Version classiqueVersion mobile

Des champs aux cuisines

 | 
Margot Beal

Chapitre 9

Compétences domestiques (2) : compétences économiques, compétences juridiques

Texte intégral

1Selon nous, les compétences les plus méconnues des domestiques sont leurs aptitudes économiques et leurs capacités, notamment juridiques, à affirmer la valeur de leur labeur et donc leur propre valeur d’individu.

Le pragmatisme économico-sexuel des femmes domestiques

  • 1  « Souvenirs de Victor Ognier sur Camille Dognin » (1894), 1 II 423, AML.
  • 2  Ibid.

2Ce qui frappe à la lecture des archives judiciaires est le pragmatisme économique des jeunes femmes des classes populaires. Celui-ci se manifeste notamment dans la circulation entre travail industriel, travail domestique et travail sexuel. Le passage de l’un à l’autre est à la fois invisible et omniprésent tout au long du xixe siècle. Ce qui nous intéresse ici particulièrement est le passage du travail domestique au travail sexuel. La composition sociale de la main-d’œuvre domestique, féminine, jeune, blanche et célibataire, et sa domiciliation chez les employeur.es alimentent les discours masculins et bourgeois d’une porosité entre les deux secteurs. Un cas est ainsi rapporté, par un homme de la bourgeoisie pour les années 1870, à propos de la famille Dognin : « […] une jeune et jolie autrichienne Camilla de Petrini […] entra à la maison comme institutrice d’Amélie […]. Très intelligente, […] élégante, séduisante, elle ne tarda pas à mettre la maison à l’envers cherchant à se faire faire la cour à la fois par mon cousin Émile qui avait 22 ans et par son père. »1 Camilla de Pétrini parvient à se faire entretenir par Dognin père après son renvoi de la maison par l’épouse de ce dernier. À partir de 1873, alors que Camille Dognin a marié tous ses enfants, Camilla de Pétrini vit même avec l’ancien chef de famille dans sa villa de Cannes, ce qui ne manque pas de provoquer un véritable scandale dans le très riche et très conservateur milieu des fabricants2. Cultivée, polyglotte, maîtrisant parfaitement les codes de l’hétérosexualité bourgeoise, Camilla de Pétrini paraît avoir utilisé ses compétences de séduction pour obtenir un meilleur mode de vie que celui promis à une domestique (même gouvernante) étrangère. L’attitude de Dognin avec elle provoque une rupture familiale durable, où la quasi-totalité de l’entourage du magnat du textile se range du côté de Mme Dognin. Cette affaire est l’un des rares cas où un employeur de la grande bourgeoisie quitte sa femme pour une ancienne domestique. Est-ce le poids des conventions sociales qui interdit la publicisation de ce type de situations ? Ou sont-elles véritablement exceptionnelles ?

  • 3  Déposition de Jeanne Muyard du 15 septembre 1900, Affaire Joseph Dulac, 2U638, ADR.

3Si les domestiques du milieu du xixe siècle ne mentionnent pas de passage entre travail domestique et travail sexuel, quelques jeunes femmes de la Belle Époque évoquent plus facilement une forme de porosité, reconnaissant compléter leurs revenus par du travail sexuel occasionnel. Ce sont surtout les domestiques travaillant dans des débits de boissons aux frontières de la légalité3. Leur motivation est avant tout financière. En 1909, Eugénie Gubian et Marie Filliot signalent aux forces de l’ordre les agissements proxénètes d’Alfred Poncet, propriétaire d’un bureau de placement à Lyon. Marie Filliot explique ainsi sa trajectoire :

  • 4  Déposition de Marie Filliot du 6 mai 1909 au commissariat de la sûreté de Lyon, Liasse Alfred Ponc (...)

[…] c’est de mon plein gré et ce dernier [Poncet] n’a exercé aucune pression pour me faire accepter ses offres. […]. Au commencement de décembre 1908, m’étant présentée au bureau de M. Poncet pour demander une place de bonne, celui-ci m’a répondu qu’il n’y en avait pas de disponible mais que si je voulais faire la noce il pourrait me placer de suite comme fille soumise dans une maison de tolérance de Tunis. Il a ajouté que c’était le seul moyen de gagner de l’argent car je pouvais réaliser au moins 1000 francs par mois d’économies. J’ai demandé à réfléchir et […] deux ou trois jours après, n’ayant pas encore trouvé de place, […] j’acceptais son offre. […]. M. Poncet n’a pas exercé de pression sur moi, mais si au lieu de me faire miroiter des gains imaginaires il m’avait dit la vérité, c’est-à-dire que dans ces maisons les femmes sont exploitées et dans l’impossibilité de réaliser la moindre économie…4

  • 5  Anne Martin-Fugier, La place des bonnes, ouvr. cité, p. 74.
  • 6  Déposition de Marie Filliot du 23 avril 1909 au commissariat de la sûreté de Lyon, Liasse Alfred P (...)
  • 7  Note non datée mentionnant une lettre du préfet des Bouches-du-Rhône, Liasse Alfred Poncet, ibid.

4Cet engagement n’est pas physiquement imposé par Poncet mais, on le voit, guidé par la nécessité économique. Tributaires de leur emploi pour un logement, les domestiques ne peuvent se permettre des périodes de chômage étendues5. Marie et Eugénie partent le soir même. En Tunisie, les jeunes femmes sont séparées, passent quelques mois dans leurs maisons de tolérance respectives. Sa « nouvelle existence n’étant nullement de mon goût », mais contrainte par le système de dettes de la maison de tolérance à travailler quelques mois, Marie rentre à Lyon en avril 19096. Là, comme Eugénie, elle s’embauche comme domestique de café. À la suite de leur plainte, la préfecture ferme le bureau de Poncet qui avait déjà été dénoncé par une autre domestique ayant refusé le travail sexuel7. Toutes les domestiques n’utilisent pas ce dernier pour survivre ou connaître une promotion sociale (Marie Filliot insiste sur sa volonté de faire des « économies », ce qui dépasse la stricte « survie »). Les désagréments du travail sexuel et le stigmate associé se vivent de manière variable selon les personnes.

  • 8  Déposition de Lucie Nambottin dans une lettre du commissaire de police à la préfecture du Rhône du (...)

5Pragmatiques aussi sont les jeunes femmes qui refusent le travail sexuel. En février 1883, une certaine Mme Berthold de Genève cherche deux Françaises pour des grandes familles hongroises, sollicitant le bureau de placement Lafont. Annette Julliard, domestique de 28 ans, et Lucie Nambottin, une dévideuse de 17 ans, vivant chez ses parents canuts, acceptent de partir. Elles prennent toutefois de solides précautions. Refusant d’être accueillies à la gare par Mme Berthold, elles ne communiquent pas l’horaire d’arrivée de leur train. Une fois à Genève, les deux domestiques vont se renseigner auprès du consul français, qui les décourage de poursuivre leur aventure. Annette Julliard et Lucie Nambottin décident tout de même d’aller voir par elles-mêmes la maison de Mme Berthold. Constatant que se trouve bien à l’adresse indiquée une maison close, elles retournent à Lyon, et adressent « des reproches » à la tenancière du bureau de placement. Lucie signale ensuite le bureau au commissariat8. Leur mélange d’audace et de méfiance, y compris à l’égard des autorités, s’explique par leur « urbanité » (toutes deux sont nées à Lyon), par leur expérience (pour Annette) et peut-être par l’existence de solutions de secours (ses parents pour Lucie) qui les autorisent à refuser ce qui ne leur convient pas.

6La fragilisation légale et institutionnelle des domestiques maintenue par la Troisième République contribue à en faire une catégorie sociale particulièrement visée par les proxénètes, mais elles ne sont pas des « proies faciles ». Comme l’écrasante majorité des femmes des milieux populaires, les jeunes filles devenues domestiques ont fait l’apprentissage des violences masculines et des outils pour y répondre, garder la maîtrise de leur destin professionnel et de leur réputation. Dans le contexte blanc et métropolitain, la majorité des domestiques ne fait pas du travail sexuel sa carrière principale. Lorsqu’elle existe effectivement, cette double activité n’est toutefois pas une « déchéance » mais une stratégie, réfléchie de manière autonome, en fonction de leur propre situation pécuniaire.

Augmenter ses gages : négociations, conflits, départs

  • 9  Gilbert Garrier, Paysans du Beaujolais et du Lyonnais, ouvr. cité, vol. 2, annexes.
  • 10  Déposition de Jean Boichon du 25 septembre 1876, Affaire A. C., 2U366, ADR.

7Pour les domestiques, il est impératif de se faire payer son travail, le mieux possible. D’ailleurs, ils et elles parviennent à faire progresser leurs gages dans la seconde moitié du xixe siècle, notamment dans la région lyonnaise9. La promesse de meilleurs revenus demeure un facteur de départ déterminant. En ville, les domestiques comparent leurs gains avec ceux des ménages voisins. À la campagne aussi, l’information sur les gages et les places disponibles circule. Ainsi, Adeline Carlet (dont nous avons déjà noté l’importante mobilité) change de ferme en 1875 alors qu’elle était engagée jusqu’à la fin de l’année. Ce départ prématuré lui vaut une pénalité financière, mais Antoinette s’estime gagnante, car les gages promis par le nouveau patron sont plus élevés10. Même jeunes, les domestiques manifestent une compréhension précise de ces enjeux.

  • 11  Lettre de Baptiste Bouteille au comte de Chaponay du 3 décembre 1883, 44J177, ADR.

8Cette connaissance de la valeur de leur travail met les domestiques en position de négocier et de s’opposer à leurs employeur.es lorsque les gages versés ne sont pas ceux promis, comme le fait entre 1883 et 1885 Baptiste Bouteille. Cocher du comte de Chaponay depuis le 24 février 1881 aux gages de 600 francs annuels, Bouteille demande en décembre 1882 une augmentation de 100 francs par an et un nouvel habit. Le comte répond qu’il doit choisir l’un ou l’autre. N’ayant pas reçu d’habits neufs, le cocher réclame son augmentation à partir du 24 décembre 188211. Il finit par quitter sa place, tout en continuant à exiger son dû, avec intérêts :

  • 12  Lettre de Baptiste Bouteille du 9 septembre 1884 au comte de Chaponay, ibid.

Monsieur, […] il devrait y avoir plus d’un an que je devrais être reglé si javais travailliez chez tout autre maître que Mr de Chaponay. J’ai appris que Monsieur de Chaponnay ne me donnais pas de bons renseignements. Je m’en moque car vous voyez que je n’est pas besoin de ses renseignements pour me plasser dans une bonne maison. Vous devez avoir une note que je vous est remise au moi de décembre. 22 mois à 600 F et 8 mois à 700 et l’intérêt de mon argent au tot [taux] que la loi lui accorde. Je suis prêt à me rendre à Lyon le jour ou mon compte seras prêt le plutôt seras le meilleurs.12

9Intérêts, note, calculs, réputation : Bouteille montre qu’il connaît les méthodes des classes dominantes pour différer leurs paiements, et qu’il ne se laisse pas impressionner par les manœuvres patronales pour limiter son employabilité. Clamer qu’il n’a pas peur des déclarations du comte permet à Bouteille d’affirmer une forme de masculinité populaire face à celle de l’aristocrate : il n’est pas effrayé par les « armes » du comte, ses sournoises allégations, auxquelles le cocher oppose sa force de travail et ses compétences. En soulignant la facilité avec laquelle il a pu trouver une place, Bouteille signifie à Chaponay que le pouvoir des comtes sur le destin des domestiques (masculins) n’est pas illimité. Le cocher cherche également à montrer qu’il connaît la valeur de son travail et les dispositifs juridiques qui lui sont applicables. Bouteille n’a pas fait rédiger sa lettre par un écrivain public, il refuse de témoigner la moindre marque de déférence à son ancien patron, car les deux hommes ne sont plus liés par un contrat de travail et il n’y a donc plus, dans sa perspective, de liens de subordination entre eux. Occupant une profession réservée aux hommes, manifestant son assurance, Bouteille affirme autant son indépendance de classe (il n’a pas besoin de bonnes références) que de genre.

10Le recours à la loi ou à sa menace n’est pas l’apanage des seuls domestiques masculins expérimentés et qualifiés, mais est aussi utilisé, dans une moindre mesure, par les femmes. En rendant publics les différends qui les opposent à leurs employeur.es, les employées font sortir les conflits salariaux de la sphère privée où ils doivent « normalement » rester.

L’affirmation publique : sortir le conflit de la maison du maître

11Seule une part réduite des conflits entre domestiques et employeur.es émerge sur la scène publique. Or, le recours à la publicité révèle des relations domestiques où entrent en jeu la dignité et l’honneur public des employé.es et des employeur.es.

  • 13  Lettre du commissaire de police du quartier Bourse du 25 novembre 1892, Liasse Lafont, 10M195, ADR

12Les domestiques manifestent une bonne maîtrise des quelques dispositifs légaux encadrant leur travail. Lorsqu’ils et elles se sentent escroqué.es par les bureaux de placement, les domestiques alertent la police. Ainsi, au début des années 1890, le commissaire du quartier de la Bourse à Lyon reçoit des plaintes quotidiennes à l’encontre du bureau À la Confiance tenu par Mme Lafont13. Lorsque le conflit concerne directement leurs patron.nes, c’est la justice de paix qui est sollicitée.

  • 14  Jean-Christophe Balois-Proyart, « Anatomie du procès-verbal : les justices de paix, une source pou (...)
  • 15  Henri Richard, Du louage de services domestiques, ouvr. cité, p. 108.
  • 16  Henry Buguet, Le guide des maîtres et des domestiques, ouvr. cité, p. 20.
  • 17  Audience du 25 juin 1891, Tribunal de simple police de Roanne, 8U9_38, ADL.

13Dans les archives de la justice de paix parisiennes examinées par Jean-Christophe Balois-Proyart, les domestiques sont à l’origine de 12 % des interventions14. Ces dernières ont parfois pour objet leur réputation (certificat injustement défavorable15, fausses accusations de vols16), mais le plus souvent il s’agit d’obtenir un paiement lorsque les gages tardent à venir. Les archives restent trop lacunaires pour établir la fréquence des poursuites, mais celles-ci apparaissent régulièrement. Dans le canton de Roanne en 1891, Julie Destre, domestique, affronte ses ancien.nes employeur.es les époux Gelin, leur réclamant 198 francs de gages, que ceux-ci prétendent avoir payés, notamment sous forme de linge. Le juge ordonne aux Gelin de remettre 59 francs à Julie Destre, et les deux parties doivent se partager les frais de justice (8,55 francs chacune)17. Ce jugement souligne la difficulté des magistrats à évaluer la rémunération des domestiques, partiellement en nature et en numéraire. Les deux types de paiement ont pourtant une grande importance pour les travailleurs et travailleuses, qui énoncent très précisément ce qui leur est dû et le relient à leur temps de travail. La précision de Julie Destre est lisible dans l’ensemble des plaintes retrouvées. Certes le souci d’exactitude peut constituer une stratégie face aux juges de paix peut-être hostiles envers ceux et celles qui exagèrent leurs préjudices. Mais cette précision montre surtout que les employé.es, bien que n’ayant pas de contrats écrits de leurs engagements, tirent de leurs expériences un savoir-faire de gestionnaire de leur propre labeur, avec de bonnes capacités de mémorisation, à la fois de leurs dates d’entrée et de sortie de chez un.e patron.ne, mais aussi des gages promis et sont donc capables d’évaluer y compris le nombre de centimes dus.

  • 18  Lettre de Jean Callovet au procureur général, non datée (1886), Affaire J. C., 2U484, ADR.

14Plusieurs domestiques insistent également auprès de figures dépositaires de l’autorité publique sur la dureté de leur labeur et la longue durée de leur service, comme le fait Callovet. Réclamant, après son acquittement, la restitution de ses biens, il rappelle le prix de son labeur : « Monsieur le Procureur Général je viens auprès de vous pour […] mon billet qui est ma propriété exclusive, d’autant plus c’est le produit de mes peines de onze années entières. »18

  • 19  Audience du 28 janvier 1856, tribunaux correctionnels du Rhône, Ucor 42, ADR.
  • 20  Déposition d’André Sandretti du 3 septembre 1886, Affaire J. L., 2U494, ADR.

15La reconnaissance de la valeur de son travail est liée à la reconnaissance de sa propre valeur comme être humain. Affirmer sa dignité, c’est aussi s’opposer à être insulté, battu, traité comme du bétail. Pour la Loire et le Rhône de la fin du xixe et du début xxe siècle, les dénonciations des violences patronales ont laissé quelques traces : en janvier 1856, Julie Desboux obtient la condamnation et des dommages financiers d’un employeur violent19. La dénonciation des violences sexuelles de la part d’employeur.es reste sur l’ensemble du xixe siècle difficile. Tous les signalements ne vont pas forcément jusqu’au procès d’assises. Entre 1848 et 1911, sur 512 affaires d’assises dépouillées, une seule concerne le viol commis par un employeur et une autre celui commis par le frère du patron, lui aussi employé. La confiance des deux jeunes filles concernées en la justice paraît sincère et le soutien de leur famille – et notamment de leur père – se révèle un facteur important de publicisation20.

L’aplomb domestique face au pouvoir judiciaire

  • 21  Déposition de Maria Sartre du 10 décembre 1900, Affaire M. V. et al., 2U641, ADR.
  • 22  Domestique de ferme, Claudius Trachit commet un vol de nuit, puis se rend dans un débit de boisson (...)

16Comme les autres membres des classes populaires, c’est souvent dans une optique répressive que les domestiques sont entendu.es par le pouvoir judiciaire. Faire valoir sa perspective revêt alors un enjeu considérable, et plusieurs affaires montrent des employé.es qui répondent avec aplomb aux interrogatoires et en profitent aussi pour rappeler la valeur de leur travail, de leur personne. Plusieurs domestiques parviennent ainsi à éviter la condamnation. Maria Sartre, évoquée plus haut, est suspectée d’avoir avorté. La jeune femme affirme avec aplomb que sa lettre évoquant une grossesse n’était qu’un mensonge : « Si j’agissais ainsi à l’égard de Mme V. ce n’est pas pour qu’elle vienne me faire avorter, car je ne suis nullement enceinte ainsi d’ailleurs que je puis le prouver, mais simplement parce que je languissais beaucoup de la voir. »21 Elle n’est pas inculpée. Certains domestiques montrent également une connaissance fine des procédés d’investigation, en essayant par exemple de se fabriquer un alibi une fois leur forfait commis22. L’habitude de justifier de leur emploi du temps devant leurs employeur.es les aide pour répondre devant les forces de l’ordre.

  • 23  Jusqu’aux années 1860, la mortalité infantile reste autour de 20 % dans la région, et oscille enco (...)
  • 24  Interrogatoire de M. D. du 7 avril 1876, Affaire M. D., 2U364, ADR. Ce pragmatisme n’est pas toujo (...)

17Les femmes, accusées de crimes spécifiques, utilisent un système de défense différent de leurs confrères. Les infanticides nécessitent une défense particulière. La première stratégie consiste à nier l’existence même du crime : la moitié des huit domestiques inculpées déclarent leur enfant mort-né ou décédé accidentellement, peut-être pendant l’accouchement, exploitant le fait que la mortalité à la naissance est élevée dans la région23. L’autre stratégie consiste à sous-entendre que les chances de survie de l’enfant étaient déjà faibles : Marie Dufilier soutient que son bébé était de toute façon chétif, malade, sous-entendant par là qu’elle n’a fait que hâter l’inévitable24. Dans les cas de vols domestiques, clamer son innocence est le premier réflexe. En cas de flagrant délit, l’attitude de contrition féminine s’avère le moyen le plus efficace de faire baisser sa peine, mais n’est pas systématiquement adoptée. Certaines, quitte à se voir infliger des peines plus lourdes, préfèrent se taire, limitant ainsi l’enchaînement des questions accusatrices des magistrats instructeurs.

*

18Les éléments de subjectivité individuelle qui nous parviennent montrent les espoirs et les aspirations des domestiques. Leur survie professionnelle, économique et personnelle nécessite de savoir bien lire les interactions sociales, de se positionner de manière acceptable en trouvant des moyens genrés d’expression de son Eigensinn dans le contexte spécifique de la domesticité. Aux formes typiquement masculines de chahut masculin (présent surtout en domesticité agricole) peuvent répondre des formes de proximité physique féminine (danse, échange de toilettes). Les domestiques, soumis.es à la curiosité structurelle de leurs employeur.es, développent aussi des compétences supplémentaires en préservant leur intimité. Cet enjeu individuel n’existe que dans une moindre mesure pour les travailleurs et travailleuses de l’industrie, où la sortie de l’usine marque plus nettement – le plus souvent – la sortie du regard patronal. Les domestiques doivent également maîtriser plus encore que leurs collègues ouvrières leurs capacités reproductives pour garder leur emploi. Ces compétences dépassent donc la notion d’Eigensinn d’Alf Lüdtke.

Notes

1  « Souvenirs de Victor Ognier sur Camille Dognin » (1894), 1 II 423, AML.

2  Ibid.

3  Déposition de Jeanne Muyard du 15 septembre 1900, Affaire Joseph Dulac, 2U638, ADR.

4  Déposition de Marie Filliot du 6 mai 1909 au commissariat de la sûreté de Lyon, Liasse Alfred Poncet, 10M199, ADR.

5  Anne Martin-Fugier, La place des bonnes, ouvr. cité, p. 74.

6  Déposition de Marie Filliot du 23 avril 1909 au commissariat de la sûreté de Lyon, Liasse Alfred Poncet, 10M199, ADR.

7  Note non datée mentionnant une lettre du préfet des Bouches-du-Rhône, Liasse Alfred Poncet, ibid.

8  Déposition de Lucie Nambottin dans une lettre du commissaire de police à la préfecture du Rhône du 23 mars 1883, Liasse Lafont, 10M198, ADR.

9  Gilbert Garrier, Paysans du Beaujolais et du Lyonnais, ouvr. cité, vol. 2, annexes.

10  Déposition de Jean Boichon du 25 septembre 1876, Affaire A. C., 2U366, ADR.

11  Lettre de Baptiste Bouteille au comte de Chaponay du 3 décembre 1883, 44J177, ADR.

12  Lettre de Baptiste Bouteille du 9 septembre 1884 au comte de Chaponay, ibid.

13  Lettre du commissaire de police du quartier Bourse du 25 novembre 1892, Liasse Lafont, 10M195, ADR.

14  Jean-Christophe Balois-Proyart, « Anatomie du procès-verbal : les justices de paix, une source pour l’histoire du travail (Paris, années 1790 - années 1830) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 61-4/4 bis, 2014, p. 40.

15  Henri Richard, Du louage de services domestiques, ouvr. cité, p. 108.

16  Henry Buguet, Le guide des maîtres et des domestiques, ouvr. cité, p. 20.

17  Audience du 25 juin 1891, Tribunal de simple police de Roanne, 8U9_38, ADL.

18  Lettre de Jean Callovet au procureur général, non datée (1886), Affaire J. C., 2U484, ADR.

19  Audience du 28 janvier 1856, tribunaux correctionnels du Rhône, Ucor 42, ADR.

20  Déposition d’André Sandretti du 3 septembre 1886, Affaire J. L., 2U494, ADR.

21  Déposition de Maria Sartre du 10 décembre 1900, Affaire M. V. et al., 2U641, ADR.

22  Domestique de ferme, Claudius Trachit commet un vol de nuit, puis se rend dans un débit de boissons à quelque distance pour consommer, en affirmant revenir d’un village éloigné d’une vingtaine de kilomètres de là. Interrogatoire de C. T. du 18 décembre 1875, Affaire C. T., 2U361, ADR.

23  Jusqu’aux années 1860, la mortalité infantile reste autour de 20 % dans la région, et oscille encore entre 10,5 et 18% entre 1905 et 1910. Gilbert Garrier, Paysans du Beaujolais et du Lyonnais, ouvr. cité, vol. 1, p. 354 et p. 477.

24  Interrogatoire de M. D. du 7 avril 1876, Affaire M. D., 2U364, ADR. Ce pragmatisme n’est pas toujours payant, Marie Dufilier étant condamnée à une peine très lourde (huit ans de travaux forcés).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search