Version classiqueVersion mobile

Des champs aux cuisines

 | 
Margot Beal

Chapitre 3

La fabrique d’un corps social (2) : le rôle du patronat

Texte intégral

1Comment, avec les institutions que nous venons d’étudier, le patronat domestique fabrique-t-il la main-d’œuvre domestique ? Ici, nous examinons la façon dont le patronat contribue à homogénéiser la domesticité aux xixe et xxe siècles. Les préférences patronales jouent un rôle considérable. Les employeur.es ont une idée bien arrêtée de qui doit les servir, et cherchent à travers des procédés d’embauche particulièrement objectivants à satisfaire leurs préférences. Ces dernières homogénéisent le corps social des domestiques. Pendant l’exercice du travail, plusieurs pratiques féminisent et infantilisent les domestiques, de manière à faire correspondre encore plus leur corps social aux attentes le concernant.

Les préférences patronales, un facteur puissant d’homogénéisation

Madame,

  • 1  Lettre du 8 novembre 1857, Fonds Hutter, 45J65, ADL. Le soulignement est de l’auteur.e.

[…] il y a bien une fille appelée Reine Guironnet, domestique dans une auberge, et je pense que c’est de celle-là dont on voulut vous parler : dans ce cas, son frère ne vous a rien dit de trop. C’est une très brave fille d’une conduite irréprochable sous tous les rapports. Pour la probité je ne craindrais pas de lui confier des trésors, si j’en avais, et toute ma maison ; elle est très active et toute à son ouvrage, on ne la voit pas s’amuser et perdre son temps, comme le font tant d’autres filles de son âge ; elle est douée d’une forte santé, vigoureuse et bien portante, d’un bon caractère, douce et d’un service agréable, on a eu raison de vous la donner comme bonne cuisinière, […] elle est d’ailleurs dans la meilleure auberge du pays où se trouve le meilleur cuisinier, propre sur sa personne, je pense qu’elle doit l’être dans ce qu’elle fait. Enfin, […] ses maîtres lui sont très attachés et ne veulent à aucun prix la laisser sortir de chez eux. On lui a fait refuser dernièrement une place magnifique à Lyon où on lui donnait de très forts gages, il est inutile de tenter de l’avoir elle ne quittera pas ses maîtres […].1

2Connaître les préoccupations des employeur.es en matière de recrutement permet de voir à quel point celles-ci sont proches. Par leur convergence, les désirs du patronat contribuent à homogénéiser la domesticité au xixe siècle sur le plan du genre, de l’âge, de la position familiale et des origines sociales ou géographiques.

  • 2  Félix Michalkowski, Quarante ans de pratique médicale, Saint-Étienne, Théolier, 1886, p. 128.

3Le genre des personnes employées comme domestiques est l’objet d’un arbitrage complexe pour les employeur.es entre l’idéal des normes de genre, le travail que l’on souhaite faire réaliser et la réalité du marché du travail au moment où l’embauche est conclue. Ici, la domestique convoitée est une femme, Reine Guironnet, et son genre est mis en avant comme une qualité primordiale à connaître : outre son prénom, son portraitiste insiste dès le début de sa description sur son genre féminin. Les conventions sociales liant domesticité et féminité jouent en effet un rôle déterminant, et tout au long de la période étudiée, les femmes constituent la majorité de la main-d’œuvre domestique. Parce que l’assignation genrée participe de l’ensemble des processus décrits et analysés dans ce travail et parce qu’elle n’agit jamais sans être en lien avec d’autres rapports sociaux, nous ne pouvons examiner ses effets de manière isolée. Il est intéressant d’étudier en premier lieu le type de féminité recruté. La féminité recherchée est liée à des origines rurales, compatible avec de la force physique et débarrassée de toute superficialité. Ainsi, Reine Guironnet est vite décrite comme une « brave fille » d’une « conduite irréprochable » : ces qualificatifs sont ceux de la féminité rurale, c’est-à-dire la dépeignent comme naïve, rustique, efficace, modeste et de bonne composition. Avant même sa force physique, sont mises en valeur ses qualités morales : la seule qui compte pour les employeur.es du milieu du xixe siècle est alors l’honnêteté, le patronat nourrissant une méfiance systématique envers les domestiques. Cette « probité » doit être évidente et absolue, le fruit de la simplicité et de la naïveté, comme si Reine Guironnet n’avait jamais pu ne serait-ce que concevoir un vol. Elle est vite associée au sérieux et à la résistance au travail de la jeune femme. La suite de la lettre insiste d’ailleurs sur sa robustesse à plusieurs reprises, en contrepoint parfait avec la supposée fragilité féminine des classes supérieures. C’est bien la forte capacité de travail (« active », « toute à son ouvrage ») qui est célébrée aux côtés de qualités traditionnellement attachées à la féminité (douceur et politesse). Ces dernières caractéristiques sont importantes, car Reine Guironnet ne serait pas seulement destinée à la cuisine, où elle ne verrait pas souvent ses employeur.es, mais aussi au service. Il faut donc que la féminité des domestiques soit présentable, agréable à la vue des classes supérieures. Les médecins recommandent ainsi aux mères « viv[ant] presque continuellement avec la nourrice […] de ne pas être constamment en rapport avec un visage par trop désagréable »2.

  • 3  Affaire E. G., 2U227, ADR, et affaire M. B., 4U175, ADL.
  • 4  Fanny Faÿ-Sallois, Les nourrices à Paris, ouvr. cité, p. 173-174.
  • 5  Recensements 6MP279-283, ADR.
  • 6  Déposition de Rosine Jubin du 18 février 1886, Affaire V. C., 2U485, ADR.

4Cette adéquation à la féminité domestique est, du point de vue patronal, visible dans la généalogie des candidates à la domesticité. Venir d’une famille respectable est un atout considérable, particulièrement dans l’évaluation de la probité des candidates. Les trajectoires des jeunes femmes rencontrées dans les archives montrent que l’introduction par un.e membre de la famille précède un nombre important d’embauches : ici Reine bénéficie des louanges de son frère. Pour les employeur.es comme pour les forces de l’ordre, la bonne réputation d’une famille présume de l’honnêteté de ceux et celles qui en sont issu.es. Embaucher dans une famille connue ne permet pas seulement d’éviter les coûts des intermédiaires, mais garantit aussi une certaine sécurité. Lorsque les embauché.es sur recommandation familiale volent, la surprise laisse vite place à l’expression de la trahison à l’égard de la famille « non déviante » des domestiques accusé.es. Dans les années 1850-1860, Ernestine Gonfrand et Marie Bruyère, domestiques accusées de vols, sont par exemple confrontées à leur frère et à leur mère, également domestiques, pour être poussées à l’aveu et à la contrition3. Dans cette généalogie de l’honnêteté, la campagne est perçue comme un réservoir intéressant, loin des corruptions morales et physiques de la ville. Les discours sur les nourrices sont les plus emblématiques de la prime aux origines rurales, d’autant plus nécessaire que leur force de travail nourrit, littéralement, les enfants de la bourgeoisie. Certaines campagnes sont plus recommandées que d’autres4 : à Lyon, les employeur.es préfèrent les Savoyardes5. L’appartenance aux classes laborieuses est un impératif exigé par les classes dominantes puisqu’elle est signe de force physique et de détermination au travail, comme le confirme Rosine Jubin, l’ancienne patronne de Virginie Cherpin à Lyon en 1885 : « Je n’ai point à proprement parler à me plaindre de son service, si nous l’avons renvoyée c’est uniquement parce que cette jeune fille, ayant appartenu à des parents qui avaient une certaine aisance, n’avait pas ce qu’il fallait pour faire une bonne […]. »6

  • 7  Recensements 1F5 et 1F6, AMSE.
  • 8  Recensements 6MP99-101, 6MP279-281, ADR.

5Le genre définit en partie le contenu du travail et les rémunérations. Les recensements montrent que les femmes sont recrutées prioritairement dans les ménages où il y a des enfants en bas âge, en tant que nourrices mais pas uniquement. S’occuper des enfants du patronat nécessite d’afficher sa féminité. Moins payées, les femmes sont choisies par les ménages de taille très réduite (composés de deux personnes dont un.e domestique)7 et par les ménages les moins dépensiers en matière de domesticité, souvent les moins haut placés sur l’échelle sociale : ces derniers attendent surtout une domestique « généraliste », qui fasse l’essentiel du ménage et d’une cuisine assez simple. À Lyon, les employeur.es qui n’emploient qu’un.e seul.e domestique ont recours à des femmes de manière presque systématique. En ville, les commerçant.es et artisans (gantier, confiseur, épicière…) attendent des jeunes femmes recrutées une participation aux tâches traditionnellement féminines de vente et d’accueil des client.es8, et à la campagne, les agriculteurs et agricultrices attribuent prioritairement aux femmes la confection (fromage, salaisons), la lessive et la basse-cour, mais le gros de leur travail suit le cours des saisons et elles se retrouvent tout autant que les hommes aux champs.

  • 9  À l’exemple de Gabriel Pegat, « homme de peine et domestique » des époux Merle, liquoristes à Lyon (...)

6Dans les campagnes, la domesticité masculine est d’ailleurs recherchée par les agriculteurs, agricultrices et commerçant.es, qui ont besoin de quelqu’un de particulièrement robuste pour déplacer des récoltes et marchandises volumineuses9. La grande bourgeoisie et l’aristocratie, de leur côté, embauchent des hommes principalement comme cochers ou chauffeurs. Dans les « grandes familles », il est aussi bien vu d’avoir un cuisinier mâle. En dehors de ces cas, la préférence patronale va plutôt aux femmes, et de plus en plus la profession est associée à la féminité.

  • 10  Raffaella Sarti, « “All masters discourage the marrying of their male servants, and admit not by a (...)
  • 11  Evelyn Nakano-Glenn, « Racial ethnic women’s labor : The intersection of race, gender and class op (...)

7Surtout, ce qui détermine le choix des employeur.es de manière systématique est le statut marital des domestiques : 90 % d’entre elles et eux sont célibataires. Comme l’a montré Raffaella Sarti, les lois de divers pays interdisent même le mariage des domestiques (mais aussi des apprenti.es) dès le xiie siècle10. Pourquoi de tels dispositifs ? Le patronat domestique des xixe et xxe siècles recherche une disponibilité qui n’est pas compatible avec une vie maritale, afin de s’assurer une exploitation domestique maximale. Plus que le statut marital, ce qui est recherché est l’isolement (relatif) censé caractériser les célibataires, hommes et femmes, puisque le célibat au xixe siècle fait autant référence à l’absence de partenaire que de foyer propre ou d’enfants (légitimes). N’ayant d’autres responsabilités que celles liées à leur travail, les célibataires peuvent s’y consacrer totalement. Cet adverbe implique ici une très grande disponibilité temporelle au travail, et une disponibilité affective, sinon sexuelle : le travail mental, émotionnel (et éventuellement sexuel) d’une domestique n’est pas approprié par sa famille, ni par un père puisqu’elle a quitté son domicile, ni par un mari. La domestique est alors à la totale disposition des employeur.es. Remarquons que l’exigence de célibat est beaucoup plus systématique pour les femmes que pour les hommes, soulignant que les attentes du patronat ont un caractère émotionnel sinon sexuel : si la domesticité n’était qu’un pur louage de bras, pourquoi exiger des femmes (et dans une bien moindre mesure des hommes) l’absence d’un lien familial reconnu et établi ? Outre le caractère institutionnel du mariage, la « solitude sociale » des femmes domestiques doit se traduire par un comportement chaste et sobre sur le plan hétérosocial. Ce lien entre célibat et domesticité s’applique dans un contexte (presque totalement) blanc pour la région lyonnaise et stéphanoise du milieu du xixe siècle. Dans des structures sociales mettant plus souvent en contact des personnes racisées, comme les États-Unis étudiés par Evelyn Nakano-Glenn, la division raciale du travail s’applique (aussi) à la domesticité et l’on constate que l’exigence de célibat ne s’applique pas11. Cela nous conduit à envisager un lien entre disponibilité sexuelle et domesticité blanche, hypothèse que nous examinons plus loin.

8Il existe pourtant dans nos échantillons des domestiques marié.es. Ces époux sont en règle générale embauchés comme tels par des patron.nes recherchant la stabilité d’un recrutement double : il est beaucoup plus difficile de quitter sa place (son emploi et son logement) lorsque ensuite il faut trouver à se loger et à s’embaucher à deux. Par ailleurs, employer un couple signifie le versement d’un salaire (parfois un salaire et demi) plutôt que de deux. Il n’est pas rare en effet que le travail de l’épouse pourtant important en matière de tâches à réaliser ne soit pas comptabilisé comme un « véritable » emploi. Ainsi, une amie de Marie Hutter, grande bourgeoise stéphanoise, cherche pour cette raison à embaucher un jardinier marié en 1862 :

  • 12  Lettre de mai 1862 à Marie Hutter, fonds Hutter, 45J73, ADL. La signature est manquante, mais le s (...)

Je ne puis garder mon jardinier […], et je vous serais bien obligée si vous pouviez m’aider à en trouver un. Je donne 1000F logé, chauffé et meublé à peu près, je veux surtout un bon jardinier et un homme marié dont la femme put, non habituellement mais quand cela serait nécessaire, rendre des services dans ma maison.12

9Les rares patron.nes de couples de domestiques affichent donc leur intérêt à ces doubles embauches : ici 1000 francs sont un peu supérieurs à la rémunération habituelle pour un domestique qualifié (jardinier), on peut supposer que ces gages comprennent une part de rémunération pour l’épouse, mais celle-ci n’est pas rémunérée indépendamment et surtout elle l’est à un niveau inférieur aux standards féminins, alors que son statut d’épouse traduit une probable expérience domestique. Ces économies sont réalisées sur le dos d’un travail féminin non reconnu par les ménages les plus riches : d’après les recensements, ce sont la grande bourgeoisie des villes moyennes et la petite noblesse rurale (les châtelains locaux) qui embauchent des couples.

Des procédés d’embauche objectivants

10Outre le fait que leurs caractéristiques sociales déterminent en grande partie leur embauche, les domestiques sont soumis.es à des modes de recrutement particulièrement objectivants.

  • 13  Paul Chabot, Jean et Yvonne, domestiques en 1900, Paris, Téma, 1977, p. 27.
  • 14  Fanny Saÿ-Fallois, Les nourrices à Paris, ouvr. cité, p. 179.
  • 15  Pierre Chausse, « La loue », Bulletin historique du Haut-Pilat, no 19, p. 113-118.

11D’abord, comme nous l’avons vu à travers la description de Reine Guironnet, certaines qualités sont primordiales. L’allure physique reste jusqu’au milieu du xxe siècle une condition d’embauche explicite, pour les femmes comme pour les hommes : « Je vous trouve un peu petit à mon goût », déclare par exemple la marquise d’Harcourt à Jean Chabot, postulant pour être troisième cocher13. Des dispositifs sont mis en place pour faciliter ce recrutement fondé sur le physique. Les nourrices doivent ainsi montrer leurs seins, subir parfois un toucher vaginal sous le Second Empire14. Pour les domestiques en milieu rural, les loues, véritables foires à bras, ont lieu une à deux fois par an dans la plupart des gros villages et se maintiennent jusqu’aux années 195015.

  • 16  Texte cité par Jean Vidalenc, Le département de L’Eure sous la monarchie constitutionnelle (1814-1 (...)

12Le port d’accessoires et de vêtements signale la disponibilité et les qualifications sans qu’il soit besoin de parler ou d’échanger plus que quelques regards. Le patronat tâte les bras, examine « les callosités des mains […] garantie de travail, [fait] marcher quelques pas pour juger […] les défauts corporels », sans rougir16. Réduits à des instruments de travail, les domestiques blanc.hes de France doivent pourtant être distingué.es des esclaves : ils et elles touchent un salaire, et se présentent librement aux loues. De manière générale, le recrutement s’avère un moment privilégié de l’objectivation des domestiques : l’individualité des personnes ne compte pas, puisqu’elles sont reliées à leur parenté, à leur région d’origine, à leur groupe d’âge ou de genre. Après le recrutement, les processus de travail et les dispositifs de pouvoir, combinés aux caractéristiques sociales des domestiques, produisent une féminisation et une infantilisation des travailleurs et travailleuses.

Logiques de féminisation, de racialisation et d’infantilisation

13Les logiques de féminisation (et d’infantilisation) sont mises en œuvre par les patron.nes, la priorité étant de maintenir les domestiques dans leur emploi et d’accroître la quantité de travail fourni plutôt que d’éduquer les membres des classes populaires.

Célibat, muliérité et féminisation

  • 17  Pascale Molinier, « La haine et l’amour, la boîte noire du féminisme ? Une critique de l’éthique d (...)

14Le célibat joue dans cette féminisation et dans cette dévalorisation des domestiques un rôle majeur. Célibat et jeunesse sont logiquement liés (les « chances » de se marier s’accroissent au fil de la vie). On appelle d’ailleurs les femmes non mariées « filles », indépendamment de leur âge jusqu’au milieu du xxe siècle, et les hommes non mariés restent « garçons », ces deux désignations étant infantilisantes. Jusqu’à la fin du xixe siècle, il semble que le célibat de la domesticité ne dévirilise pas, généralement, les hommes, surtout dans les campagnes où il est fréquent d’offrir ses jeunes années de travail à un patron. Les jeunes filles en revanche sont « féminisées » à travers un travail de muliérité. Pascale Molinier définit la muliérité comme « l’ensemble des conduites par lesquelles une femme s’efforce d’éviter les représailles dont elle a peur d’être victime si elle ne se conforme pas à ce qui est attendu des femmes »17. Forgé pour le présent, ce concept peut éclairer les rapports domestiques du passé. Les domestiques femmes sont en effet soumises à une pression supplémentaire en ce qui concerne le respect des normes de leur genre en régime social hétérosexuel : le conformisme doit être plus encore manifesté dans le rapport aux hommes, prescripteurs en dernier ressort. Cette muliérité rend une partie du travail domestique invisible, et c’est également pour cela qu’elle est recherchée par le patronat : il s’agit pour ce dernier de pouvoir croire que les soins, l’attention dont il fait l’objet de la part de son personnel ne sont pas uniquement un travail que son pouvoir économique achète, mais restent au-delà une vocation féminine, à laquelle les femmes, surtout des classes populaires, doivent « naturellement » se conformer. La muliérité contribue ainsi à l’invisibilisation d’une partie du travail domestique.

  • 18  Affaire M. B., 1863, 4U163, ADL.
  • 19  Affaire B. G., 1849, 2U228, ADR.

15La domination de classe et la précarité économique des domestiques femmes tendent à renforcer le désir de conformisation apparente, par peur de représailles matérielles ou morales (cris, remarques désobligeantes, ruptures de contrat). Plusieurs affaires judiciaires révèlent alors que des femmes se créent un personnage pour leurs patron.nes plus encore conforme aux normes de la bonne féminité que leur personnalité propre. Ainsi, dans les années 1850, Maria Barios affiche sa déférence, feint une religiosité importante et des pratiques d’épargne18. Les travailleuses ne montrant pas le caractère approprié sont taxées d’arrogance et vite renvoyées au milieu du xixe siècle : en 1849, Anne Mey-Léppy licencie son employée « parce qu’elle avait mauvais caractère et qu’elle était devenue insolente »19. Ce sont ces échecs de conformisation qui sont rendus visibles dans les archives judiciaires : on soupçonne rapidement de vols domestiques celles qui répondent, qui manifestent du mécontentement ou désertent leur poste. Dans le cas de Reine Guironnet, nous notons que les exigences de conformisation s’expriment dès le recrutement. Elles sont plus faciles à imposer à des femmes, et notamment à des femmes plus jeunes dont les perspectives sur le marché du travail sont limitées. Ces exigences d’obéissance aux rôles genrés participent de l’homogénéisation du corps social des domestiques, nié.es dans leur individualité.

Racialisation, altérisation : un privilège de blanchité construit par l’État et le patronat

16La racialisation et la construction progressive et inégale de la blanchité des travailleurs et travailleuses domestiques de France n’ont pas fait l’objet d’études, contrairement au cas américain. La xénophobie, et notamment sa dimension ouvrière, dans la région lyonnaise et stéphanoise a été soulignée par Yves Lequin. Des formes de rejet et d’altérisation des travailleurs et travailleuses issu.es du monde rural et nouvellement arrivé.es dans les villes de la Loire apparaissent : on les appelle les « Blancs », car ils et elles seraient trop crédules, acceptant n’importe quel travail pour des paies dérisoires. C’est d’ailleurs l’un des rares cas où la couleur blanche soit associée à des éléments négatifs, ici une ruralité naïve et peu combative sur le plan salarial.

17Beaucoup de domestiques (blanc.hes) du monde rural sont victimes de considérations péjoratives similaires : leurs vêtements, leur ignorance supposée sont moqués. Ces processus produisent des catégories homogènes de personnes. Leur subjectivité est niée, et les personnes se voient attribuer une identité collective dévalorisée voire menaçante. Peut-on pour autant parler de racialisation dans ce contexte ? Mettre en parallèle les expériences vécues par les personnes non blanches constamment minorisées et celles des personnes blanches parfois mises en difficulté en raison de leur origine rurale paraît délicat. En comparant les trajectoires de deux domestiques jugé.es en 1869 dans deux affaires distinctes de vol domestique, nous observons comment émergent à la fin du xixe siècle des dynamiques de racialisation ambivalentes qui participent de l’élaboration d’une « blanchité » dominante. Ces deux affaires sont jugées par le même tribunal et ont pour protagonistes Maria Nonla, une Italienne blanche de 38 ans, et Marwan, un Tunisien noir de 18 ans.

  • 20  Actes d’accusation du 25 octobre 1869, Affaire M. N., et du 19 novembre 1869, Affaire M., 4U176, A (...)
  • 21  Déposition de Mme Aubert du 30 août 1869, Affaire M. N., ibid.
  • 22  Sarah Marwan, « A phenomenology of whiteness », Feminist Theory, vol. 8, no 2, 2007, p. 155.
  • 23  Déposition de Françoise Cancalon du 30 août 1869, Affaire M. N., 4U176, ADL.
  • 24  Déposition de Mathieu Pagliano du 29 octobre 1869, Affaire M., ibid.
  • 25  Déposition de Claude Vachon du 25 octobre 1869, Affaire M., ibid.

18Maria Nonla et Marwan sont arrêté.es par la police en gare le lendemain de leurs larcins. En possession de leur butin, tous deux avouent20. L’attitude des forces de l’ordre et des classes populaires met en lumière des niveaux et procédés de racialisation différents. Ainsi, Maria Nonla bénéficie de bienveillance a priori. En arrivant à Roanne, où elle ne connaît personne, elle se fait aider pour trouver nourriture, toit, travail21. Sa féminité et sa blanchité inspirent confiance, donnant aux Roannais.es blanc.hes qu’elle croise un sentiment de familiarité22 et de confiance. Nonla est perçue comme travailleuse même sans référence ni papier d’identité23. Marwan lui est vu comme paresseux : Pagliano, son ancien employeur, précise qu’il était « satisfait de son travail »24, puis finit par ajouter que Marwan est enclin à la paresse. Cette contradiction dans une même déposition est une forme de racialisation à laquelle échappe Maria. Puisque décrit comme paresseux, Marwan doit fournir un travail supplémentaire pour échapper au stéréotype. Maria Nonla, elle, a le bénéfice du doute. Une fois son larcin commis, elle obtient de l’aide pour porter son butin, suscite de la sympathie. Il n’en est rien pour Marwan : les employés à qui le jeune homme demande des horaires de train acceptent de répondre à la police25 et personne ne lui propose une aide après son vol.

  • 26  Interrogatoires de Marwan des 14 et 25 octobre 1869, Affaire M., ibid.
  • 27  Interrogatoires de Maria Nonla des 27 août, 30 août, 3 septembre, 16 septembre et 8 octobre 1869, (...)

19Le traitement des forces de l’ordre de ces deux inculpé.es est intéressant. Marwan n’est interrogé que deux fois, plutôt sommairement26, et ses déplacements géographiques ne suscitent pas autant de questions que ceux de Maria Nonla. Celle-ci subit cinq interrogatoires27. Après son vol, son déguisement (des habits bourgeois dérobés) et la clarté de son teint lui permettent de monter dans un train sans susciter la méfiance, mais c’est son accent étranger (et donc le seuil de sa blanchité), reconnu par le fils de sa patronne volée, qui la trahit.

  • 28  Déposition de Joseph Deschavannes du 2 septembre 1869, Affaire M. N., ibid.

20De plus, la féminité de Maria Nonla limite, aux yeux du juge d’instruction, ses capacités d’action. Pour le magistrat, il est impossible que Maria ait agi sans homme. Une complicité est à chercher, pour lui, du côté des travailleurs transalpins de Roanne. Un témoin aurait vu la domestique en compagnie d’un Italien inconnu d’allure suspecte (sa main aurait deux pouces)28. Personnage jamais retrouvé, il est certainement le fruit d’un fantasme xénophobe. Il traduit la perception que les autres ont de Maria : elle est une femme, donc nécessairement faible, et une étrangère, à la blanchité imparfaite et en relation avec d’autres Italiens au physique étrange et menaçant. Mais la « ruse » dont a fait preuve Maria et son refus de dénoncer d’éventuels complices lui attirent finalement une peine plus forte que celle de Marwan : Nonla est condamnée à cinq ans de prison, contre deux pour Marwan. Les enjeux de ces constructions genrées et raciales se maintiennent au xxe siècle. Leur dimension économique ne fait aucun doute, puisque la segmentation raciale, genrée et maritale se retrouve dans le marché du travail et dans les rémunérations.

Infantilisation et rémunération

21Ces pratiques patronales se doublent d’une rémunération infantilisante, par la manière dont elle est distribuée mais aussi parfois en raison de son montant peu élevé.

22Les gages féminins, réduits, infantilisent en réduisant le pouvoir d’achat des domestiques femmes et leur capacité de déplacement. En versant de faibles sommes, le patronat veut restreindre leur capacité d’épargne et donc leur potentiel départ. Celui-ci nécessite en effet une prise de risque économique, puisque partir signifier renoncer à un salaire, mais aussi à un toit. Les écarts de salaires hommes/femmes valorisent les domestiques hommes, brisant les possibles alliances entre pair.es de classe. La rémunération « en nature » étant plus difficile à quantifier précisément, elle limite les négociations, et infantilise les domestiques en réduisant leur autonomie économique et en les obligeant à veiller continuellement à leur accès à la nourriture par exemple.

  • 29  Daniel Roche, « Les domestiques comme intermédiaires culturels », Les intermédiaires culturels, ac (...)

23Ce manque d’indépendance financière s’accompagne d’un discours patronal qui vante la « formation » dont bénéficieraient les domestiques aux côtés des classes supérieures. Dans le milieu agricole, notamment, on considère ainsi que du fait de cet apprentissage, en dehors du gîte et du couvert, aucune rémunération n’est appropriée pour la domesticité enfantine. Ce principe, mentionné dans la plupart des écrits sur la domesticité, est en réalité rarement appliqué : dès 12-13 ans, l’ensemble des domestiques croisé.es au fil des archives judiciaires ont une rémunération, même modeste, en argent. En dehors de la domesticité en effet, il existe pour les enfants d’autres secteurs qui offrent des (bas) salaires, et les va-et-vient dans l’industrie du textile sont fréquents. Le maintien du principe révèle pourtant que les domestiques sont toujours considéré.es par le patronat comme se formant à ses côtés, c’est-à-dire comme bénéficiant d’une « opportunité » d’acquérir les bonnes manières, d’avoir accès à la culture d’une classe supérieure. La thèse selon laquelle les domestiques sont des « intermédiaires culturels », avancée par Daniel Roche à propos du Paris de l’Ancien Régime29, se révèle caduque pour la province. L’écrasante majorité du patronat domestique ne transmet pas son savoir : aucune des 750 affaires judiciaires examinées, aucune archive de bureaux de placement ou archive privée ne mentionne une réelle « formation » intellectuelle ou culturelle des populations domestiques par les employeur.es.

24Lorsque le patronat y voit un intérêt, il peut transmettre quelques savoir-faire, mais ceux-ci ont une visée : la production domestique (tenir un livre de comptes par exemple). Ces transmissions se font dans le cadre de rapports de pouvoir asymétriques. De manière générale, l’apprentissage est vu par le patronat comme une perte de temps, une source de dispersion pour leurs employé.es. La question d’une éventuelle instruction des domestiques racisé.es reste à creuser. Les quelques exemples rencontrés laissent à penser qu’aucune instruction n’est donnée à ceux et celles qui ne sont pas blanc.hes. La transmission d’une culture matérielle bourgeoise dans les classes populaires via la domesticité est également à relativiser : dans le milieu agricole, la nourriture du patronat diffère peu de celle des domestiques. Roche mentionne la diffusion des lits individuels dans la domesticité pour le cas parisien : en province cependant, l’écrasante majorité de la domesticité jusqu’aux années 1920 (au moins) dort sur des paillasses inconfortables ou partage sa couche. L’accès à la lecture au travail est faible, presque inexistant. Si les compétences littéraires ou mathématiques des domestiques se développent à partir du xxe siècle, c’est plutôt en raison d’un accès plus facile à l’école (publique) et non en raison d’une acculturation bourgeoise. Il s’agit surtout pour les adolescent.es des classes populaires d’apprendre leur position sociale, de s’habituer à un labeur difficile, souvent ennuyeux (le gardiennage des bêtes). Nous reviendrons sur les rapports entre culture des domestiques et culture du patronat.

*

25La sélection de personnes aux caractéristiques sociales similaires, la mise en place d’un cadre légal fragilisant, l’étape dépersonnalisante voire humiliante d’un recrutement objectivant : la fabrique de la main-d’œuvre domestique est une fabrique de relations de pouvoir asymétriques. La domination n’est pourtant pas un objectif en soi : elle se fait ici dans le cadre d’une production aux enjeux économiques évidents pour les acteurs et les actrices. Les exigences patronales convergent, mais varient parfois en raison des fonctions des employeur.es ou de leurs revenus. Si l’homogénéisation du corps social des domestiques reste partielle, et que les différents lieux et différentes formes de production limitent cette tendance comme nous l’avons vu au chapitre précédent, la « fabrique » de la domesticité apparaît clairement liée à un objectif de mise au travail de populations pauvres, jeunes, féminines, qui sont alors restées en dehors des logiques du salariat industriel ou de l’artisanat en raison de leur assignation de genre ou de leur jeune âge. Cette constitution d’un corps spécifique de travailleuses et de travailleurs passe également par des logiques convergentes de féminisation et d’infantilisation sur les lieux de travail et dans les rapports avec les employeur.es, mais aussi avec les institutions. Ces dispositifs de pouvoir visent à accentuer la jeunesse, le caractère féminin ou – pour certain.es – racisé des domestiques afin de les rendre le plus productifs possible.

Notes

1  Lettre du 8 novembre 1857, Fonds Hutter, 45J65, ADL. Le soulignement est de l’auteur.e.

2  Félix Michalkowski, Quarante ans de pratique médicale, Saint-Étienne, Théolier, 1886, p. 128.

3  Affaire E. G., 2U227, ADR, et affaire M. B., 4U175, ADL.

4  Fanny Faÿ-Sallois, Les nourrices à Paris, ouvr. cité, p. 173-174.

5  Recensements 6MP279-283, ADR.

6  Déposition de Rosine Jubin du 18 février 1886, Affaire V. C., 2U485, ADR.

7  Recensements 1F5 et 1F6, AMSE.

8  Recensements 6MP99-101, 6MP279-281, ADR.

9  À l’exemple de Gabriel Pegat, « homme de peine et domestique » des époux Merle, liquoristes à Lyon (1866), Affaire G. P., 2U270, ADR.

10  Raffaella Sarti, « “All masters discourage the marrying of their male servants, and admit not by any means the marriage of the female” : Domestic service and celibacy in Western Europe from the sixteenth to the nineteenth century », European History Quaterly, vol. 38, no 3, p. 421.

11  Evelyn Nakano-Glenn, « Racial ethnic women’s labor : The intersection of race, gender and class oppression », Review of Radical Political Economics, vol. 17, no 3, 1985, p. 86-108.

12  Lettre de mai 1862 à Marie Hutter, fonds Hutter, 45J73, ADL. La signature est manquante, mais le soulignement dans le texte est de l’auteure.

13  Paul Chabot, Jean et Yvonne, domestiques en 1900, Paris, Téma, 1977, p. 27.

14  Fanny Saÿ-Fallois, Les nourrices à Paris, ouvr. cité, p. 179.

15  Pierre Chausse, « La loue », Bulletin historique du Haut-Pilat, no 19, p. 113-118.

16  Texte cité par Jean Vidalenc, Le département de L’Eure sous la monarchie constitutionnelle (1814-1848), Paris, M. Rivière, 1952.

17  Pascale Molinier, « La haine et l’amour, la boîte noire du féminisme ? Une critique de l’éthique du dévouement », Nouvelles questions féministes, vol. 23, no 3, 2004, p. 18, note 8.

18  Affaire M. B., 1863, 4U163, ADL.

19  Affaire B. G., 1849, 2U228, ADR.

20  Actes d’accusation du 25 octobre 1869, Affaire M. N., et du 19 novembre 1869, Affaire M., 4U176, ADL.

21  Déposition de Mme Aubert du 30 août 1869, Affaire M. N., ibid.

22  Sarah Marwan, « A phenomenology of whiteness », Feminist Theory, vol. 8, no 2, 2007, p. 155.

23  Déposition de Françoise Cancalon du 30 août 1869, Affaire M. N., 4U176, ADL.

24  Déposition de Mathieu Pagliano du 29 octobre 1869, Affaire M., ibid.

25  Déposition de Claude Vachon du 25 octobre 1869, Affaire M., ibid.

26  Interrogatoires de Marwan des 14 et 25 octobre 1869, Affaire M., ibid.

27  Interrogatoires de Maria Nonla des 27 août, 30 août, 3 septembre, 16 septembre et 8 octobre 1869, Affaire M. N., ibid.

28  Déposition de Joseph Deschavannes du 2 septembre 1869, Affaire M. N., ibid.

29  Daniel Roche, « Les domestiques comme intermédiaires culturels », Les intermédiaires culturels, actes du colloque du Centre méridional d’histoire sociale des mentalités et des cultures, Aix-en-Provence, Publication de l’Université de Provence, 1978.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search