Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La France et l’Algérie : leçons d’histoire

 | 
Frédéric Abécassis
, 
Gilles Boyer
, 
Benoît Falaize
, 
et al.

L’école, « trésor de guerre » ?

L’école en Algérie : des images officielles de 1947

Pierre Boutan

Volltext

  • 1 Images toutes réduites ici au même format de 11 cm de large (alors qu’elles sont à l’origine au for (...)
  • 2 Merci à Marcel Grandière, professeur d’histoire à l’IUFM des Pays-de-Loire, qui a permis de retrouv (...)

1Les dix photographies1 qui illustrent ce volume, sont datées de 1947, et ont une origine commune, l’Agence des colonies2.

2Par une circulaire du 26 janvier 1946, adressée aux recteurs et aux inspecteurs d’académie, le ministre de l’Éducation nationale (bureau de l’Enseignement de la France d’outre-mer) annonce qu’il crée des

« Centres universitaires de documentation impériale, qui mettront à la disposition immédiate de tout le personnel enseignant et de tous les candidats à des fonctions d’enseignement, un ensemble de documents complets, tenu à jour, facile à consulter.
Cette institution répond à une double préoccupation :

1°) Provoquer et orienter des vocations à l’enseignement dans la France d’Outre-mer ;

2°) Tenir à la portée des maîtres du premier et du second degré toute l’information vivante dont ils ont besoin pour animer leur enseignement, pour l’imprégner du sentiment impérial, pour faire connaître à toute la jeunesse française l’existence, l histoire, le rôle capital de notre Empire dans la vie nationale. »

3Cependant, aucun personnel ou local n’est affecté à ces centres, créés dans les inspections académiques, les écoles normales, les facultés, en faisant appel à des étudiants volontaires…

4Une nouvelle circulaire du 28 octobre de la même année accompagne l’ » envoi d’une première collection de photographies dans les Centres Universitaires de Documentation sur l’Enseignement dans la France d’outre-Mer », « pour les candidats à des fonctions d’enseignement dans les territoires d’outre-mer » (on aura noté le changement de titre et la réduction des objectifs…) : « Outre la désignation succincte du sujet représenté, quelques lignes de légende explicative aideront à l’intelligence du document. »

5Une troisième circulaire du 3 mars 1947 (qui ne sera pas reprise au BOEN) accompagne un nouveau lot de photographies, dont 11 concernent l’Algérie. Dix sont ici reproduites, avec leurs légendes. On n’aura pas de peine à constater qu’elles illustrent par leur choix même et le texte de leurs légendes, quelques-unes des tendances lourdes de l’enseignement en Algérie d’alors, peu différentes depuis la fin du xixe siècle :

  • la mise en avant de la similitude entre métropole et Algérie et l’évidence des différences, recoupant celles entre villes et campagnes ;

  • l’affirmation du traitement égalitaire entre les deux populations scolaires, contradictoire avec la distance visible, y compris vestimentaire, entre élèves d’origine « européenne » et élèves « indigènes » (ou « autochtones », ou « musulmans », les différents termes étant ici en concurrence) ;

  • l’exaltation du développement, différencié encore, d’un enseignement post-primaire d’ordre seulement technique ou agricole ;

  • l’absence de préoccupations à l’égard de l’enseignement des filles, numériquement encore plus en retard (et ici complètement absentes)… ;

  • sans compter l’opposition Kabyle-Arabe (« le mythe kabyle ») ; la résistance de l’enseignement traditionnel rattaché à la religion (du fait d’abord de l’absence d’écoles) ; la concurrence latente entre les autorités de tutelle du Gouvernement général et les structures classiques relevant du ministère de l’Éducation nationale, ou, dans un autre registre, l’exotisme fascinant du Sud…

Alg BV - 1 : École de Garçons, rue Camille Doubs [sic, en fait Douls, explorateur du Sahara] à Alger.
C’est une École primaire de l’enseignement européen de type rigoureusement métropolitain comme il en existe en Algérie, dans toutes les villes ou bourgades où résident d’importantes colonies européennes. Elles sont d’ailleurs largement ouvertes aux jeunes autochtones soucieux de s’occidentaliser complètement et qui la fréquentent en nombre croissant. La maison d’école, vaste, à deux étages, est de construction récente avec quelque rappel de la décoration arabe. L’âge des élèves, qui sous le porche d’entrée procèdent à des ablutions hygiéniques, ne permet pas de dire si cette École compte, outre les cycles normaux : élémentaire et primaire qui conduisent l’enfant de 6 à 7 ans au Certificat d’Études Primaires, des cours supérieurs et complémentaires.

Alg BV - 2 : École coranique : le marabout et ses élèves.
C’est une bien pauvre hutte de branchages grossièrement assemblés et de paille que cette École de l’enseignement musulman traditionnel ; elle est peu conforme sans doute à nos idées européennes de salubrité et de confort à requérir de tels établissements.
Est-ce un marabout qu’un des deux personnages en burnous blanc autour duquel se groupent des enfants que ne rassemble nullement la similitude des âges mais simplement l’existence de cette seule école, pour un village ? Plus vraisemblablement « marabout » désigne-t-il ici l’emplacement sur lequel est édifié l’école, lieu rendu sacré par le corps d’un saint personnage enterré là…
L’enseignement dispensé dans ces écoles coraniques ou mécid consiste essentiellement à lire et à apprendre par cœur par une récitation psalmodiée, les versets du coran, inscrits en arabe sur des tablettes d’argile.

ALG. B V – I : École coranique d’El Hammam.
C’est une bien curieuse école que celle d’El Hammam, village-puits d’Algérie orientale au sud de l’Aures, au nord des Chotts Dejebrid et Chotts Mélhir, à la limite du Sahara, en plein pays chaouia. Au milieu d’une végétation luxuriante d’arbres qui, au contact de la nappe d’eau souterraine s’élèvent en de hautes colonnes à de hauteurs impressionnantes, se tasse la maison d’école, assez importante construction faite de terre, semble-t-il, sinon les parties sculptées ou ajourées réalisées en pierre. Pas d’ouvertures autres les portes.

ALG. B VI - 1 : Institut Agricole de Maison-Carrée : le pavillon directorial.
A Maison-Carrée, distante d’une dizaine de kms d’Alger, sont disséminés dans un vaste parc, ancienne propriété privée, les pavillons et bâtiments de l’Institut Agricole. Cet établissement relève des services économiques du Gouvernement Général mais emprunte organisation et personnel à la Direction de l’Éducation Nationale. Doté d’un internat, demi-internat et externat, l’Institut recrute au concours parmi les candidats en principe bacheliers et forme en 2 ans de scolarité des ingénieurs, munis d’un diplôme analogue à celui d’ingénieur agricole décerné par les Écoles Nationales métropolitaines. L’effectif scolaire était en 1945 de 110 Élèves, promotions réunies ; 50 ingénieurs sont formés annuellement par l’Établissement.

ALG. BVI - 3 : Le laboratoire de l’Institut Agricole de Maison-Carrée.
Il apparaît bien aménagé, présentant sous deux grandes vitrines dans un pupitre central, ainsi qu’aux murs, de nombreuses planches illustrant les matières d’enseignement : coupes, échantillons variés de faune et de flore, métamorphoses de certains insectes, etc… sous la surveillance de 2 Maîtres.
L’effectif du personnel enseignant de l’Établissement était pour l’année scolaire 1945-1946 de 9 professeurs titulaires et 9 chargés de cours.
Les élèves reproduisent – vraisemblablement la coupe que certains d’entre eux observent au microscope.

ALG. BVI - 4 : Salle d’études pour apprentis jardiniers à l’Institut Agricole de Maison-Carrée.
Cette photographie témoigne de l’existence, à l’Institut de Maison-Carrée, d’enseignements latéraux à la formation d’ingénieurs agricoles, objectif essentiel de cet Établissement technique agricole supérieur.
L’enseignement général dispensé à ces jeunes apprentis jardiniers, dont plusieurs portent la chéchia caractéristique des autochtones, comprend, si l’on en croit les nombreuses planches ornant les murs de la salle, des notions de système métrique, de physique, de météorologie, de minéralogie, d’engrais et naturellement de botanique.

ALG. B VI - 5 : Institut Agricole de Maison-Carrée : L’atelier du fer.
A côté de l’enseignement général dispensé à Maison-Carrée aux élèves ingénieurs, la formation pratique n’est pas négligée.
Le groupe d’élèves photographiés semble s’initier à la composition en mille rouages délicats d’une moissonneuse, à moins que ce ne soit à sa réparation.

ALG. BVI - 6 : Ferme-école d’arboriculture des Mechtras (Kabylie) : calibrage des figues.
Cet Établissement relevant comme l’Institution Agricole de Maison-Carrée des services économiques du Gouvernement Général, est réservé aux jeunes musulmans ; le régime est l’internat, le diplôme sanctionnant la scolarité, le diplôme d’instructeur spécialisé arboricole.
L’effectif y était en 1945-1946 de 8 élèves avec 4 chargés de cours.
On voit là trois jeunes élèves procédant [sic, pour : procédant] au calibrage des figues, dernière opération de triage et de classement par catégories de grosseur des fruits, dont ils ont dû surveiller la venue et le séchage.

ALG. B VI - 7 et 8 : Deux salles de classe dans une École de menuiserie à El Milia (Kabylie).
El Milia, hameau sur l’Oued el Kebir au Nord-Ouest de Constantine est situé en Kabylie, pays à très forte densité démographique, possédant une population très industrieuse perméable aux conceptions modernes et pays le plus fortement scolarisé de l’Algérie.
Cette École de menuiserie qui a, comme tout l’enseignement technique indigène en Algérie, l’enseignement primaire pour cadre, est vraisemblablement un cours artisanal annexé à un cours complémentaire. Les salles, tout au moins l’une d’elles, sont vastes, bien outillées, les établis individuels.

6[La bonne qualité du cliché permet, après agrandissement, d’avoir accès au contenu des affiches du mur du fond. On y trouve, encadrée par les drapeaux tricolores :

  • une affiche du « Ministère de la Guerre : XIXème corps d’armée, Tirailleurs algériens », avec les rubriques suivantes : « primes – soldes – hautes payes », sur fond d’images militaires ;

  • au-dessous, une autre affiche où on peut lire : « Pour l’orphelinat que Foch a créé, journée nationale du 25 mars » ;

  • à gauche et à droite, symétriquement, deux affiches visiblement de fabrication locale (au pochoir) avec les sentences suivantes (typographie et orthographe d’origine respectées), qui donnent à penser que le niveau des élèves, et aussi celui des enseignants, qui laissent affichés de tels textes à l’orthographe approximative, fait question, au moins dans ce domaine de connaissances, dont on sait la dimension de classification sociale.]

Anmerkungen

1 Images toutes réduites ici au même format de 11 cm de large (alors qu’elles sont à l’origine au format 13 x 18). Reproduction intégrale des légendes, avec leur code d’origine, et dans une police proche de l’original (« Courier Std »). Commentaires entre [ ].

2 Merci à Marcel Grandière, professeur d’histoire à l’IUFM des Pays-de-Loire, qui a permis de retrouver ces documents ayant appartenu à l’école normale d’Angers, et à F. Nicolas du service informatique du centre d’Angers, qui les a très aimablement numérisés.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Alg BV - 1 : École de Garçons, rue Camille Doubs [sic, en fait Douls, explorateur du Sahara] à Alger.C’est une École primaire de l’enseignement européen de type rigoureusement métropolitain comme il en existe en Algérie, dans toutes les villes ou bourgades où résident d’importantes colonies européennes. Elles sont d’ailleurs largement ouvertes aux jeunes autochtones soucieux de s’occidentaliser complètement et qui la fréquentent en nombre croissant. La maison d’école, vaste, à deux étages, est de construction récente avec quelque rappel de la décoration arabe. L’âge des élèves, qui sous le porche d’entrée procèdent à des ablutions hygiéniques, ne permet pas de dire si cette École compte, outre les cycles normaux : élémentaire et primaire qui conduisent l’enfant de 6 à 7 ans au Certificat d’Études Primaires, des cours supérieurs et complémentaires.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1276/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 944k
Bildunterschrift Alg BV - 2 : École coranique : le marabout et ses élèves.C’est une bien pauvre hutte de branchages grossièrement assemblés et de paille que cette École de l’enseignement musulman traditionnel ; elle est peu conforme sans doute à nos idées européennes de salubrité et de confort à requérir de tels établissements.Est-ce un marabout qu’un des deux personnages en burnous blanc autour duquel se groupent des enfants que ne rassemble nullement la similitude des âges mais simplement l’existence de cette seule école, pour un village ? Plus vraisemblablement « marabout » désigne-t-il ici l’emplacement sur lequel est édifié l’école, lieu rendu sacré par le corps d’un saint personnage enterré là…L’enseignement dispensé dans ces écoles coraniques ou mécid consiste essentiellement à lire et à apprendre par cœur par une récitation psalmodiée, les versets du coran, inscrits en arabe sur des tablettes d’argile.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1276/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 988k
Bildunterschrift ALG. B V – I : École coranique d’El Hammam.C’est une bien curieuse école que celle d’El Hammam, village-puits d’Algérie orientale au sud de l’Aures, au nord des Chotts Dejebrid et Chotts Mélhir, à la limite du Sahara, en plein pays chaouia. Au milieu d’une végétation luxuriante d’arbres qui, au contact de la nappe d’eau souterraine s’élèvent en de hautes colonnes à de hauteurs impressionnantes, se tasse la maison d’école, assez importante construction faite de terre, semble-t-il, sinon les parties sculptées ou ajourées réalisées en pierre. Pas d’ouvertures autres les portes.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1276/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 1,4M
Bildunterschrift ALG. B VI - 1 : Institut Agricole de Maison-Carrée : le pavillon directorial.A Maison-Carrée, distante d’une dizaine de kms d’Alger, sont disséminés dans un vaste parc, ancienne propriété privée, les pavillons et bâtiments de l’Institut Agricole. Cet établissement relève des services économiques du Gouvernement Général mais emprunte organisation et personnel à la Direction de l’Éducation Nationale. Doté d’un internat, demi-internat et externat, l’Institut recrute au concours parmi les candidats en principe bacheliers et forme en 2 ans de scolarité des ingénieurs, munis d’un diplôme analogue à celui d’ingénieur agricole décerné par les Écoles Nationales métropolitaines. L’effectif scolaire était en 1945 de 110 Élèves, promotions réunies ; 50 ingénieurs sont formés annuellement par l’Établissement.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1276/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 1,4M
Bildunterschrift ALG. BVI - 3 : Le laboratoire de l’Institut Agricole de Maison-Carrée.Il apparaît bien aménagé, présentant sous deux grandes vitrines dans un pupitre central, ainsi qu’aux murs, de nombreuses planches illustrant les matières d’enseignement : coupes, échantillons variés de faune et de flore, métamorphoses de certains insectes, etc… sous la surveillance de 2 Maîtres.L’effectif du personnel enseignant de l’Établissement était pour l’année scolaire 1945-1946 de 9 professeurs titulaires et 9 chargés de cours.Les élèves reproduisent – vraisemblablement la coupe que certains d’entre eux observent au microscope.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1276/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 1,2M
Bildunterschrift ALG. BVI - 4 : Salle d’études pour apprentis jardiniers à l’Institut Agricole de Maison-Carrée.Cette photographie témoigne de l’existence, à l’Institut de Maison-Carrée, d’enseignements latéraux à la formation d’ingénieurs agricoles, objectif essentiel de cet Établissement technique agricole supérieur.L’enseignement général dispensé à ces jeunes apprentis jardiniers, dont plusieurs portent la chéchia caractéristique des autochtones, comprend, si l’on en croit les nombreuses planches ornant les murs de la salle, des notions de système métrique, de physique, de météorologie, de minéralogie, d’engrais et naturellement de botanique.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1276/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 536k
Bildunterschrift ALG. B VI - 5 : Institut Agricole de Maison-Carrée : L’atelier du fer.A côté de l’enseignement général dispensé à Maison-Carrée aux élèves ingénieurs, la formation pratique n’est pas négligée.Le groupe d’élèves photographiés semble s’initier à la composition en mille rouages délicats d’une moissonneuse, à moins que ce ne soit à sa réparation.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1276/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 1,0M
Bildunterschrift ALG. BVI - 6 : Ferme-école d’arboriculture des Mechtras (Kabylie) : calibrage des figues.Cet Établissement relevant comme l’Institution Agricole de Maison-Carrée des services économiques du Gouvernement Général, est réservé aux jeunes musulmans ; le régime est l’internat, le diplôme sanctionnant la scolarité, le diplôme d’instructeur spécialisé arboricole.L’effectif y était en 1945-1946 de 8 élèves avec 4 chargés de cours.On voit là trois jeunes élèves procédant [sic, pour : procédant] au calibrage des figues, dernière opération de triage et de classement par catégories de grosseur des fruits, dont ils ont dû surveiller la venue et le séchage.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1276/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 1,1M
Bildunterschrift ALG. B VI - 7 et 8 : Deux salles de classe dans une École de menuiserie à El Milia (Kabylie).El Milia, hameau sur l’Oued el Kebir au Nord-Ouest de Constantine est situé en Kabylie, pays à très forte densité démographique, possédant une population très industrieuse perméable aux conceptions modernes et pays le plus fortement scolarisé de l’Algérie.Cette École de menuiserie qui a, comme tout l’enseignement technique indigène en Algérie, l’enseignement primaire pour cadre, est vraisemblablement un cours artisanal annexé à un cours complémentaire. Les salles, tout au moins l’une d’elles, sont vastes, bien outillées, les établis individuels.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1276/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1276/img-10.jpg
Datei image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1276/img-11.jpg
Datei image/jpeg, 50k

Autor

IUFM de Montpellier

© ENS Éditions, 2007

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540