Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’intelligence de la pratique

 | 
Jacques-Louis Lantoine

Partie 3. Disposer à la liberté

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je me demande qui lui a dit que nous ne pouvions avoir l’âme ferme et constante que par un décret de l’esprit ? Et pourquoi pas par une fatale nécessité ?1

« Nul ne fait le mal volontairement », c’est entendu. Mais est-ce par ignorance du vrai bien qu’il nous arrive de négliger ce qui nous est utile ? La tentation est grande d’identifier l’éthique spinoziste à un intellectualisme, qui consisterait en l’affirmation d’un pouvoir suprême de la connaissance sur les passions. La partie V de l’Éthique s’ouvre en effet sur l’affirmation d’une « puissance de la raison » sur les affects, et annonce que, la puissance de l’esprit résidant tout entière dans l’intelligence, c’est de la seule considération de celle-ci que seront déduits les remèdes aux affects. Les propositions 3 et 4 énoncent que la libération à l’égard des affects passifs passe par la connaissance claire et distincte que nous pouvons en former. L’intelligence jouirait donc d’une certaine suprématie sur les passions. De plus, il ...

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540