Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’intelligence de la pratique

 | 
Jacques-Louis Lantoine

Partie 2. La disposition comme amor fati

Chapitre 8

« Chacun vit content de sa nature »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Toute action, tout désir, toute pensée ne peut être produite qu’avec le concours de l’agent, cause – même inadéquate – de ses effets. Expliquer l’action par le biais des dispositions, c’est affirmer qu’elle n’est pas produite indépendamment de l’agent. C’est dire qu’on ne peut agir que par affirmation de soi-même. Et pourtant, toute passion s’explique par la contrainte d’une cause extérieure. Nous faisons donc tout à fait volontairement et plus ou moins volontiers ce que nous sommes contraints d’accomplir. Ainsi s’explique d’ailleurs le mécontentement éprouvé par celui qui, en présence d’un obstacle, ne parvient pas à effectuer ce qu’il était non seulement déterminé, mais contraint à effectuer. Cachez les bouteilles, l’ivrogne vous haïra sous prétexte que vous contraignez sa « liberté ». Il faut donc distinguer contrainte et contrariété : c’est une chose de savoir que l’homme le plus en proie aux passions est contraint à persévérer dans son être d’une certaine manière déterminée ; c...

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540