Version classiqueVersion mobile

Des champs aux cuisines

 | 
Margot Beal

Chapitre 8

Compétences domestiques (1) : marges d’autonomie, compétences physiques, relationnelles et spatiales

Texte intégral

  • 1  Michel Foucault, Surveiller et punir, ouvr. cité, p. 35.
  • 2  Alf Lüdtke, « La domination comme pratique sociale », Sociétés contemporaines, no 99-100, 2015, p. (...)

1Si les classes supérieures exercent leur domination, les domestiques modifient ou infléchissent les rapports de force. Le pouvoir, comme l’a écrit Foucault, ne « s’applique pas purement et simplement […] à ceux qui ne l’ont pas, il les investit […] ; il prend appui sur eux, tout comme eux-mêmes, dans leur lutte contre lui, prennent appui à leur tour sur les prises qu’il exerce sur eux »1. Alf Lüdtke rappelle de son côté que « les dominés […] ne sont pas seulement les destinataires passifs des mouvements des dominants »2. Quelles sont donc les possibilités d’action des domestiques ? Les conflits les opposant au patronat et aux institutions étatiques révèlent que les domestiques peuvent mobiliser un ensemble de ressources hétérogènes, afin d’affirmer leur volonté et leurs intérêts.

  • 3  Yves Lequin, La formation de la classe ouvrière régionale, ouvr. cité.
  • 4  Solène Granier, Domestiques indochinois, ouvr. cité, p. 68-69.
  • 5  Richard A. Cloward et Frances Fox Piven, « Hidden protest : The channeling of female innovation an (...)
  • 6  Devant les institutions judiciaires, parvenir à imposer sa version des faits est en effet un enjeu (...)
  • 7  Alf Lüdtke, « La domination comme pratique sociale », art. cité, p. 51.
  • 8  Alexandra Oeser, « Introduction. Penser les rapports de domination avec Alf Lüdtke », Sociétés con (...)
  • 9  Alf Lüdtke, « Ouvriers, Eigensinn et politique dans l’Allemagne du xxe siècle », Actes de la reche (...)

2Les figures contestataires du canut à Lyon ou du mineur à Saint-Étienne ont souvent été mises en valeur3. Par contraste, les activités militantes des domestiques paraissent invisibles. Seules existent dans la région lyonnaise des sociétés de secours mutuels, fondées à la toute fin du xixe siècle. Elles jouent un rôle encore limité pour les domestiques de la région, leur efficacité face aux employeur.es étant loin d’égaler celle des sociétés secrètes domestiques indochinoises4. L’absence des domestiques des récits historiques sur les « prolétaires » en révolte s’explique par une vision androcentrée de l’engagement5. En histoire des femmes comme en histoire du travail, l’attitude des acteurs et des actrices « dominé.es » est aujourd’hui souvent appréhendée à travers leurs « comportements transgressifs » ou de leur agency (capacité d’agir), L’étude des structures de pouvoir se trouve éclairée par l’étude de cette capacité d’agir des dominé.es, mais toutes les actions passées des domestiques ne découlent pas par nature d’une résistance consciente à l’ordre établi. Au vu des biais de nos sources6, voir une subversion politique dans chaque infraction pénale d’un.e domestique serait une erreur. Mettre au jour les marges de manœuvre ne suppose pas qu’elles sont toutes utilisées consciemment ou à leur maximum. Suivant Alf Lüdtke, nous souhaitons sortir de l’opposition binaire domination contre résistance7. S’interroger sur le poids des asymétries économiques et institutionnelles dans les interactions entre domestiques et représentants de l’autorité paraît plus intéressant. Concrètement, quand mentir à un juge d’instruction ou à un patron se révèle-t-il tout simplement possible ou envisageable ? Plutôt que le vocabulaire des « résistances », nous utilisons donc celui des « compétences » : un ensemble d’aptitudes, de connaissances (non nécessairement articulées comme telles) qui donnent des moyens d’action. Notre réflexion s’inspire en partie des recherches de Lüdtke sur l’Eigensinn. Lüdtke s’est en effet intéressé aux modalités de l’affirmation ouvrière d’un « domaine réservé », d’un « sens de soi » ouvrier8. Sans donner un contenu nécessairement révolutionnaire aux pratiques observées9, Lüdtke analyse ce qui vise à assurer un meilleur quotidien aux membres du prolétariat, y compris de façon individuelle ou immorale. Ici nous examinons les compétences utilisées par les domestiques hommes et femmes.

S’engager comme domestique sous la Troisième République

  • 10  C’était déjà le cas sous l’Ancien Régime : Cissie Fairchilds, Domestic Enemies, ouvr. cité, p. 61.

3Comment trouver une « place » de domestique ? Connaissant les structures sociales qui régissent ces emplois, les futur.es domestiques mettent en avant des caractéristiques exigées : célibat, respectabilité familiale, féminité. Il faut également maîtriser les réseaux de recrutement. Les parents, puis la famille, constituent les principaux pourvoyeurs du premier emploi10, mais ensuite, jeunes filles comme jeunes garçons paraissent se débrouiller seul.es, avec l’utilisation des trajets établis par les traditions communautaires. Le parcours d’Adeline Carlet montre ainsi que même en cas de brouille familiale, les domestiques n’ont pas de difficultés à s’embaucher :

  • 11  Déposition de Pierre C. du 7 octobre 1876, Affaire A. C., 2U366, ADR.

Je l’avais placée une première fois chez un Sr Cottantin, cultivateur à St Barthélémy Lestra, canton de Feurs. Elle y restée depuis la Noël 1871 jusqu’au mois de juin suivant, à cette date Cottantin la renvoya […]. Je pris alors le parti de la placer en apprentissage pour apprendre le tissage. Je convins avec un Sr Loison de Haute Rivoire d’un apprentissage d’un an, […] elle resta 9 mois chez Loyson […]. J’appris quelques jours ensuite qu’elle était en condition chez un Sr Vebet de Haute-Rivoire, où elle est restée du mois de mai 1873 jusqu’à la Noël de la même année. […] Depuis le mois de mai 1873, je n’ai revu ma fille qu’au mois de novembre 1874, à la foire de St Laurent de Chamousset. Je l’ai rencontrée là par hasard, elle m’a dit qu’elle viendrait me voir, mais elle n’en a rien fait.11

  • 12  Lettre du juge de paix de Saint-Laurent-de-Chamousset au juge d’instruction du 3 octobre 1876, Aff (...)
  • 13  Déposition de Jean Boichon du 25 septembre 1876, Affaire A. C., ibid.

4Adeline Carlet, née en 1855, a commencé comme domestique à 16 ans, à six kilomètres de sa commune d’origine. À partir de 18 ans, elle prend seule ses décisions professionnelles, se déplaçant dans un rayon d’une dizaine de kilomètres autour du domicile paternel12. Le réseau des ancien.nes employeur.es facilite sa mobilité : même sans avoir gardé des liens personnels forts, un.e domestique peut demander un bref secours à des ancien.nes patron.nes à la campagne. Adeline Carlet, sans domicile, parcourt donc une dizaine de kilomètres tout en étant enceinte de huit mois, parce qu’elle pense – à raison – qu’on ne lui refusera pas l’hospitalité (et peut-être même une place) à la ferme où elle travaillait l’année précédente13.

  • 14  Lettre de Benoîte Nicolas écrite de Lyon le 8 novembre 1872, Fonds Hutter, 45J65, ADL.

5Les ex-patronnes sont aussi sollicitées pour des recommandations, puisque les chances d’obtenir une place sont grandement augmentées avec de bonnes références, y compris lorsque la conduite n’a pas été exemplaire. Les domestiques contactent même des proches de leurs ex-employeur.es pour obtenir les précieuses recommandations. Benoîte Nicolas, cuisinière, sollicite Mme Hutter (amie de son ex-patronne) à grand renfort de vocabulaire apologétique : « […] comme je sui sorti de chez Madame Tézenas cause a ma lergerté je le connait maintenant mai il n’ait plus temps nous avon été assez légère moi et la nourrice […] Je suis madame avec le plus profond respect votre très humble servante. Benoîte Nicolas »14.

  • 15  Lettre de la veuve Bérard au commissaire de la sûreté du 3 mars 1899, 10M195, ADR.
  • 16  Acte d’accusation du 19 novembre 1872, Affaire A. M., 4U191, ADL.
  • 17  Dépositions de François Labruyère et d’Étienne Tondu du 31 décembre 1875, Affaire C. T., 2U361, AD (...)

6Par ailleurs, les domestiques utilisent dans les campagnes les loues (foires aux domestiques) et les bureaux de placement en ville. Nouveaux et nouvelles venu.es écrivent aux forces de l’ordre pour connaître les adresses et la respectabilité des bureaux15. Plusieurs domestiques hommes et femmes donnent aussi de faux noms aux placeurs et placeuses, connaissant les limites des contrôles réalisés par les bureaux, pressés de placer sans vérification. En 1872, Antoinette Minot se fait embaucher sous le nom de Lucie Verdier par Granger, placeur professionnel, et s’enfuit de Saint-Étienne trois jours plus tard avec de l’argent, du linge et des bijoux, revêtue d’une robe de sa patronne16. Des histoires similaires sont nombreuses dans les archives judiciaires. Les agriculteurs venus chercher des « bras » ne posent, eux non plus, pas trop de questions sur le passé de ceux et celles qu’ils engagent. Ainsi, Étienne Tondu et François Labruyère reconnaissent embaucher des domestiques « à la foire de Saint-Martin sans renseignement », « comme tous les vignerons suivant l’usage »17.

  • 18  Enquête du commissaire spécial et rapport du 12 août 1892 à la préfecture du Rhône, 10M195, ADR.

7Enfin, les ecclésiastiques, intermédiaires utiles, sont aussi sollicité.es par les domestiques. À Lyon par exemple, les domestiques connaissent l’œuvre de Sainte-Blandine qui effectue des placements. Tenue par une congrégation religieuse depuis les années 1870, l’œuvre « offre » logement et nourriture aux femmes sans place, en échange d’argent ou de travaux ménagers. Cependant, « on exige qu’elles soient catholiques, honnêtes et issues de familles exclusivement ouvrières mais connues pour leurs principes religieux bien affirmés »18. Les employé.es de maison savent aussi qu’afficher sa religiosité est bien vu du patronat.

La nécessaire maîtrise de son destin reproductif

  • 19  Francesca Canadé Sautman, « Invisible women », Homosexuality in Modern France, ouvr. cité, p. 183.
  • 20  Rachel G. Fuchs et Leslie P. Moch, « Invisible culture : Poor women’s networks and reproductive st (...)
  • 21  Christa Matthys, « Domestic servants and diffusion of fertility control in Flanders, 1830-1930 », (...)
  • 22  Interrogatoire d’Adeline Carlet du 2 octobre 1876, Affaire A. C., 2U366, ADR.
  • 23  Une épouse de domestique parisien affirme en 1883 que son mari redoutait d’avoir des enfants : Ann (...)
  • 24  Lettre de Maria Sartre à Marie V. du 3 décembre 1900, Affaire M. V. et al., 2U641, ADR.

8En dépit de leur célibat et du contrôle social, les femmes domestiques n’essayent pas moins que les autres d’avoir la sexualité de leur choix. Des pratiques homosexuelles sont rapportées pour le Paris de la Belle Époque19. Les pratiques hétérosexuelles potentiellement reproductives laissent beaucoup plus de traces. Comment les domestiques qui ne veulent pas d’enfants contrôlent-ils et contrôlent-elles leur fertilité ? Le coït interrompu est la pratique la plus utilisée. Les domestiques ont accès aux informations sur la procréation20. Vivant sous le même toit qu’une bourgeoisie qui a réduit sa fertilité, ils et elles peuvent trouver du matériel ou même être témoins visuels de pratiques contraceptives21. Surtout, le côtoiement de domestiques plus âgé.es, plus expérimenté.es et l’installation en ville favorisent cet apprentissage. En effet, dans nos archives judiciaires, les domestiques inculpées d’infanticides (signes d’échec de la contraception) sont nées et ont grandi en milieu rural. Une enfance à la campagne n’empêche cependant pas de savoir s’il existe un lien entre rapports hétérosexuels et procréation22. Si la limitation des naissances préoccupe parfois les domestiques masculins23, l’inquiétude est principalement féminine et se lit dans le vocabulaire employé de l’angoisse ou du piège. Maria Sartre, domestique ligérienne, écrit ainsi en 1900 avoir « fait la bêtise », et s’être faite « prandre à nouveau » (sic)24. Précisons que la plupart des domestiques ne veulent pas d’enfants, en raison de la nécessité de les mettre en nourrice et de leur manque de moyens.

Interrompre les grossesses : les contours de classe de la solidarité féminine

  • 25  Jacques Dupaquier éd., Histoire de la population française, t. 3, 1789-1914, Paris, Presses univer (...)
  • 26  John M. Beattie, « The criminality of women in Eighteenth-Century England », art. cité, p. 84.
  • 27  Lettre de Jeanne Simon du 28 mai 1884, Affaire G., UV1455, ADR.
  • 28  Interrogatoire de M. F. du 12 mars 1891, Affaire M. F., 2U536, ADR.

9Lorsque les domestiques constatent qu’elles sont enceintes, toutes n’attendent pas le terme sans essayer d’« y remédier ». Le recours aux pratiques abortives, fréquent dans les classes populaires, augmente à la fin du xixe siècle25. Les domestiques sont d’autant plus demandeuses qu’elles ne peuvent conjuguer maintien dans l’emploi et maternité26, même si plusieurs jeunes femmes font fi du stigmate de l’illégitimité et choisissent la maternité. En dépit de la répression, l’avortement n’est pas nécessairement un tabou. Au début des années 1880, Mme Gagnaire, qui ne veut pas d’autres enfants, ne cache pas ses tisanes abortives à sa domestique Jeanne Simon27. Quelques domestiques envisageant cette option en parlent à leur patronne, escomptant une forme de solidarité féminine par-delà les lignes de classes. En 1891, Marie Fiviat explique avoir demandé à sa patronne herboriste « quelle infusion [elle] pourrai[t] boire pour faire revenir le sang », mais Mme Fey lui aurait dit qu’à ce stade « il était trop tard et qu’il fallait laisser la grossesse suivre son cours »28.

  • 29  Coupures de journaux diverses conservées dans le dossier V., Affaire M. V. et al., 2U641, ADR.
  • 30  Rachel G. Fuchs et Victoria E. Thompson, Women in Nineteenth-Century Europe, ouvr. cité, p. 28.
  • 31  Jacques Dupâquier, « Combien d’avortements en France avant 1914 », Dénatalité : l’antériorité fran (...)
  • 32  Déposition de Félicie Sauve du 4 décembre 1900, Affaire M. V. et al., 2U641, ADR.

10Par ailleurs, des publicités dans la presse donnent aussi des contacts de sages-femmes faisant « revenir les règles » ou insistant sur la discrétion de leur maison d’accouchement29. Le bouche-à-oreille fournit des adresses, à condition d’avoir de l’argent, sans quoi les techniques solitaires (absorption de plantes ou de phosphore, usages d’instruments pointus…)30 peu efficaces provoquent de nombreux décès31. Le risque policier existe également. Deux domestiques, Félicie Sauve et Maria Sartre, sont ainsi longuement interrogées, suspectées d’avoir bénéficié des services d’une avorteuse. Félicie Sauve, parfaitement au fait de l’enjeu pénal, nie avoir avorté : sa fausse couche est due aux « fatigues inhérentes à [s]on métier » et elle a consulté la sage-femme incriminée bien après, affirme-t-elle32. Maria Sartre nie aussi, même si l’instruction dispose d’une lettre très explicite envoyée à Mme Vinitain :

Lundi 3 décembre

Bien chère amie,

  • 33  Lettre de Maria Sartre à Mme V. du 3 décembre 1900, ibid.

[…] Que je vous recommande bien que si vous avez jamais les pansionnaires [sic] de Rive de Gier de ne jamais leur parler de moi car ma sœur se doute de ma sottise mais je lui ai niyer [sic] comme elle m’avait vue si grosse et ensuite si mince sa [sic] a donner a réfléchir il faut que vous me randiez un service le plus tôt possible mon ami a été si contant [sic] de me voir en arrivant que nous avons fait la bétise et je me suis fait prandre de nouveau […], veuillez être assez bonne pour m’envoyer quelque chose qui me les fasse revenir énergiquement car sa menuit [sic] beaucoup et vous me direz commant il faut que je le prenne. […]. Votre amie qui vous aime bien.33

  • 34  Déposition du 5 janvier 1891 de Marguerite Thévenon, Affaire A. B., 4U287, ADL.

11La possibilité d’avorter n’est pas un mystère pour les domestiques de ferme non plus : en 1890, dans les environs de Saint-Romain-le-Puy (Loire), Arnaud Betou, valet de ferme, propose ainsi à son amante Marguerite Thévenon, elle aussi domestique, l’argent nécessaire à l’avortement, que celle-ci refuse34. Cette question financière n’est pas négligeable. En plus du prix, le calendrier de la grossesse joue un rôle important : les tentatives d’avortement les plus tardives sont les plus dangereuses, à la fois sur le plan physique et sur le plan « social », les risques d’être découvertes comme enceintes se multipliant.

Les infanticides des domestiques, des « avortements tardifs »

  • 35  Annick Tillier, Des criminelles au village, ouvr. cité, p. 153-155.
  • 36  Interrogatoire de M. N. du 24 décembre 1890, Affaire M. N., 4U287, ADL.

12Les infanticides, à comprendre comme la « suppression d’enfants » quelques minutes après la naissance, sont régulièrement associés à la domesticité du xixe siècle. Dans la Bretagne des années 1825-1865, les domestiques, surtout employées dans l’agriculture, représentent la moitié des dossiers dépouillés par Annick Tillier35. Les chiffres sont similaires dans la Loire et le Rhône entre la fin du xixe et le début du xxe siècle. Plusieurs facteurs expliquent cette présence importante des domestiques parmi ces inculpées. Membres des classes populaires, les domestiques sont pauvres : une naissance peut vite sembler insupportable sur le plan financier. La domiciliation chez les employeur.es favorise les dénonciations et les poursuites judiciaires, de même que les viols auxquels les domestiques sont exposées36. Ces violences augmentent le risque de grossesse et d’infanticide. Les savoir-faire développés par les domestiques en situation d’infanticide agissent presque toujours seules : les pères, parfois mollement recherchés par les autorités, demeurent ignorants ou indifférents. Avant la Première Guerre mondiale, ils ne participent pas à l’infanticide et ne s’impliquent que très exceptionnellement dans sa dissimulation.

  • 37  Interrogatoire de M. D. du 7 avril 1876, Affaire M. D., 2U364, ADR.
  • 38  Acte d’accusation du 10 mai 1876, Affaire M. D., ibid.

13Dans notre échantillon judiciaire, les domestiques ayant recours à l’infanticide sont bien plus jeunes que la moyenne de leurs collègues. Honte et misère se conjuguent pour expliquer leur geste, comme dans le cas de Marie Dufilier. À 23 ans, mise enceinte par son employeur, un agriculteur marié37, elle part accoucher à la Charité de Lyon. Renvoyée à la rue cinq jours après son accouchement, elle trouve refuge pour la nuit chez une inconnue abordée dans la rue, mais, sans argent, Marie Dufilier prend le train dès le lendemain pour le domicile maternel. À sa sortie du train, la jeune femme ne peut se résoudre à se rendre chez sa mère avec son bébé : elle l’assomme et l’enterre aux environs de la gare38. La responsabilité des structures institutionnelles, criante dans cette affaire, n’émeut guère ses juges qui condamnent la domestique à huit ans de travaux forcés.

  • 39  Shurlee Swain, « Maids and mothers : Domestic servants and illegitimacy in 19th century Australia  (...)

14Le triste sort de Marie Dufilier souligne à quel point la vie des domestiques – comme de l’ensemble des femmes des classes populaires – est rythmée par la violence sociale. Celles qui veulent des enfants doivent contrarier à l’extrême leurs désirs, ou se résoudre à un abandon (en espérant parfois pouvoir récupérer leurs enfants plus tard), malgré la stigmatisation et la surmortalité infantile qu’il entraîne39. Malgré ces cas d’infanticides et d’abandon, les domestiques paraissent particulièrement compétentes dans la gestion de leurs capacités reproductives, un atout considérable pour trouver et garder un emploi.

Compétences relationnelles et Eigensinn des domestiques

  • 40  Alf Lüdtke, « Le domaine réservé : affirmation de l’autonomie ouvrière et politique chez les ouvri (...)
  • 41  Alexandra Oeser, « Rire du passé nazi en Allemagne », Sociétés contemporaines, no 99-100, 2015, p. (...)
  • 42  Alexandra Oeser, « Entretien avec Alf Lüdtke. L’histoire comme science sociale », ibid., p. 178.

15La notion d’Eigensinn d’Alf Lüdtke englobe une série de pratiques visant à préserver son « sens de soi » à l’usine, qui se manifestent « quelques minutes ici et là », par des « pauses illégales » (incluant la désertion du lieu de travail), des chahuts, taquineries, allant jusqu’à des épisodes de violences physiques40. L’Eigensinn peut faire également référence à une pratique « adressée à des camarades, [pour] procurer de la joie, […] a priori tout à fait insignifiante, [qui] peut à la fois déstabiliser momentanément l’ordre tout en contribuant au bon fonctionnement de cet ordre »41. Ainsi, la recherche du plaisir au travail peut être considérée comme découlant de cet Eigensinn42. Ce « sens de soi » existe aussi chez les domestiques, qui doivent développer en plus d’autres compétences pour se préserver, car ils et elles partagent espace de travail et espace de vie avec le patronat.

Limiter son temps de travail

  • 43  Fanny Faÿ-Sallois, Les nourrices à Paris, ouvr. cité, p. 224.

16Arracher du temps libre à des employeur.es qui souhaitent exploiter au maximum leur main-d’œuvre prend différentes formes. Quelques domestiques imposent un foyer séparé de celui de leurs employeur.es, mais cette « décohabitation », plutôt masculine, est encore peu fréquente jusqu’en 1914. Pour les domestiques cohabitant.es, il faut donc trouver comment se dégager de l’emprise patronale spatio-temporelle sans perdre sa place. Les hommes ont à cet égard une plus grande latitude, notamment le dimanche. De nombreux domestiques masculins apparaissent comme témoins ou protagonistes de bagarres dans des cabarets, signe que des sorties sont possibles et que le « chahut » entre pairs décrit par Lüdtke participe aussi de la construction de la virilité pour les domestiques. Chez les femmes, les nourrices, à Paris au moins, obtiennent le droit de sortir se promener mais sous surveillance43. Des années 1850 aux années 1940, c’est le dimanche qu’éclatent les bagarres, les disputes, que l’on découvre les vols et les cadavres, signe qu’il existe bien un ralentissement du travail en fin de semaine.

  • 44  Lettre de L. S. au comte de Chaponay d’octobre 1888, 44J125, ADR.
  • 45  Déposition de Clotilde Meunier du 2 novembre 1876, Affaire G. B., 2U366, ADR.
  • 46  Nicolas Renahy, « Le village dans l’usine. Trajectoires ouvrières et mises à distance de la hiérar (...)
  • 47  Déposition de Marinette Rostan du 31 juillet 1891, Affaire J.-B. C., 4U291, ADL.

17Puisque peu de pauses « officielles » sont prévues, les domestiques s’octroient des pauses illégales. En octobre 1888, le cocher du comte de Chaponay utilise le véhicule qu’il conduit pour aller « sur Valsonne pour voir une fille avec laquelle il a gardé des relations depuis la vogue de St Vérand, il n’a pas dû rentrer au Château avant 5 heures »44. Les domestiques femmes prennent leur temps pour faire les courses, flânent au détour des commerces et des étals, saluent des collègues, s’assoient quelques minutes45. Ne pas retourner au plus vite à son poste de travail est une pratique d’Eigensinn observée également dans le milieu ouvrier contemporain46. Certaines jeunes femmes comptent ensuite sur leur efficacité laborieuse pour rattraper ce temps : en octobre 1890, Marinette Rostan, domestique de ferme dans la Loire, sort « au café bardon pour danser ». Or elle précise : « Le lendemain, j’étais fatiguée, mais néanmoins j’ai pu faire mon travail. »47

  • 48  Là encore, Maria Barios feint d’aller à la messe pour se rendre dans la chambre qu’elle loue en de (...)
  • 49  Frédérique El Amrani, Les jeunes filles des milieux ruraux populaires en Anjou, ouvr. cité, p. 81.
  • 50  Lettre du juge de paix de Saint-Laurent au juge d’instruction du 3 octobre 1876, Affaire A. C., 2U (...)

18L’un des prétextes de sortie et de déplacement le plus souvent utilisé par les jeunes filles est la pratique religieuse. La fréquentation des offices, en plus des satisfactions spirituelles et esthétiques pouvant en découler, offre un moment de liberté bienvenu et elle est de longue date la justification de sortie idéale, permettant des départs réguliers48. La messe permet une « sociabilité profane » aux abords de l’église49 et donc des échanges d’informations précieuses en plus d’un temps de loisirs. L’attitude religieuse ne peut s’interpréter de manière univoque. Elle peut être une forme d’affirmation de soi en sortant du domicile patronal, un arrangement pour obtenir des bénéfices sociaux (comme la bonne réputation liée à la religiosité, l’accès à des informations de la part des curés) ou une partie intégrante d’une culture familiale ou personnelle. L’autre excuse privilégiée pour sortir est la visite aux parents, qui peut même permettre de découcher. À 17 ans, Adeline Carlet demande à son patron « parfois la permission d’aller voir son père à Haute-Rivoire », mais on apprend ensuite qu’elle « ne se rendait pas dans cette localité »50. Et n’oublions pas non plus que, conscient.es du refus probable, certain.es domestiques préfèrent juste sortir sans rien dire du tout à leurs patron.nes.

  • 51  Lettre du commissaire général de police du 27 avril 1891, Affaire M. F., 2U536, ADR.

19Plus étonnante encore de la part de domestiques décrites comme passives est leur capacité à rompre la monotonie et à sortir lorsqu’elles sont en prison. En 1891, Marie Fiviat, détenue à Lyon en attendant son procès pour infanticide, est interrogée sur d’éventuelles relations avec Charlot, un escroc en fuite. Marie Fiviat raconte alors aux inspecteurs qu’elle a été sa maîtresse et que, peut-être, elle serait capable de retrouver la chambre où il loge(ait) aux Brotteaux : une fois dans le quartier, elle sait comment s’y rendre. Marie Fiviat est donc emmenée aux Brotteaux, et passe tout un après-midi de printemps à faire la tournée des immeubles51. Elle ne retrouve pas l’adresse de Charlot et personne ne la reconnaît, ce qui laisse supposer que la jeune femme a su saisir l’opportunité de sortir et d’exercer, après un mois de détention, un peu d’autonomie en prétendant connaître le dénommé Charlot.

  • 52  D’après les époux Matthier, ces anciens patrons. Lettre du commissaire spécial au juge d’instructi (...)
  • 53  Outre Marie Fiviat, Adèle Fort et Adeline Carlet sont par exemple considérées par les forces de l’ (...)
  • 54  « Souvenirs de Victor Ogier sur Camille Dognin » (1894), 1 II 423, AML.

20Enfin, en dehors des possibilités offertes par les sorties, les domestiques – comme les ouvriers et ouvrières – utilisent quantité de méthodes pour ralentir les cadences de la production domestique. Comme le rythme de travail n’est pas imposé par une machine, les domestiques peuvent ralentir leurs mouvements, ce qui les épargne sur le plan physique et peut même conduire leurs patron.nes à se charger de certaines tâches plutôt que d’attendre. Feindre, de manière épisodique, un malaise physique est également un stratagème utilisé, car les employeur.es ne renvoient pas pour une indisposition de quelques jours. Prétendre ne pas avoir compris, « oublier » une course limitent aussi, ponctuellement, le labeur. Ses pratiques se traduisent dans les archives par des accusations de mauvaise foi et de bêtise : Marie Fiviat est ainsi « dépourvue d’intelligence »52. Ce prétendu manque d’intelligence des domestiques53 ne les empêche pas de mentir, de multiplier les stratagèmes pour cacher leur grossesse jusqu’à son terme ou de dérober des sommes considérables. Dès lors, la contradiction entre ces faits, impliquant vivacité, planification et art du déguisement, et le discours patronal et policier se résout dans la qualification de ces jeunes femmes de sournoises, de « dissimulées » : c’est une ruse presque animale qui leur est accordée. Notons que certain.es domestiques procèdent de leur côté de manière inverse, mettant en avant leurs compétences (comptables, par exemple pour les cuisinières des Chaponay, ou culturelles pour la gouvernante des Dognin54) pour progresser dans la hiérarchie interne de la maison et s’épargner sur le plan physique.

  • 55  Christelle Avril, « Le travail des aides à domicile pour personnages âgées », art. cité, p. 92-95.
  • 56  Sur ce point, voir les travaux d’Alexandra Oeser déjà cités.
  • 57  Diane de Keyser, Madame est servie, ouvr. cité, p. 110.

21Une multitude d’autres techniques sont utilisées pour limiter l’impact du travail sur soi-même : les travailleuses à domicile interrogées par Christelle Avril racontent, par exemple, comment elles évitent les espaces occupés par les personnes âgées lorsque ces dernières cherchent à déclencher des conversations répétitives, pesantes et envahissantes. Pour limiter la monotonie des tâches, se lancer des « petits défis » est utile55. Dimension importante de l’Eigensinn ouvrier, le rire au travail56 est bien pratiqué par les domestiques, comme le signale l’exemple de Benoîte Nicolas. En 1872, cette cuisinière et sa collègue nourrice se travestissent avec les habits de Monsieur et Madame. Cet usage collectif et performatif des vêtements des patron.nes n’est pas un cas isolé. Dès que les domestiques sont plusieurs dans un même ménage, les plaisanteries de ce type s’inscrivent dans le quotidien57.

22Ces savoir-faire pour rendre supportable le travail sont le fruit d’une longue expérience laborieuse. Plus risqué, le vol domestique suivi de fuite devient l’occasion d’échapper « totalement », au moins pour quelques jours, au contrôle patronal et de s’offrir quelques jours de « vacances ».

Le vol domestique, compétence du « domaine réservé » 

  • 58  Acte d’accusation de J. et A. C. du 18 mai 1886, Affaire J. C., 2U484, ADR.
  • 59  Interrogatoire de J. C. du 22 décembre 1885, Affaire J. C., ibid.
  • 60  Déposition de Pierre Chrétien des 22 décembre 1885 et 12 janvier 1886, Affaire J. C., ibid.

23En décembre 1885, Jean Callovet, 34 ans, et son frère Auguste, 39 ans, sont tous deux arrêtés par la gendarmerie à la gare de Tassin-la-Demi-Lune, où réside leur employeur, Pierre Chrétien. Ils sont en possession de deux lourds sacs contenant pour environ 1000 francs de divers objets, subtilisés à Pierre Chrétien58. Jean Callovet a travaillé pendant onze années consécutives pour le ménage Chrétien et, clame-t-il, n’a pour cela perçu aucune autre rémunération que son entretien et une reconnaissance de dettes de 4000 francs. Or, il a été engagé pour 600 francs annuels. Callovet affirme voler Chrétien, pharmacien et rentier, pour compenser : « Je n’aurais pas agi comme j’ai agi si en réglant mes gages on ne m’avait pas fait tour de 2800 francs », affirme-t-il59. De son côté, Pierre Chrétien soutient que son employé a été régulièrement payé, si ce n’est par lui, du moins par sa femme, récemment décédée60. Callovet rétorque :

  • 61  Interrogatoire de J. C. du 17 décembre 1885, Affaire J. C., ibid.

Mme Chrétien m’a offert 2000 francs puis 3000 on est allé jusqu’à 4000 mais pas au delà et on m’a dit que si je n’acceptais pas les 4000 francs on ne me paierait que le gage qu’on me devait rigoureusement soit 600 francs. J’ai donc accepté les 4000 francs mais comme je sentais très bien que ces gens-là n’acquittaient pas leur dette avec cette somme, j’ai eu tort sans doute, mais je me suis senti plus à mon aise pour m’approprier certaines choses grande valeur.61

  • 62  Lettre non datée, Affaire J. C., ibid.
  • 63  Nous examinons dans notre thèse les parallèles entre ces pratiques et « l’économie morale des foul (...)

24Affichant quelques regrets, Callovet essaye ainsi de convaincre ses juges de la justesse de sa cause. Il parvient d’ailleurs à être acquitté malgré ses aveux et le flagrant délit. La reconnaissance de son travail lui importe également : après son acquittement, il écrit au procureur pour récupérer des effets personnels, saisissant cette occasion pour rappeler la durée et la difficulté de son travail62. Cette pratique s’apparente elle aussi au « domaine réservé » des domestiques63.

  • 64  Interrogatoire de F. C. du 5 avril 1869, Affaire F. C., 2U294, ADR.

25En dehors de l’exemple de Callovet, plusieurs domestiques qui volent les biens de leurs patron.nes manifestent un désir conjugué d’appropriation de temps et de possessions matérielles, et, pour ce faire, déploient des compétences domestiques – spatiales – spécifiques. Marie Bruyère (à Saint-Étienne en 1869) et Francis Cartoulin (dans le Beaujolais la même année) découvrent tous deux de fortes sommes d’argent liquide dans les domiciles de leurs patrons ; le second raconte : « Les pièces d’or que j’avais vues me revenaient sans cesse à la mémoire. […] je fus malgré moi poussé par un mauvais instinct. […]. La vue de l’or m’avait ébloui […], je m’emparais de la boîte et sans chercher à me rendre compte de la somme qu’elle contenait, je courus à toute hâte à la vigne, à mon champ de travail. »64

  • 65  Dépositions des commerçants de Saint-Étienne du 2 juin 1869, Affaire M. B. et M. R., 4U176, ADL.
  • 66  Déposition de François Mavorel du 9 avril 1869, Affaire F. C., 2U294, ADR.
  • 67  Alf Lüdtke, « Le domaine réservé », art. cité, p. 43.
  • 68  Déposition de Claude Devillard du 23 avril 1869, Affaire F. C., 2U294, ADR.
  • 69  Alf Lüdtke, « Le domaine réservé », art. cité, p. 43-48.
  • 70  Alf Lüdtke, « La domination au quotidien. “Sens de soi” et individualité des travailleurs en Allem (...)
  • 71  Interrogatoire de C. H. du 17 novembre 1885, Affaire C. H., 4U259, ADL.

26Le contraste est tel entre leur vie présente et les promesses qu’offre cet argent qu’ils s’en emparent et en profitent pour mener ainsi, durant les quelques jours qui précèdent leur arrestation, la vie de plaisirs associée au confort économique : acquisition de robes, de bijoux, de chocolats pour Marie Bruyère65, dîner très arrosé à l’auberge, passage en maison close et acquisition de vêtements pour Francis Cartoulin66. Tous deux ne cherchent pas véritablement à fuir les forces de l’ordre mais bien à vivre pleinement leur temps libre en étant « soi-même »67. Tous deux se montrent extrêmement généreux, offrant argent liquide et cadeaux à ceux et celles identifiées comme leurs pair.es de classe sociale. À l’art du rang mis en place par les employeur.es, ces domestiques répondent par une solidarité de classe réelle : « Je sais ce que c’est de vivre », déclare Cartoulin au domestique d’auberge qui le conduit en ville, et qu’il fait bénéficier de sa générosité68. Pouvoir vivre confortablement, sans contrainte de travail, même pour quelques jours ou quelques heures, paraît donc si ce n’est le mobile de départ principal, du moins la conséquence des vols domestiques. Il s’agit ainsi de pratiques visant à se « mettre en dehors des rapports sociaux » pour un temps bref afin d’affirmer sa dignité individuelle69. Ici, cette réappropriation se fait au détriment des employeur.es et au bénéfice de collègues, mais l’Eigensinn se manifeste aussi de manière immorale, « hostile ou égoïste »70. Plusieurs domestiques vident les poches de leurs propres confrères et consœurs71.

  • 72  Alf Lüdtke, « Le domaine réservé », art. cité, p. 44.

27N’oublions cependant pas que les motivations des protagonistes varient et chacun des dossiers de vols domestiques est singulier, jusque dans la manière dont les accusé.es essayent de paraître les plus contrits possible, espérant ainsi la clémence de leurs juges. Si ces vols tiennent de l’expression de l’Eigensinn des domestiques, alors il est logique que leurs motifs soient aussi divers que les besoins, désirs et angoisses que ces forfaits expriment72.

  • 73  Interrogatoire de F. C. du 5 avril 1869, Affaire F. C., 2U294, ADR.
  • 74  John M. Beattie, « The criminality of women in Eighteenth-Century England », art. cité, p. 92
  • 75  Interrogatoire de P. F. du 23 octobre 1891, Affaire P. F., 4U291, ADL.

28De nombreuses compétences sont nécessaires à l’exercice du vol domestique. Travailleurs et travailleuses repèrent et connaissent rapidement l’espace ainsi que les habitudes patronales. Le travail domestique rend visibles les cachettes du patronat, comme en fait l’expérience Francis Cartoulin au cours d’un repas à midi : « La femme Ravier me remit une bouteille pour aller tirer à boire à la cave. À côté du tonneau, je remarquais que le terrain avait été fraîchement remué, […] je découvris une boîte d’allumettes. En ouvrant je m’aperçus qu’elle était remplie de pièces d’or. »73 Les plus expert.es s’associent à d’autres cambrioleurs, et ne sont donc que rarement repérées74. Pour fuir, l’art du déguisement est une compétence indispensable : Maria Nonla et Antoinette Minot partent vêtues de robes appartenant à leurs patronnes. Paul Favier, domestique agricole « indélicat », confesse l’achat d’un mouton, « pour qu’on [l]e prenne pour un cultivateur et qu’on ne [l]’arrête pas »75.

Secrets et mensonges : l’art des compétences relationnelles

  • 76  Christelle Avril, Les aides à domicile, ouvr. cité, p. 15.
  • 77  Christelle Avril, « Le travail des aides à domicile pour personnes âgées », art. cité, p. 96.

29Christelle Avril, étudiant les aides à domicile œuvrant dans les années 2000, met en avant les compétences spécifiques du travail de service, où les « aspects mentaux, liés au travail relationnel », s’ajoutent aux « aspects physiques »76. Les domestiques des xixe et xxe siècles développent au xixe siècle des « savoir-faire ajustés »77 pour tenir à distance un patronat trop invasif tout en maintenant une relation de déférence acceptable.

  • 78  Nancy Christie, « Strangers in the family : Work, gender, and the origins of old age homes », Jour (...)
  • 79  Déposition de Pierrette Michalon du 14 avril 1866, Affaire F. B., 4U169, ADL, et déposition de Lou (...)

30Les travailleurs et travailleuses domestiques doivent comprendre les interactions sociales qui se jouent sous leurs yeux pour se positionner en fonction à la fois des attentes à leur égard et de leur propre volonté subjective. Les employeur.es donnent parfois des ordres qui se contredisent et il faut bien choisir à qui obéir. Il est demandé aux domestiques d’être à l’écoute, et ce d’autant plus qu’ils et elles ont des personnes vulnérables à « entretenir ». Les personnes âgées nécessitent des soins relationnels spécifiques78, tout comme les enfants qui se confient aux domestiques dans des situations difficiles, comme le soulignent les exemples de deux jeunes victimes d’agression sexuelle qui racontent d’abord leurs peines à la domestique de leur famille79. Les domestiques qui travaillent en contact avec un public plus large dans les hôtels et les cafés, doivent plus encore que les autres mettre en œuvre leurs compétences relationnelles, car il faut aussi gérer les client.es, parfois alcoolisé.es ou qui rechignent à payer.

  • 80  Pierre Guiral et Guy Thuillier, La vie quotidienne des domestiques, ouvr. cité, p. 12.
  • 81  Affaire J.-B. D., 1848, BB20 143, AN.

31« Accepter » les ordres avec patience, apprendre à mettre à distance et maîtriser d’autres formes d’évitement sont décrits comme des « qualités passives » par Pierre Guiral et Guy Thuillier80. Or, c’est un véritable contrôle de soi que pratiquent les domestiques, à l’énoncé de reproches formulés par des représentant.es des classes dominantes particulièrement incompétent.es en matière de production domestique, aux désirs parfois inextinguibles et contradictoires. Ces compétences apparaissent dans les archives judiciaires lorsque les domestiques ne les mettent plus en œuvre et explosent de rage : Jean-Baptiste Daleage, domestique de ferme de 19 ans, tue à coups de hache sa patronne, encore à lui faire des reproches un dimanche alors qu’il réparait ses sabots sur son temps de repos81. Dans quelle mesure les cas de violences extrêmes de domestiques envers leurs employeur.es sont-ils une « crise » relevant des compétences relationnelles ? Il est difficile de le déterminer, des facteurs multiples expliquant des violences impressionnantes.

  • 82  Yvonne Cretté-Breton, Mémoires d’une bonne, ouvr. cité, p. 153 et p. 197 par exemple.

32Trouver une oreille attentive procure quelque soulagement. Les employeur.es sont les principaux sujets de conversation entre collègues82. Des religieux.ses sont aussi sollicité.es :

[Le juge d’instruction] Il résulte d’une lettre de la sœur Ste Paulille du 5 janvier courant que vous vous étiez souvent plainte de vos maîtres ; que leur reprochiez-vous ?

  • 83  Interrogatoire d’A. F. du 19 janvier 1876, Affaire N. F. et J. C., 2U361, ADR.

[Adèle Fort] Rien de grave, mais je subissais des vexations et des ennuis continuels ; Ainsi on ne me donnait pas de savon pour me laver les mains, […] tous ces procédés me fatiguaient beaucoup et c’est de cela que je me plaignais dans mes lettres[…].83

Préserver sa vie intime : l’art de la dissimulation

  • 84  Déposition d’Amélie Gautier du 14 janvier 1876, Affaire N. F. et J. C., ibid.

33Le patronat domestique préserve son intimité, tout en refusant que ses employé.es puissent partager ce désir. Les domestiques cherchent par conséquent à garder pour eux et elles-mêmes leurs pensées et considérations personnelles. Cet « art de la dissimulation » dépasse ainsi le concept originel de l’Eigensinn pour souligner l’existence d’un réel « quant-à-soi » personnel. Exclure au moins partiellement les employeur.es de sa vie personnelle s’avère particulièrement important, car le patronat n’a pas de limites dans l’indiscrétion : en 1876, la patronne d’Adèle Fort va jusqu’à conseiller à son employée de ne pas se marier, ce qui conduit cette dernière à ne jamais mentionner sa vie intime et à comparer le mariage à une « bêtise à faire aujourd’hui »84.

  • 85  Acte d’accusation du 6 mai 1891, Affaire M. F., 2U536, ADR.
  • 86  Déposition de Jean Boichon du 25 septembre 1876, Affaire A. C., 2U366, ADR.

34Mensonge et art du déguisement sont mobilisés de manière spectaculaire, surtout par les domestiques enceintes. En 1890, Marie Fiviat cache sa grossesse sous des « amples vêtements de paysanne »85, un aspect rural qui, à Lyon, suscite davantage pitié et mépris que soupçons. La jeune femme a changé de ménages plusieurs fois, diminuant ainsi les risques d’être trahie par ses transformations physiologiques. Justifiant sa fatigue par une infirmité, Marie Fiviat devance même les questions de ses employeur.es. Les domestiques inculpées d’infanticide accouchent seules, lavent les linges tachés, détruisent les placentas. Elles reprennent une vie « normale » dès les minutes qui suivent leur délivrance : en septembre 1876, Adeline Carlet accouche debout derrière la grange de la ferme où elle travaille, tue et cache son nourrisson, et retourne au repas commun après une absence d’une quinzaine de minutes86.

  • 87  Déposition de Séraphine Mollaret du 18 avril 1891, Affaire M. F., 2U536, ADR.

35La « bêtise » supposée des domestiques participe de ces compétences de dissimulation. En prétendant être stupides, les domestiques désamorcent les suspicions et évitent des reproches. L’entourage de certaines travailleuses accusées de crimes admet ainsi ne s’être pas méfié en raison du manque d’intelligence prêté aux inculpées87.

L’art de la réplique

  • 88  Pierre Guiral et Guy Thuillier, La vie quotidienne des domestiques, ouvr. cité, p. 120.
  • 89  Interrogatoire de M. D. du 7 avril 1876, Affaire M. D., 2U364, ADR.
  • 90  Déposition de Jeannette T. du 15 mars 1901, Affaire A. T., 2U643, ADR.
  • 91  Alf Lüdtke, « Le domaine réservé », art. cité, p. 44.

36Face aux forces de l’ordre ou face au patronat, l’aplomb manifesté contredit l’image des domestiques hébétées et manquant d’initiatives dépeintes par Guiral et Thuillier88. Marie Dufilier explique au juge : « Quand mes maîtres me demandaient si j’étais grosse, je ne leur répondais ni oui ni non et me contentais de dire “Si je suis enceinte, j’accoucherai”. Du reste Dumas mon maître n’avait pas besoin de m’interroger à ce sujet puisque c’est lui qui m’avait mise dans cet état. »89 Nier son « état » est l’occasion de remettre à sa place plutôt vertement une patronne un peu trop curieuse : à 17 ans, en 1901, Apolline Thamat réplique à sa tante et patronne qui soupçonne une grossesse qu’elle « n’a fait ni petit ni gros »90. Peut-être leur relation hiérarchique professionnelle est-elle tempérée par leur lien familial, qui fait qu’Antoinette ne risque pas un renvoi. Nous voyons toutefois un parallèle entre l’audace d’Apolline Thamat et celle des ouvriers étudiés par Lüdtke, qui, tutoyés par les contremaîtres, les tutoient à leur tour91. L’emprise hiérarchique se trouve contrebalancée par une réplique inattendue ou inhabituelle des subordonné.es, sortant des cadres normaux de l’interaction professionnelle. La classe sociale du patronat pèse sur la fréquence de ces répliques : les employé.es se permettent un ton plus familier lorsqu’ils et elles savent que la différence sociale entre elles ou eux et leurs employeur.es n’est pas très « ancienne » (ne remonte pas à plusieurs générations) ni très grande (agriculteurs, commerçant.es…).

Départs et mobilités professionnelles : une action collective sous-estimée

  • 92  Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale, ouvr. cité, p. 232.

37« Se vérifie pour [le domestique agricole] ce qui était apparu de la figure du vagabond, dans laquelle il est toujours menacé de tomber : que la mobilité est l’attribut négatif de la liberté pour ceux qui n’ont rien à perdre faute de posséder quoi que ce soit », écrit Robert Castel92. Les domestiques à la personne ou à l’exploitation peuvent se déplacer, car ils et elles ne possèdent pas grand-chose mais cette mobilité se révèle une ressource capitale.

38Les domestiques restent rarement plus d’un an dans le même foyer et certain.es alternent domesticité, tissage et agriculture, surtout en milieu rural. Ils et elles quittent leur place quand bon leur semble comme le montre une multitude d’exemples. Les rémunérations en fonction des saisons ont été mis en place après que des domestiques eurent su « profiter » de la domiciliation, quittant l’été leurs employeur.es pour de meilleures rémunérations après s’être fait « entretenir » en hiver. Leur existence souligne par conséquent la capacité des domestiques, hommes comme femmes, à connaître la valeur de leur travail et à utiliser le marché du travail en leur faveur. Sur les 210 domestiques recensé.es en 1891 dans notre échantillon de Saint-Étienne, seul.es sept travaillaient pour les mêmes patron.nes en 1886. Ils et elles se trouvent dans des ménages de taille réduite, ce qui peut indiquer que la charge de travail favorise le turnover.

  • 93  Premier interrogatoire de V. C., février 1886, Affaire V. C., 2U495, ADR.
  • 94  Yvonne Cretté-Breton, Mémoires d’une bonne, ouvr. cité, p. 42.
  • 95  Procès-verbal du commissaire du quartier Bourse du 19 septembre 1898, 10M199, ADR.
  • 96  Lettre du commissaire de Fontainebleau au juge d’instruction du 4 septembre 1876, Affaire M. B.-M. (...)

39Quatre motivations principales expliquent la plupart des départs des domestiques. Éviter une surexploitation et des remarques déplacées est l’une de ces causes : Véronique Charge a quitté sa première place à Lyon parce qu’elle avait « trop de peine »93. Un salaire insuffisant est un autre facteur puissant de départ : vers 1910, la mère d’Yvonne Cretté-Breton exhorte sa fille à laisser sa place : « Pourquoi as-tu sottement accepté une place si peu payée ? […] Reviens illico. »94 Les avances du patron ou du fils du patron, rarement signalées aux autorités, suscitent aussi des départs : Louise Péquinat part de chez Pignolet après une seule journée en raison des assauts immédiats de « Monsieur »95. L’envie de briser la routine, de sortir d’un quotidien jugé peu intéressant et de voyager, parfois à l’étranger, constitue une autre motivation pour changer de place. En 1876, Célestin Lacablé, domestique de 24 ans à Lyon, caresse le projet de partir « aux Amériques »96.

40Pour se déplacer, les domestiques empruntent les routes traditionnelles de leur communauté, soulignant leur bonne inscription géographique et sociale. Ils et elles passent de leur village à des bourgs et des villes moyennes proches, puis parfois à des villes plus éloignées suivant des trajectoires typiques des classes populaires, notamment rurales. La marche est utilisée par les femmes et les hommes jusqu’à une quinzaine de kilomètres dès 17-18 ans, témoignant d’une résistance physique considérable. Au-delà, prendre le train seul.e n’est pas un problème dès les années 1860 (Maria Nonla, Marie Dufilier, Marwan…). Cette maîtrise du déplacement et ces départs de chez les patron.nes pourraient s’interpréter comme une forme d’action collective. En effet, si les décisions sont prises de manière individuelle dans la grande majorité des cas, c’est bien la propension massive des domestiques à quitter leurs employeur.es qui installe une véritable pression sur les classes dominantes.

La violence des domestiques

  • 97  Jean-Claude Farcy, « Les archives judiciaires et l’histoire rurale : l'exemple de la Beauce au xix(...)
  • 98  Il est condamné à une peine de cinq ans en maison de correction. Affaire A. P., 14 mars 1879, 4U30 (...)
  • 99  Alf Lüdtke, « La domination comme pratique sociale », art. cité, p. 39.
  • 100  Interrogatoire de J.-M. F. du 15 juin 1911, Affaire J.-M. F., 4U413, ADL. L’enquête sur les antécé (...)
  • 101  Interrogatoire de G. B. du 13 octobre 1876, Affaire G. B., 2U366, ADR.
  • 102  Yvonne Cretté-Breton, Mémoires d’une bonne, ouvr. cité, p. 155.
  • 103  Annuaire statistique de la France 1889, Nancy, Imprimerie Berger Levrault et Compagnie, 1889, AN.
  • 104  Louis Le Guillant, « Incidences psychopathologiques de la condition de la “bonne à tout faire” », (...)

41L’étude des archives judiciaires est par nature une étude de la violence. Les domestiques apparaissent aussi comme auteur.es d’attaques contre leurs employeur.es, contre les enfants des patron.nes, contre des collègues ou contre des inconnu.es. Pour sortir d’une situation perçue comme intenable en milieu agricole, l’incendie est quelques fois utilisé : ravageant les cultures comme les outils, le feu cause un arrêt net du travail, et pour les plus jeunes, l’espoir d’un retour chez leurs parents97. Antoine Pirrier, 10 ans, est jugé aux assises, dans la Loire, pour l’incendie de la grange de son patron en 187998. Rares sont les violences à l’encontre des animaux, encore qu’il soit difficile de savoir si elles sont tues par négligence policière ou par indifférence pour les souffrances animales. L’Eigensinn dans sa forme immorale est surtout le fait de domestiques adultes qui s’attaquent aux personnes. D’après Alf Lüdtke, cette violence est au moins imputable en partie à l’exercice de la domination, y compris lorsqu’elle se tourne contre les pair.es de classe : « […] les bagarres entre petits et grands vassaux, petites et grandes servantes reflétaient la violence et la brutalité qui émanaient de leurs maîtres. »99 Pourtant, les employés agresseurs n’invoquent que de façon marginale leurs conditions de travail comme éléments déclencheurs de leurs actes. À cet égard, le jeune Jean Fouranoux, 14 ans, fait figure d’exception. Assommant puis noyant Lucien Parois (15 mois), le fils des agriculteurs qui l’emploient, il se justifie sans convaincre : « Mes patrons me disaient que je ne travaillais pas assez et que je mangeais trop. […] C’est à cause de ces reproches que j’ai résolu de me venger. »100 Comment interpréter les cas les plus fréquemment jugés aux assises, ceux des agressions sexuelles sur les enfants des employeur.es ? Gianluigi Buoio évoque un profond mal-être, un épuisement physique et cherche à convaincre les magistrats qu’il voulait, en attaquant sa patronne Mme Merle, laissée pour morte, avoir un motif de suicide. Il insiste cependant sur le fait qu’il était bien traité, plus d’ailleurs par sa victime que par l’époux de celle-ci, un peu trop vigilant101. La perspective du suicide et l’expression d’un désarroi psychique fort apparaissent également dans les mémoires d’Yvonne Cretté-Breton, qui mentionne le suicide de plusieurs domestiques à Paris dans les années 1910102. En France, pas moins de 514 domestiques se sont donné la mort en 1886 (sur un total de 8187 suicides)103. Comment interpréter ces violences contre soi-même ou contre les autres ? Le cas des sœurs Papin, ces deux domestiques du Mans ayant tué leur patronne en 1933, a fait l’objet de multiples articles104, mais aucune interprétation univoque n’est satisfaisante. Ces agressions soulignent toutes la rigidité et la violence de classe et de genre qui circonscrivent la vie des membres des classes populaires en milieu urbain comme en milieu rural.

Notes

1  Michel Foucault, Surveiller et punir, ouvr. cité, p. 35.

2  Alf Lüdtke, « La domination comme pratique sociale », Sociétés contemporaines, no 99-100, 2015, p. 21.

3  Yves Lequin, La formation de la classe ouvrière régionale, ouvr. cité.

4  Solène Granier, Domestiques indochinois, ouvr. cité, p. 68-69.

5  Richard A. Cloward et Frances Fox Piven, « Hidden protest : The channeling of female innovation and resistance », Signs, vol. 4, no 4, 1979, p. 651-669.

6  Devant les institutions judiciaires, parvenir à imposer sa version des faits est en effet un enjeu vital.

7  Alf Lüdtke, « La domination comme pratique sociale », art. cité, p. 51.

8  Alexandra Oeser, « Introduction. Penser les rapports de domination avec Alf Lüdtke », Sociétés contemporaines, no 99-100, 2015, p. 7.

9  Alf Lüdtke, « Ouvriers, Eigensinn et politique dans l’Allemagne du xxe siècle », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 113, 1996, p. 93.

10  C’était déjà le cas sous l’Ancien Régime : Cissie Fairchilds, Domestic Enemies, ouvr. cité, p. 61.

11  Déposition de Pierre C. du 7 octobre 1876, Affaire A. C., 2U366, ADR.

12  Lettre du juge de paix de Saint-Laurent-de-Chamousset au juge d’instruction du 3 octobre 1876, Affaire A. C., ibid.

13  Déposition de Jean Boichon du 25 septembre 1876, Affaire A. C., ibid.

14  Lettre de Benoîte Nicolas écrite de Lyon le 8 novembre 1872, Fonds Hutter, 45J65, ADL.

15  Lettre de la veuve Bérard au commissaire de la sûreté du 3 mars 1899, 10M195, ADR.

16  Acte d’accusation du 19 novembre 1872, Affaire A. M., 4U191, ADL.

17  Dépositions de François Labruyère et d’Étienne Tondu du 31 décembre 1875, Affaire C. T., 2U361, ADR.

18  Enquête du commissaire spécial et rapport du 12 août 1892 à la préfecture du Rhône, 10M195, ADR.

19  Francesca Canadé Sautman, « Invisible women », Homosexuality in Modern France, ouvr. cité, p. 183.

20  Rachel G. Fuchs et Leslie P. Moch, « Invisible culture : Poor women’s networks and reproductive strategies in 19th century Paris », Situating Fertility : Anthropology and Demographic Inquiry, Susan Greenhalg éd., Cambridge, Cambridge University Press, p. 86-105.

21  Christa Matthys, « Domestic servants and diffusion of fertility control in Flanders, 1830-1930 », History of the Family, vol. 18, no 4, p. 464.

22  Interrogatoire d’Adeline Carlet du 2 octobre 1876, Affaire A. C., 2U366, ADR.

23  Une épouse de domestique parisien affirme en 1883 que son mari redoutait d’avoir des enfants : Anne-Marie Sohn, Chrysalides, ouvr. cité, p. 812.

24  Lettre de Maria Sartre à Marie V. du 3 décembre 1900, Affaire M. V. et al., 2U641, ADR.

25  Jacques Dupaquier éd., Histoire de la population française, t. 3, 1789-1914, Paris, Presses universitaires de France, 1988, p. 360.

26  John M. Beattie, « The criminality of women in Eighteenth-Century England », art. cité, p. 84.

27  Lettre de Jeanne Simon du 28 mai 1884, Affaire G., UV1455, ADR.

28  Interrogatoire de M. F. du 12 mars 1891, Affaire M. F., 2U536, ADR.

29  Coupures de journaux diverses conservées dans le dossier V., Affaire M. V. et al., 2U641, ADR.

30  Rachel G. Fuchs et Victoria E. Thompson, Women in Nineteenth-Century Europe, ouvr. cité, p. 28.

31  Jacques Dupâquier, « Combien d’avortements en France avant 1914 », Dénatalité : l’antériorité française, no 44 de Communications, 1986.

32  Déposition de Félicie Sauve du 4 décembre 1900, Affaire M. V. et al., 2U641, ADR.

33  Lettre de Maria Sartre à Mme V. du 3 décembre 1900, ibid.

34  Déposition du 5 janvier 1891 de Marguerite Thévenon, Affaire A. B., 4U287, ADL.

35  Annick Tillier, Des criminelles au village, ouvr. cité, p. 153-155.

36  Interrogatoire de M. N. du 24 décembre 1890, Affaire M. N., 4U287, ADL.

37  Interrogatoire de M. D. du 7 avril 1876, Affaire M. D., 2U364, ADR.

38  Acte d’accusation du 10 mai 1876, Affaire M. D., ibid.

39  Shurlee Swain, « Maids and mothers : Domestic servants and illegitimacy in 19th century Australia », History of the Family, vol. 10, no 4, 2005, p. 461-471.

40  Alf Lüdtke, « Le domaine réservé : affirmation de l’autonomie ouvrière et politique chez les ouvriers d’usine en Allemagne à la fin du xixe siècle », Le mouvement social, ne 126, 1984, p. 31.

41  Alexandra Oeser, « Rire du passé nazi en Allemagne », Sociétés contemporaines, no 99-100, 2015, p. 114.

42  Alexandra Oeser, « Entretien avec Alf Lüdtke. L’histoire comme science sociale », ibid., p. 178.

43  Fanny Faÿ-Sallois, Les nourrices à Paris, ouvr. cité, p. 224.

44  Lettre de L. S. au comte de Chaponay d’octobre 1888, 44J125, ADR.

45  Déposition de Clotilde Meunier du 2 novembre 1876, Affaire G. B., 2U366, ADR.

46  Nicolas Renahy, « Le village dans l’usine. Trajectoires ouvrières et mises à distance de la hiérarchie », Sociétés contemporaines, no 99-100, 2015, p. 68.

47  Déposition de Marinette Rostan du 31 juillet 1891, Affaire J.-B. C., 4U291, ADL.

48  Là encore, Maria Barios feint d’aller à la messe pour se rendre dans la chambre qu’elle loue en dehors du ménage pour lequel elle travaille. Affaire M. B., 4U163, ADL.

49  Frédérique El Amrani, Les jeunes filles des milieux ruraux populaires en Anjou, ouvr. cité, p. 81.

50  Lettre du juge de paix de Saint-Laurent au juge d’instruction du 3 octobre 1876, Affaire A. C., 2U366, ADR.

51  Lettre du commissaire général de police du 27 avril 1891, Affaire M. F., 2U536, ADR.

52  D’après les époux Matthier, ces anciens patrons. Lettre du commissaire spécial au juge d’instruction du 24 avril 1881, Affaire M. F., ibid.

53  Outre Marie Fiviat, Adèle Fort et Adeline Carlet sont par exemple considérées par les forces de l’ordre comme responsables de leurs actes mais jugées d’une « intelligence bornée » et « peu développée, même un peu niaise ». Lettre du juge de paix de Saint-Laurent au juge d’instruction du 3 octobre 1876, Affaire A. C., 2U366, ADR.

54  « Souvenirs de Victor Ogier sur Camille Dognin » (1894), 1 II 423, AML.

55  Christelle Avril, « Le travail des aides à domicile pour personnages âgées », art. cité, p. 92-95.

56  Sur ce point, voir les travaux d’Alexandra Oeser déjà cités.

57  Diane de Keyser, Madame est servie, ouvr. cité, p. 110.

58  Acte d’accusation de J. et A. C. du 18 mai 1886, Affaire J. C., 2U484, ADR.

59  Interrogatoire de J. C. du 22 décembre 1885, Affaire J. C., ibid.

60  Déposition de Pierre Chrétien des 22 décembre 1885 et 12 janvier 1886, Affaire J. C., ibid.

61  Interrogatoire de J. C. du 17 décembre 1885, Affaire J. C., ibid.

62  Lettre non datée, Affaire J. C., ibid.

63  Nous examinons dans notre thèse les parallèles entre ces pratiques et « l’économie morale des foules » d’Edward P. Thompson. Voir son article « The moral economy of the English crowd in the 18th century », Past and Present, no 50, 1971, p. 76-136.

64  Interrogatoire de F. C. du 5 avril 1869, Affaire F. C., 2U294, ADR.

65  Dépositions des commerçants de Saint-Étienne du 2 juin 1869, Affaire M. B. et M. R., 4U176, ADL.

66  Déposition de François Mavorel du 9 avril 1869, Affaire F. C., 2U294, ADR.

67  Alf Lüdtke, « Le domaine réservé », art. cité, p. 43.

68  Déposition de Claude Devillard du 23 avril 1869, Affaire F. C., 2U294, ADR.

69  Alf Lüdtke, « Le domaine réservé », art. cité, p. 43-48.

70  Alf Lüdtke, « La domination au quotidien. “Sens de soi” et individualité des travailleurs en Allemagne avant et après 1933 », Politix, no 13, 1991, p. 78.

71  Interrogatoire de C. H. du 17 novembre 1885, Affaire C. H., 4U259, ADL.

72  Alf Lüdtke, « Le domaine réservé », art. cité, p. 44.

73  Interrogatoire de F. C. du 5 avril 1869, Affaire F. C., 2U294, ADR.

74  John M. Beattie, « The criminality of women in Eighteenth-Century England », art. cité, p. 92

75  Interrogatoire de P. F. du 23 octobre 1891, Affaire P. F., 4U291, ADL.

76  Christelle Avril, Les aides à domicile, ouvr. cité, p. 15.

77  Christelle Avril, « Le travail des aides à domicile pour personnes âgées », art. cité, p. 96.

78  Nancy Christie, « Strangers in the family : Work, gender, and the origins of old age homes », Journal of Family History, no 32, 2007, p. 371-391.

79  Déposition de Pierrette Michalon du 14 avril 1866, Affaire F. B., 4U169, ADL, et déposition de Louise Marchandet du 8 octobre 1875, Affaire F. G, 2U364, ADR.

80  Pierre Guiral et Guy Thuillier, La vie quotidienne des domestiques, ouvr. cité, p. 12.

81  Affaire J.-B. D., 1848, BB20 143, AN.

82  Yvonne Cretté-Breton, Mémoires d’une bonne, ouvr. cité, p. 153 et p. 197 par exemple.

83  Interrogatoire d’A. F. du 19 janvier 1876, Affaire N. F. et J. C., 2U361, ADR.

84  Déposition d’Amélie Gautier du 14 janvier 1876, Affaire N. F. et J. C., ibid.

85  Acte d’accusation du 6 mai 1891, Affaire M. F., 2U536, ADR.

86  Déposition de Jean Boichon du 25 septembre 1876, Affaire A. C., 2U366, ADR.

87  Déposition de Séraphine Mollaret du 18 avril 1891, Affaire M. F., 2U536, ADR.

88  Pierre Guiral et Guy Thuillier, La vie quotidienne des domestiques, ouvr. cité, p. 120.

89  Interrogatoire de M. D. du 7 avril 1876, Affaire M. D., 2U364, ADR.

90  Déposition de Jeannette T. du 15 mars 1901, Affaire A. T., 2U643, ADR.

91  Alf Lüdtke, « Le domaine réservé », art. cité, p. 44.

92  Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale, ouvr. cité, p. 232.

93  Premier interrogatoire de V. C., février 1886, Affaire V. C., 2U495, ADR.

94  Yvonne Cretté-Breton, Mémoires d’une bonne, ouvr. cité, p. 42.

95  Procès-verbal du commissaire du quartier Bourse du 19 septembre 1898, 10M199, ADR.

96  Lettre du commissaire de Fontainebleau au juge d’instruction du 4 septembre 1876, Affaire M. B.-M., 2U366, ADR.

97  Jean-Claude Farcy, « Les archives judiciaires et l’histoire rurale : l'exemple de la Beauce au xixe siècle », Revue historique, no 254, 1977, p. 341.

98  Il est condamné à une peine de cinq ans en maison de correction. Affaire A. P., 14 mars 1879, 4U30, ADL.

99  Alf Lüdtke, « La domination comme pratique sociale », art. cité, p. 39.

100  Interrogatoire de J.-M. F. du 15 juin 1911, Affaire J.-M. F., 4U413, ADL. L’enquête sur les antécédents du jeune Fouranoux révèle également une grande propension à la violence, à l’encontre des animaux et des enfants de ses patron.nes précédent.es. Parmi les déclencheurs de ces actes, il est difficile de faire la part de la frustration sociale et économique liée à la domesticité, et celle de son propre milieu d’origine, décrit par les forces de l’ordre et le voisinage comme particulièrement en difficulté (revenus faibles et instables, alcoolisme paternel).

101  Interrogatoire de G. B. du 13 octobre 1876, Affaire G. B., 2U366, ADR.

102  Yvonne Cretté-Breton, Mémoires d’une bonne, ouvr. cité, p. 155.

103  Annuaire statistique de la France 1889, Nancy, Imprimerie Berger Levrault et Compagnie, 1889, AN.

104  Louis Le Guillant, « Incidences psychopathologiques de la condition de la “bonne à tout faire” », Quelle psychiatrie pour notre temps ? Toulouse, Érès, 1984, p. 294-329.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search