Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’intelligence de la pratique

 | 
Jacques-Louis Lantoine

Partie 3. Disposer à la liberté

Chapitre 10

Les moyens de la vertu

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il n’appartient pas à la nature de chaque homme que son âme soit forte, et il n’est pas plus en notre pouvoir d’avoir un esprit sain qu’un corps sain.1

Le problème des esclaves accomplis est qu’ils le sont essentiellement – mais on se gardera de voir là un essentialisme au sens courant du terme – et que personne ne vient les « forcer d’être libres », comme disait Rousseau. L’esclave accompli se distingue de l’esclave imparfait en tant qu’il est content de son état et obéit de plein gré. L’esclave imparfait, cas le plus répandu, obéit, il le fait donc de gré. Mais il n’obéit pas de plein gré, car il a d’autres désirs contrariés. Qu’on compare l’esclave Stephen (interprété par Samuel L. Jackson) dans le western de Quentin Tarantino, Django Unchained (2012), avec l’esclave Solomon Northup (interprété par Chiwetel Ejiofor), dans le film de Steve McQueen II Twelve Years a Slave (2013), qui se déroule également aux États-Unis d’Amérique au milieu du xixe siècle. Le premier semble adhérer à...

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540