Version classiqueVersion mobile

L’intelligence de la pratique

 | 
Jacques-Louis Lantoine

Partie 1. Dispositions du corps et aptitudes

Introduction

Texte intégral

1Le concept de disposition souffre d’être trop souvent considéré comme un terme générique, regroupant des notions aussi diverses que capacité, aptitude, pouvoir, savoir-faire, tendance, inclination, potentialité. Emmanuel Bourdieu prévient, dans l’introduction de son ouvrage Savoir faire. Contribution à une théorie dispositionnelle de l’action :

  • 1 Emmanuel Bourdieu, Savoir faire, ouvr. cité, p. 8-9.

Nous partirons de la définition provisoire suivante : avoir une disposition, c’est être enclin à agir régulièrement de telle ou telle manière, dans telles ou telles circonstances. On peut se demander pourquoi, néanmoins, nous n’avons pas utilisé un mot du langage courant, tel que, précisément, « aptitude », « tendance », « capacité » ou même « habitude ». C’est simplement qu’il nous a semblé que, dans son usage savant, le mot « disposition » était, parmi tous les mots de la même famille, celui dont l’extension était la plus grande.1

  • 2 Bruno Gnassounou et Max Kistler, « Brève histoire des pouvoirs et dispositions », Causes, pouvoirs (...)

2Bruno Gnassounou et Max Kistler annoncent quant à eux, dès la première note du premier chapitre de l’ouvrage collectif qu’ils dirigent sur les dispositions : « Nous utiliserons ici indifféremment les termes de “pouvoirs”, “dispositions” ou “capacités” »2. On peut lire aussi, à l’entrée « Dispositions » de la Stanford Encyclopedia of Philosophy, cette étrange remarque méthodologique qui, pour éviter la confusion, propose d’identifier sous une même catégorie générale des concepts différents :

  • 3 « Many terms have been used to describe what we mean by dispositions: “power” (Locke’s term), “dun (...)

De nombreux termes ont été utilisés pour décrire ce que nous voulons dire par dispositions : « pouvoir » (terme de Locke), « puissance » (terme d’Aristote), « aptitude », « force », « capabilité », « tendance », « potentialité », « propension », « capacité », etc. En un sens très général, ils signifient une disposition, ou quelque chose qui s’en rapproche. Pour éviter la confusion, cependant, nous nous en tiendrons au terme « disposition ».3

  • 4 Voir par exemple Ian J. Thomson, « Real Dispositions in the Physical World », British Journal for (...)

3Tant en philosophie des sciences qu’en philosophie de l’action, l’idée d’un possible ou d’un virtuel non actualisé est censée constituer l’intension du concept, et rendre compte de son extension. Une disposition serait, au sens le plus général du terme, une capacité latente qui pourrait se réaliser, serait en passe de se manifester, ou aurait tendance à s’actualiser. On pourrait ainsi dire d’un verre, exemple classique de la philosophie qui s’intéresse aux dispositions, qu’il a une disposition à se briser, au sens où, si les circonstances y sont favorables, il se brisera. Il en a la capacité ou le pouvoir. Mais le concept renvoyant tout autant, et de façon confuse, à des inclinations ou à des propensions, faudrait-il dire qu’il a tendance ou qu’il incline à se briser, ou qu’« il penche du côté où il veut tomber », comme le veut l’expression populaire ? Certains philosophes des sciences physiques n’hésitent pas à parler de dispositions dans le sens de propensions, donc de tendances, à propos d’objets inanimés. S’il ne s’agit pas là d’un anthropomorphisme mais d’une simple manière de parler, c’est que le concept est utilisé pour signifier une probabilité statistique virtuelle, et non un désir, un effort qui incline à se réaliser. Néanmoins, un certain usage non probabiliste mais réaliste du terme, pris dans cette acception, est parfois préconisé en physique. La disposition ne désigne alors plus seulement une capacité en attente d’actualisation ou une configuration matérielle qui détermine une probabilité statistique, mais signifie une propension dont on affirme la réalité virtuelle. Plus qu’un possible en attente de réalisation, le concept de disposition semble signifier une virtualité, une tendance en passe de se réaliser4.

4Deux sens du mot « disposition » apparaissent donc, et la confusion règne quant à la valeur statique ou dynamique qu’il faut lui donner. Tantôt capacité abstraite qui dessine un ensemble de possibles, tantôt inclination ou tendance virtuelle, la distinction n’est pas toujours clairement établie. Cette équivocité se retrouve dans le concept de virtualité lui-même : son étymologie (« virtualité » vient de virtus) lui confère à la fois le sens de capacité et de force, permettant ainsi de tenir ensemble la dimension abstraite du possible non réalisé et la dimension dynamique d’un principe d’actualisation, qui gouverne le mouvement du réel en train de se faire. Mais si l’intérêt du terme « disposition » peut résider dans cette équivocité, encore ne faut-il pas, nous semble-t-il, jouer de cette équivocité, en donnant une signification trop indéterminée au concept. Ainsi, que veut-on dire précisément quand on dit d’un verre qu’il aurait une disposition à se briser ? Veut-on dire que, si certaines conditions sont réunies, il se brisera ? Veut-on dire qu’il a une fâcheuse tendance à se casser, qu’il a un penchant à se briser ? Sa « disposition », au sens de tendance, n’est en fait qu’une façon de parler et s’explique, d’un point de vue objectif, par sa position spatiale : c’est parce qu’il est penché qu’il a tendance à se briser. Littéralement, il « ne tient pas debout ». On peut difficilement soutenir qu’il est disposé à se briser et qu’il y incline virtuellement. Mais il y a un sens à dire qu’il est disposé de telle façon qu’il risque de se briser : sa disposition dans l’espace dessine un certain champ de possibilités.

5Il est toutefois assez curieux de remarquer que la littérature sur le sujet des dispositions n’insiste jamais, voire annule et nie activement la connotation spatiale du mot, pourtant la plus évidente. On peut s’étonner par exemple qu’un philosophe, qui se réclame au moins en partie de la philosophie du langage ordinaire, exclue d’emblée tous les sens les plus courants du terme, y compris et au premier chef celui de configuration spatiale :

  • 5 Emmanuel Bourdieu, Savoir faire, ouvr. cité, p. 8. L’auteur se réclame notamment de Strawson, p. 1 (...)

Précisons qu’il ne sera, ici, question que du concept « savant » de disposition, qui n’a pas d’équivalent dans l’usage ordinaire du mot. Nous excluons donc, d’emblée, tous les emplois courants qu’on peut faire [de ce mot, notamment quand il s’agit de] désigner la manière dont des objets sont répartis dans l’espace (la disposition des chaises autour de la table) […].5

6Le concept de disposition se trouve ainsi opposé à celui de base ou d’état catégorique, qui désigne une configuration ou une propriété actuelle. Le champ sémantique du mot « disposition » dans la philosophie est alors déconnecté du sens commun et ordinaire, si bien qu’un penseur comme Quine en vient à contester la réalité des dispositions et la vérité objective des termes dispositionnels, au nom d’un matérialisme qui expliquerait les propriétés des choses à partir des configurations de la matière, autrement dit de la disposition de ses parties :

  • 6 Willard Van Orman Quine, The Roots of Reference [1974], La Salle, Open Court Publishing Company (T (...)

Chaque disposition, à mon sens, est un état ou un mécanisme physique. Le nom d’une disposition spécifique, comme par exemple la solubilité dans l’eau, mérite sa place dans le vocabulaire de la théorie scientifique comme nom d’un état ou d’un mécanisme particulier. Dans certains cas, comme dans le cas aujourd’hui de la solubilité dans l’eau, nous comprenons les détails physiques et sommes capables de les présenter explicitement en termes de l’arrangement et de l’interaction de petits corps. Une telle formulation, une fois achevée, peut même dès lors prendre la place du vieux terme dispositionnel, ou s’entendre comme sa nouvelle définition.6

  • 7 Outre Ian J. Thomson cité ci-dessus, citons Brian Ellis, qui défend une conception antiréductionni (...)

7Ce que Quine appelle ici « vieux terme dispositionnel », c’est l’ensemble de ces mots indiquant une virtualité ou un possible non actuel : une capacité, un pouvoir ou une tendance. Mais le mot « disposition » indique pourtant ce qu’il appelle un « arrangement » de « petits corps », une certaine position des parties dans un espace. La disposition des tables et des chaises dans une pièce, avant de déterminer un champ d’actions possibles, désigne un arrangement, une structure, un agencement. Rien de plus actuel, en ce sens, qu’une disposition. Il est donc étrange de nier la base catégorique des dispositions pour en affirmer l’irréductibilité7, tout autant que de nier l’existence des dispositions au nom d’un positivisme, d’un réductionnisme ou d’un éliminativisme.

8Dans l’idée de disposition, il y a bien d’abord l’idée de positions différentielles de parties, agencées dans l’espace d’une certaine manière. Plus largement, parler de disposition renvoie, dans le langage courant, à un état actuel. Même dans son sens figuré de planification, lorsqu’il s’agit de « prendre ses dispositions », le mot désigne la spatialisation en acte de l’avenir dans le présent, pour en conjurer la virtualité ou la contingence. En ce sens, rien de plus actuel qu’une disposition. Et peut-être serait-ce cette disposition des parties qui expliquerait l’aptitude et l’inclination à agir d’une certaine manière déterminée. N’est-ce pas d’ailleurs ce qu’entend le sens commun par ce mot, quand il dit d’une personne qu’elle est « bien disposée à l’égard de quelqu’un » ? N’est-ce pas signifier, tout ensemble, ce complexe de manières d’être corporelles (sourire, corps qui penche insensiblement vers nous, « bonne tête ») et de tendance prête à s’accomplir ?

  • 8 Charles Ramond, qui fait le même constat que nous concernant le sens spatial et mécanique du terme (...)

9Il n’est pas interdit de reprendre à nouveaux frais l’analyse de ce qu’est une « disposition », et d’attribuer un sens pleinement actualiste à ce terme, plus conforme au sens courant. La philosophie spinoziste confirme cette décision lexicale et conceptuelle. Elle conduit à refuser toute « capacité » en puissance, sans renoncer à parler de « disposition ». Le texte de l’Éthique use de ce mot pour désigner, à la fois un arrangement pleinement actuel des parties, et une certaine orientation de l’effort ou conatus. Cet usage est fidèle à la double connotation du mot : position de parties, et tendance, inclination. C’est donc aussi l’occasion de préciser le lien entre le sens actualiste, statique, du concept, et son sens dynamique8. Une acception des dispositions dans un cadre métaphysique spinoziste conduit à refuser d’accorder une quelconque réalité à des virtualités ou à des possibles dessinés par des capacités, et à affirmer le lien nécessaire et déterminé entre une disposition de la chose et ses dispositions à opérer d’une certaine manière déterminée. Autrement dit, et paradoxalement, il s’agit, grâce à ce concept, d’évacuer toute référence au possible ou au virtuel dans l’ontologie de l’action, au nom d’un actualisme radical. Cela passe par sa distinction d’avec les concepts de capacité, pouvoir, faculté et, peut-être, celui d’aptitude, qui relèvent quant à eux de fictions de l’imagination.

10Un avantage supplémentaire est conféré par l’usage spinoziste de ce mot dans une théorie de l’action. Une disposition de parties désigne non pas une substance, mais une relation. La disposition est ouverte aux modifications : les parties et leurs rapports peuvent changer. C’est par cette idée de disposition que Spinoza pense la plasticité du corps, dont le corps humain est certainement l’exemple le plus frappant. Les configurations et le réseau des parties étant modifiables dans une certaine mesure, c’est toute la diversité des individus et des sociétés qui peut être rapportée à cette idée fondamentale selon laquelle le corps peut recevoir différentes dispositions tout en restant le même. Conçues de manière spinoziste, les dispositions permettent ainsi de rendre compte des traits de comportement qui font la complexion propre et singulière d’un individu et d’un peuple, tout en faisant signe vers une extrême labilité des agents. C’est donc aussi l’occasion d’évaluer la pertinence du concept d’habitus, entendu comme disposition durable.

Notes

1 Emmanuel Bourdieu, Savoir faire, ouvr. cité, p. 8-9.

2 Bruno Gnassounou et Max Kistler, « Brève histoire des pouvoirs et dispositions », Causes, pouvoirs, dispositions en philosophie. Le retour des vertus dormitives, Bruno Gnassounou et Max Kistler éd., Paris, PUF (Les Rencontres de Normale sup’), 2005.

3 « Many terms have been used to describe what we mean by dispositions: “power” (Locke’s term), “dunamis” (Aristotle’s term), “ability”, “potency”, “capability”, “tendency”, “potentiality”, “proclivity”, “capacity”, and so forth. In a very general sense, they mean disposition, or otherwise something close by. To avoid confusion, however, we will stick to the term “disposition” ». Sungho Choi et Michael Fara, « Dispositions », The Stanford Encyclopedia of Philosophy, Edward N. Zalta éd., 2012. En ligne : [https://plato.stanford.edu/entries/dispositions/]. Nous traduisons.

4 Voir par exemple Ian J. Thomson, « Real Dispositions in the Physical World », British Journal for the Philosophy of Science, vol. 39, no 1, 1988, p. 76-77.

5 Emmanuel Bourdieu, Savoir faire, ouvr. cité, p. 8. L’auteur se réclame notamment de Strawson, p. 11-12. Sont évacuées, en plus du sens spatialisant, l’idée d’état d’esprit à l’égard d’une personne (« être bien disposé »), celle d’être à la disposition de quelqu’un, et enfin celle de planification de l’avenir (« prendre ses dispositions »).

6 Willard Van Orman Quine, The Roots of Reference [1974], La Salle, Open Court Publishing Company (The Paul Carus Lectures), 1990, p. 10. Cité et traduit par Claudine Tiercelin, « Sur la réalité des propriétés dispositionnelles », colloque de l’université de Caen « Le réalisme des universaux » (28 février - 2 mars 2001). En ligne : [https://jeannicod.ccsd.cnrs.fr/file/index/docid/53443/filename/ijn_00000336_00.txt]. Voir aussi, de Quine, « Mind and Verbal Dispositions », Mind and Language, Samuel Guttenplan éd., New York, Oxford University Press, 1975, p. 92-94. Voir enfin David M. Armstrong, « Dispositions Are Causes », Analysis, no 30, 1969, p. 138-140 : « il est impossible que le monde contienne quoi que ce soit d’autre et de plus que ce qui est actuel car il n’y a pas d’intermédiaire entre l’existence et la non-existence ». Un ouvrage permet de bien comprendre les enjeux et les termes du débat autour des dispositions : David M. Armstrong, Charlie B. Martin et Ullin T. Place, Dispositions. A Debate, Tim Crane éd., Londres, Routledge (International Library of Philosophy), 1996 ; voir en particulier l’introduction très utile de Tim Crane.

7 Outre Ian J. Thomson cité ci-dessus, citons Brian Ellis, qui défend une conception antiréductionniste des dispositions. Certes, comme le remarque très justement Valtteri Viljanen dans Spinoza’s Geometry of Power, l’idée spinoziste selon laquelle, de la nature d’une chose, suit causalement un ensemble déterminé de manières d’être rejoint l’essentialisme dispositionnel de Brian Ellis, ou bien encore de Rom Harré. Voir Valtteri Viljanen, Spinoza’s Geometry of Power, Cambridge, Cambridge University Press, 2011, p. 52. Claudine Tiercelin explique ainsi que, selon l’essentialisme dispositionnaliste, « des choses de telle ou telle espèce sont disposées à se comporter de telle ou telle espèce de manière, du seul fait qu’elles sont des choses de telle ou telle espèce. Leur identité comme membres de ces espèces dépend de ce qu’elles sont ainsi disposées à agir ». Il en résulte que les lois de la nature sont absolument nécessaires, et qu’« il doit être impossible pour des choses, constituées comme elles le sont, de se comporter autrement qu’en accord avec les lois de la nature. Même Dieu […] ne pourrait faire en sorte qu’elles se comportent autrement qu’en accord avec les lois de la nature ». Claudine Tiercelin, « Dispositions et essences », Les dispositions en philosophie et en sciences, Bruno Gnassounou et Max Kistler éd., Paris, CNRS Éditions, 2006. La proximité avec Spinoza est frappante. Pour autant, il serait exagéré de parler de spinozisme, étant donné que Brian Ellis maintient une conception virtualiste des dispositions, qui sont réelles mais non actuelles, et sont indépendantes d’une quelconque base catégorique.

8 Charles Ramond, qui fait le même constat que nous concernant le sens spatial et mécanique du terme dispositio chez Spinoza, en conclut à sa « fixité » et à l’exclusion du sens dynamique de tendance ou de propension, au nom du rejet de toute référence à une potentialité entendue en un sens aristotélicien. Nous partageons les raisons de ce rejet, mais 1) nous ne voyons pas pourquoi le sens spatial impliquerait la fixité. Dans ce chapitre, nous montrerons au contraire le caractère plastique des dispositions. 2) L’idée de tendance est impliquée par l’usage spinoziste du terme dispositio, et il n’implique aucunement la référence à une puissance non actualisée et en réserve, comme nous le verrons dans la deuxième partie. Voir Charles Ramond, « Adaptations illusoires et sélection réelle », L’essence plastique. Aptitudes et accommodements, Vincent Legeay éd., ouvr. cité, notamment p. 114-118.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search