Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cohésion et cohérence

 | 
Anna Jaubert

Introduction. Cohésion et cohérence : étapes et relais pour l’interprétation

Anna Jaubert

Texte intégral

  • 1  O. Ducrot et J.-M. Schaeffer, 1995, p. 500 et suiv.

1Depuis longtemps le couple-titre, Cohésion et cohérence, cristallise les enjeux clés de la linguistique textuelle. Jean-Marie Schaeffer soulignait naguère la nécessité de « circonscrire quelques points centraux, que toute théorie du texte semble devoir traiter pour mériter son nom »1, et parmi ces points précisément la cohésion et la cohérence : c’est un sentiment que nous partageons. En illustrant l’opérativité et l’articulation de ces deux notions, nous pensons concrétiser la problématique qui fait de la linguistique textuelle une discipline reconnaissable au-delà de la pure syntaxe, et en deçà de l’analyse du discours. Cet ouvrage, issu d’une réflexion collective de l’équipe niçoise « Linguistique et pragmatique des textes » s’est donné pour but de dégager quelques repères utiles dans ce champ.

  • 2  Voir la bibliographie générale.
  • 3  En anglais cohesion est quasiment le seul terme utilisé (voir Cohesion in English de M. A. K. Hall (...)
  • 4  C’est le cas de M. Charolles (1988), et de J.-M. Adam qui s’en explique en proposant un modèle int (...)

2En effet les notions de cohésion et de cohérence, prises en écharpe par différentes approches théoriques, ne vont pas de soi, tant s’en faut. Elles ont nourri de nombreux débats dont on perçoit la trace dans des titres d’ouvrages et d’articles significatifs2, les uns focalisés sur la cohérence, d’autres faisant état parfois de la seule cohésion3, d’autres encore associant à ce couple intermittent le troisième terme de connexité4. Dans un tel contexte, et pour écarter le soupçon d’une inflation terminologique, il convient d’interroger la complémentarité des termes, de vérifier le bien-fondé de la distinction et de la hiérarchie des concepts et, en ce qui nous concerne, de voir comment les analyses de terrain sont conduites à les mobiliser. Par un choix concerté de travaux pratiques, nous nous proposons dans les pages qui suivent de préciser la pertinence des deux notions et d’en montrer, entre recoupements et disjonctions, l’intérêt opératoire.

3Entre recoupements et disjonctions certes, car l’intuition commune, confirmée par la description lexicographique, pourrait s’en tenir au recoupement, maximalisant la solidarité conceptuelle entre les termes de cohésion et de cohérence et oubliant ainsi la différence entre moyens et fins. Mais en linguistique, disait Benveniste, il est nécessaire de « demander à l’évidence même de se justifier », surtout d’ailleurs à l’évidence.

4Au départ la cohérence, propriété définitoire du texte (elle est ce qui fait qu’un texte est perçu comme un texte, c’est-à-dire un ensemble énoncé qui se tient), a souvent été confondue avec sa matérialisation, l’ensemble des moyens linguistiques qui assurent les liens intra- et interphrastiques, c’est-à-dire la cohésion (Halliday et Hasan, 1976). Mais la cohérence n’est pas une propriété « strictement linguistique des textes », d’autres théories insistent sur les conditions logico-sémantiques (Beaugrande, 1979) ou cognitives (Charolles, 1988, 1995) de son émergence. En somme, le lien entre moyens et résultat n’est pas biunivoque : Jean-Michel Adam (2002, p. 99) rappelle à juste titre que ce n’est pas seulement parce qu’il présente des marques de connexité-cohésion qu’un texte est jugé cohérent. Non seulement ces facilitateurs de l’interprétation peuvent avoir des portées différentes (internes à la phrase ou liant des phrases entre elles), mais ils peuvent aussi être dévoyés.

5Plutôt que de continuer à nourrir une spéculation abstraite ou un débat d’école (ils l’ont été suffisamment, et l’on risque par effet cumulatif d’opacifier les problèmes), nous prenons délibérément le parti de réfléchir sur des faits observables dans des textes occurrents, incarnés par une langue, à une époque donnée, et conditionnés par un genre. Ce parti pris, explicité par le sous-titre, Études de linguistique textuelle, nous a fait sélectionner des points sensibles de la construction du texte.

6Le niveau le plus évident d’un relais possible entre cohésion syntaxique et cohérence textuelle est celui des connexions propositionnelles ou phrastiques. Quatre études portent sur des marqueurs de continuité des énoncés, en latin et en français du xvie siècle. Elles tentent d’évaluer le degré d’intégration syntaxique qui découlerait du statut d’un connecteur, adverbial ou subordonnant. Ici, une contiguïté se profile avec le travail de l’anaphore et de la thématisation.

7Sylvie Mellet interroge le traitement différencié du connecteur concessif quamquam, que les éditeurs de textes latins et traducteurs font apparaître tantôt comme une conjonction de subordination, tantôt comme un adverbe initial de phrase. L’examen des divers paramètres susceptibles de peser sur ce choix éditorial et interprétatif met en lumière l’importance des stratégies pragmatico-énonciatives à destination du lecteur potentiel, stratégies dans lesquelles les éléments cohésifs stricto sensu et les indicateurs de cohérence discursive ne jouent pas nécessairement des rôles convergents ; si bien que c’est plutôt de leur tension contraire que naît l’équilibre de la construction textuelle.

8Mais l’évaluation de la connexité peut être solidaire des plans d’organisation textuelle tels que les manifeste le choix des temps verbaux. Dominique Longrée part d’un constat analogue à celui de Sylvie Mellet : les traducteurs des historiens latins distinguent assez clairement un relatif qui constitue une marque de dépendance syntaxique, rattachant une subordonnée relative à une principale, et un relatif à valeur d’anaphorique et de coordonnant qui assure une transition entre deux phrases. Divers facteurs linguistiques influencent l’identification de l’une ou de l’autre de ces structures. Des relevés systématiques montrent ici que le temps du prédicat suivant le relatif joue un rôle plus important qu’on ne le croit généralement. La distribution temporelle qui oppose un plan de la trame événementielle (défini par les présents historiques ou les parfaits) à un arrière-plan narratif (défini par les imparfaits et plus-que-parfaits) ne joue pas seulement comme un facteur de cohérence du texte, mais elle apparaît aussi comme un mécanisme renforçant la cohésion interne des énoncés.

9L’interprétation des indices linguistiques au niveau local et leur rapport avec une stratégie textuelle englobante sous-tend les contributions suivantes qui, elles aussi, sont consacrées à des phénomènes de marquage cohésif (voire de surmarquage) dans la prose narrative. L’observation porte cette fois sur des textes français du xvie siècle. En effet, l’usage du relatif dit de liaison ne s’est pas limité au latin. Sa pérennité chez Rabelais fait l’objet d’une enquête d’Éliane Kotler, à une époque marquée par la relatinisation certes, mais où la relatinisation surtout est rendue possible par un sentiment linguistique commun, antérieur à « l’invention de la phrase ». Si, malgré une typologie serrée, il est difficile d’isoler de façon stable un critère de reconnaissance de ce relatif par opposition au relatif subordonnant, Éliane Kotler confirme la piste des temps verbaux envisagée par Dominique Longrée. Elle formule en outre quelques hypothèses sur la place de ce phénomène et sur son évolution dans l’histoire de la langue.

10Chez Rabelais toujours, dans un état manifestement charnière de la langue, s’illustre un marqueur de continuité plus souple, et à plus longue portée, le marqueur de type quant à. Ce dernier est directement lié aux modalités de la progression thématique : l’étude de Cendrine Pagani-Naudet met en valeur la propension d’une prose à miser sur un enchaînement phrastique renforcé, avec reprise pronominale généralisée. Significativement, dans le Pantagruel en effet, l’auteur renonce à la souplesse syntaxique offerte par ce type de locution, il maximalise au contraire le système cohésif qui peut alors dédouaner ses envolées de galimatias. Cette analyse permet de clore la première section en dégageant le lien explicite entre thématisation, cohésion et cohérence.

11Un autre point sensible, par définition, est celui des changements de régime énonciatif, puisqu’ils entraînent précisément une rupture à négocier. Trois études articulent la question de la cohésion et de la cohérence au phénomène de l’hétérogénéité énonciative dans des environnements particuliers. Deux d’entre elles portent sur des textes grecs anciens, une autre sur des textes français du xviie au xixe siècle.

12Un sous-genre de la poésie grecque archaïque, la poésie non épique, offre à Michel Briand un observatoire pour l’insertion du récit dans un cadre « mélique », avec les modalités remarquables de cette insertion qui doit gérer les alternances entre l’énonciation embrayée du discours porteur (le discours lyrique englobant) et le débrayage narratif. Le plus souvent, dans ces poèmes d’abord oraux et rituels, les phénomènes de cohésion et de cohérence textuelle et pragmatique sont indissociables, finalement complémentaires, mais, chez Pindare surtout, les cas d’harmonie paradoxale sont nombreux.

13Michèle Biraud s’attache aux effets d’une hétérogénéité énonciative d’un autre ordre, mettant à mal la logique des enchaînements en certains endroits du Banquet de Xénophon. Trois interventions apparemment non pertinentes, ouvertes à des citations incongrues, ont été curieusement lissées par les traducteurs, soucieux de créer de la cohésion, à défaut d’une cohérence qui leur échappait, et procédant pour ce faire à des interprétations forcées de certains indices textuels. À ce sauvetage des apparences peu convaincant, l’analyse oppose ici la prise en compte du contexte homérique de ces citations, qui rétablit une pertinence dans le cadre de l’interaction représentée, sachant qu’ailleurs la transgression de la maxime de pertinence peut être recherchée pour elle-même (on se reportera à la lettre de Vincent Voiture analysée plus loin par Sophie Rollin), et qu’elle est alors effectivement compensée par l’abondance des marqueurs d’intégration linéaire.

14Dans le domaine français, Geneviève Salvan aborde à son tour une conséquence significative de l’hétérogénéité induite par le discours rapporté : à une époque de stabilisation typographique, le statut de l’incise de discours rapporté semble évoluer, émigrer d’une fonction cohésive locale, vers une stratégie plus globale. La conquête de son caractère facultatif (après force débats sur son statut esthétique) a modifié son rôle textuel pour la charger d’une valeur sémiotique. Devenue une option parmi d’autres pour insérer le discours rapporté dans les textes, elle s’avère un point sensible de la porosité des niveaux actantiels qui les caractérise, et qui nous oblige à revisiter les liens entre cohésion et cohérence dans un discours littéraire, car ce discours, en tout état de cause, se construit comme univers signifiant. Dans un tel contexte, « hypocohésion » ou « hypercohésion » peuvent être aussi suspectes l’une que l’autre et sollicitent notre démarche interprétative : les contributions qui précèdent ont plusieurs fois décelé cette problématique, celle qui suit la rencontre de plein fouet.

15Au-delà de l’hétérogénéité énonciative, une hétérogénéité discursive englobante fait l’objet d’une approche macro-structurale. Sophie Rollin introduit vigoureusement la question du « choc des niveaux d’analyse » avec l’exemple d’un divorce spectaculaire entre cohésion et cohérence dans une lettre de Vincent Voiture à Julie d’Angennes, en forme de faire-part de décès galant. En l’occurrence, la contradiction est patente entre d’une part une cohésion locale maximalisée (notamment par l’abondance des connecteurs), et d’autre part un contenu déstructurant, l’incohérence globale d’un discours tenu post mortem. La transgression ludique, imputable à l’ethos galant, transforme le discours amoureux en libérant la destinataire de toute pression ; elle manifeste le double statut de la lettre lorsqu’elle entre dans le circuit littéraire, et qu’elle est alors justiciable, comme tout texte littéraire, d’un traitement spécifique de sa cohérence.

16Dans un cadre à la fois plus vaste et plus normé, Véronique Magri-Mourgues étudie également l’articulation du local et du global, et revient ce faisant à l’hétérogénéité des attitudes énonciatives propres à certains genres. On retrouve le problème des insertions déjà envisagé dans le cadre de la poésie mélique par Michel Briand. Ici, l’anecdote digressive dans le récit de voyage s’avère inverser la hiérarchie enchâssant-enchâssé ; loin de parasiter le récit, elle en constitue la véritable matrice. Par-delà les ruptures, elle instaure une continuité parallèle, et un nouvel ordre de cohérence génériquement pertinent, transcendant les marques cohésives locales.

17Cette étude accentue ce que les précédentes signalaient déjà, à savoir la nécessité d’envisager les faits de cohésion-cohérence en liaison avec d’autres paramètres. Au terme de ce parcours, la médiation des genres s’impose avec force. Elle est confirmée par la lecture diagonale de l’ordinateur. En effet, « l’observation à haute altitude » que propose Michel Juillard nécessite l’éclairage du traitement quantitatif et de l’analyse arborée qui permettent de satisfaire au mieux la prise en compte totalisante des éléments cohésifs pertinents. L’illustration porte ici sur divers corpus anglais, elle synthétise à travers la distribution des connecteurs une image des régularités génériques. Image qu’il est loisible de croiser avec d’autres enquêtes lexicologiques.

18Au-delà (ou à côté) des pétitions de principe, ces travaux pratiques ont voulu éprouver différents investissements des notions de cohésion et de cohérence. Étudiant concrètement certains éléments organisateurs des textes, ils ont été amenés à sérier des paliers pertinents, offrant aussi une place à la notion de connexité. Mais surtout en s’attachant au caractère transitionnel des phénomènes linguistiques envisagés, ils montrent une continuité entre les niveaux de description. La distinction entre cohésion et cohérence s’avère aussi progressive que le passage d’une structure locale à une structure globale.

  • 5  Pour un « consortium » des sciences du discours, voir A. Jaubert, 2002 et 2004.

19L’observation s’est diversifiée à dessein, couvrant des langues et des états de langue différents, impliquant des genres de discours, et des sous-genres, particuliers. Ce type d’approche qui intègre une dimension historique, relie les impératifs de lisibilité à une conscience linguistique en évolution, et à une dimension stylistico-pragmatique. Plusieurs contributions ont mis ainsi en évidence la complémentarité entre l’approche philologique et l’analyse textuelle. Grâce à ce double éclairage, nos analyses peuvent contribuer à dégager, non des universaux de langue (les problèmes de traduction le montrent assez), mais bien des universaux du langage déterminé par une situation de communication. Par-delà la cohérence du texte se profile en effet une « logique » du discours. D’un point de vue disciplinaire, les convergences qui se dessinent à travers l’interrogation du couple cohésion-cohérence font apparaître alors d’autres solidarités : celle de la linguistique textuelle et d’une stylistique des genres, celle d’une stylistique des genres et d’une pragmatique des productions verbales5.

Notes

1  O. Ducrot et J.-M. Schaeffer, 1995, p. 500 et suiv.

2  Voir la bibliographie générale.

3  En anglais cohesion est quasiment le seul terme utilisé (voir Cohesion in English de M. A. K. Halliday et R. Hasan, 1976), coherence ou coherency relevant plutôt du domaine philosophique. En français, le choix de l’un à l’exclusion de l’autre correspond à des prises de position théoriques. Alors que L. Lundquist privilégie le concept de cohérence (1980), J.-P. Bronckart (1985) met en avant les processus de cohésion.

4  C’est le cas de M. Charolles (1988), et de J.-M. Adam qui s’en explique en proposant un modèle intégrateur de linguistique textuelle (1990).

5  Pour un « consortium » des sciences du discours, voir A. Jaubert, 2002 et 2004.

© ENS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540