Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’intelligence de la pratique

 | 
Jacques-Louis Lantoine

Partie 3. Disposer à la liberté

Chapitre 11

Apprendre à bien agir, se disposer à penser vrai

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ce n’est pas parce qu’on est sage qu’on agit sagement, mais c’est parce qu’on agit sagement qu’on devient sage. Il faut s’être singulièrement affranchi des contrariétés de l’existence pour ne pas être en proie aux affects tristes, qui font obstacle à la compréhension de notre appartenance et de notre union à la nature. Les affects joyeux, quant à eux, ne sont pas des obstacles, à condition de n’être pas corrélatifs d’une polarisation excessive qui entraîne l’agent à ne plus voir son utile propre que dans ce qui aide certaines parties aux dépens des autres. C’est dire qu’il faut apprendre à faire corps avec le réel pour pouvoir le comprendre.

On ne saurait réduire l’éducation à un dressage. Si dressage il y a, celui-ci doit permettre à la puissance de penser de s’affranchir et de s’exercer librement. Le dressage ne produira qu’une pensée qui suit l’ordre des affections du corps, et si un bon dressage peut faire que cet ordre convienne avec celui de l’entendement, c’est encore l’entend...

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540