Version classiqueVersion mobile

L’intelligence de la pratique

 | 
Jacques-Louis Lantoine

Conclusion

Texte intégral

  • 1 George Eliot, Adam Bede, ouvr. cité, p. 156. Les citations qui suivent sont tirées du même ouvrage (...)

Même un homme soutenu par la connaissance des classiques peut se laisser entraîner dans un imprudent mariage.1

  • 2 Sur le lien entre la peinture hollandaise et le roman réaliste, voir Ruth B. Yeazell, Art of the E (...)

1Comme l’explique George Eliot, il faut accorder à l’art et à la littérature cette tâche infinie de « nous […] rappeler à notre mémoire » ces « hommes épais, communs » qui composent le vulgaire, et qui n’ont pour eux ni la « beauté divine » ni la « pittoresque misère attendrissante » des héros de l’art romantique. Elle salue la peinture hollandaise du xviie siècle pour son parti pris réaliste2, qui a conduit tant de peintres à jeter leur regard dans les tavernes et les cuisines afin d’immortaliser ces vieilles servantes et ces multitudes alcoolisées. Il y a péril en effet : ignorer leur existence conduit inexorablement à « élaborer de hautes – et hautaines – théories qui ne conviennent qu’à un monde des extrêmes ».

2Néanmoins, il n’est pas seulement question de penser la complexion des « hommes épais ». L’irrésolution et l’inconstance du châtelain Arthur Donnithorne concernant ses amours avec la renversante et fort frivole laitière Hetty Sorrel, dans le roman Adam Bede, sont là pour nous le rappeler : la nature humaine est une et partout la même. Le premier acte démocratique n’est pas tant de reconnaître que tous les hommes sont rationnels, que de prendre acte qu’aucun n’est à l’abri de faire n’importe quoi, et que tous sont déterminés par leurs dispositions et par les causes extérieures.

3Cette considération réaliste de la pratique, conquise de haute lutte contre les tendances spontanées à la fabulation et aux clichés, unit l’artiste, l’écrivain, le scientifique et le philosophe dans ce travail interminable de formuler ce qu’il en est, plutôt que de se complaire à décréter ce qui doit être. Une certaine forme de sympathie ou de générosité accompagne l’étude de cet objet complexe qu’est la pratique commune des hommes, ce qui néanmoins ne conduit pas à la sublimer en ignorant la grossièreté, l’ignorance, l’inconstance et l’inconséquence du vulgaire, auxquelles n’échappent que quelques anges, dont l’inexistence ne fait aucun doute.

4Une philosophie dispositionnaliste, au même titre qu’un roman de George Eliot ou qu’une peinture de Gérard Dou, est de part en part politique. Non pas au sens où elle serait militante, mais au sens où le « monde humain » et l’individu lui-même sont de part en part une « pratique sociale ». Saisir la complexité des affections qui traversent les relations interindividuelles comme le corps et l’esprit de chacun, c’est prendre conscience que l’homme n’est pas « un empire dans un empire », et se donner en conséquence les instruments pratico-théoriques pour penser un devenir politique qui ne soit pas pure rêverie incantatoire en un « monde meilleur ». Si l’éthique n’est pas la morale, c’est parce qu’elle ne se fait aucune illusion concernant le caractère de part en part politique de l’émancipation individuelle et collective, se donnant par là les moyens théoriques pour s’efforcer – autant qu’il est en chacun – de changer le monde. C’est la raison pour laquelle une philosophie dispositionnaliste de la pratique doit se prolonger dans une philosophie politique.

5Le dédain appuyé d’une certaine philosophie et de certains artistes à l’égard de la pratique commune des hommes inscrit dans la vie intellectuelle et sociale comme un vide, que Spinoza s’est évertué à combler, comme tous ceux qui ont à cœur de ne pas se raconter d’histoires mais pensent sérieusement – et toujours joyeusement – à l’histoire, au présent et à l’avenir.

Notes

1 George Eliot, Adam Bede, ouvr. cité, p. 156. Les citations qui suivent sont tirées du même ouvrage, p. 162. Nous traduisons.

2 Sur le lien entre la peinture hollandaise et le roman réaliste, voir Ruth B. Yeazell, Art of the Everyday: Dutch Painting and the Realist Novel, Princeton-Oxford, Princeton University Press, 2008, notamment le chapitre iv qui porte sur George Eliot.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search