

— 1993, « Périodes », Temps et discours, H. Parret éd., Louvain, Presses universitaires de Louvain, p. 47-61.

Catach N., 1994, La ponctuation, Paris, PUF (Que sais-je ?).

Charolles M., 1988, « Les plans d’organisation textuelle : périodes, chaînes, portées et séquences », Pratiques, n° 57, p. 3-13.

Charpin F., 1977, L’idée de phrase grammaticale et son expression latine, Paris, Champion.

Danon-Boileau L., Meunier A., Morel M.-A. et Tournadre N., 1991, « Intégration discursive et intégration syntaxique », Langage, n° 104 (« Intégration syntaxique et cohérence discursive »), p. 111-128.

Defays J.-M., Rosier L. et Tilkin F. éd., 1998, À qui appartient la ponctuation ?, Bruxelles, Duculot (Champs linguistiques).

Évrard I., 1999, « Les notions de cohérence et de cohésion textuelles dans le domaine français. Un problème terminologique et méthodologique », Revue romane, n° 34, p. 205-218.

Fayol M. et Abdi H., 1990, « Ponctuation et connecteurs », Le discours. Représentations et interprétations, M. Charolles, S. Fisher et J. Jayez éd., Nancy, Presses universitaires de Nancy, p. 167-180.

Ferrari A. et Auchlin A., 1995, « Le point : un signe de ponctualisation », Cahiers de linguistique française, n° 17, p. 35-56.

Le Goffic P., 1993, Grammaire de la phrase française, Paris, Hachette (HU).

Lundquist L., 1980, La cohérence textuelle. Syntaxe, sémantique, pragmatique, Copenhague, Nyt Nordisk Forlag.

Mellet S., 2003, « Le système des conjonctions concessives en latin classique », Theory and Description in Latin Linguistics, Selected papers from the Eleventh international colloquium on Latin linguistics (Amsterdam, June 24-29, 2001), A. M. Bolkestein, C. H. M. Kroon, H. Pinkster, H. W. Remmelink et R. Risselada éd., Amsterdam, Gieben, p. 249-262.

Rossari C., 1996, « Identification d’unités discursives : les actes et les connecteurs », Cahiers de linguistique française, n° 18, p. 157-177.

Stati S., 1990, Le transphrastique, Paris, PUF (Linguistique nouvelle).

Védénina L. G., 1989, Pertinence linguistique de la présentation typographique, Louvain, Peeters - SELAF.

Notes

1  Les premiers éléments de séparation entre les mots et les phrases sont apparus au viiie siècle ; mais leur emploi est resté facultatif durant tout le Moyen Âge, et laissé à la libre fantaisie de chaque copiste : c’est dire s’il était chaotique. Les premiers efforts d’harmonisation sont perceptibles au xiie siècle et sont suivis de la parution des premiers traités de ponctuation aux xiiie et xive siècles. Mais la notion de phrase, comme l’a très bien montré Jean-Pierre Seguin, a été très longue à s’imposer et se stabiliser.

2  Traduction de Marc Baratin, 1989, p. 31.

3  Ibid., p. 48 à 53.

4  On verra plus loin comment se manifeste le souci du destinataire à travers les choix de ponctuation.

5  Tous ces ouvrages sont publiés aux Belles Lettres, Paris, dans la Collection des universités de France, dite collection « Budé ».

6  Sens qui fonde son emploi comparatif : tam pulcher quam doctus « aussi beau que savant ».

7  Pour une analyse plus détaillée, voir Sylvie Mellet, 2003.

8  Sur cette terminologie, voir Pierre Le Goffic, 1993, notamment p. 45-46 et 391-401. Le connecteur intégratif se caractérise par sa double portée, directe sur le verbe de la subordonnée, médiate à travers toute sa subordonnée sur le verbe principal (ibid., p. 392) ; en outre il possède toujours un lien étymologique et sémantique avec l’indéfini : « toute valeur (la valeur quelle qu’elle soit) qui vérifie le prédicat subordonné, vérifie du même coup le prédicat principal » (ibid., p. 391).

9  Le connecteur relie alors deux « clauses » qui forment une période minimale ; cette structure périodique est indépendante de la notion de phrase comme on le voit dans les exemples français suivants : « Il ne viendra pas car il est malade. / Il ne viendra pas. Car il est malade. » « Une meilleure rationalisation financière et commerciale est à la base de ce projet, à quoi il convient d’ajouter […] / Une meilleure rationalisation financière et commerciale est à la base de ce projet. À quoi il convient d’ajouter… »

10 Hildesheim, Georg Olms, 1962 (4e édition).

11  Laboratoire d’analyse statistique des langues anciennes de l’université de Liège.

12  Ainsi, dans le De amicitia la longueur moyenne des phrases est de 19 mots, mais la phrase la plus longue en compte 121 ; dans le De Senectute, la moyenne est de 22 et le maximum de 126.

13  De même P1, suivie d’un point, compte 14 mots en Amic. 86 ; 14 encore en Mil. 82 ; 2 seulement en Verr. 4, 36 ; 13 mots en Sen. 67 ; 11 en Phil. I, 27 ; 9 en Phil. I, 33 ; 1 en Phil. II, 5 ; 12 en Phil. II, 22 ; 8 en Phil. II, 40 ; 14 en Phil. II, 42a ; 11 en Phil. II, 42b ; 5 en Phil. II, 59 ; 9 en Phil. III, 16 ; 12 en Phil. III, 19 ; 7 en Phil. IV, 9 ; 8 en Phil. V, 7 ; 11 en Phil. VI, 4 ; 11 en Phil. VII, 14 ; 4 en Phil. X, 21 ; 10 en Phil. XI, 26.

14  Le texte étant très long, nous n’en donnons ici que la traduction, avec quelques coupures et raccourcis d’expression.

15  L’engagement assertif du sujet énonciateur est aussi soutenu, surtout lorsque le verbe de la subordonnée n’est pas à la première personne, par l’emploi de la particule quidem peu après quamquam (ex. 6, 14, 18). Sur ce trait caractéristique de quamquam, voir S. Mellet, 2003.

16  L. Danon-Boileau et al. (1991, p. 114) observent de la même façon, en français, que ce type de proposition ne fait plus réellement place au dialogisme concessif et que l’opération modale exprimée y est généralement « à mettre au compte exclusif de l’énonciateur ». On peut alors parler d’auto-dialogisme.

17  Sur cette importance discriminante de l’usage des temps verbaux, nous rejoignons tout à fait le point de vue de Dominique Longrée qui y consacre l’essentiel de sa contribution.

18  Voir par exemple les textes de Véronique Magri, de Sophie Rollin et de Geneviève Salvan.

Auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search