Version classiqueVersion mobile

Des champs aux cuisines

 | 
Margot Beal

Chapitre 10

Les domestiques et la Grande Guerre (1914-1918) : la situation à l’arrière

Texte intégral

  • 1 Lucien Barou, Mémoires de la Grande Guerre :187 Poilus du Forez et de sa périphérie témoignent, Sa (...)

1Depuis les années 2000, plusieurs historien.nes se sont penché.es sur la manière dont les deux guerres mondiales ont considérablement bouleversé les identités de genre et le vécu sexuel des Français.es. Entre 1914 et 1918, les hommes de moins de 48 ans sont pour l’essentiel mobilisés, ce qui n’est pas le cas des femmes. Comment se sont transformées à la fois la production domestique et les conditions de travail de la domesticité ? Une partie de nos sources provient des entretiens menés par Lucien Barou, chercheur et linguiste spécialiste du patois forézien et du français local, qui a collecté les souvenirs de presque 200 « Poilus » ligériens entre les années 1970 et 19901. Parmi ces anciens soldats, 36 ont été domestiques avant ou après leur incorporation (31 dans des exploitations agricoles, 5 « à la personne »). La manière dont les domestiques mobilisés ont vécu le front et la guerre fait l’objet d’une analyse dans notre travail de thèse. Ici, nous nous focalisons sur la situation à l’arrière.

Peurs, chômage et patriotisme : les domestiques qui ne partent pas en 1914

  • 2  Lettre d’Eugène Gaillet à F. V. du 15 février 1916, Affaire F. V., 2U781, ADR.
  • 3  Jean-Yves Le Naour, « Épouses, marraines et prostituées : le repos du guerrier entre service socia (...)

2Toutes et tous les domestiques ne sont pas mobilisé.es à l’été 1914. Comment ces domestiques, trop jeunes, trop vieux, trop femmes pour combattre, vivent-ils et vivent-elles l’élan patriotique des premiers mois de guerre ? Certaines, comme Yvonne Cretté-Breton, vibrent pour une victoire rapide. Plus tard, l’enthousiasme guerrier semble moins évident, mais certaines domestiques, comme Francine Varèche2, deviennent « marraines de guerre »3, c’est-à-dire qu’elles correspondent avec un poilu sans famille ou coupé des siens. Le marrainage est une manière pour des domestiques célibataires de nouer un contact légitime avec un soldat, un homme au faîte de sa virilité, et un des rares actes de patriotisme accessibles aux femmes domestiques.

3Ce patriotisme est cependant plein d’inquiétude pour les proches mobilisés. Jean-Marie Chossy, 15 ans, domestique de ferme dans la Loire, court plusieurs kilomètres jusqu’au domicile parental pour voir son frère aîné sur le départ : « En partant je lui ai dit : “Dis donc…” “Oh il y en a pour huit jours !’’ Je lui ai dit : “Méfie-toi que je ne te remplace pas !” Il m’a foutu une gifle, mon frère ! » (Barou, t. 1, p. 82). Ces inquiétudes se transforment en angoisse au vu des milliers des morts quotidiens des premières semaines de guerre. Deuils et peurs frappent les domestiques autant que les autres travailleurs et travailleuses, suspendu.es aux lettres de leurs proches.

  • 4  Luc Capdevila et al., Sexes, genre et guerres : France, 1914-1945 [2003], Paris, Payot & Rivages, (...)
  • 5  Jean-Baptiste Duroselle, La France et les Français, 1914-1920, Paris, Éditions Richelieu, 1972, p. (...)
  • 6  À Lyon en 1911, seul.es 7 domestiques sur 496 de notre échantillon travaillent pour un homme vivan (...)

4Rapidement après les départs, les préoccupations des personnes restantes – et surtout des femmes des classes populaires – sont économiques, en milieu urbain comme en milieu rural. Dans les monts du Lyonnais de 1914, Francis Ferret décrit les réactions des femmes des environs de Coise où lui-même moissonne : « J’entends de mon village de Coise qui sonnait le tocsin […]. Après y en a qui partaient, alors les femmes pleuraient ben ! La voisine, elle disait à mon patron – elle pleurait par sa fenêtre : “Vous nous aiderez ben ? Je suis toute seule !” “Oui oui, on vous aidera !” » (ibid., p. 72). Ces préoccupations d’ordre économique ne concernent pas que le monde agricole. Le départ en quelques jours de 3,7 millions d’hommes pour le front provoque une désorganisation brutale de l’économie4, avec des fermetures de commerces et d’usines qui mettent au chômage près de 2 millions de personnes, dont une majorité de femmes en août 19145. Combien de domestiques parmi elles ? Il est impossible de le déterminer. Celles qui travaillent pour un homme mobilisé vivant seul se retrouvent du jour au lendemain congédié.es6. Les domestiques femmes réalisent que c’est à elles prioritairement que l’on demande des « sacrifices » pour l’effort de guerre : les primes promises pour fidélité s’envolent, et les payes se réduisent, quand elles ne disparaissent pas. À Paris, Yvonne Cretté-Breton assiste à une scène poignante dans un bureau de placement lorsqu’une femme de chambre refuse un placement sans rémunération :

Alors, insista bravement la femme de chambre, les domestiques qui travaillent des seize à dix-huit heures par jour et qui ne gagnent rien vont bientôt marcher nu-pieds, nu-pattes ! Et comment pourront-ils acheter un timbre ? J’ai deux enfants en nourrice, en Beauce. Mon mari est au front. Il faut que je gagne.

  • 7  Yvonne Cretté-Breton, Mémoires d’une bonne, ouvr. cité, p. 185.

— Les serviteurs sont nourris ! fulmina la directrice. Vous osez me tenir tête ? Si vous continuez comme ça, je vous mets à la porte ! Ma bonne qui est une perle, ne boit que de l’eau depuis la guerre. Elle travaille beaucoup, mange peu et ne touche pas de gages. Elle vit tout de même… Mais je la récompenserai.7

  • 8  Déposition de Marie Butti du 16 février 1916 et lettre du 26 février 1916 de la mère supérieure de (...)
  • 9  Françoise Thébaud, Les femmes au temps de la guerre de 14, Paris, Stock, 1986, p. 116.
  • 10  Catherine Omnès, Ouvrières parisiennes : marchés du travail et trajectoires professionnelles au xx(...)

5Cette idée de la récompense future après un temps de sacrifice est une rhétorique habituelle, elle est encore plus facile à mobiliser en temps de guerre : si tout le monde doit faire des sacrifices pour la patrie, les domestiques, de par leurs positions subordonnées, doivent en faire plus que les autres pour une partie du patronat. La situation de Paule Minière à Lyon est à ce titre représentative : mère de deux filles de 4 et 6 ans (l’une en nourrice, l’autre dans un internat), la jeune femme gagne 35 francs par mois, dont 20 payent la nourrice et 10 l’internat8. Les aides publiques et la charité se concentrent sur les nouvelles héroïnes de l’effort de guerre, les munitionnettes, ou sur les « anges blancs », ces soignantes des classes aisées9. Cantine ouvrière municipale et crèches d’entreprises10 ne concernent pas les domestiques. Dans ces conditions difficiles, les manifestations de patriotisme des domestiques se raréfient, tant les préoccupations économiques prennent de l’importance. Faut-il donc pour les domestiques « de ville » se placer en milieu rural ? Après plusieurs années passées en ville, retrouver une sociabilité villageoise, parfois étriquée, et les inconforts des fermes (pas d’eau courante, pas d’électricité), un labeur différent et pas moins difficile que celui qui était le leur en ville n’est pas toujours facile.

  • 11  Ivan Jablonka, Ni père ni mère, ouvr. cité, p. 219.

6La situation est cependant beaucoup plus favorable pour les domestiques de ferme. La main-d’œuvre agricole manque pendant toute la durée du conflit. Rares, ils et elles font chèrement payer leurs services : les gages en nature et en argent bondissent à partir des années 1915-191611. Ainsi, en septembre 1915, Antonia Reymondon, patronne de 22 ans, recrute même le dimanche à la sortie de la messe :

Ce matin, à St Maurice, j’ai demandé presque tous les hommes que j’ai rencontrés. […] Il ne m’a été promis que quelques domestiques jeunes. Enfin, cette après-midi, je suis montée à Chaiseneuve. […] Avec 14 que j’avais déjà trouvés, ça me fait vingt. Je ne veux guère plus me déranger pour en chercher d’autres […]. Pour le vin, j’ai fait remplir le tonneau de 64 lit. à chez Badel […]. (Lettre d’Antonia Fully à Eugène Reymondon, citée par Barou, t. 2, p. 60-61)

7Vin et nourriture sont cruciaux pour attirer les travailleurs et Antonia le sait, s’interrogeant sur le juste équilibre entre abondance et économie : « Quant à mes repas, j’ai mis le matin à 8 heures la soupe, saucisson, lard et fromage. À midi, viande en sauce, pommes de terre au four, rôti, fromage et café. À souper : soupe, saucisson, salade de pois, riz au jus, rôt et fromage. Le tout était très bien apprêté. Je crois qu’il y en avait assez » (ibid., p. 62).

Une masculinité domestique affirmée en milieu agricole : le genre prend le pas sur la classe

  • 12  Pour un examen plus approfondi des attentes sociales en matière de comportement genré pendant la P (...)

8L’augmentation des gages et de la nourriture fournie aux domestiques agricoles révèle des changements dans les rapports de pouvoir, qui favorisent surtout les hommes. En effet, en temps de guerre, la masculinité paye l’impôt du « sang » et l’absence des hommes ne doit surtout pas se traduire par un empiétement sur leurs prérogatives12. Lorsque le patron n’est pas là, ce sont les domestiques masculins qui prennent un pouvoir inédit au sein des exploitations agricoles.

  • 13  Évelyne Morin-Rotureau éd., Combats de femmes, 1914-1918, ouvr. cité, p. 6.

9Les adolescents, jusque-là dans l’ombre des hommes plus âgés, accèdent très vite à une masculinité adulte et découvrent l’étendue de leur force, parfois au détriment des femmes de leur entourage, de collègues domestiques, ou même de leurs patronnes. Ils se voient ainsi confier des tâches nouvelles, sous la surveillance des plus vieux parfois (ibid.). Ces jeunes hommes manient plus facilement des outils fabriqués pour des corps masculins que les épouses d’exploitants13, et gagnent ainsi quelques années sur les étapes traditionnelles de la formation agricole. La force physique nécessaire à certaines opérations est perçue comme ne pouvant émaner que des hommes, même adolescents. Les femmes peu habituées à ces tâches-là travaillent moins vite, renforçant l’apparente nécessité d’une main-d’œuvre masculine. Or, des domestiques masculins profitent de la situation de pénurie d’hommes pour faire le minimum, désertent régulièrement l’exploitation et se montrent, du point de vue patronal, irrespectueux voire menaçants.

10Les griefs d’Antonia Reymondon à l’encontre de Jean-Marie et Vida, ses domestiques, se multiplient dans ses lettres à son époux : ils prennent des verres au bourg, et sortent le bétail trop tard, ils médisent sur son compte lorsqu’ils se croient seuls à l’écurie (lettre du 23 août 1915, ibid., p. 63). En octobre 1915, Jean-Marie, probablement sollicité par sa compagne (« sa belle », sous la plume agacée d’Antonia Fully), quitte la ferme, non sans avoir « cherché tous les moyens de se faire renvoyer […]. En déchargeant un peu de pommes de terre qu’il avait arrachées, il nous traitait de mauvais riches et que de toute la maison il n’y en avait pas un qui puisse la gouverner. À tout cela je n’ai pas répondu un mot. Il n’a eu qu’à se taire » (lettre du 2 octobre 1915, ibid.). Antonia est en effet mal secondée par son père, un vieillard de 70 ans presque aveugle, et épisodiquement par un oncle buveur et irascible. Le comportement de Jean-Marie qui paraît si décidé à partir révèle l’importance d’une direction masculine, reconnue traditionnellement comme seule autorité légitime dans une exploitation. La figure autoritaire acceptée ne saurait, pour lui, être celle d’une femme, qui, propulsée à la tête de la ferme par le contexte de guerre, rencontre insubordination et menace de départ. Ainsi, si Jean-Marie s’adresse à Antonia pour formuler son mécontentement, c’est au patriarche qu’il propose finalement de rester (avant de partir assez rapidement). Jean-Marie jouit d’une situation matérielle plutôt confortable : il possède une terre à quelques encablures de la ferme, qu’il cultive malgré son travail chez les Reymondon. L’autre domestique masculin de l’exploitation, Vida, se révèle encore moins fiable en raison de sa consommation excessive d’alcool :

  • 14  Faire des raves signifie découper et nettoyer des raves, nourriture pour les vaches.
  • 15  Lucien Barou ignore pourquoi Vida n’est pas mobilisé. Le mari d’Antonia est instructeur, mobilisé (...)

Il est 9 h 1⁄2. Je viens de finir de traire avec Vida qui est saoul. Quand j’ai commencé ma lettre, il était 6 h 1⁄2 à peine. Lui était allé à la grange d’en bas pour faire des raves14. Il y est resté une heure mais il a bien employé son temps ! J’avais bien cloué une petite planche mince sur le bondon de la pièce à cidre, mais il l’a déclouée, arraché le bondon puis recloué la planche […]. Profitant de ce qu’il n’avait pas fini […] de traire sa vache, j’ai pu monter doucement à la grange et le hasard a fait que j’ai posé la main juste où il avait caché la bonde et son canon prêt à resservir. […] Je crois qu’en ce moment, s’il me tenait, je passerai [sic] un triste quart d’heure ! Je ne lui en pas fait [sic] cas de tout le temps que nous avons fait le travail, ni même après, car j’aurais eu peur qu’il me donne quelque coup de fourche. Ah ! Je t’assure qu’avec un pareil être, j’ai bien besoin de me soigner. Il aurait bien besoin d’aller un peu aux tranchées. (Lettre du 12 décembre 1915, ibid., p. 65)15

11L’alcoolisme de Vida pose des problèmes de productivité : il renverse du lait et néglige le bétail pour boire. La consommation excessive d’alcool de la part des domestiques masculins émerge progressivement comme un problème de mise au travail à partir du début du xxe siècle. Antonia commence aussi à craindre physiquement son domestique. L’absence de son mari ou d’un homme en capacité physique de protection paraît ici déterminante. Différer les remontrances apparaît comme l’un des modes de gestion de la main-d’œuvre domestique des femmes à la tête d’exploitation en période de guerre, pour éviter la confrontation physique. Les rapports de genre prennent alors le pas sur le statut social des protagonistes. En octobre 1918, Vida travaille encore pour la même exploitation (lettre du 29 octobre 1918 d’Eugène Reymondon à Antonia Fully, t. 5, p. 103). Malgré la peur qu’il inspire à sa patronne, celui-ci paraît irremplaçable, surtout pendant la grossesse d’Antonia (automne 1915 - printemps 1916).

  • 16  Acte d’accusation de J. F. du 16 mai 1916, Affaire J. F., 4U430, ADL.
  • 17  Interrogatoire de J. F. du 14 mars 1916, Affaire J. F., ibid.
  • 18  Acte d’accusation de J. F. du 16 mai 1916, Affaire J. F., ibid.
  • 19  Interrogatoire de J. F. du 23 mars 1916, Affaire J. F., ibid.
  • 20  Déposition de François Brun du 8 avril 1916, Affaire J. F., ibid.
  • 21  Interrogatoire de J. F. du 14 mars 1916, Affaire J. F., ibid.
  • 22  Déposition de Louis Mathias du 8 avril 1916, Affaire J. F., ibid.

12Ce glissement de l’autorité dans l’exploitation agricole vers la figure masculine, même celle d’un domestique, paraît encore plus nette à la ferme Mathias, dans un hameau de Saint-Victor-sur-Loire. En mars 1916, Marie Mathias, 49 ans, meurt sous les coups de son unique domestique16. Louis Mathias, l’époux, est sous les drapeaux. Marie se retrouve seule sur leur exploitation et en juin 1915 embauche Jean Fèvre, un domestique suisse en France depuis plusieurs années. Âgé de 27 ans, ce fils de cordonnier devient l’amant de sa patronne, et se montre violent : « Comme je me disposais à m’en aller, elle m’a saisi par le bras et à ce moment je lui ai donné deux ou trois gifles ensuite je l’ai prise par un bras et lui ai porté deux ou trois coups de pied au derrière. Je lui ai déchiré son corsage et sa chemise […]. »17 Favre finit par tuer Marie Mathias. Selon l’accusation, Jean Fèvre agit « en maître à la maison »18. Il critique l’ivresse et la négligence de sa patronne : « La femme Mathias s’enivrait souvent, elle quittait la maison, allait boire au dehors jusqu’à ce qu’elle tombe sur la route […]. Quand elle était dans cet état souvent elle ne préparait pas les repas […]. » Le juge d’instruction, abasourdi par ce renversement social, lui demande alors : « Ainsi c’est parce qu’elle ne vous préparait pas vos repas régulièrement que vous disputiez et frappiez la femme Mathias, vous paraissez oublier qu’en réalité vous étiez son domestique ? »19 Fèvre néglige gravement ses propres tâches : « Ce domestique était une “rosse”, qui ne travaillait pas, qui ne soignait pas le bétail le laissant crever de faim. Les vaches ne tenaient plus debout », témoigne un voisin20. Fèvre s’est approprié les chaussures du mari absent, boit le vin et le rhum de sa patronne21. Il porte l’argent après la vente des produits de la ferme au marché22, une pratique normalement réservée au patronat. Sa force physique, manifeste, car il est le seul adulte mâle valide du hameau, lui permet de s’imposer.

13Cette violence sélective d’hommes domestiques montre à quel point l’autorité domestique émane principalement des hommes avant-guerre et se fonde sur un rapport de force physique plus encore que symbolique. Avant la mobilisation générale, la violence des domestiques hommes s’exerçait principalement à l’encontre de leurs pair.es de classes ou de très jeunes enfants. Entre 1914 et 1918, elle s’exprime plus souvent contre les patronnes. Par ailleurs, les agriculteurs valides profitent de la dépendance patronale pour exiger des gratifications sexuelles. Cette contrepartie vient en échange de l’exécution de travaux agricoles, comme cela apparaît nettement dans l’affaire Marie Manicou - Barthélémy Thomasson.

  • 23  Interrogatoire du 25 octobre 1915 de M. M., Affaire M. M. et B. T., ibid.

14Jeune fermière (26 ans), ancienne domestique et mère d’un petit garçon, Marie Manicou réclame après le départ de son mari au front l’aide de Digas, son voisin. Celui-ci dépanne dans un premier temps, puis arrête, car, explique Marie, « je ne voulais pas lui céder »23. Marie Manicou embauche donc en novembre 1914 Pierrette Thomasson, mais son travail ne suffit pas. Marie Manicou veut la licencier pour prendre un homme. Le père de la domestique, Barthélémy Thomasson, un journalier de 47 ans, lui propose alors son travail si elle garde sa fille. En avril 1915, il s’installe chez Marie Manicou qui explique :

  • 24  Ibid.

Dès le premier jour qu’il est venu, il a commencé à me solliciter à avoir des relations avec lui, je l’ai repoussé […], il n’y avait personne à qui je puisse m’adresser car la main d’œuvre est très rare, alors j’ai gardé T. mais je n’ai pas écrit à mon mari les sollicitations dont j’étais l’objet de peur de l’ennuyer. T. était toujours après moi me disant que si je ne consentais pas, il abandonnerait mon travail. Un jour de la fin avril j’étais à l’écurie en train de tirer les vaches, T. est venu, a fait les mêmes menaces puis il m’a renversée et a essayé d’avoir des relations avec moi. Je me suis relevée, il m’a renversée de nouveau et j’ai fini par me laisser faire. Je lui ai dit de me laisser tranquille, qu’il me mettrait enceinte. Il m’a dit que ce ne risquait rien. […] Je me suis fâchée, je lui ai dit que je ne voulais plus avoir des relations avec lui et il a fini par me laisser tranquille. Je n’ai plus eu de relations avec lui. Il faisait bien son travail, mais je le payais cher […]. Je n’ai eu la certitude d’être enceinte que dans le courant de juin […], j’en ai fait part à T., T. m’a dit qu’il faudrait faire passer cette grossesse, qu’il savait le moyen […].24

15Ainsi, des hommes habituellement en situation de domination sociale (célibataires vieillissants, adolescents dont les qualifications ne sont pas reconnues, journaliers aux maigres revenus, domestiques dépendant du bon-vouloir du patronat) se retrouvent entre 1914 et 1918 en position dominante à l’égard de femmes à l’assise sociale et économique plus confortable, mais isolées. L’appartenance au genre masculin autorise alors à prendre la place du chef absent, à dépasser, y compris par la violence physique, les lignes de classe.

  • 25  Dépositions d’Antoinette Bruyère (voisine), de Gabriel Bruyère (voisin), de Jean Charrière (maire) (...)
  • 26  Jean-Yves Le Naour, Misères et tourments de la chair durant la Grande Guerre : les mœurs sexuelles (...)
  • 27  Acte d’accusation de M. M et de B. T. du 26 janvier 1916, Affaire M. M. et B. T., 4U430, ADL.

16Quelle est la réaction du voisinage face à ces prises de pouvoir d’employés sur des employeures ? La violence de Jean Fèvre est connue de l’ensemble de la communauté villageoise, mais personne n’intervient25. Peut-être que les voisins préfèrent ne pas accabler Louis Mathias en ajoutant intervention (et donc publicité) au désordre de la ferme et à l’infidélité de son épouse. Être cocu est en effet une véritable phobie des combattants26. Il est plus probable que la masculinité de Jean Fèvre et son extrême violence, combinée à l’attitude jugée déviante de Marie Marcou (consommation d’alcool), expliquent cette inertie, ainsi que la clémence de la justice. Jean Fèvre n’est reconnu coupable que de « coups mortels » et condamné à un an de prison. La condamnation est beaucoup plus sévère pour Barthélémy Thomasson, complice d’avortement (cinq ans de réclusion) : ce n’est pas son viol de Marie Manicou qui est réprimé, mais sa possession d’instruments servant aux avortements en période de guerre et de pression nataliste27.

17Parce qu’elles ne sont pas des responsables de grosses exploitations, Marie Manicou et Marie Marcou, isolées, sous pression sur le plan économique, apparaissent à Jean Fèvre et Barthélémy Thomasson comme des proies potentielles. Le bouleversement des lignes de classe le plus radical se produit donc entre membres des classes populaires et membres des classes moyennes, et pas à l’encontre des classes aisées. Ce grignotage existe-t-il également pour les femmes domestiques ?

Pour les domestiques femmes, quelques opportunités économiques ?

18En l’absence des maris ou des fils mobilisés, le patronat domestique se retrouve amputé d’une partie de ses forces pour imposer ses ordres et sa surveillance également sur les femmes. Celles-ci en profitent quelques fois, mais se voient surtout ajouter un surcroît de travail. Ainsi, Francine Varèche, domestique de 29 ans travaillant depuis 1910 pour les Poyet, un couple de pâtissiers, se voit demander une double journée au départ de M. Poyet en 1914 (entretien du domicile et vente à la pâtisserie). Elle profite du surmenage de Mme Poyet qui doit gérer plusieurs employées pour dérober des petites sommes d’argent jusqu’à son licenciement à l’été 1916. Découverte, Varèche essaye de convaincre M. Poyet d’intervenir en sa faveur en insinuant qu’après deux ans au front, Poyet ne connaît plus vraiment son foyer :

  • 28  Lettre de F. V. au lieutenant Poyet du 3 août 1916, Affaire F. V., 2U781, ADR.

Monsieur Poyet, Je vais vous causer bien de l’ennuie car je vous connait vous êtes un homme juste, je sais que vous me rendrais justice […]. [Jamais je n’aurais] penser que Madame Poyet me fasse ce quelle ma fait mais je cet quelle a été monter par Madame Berthier, puisque cet elle qui gouverne tout maintenant. Il faut qu’on marche par ses ordres et moi je ne voulais rien savoir, je navais rien avoir affaire avec elle, seleument je cet beaucoup de chôses qui me feront rien de dire […].28

  • 29  Lettre du lieutenant Poyet à F. V. du 16 août 1916, Affaire F. V., ibid.
  • 30  Déclaration du jury d’assises du 17 juillet 1918, Affaire F. V., ibid.

19Une intruse donc, Mme Berthier (qui travaille à la pâtisserie), serait à l’origine de tous les malheurs. Subtilement, Francine Varèche réaffirme sa loyauté au ménage Poyet en refusant d’obéir aux ordres de cette « étrangère ». Cependant, Poyet, en permission à l’été 1916, constate que tout était en ordre dans son ménage29 et refuse d’intervenir. Francine Varèche est condamnée à quatre ans de prison pour vol domestique30. La cour inflige à une domestique convaincue de vol une peine supérieure à celle de Jean Fèvre, un domestique ayant tué sa patronne. Le climat guerrier et l’exaltation de la virilité jouent certainement un rôle dans ces condamnations divergentes.

  • 31  Laurence Mathevet, La vie quotidienne à Saint-Étienne, mémoire de maîtrise, Université de Saint-Ét (...)

20Les femmes domestiques conservent également des marges de manœuvre importantes. La mobilité géographique en est la manifestation la plus évidente. Dans les campagnes, si elles sont moins explicitement demandées que leurs confrères masculins, les femmes domestiques agricoles sont nécessaires et manquent d’autant plus qu’elles se tournent massivement vers d’autres emplois. En effet, les alternatives se multiplient : après la période de chômage des premiers mois de guerre, l’industrie recrute de plus en plus, notamment dans la Loire et dans le Rhône. Les salaires dans les industries de la défense nationale à Saint-Étienne paraissent attractifs : d’environ 80 francs mensuels en 1914 (pour les minima), ils passent après les grèves à 110-150 francs en avril 1917 et juin 191831, mais logement et nourriture sont à la charge des ouvrières, dans un contexte d’inflation et de pénuries. Ces embauches industrielles restent attractives et ont par conséquent un effet direct sur la disponibilité des femmes pour le travail domestique agricole, comme le perçoit bien Antonia Reymondon :

  • 32  Déchaver, en français local, signifie dénicher.

Eh bien, après la messe, le garde […] a dit qu’on faisait appel aux femmes et jeunes filles pour aller travailler dans les usines pour la guerre […]. Ce qui va finir de mettre rares les servantes. Hier j’en ai demandé une qu’on m’avait indiquée, mais sa mère m’a dit qu’elle tenait à la garder tout l’hiver. Je ne sais pas où j’en déchaverai32 une. (Lettre du 13 décembre 1915 à Eugène Reymondon, citée par Barou, t. 2, p. 65)

21Cette pénurie de bras féminins permet aux femmes domestiques de choisir avec soin leurs places et d’en changer avec plus de facilité encore qu’avant-guerre, comme le déplore Antonia : « La petite domestique qu’avait louée la Claudia de chez Vida s’en est allée hier. […]. Tu vois ce que c’est que les bonnes. Je ne sais pas si je pourrai garder la Rigoune. Il y en a plusieurs qui la demandent » (lettre du 3 février 1916, ibid.). Dans le Rhône, la mobilité domesticité agricole / domesticité à la personne se pratique aussi. Mme Moreaux, épicière aisée de Cenves, trop directive, peine à garder une employée :

  • 33  Lettre de Jean T. au juge d’instruction du 10 septembre 1916, Affaire M. T., 2U779, ADR.

[…] ma fille trouver que Mme Moreaux sa patronne était trop criarde, et qu’elle lui parler avec des paroles trop grossières, alors ma fille s’est louée chez son ancienne pâtronne Mme Thevenet Joany fermier au hameau des Mongereaux, sans le dire à Mme Moreaux et cela la bien fachez, parce que dans l’année 1915, Mme Moreaux avez louée la fille Jambon qui n’est pas rester chez elle ensuite elle a louée la fille Juillard qui n’y est toujour pas rester après elle fut obligée de s’en passer le reste de l’année. Alors quand Mme Moreaux a vu cela elle a trouvé le moyen de flatter ma fille en lui donnant un bon gage et la louée pour l’année 1916.33

  • 34  Ivan Jablonka, Ni père ni mère, ouvr. cité, p. 219.

22Cette mobilité force le patronat à améliorer les conditions de vie et de travail des femmes domestiques, mais pas les salaires : les gages masculins progressent bien plus vite que ceux des femmes34. La guerre et ses bouleversements accentuent le déséquilibre de pouvoir genré au sein de la main-d’œuvre domestique.

Une hétérosexualité domestique plus facile à vivre ?

23Comment fonctionne le régime hétérosexuel lorsque la plupart des hommes sont au front ? L’historiographie récente de la Grande Guerre s’est beaucoup intéressée à la sexualité au front, en zone occupée mais aussi à l’arrière, soulignant, entre autres, une certaine rigidité des normes sexuelles après un moment de libération à l’été 1914. Qu’en est-il pour les domestiques ?

  • 35  Agnès Fine, « Enfant et normes familiales », Histoire de la population française, t. 3, ouvr. cité (...)
  • 36  Lettre de Jean T. au juge d’instruction du 10 septembre 1916, Affaire M. T., 2U778, ADR.

24D’abord, la maternité hors mariage des domestiques n’est plus synonyme d’opprobre. Le climat nataliste participe de l’inflexion des mentalités, même si le mariage reste la seule voie totalement acceptable de la filiation35. Les parents des « filles-mères » apportent de manière plus tangible leur aide que précédemment. Paule Minière est hébergée par sa sœur pendant plusieurs semaines, Jean Thouvenot – dont la fille Marie est inculpée à 19 ans d’infanticide en 1916 – écrit une lettre particulièrement longue au juge d’instruction pour expliquer le geste de sa fille et réclamer la clémence du magistrat. Ouvrier menuisier, veuf, le père de l’inculpée exprime surtout son amertume envers les employeur.es de sa fille36.

  • 37  Déposition de Marie Pantex du 17 décembre 1915, Affaire C. B., P. M., L. B., ibid.
  • 38  Déposition de Simon Cassier du 7 mars 1916, Affaire C. B., P. M., L. B., ibid.
  • 39  Lettre de Jean T. au juge d’instruction du 10 septembre 1916, Affaire M. T., ibid.
  • 40  Jean-Yves Le Naour, Misères et tourments de la chair durant la Grande Guerre, ouvr. cité, p. 232.
  • 41  Lettre anonyme jointe au dossier de procédure, Affaire C. B., P. M., L. B., 2U778, ADR.
  • 42  Déposition de J. T. du 28 août 1916, Affaire M. T., 2U779, ADR.
  • 43  Interrogatoire de M. T. du 28 août 1916, Affaire M. T., ibid.
  • 44  Déposition de Marie Lassara du 24 juillet 1916, Affaire M. T., ibid.

25Ensuite, le patronat domestique se montre plus tolérant à l’égard des femmes qui ont déjà des enfants, y compris sans être mariées. L’angoisse de la dépopulation et la mort massive des jeunes Français au front sont passées par là, du moins dans les villes de la Loire et du Rhône. Ainsi, Marie Patex, mère d’une enfant naturelle, travaille pour Mme Poncin dans le riche quartier d’Ainay à Lyon37. Les employeur.es de Paule Minière savent également qu’elle est mère, sans que cela les ait empêchés de recruter la jeune femme comme domestique, ni d’ailleurs de faire un portrait dithyrambique de leur ancienne employée aux forces de l’ordre, eux qui n’ont eu qu’à se « louer de sa conduite et de ses bons services. C’est une travailleuse d’une propreté remarquable. Elle ne sortait jamais »38. Il faut dire que les enfants des domestiques vivent éloignés et ne sont aucunement des obstacles au travail. La surveillance patronale exercée sur la sexualité de leurs domestiques femmes paraît être moins scrupuleuse : avec les départs sous les drapeaux, moins d’yeux vigilants scrutent les domestiques. Parfois, les épouses essayent d’aller voir leur mari cantonné à quelque distance. C’est en cette absence conjuguée du patron et de la patronne, due à la guerre, que Marie Thouvenot aurait été mise enceinte par un collègue domestique : « […] ils travaillaits [sic] ensembles [sic] dans la même maison chez Mme Thevenet Joanny fermier au Mongereaux. D’après la rumeur publique, l’acte a été accompli pendant l’absence de Mme Thevenet lorsqu’elle a été à Meximieux voir son mari qui partait pour la Serbie. »39 Le père de la jeune accusée atténue en ces termes la responsabilité patronale de cette faillite de la surveillance (« je trouve même beaucoup d’excuses car nous sommes en face de la jeunesse et d’une patronne remplie d’ennuis et de misère », ajoute-t-il), signe que les attentes sociales dans ce domaine sont généralement revues à la baisse en ces temps troublés. L’esprit nataliste qui facilite le pardon pour celles qui ont « fauté » renforce les difficultés de celles qui ne veulent pas d’enfants et qui tentent l’avortement ou tuent leur nouveau-né. Si la surveillance patronale paraît diminuer, la vigilance communautaire, elle, s’exacerbe à l’encontre des personnes soupçonnées de pratiquer des avortements. Ainsi, les lettres de dénonciation se multiplient à partir de 191440. C’est une missive anonyme qui est par exemple à l’origine du procès de Claudine Bachet, sage-femme dénoncée comme avorteuse, et de Paule Minière, sa patiente, domestique41. L’infanticide ou son soupçon autorise toutes les humiliations. Marie Thouvenot, une domestique de 19 ans, est condamnée à trois ans de prison pour infanticide en 1916. Née à Cenves (Rhône) où elle travaille, Marie Thouvenot, placée comme domestique depuis ses 10 ans (à la mort de sa mère), verse une partie de ses revenus à son père pour l’entretien de la famille42. Elle n’a ni accès aux réseaux urbains féminins qui donnent les adresses des sages-femmes pratiquant les avortements, ni aux connaissances élémentaires sur sa propre anatomie : elle n’a conscience d’être enceinte qu’après avoir senti le fœtus bouger lorsque sa grossesse est déjà très avancée43. Sa patronne, Mme Moreau, et la belle-sœur de celle-ci, Mme Lassara, s’aperçoivent de sa grossesse. Malgré le déni de Marie Thouvenot, les deux femmes appellent une sage-femme et imposent, physiquement, un examen à la domestique qui résiste du mieux qu’elle peut : « Quand je lui ai donné connaissance que la sage femme allait venir, elle s’y est opposée et malgré cette fille, la sage femme l’a visitée et j’ai tenu cette fille par les mains ma poitrine sur la sienne le temps que la sage-femme l’examine […]. »44 La violence de cette intrusion n’est pas seulement justifiée par la peur d’un infanticide (du reste déjà commis). La position de domination sociale dans laquelle se trouvent la patronne de Marie Thouvenot et sa belle-sœur est au moins aussi importante : elles sont patronnes, plus riches, mariées et établies dans des situations confortables. Jean Thouvenot, père de l’accusée, s’agace que malgré cette prospérité, Mme Moreau n’ait pas pu empêcher l’infanticide. Il la soupçonne de s’être tue pour garder le plus longtemps possible Marie à son service :

  • 45  Lettre de J. T. au juge d’instruction du 10 septembre 1916, Affaire M. T., ibid.

Elle qui a toujour eu son mari avec elle, qui n’a jamais eu d’enfants, l’argent ne lui a jamais manqué. Qui est-ce qui a manqué, l’amour propre et l’humanité. La seule chose qui la empéché de me dire ce qui se passait envers ma fille, c’est que celle-ci faisait bien son travail, et qu’elle avait peur qu’elle s’envienne chez moi, le reste elle s’en môquait.45

  • 46  Interrogatoire de M. T. du 24 juillet 1916, Affaire M. T., ibid.

26Mme Moreau ne dément d’ailleurs pas avoir eu des soupçons plus tôt : est-ce le temps fort de la saison agricole – et notamment la fenaison – qui a empêché l’épicière de renvoyer sa domestique chez son père, à quelques kilomètres de distance ? Marie Thouvenot accouche pourtant seule et c’est, explique-t-elle, la « honte qui [la] guidait », elle a « perdu la tête », étranglant son nourrisson46. Du géniteur, pourtant connu de Jean Thouvenot, il n’est pas question dans les interrogatoires de la jeune femme. Cette tolérance policière à l’égard des pères n’est pas complètement nouvelle : lorsqu’il est établi qu’ils n’ont pas pu participer physiquement à l’infanticide le jour où celui-ci a été commis, ils sont généralement laissés tranquilles. La mobilisation n’ajoute ici qu’une raison supplémentaire de ne pas rechercher cet homme, mais il est probable que son statut de militaire le protège des investigations.

  • 47  Jean-Yves Le Naour, Misères et tourments de la chair durant la Grande Guerre, ouvr. cité, p. 44-46
  • 48  Interrogatoire de P. M. du 5 février 1916, Affaire C. B., P. M., L. B., 2U778, ADR.
  • 49  Jean-Yves Le Naour, Misères et tourments de la chair durant la Grande Guerre, ouvr. cité, p. 295.

27Les mouvements de troupe, la peur de la mort facilitent les histoires brèves consenties comme telles de part et d’autre et favorisent la sexualité pré-maritale47. Plusieurs domestiques s’engagent dans des relations sexuelles sans que leurs partenaires s’attardent dans les environs : c’est par exemple le cas de Paule Minière à Lyon48. D’autres ont des aventures avec les soldats d’équipes agricoles, ou même avec des prisonniers de guerre ennemis. Ces dernières aventures sont violemment condamnées par la population locale comme par les autorités militaires : même en l’absence de législation le permettant, le ministère de la Guerre essaye d’obtenir une condamnation pour trois domestiques de ferme de l’Eure ayant eu des « relations coupables » avec des prisonniers allemands49.

  • 50  « Quant au couchage, je n’ai pas pensé de te dire qu’il m’était impossible de la faire coucher dan (...)
  • 51  Jean-Yves Le Naour, Misères et tourments de la chair durant la Grande Guerre, ouvr. cité, p. 376.

28Enfin, la mobilisation de la majorité des hommes adultes n’annihile pas la menace du viol, qui semble toujours planer sur les domestiques, particulièrement en milieu rural. Antonia Reymondon, bien au fait de ces agressions, préfère ainsi ne pas laisser « la Rigoune », sa domestique, dormir seule au bourg, mais lui acheter un lit pliant pour qu’elle dorme auprès d’elle à la ferme50. Jean-Yves Le Naour évoque les difficultés des domestiques de café dans les zones de repos et de cantonnement51, harcelées, parfois physiquement par des poilus qui ont du mal à comprendre qu’on leur refuse un peu de « bon temps ». Ces comportements existent certainement pour Lyon et Saint-Étienne de la part de permissionnaires, mais n’ont pas laissé beaucoup de traces vu la complaisance manifeste des autorités et de la complicité masculine partagée par les forces de l’ordre. L’affirmation violente de la masculinité des adolescents et des soldats permissionnaires isolés pendant leur période au front passe par des formes de prédation sexuelle largement tolérées par une société qui sacralise non seulement les combattants mais aussi les futurs mâles bientôt mobilisables.

La sortie de guerre des domestiques : reconversions et ascension sociale masculine

29Le passage dans l’armée devient aussi un moment d’ascension sociale pour une partie des jeunes domestiques. Cet ascenseur de l’armée n’est pas ouvert aux femmes, ni aux (nombreux) jeunes hommes dont les problèmes physiques sont trop évidents pour leur permettre de rejoindre un régiment. Avec l’armistice et la démobilisation progressive des troupes jusqu’en 1920, quelles perspectives s’ouvrent pour les domestiques anciens combattants ? Certains participent à l’occupation française en Rhénanie. Les soldats ex-domestiques arrivent en position de vainqueurs, presque surpris de leur pouvoir nouveau. C’est le cas de Jean-Baptiste Biosset. Ce dernier décrit la gentillesse et le bon accueil des Allemands :

[Le logeur] m’a fait comprendre que j’étais là chez moi ! Je me dis : « Y a maldonne ! Il te prend pour l’officier supérieur de la batterie, et quand il va s’apercevoir de son erreur… » Mais pas du tout ! Et les matins, la bonne venait m’apporter mon café-milch au lit, parce qu’il y avait bonne et femme de chambre ! C’était pas du café, parce qu’ils n’en avaient pas : c’était de l’orge grillée ou du seigle ; du sucre non plus, mais moi, j’en avais. Je me disais toujours : « Y a maldonne ! C’est pas possible ! » Au bout de quelques jours, je me suis aperçu que c’était toujours pareil. Il y avait deux petits gamins de 5-6 ans qui venaient me dire bonjour. J’étais de la maison, quoi ! […] Et alors, la gentillesse de mon logeur ayant continué (à la fin de la semaine, je mettais mon linge sur une chaise et je retrouvais mon linge lavé, repassé, tout ça)… Et sans un sou ! Ils n’acceptaient jamais rien ! (Barou, t. 5, p. 197)

30Sa nouvelle position paraît tellement incongrue à Biosset, ancien chauffeur particulier et fils de carrier, soldat du rang, qu’il ne peut s’empêcher de croire à un malentendu. Conscient du travail que nécessite son entretien, il essaye de dédommager financièrement son logeur, sans succès. S’il finit par accepter avec joie les bons soins de la famille où il réside, un autre domestique, Georges Blondeau, se trouve lui carrément gêné, d’autant plus qu’une grave pénurie de nourriture touche les populations allemandes. Il distribue donc une partie de ses rations à celles et ceux qui prennent soin de lui, raconte-t-il à Lucien Barou (ibid., p. 203). Le statut d’occupant dans une société marquée par les pénuries donne l’occasion à ces soldats issus du prolétariat de faire preuve de générosité, et même de pouvoir « épater les filles » avec leurs richesses. Biosset explique comment il négocie des « chocolats-promenades », puisque les mots sont proches en langues française et allemande, facilitant la compréhension mutuelle : « Avec une tablette de chocolat, on emmenait une fille, une femme, se promener… » (ibid., p. 207) La question demeure de savoir ce qui se cache derrière la promenade : composante du flirt rural avant-guerre, la promenade vise parfois à trouver quelque lieu isolé pour avoir des rapports sexuels. Entre protagonistes ne parlant pas la même langue et avec une armée de vainqueurs déracinés et donc en dehors du contrôle social et sexuel exercé dans leurs villes et villages, la question du consentement des jeunes promenées se pose, sans que nous puissions évaluer – une fois encore – le nombre de viols commis par l’armée française d’occupation. La question d’échanges économico-sexuels entre soldats français aux poches pleines et femmes allemandes affamées est posée aux témoins par Lucien Barou. Les interrogés fournissent des réponses difficilement exploitables, aucun ne disant y avoir recours, mais reconnaissant en avoir entendu parlé.

31D’autres prolongent leur engagement militaire, certains comme héros décorés, tel le caporal Gouttaudier, ex-domestique du Roannais, connaissant de ce fait une réelle promotion sociale. En dehors de son histoire largement exceptionnelle, 31 des 36 anciens domestiques interrogés par Lucien Barou ne sont pas redevenus domestiques après l’armistice. Si aucun n’a choisi la voie des armes à titre professionnel, la guerre a permis à la plupart d’entre eux de consolider une carrière ouvrière ou de s’établir à leur compte comme paysans. L’exemple de Francis Ferret est à ce titre le plus éclairant, car lui aussi explique comment des officiers ont proposé de le soutenir dans cette démarche, arguant qu’il n’était pas possible, après une telle expérience guerrière, de rester dans la domesticité.

  • 52  Le recensement de Châtelus de 1911 note « néant » à la case profession de Mme Ferret, alors qu’ell (...)

32Né en 1896 à Coise (Rhône) dans une famille de petits paysans, Francis Ferret est orphelin de père à 6 ans. Sa mère élève quelques brebis, tout en étant périodiquement domestique à la résidence estivale du comte Guillet à Châtelus dans la Loire (ibid., p. 313)52. Après sa scolarité primaire et jusqu’à son départ à l’armée en 1915, Francis Ferret est valet de ferme dans plusieurs exploitations des environs. À son retour du front, il se marie et s’établit en 1920 comme agriculteur à Saint-Christo-en-Jarez, à une dizaine de kilomètres au sud de sa commune de naissance. Il y demeure toute sa vie active (ibid.). Questionné par Lucien Barou, l’ancien valet de ferme explique que les officiers formulent des offres aux « bons » soldats :

J’étais bien vu des officiers. […] un bon soldat, avec les officiers, y avait pas de problèmes, ça allait ! Oh ! Quand je suis parti, y a deux officiers qui sont venus me dire au revoir. J’étais au mess des officiers, ils m’ont dit : « Qu’est-ce que vous allez faire après la guerre ? — Oh ! Je vais retourner dans mon pays ! — Quel métier vous allez… — Oh ! Paysan ! — Oh ! ils m’ont dit, si vous vouliez venir chez nous !… » Y avait De la Ferronnays (il a été député de Nantes, il était né en Suisse), De la Ferronnays, il était gradé, il commandait le bataillon, et puis un autre, De Beaucorps. Il m’a dit : « Si vous venez chez nous […] on vous trouverait des bonnes places. Parce que, vous pouvez le constater, y en a pas bien comme vous dans le régiment… — Y en a ben : je suis pas une exception ! — Non, malheureusement, y en a pas bien ! — Si vous me trouvez bien, tant mieux, mais je veux pas laisser ma mère. Elle a déjà pleuré mon père, mon frère […] — Mais si vous avez besoin de quelque chose quand vous vous monterez, n’importe quoi, écrivez-nous ! Écrivez-nous ! — Et je vous remercie bien ! Si j’ai besoin de quelque chose… » Quand je me suis monté, j’avais quasi envie de le faire, puis j’ai trouvé un patron qui m’a fait des avances, il m’a passé tout son cheptel […]. En me voyant ! En me regardant, des fois, à la messe, comme ça, mes manières de faire ! Ah ! Ils sont ben malins, va ! Ils sont malins, ces officiers ! (t. 3, p. 452-453)

33Le récit illustre autant le paternalisme de la noblesse militaire que les moyens les plus souvent utilisés pour « s’établir » comme agriculteur au retour de l’armée, à savoir le recours au crédit non bancaire. Francis Ferret estime que c’est son assistance assidue à la messe qui a suscité l’intérêt des deux officiers. L’éloge confinant à la flatterie (peut-être déformé par le témoin a posteriori) vise à s’assurer le recrutement d’un jeune homme vigoureux, épargné par les blessures et dont la religiosité est vue comme un gage de docilité. Ferret ne donne pas de précisions sur les « bonnes places » proposées : les deux aristocrates ont probablement moins en tête une métairie ou une ferme qu’une place de domestique agricole, car le jeune homme est en effet célibataire, un statut marital qui rend difficile la gestion d’une exploitation à lui seul. Au moment où il est évident qu’il manque toujours de bras dans les campagnes, après la mort de plus de 1,3 million d’hommes, les blessures handicapantes de plusieurs milliers d’autres, et que l’expérience de la guerre aura enhardi les survivants, vouloir recruter un jeune homme pieux et qui a su témoigner sa déférence paraît particulièrement intéressant pour les deux gradés. Francis Ferret ne s’y trompe d’ailleurs pas : les officiers sont « malins ».

  • 53  Monique Luirard, La région stéphanoise dans la guerre et dans la paix, ouvr. cité, p. 35.

34Les trajectoires individuelles retracées par Lucien Barou soulignent le maintien d’une volonté générale – mais non systématique – de sortir de la domesticité après l’armistice. En effet, pour des jeunes hommes domestiques de ferme, s’établir (« se monter ») au retour des armées devient une aspiration dominante avant-guerre. Après 1918, alors que la nation se sent une dette morale envers les anciens poilus, ces « établissements » sont plus fréquents : la participation aux combats vaut aux anciens soldats un accès plus facile aux financements nécessaires (Francis Perret obtient un prêt de son patron mais il aurait pu aussi demander à ses deux officiers un crédit). Certainement, le numéraire prêté présente des contreparties (journées de travail, présence pendant les gros travaux pour le « patron », voire des intérêts importants à régler en espèces) mais ne transite pas nécessairement par les établissements bancaires. Par ailleurs, la mort de nombreux paysans chefs d’exploitation ou destinés à reprendre les terres familiales facilite également l’ascension sociale des anciens combattants survivants. Plusieurs s’établissent ainsi « en gendres », c’est-à-dire en épousant la fille d’un (petit) propriétaire ou fermier dont parfois le fils, destiné à la reprise de l’exploitation, a perdu la vie au combat. Ces établissements ne sont pas souvent immédiats, et s’étalent sur le début des années 1920. Le départ vers les villes d’une partie des propriétaires favorise également les domestiques, par exemple dans le Forez53. Par ailleurs, l’agriculture n’est pas toujours l’unique occupation choisie pour devenir indépendant : Antoine Gacon monte par exemple une épicerie (t. 5, p. 315).

35Tout de même, tous les domestiques ne deviennent pas leur propre patron au retour des armées : plusieurs restent de nombreuses années encore domestiques de ferme ou « à la personne ». D’autres, notamment les blessés, s’embauchent dans l’industrie (ibid., p. 316). Le passage de l’agriculture à l’industrie est facilité par l’acquisition de qualifications techniques sous les drapeaux, notamment pour ceux qui ont été incorporés dans l’artillerie. Des trajectoires sociales descendantes dans l’immédiat après-guerre s’observent également dans les 187 biographies établies par Lucien Barou : Louis Deloire, qui travaillait avant-guerre à la ferme familiale, devient entre sa démobilisation en 1920 et son mariage en 1925 domestique de ferme à Saint-Symphorien-de-Lay (ibid., p. 302). Le mariage, plus encore que l’armée, se révèle être un facteur décisif pour ceux qui s’installent à leur compte : il faut en effet être au moins deux dans cette première moitié du xxe siècle pour faire vivre une exploitation agricole.

Le bilan de la guerre des domestiques

Une baisse des effectifs

  • 54  Françoise Thébaud éd., Histoire des femmes en Occident, t. 5, Le xxe siècle, Paris, Perrin, 1992, (...)
  • 55  Évelyne Morin-Rotureau éd., Combats de femmes, 1914-1918, ouvr. cité, p. 37.
  • 56  Jean-Paul Burdy, Le Soleil noir, un quartier de Saint-Étienne, ouvr. cité, p. 52-53.

36Dès 1917-1918, l’idée qu’en temps de guerre les femmes peuvent participer à l’économie formelle et au travail rémunéré fait consensus. Les images de femmes conductrices de tramways ou fabriquant des obus dans les usines d’armement ont frappé les esprits des contemporains54. Pourtant, cette évolution est à relativiser, puisque dès l’armistice les femmes sont renvoyées dans leurs foyers : si la population active compte 7,217 millions de femmes en 1911, leur nombre ne dépasse pas 7,213 millions en 192155. La valorisation de l’entrée des femmes sur le marché du travail rémunéré s’arrête à la fin de la guerre. Pourtant, la proportion de femmes travaillant à domicile, si nombreuses dans le textile de la région lyonnaise et stéphanoise, s’est réduite au profit des emplois dans les usines et les bureaux. Le marché du travail reste encore segmenté, le travail « hors foyer » des femmes est toujours perçu de manière paradoxale : d’un côté sont célébrées les femmes qui ne travaillent pas à l’extérieur de chez elles, ces « anges du foyer », de l’autre on s’accommode des femmes employées, commerçantes et même ouvrières. Désormais, l’essentiel des 7,2 millions de femmes actives ne travaillent pas dans un foyer, qu’il soit le leur (travail textile à domicile) ou celui de leurs patron.nes (domesticité). Si cette dé-domiciliation continue de déplaire aux conservateurs, elle paraît inévitable pour une partie des femmes des classes populaires en début de carrière. Beaucoup de femmes mariées essayent en effet, dès qu’elles le peuvent, d’ouvrir avec leurs partenaires masculins des cafés, des commerces pour ne pas travailler « à l’extérieur »56. Ces mutations ont un double effet sur la domesticité : d’une part, un transfert d’une partie de la main-d’œuvre féminine issue des classes populaires vers d’autres secteurs, d’autre part, la tentation croissante pour les domestiques de dissocier lieu de travail et lieu de résidence.

  • 57  Jacqueline Martin-Huan, La longue marche des domestiques en France, ouvr. cité, p. 80-81.
  • 58  Ibid., p. 114.
  • 59  Voir l’annexe 2 de notre thèse.

37La comparaison des fichiers de recensements de 1911 et de 1921 souligne cette réduction des effectifs de la domesticité. En France métropolitaine, le nombre de domestiques « à la personne » passe de plus de 929 000 en 1911 à 787 000 en 192157. La baisse est aussi sensible dans les rues et quartiers examinés à Lyon, Saint-Étienne, Roanne, La Pacaudière et Lamure-sur-Azergues. Pour les mêmes zones géographiques, les domestiques recensé.es représentent en 1911 7,53 % de la population, contre 5,80 % en 1921. Cette chute des effectifs, de plus de 30 % (base de 1911), est la plus spectaculaire de toute la période 1851-1936, mais ne signifie pas la disparition de cette forme d’emploi. En effet, le recensement de 1954 ne dénombre pas moins de 550 000 domestiques sur le territoire français58. La diminution des effectifs de la domesticité s’explique par trois facteurs principaux. Du point de vue de la demande de travail, les pertes de guerre expliquent une partie de la baisse de l’emploi domestique. Beaucoup d’hommes, dont nous avons vu qu’ils constituent la majorité des personnes servies avant-guerre, ont disparu. Les membres masculins des professions libérales et intellectuelles ont payé le plus lourd tribu, alors même qu’ils constituent la principale classe d’employeur.es avant 1914. Ces hommes décédés manquent surtout dans les recensements de 1931 : c’est autour de la quarantaine et de la cinquantaine qu’ils auraient employé plus massivement des domestiques. Dans nos échantillons, l’année 1931 marque donc celle où la part des hommes parmi les personnes servies est la plus faible, avec 47,07 %59.

  • 60  Françoise Thébaud, Les femmes au temps de la guerre de 14, ouvr. cité, p. 298-299.

38Outre les morts et disparus, ce sont principalement des raisons financières qui expliquent une petite baisse de la demande en domestiques. Une partie de la bourgeoisie et de l’aristocratie a perdu de l’argent du fait de la guerre (inflation et moratoire sur les loyers ont parfois lourdement entamé le portefeuille des rentiers et rentières)60. En même temps, les domestiques augmentent leurs exigences salariales. Ce sont principalement celles et ceux qui n’employaient avant-guerre qu’une « bonne à tout faire » qui renoncent à toute domesticité. En effet, on assiste entre 1911 et 1921 à une concentration des employé.es chez les employeur.es qui ont le plus de moyens ; la part des foyers où travaille plus d’un.e domestique augmente : de 35,98% des ménages en 1911 à 39,55% en 1921. Pour la grande bourgeoisie qui a profité économiquement de la guerre, la présence de plusieurs domestiques peut continuer à caractériser son style de vie jusqu’aux années 1940.

  • 61  Luc Capdevila et al., Sexes, genre et guerres, ouvr. cité, p. 67.
  • 62  Ibid., p. 69.
  • 63  Catherine Omnès, Ouvrières parisiennes, ouvr. cité, p. 94.
  • 64  Ibid., p. 96. Catherine Omnès cite ici les chiffres du ministère du Travail publiés en avril-mai 1 (...)

39Du point de vue de l’offre de travail, l’ouverture de nouvelles opportunités d’emplois rémunérés permet désormais à la plupart des jeunes hommes et, dans une moindre mesure, à certaines jeunes filles des classes populaires de « sauter » l’étape de la domesticité. De plus en plus, les commerces et les usines recrutent des populations qui, quelques décennies auparavant, se tournaient principalement vers la domesticité. L’économie de guerre offre des alternatives mieux payées : plus de 400 000 femmes travaillent dans les industries de guerre en 1918, plusieurs centaines de milliers d’autres dans les transports61. L’armée elle-même a recruté plus de 120 000 femmes62. La tertiairisation et l’industrialisation de l’économie font glisser un nombre croissant d’employé.es vers le salariat63, et hors de la domesticité. Pourtant, dans la région qui nous intéresse, ce glissement vers l’industrie reste limité : les ouvrières étaient déjà très nombreuses dans la région lyonnaise avant la mobilisation (plus de 97 000 femmes, soit 39 % de l’emploi industriel de la région)64.

40Le mouvement vers la salarisation des ancien.nes domestiques est net. Tout en restant dans le secteur des services à la personne, nombre de travailleurs et travailleuses se procurent leur propre logement, et négocient un paiement horaire plutôt qu’annualisé ou mensualisé, qu’il est plus facile d’imposer puisqu’ils et elles ne sont plus sur place à leur poste en permanence. À ce titre, l’exemple du petit commerce est le plus parlant : les « bonnes » ou les « garçons » de café se distinguent de plus en plus des domestiques. Se définissant comme « employé.es » et beaucoup moins comme « domestiques », ces femmes et hommes s’octroient une plus grande indépendance envers leurs patron.nes. Ainsi, le nombre de « domestiques » travaillant pour des petits commerçants (cafetiers, restaurateurs, épiciers…) dans nos échantillons passe de 97 en 1911 à 66 en 1921, soit une baisse de 32 %, particulièrement sensible dans les grandes villes (le nombre de « domestiques » de cafés et restaurants est divisé par deux dans notre échantillon lyonnais).

41Démobilisés, les anciens domestiques masculins ont acquis une expérience qui est valorisable dans d’autres secteurs d’activités, plus rémunérateurs. Le maintien des domestiques de ville dans leur profession s’explique par la qualité de leurs conditions de travail et par la pénurie en « hommes » qui suit l’armistice. Au-delà de l’exemple exceptionnel de Marius Gondy, attendu par sa richissime patronne pendant sept années (t. 5, p. 320), les chauffeurs et les valets manquent, décimés par les armes, devenus invalides ou n’ayant tout simplement plus envie de rester dans la profession après l’épreuve du feu et les transformations multiples de  leur masculinité. Qui sont les domestiques en 1921 par rapport à 1911 ? Des femmes, principalement.

Une féminisation et un vieillissement de la main-d’œuvre brutalement accélérés

  • 65  Recensements 6MP530 (1911) et 6MP570 (1921), ADR.

42La féminisation déjà observée précédemment s’accélère nettement, tant au niveau national que local. Pour Lyon et Saint-Étienne, nous passons de 77 % à 84 % de femmes entre 1911 et 1921. Même chez les plus riches Lyonnais.es, ce sont désormais presque uniquement des femmes qui s’occupent de l’essentiel de la production domestique. Le ménage, à titre d’exemple, dirigé par le riche soyeux Édouard Payen réduit sa domesticité de cinq à quatre personnes entre 1911 et 1921, en supprimant le poste masculin65. Ces reconfigurations ne s’expliquent pas seulement par des baisses de revenus : en dix ans, la situation des ménages change. Des enfants adolescents dont il fallait s’occuper se marient, quittent le domicile parental. La guerre a également tué un grand nombre de fils de la bourgeoisie et de la noblesse locale, réduisant – avec le décès des patriarches – la demande en valets de chambre. Outre la baisse du nombre d’hommes à entretenir, il faut signaler la « féminisation » de la production domestique au cours des années 1910. Les tâches les plus essentielles sont désormais intégralement féminisées : la cuisine, le ménage sont presque exclusivement exécutées par des femmes. Le patronat domestique se passe plus facilement des fonctions de représentation et de service à table, jusque-là plus souvent tenus par des hommes.

  • 66  Françoise Thébaud, Les femmes au temps de la guerre de 14, ouvr. cité, p. 278.
  • 67  Ibid., p. 409-410.
  • 68  Ibid., p. 251.
  • 69  Ibid., p. 296. Voir aussi la lettre d’Antonia à Eugène Reymondon du 17 décembre 1915, citée par Lu (...)
  • 70  Soit l’essentiel des domestiques recensé.es.
  • 71  En valeur absolue, ils et elles sont 179 (sur 890) en 1911 et 169 en 1921 (sur 628).
  • 72  Yvonne Cretté-Breton, Mémoires d’une bonne, ouvr. cité, p. 252-253.

43Du point de vue de l’offre de travail, la domesticité demeure après-guerre un débouché important pour les femmes alors qu’elle est, nous l’avons vu, moins souhaitée par les hommes. La pénurie de jeunes hommes disponibles pour un mariage fragilise économiquement les femmes des classes populaires : le taux de célibat définitif s’accroît, passant de 10 à 12,5 %66. Les femmes restent en situation de dépendance financière. Celles qui n’ont pas la possibilité – ou parfois même l’envie – d’intégrer quelques formations professionnelles gratuites, qui commencent à émerger en province67, trouvent dans la domesticité une opportunité de gagner immédiatement un revenu. Dans une région où la crise du logement est dramatique (particulièrement à Saint-Étienne pendant le conflit)68 et où l’inflation fait grimper les prix alimentaires69, la perspective d’être logée et nourrie par son employeur.e continue d’être un facteur attractif de la domesticité, par rapport à d’autres formes de salariat. On observe également une légère transformation de cette main-d’œuvre féminine : plus âgée, la domesticité de 1921 est aussi composée de celles qui, du fait de la guerre, n’ont pas pu quitter leurs employeur.es pour se marier ou pour réaliser leurs ambitions personnelles en dehors de la domesticité. En effet, la moyenne d’âge des domestiques de nos échantillons est particulièrement stable de 1851 à 1911 (entre 30 et 31 ans), mais elle bondit entre 1911 et 1921 de 30,3 ans à 33,2 ans70. Ce vieillissement est dû à l’augmentation de la proportion de domestiques âgé.es de 40 ans et plus : ils et elles ne représentent que 20 % des échantillons en 1911 contre presque 27 % en 192171. En raison de la stigmatisation dont elle fait de plus en plus l’objet, il devient difficile de quitter la domesticité pour les femmes qui n’ont pas d’autre expérience professionnelle. Le ressenti d’Yvonne Cretté-Breton est à ce titre emblématique du mépris social permanent auquel se heurte la jeune femme, et que le contexte guerrier ne fait qu’accroître dans un premier temps. Pourtant, déterminée, Yvonne parvient en 1919 à économiser suffisamment pour acquérir une formation de sténodactylographie et à quitter la domesticité vécue comme onze années de « servitude », un « affreux cauchemar »72.

Conclusion : pas d’Union sacrée pour la production domestique

  • 73  Jacqueline Martin-Huan, La longue marche des domestiques en France, ouvr. cité, p. 80.

44La Grande Guerre, avec son cortège de deuils et de privations, a-t-elle encore dégradé des conditions de vie et de travail des domestiques ? La grande hétérogénéité des situations, caractéristique structurelle de la domesticité, force à la prudence : plus que jamais, la situation diverge radicalement entre hommes et femmes domestiques. Témoins d’une violence guerrière inédite, les domestiques mobilisés ne sortent pas indemnes du conflit et Jacqueline Martin-Huan estime même que 10 % sont morts au feu, en faisant une des catégories professionnelles les plus touchées73. Pourtant, aguerris par l’expérience militaire, ceux qui reviennent vivants des tranchées sont peu nombreux à retourner à leur ancien statut subordonné. Les tranchées et même parfois l’occupation de la Rhénanie constituent des moments fondateurs de la masculinité populaire d’anciens domestiques qui ne veulent plus « servir ». La reconnaissance de leur contribution s’accompagne d’aides à la reconversion et à l’affirmation d’une plus grande indépendance professionnelle, d’autant plus qu’ils ont prouvé, sur tous les fronts, leur appartenance à la virile communauté nationale et hétérosexuelle, comme les autres soldats.

45Pour les femmes domestiques, les grignotages de liberté supplémentaires paraissent bien maigres en comparaison des difficultés auxquelles elles demeurent confrontées (nécessité de subvenir aux besoins de ses filles avec un salaire réduit, grossesse non désirée, violences patronales). Ces jeunes femmes font néanmoins preuve d’imagination, de courage et d’audace pour survivre et assumer leurs responsabilités, de mère, de fille respectable, de marraine de guerre.

46L’Union sacrée de la sphère politique n’a pas cours chez les employeur.es domestiques. Surexploitation et suppressions des gages côtoient des récits de conflits violents physiques entre patronnes et domestiques, révélant la relative impuissance des femmes à la tête d’exploitation agricole face à des domestiques masculins de plus en plus audacieux. Ces prises de pouvoir par des domestiques hommes (même si elles ne sont ni totales ni permanentes) apparaissent plus nettement en milieu rural et agricole, du fait de la mobilisation massive des agriculteurs. La guerre permet l’émergence d’une masculinité domestique dominante dans les zones rurales du Rhône et de la Loire, et la construction de celle-ci passe souvent par la violence.

47À la sortie de la guerre, la reprise des recensements à partir de 1921 confirme une tendance en cours depuis plusieurs années, en France et dans la région lyonnaise et stéphanoise : le nombre de domestiques se réduit, et les places sont occupées principalement par des femmes de plus en plus âgées. Une partie de ces transformations est due à une externalisation croissante des services à la personne en dehors du foyer, et aux désirs, surtout chez les garçons très demandés dans une économie où la division genrée du marché du travail n’a été que temporairement et marginalement bouleversée par la guerre, de s’embaucher ailleurs.

Notes

1 Lucien Barou, Mémoires de la Grande Guerre :187 Poilus du Forez et de sa périphérie témoignent, Saint-Étienne, Conseil général de la Loire, 2014, 5 volumes. Par la suite, les références à cette source seront données dans le texte entre parenthèses.

2  Lettre d’Eugène Gaillet à F. V. du 15 février 1916, Affaire F. V., 2U781, ADR.

3  Jean-Yves Le Naour, « Épouses, marraines et prostituées : le repos du guerrier entre service social et condamnation morale », Combats de femmes, 1914-1918. Les Françaises, pilier de l’effort de guerre, Évelyne Morin-Rotureau éd., Paris, Autrement, 2014, p. 66-69.

4  Luc Capdevila et al., Sexes, genre et guerres : France, 1914-1945 [2003], Paris, Payot & Rivages, 2010, p. 46.

5  Jean-Baptiste Duroselle, La France et les Français, 1914-1920, Paris, Éditions Richelieu, 1972, p. 217.

6  À Lyon en 1911, seul.es 7 domestiques sur 496 de notre échantillon travaillent pour un homme vivant seul et âgé entre 20 et 50 ans.

7  Yvonne Cretté-Breton, Mémoires d’une bonne, ouvr. cité, p. 185.

8  Déposition de Marie Butti du 16 février 1916 et lettre du 26 février 1916 de la mère supérieure de l’internat de Thérèse Manière au juge de paix, Affaire C. B., P. M. et L. B., 2U778, ADR.

9  Françoise Thébaud, Les femmes au temps de la guerre de 14, Paris, Stock, 1986, p. 116.

10  Catherine Omnès, Ouvrières parisiennes : marchés du travail et trajectoires professionnelles au xxe siècle, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1997, p. 108.

11  Ivan Jablonka, Ni père ni mère, ouvr. cité, p. 219.

12  Pour un examen plus approfondi des attentes sociales en matière de comportement genré pendant la Première Guerre mondiale, nous renvoyons à la riche bibliographie sur le sujet et notamment à l’ouvrage de Luc Capdevila et al., Sexes, genre et guerres, ouvr. cité.

13  Évelyne Morin-Rotureau éd., Combats de femmes, 1914-1918, ouvr. cité, p. 6.

14  Faire des raves signifie découper et nettoyer des raves, nourriture pour les vaches.

15  Lucien Barou ignore pourquoi Vida n’est pas mobilisé. Le mari d’Antonia est instructeur, mobilisé mais loin du front.

16  Acte d’accusation de J. F. du 16 mai 1916, Affaire J. F., 4U430, ADL.

17  Interrogatoire de J. F. du 14 mars 1916, Affaire J. F., ibid.

18  Acte d’accusation de J. F. du 16 mai 1916, Affaire J. F., ibid.

19  Interrogatoire de J. F. du 23 mars 1916, Affaire J. F., ibid.

20  Déposition de François Brun du 8 avril 1916, Affaire J. F., ibid.

21  Interrogatoire de J. F. du 14 mars 1916, Affaire J. F., ibid.

22  Déposition de Louis Mathias du 8 avril 1916, Affaire J. F., ibid.

23  Interrogatoire du 25 octobre 1915 de M. M., Affaire M. M. et B. T., ibid.

24  Ibid.

25  Dépositions d’Antoinette Bruyère (voisine), de Gabriel Bruyère (voisin), de Jean Charrière (maire) et de Mme Dancer (hôtelière) du 14 mars 1916, Affaire J. F., 4U430, ADL.

26  Jean-Yves Le Naour, Misères et tourments de la chair durant la Grande Guerre : les mœurs sexuelles des Français, 1914-1918, Paris, Aubier, 2002, p. 223.

27  Acte d’accusation de M. M et de B. T. du 26 janvier 1916, Affaire M. M. et B. T., 4U430, ADL.

28  Lettre de F. V. au lieutenant Poyet du 3 août 1916, Affaire F. V., 2U781, ADR.

29  Lettre du lieutenant Poyet à F. V. du 16 août 1916, Affaire F. V., ibid.

30  Déclaration du jury d’assises du 17 juillet 1918, Affaire F. V., ibid.

31  Laurence Mathevet, La vie quotidienne à Saint-Étienne, mémoire de maîtrise, Université de Saint-Étienne, juin 1991, annexe 42.

32  Déchaver, en français local, signifie dénicher.

33  Lettre de Jean T. au juge d’instruction du 10 septembre 1916, Affaire M. T., 2U779, ADR.

34  Ivan Jablonka, Ni père ni mère, ouvr. cité, p. 219.

35  Agnès Fine, « Enfant et normes familiales », Histoire de la population française, t. 3, ouvr. cité, p. 456.

36  Lettre de Jean T. au juge d’instruction du 10 septembre 1916, Affaire M. T., 2U778, ADR.

37  Déposition de Marie Pantex du 17 décembre 1915, Affaire C. B., P. M., L. B., ibid.

38  Déposition de Simon Cassier du 7 mars 1916, Affaire C. B., P. M., L. B., ibid.

39  Lettre de Jean T. au juge d’instruction du 10 septembre 1916, Affaire M. T., ibid.

40  Jean-Yves Le Naour, Misères et tourments de la chair durant la Grande Guerre, ouvr. cité, p. 232.

41  Lettre anonyme jointe au dossier de procédure, Affaire C. B., P. M., L. B., 2U778, ADR.

42  Déposition de J. T. du 28 août 1916, Affaire M. T., 2U779, ADR.

43  Interrogatoire de M. T. du 28 août 1916, Affaire M. T., ibid.

44  Déposition de Marie Lassara du 24 juillet 1916, Affaire M. T., ibid.

45  Lettre de J. T. au juge d’instruction du 10 septembre 1916, Affaire M. T., ibid.

46  Interrogatoire de M. T. du 24 juillet 1916, Affaire M. T., ibid.

47  Jean-Yves Le Naour, Misères et tourments de la chair durant la Grande Guerre, ouvr. cité, p. 44-46.

48  Interrogatoire de P. M. du 5 février 1916, Affaire C. B., P. M., L. B., 2U778, ADR.

49  Jean-Yves Le Naour, Misères et tourments de la chair durant la Grande Guerre, ouvr. cité, p. 295.

50  « Quant au couchage, je n’ai pas pensé de te dire qu’il m’était impossible de la faire coucher dans la maison du village. Il y a trop de jeunesse. Je ne pourrais être tranquille. Je crois qu’il vaudrait bien mieux que j’achète un petit lit de fer pliant à une place. » Lettre d’Antonia à Eugène Reymondon du 3 janvier 1916, citée par Lucien Barou, Mémoires de la Grande Guerre, ouvr. cité, t. 2, p. 65.

51  Jean-Yves Le Naour, Misères et tourments de la chair durant la Grande Guerre, ouvr. cité, p. 376.

52  Le recensement de Châtelus de 1911 note « néant » à la case profession de Mme Ferret, alors qu’elle est agricultrice, domestique à temps partiel et doit subvenir seule au besoin de ses quatre enfants alors présents au domicile familial. Cela illustre bien les difficultés d’utiliser les recensements pour l’étude du travail féminin aux xixe et xxe siècles. Notons également que le ménage du comte Guillet n’apparaît pas dans les recensements de Châtelus avant-guerre : 6M228 et 6M229, ADL.

53  Monique Luirard, La région stéphanoise dans la guerre et dans la paix, ouvr. cité, p. 35.

54  Françoise Thébaud éd., Histoire des femmes en Occident, t. 5, Le xxe siècle, Paris, Perrin, 1992, p. 90.

55  Évelyne Morin-Rotureau éd., Combats de femmes, 1914-1918, ouvr. cité, p. 37.

56  Jean-Paul Burdy, Le Soleil noir, un quartier de Saint-Étienne, ouvr. cité, p. 52-53.

57  Jacqueline Martin-Huan, La longue marche des domestiques en France, ouvr. cité, p. 80-81.

58  Ibid., p. 114.

59  Voir l’annexe 2 de notre thèse.

60  Françoise Thébaud, Les femmes au temps de la guerre de 14, ouvr. cité, p. 298-299.

61  Luc Capdevila et al., Sexes, genre et guerres, ouvr. cité, p. 67.

62  Ibid., p. 69.

63  Catherine Omnès, Ouvrières parisiennes, ouvr. cité, p. 94.

64  Ibid., p. 96. Catherine Omnès cite ici les chiffres du ministère du Travail publiés en avril-mai 1919.

65  Recensements 6MP530 (1911) et 6MP570 (1921), ADR.

66  Françoise Thébaud, Les femmes au temps de la guerre de 14, ouvr. cité, p. 278.

67  Ibid., p. 409-410.

68  Ibid., p. 251.

69  Ibid., p. 296. Voir aussi la lettre d’Antonia à Eugène Reymondon du 17 décembre 1915, citée par Lucien Barou, Mémoires de la Grande Guerre, ouvr. cité, t. 2, p. 68.

70  Soit l’essentiel des domestiques recensé.es.

71  En valeur absolue, ils et elles sont 179 (sur 890) en 1911 et 169 en 1921 (sur 628).

72  Yvonne Cretté-Breton, Mémoires d’une bonne, ouvr. cité, p. 252-253.

73  Jacqueline Martin-Huan, La longue marche des domestiques en France, ouvr. cité, p. 80.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search