Version classiqueVersion mobile

De la rente immobilière à la finance

 | 
Loïc Bonneval
, 
François Robert

Partie 1. La percée (1854-1858)

Chapitre I

La « régénération de la ville1 » ou une percée au cœur de Lyon

Texte intégral

  • 1 Terme souvent employé par la commission municipale en charge du dossier de la rue Impériale.
  • 2 Par exemple J.-B. Monfalcon, Histoire monumentale de Lyon, Paris, Didot, 1866-1869.
  • 3 C. Tisseur, « Un chapitre d’histoire de la construction lyonnaise : Benoît Poncet et sa part dans (...)
  • 4 Notamment, A. Kleinclausz dir., Lyon des origines à nos jours, la formation de la cité, Lyon, Pier (...)
  • 5 A. Kleinclausz dir., Histoire de Lyon, Lyon, Pierre Masson, 1952.
  • 6 A. Bruston, « La “régénération” de Lyon 1853-1865, l’intervention de l’État et le manifeste urbain (...)
  • 7 Voir notamment les travaux de D. Bertin : Les transformations de Lyon sous le préfet Vaïsse, thèse (...)
  • 8 On se référera notamment à B. Gauthiez : « Des unités pertinentes pour mesurer la ville concrète » (...)
  • 9 Pour une lecture plus approfondie du chantier voir l’article de L. Bonneval et F. Robert, « Le tri (...)

1Le percement de la rue Impériale prend place dans le cadre plus général de transformation de la ville de Lyon et de la Presqu’île entamée sous l’Ancien Régime. Il se situe également dans le contexte politique du Second Empire et de la méfiance du pouvoir central envers Lyon et les émeutes qui l’ont secoué depuis le début du xixe siècle. L’historiographie sur la genèse de la rue, relativement abondante, pointe à la fois cette réalité urbaine d’une Presqu’île engorgée et insalubre et le rôle du préfet Claude-Marius Vaïsse, nommé en 1853, instigateur des travaux qui transforment profondément la ville dans les années 1850-1860. Il en ressort également l’importance d’un mode spécifique d’aménagement urbain associant les acteurs publics et les sociétés immobilières privées, notamment autour de la figure de l’entrepreneur Benoît Poncet. Sans rechercher l’exhaustivité, on peut rappeler très brièvement les principales étapes de cette historiographie qui commence avec les contemporains du projet.2 Dès 1881, Clair Tisseur, qui fit partie de l’équipe d’architectes de la rue Impériale, revient sur la construction de la rue dans une série d’articles hommages à Benoît Poncet, qui mettent en avant les aspects financiers et immobiliers de ces travaux.3 Plusieurs travaux, d’historiens mais aussi d’érudition, sont menés dans les années 19204 et synthétisés dans la fameuse histoire de Lyon dirigée par Arthur Kleinclausz5 (1952). S’il ressort de cette dernière une vision assez politique du percement de la rue, les aspects urbains, économiques et sociaux sont loin d’être négligés. La dimension sociologique, pour ne pas dire classiste, prend le dessus dans l’article d’André Bruston de 1975.6 Il lit le percement de la rue comme le « manifeste urbain de la bourgeoisie » et met l’accent sur l’éviction des catégories populaires, tout en minimisant le rôle de Vaïsse par rapport à la bourgeoisie locale. Cet aspect est nettement moins repris dans les travaux plus récents7 qui mettent en avant l’analyse des formes urbaines et architecturales, dans une perspective d’histoire de l’art. Plusieurs publications de Bernard Gauthiez s’appuient sur ce terrain depuis le milieu des années 1990 pour éprouver des méthodes d’analyse des formes urbaines, sans sacrifier pour autant les dimensions sociales et économiques.8 À la suite de ces nombreux travaux qui, bien que n’adoptant pas la même perspective, convergent très largement, les motifs du percement de la rue Impériale nous sont, au moins dans les grandes lignes, bien connus. La prise de décision l’est également, grâce aux rapports du préfet et aux traités signés entre la Ville et la SRI. Le plus souvent toutefois, ces travaux passent ensuite au bilan de l’opération, délaissant son déroulement même, sauf pour en signaler la rapidité. Pour cette raison, la présentation qui suit apporte moins d’éléments nouveaux sur la genèse de la rue que sur le processus des expropriations.9

1. En amont du percement de la rue, motivations urbaines et politiques

1.1. La Presqu’île au début du Second Empire

2La population de Lyon passe d’environ 100 000 à 250 000 (faubourgs compris) entre le début et le milieu du xixe siècle. Certes, le territoire lyonnais s’étend au cours du xviiie siècle : au sud de la Presqu’île, les aménagements menés par Perrache permettent de reculer le confluent vers le sud et de gagner des terrains, tandis que le quartier d’Ainay se développe, notamment avec les lotissements opérés entre 1723 et 1769. Il devient à cette époque le lieu d’accueil privilégié de l’aristocratie. Entre 1817 et 1843, une grande artère orientée nord-sud, le cours Bourbon (actuel cours Victor-Hugo) relie le quartier Perrache à la place Bellecour. Au nord de la place des Terreaux, c’est la construction par Soufflot du quai Saint-Clair, rive droite du Rhône, entre 1749 et 1761, qui offre de nouveaux espaces à la bourgeoisie lyonnaise. Enfin, Morand, dont le fameux plan de 1764 sur l’aménagement des Brotteaux (rive gauche du Rhône) comprend aussi l’idée d’une rénovation de la presqu’île et de l’édification d’une voie entre la place Bellecour et les Terreaux, construit sur le Rhône le pont qui portera son nom entre 1771 et 1774. Dans la foulée, une partie des terrains, appartenant précédemment aux Hospices, commencent à être lotis selon le plan de l’architecte Decrenice (1780). Dans la première moitié du xixe siècle, les nouveaux quartiers accueillent largement cette croissance de la population, notamment à la Croix-Rousse où se concentre le développement de l’industrie soyeuse (28 000 habitants en 1850) et aux Brotteaux où, entre les années 1820 et 1850, sont tracées les grandes avenues (avenue de Saxe, cours de la Liberté). Dans le même temps, de nouveaux ponts sont construits, en particulier le pont Charles X (actuel pont Lafayette) en 1828. Le décret du 24 mars 1852 consacre d’une certaine façon cette croissance urbaine en annexant à la ville de Lyon les faubourgs de Vaise, la Guillotière et de la Croix-Rousse.

  • 10 B. Gauthiez, L’immeuble lyonnais au xixe siècle, Lyon, MRASH (rapport pour le PIR-Villes), 1996.

3Toutefois, la croissance démographique ne prend pas seulement place dans ces nouveaux quartiers mais également dans les parties anciennes, et surtout dans la Presqu’île, entre Bellecour et les Terreaux. Avant le Second Empire, cette partie de la Presqu’île échappe pourtant assez largement aux transformations de grande ampleur alors qu’elle représente le cœur historique et économique de la ville et compte 50 000 habitants en 1840. Elle est occupée depuis le Moyen Âge, et a connu un essor à partir du xive siècle. L’espace disponible, en soi relativement restreint, est encore réduit par l’importance des terrains appartenant à l’Église, et tout particulièrement aux couvents. La vente des biens nationaux libère certes des possibilités de construction, mais sans commune mesure avec l’accroissement de la population. Il en résulte un bâti ancien, élevé, et dense. Les rues sont étroites et peu praticables. On compte en 1840 16 000 ménages, et à peu près 2 000 immeubles.10 Il existe toutefois un écart entre les quais et les plus grandes places d’une part (Cordeliers, Jacobins, Célestins) et les petites rues anciennes d’autre part. Cette situation est assez largement déplorée par les contemporains, d’autant plus qu’elle nuit à l’image de la ville à l’extérieur, comme en témoigne ce « tableau de Lyon » dressé par Joseph Bard :

  • 11 J. Bard, « Tableau de Lyon », Revue du lyonnais, série 2, no 1, 1850, p. 87.

Peu de villes ont été aussi flétries que celle-ci par les commis voyageurs […] Ce que ne lui pardonnent pas ces impudents touristes c’est l’aspect négligé et sale de cette population ouvrière, entassée dans des soupentes, des greniers, dans des coins infects et borgnes ; ce sont les vieilles rues noires, étroites, obscures de cette cité qui, par plusieurs de ses principales régions, ressemble à une vaste ruche où toutes les fortunes sont au travail, ou aucune n’est encore fixée.11

  • 12 Cette rue a fait l’objet de bien moins de travaux que la rue Impériale, qu’elle préfigure à bien d (...)
  • 13 31 immeubles en 1846, 22 en 1847. AML, 3 ii 39.

4C’est bien le maintien de la prééminence du centre ancien, de la « vraie ville », qui est en jeu. Pour être exact, la Presqu’île ne reste pas tout à fait à part des aménagements de Lyon. Des plans d’alignement sont adoptés entre 1843 et 1848 et, surtout, une rue est percée dans le sens nord-sud entre 1846 et 1847 : il s’agit de la rue Centrale12. Utilisant les dispositions de la loi du 3 mai 1841 qui permet l’expropriation pour des motifs d’alignement, la ville confie à deux architectes et entrepreneurs, Benoît Poncet et Amédée Savoye, la réalisation de la rue (traité du 17 mars 1846). Elle se réalise en deux temps : tout d’abord la partie sud entre la place des Jacobins et la place Bellecour (actuelle rue de Brest), livrée à la ville le 2 février 1848 ; puis à partir du traité du 18 janvier 1847, la partie nord entre la place des Jacobins et la rue Saint-Côme (actuelle rue Paul-Chenavard), ouverte à la circulation le 15 juillet 1850. Savoye se retire de cette deuxième opération le 20 décembre 1847. Ces percements ont nécessité l’expropriation et la démolition de 53 immeubles.13 Une partie de la construction des 57 immeubles (25 sur la rue Centrale, 19 sur la rue Saint-Pierre et 13 dans les rues adjacentes) est interrompue par la Révolution de 1848 : elles se font surtout au début des années 1850 et s’échelonnent jusqu’en 1863. Ce projet est l’un des premiers, si ce n’est le premier en France, et l’exemple qu’il donne, sa réussite – au moins financière – ainsi que la position qu’il confère à Benoît Poncet sont sans doute autant de facteurs pesant dans la mise en place de la rue Impériale quelques années plus tard.

  • 14 AML 321 P 174 : G. Bonnet, Rapport de l’ingénieur en chef chargé du service municipal sur la plus- (...)

5Malgré l’importance de ces travaux, il faut attendre le Second Empire pour que les transformations les plus profondes soient réalisées sur la Presqu’île. Parmi elles, le percement d’une rue Impériale n’est pas la seule mais elle est la plus importante par son ampleur et par l’effet d’impulsion qu’elle donne aux autres projets, publics (rue de l’Impératrice au début des années 1860) comme privés. Par le biais des nouveaux alignements qu’elle impose aux rues transversales, la rue Impériale enclenche toute une série de travaux de rénovation menés par les particuliers propriétaires et qui transforme la physionomie de la Presqu’île. Au risque d’anticiper, notons que cet effet d’entraînement est non seulement prévu par l’administration mais également souhaité. En atteste le rapport du service de la voirie, daté de janvier 1855, qui dresse l’état des lieux des plus-values censées résulter de l’ouverture de la rue Impériale.14 Il importe toutefois avant tout de revenir sur les motifs et le contexte qui président à l’élaboration de cette rue, motifs qui s’enracinent dans la réalité urbaine de la Presqu’île mais également dans les enjeux politiques spécifiques au Second Empire.

  • 15 A. de Monmartin, « Des améliorations à apporter dans la partie centrale de la ville de Lyon », Rev (...)
  • 16 Ibid., p. 187.

6L’idée d’ouvrir une voie entre les deux grandes places de la Presqu’île est bien antérieure au Second Empire. Elle figurait déjà, on l’a dit, dans le plan Morand de 1764. Sans présenter ici l’ensemble des différentes illustrations et défenses qu’un tel projet a suscitées, retenons les arguments mis en avant par Alexandre de Monmartin15, employé à la préfecture, chargé de recevoir les plans d’alignement, qui sont les plus complets. Il livre en 1845 un plaidoyer pour une grande voie « longitudinale » d’environ 1 000 m de long entre les places des Terreaux et Bellecour, qui passerait par la préfecture. Son texte est aussi une défense de l’expropriation pour cause d’utilité publique. Il souhaite en effet un élargissement du périmètre de la loi de 1841, déplore que les projets existants à Lyon, c’est-à-dire les plans d’alignement, ne portent pas de vue d’ensemble (les améliorations proposées ne « s’harmonisent pas assez avec la direction des forces vitales de la cité, elles ne pénètrent pas assez vers le cœur pour amener une régénération »16) et avance l’idée selon laquelle le respect de la propriété ne doit pas tourner au fétichisme.

  • 17 Ibid., p. 177-178.

La partie centrale de la ville de Lyon est celle où la nécessité d’une large restauration se fait plus particulièrement sentir. Les rues y sont étroites et sans concordance dans leur percement. L’air, la lumière, l’espace et une circulation facile manquent aux nombreux habitants d’une masse de réduits infects qui couvrent et enfantent tous les désordres physiques et moraux. Entouré par la place des Terreaux, la place de Bellecour, par les quais du Rhône et de la Saône ce quartier est le mieux placé et pourtant, en général, les immeubles y ont peu de valeur. On comprendra que nos observations ne portent pas sur les quais qui font l’ornement de la ville mais bien sûr ce pêle-mêle de maisons où vient s’entasser une population dégradée par la misère l’insalubrité et le vice. À l’aspect de ces rues ténébreuses, les étrangers fuient notre cité et vont lui faire une fâcheuse renommée.17

  • 18 Ibid., p. 179.
  • 19 A. Bruston, « La “régénération” de Lyon, 1853-1865 », art. cité, p. 82.
  • 20 J. Bard, « Tableau de Lyon », art. cité.

7Les arguments de Monmartin que l’on pourrait qualifier d’« urbanistiques » se déclinent en deux thématiques. La première porte sur la circulation : « Nos vieilles rues ont été tracées à une époque où il n’y avait pas de rues dans le pays […] maintenant des routes créées de toute part amènent une circulation chaque jour plus active. »18 Plusieurs types de considérations sont prises en compte : l’absence de rues orientées nord-sud, la nécessité de pouvoir faire circuler des voitures, la hausse à prévoir du trafic du fait de l’ouverture des lignes de chemin de fer et l’intérêt qu’une même voie desserve les trois grands marchés de la Presqu’île, ceux des Cordeliers, de l’hôpital et de la préfecture. Le deuxième aspect concerne les embellissements et la salubrité, pointant notamment le manque d’air et de lumière dans les quartiers concernés. Contrairement à ses contemporains (par exemple le libraire Chambet Ainé, auteur en 1852 d’une brochure intitulée Des améliorations dont la ville de Lyon est susceptible), Monmartin propose peu de réalisations monumentales mais il insiste sur le mauvais état de l’hôtel de ville et de la préfecture. Dans le prolongement de la salubrité, des arguments d’ordre plus sociologique sont apportés : d’une part, le départ des populations aisées vers les nouveaux quartiers de la rive gauche du Rhône et, d’autre part, le caractère misérable de la population de ces quartiers centraux et le « vice » qui en résulte, ainsi que la mauvaise image colportée par les voyageurs et étrangers. De ce point de vue, Monmartin entre bien dans le diagnostic formulé par André Bruston : « ce qui frappe le plus le bourgeois lyonnais en 1850, c’est l’inadéquation de l’espace urbain à l’ensemble des conditions d’exercice de l’autorité et de la domination de ses pareils ».19 Certes, cette représentation n’est pas unanime. Joseph Bard par exemple, dans son « Tableau de Lyon », met en avant la religiosité et le sens du travail de cette population acculée à la misère.20 Il n’en reste pas moins que la dimension sociale suit souvent de très près la préoccupation de la salubrité. Enfin, l’argumentaire de Monmartin a ceci d’intéressant qu’il se penche longuement sur les aspects économiques de l’opération, tout en défendant l’idée qu’elle soit menée par des entrepreneurs, ou des spéculateurs privés.

  • 21 A. de Monmartin, « Des améliorations à apporter dans la partie centrale de la ville de Lyon », art (...)

Dans le centre de la ville de Lyon, le sol tout nu a beaucoup plus de valeur que le sol couvert de vieilles maisons qui y sont jetées sans ordre. […] Or, cette plus-value du sol dépouillé, ne conviendrait-il pas de l’obtenir par une large expropriation qui donnerait du travail à la population ouvrière, des bénéfices certains à la population et à la ville, des embellissements, de la richesse, de la salubrité sur un point jusqu’à présent déshérité de tous ces avantages ?21

1.2. Contexte politique et réglementaire

  • 22 Voir le chapitre VII de la thèse de F. Prieur, Dompter une ville en colère. Genèse, conception et (...)

8Tous ces motifs sont en eux-mêmes suffisamment puissants, mais le projet prend forme dans le contexte politique du début du Second Empire. Les émeutes successives depuis le début du xixe siècle ont suscité la méfiance du pouvoir central et créé l’image d’un Lyon « rebelle ». Les enjeux politiques et policiers sont donc tout aussi prégnants que les motivations urbanistiques. La loi du 19 décembre 1851 confie ainsi les pouvoirs de police au préfet et engage une réforme profonde de l’appareil policier dans l’agglomération. Le décret du 24 mars 1852 supprime toute organisation municipale élue, confiant l’administration de la ville au préfet, assisté d’une commission municipale nommée par le chef de l’État.22 À l’exception de Bruston qui y voit une émanation de la bourgeoisie lyonnaise avec laquelle le préfet devait composer, on s’accorde généralement sur la faiblesse des pouvoirs de cette commission municipale. Le décret annexe également les communes de la Guillotière, Vaise et la Croix-Rousse à Lyon. Claude-Marius Vaïsse (1799-1864) est appelé comme préfet à Lyon le 4 mars 1853, avec le titre de conseiller d’État, ayant la charge de la gestion du département du Rhône. Il bénéficie d’une expérience à la fois locale et nationale, connaît bien l’administration et est proche du pouvoir. Né à Marseille, il avait notamment été préfet des Pyrénées-Orientales (1842-1848), du Doubs (1849) et du Nord (1849-1851), avant de passer à l’administration centrale. Il est ministre de l’Intérieur en 1851 puis membre de la section des travaux publics du Conseil d’État (1852). Souvent comparé à Haussmann car se retrouvant, comme lui, à la tête d’une ville sans autorité municipale élue, il ne s’inscrit pas pour autant dans l’imitation de l’exemple parisien (les transformations des deux villes étant à peu près contemporaines), mais plutôt dans celui de la City londonienne qui lui sert de modèle de quartier d’affaires et de commerce. Vaïsse a parfois été décrit comme un homme à poigne, ce que nuance légèrement sa rubrique nécrologique :

  • 23 Rubrique nécrologique, Revue du lyonnais, série 2, no 29, 1864, p. 284.

Investi d’une autorité presque dictatoriale, il s’était fait une habitude de la tempérer par la modération du langage et la circonspection des manières ; il était d’ailleurs partisan de la conciliation et ennemi des mesures de violence.23

  • 24 Un exemple particulièrement marquant en est l’article de L. Boitel, « Projet de la Rue Impériale e (...)

9Il faut dire que cet article émane d’une presse qui s’est montrée particulièrement favorable aux travaux engagés par Vaïsse.24

  • 25 F. Dutacq, « La politique des grands travaux sous le Second Empire, les idées et les projets de C. (...)

10Pour mener à bien le projet de rue Impériale, le plus emblématique, le conseiller d’État Vaïsse tient deux discours distincts à la commission municipale et au gouvernement central. Devant la première, il défend des arguments très proches de ceux de Monmartin. Dans son rapport au ministère de l’Intérieur, au contraire, il met l’accent sur l’opportunité politique d’une telle opération. François Dutacq, qui a étudié dans les papiers de Vaïsse les notes préparatoires à ce rapport, le montre sans équivoque : il s’agit de frapper les esprits dans une ville privée de ses franchises municipales et récemment agrandie par l’annexion de ses faubourgs, tout en tirant parti de la « popularité » des projets d’aménagement, du fait qu’ils « ont presque, par moments, remplacé les discussions politiques ».25 Les élites locales sont pour ainsi dire appelées à compenser la perte de leur pouvoir politique en marquant l’espace urbain de leur empreinte. La dimension sociale est également présente : « renvoi dans les faubourgs d’une population qui y vivrait plus sainement et à meilleur marché. Rappel et conservation dans l’intérieur de la population riche en lui offrant la possibilité de s’y établir suivant ses moyens » (p. 40).

11À cela, il faut ajouter l’argument policier. Vaïsse s’inspire notamment d’une lettre souvent citée du maréchal de Castellane, commandant en chef des forces armées de la région lyonnaise, et marqué par la difficulté à réprimer les émeutes de 1834 dans les petits passages et traboules.

  • 26 Lettre du maréchal Castellane au préfet Vaïsse, 6 octobre 1853, cité par A. Kleinclausz, Lyon des (...)

Cette rue est encore plus indispensable sous le rapport stratégique que sous ceux de la salubrité, de l’embellissement de cette ville et de son utilité pour les habitants […]. La rue Impériale construite, les troupes pourront se porter rapidement au cœur de la ville. Lyon avec ses 300 000 âmes est considérable par lui-même. Il exerce de plus une influence considérable sur le midi de la France. Le maintien de la tranquillité est une chose importante. La rue Impériale sera un moyen puissant pour la conserver.26

  • 27 A. Bruston, « La “régénération” de Lyon », art. cité, p. 94.

12Vaïsse utilise ces arguments qu’il sait particulièrement porteurs auprès du ministère de l’Intérieur. Il reçoit ainsi l’approbation le 10 décembre 1853.27

  • 28 P.-Y. Saunier, « La ville et la ville : les hommes et les organismes municipaux de l’aménagement u (...)

13Le tracé de la rue est réalisé par René Dardel (1796-1871), architecte de la ville depuis 1832 et architecte en chef depuis 1844. Il cumule les fonctions d’architecte et de voyer qui ne sont pas distinctes à Lyon avant 1854. Il avait dessiné les plans d’alignement des années 1840 et réalisé en 1843 et 1848, avec Louis Cassini, un projet de rue allant de la place de la Comédie à la place des Cordeliers qui préfigure celui sur lequel il travaille, sur demande du conseiller d’État, en 1853. Il est également chargé de dessiner les plans du palais du commerce – seul monument prévu dans le projet de rue Impériale. Les autres aménagements envisagés renvoient tous au négoce et au commerce : installation de la Banque de France, d’un Grand Bazar et d’un marché couvert, ouverture sur les galeries marchandes du passage de l’Argue. Parmi les architectes impliqués dans la conception du tracé, on compte Savoye, l’un des promoteurs de la rue Centrale qui a alors rompu avec son associé Poncet. Malgré cette participation de Savoye, c’est le second projet, celui de Poncet, qui est retenu pour la réalisation de la rue. Il n’est pas impossible, comme le laisse entendre Tisseur, que Savoye se soit de lui-même retiré, jugeant les conditions peu avantageuses. Dardel, quant à lui, quitte ses fonctions en 1854 lorsque le service de la voirie se détache de celui de l’architecture et est confié à un ingénieur des Ponts et Chaussées, Gustave Bonnet. Ce changement est symptomatique des transformations qui affectent la pratique de l’aménagement urbain.28

  • 29 AML, 502911 : Rapport de M. le conseiller d’État chargé de l’administration du Rhône à la commissi (...)
  • 30 A. Bailleux de Marisy, « La ville de Lyon, ses finances et ses travaux publics », Revue des deux m (...)
  • 31 Il y a un écart de 500 000 F entre les tarifs indiqués par Vaïsse dans son rapport et le celui de (...)

14Le projet de rue Impériale est alors présenté par Vaïsse à la commission municipale, dans un rapport daté du 27 décembre 185329 qui reprend les arguments énoncés ci-dessus et présente également des travaux complémentaires liés au projet, au premier rang desquels la construction d’un palais du commerce qui abriterait la Bourse, la chambre de commerce, le tribunal de commerce et le conseil des Prud’hommes. Le plan du tracé de la rue, sur lequel nous reviendrons, lui est également annexé. Vaïsse ne reprend pas dans ce rapport l’image, utilisée ailleurs, d’une city lyonnaise, mais insiste sur la question de la circulation et de la communication. Il présente également le financement de l’opération et ne mentionne pas l’enjeu sécuritaire du projet. Le coût estimé pour la ville se monte, « balance faite des prix d’achat et de revente », à 12 millions de francs. Le coût pour la ville aura fait l’objet de nombreuses controverses, venant de républicains critiquant la politique impériale, mais aussi d’autres bords, et qui se prolongent bien après le départ de Vaïsse.30 Elles n’entrent pas dans notre propos mais on peut noter qu’elles sont aussi fortement relativisées, notamment par Tisseur. L’État s’engage à verser 4 millions, en décalant le tracé de la grande route impériale no 83 pour qu’elle passe par la rue Impériale et non plus rive gauche du Rhône où elle est parfois inondée. Il pose comme condition que la largeur de la rue soit portée à 22 m (comme la rue de Rivoli) et non 20 comme projeté au départ. Il exempte également d’impôt foncier les immeubles de la rue pendant vingt-cinq ans et remet une partie de la dette de la ville à son égard. Il reste donc 8 millions de francs à financer par la ville, auxquels il faut ajouter 1,5 millions pour le palais du commerce et environ 2,4 millions pour les projets, soit un total de 11,4 MF. Les autres projets présentés ne sont pas directement en rapport avec la rue Impériale mais l’accompagnent : élargissement de la rue Saint-Pierre (pour le prolongement de la rue Centrale vers la place des Terreaux), amélioration des quais de Vaise, Fulchiron et Joinville, rénovation de l’hôtel de ville. Le financement de ces 11,9 MF passe par l’emprunt.31 Vaïsse propose un emprunt à la Caisse des dépôts et consignations dont le taux est de 7,35 % sur vingt annuités. L’annuité, se montant à 838 000 F, sera financée par la fiscalité : 25 centimes additionnels sur les quatre contributions directes. La commission municipale approuve le projet le 17 janvier 1854.

1.3. La création de la société anonyme de la rue Impériale et les traités avec la ville

  • 32 Au xixe siècle à Lyon, l’enseignement de l’architecture est dispensé au sein de l’École impériale (...)
  • 33 Rue Saint-Pierre (6 immeubles aux nos 25, 27, 29, 31, 33, 35) et rue Longue (5 immeubles aux n° 3, (...)
  • 34 ADR 3334W, vol. 72-191, vol. 82-58, vol. 161-530, vol. 163-330, vol. 165-188 et 701, vol. 166-170 (...)
  • 35 L. Bonneval et F. Robert, L’immeuble de rapport, Rennes, PUR, 2013.

15Le traité du 14 février 1854 confie à l’architecte Poncet le soin de constituer la société qui se chargera de l’édification de la rue. Benoît Poncet (1806-1881) a alors à son actif, on l’a vu, la réalisation de la rue Centrale à partir de 1846. Né à Montmerle (Ain), il entre comme commis chez l’architecte lyonnais Falconnet en 1824 avant de se mettre à son compte en 1833-1834.32 Il construit alors des maisons pour des particuliers. Il s’associe ensuite, pour un temps, à Amédée Savoye en 1846. Tisseur le décrit bien plus comme un entrepreneur et un homme d’affaires que comme un architecte, louant son coup d’œil en affaires plus que son dessin ou ses références classiques. La rue Centrale est sa première opération d’importance et elle ne reste pas sans suite : par un traité du 18 janvier 1847, il obtient de réaliser le prolongement de la rue Centrale entre la place Saint-Nizier et la place Saint-Pierre. Le projet connaît des difficultés, notamment du fait de la Révolution de 1848, et Poncet prend en charge la construction de 11 immeubles33 (sur 19 rebâtis). L’étude complète des étapes du percement de la rue Centrale et de la construction des immeubles reste à faire mais on peut noter que, contrairement au choix fait pour la rue Impériale, aucune société par actions n’est créée. Les fonds mobilisés par Poncet semblent provenir essentiellement d’emprunts hypothécaires, gagés sur les terrains et immeubles construits. Entre 1849 et 1853, il effectue ainsi, à son nom, le nombre considérable de 439 inscriptions hypothécaires pour un montant de 5,8 MF. Il vend aussi 7 terrains et immeubles situés sur le tracé de la rue pour 1,3 MF.34 À titre de comparaison, la ville verse 1,2 MF pour la livraison de la rue. Même s’il s’agit d’un mode de financement courant à cette époque35, il prend ici une ampleur tout à fait inhabituelle. Sans pousser ici l’analyse de ces constructions ni de leur financement, on peut noter l’importance de l’engagement financier qui semble caractéristique de la façon de procéder de Poncet, comme le notait déjà Tisseur à propos de l’association de Poncet et Savoye :

  • 36 C. Tisseur, « Un chapitre d’histoire de la construction lyonnaise », art. cité, p. 111.

Le côté remarquable de leur spéculation, c’est que précisément ils avaient compté avec raison sur l’esprit naturellement craintif, ennemi de l’innovation, des Lyonnais. Comme presque tous les propriétaires entamés étaient parfaitement convaincus que l’entreprise était mauvaise, absurde, vouée à l’insuccès, ils n’osèrent pas courir le risque de rebâtir pour leur compte. Ou bien ils vendirent, ou bien ils usèrent du droit à eux donné par la loi (art. 50), de requérir l’acquisition en entier des immeubles entamés.36

16L’expérience sert d’exemple à Poncet pour la rue Impériale même si, le montant de l’opération étant cinq à six fois supérieur, le recours aux actionnaires s’est avéré incontournable.

  • 37 C. Tisseur, « Un chapitre d’histoire de la construction lyonnaise », art. cité.

17Le traité que Poncet passe avec la ville stipule que la société devra procéder aux expropriations, et remettre à la ville les terrains destinés à la voie publique et aux monuments dans les quatre ans (dans les deux ans pour la partie sud de la rue), estimés à 31 827 m². La surface supplémentaire sera payée 500 F / m². En contrepartie, la ville verse à la compagnie 12 MF, comprenant les 4 millions provenant de l’État, ainsi qu’une somme de 354 363 F, correspondant à l’estimation de la plus-value acquise par les immeubles de la partie est de la rue Bellecordière (rattachée à la rue Impériale), plus-value que la ville doit se faire rembourser par les propriétaires. Cette dernière clause est directement imputable à l’expérience de la rue Centrale au cours de laquelle Poncet et Savoye ont vu leur échapper la plus-value réalisée par les propriétaires dont une partie du terrain était expropriée.37 Ces sommes doivent être versées en obligations sur plusieurs annuités. La ville abandonne également à la société une surface de 1 696 m2 et un immeuble 12 rue Gentil. Au total, cela revient à payer 415 F / m², soit moins que pour la rue Centrale dix ans plus tôt (500 F). Tisseur y voit une des raisons pour lesquelles Savoye ne s’est pas engagé dans l’affaire. Enfin, le traité précise un certain nombre de points concernant la construction, notamment la hauteur des immeubles (22 m plus 4 m pour les faîtages, pour lesquels une brisure est autorisée) et la largeur de la rue qui longe le palais du commerce (14 m).

  • 38 Pierre-François Tavernier, François-Adolphe Gillet de Valbreuze, et Alphonse de Boissieu sont nomm (...)

18Les statuts de la SA de la rue Impériale (SRI) sont déposés chez le notaire Berloty deux jours après la signature du traité le 16 février 1854. La première délibération du conseil d’administration a lieu le 18 février 1854. Quatre actes déposés du 17 au 22 février 1854 chez le même notaire constatent des souscriptions des 14 000 actions de la société formant un capital de 7 MF38. L’objet de la SRI comprend :

  • 39 AML 321P 273. Titre II article 4.

[…] l’ouverture d’une rue dite « Rue Impériale » et de ses abords entre la place de la Comédie et la place Bellecour ainsi que l’acquisition et la revente d’immeubles à exproprier pour l’ouverture de ladite rue Impériale, la reconstruction de ceux de ses emplacements qui ne seraient pas aliénés à des tiers et resteraient libres sur cette voie publique […] et enfin l’exploitation des immeubles construits par cette société.39

  • 40 Avant 1867, les sociétés anonymes doivent être autorisées par le Conseil d’État. Pour le rôle du C (...)
  • 41 CA du 16 mars 1854.
  • 42 CA du 28 avril 1854. Archives nationales F 12/6789 après AN F 12/6789.

19On le voit, l’idée que la société construise l’essentiel de la rue n’est pas présente, quoiqu’elle reste possible, et l’intention de céder des terrains à des entrepreneurs transparaît. On peut supposer, au regard de l’expérience de la rue Centrale, que Benoît Poncet envisage de réaliser lui-même les constructions, ou une bonne partie d’entre elles. Il apporte le traité signé avec le préfet, ses plans et travaux préparatoires ainsi que « son industrie » et la promesse de suivre l’opération pendant quatre ans. La suite se déroule rapidement. Le 31 mars 1854 est rendu le décret d’utilité publique, l’enquête administrative le 3 avril, le jugement d’expropriation le 2 juin. L’emprunt municipal est autorisé par la loi du 22 juin 1854. Le 3 juillet 1854, le décret approuvant les statuts de la SRI est rendu. Cette approbation avait été demandée par lettre au ministre dès le 27 février 1854, mais fut quelque peu retardée. La principale pierre d’achoppement portait sur la rémunération des actionnaires. Le Conseil d’État refusait que les actionnaires reçoivent, pendant la durée des travaux, un intérêt se montant à 5 % du montant souscrit (article 28), ce qui est une façon de sécuriser leur placement.40 Le CA, jugeant cette question « très grave »41, invite son notaire, Berloty, mandaté pour mener les discussions avec le Conseil d’État à « insister ». Le taux est porté à 4 % par le Conseil d’État42. Il est à noter que les statuts portent la marque d’une vision à court terme. Ainsi, il est prévu de limiter le dividende versé (article 30), le principal bénéfice retiré par les actionnaires devant venir de la liquidation de la société après revente des terrains. L’orientation prise par la SRI rend rapidement caduque cette perspective.

20La première assemblée générale des actionnaires se tient le 20 décembre 1854, regroupant 97 présents (détenteurs de 11 160 actions). Il y est notamment question du projet que la société prenne elle-même en charge la construction des immeubles longeant la rue. L’argumentaire, tout en reconnaissant que des entrepreneurs se présenteraient probablement pour la prendre en charge, met en avant la nécessité de construire dans les quatre ans et le risque de subir des délais, ainsi que l’exemption d’impôt foncier octroyée pour vingt-cinq ans à la SRI qui rend l’exploitation des immeubles profitable.

  • 43 AG du 20 décembre 1854.

Ces considérations, dont la gravité et la justesse n’échappent à personne, ont inspiré à votre conseil une mesure radicale qui pare à toutes les difficultés, sauvegarde tous nos intérêts, accroît nos chances les plus favorables et qui, en définitive, ressort de la lettre, comme de l’esprit, de notre constitution. Cette mesure consiste pour la Compagnie à se procurer des ressources suffisantes pour pouvoir, au besoin, construire elle-même la presque totalité des maisons qui doivent border la rue Impériale. Ce projet qui au premier abord paraît gigantesque, étudié dans ses détails et apprécié dans ses résultats n’a rien qui doive nous effrayer.43

21Il est important de noter que le choix, décisif, de prendre en charge la construction se dessine dans les premiers mois de vie de la société sans avoir été franchement assumé dès sa création. Il est probable que certains, dont Benoît Poncet, l’aient eu en tête, mais tous les actionnaires n’en ont sans doute pas eu une vision claire dès l’origine.

  • 44 AML 321P 73.
  • 45 Vaïsse justifie son choix de faire appel à la SRI pour ces traités en raison de la difficulté de d (...)

22Au risque d’anticiper quelque peu, il est nécessaire de mentionner également les deux autres traités passés avec la ville qui viennent compléter le traité initial.44 Passés le 4 mars 1855, ils concernent plusieurs nouvelles opérations confiées à la SA rue Impériale45 : le massif des Terreaux (1er traité), la construction d’un marché couvert et les rectifications de rues dans les périmètres du marché et du massif des Terreaux (2e traité). La rectification de l’alignement du massif des Terreaux est justifiée par le prolongement de la rue Saint-Pierre mené de façon concomitante à l’ouverture de la rue Impériale. La SRI s’engage à démolir la masse de maisons située entre la rue de la Cage, la place de la Boucherie des Terreaux et la place des Carmes, et de la reconstruire en suivant les plans d’alignement. Les nouveaux bâtiments doivent comporter une « façade monumentale » sur la place des Terreaux et un passage vitré allant de la place des Terreaux à celle de la Boucherie des Terreaux (article 1). La rémunération de la société pour la reconstruction du massif se monte à 1,2 MF.

Tableau 1. Traités entre la ville et la SRI (1854-1855)

Traités Chantiers Montant des traités
1er traité 1854 – 14 février Rue Impériale 12 MF
2e traité 1855 – 4 mars Massif des Terreaux 1,2 MF
3e traité dit des « Annexes » 1855 – 4 mars Marché couvert (construction) Concession de 50 ans
Rectification rues Buisson et Treize-Pas 1,5 MF
Rectification rues autour du massif de l’Hôtel du Parca 0,8 MF
Ouverture rue Grenette 0,8 MF
Place du Concert (démolition maison) 0,168 MF
a. Une autre société « émule mais non rivale » était intéressée pour prendre le chantier mais la SRI a préféré centraliser tous les travaux. CA du 24 mai 1855.

23En annexe du traité, plusieurs autres opérations sont prévues (d’où l’appellation de traité dit des annexes) : la rectification de la rue Buisson (qui longe le palais de la Bourse), et de la rue Treize-Pas qui la prolonge, pour la porter à 14 m de large et la construction, entre la rue Stella et la rue Gentil, d’un marché couvert dont la SRI aurait la gestion durant cinquante ans. Il s’agit également de prolonger la rue Grenette (est-ouest) jusqu’au quai Saint-Antoine et, au nord du massif des Terreaux, d’élargir les rues du massif de l’Hôtel du Parc (rue Terme et rue Sainte-Marie). La SRI doit à nouveau prendre en charge les expropriations et l’ouverture des voies ainsi rectifiées. La ville s’engage à payer pour l’ensemble des travaux 3,35 MF. La SRI finalement ne prendra pas tout en charge. En 1856, elle renoncera aux rectifications des rues autour de l’Hôtel du parc en raison d’une expropriation jugée trop onéreuse et abandonnera la concession du marché couvert à la ville qui la rachètera 2,80 MF par un traité signé le 1er septembre 1859.

2. Le montage financier de l’opération

2.1. Le montage financier initial

  • 46 8 MF plus les 354 363 F sur la plus-value immobilière que la mairie récupéra auprès des propriétai (...)

24Le traité passé entre la ville et la SRI le 15 février 1854 met en place le premier volet financier de l’opération et la répartition des rôles. L’État prend à sa charge la somme de 4 MF payables en annuités à partir de 1855, de son côté, la ville s’engage à payer une somme de 8,30 MF46 en trois ou quatre ans pour le projet. La municipalité, faute de ressources suffisantes, contracte un emprunt dont les intérêts seront payés par une imposition extraordinaire. Pour sa part, la SRI s’engage à restituer 31 827 m2 de terrains pour la voie publique. Afin de faciliter leur trésorerie, la ville pourra, par anticipation, payer à la SRI la moitié du prix d’acquisition des immeubles, l’autre moitié n’étant versée qu’à la livraison des terrains (art. 10). La subvention de la ville se composera d’obligations au porteur de 1 000 F qu’elle aura souscrites et qui sont remboursables à 1 250 F sur une durée de 50 ans. Un tirage au sort déterminera les obligations qui seront payées par semestre dans l’année avec un intérêt de 5 % (art. 11). Toutefois, la ville prend des garanties en suspendant sa participation à celle de l’État (art. 18). Enfin, la SRI sera dispensée des droits de voirie pour les constructions, d’une exemption de la contribution foncière et de celle des portes et fenêtres que la ville s’engage à obtenir du gouvernement, pour une durée de 25 ans (art. 8).

  • 47 AM  1217 Wp 90. Engagements d’autant plus colossaux qu’en 1854 la ville a déjà une dette de 0,8 MF (...)

25Les engagements financiers de la ville sont colossaux au regard de son budget qui, pour l’année 1854, se monte à 5,4 MF.47

  • 48 CA du 18 février 1854.
  • 49 Statuts résultant d’actes des 16, 17, 18, 20, 21 et 22 février 1854. Il existe un décalage entre l (...)

26Forte de ces garanties, la SRI peut mettre en place le plan de financement de l’opération. Avant même que les statuts soient approuvés par le ministère, elle lance une première souscription pour 6 000 actions de 500 F48 suivie par d’autres souscriptions, de telle sorte qu’à la fin février, date du dépôt des statuts, 7 MF ont été souscrits (14 000 actions).49 Le succès immédiat des souscriptions (les premières actions émises étant cédées en un après-midi) montre avec quelle rapidité et avec quel engouement la bourgeoisie lyonnaise s’est emparée du projet. La SRI juge cette somme suffisante pour mener à bien les expropriations et les destructions. En effet, elle évalue le montant total du projet à environ 30 millions de francs.

  • 50 Lettre du CA envoyé au ministère de l’Agriculture, Commerce et Travaux publics. CA du 28 février 1 (...)

Sur cette somme, la ville de Lyon et l’État fournissent une subvention de plus de 12 millions qui seront payés au fur et à mesure de la remise des terrains destinés à la voie publique. Quant à ceux des terrains qui resteront à la disposition de la Cie, celle-ci pourra les vendre successivement [nous soulignons] de façon à rentrer promptement dans le capital engagé et à ne faire que des avances de courte durée. Dans ces conditions, c’est surtout un fonds de roulement qu’il est important à la Cie de posséder et les 7 MF souscrits suffiront amplement et au-delà à toutes les exigences prévues et à prévoir.50

  • 51 Prosper Dugas, négociant, et Joseph Gautier, rentier, sont nommés pour s’occuper de cette commissi (...)

27Berloty, le notaire de la Cie, est chargé de l’enregistrement des souscripteurs et des statuts. Très rapidement, par crainte d’irrégularité dans la comptabilité, le conseil d’administration embauche un comptable et un aide-comptable et crée une commission de contrôle des écritures.51

  • 52 AGE du 8 avril 1873. Remarque sur l’article 30 : « Il [article] prévoit une liquidation plus ou mo (...)
  • 53 Cette mise en sommeil de projets de construction s’explique par la situation irrégulière dans laqu (...)

28Jusqu’en juin, la SRI reste apparemment sur l’idée de la réalisation d’une opération de travaux publics et d’une livraison de terrains nus, même si la construction d’immeubles figure dans les statuts et le traité passé avec la mairie. Les statuts comportent cette idée d’une liquidation.52 Cette manière de procéder correspond à celle usitée pour les opérations de la rue Centrale dont Poncet a été l’un des promoteurs. Plusieurs facteurs concomitants vont infléchir leur politique qu’il s’agisse des discussions concernant la construction ou non d’un hôtel, de la prise de conscience d’une perte de gains en cas de revente des terrains nus et de l’attente d’une validation des statuts.53

  • 54 CA du 5 mai 1854. Poncet rend compte d’une lettre du colonel commandant du génie qui renouvelle la (...)
  • 55 CA du 9 juin 1854.
  • 56 CA du 23 juin 1854.
  • 57 CA du 30 juin 1854.

29Les hésitations des administrateurs se situent après la phase d’expropriation, au moment où ils commencent à disposer de terrains prêts à bâtir. Les discussions portant sur le futur hôtel participent d’une certaine façon au mûrissement de leur décision. Ce sont les sollicitations extérieures qui vont les obliger à se positionner. Tout d’abord, un architecte lyonnais Exbrayat mandaté par des « capitalistes » leur propose la construction d’un vaste hôtel au niveau de la place Le Viste. Les administrateurs répondent, dans un premier temps, que la SRI ne se chargera pas de construire elle-même cet hôtel et qu’elle n’entrera en pourparlers sur la vente du terrain qu’une fois la société constituée.54 Puis, un mois après, Poncet présente son propre projet en vantant l’avantage que la SRI aurait à le construire dans une des parties de terrain avoisinant le futur palais du Commerce.55 Pour infléchir l’avis des administrateurs et minimiser les risques, il propose de trouver un locataire puis de construire. Finalement, il se ravise et demande aux administrateurs de se prononcer sur l’opportunité qu’il y aurait à s’occuper de la construction avant même d’avoir un locataire en arguant qu’il serait plus facile de louer une fois construit que sur plans.56 Convaincus qu’ils trouveront facilement des locataires, ils donnent leur accord et demande, fin juin, à Poncet d’être en mesure de le construire.57

2.2. La construction, un changement d’objectif

  • 58 A. Bailleux de Marisy, « Les nouvelles sociétés foncières », Revue des deux mondes, novembre 1881, (...)
  • 59 CA du 24 mars 1854.

30On peut noter une similitude avec la Compagnie Immobilière des frères Pereire (fondée après la SRI, en 1856) dont la première intention est la construction d’un Grand Hôtel boulevard des Capucines.58 Poncet connaît ces projets puisqu’il s’informe, en voyageant en Suisse pour visiter des hôtels et à Paris pour s’enquérir des nouvelles constructions.59

  • 60 Lors de la première phase de destruction, les administrateurs donnent peu de détail de peur d’alim (...)
  • 61 Les traces de ces discussions sont rétrospectives. Ce n’est que dans les AG des années 1870 et 188 (...)

31Ces discussions portent en germe la politique future de construction et de son mode de financement. Ce changement s’inscrit dans une période d’interrogation quant à la vente des terrains. Si les administrateurs sont conscients qu’il y aura un empressement des entrepreneurs et des propriétaires pour acheter les terrains60, ils s’interrogent sur les délais et le montant de ces ventes. L’ensemble de ces considérations ont concouru au changement d’objectif61 et

  • 62 AG du 20 décembre 1854.

[…] ont inspiré une mesure radicale qui pare à toutes les difficultés, sauvegarde tous nos intérêts, accroît nos chances les plus favorables et qui, en définitive, ressort de la lettre, comme de l’esprit, de notre constitution. Cette mesure consiste pour la Compagnie à se procurer des ressources suffisantes pour pouvoir, au besoin [nous soulignons], construire elle-même la presque totalité des maisons qui doivent border la rue Impériale.62

32La solution visant à construire elle-même les immeubles renforce la position de la SRI et lui offre ainsi une grande liberté, celle de refuser des propositions pour des terrains

  • 63 Constamment, lors des assemblées générales suivantes, les administrateurs reviennent sur ce choix.

[…]  toutes les fois qu’on ne nous offrira pas pour nos terrains une valeur convenable, un prix que tous ces avantages ne nous feront nullement exagérer, nous nous les vendrons à nous-mêmes et nous ajouterons au bénéfice de cette vente celui de la construction qui ne saurait être douteux.63

  • 64 Poncet use de tout son savoir-faire pour convaincre les administrateurs que le coût est avantageux (...)

33Au regard des moyens financiers de la SRI, le coût de construction est estimé très approximativement par Poncet à 12 MF.64 Les administrateurs jugent que « ce projet qui au premier abord paraît gigantesque, étudié dans ses détails et apprécié dans ses résultats n’a rien qui doive nous effrayer ». L’idée de construire revient, de fait, à changer les finalités de la société. Le rôle de Poncet a probablement été déterminant dans ce changement d’objectif. Les administrateurs écartent d’emblée l’émission de nouvelles actions, car ils considèrent qu’augmenter

  • 65 AG du 25 mai 1855.

[…] le fonds social par l’émission de nouvelles actions, ce serait appeler à prendre part aux bénéfices déjà acquis des capitaux qui n’ont pas concouru à les produire, ce serait répartir sur une mise de fonds plus que double les avantages futurs de votre opération. Une compagnie ne doit adopter cette mesure que lorsqu’elle est à court de ressource et de crédit, ou bien encore lorsqu’elle double réellement et pour toujours son exploitation et ses produits.65

34Les administrateurs étudient plusieurs solutions alternatives pour financer ce nouveau projet, soit un emprunt foncier et immobilier, soit une émission d’obligations négociables, soit un emprunt hypothécaire. Ce dernier, jugé plus économique et moins sujet à des fluctuations, est finalement choisi malgré les vives tensions que cette décision provoque.

  • 66 CA du 22 septembre 1854.

35Berloty est chargé du volant conventionnel tandis que les administrateurs s’informent auprès du Crédit foncier des conditions d’obtention d’un emprunt à 5 % sur une durée de neuf ans.66 Le Crédit foncier sollicité refuse de prêter la somme demandée, car les statuts de la société s’opposent au prêt de plus d’un million de francs à une seule personne. Il n’en faut pas plus pour relancer le débat sur le choix du type d’emprunt. De violentes discussions éclatent au sein du CA. L’un des administrateurs, Gauthier, lance un virulent réquisitoire contre un emprunt hypothécaire. Il expose que :

  • 67 CA du 20 octobre 1854.

[…] l’inscription hypothécaire qui assimile la Cie à une société d’entrepreneur ordinaire soulève de grandes objections dans le public, il ne dissimule pas l’extrême répugnance qu’il éprouve pour ce mode d’emprunt qui a le double tort de livrer l’avenir aux hasards des difficultés qui pourraient surgir et de rendre moins facile la réalisation des immeubles. Il ne comprend pas que pour une différence de 100-140 000 F sur une opération de 26 millions, la Cie préfère le système des hypothèques qui la fait vivre au jour le jour. […] Il propose la création de 20 000 obligations de 500 F remboursables au pair en 8 ans par tirage au sort produisant un taux de 5 % par an payable pour moitié les 1er juillet et 1er janvier. Préférence serait donnée aux actionnaires au prix de 485 F. La Cie s’engagerait à ne pas contracter d’autre emprunt tant qu’il ne sera pas remboursé.67

  • 68 CA du 27 octobre 1854.

36Passant outre ces critiques, le CA vote, fin octobre, le principe de l’emprunt hypothécaire.68

37Une telle décision doit obtenir l’aval des actionnaires d’où la nécessité de les convaincre de la justesse de cette nouvelle orientation :

  • 69 CA du 20 octobre 1854.

[…] réunissez-les dans la rue la plus belle, la plus spacieuse, placez dans cette rue le palais de la Bourse et du commerce, la succursale de la banque de France, un premier hôtel pouvant recevoir 200 voyageurs qui n’accuseront plus notre ville d’être inhabitable et inhospitalière, ajoutez-y tant d’autres établissements civils et militaires et industriels pour lesquels des ouvertures nous ont été faites et vous comprendrez messieurs, que nous ne voulions pas borner votre opération à une vente mesquine de terrains [nous soulignons]. Vous avez découvert le filon, ne laissez pas d’autres le soin de l’exploiter. Si nul ne peut construire aux mêmes conditions que nous, nul encore ne peut le faire avec la même célérité. Cette rue qui aujourd’hui ne vous semble qu’un projet presque un rêve, on en jouira, on l’habitera, on la parcourra dans deux ans.69

38L’assemblée générale de décembre vote le principe d’un emprunt de 12 millions à 5 % pour l’édification des immeubles bordant la rue Impériale. En mai, date du commencement des travaux, l’emprunt a déjà connu un relatif succès puisque 4 millions sont souscrits en six mois et 9 millions au total sur 18 mois. Toutefois, la diminution constante du montant moyen des souscriptions montre une certaine difficulté à lever des fonds aussi importants. Les souscripteurs ne sont pas tous actionnaires. Les grosses souscriptions sont peu importantes puisque seules 16 sur 485 dépassent le montant de 100 000 F et, parmi elles, celles souscrites par Adolphe Murard de Saint Romain déjà actionnaire avec 484 000 F fait figure d’exception.

Tableau 2. Emprunt hypothécaire (1854-1856)

Année Période Nombre de souscriptions Montant des souscriptions en F Souscription moyenne en F
1854 décembre 15 1 000 000 66 667
1855 janvier 44 1 000 000 22 727
février – juin 116 2 000 000 17 241
juillet – août 56 1 000 000 17 857
sept – octobre 78 1 000 000 12 821
1856 janvier – février 88 1 200 540 13 643
avril – mai 88 1 800 340 20 458
Total 485 9 000 880 18 559
  • 70 « […] en vous apportant une nouvelle concession, un nouveau périmètre à exploiter et de nouveaux p (...)
  • 71 CA du 9 mars 1855.

39Avec la décision de prendre part à d’autres projets (traités signés en mars 1855) se pose de nouveau la question du financement. Le conseil d’administration décide, non pas d’augmenter l’emprunt hypothécaire, mais d’émettre de nouvelles actions puisqu’il s’agit d’une nouvelle affaire qui fusionnera avec la précédente.70 Les 7 500 actions nouvelles de 500 F (3,75 MF) sont de préférence réservées aux actionnaires dans la proportion d’une nouvelle contre deux anciennes.71 À cette date, le capital social s’élève à 10,75 MF réparti en 21 500 actions de 500 F dont 14 000 émises pour le projet de la rue Impériale (7 MF) et 7 500 pour les projets des Annexes (3,75 MF).

  • 72 CA du mois de février et mars 1856. L’emprunt obligataire n’est pas garanti sur le bâti, à la diff (...)

40L’emprunt hypothécaire, pourtant longuement débattu, continue à susciter des discussions au sein du CA jusqu’à ce que les administrateurs puis les actionnaires se prononcent en faveur de la transformation de l’emprunt hypothécaire en obligations.72 Ils justifient ce renversement de politique par le changement de période à laquelle l’emprunt avait été contracté et par la volonté de l’affranchir du fonds social.

  • 73 AGE du 29 mars 1856.

Nous avons donc suivi l’exemple de toutes les grandes compagnies industrielles en créant des obligations qui trouveront leur garantie non seulement dans notre crédit, mais encore dans la valeur privilégiée de nos immeubles. Et pour que l’extinction de notre dette pût s’opérer d’après un amortissement régulier comprenant la totalité de nos emprunts, nous avons pensé transformer la dette hypothécaire en obligation de même nature.73

  • 74 AGE du 29 mars 1856. Les premières conversions commencent en juin.
  • 75 Neuf actionnaires totalisent 12 500 obligations.
  • 76 CA du 16 avril 1856.

41Les actionnaires décident la création d’un emprunt de 20 MF par l’émission de 40 000 obligations de 500 F dont 24 000 resteront en dépôt pour être affectées au remboursement des 12 MF hypothéqués sur les terrains et immeubles. Les 16 000 autres seraient placées pour faire face à la dépense annexe.74 La souscription, d’abord réservée aux actionnaires dans la limite d’une obligation pour deux actions, est un succès. Très rapidement la totalité des obligations est souscrite, majoritairement par des actionnaires.75 Dans le même temps, toujours sur une proposition de Gautier, le CA accepte la conversion de la dette hypothécaire en obligations et les premiers remboursements commencent doucement en juin 1856.76

42À partir de cette date, la SRI ne fait plus appel au crédit et sa politique est entièrement tournée vers son remboursement. Si un bilan d’inventaire est effectué en fin de chaque année, les administrateurs ont un peu de mal à évaluer précisément le coût global de toutes ces opérations en cours. Suivre le cheminement comptable de ces opérations est fastidieux, aussi préférons-nous nous attacher au bilan comptable une fois l’ensemble des immeubles construits, c’est-à-dire en décembre 1858. Durant ces mois de chantier, les recettes proviennent des versements échelonnés de subventions comme ceux de la ville de Lyon et de l’État (12,3 MF) et des ventes de terrains, d’immeubles et des matériaux de démolition (8,4 MF).

  • 77 Les premiers loyers perçus en 1856 (0,8 MF) et 1857 (1,4 MF) payeront les 1,3 MF restant pour les (...)

43Ces recettes ne suffisent pas à couvrir les 55 MF de dépenses. L’ensemble des opérations est compensé par de nouvelles subventions de la ville (3,75 MF), des souscriptions d’actions (10,75 MF), d’obligations (11,50 MF) et d’un emprunt hypothécaire (8,50 MF). Au 31 décembre 1858, les opérations comptables sont équilibrées sans même faire appel aux encaissements des loyers qui serviront, par la suite, à payer les travaux d’achèvement.77

  • 78 AML 925 Wp 70.

Tableau 3. Montant des versements effectués par la ville et l’État78 pour la rue Impériale (1854-1858)

Date de versement Par la ville en obligations et espèces Par l’État en espèces
1854 Octobre, septembre 2,182 MF
1855 Février, avril, août 6,172 MF 1 MF
1856 Janvier, février, mars, mai 1 MF
1857 Février 1 MF
1858 Février, avril 1 MF
Total 8,354 MF 4 MF
12,354 MF
  • 79 Reconstitution d’après le grand livre. À cette date, il restait à payer pour les constructions, 73 (...)

Tableau 4. Bilan financier par grand projet (au 31/12/1858)79

Postes Rue Impériale Massif des Terreaux et Annexes Total
Dépenses (F)
Terrains acquis + indemnités locatives 27 127 429 9 950 786 37 078 215
Constructions 10 191 191 1 394 772 11 585 963
Frais généraux 826 900 360 503 1 187 403
Service des intérêts 4 645 722 1 201 361 5 847 083
Total 42 791 242 12 937 033 55 728 275
Recettes (F)
Subventions (État, ville) 12 354 000 3 750 000 16 104 000
Revente terrains, maisons, matériaux de démolition 6 173 528 2 309 065 8 482 593
Souscription actions 10 750 000
Souscription obligation 11 500 000
Emprunt hypothécaire 8 500 000
Total 55 336 593

44Forts de ces résultats, les administrateurs peuvent se targuer de la réussite d’un tel projet. Ils déclarent ainsi aux actionnaires en assemblée générale :

  • 80 AG du 19 avril 1859, Rapport du conseil d’administration.

Ainsi à la lumière de votre bilan s’évanouit en premier fantôme celui du déficit qu’on voyait planant sur votre entreprise prêt à vous dévorer tous les produits pendant de longues années. Il faut convenir que les circonstances ont puissamment aidé à la propagande de cette crainte heureusement chimérique. La guerre, les inondations, les disettes, l’élévation des salaires produite par celle des subsistances, la crise commerciale, industrielle et financière nous ont fait pendant toute la durée de nos travaux un cortège aussi fidèle que déplorable. Vous en avez triomphé pendant les années périlleuses de votre établissement ; et si, aujourd’hui que vous êtes parvenu au terme de cette période de création, l’avenir s’assombrissait de nouveau, vous en triompheriez encore par la force de votre position et par les éléments de vie et de succès que votre œuvre porte en soi.80

3. Le tracé de la rue et la sociologie du quartier avant l’opération

  • 81 B. Gauthiez, L’immeuble lyonnais au xixe siècle, ouvr. cité.

45Avant d’en venir aux expropriations et à la réalisation des travaux eux-mêmes, il est nécessaire de présenter le tracé de la rue dessiné par René Dardel, tout en décrivant la population y habitant. Celle-ci n’a en effet été qu’assez peu étudiée. À l’exception des multiples appréciations, souvent très négatives, que l’on a mentionnées plus haut, on ne connaît qu’un tableau systématique de la sociologie de la Presqu’île dans la première moitié du xixe siècle, celui réalisé par Gauthiez à partir de la matrice fiscale de 1840.81 Au-delà de l’image d’une population miséreuse et entassée dans des immeubles étroits, il pointe un certain nombre de clivages et identifie trois types d’espaces : des quartiers au niveau social élevé (quais, au sud-ouest autour de la place Bellecour, au nord entre Hôtel de Ville et rue Neuve) ; des quartiers d’activité (Saint-Nizier et le long des axes des rues Mercière, Bellecordière, de la Barre) ; des quartiers pauvres (tout le triangle délimité par les rues Mercière, Ferrandière et l’Hôtel-Dieu).

  • 82 D. Bertin, Les transformations de Lyon sous le préfet Vaïsse, ouvr. cité.

46Le plan de Dardel passe ainsi par des secteurs assez différents. Il n’est pas totalement rectiligne mais suit une ligne brisée aux deux tiers, d’abord strictement nord-sud entre la place de la Comédie et celle des Cordeliers (partie nord), puis jusqu’au nord de la rue Bellecordière où une nouvelle place, la place Impériale (actuelle place de la République), masque le changement de direction. Le tracé oblique alors légèrement vers l’ouest en suivant la rue Bellecordière jusqu’à la place Bellecour, sans modifier la façade orientale de la rue Bellecordière mais en élargissant cette rue. De cette façon, la rue, longue de 1 076 m, ne débouche pas sur l’Hôtel-Dieu. Dans sa partie nord, qui va de la place de la Comédie à la place des Cordeliers, elle coupe une série de rues transversales est-ouest, plutôt aisées et/ou actives (les rues Lafont, Pizay, de l’Arbre-Sec, du Bât-d’Argent, Mulet et Neuve) avant de traverser le quartier Saint-Charles, plus populaire, délimité par les rues Buisson, de la Gerbe, Gentil et par la place des Cordeliers. Ce quartier doit être totalement détruit par l’opération. Il en va de même pour la partie sud de la rue projetée qui passe également par des quartiers populaires. Trois quartiers sont ainsi voués à disparaître, et pas seulement à être traversés par la nouvelle rue : celui jouxtant la place des Cordeliers (rue Bonneveau, de la Lune, Port-Charlet, du Cornet, Grenette, des Générales), le quartier de l’Hôpital (rue de l’Hôpital, du Plat-d’Argent, de Jussieu, Noire et Grolée) et celui de la Préfecture (cour des Archers, rue Confort, rue de la Bellecordière). Ce tracé, finalement retenu, n’a pas été le seul envisagé. Il y a eu plusieurs versions comme celle de Cassini et Dardel qui ont dessiné le « plan d’une rue à ouvrir entre la place des Cordeliers et la place des Terreaux » (1843-1848).82 Nous ne reviendrons pas ici sur les plans successifs pour nous en tenir au tracé définitif et nous attarder un peu plus longuement sur la population concernée.

Photo 1. Presqu’île avant le percement de la rue Impériale

Photo 1. Presqu’île avant le percement de la rue Impériale

Source : Extrait du plan de Lyon de J. B. Gadola de 1855, AML, 2 S 509. Le tracé de la future rue Impériale figure en pointillé.

  • 83 AML, 321P 161.
  • 84 Y. Fijalkow, La construction des îlots insalubres : Paris 1850-1945, Paris, L’Harmattan, 1998.
  • 85 Voir plus loin la dernière partie de ce chapitre : « 4. Les expropriations ».
  • 86 AML, 321P 174.

47L’enquête d’utilité publique, menée au préalable par Dardel83, permet de l’approcher plus finement, car elle dresse la liste des immeubles présents sur le tracé (et immédiatement environnants) ainsi que de leurs caractéristiques physiques, leur état de vétusté et leur population. Elle indique également les commerces et ateliers présents dans les immeubles. Certes, les catégories retenues demanderaient à être questionnées, en particulier la catégorie « insalubre » qui semble plus relever de l’appréciation de l’enquêteur que de critères objectifs, ainsi que de l’intérêt à justifier l’opération de démolition reconstruction, ou encore les qualificatifs « ouvrier » ou « bourgeois », sans que l’on connaisse le détail des professions des habitants.84 Il s’agit cependant d’une source intéressante pour caractériser cette portion de la société lyonnaise au début du Second Empire. L’avis d’expulsion85 indique en outre les professions des locataires dans la grande majorité des cas, et complète utilement le relevé de l’enquête administrative.86

  • 87 La rue Grenette et la place des Cordeliers délimitent les deux zones et équilibrent l’espace de la (...)

48L’enquête porte sur 345 immeubles (491 bâtiments si l’on compte les bâtiments sur cour) répartis équitablement entre le secteur nord (162) et sud (183)87. Il en ressort que le bâti est élevé et assez homogène sur toute la zone : 52 % des immeubles comptent 4 étages et 26 % 5 étages ; 16 % seulement n’ont que 3 étages et on ne compte que 5 immeubles d’un étage (dont 4 situés cours des Archers, à proximité de la Préfecture) ; 96 % des immeubles sont dits « anciens » ; 49 % sont décrits comme étant en mauvais état, 37 % dans un étant « médiocre » et 17 % seulement en bon état ; 33 % ont un bâtiment sur la cour, qui compte la plupart du temps autant d’étages que l’immeuble sur rue et qui est souvent insalubre (le taux d’immeubles déclarés insalubres passe à 88 % si l’on tient compte des immeubles sur cour, contre 80 % pour les bâtiments principaux). Le taux d’immeubles insalubres est très important ce qui, avec toutes les réserves que l’on peut avoir sur la définition du terme, confirme assez largement l’opinion des contemporains. Il est toutefois assez variable selon la partie de la rue dont il s’agit (Tableau 5).

Tableau 5. État des immeubles principaux selon le secteur

État de l’immeuble Partie Nord Partie Sud Total
Insalubre 64 % 91 % 80 %
Partiellement insalubre 3 % 6 % 5 %
Salubre 33 % 3 % 15 %
Total (%) 100 % 100 % 100 %
Nombre d’immeubles 114 162 276
Non précisé 48 21 69
Total 162 183 345

49Dans la partie nord, les immeubles insalubres sont concentrés dans le quartier Saint-Charles, entre la place des Cordeliers et la rue Neuve. Les rues Mulet, Bât-d’Argent, Pizay et Lafont en comptent très peu. La division nord-sud se confirme si l’on s’attarde sur les autres caractéristiques du bâti. Les immeubles au sud sont plus souvent mal agencés (70 %) ou organisés en chambres (20 %) que ceux du nord (respectivement 52 % et 12 %). Il est probable que la division en chambres signifie la présence de garnis, mais on ne peut l’affirmer de façon systématique. Par ailleurs, les immeubles de la partie sud comptent plus souvent des bâtiments sur cour (respectivement 44 % et 20 %). Cette différenciation est nettement perçue au milieu xixe siècle. Le quartier de l’Hôpital est ainsi décrit comme le plus « arriéré » par Monmartin, celui de la rue Noire comme « ce misérable quartier de la rue Noire qui reste comme une souillure pour Lyon » (p. 186). Sans surprise, on en voit le reflet dans la composition sociale des immeubles : les logements qualifiés de bourgeois sont situés dans les rues de la partie nord, les logements ouvriers dans le quartier Saint-Charles et dans la partie sud.

Tableau 6. Qualification des immeubles selon le secteur

Type Partie nord Partie sud Total
Bourgeois 18 % 2 % 10 %
Hôtels garnis 8 % 2 % 5 %
Intermédiaire (maîtres ouvriers) ou mixte (rentier et ouvriers) 27 % 10 % 18 %
Ouvrier 47 % 86 % 67 %
Total 100 % 100 % 100 %
Nombre d’immeubles 154 171 325

50On peut aller un peu plus loin dans la présentation de la population. On sait qu’il s’agit d’un quartier d’ouvriers, d’artisans et de commerçants. Les professions figurant sur les avis d’expropriation indiquent que, bien que l’on ne soit pas dans l’un des hauts lieux de la fabrique, le secteur de la soie est le plus représenté : 10 % des locataires y travaillent et sont désignés soit comme « ouvrier soie » soit comme dévideur, brodeur, tisseur, ourdisseur, guimpier, tailleur, ou passementier. Ils sont répartis sur l’ensemble du secteur. Les fabricants et négociants sont en revanche très peu nombreux (10). À côté de ce secteur, on compte beaucoup de petits métiers, journaliers, gens de peine, blanchisseuses, etc., ainsi qu’un grand nombre de commerçants et artisans. On ne dispose que de peu d’éléments sur les propriétaires si ce n’est qu’ils vivent majoritairement entre les places Bellecour et des Terreaux (58 % dont 27 % dans l’immeuble visé par l’expropriation et 11 % dans un autre immeuble de la zone à exproprier) ; 32 % vivent dans le reste de Lyon, dont environ 10 % dans le reste de la Presqu’île, le reste se distribuant entre les Brotteaux, le Vieux-Lyon (quartier Saint-Jean), la Guillotière et la Croix-Rousse. Les 10 % restant habitent surtout dans des communes proches (Bron, Limonest, Saint-Genis-Laval, etc.) On peut faire l’hypothèse qu’il s’agit surtout de petits propriétaires, notamment pour ceux résidant sur place, et pas des représentants de la grande bourgeoisie.

51En reprenant l’enquête administrative de Dardel qui porte sur 601 locaux d’activité, l’image peut encore être précisée. Bien que la vocation commerciale et industrieuse de cette partie de la Presqu’île ait souvent été notée, il apparaît qu’il s’agit surtout d’activités de proximité où domine le petit commerce alimentaire (191 commerces, soit 33 % de l’ensemble des commerces et ateliers, avec pas moins de 67 épiceries, 37 boulangeries, 30 marchands de vin et 25 boucheries-charcuteries). Ils sont sans doute les piliers de l’identité de cette petite société locale comme le note Joseph Bard dans son « tableau de Lyon ».

  • 88 J. Bard, « Tableau de Lyon », art. cité, p. 85-96.

[…] l’esprit local s’est plus particulièrement conservé dans certaines professions. Ainsi les droguistes […] avec leurs vieilles boutiques et leurs enseignes allégoriques, les épiciers qui ont conservé l’ancien genre et le magasin huileux sont encore à peu près ce qu’étaient leurs pères.88

  • 89 B. Angleraud, « Le pain quotidien : la boutique boulangère au cœur des sociabilités de quartier au (...)

52On peut supposer que ces commerces tiennent un rôle important dans les sociabilités et la vie locale, à l’instar de ce que montre Bernadette Angleraud89 sur les boulangères du quartier de la Guillotière, confidentes et créancières autant que boutiquières, piliers de la vie de quartier.

53Malgré la présence d’ouvriers de la soie, l’artisanat du textile est finalement assez peu présent (une dizaine d’ateliers dont 4 drapiers), en tout cas moins que celui du cuir avec 15 cordonniers et 8 corroyeurs, ou que celui du bois avec 26 menuisiers et 9 tonneliers, surreprésentés dans la partie nord. L’artisanat des métaux est présent avec une dizaine d’ateliers également : 2 forgerons, 2 ferronniers, 3 ferblantiers, 1 chaudronnier, 2 batteurs d’or, tous dans la partie sud de la rue, ainsi que 12 serruriers. Enfin, il faut mentionner 18 ateliers divers (pâtes, sirops, colle, cirage, coutelier, horloger, marbrier, etc.). En plus du petit commerce alimentaire, on dénombre 145 autres commerces notamment des merceries (23), des grainetiers et marchands d’herbes (25), des commerces de bois et charbon (16) plutôt dans la partie sud, des drogueries et quincailleries (13, surtout dans la partie nord). Là aussi le textile est relativement peu présent avec tout de même 6 modistes, 1 marchand de soie et 1 de crêpes. Le secteur abrite également 6 hôtels, 28 cafés et 5 cabarets (dont 3 dans le seul massif Saint-Charles). Les trois quarts des cafés sont dans la partie sud de la rue ou autour de la place des Cordeliers. Les autres activités de services sont pratiquement absentes. Le panorama ne serait pas complet sans la prise en compte des entrepôts, le plus souvent dans les immeubles sur cour. Ils sont vraisemblablement de petite taille et lié à un commerce (certains sont des magasins à bois ou à charbon). On en compte 56 (9 % de l’ensemble des locaux), ainsi que 5 écuries et fenils autour de la place des Cordeliers.

54À une échelle plus fine, il n’apparaît pas de spécialisation commerciale ou artisanale très nette et les activités sont partout diversifiées. Quelques exceptions peuvent toutefois être notées : il y a ainsi 11 merceries rue de l’Hôpital (sur 23), 12 marchands de vin dans les rues Jussieu, Port-Charlet et Noire (sur 30), qui sont aussi le secteur des commerces de bois et charbon (6). 4 menuisiers sont installés rue Bellecordière et 9 dans les rues du nord (Neuve, Mulet, Pizay, Bât-d’Argent), ainsi que 5 dans le quartier Saint-Charles (Bonneveau, de la Gerbe) sur un total de 26.

55La distribution entre commerces et artisanat confirme la bipartition de ce secteur mais invite aussi à ne pas trop la forcer. La partie nord n’apparaît pas particulièrement bourgeoise : elle se distingue par la présence des menuisiers et des drogueries-quincailleries alors que la partie sud est plutôt marquée par les serruriers (et autres artisans des métaux), les artisans du cuir, les commerces de vin, charbon et bois. Le quartier Saint-Charles ressemble à la partie sud mais compte aussi beaucoup d’entrepôts et d’hôtels garnis (6), et son image s’appuie aussi sur un autre type de commerce : on y trouve en effet deux maisons de tolérance rue Villard et rue Gentil ainsi que trois cabarets (2 dans la rue Villard et 1 rue Neuve). S’il y a là une forme tangible du « vice » décrié par les contemporains, il faut noter que l’on ne compte qu’une maison de tolérance dans la partie sud de la rue Bonneveau, qui est souvent considéré comme « la pire » de ces rues, et un cabaret (rue Port-Charlet).

56On ne peut donc que noter, après André Bruston et Bernard Gauthiez, que les expropriations concernent avant tout les populations ouvrières et le cœur des quartiers les plus pauvres de la Presqu’île. La justification urbanistique du tracé recouvre fort opportunément les préoccupations politiques et sociales des promoteurs du projet. La « régénération » ainsi menée épargne les activités, industrielles ou de négoce, les plus emblématiques pour toucher principalement un petit commerce et un petit artisanat tournés vers la population locale.

4. Les expropriations

57Faut-il voir dans cette configuration une des raisons pour laquelle les expropriations ont suscité peu de résistances ? Commentateurs et historiens ont peu abordé cette question, même s’ils ont noté la rapidité de leur exécution, rapidité remarquable si l’on considère qu’elles concernent près de 250 immeubles et environ 7 000 habitants et que l’on n’a recensé que peu de traces de mouvements d’opposition.

  • 90 M. Darin, « Les grandes percées urbaines du xixe siècle, quatre villes de province », Annales Écon (...)

58Ces expropriations pour cause d’utilité publique sont soumises à la loi du 3 mai 1841. On sait que, si cette loi représente une étape importante dans l’évolution d’un droit de propriété auparavant considéré comme inviolable, elle est restée limitée dans son application. En effet, elle vise principalement, en matière d’urbanisme, à la mise en application de plans d’alignement, n’autorisant que l’expropriation de la partie de la propriété nécessaire à la rectification de la rue. À Lyon, la rue Centrale est le principal exemple de l’usage fait de cette loi. En 1846, la proposition de loi Nadaud permettant d’exproprier toute la parcelle – et pas seulement la partie nécessaire à l’alignement – est repoussée. Elle réapparaît autrement sous le Second Empire : le décret du 26 mars 1852 permet d’exproprier en entier toute propriété touchée par la voie sous expropriation, et plus seulement ce qui tombe sous le coup de l’alignement. Il autorise même l’expropriation de parcelles voisines non entamées. L’extension permise par le décret ouvre des perspectives aux aménageurs, ce qui en fait une des conditions qui ont favorisé le mouvement d’haussmannisation à Paris comme ailleurs. Les expropriations réalisées à Lyon ont contribué à préciser les contours de cette législation qui laisse une grande marge de manœuvre à l’administration, pour peu que son action s’appuie sur les résultats de l’enquête préalable d’utilité publique.90

  • 91 J. Coppolani, « Une opération d’urbanisme à Toulouse : les rues nouvelles de la fin du xixe siècle (...)
  • 92 Notamment la fameuse thèse de M. Halbwachs, Les expropriations et le prix des terrains à Paris 186 (...)
  • 93 R. Goma Mackoundi, L’expropriation pour cause d’utilité publique de 1933 à 1935, thèse en histoire (...)
  • 94 C. Arnaud, Manuel du directeur du jury d’expropriation pour cause d’utilité publique, Paris, Camoi (...)

59Les expropriations peuvent se faire de deux manières distinctes. Soit un accord est trouvé à l’amiable entre les parties, soit le cas fait l’objet d’une procédure contradictoire au terme de laquelle un jury fixe le montant de l’indemnité, sur la base d’un montant proposé par l’administration. Le choix de l’une ou l’autre forme dépend très largement de contextes locaux, par exemple, comme à Toulouse, de l’intérêt de certains spéculateurs à traiter de gré à gré.91 Il a été souvent souligné que cette loi, si elle ouvrait une brèche dans le sacro-saint droit de propriété, se révélait très favorable aux propriétaires expropriés, notamment à cause de deux de ses dispositions.92 La première concerne le jury, qui est un jury d’arrondissement, composé donc de personnes habitant à proximité de l’exproprié, et entretenant potentiellement des liens avec lui. Certes il existe un droit de récusation des jurés qui tempère quelque peu ce risque (article 34) : le jury compte une liste de départ de 14 noms, chaque partie pouvant en récuser deux (le jury final compte 12 personnes). Mais il est peu utilisé.93 La SRI use de cette faculté, ou, du moins, les administrateurs laissent Poncet procéder aux récusations qu’il juge utiles (CA du 7 juillet 1854). Les listes des jurés ne font pas l’objet de commentaire particulier lors des conseils d’administration. La seconde disposition est le rôle du magistrat, qui ne préside pas les débats mais se contente de veiller au respect des formes. Cela laisse planer un doute sur les compétences du jury dans la détermination des indemnités et interdit tout arbitrage d’un magistrat pour tempérer les prétentions des propriétaires. Une confusion fréquente (volontaire ou non), déplorée notamment par Camille Arnaud, juge au tribunal civil de Marseille94, peut ainsi porter sur le fait de prendre en compte la plus-value à venir des immeubles et non la plus-value présente. Le montant des indemnités a pu être interprété comme le fait que les propriétaires s’appropriaient la plus-value résultant de l’opération – publique – d’aménagement.

60Dans le cas de la rue Centrale, les expropriations ont plutôt bénéficié aux propriétaires. Certes, Clair Tisseur indique que Poncet était connu comme la « terreur des expropriés » par sa connaissance très précise des prix, des échéances des baux, etc. mais pour ajouter presque immédiatement :

  • 95 C. Tisseur, « Un chapitre d’histoire de la construction lyonnaise », art. cité, p. 109.

Le sûr, c’est que l’expropriation fut fructueuse pour plus d’un propriétaire. Savoye prétendait que, dans ce temps-là, chaque propriétaire de la ville eût dû ajouter à sa prière du matin l’oraison suivante : « Seigneur, faites-moi la grâce de me faire exproprier un petit coin de ma propriété ! »95

61Certes, le jury peut dans certains cas fixer une indemnité fort basse mais elle peut tout aussi bien s’avérer très élevée, voire extravagante. Les premières acquisitions à l’amiable sont annoncées au CA du 28 février 1854, donc bien avant la fixation des jurys. Elles portent sur 5 maisons de la partie nord de la rue et du quartier Saint-Charles dont l’une, rue Mulet, appartient à Pierre-François Tavernier, l’un des membres du conseil d’administration. Elle lui est acquise pour 75 000 F, somme compensant ses actions souscrites dans la SRI, tandis que les autres propriétaires sont payés en obligations de la ville de Lyon. Au cours des semaines et des mois suivants, ces acquisitions se poursuivent rapidement, parfois au rythme d’une dizaine par semaine. Au CA du 3 mars 1854, Benoît Poncet présente six avocats pour plaider devant les jurys d’expropriation (Perras, Jeanton, Vincent, Rambaud, Humblot, Desgranges) qui sont approuvés par les administrateurs. Afin de coordonner le travail de l’ensemble et suivre le déroulement des travaux, les administrateurs décident de se réunir toutes les semaines.

  • 96 AML 187 II 80.
  • 97 AML 321P 174.
  • 98 AML 921P 205-9, analysée par B. Gauthiez, L’immeuble lyonnais au xixe siècle, ouvr. cité.
  • 99 Émile Bruneau dans son rapport de 1854 donne le chiffre de 15 à 18 000 locataires. É. Bruneau, Rap (...)

62Les sessions sont divisées en sept périodes, la dernière devant se tenir le 21 août 1854 (CA du 23 juin 1854). En réalité, la session se termine en janvier 1855. Au cours du CA du 26 janvier 1855, Benoît Poncet note simplement que les prévisions « n’ont point été dépassées ». Ici, on n’a pas repris les délibérations ni les arguments mais on s’est intéressé aux montants versés, soit à l’amiable soit par indemnisation, en confrontant trois sources : le registre des acquisitions et indemnités, qui consigne les versements aux expropriés et aux locataires expulsés96, l’avis d’expropriation du 24 juin 1854, qui contient les montants proposés aux propriétaires et précise si l’affaire a été réglée à l’amiable97, et la matrice fiscale de 184098 qui donne les valeurs des immeubles. 241 immeubles et 2 311 locataires sont concernés (soit une population totale que l’on peut estimer à 7 000 habitants environ si l’on compte une moyenne de 3 personnes par ménage).99

63L’avis d’expropriation distingue trois catégories, trois secteurs, qui seront successivement expropriés (Tableau 7). Il concerne 241 immeubles. La première, pour les expropriations du 24 juin 1854, comporte peu d’immeubles : il s’agit d’un choix délibéré, défendu par Benoît Poncet au CA du 16 mars 1854 (au cours duquel les instructions données par Vaïsse en préfecture sont discutées). Le CA du 7 avril 1854 fixe les dates limites de prise de possession pour les deuxième et troisième catégories. La trésorerie de la société limite l’ampleur de cette première phase. Tous les immeubles sont libérés en juin 1855, les ultimes indemnités étant versées en septembre 1855, ce qui témoigne effectivement d’une grande rapidité. Il est pourtant intéressant de s’attarder sur le déroulement de ces expropriations et de ne pas les considérer en bloc car leur temporalité permet de mieux en comprendre la logique.

Tableau 7. Calendrier des expropriations de 1854-1855 (1er traité)

Catégorie Date de prise de possession Nombre immeubles Secteur
1re catégorie 24 juin 1854 35 A : nord de la place des Cordeliers (quartier Saint-Charles)
2e catégorie 25 décembre 1854 78 B : reste du quartier Saint-Charles (rue Buisson, Gentil et Neuve) ; place des Cordeliers ; quartier de l’Hôpital
3e catégorie 24 juin 1855 118 C : partie nord de la rue ; partie sud de la rue (Bellecordière, sud de la place des Cordeliers, reste du quartier de l’Hôpital)
Sans catégorie 10 Disséminés

Source : AML 321P 174 (avis d’expropriation).

64Il apparaît que les quartiers les plus pauvres sont les premiers concernés. Le quartier Saint-Charles n’est peut-être pas aussi pauvre que celui de l’Hôpital mais il est, on l’a vu, représentatif du « vice » attribué à ces quartiers et, qui plus est, assez proche des espaces plus aisés de la partie nord de la rue. Dans un premier temps, nous avions pensé que le choix de commencer par le quartier Saint-Charles (secteur A) était dû à son insalubrité d’autant que les propos de Dardel sur ce quartier « le plus affreux et le plus malsain quartier de Lyon… » venait renforcer cette idée. Or, comme nous le verrons plus loin, ce sont des considérations de flux de matériaux lors de la démolition des immeubles qui dictèrent le choix des zones d’expropriation.

Carte 1. Zones d’enquête administrative et d’expropriation

Carte 1. Zones d’enquête administrative et d’expropriation

65L’essentiel ne réside toutefois peut-être pas là mais dans la dimension financière des expropriations. Les indemnités proposées sont élevées. Pour s’en faire une idée on peut les comparer à la valeur de l’immeuble qui est fournie par Bernard Gauthiez à partir de la matrice foncière de 1840. Certes, la valeur des immeubles est sous-évaluée dans ce type de recensement. De plus, elles ont pu augmenter entre 1840 et 1854 (même si rien ne permet d’étayer cette supposition). Il est vrai également que l’indemnité ne couvre pas seulement la valeur marchande du bien exproprié mais doit compenser la perte subie par le propriétaire. Pourtant, même en tenant compte de ces restrictions, les écarts entre les indemnités proposées sont très importants : en moyenne, l’indemnité proposée est en effet le triple de la valeur de la matrice. De plus, les indemnités réellement versées sont plus importantes que celles proposées. La valeur moyenne des immeubles dans la matrice est de 28 525 F, elle est de 70 821 F pour les indemnités proposées et de 86 745 F pour les montants effectivement versés. Ces sommes ne sont sans doute pas pour rien dans la rapidité de la résolution des expropriations.

66Pour autant, tout ne se règle pas à l’amiable, loin de là : 66 % des expropriations passent devant un jury, le tiers restant seulement étant réglé à l’amiable. La proportion d’affaires réglées à l’amiable diminue au fil du temps : 46 % dans la première catégorie, 37 % dans la 2e et 28 % dans la 3e. Les écarts ne sont pas liés au type d’immeuble puisque l’on retrouve, à l’intérieur de chaque catégorie, la même proportion d’affaires traitées à l’amiable pour les immeubles bourgeois et ouvriers. La proximité des propriétaires n’a pas non plus d’impact : on aurait pu penser soit que les propriétaires les plus proches étaient plus accessibles pour négocier à l’amiable, soit que ceux résidant sur place seraient réticents du fait même qu’ils allaient devoir déménager. Pourtant, quel que soit le lieu de résidence du propriétaire la proportion d’expropriations réglées à l’amiable est la même.

67Il semble plutôt que l’on ait affaire à une forme de comportement spéculatif de la part des propriétaires. Lors de la 1re phase, les affaires passant devant le jury d’expropriation se concluent toutes par une indemnité supérieure à celle proposée au départ, de 41 % en moyenne. De plus, les indemnités versées par les jurys sont en général nettement plus élevées que celles résultant d’un accord à l’amiable (respectivement 103 000 F et 75 500 F en moyenne). Le recours au jury paraît donc sans risque et profitable. Cela se confirme au cours de la 2e phase, avec des indemnités versées de 41 % supérieures (en moyenne) à celles proposées au départ, et des montants supérieurs quand l’affaire est traitée par le jury (91 500 F en moyenne contre 60 500 F pour celles réglées à l’amiable). Toutefois, dans 4 cas sur 52, le jury décide d’une indemnité inférieure à celle proposée initialement, ce qui montre qu’il existe un risque, même minime, à y recourir. Cette générosité des jurys renvoie sans doute à la sacralisation du droit de propriété qui légitime des compensations importantes, mais aussi probablement à la volonté de parvenir rapidement à un accord.

68Quoiqu’il en soit, il n’est pas surprenant de voir alors la proportion d’affaires réglées à l’amiable diminuer encore dans la 3e phase. Pourtant, les jurys sont plus sévères dans cette phase d’expropriation, qui est aussi celle, rappelons-le, qui regroupe le plus d’immeubles. L’écart s’est quelque peu réduit entre l’indemnité versée et celle fixée au départ (26 % en moyenne) ainsi qu’entre immeubles indemnisés suite à décision du jury et gérés à l’amiable (respectivement 90 000 F et 80 000 F). 12 affaires (sur 81 passant devant le jury) se terminent par une indemnité inférieure à celle proposée au début. Le montant des indemnités et la dynamique des jurys qui semble avoir favorisé les comportements spéculatifs des propriétaires sont sans doute un facteur essentiel pour comprendre la rapidité et la facilité avec laquelle se déroulent ces expropriations, y compris auprès de propriétaires qui, résidant sur les lieux, auraient pu être plus réticents à vendre.

  • 100 Selon les sources, le nombre d’immeubles varie : 241 pour les jugements d’expropriation et 289 pou (...)
  • 101 Fin juin 1855, tous les paiements n’avaient pas été effectués. Les montant inscrits sur le compte (...)
  • 102 AML 187 II 80 : Registre des indemnités comprenant les acquisitions (juin 1854 à août 1855), les i (...)

69Au total, le coût des expropriations des 241 immeubles (289 bâtiments si l’on tient compte des constructions sur cour100) sur le tracé de la rue s’élève à 27,127 MF.101 Le registre des acquisitions utilisé ici, qui enregistre les opérations entre juin 1854 et juillet 1855, recense des versements pour un montant de 20,588 MF.102 Le registre des versements ultérieurs (pour un peu moins de 7 MF) n’a pas été retrouvé. Les règlements à l’amiable se chiffrent à 5,4 MF. Si les indemnités proposées avant la tenue des jurys n’avaient pas été discutées, le coût des expropriations se serait monté à 17,7 millions de francs. Il convient d’y ajouter environ 300 000 F de frais, ce qui paraît relativement peu élevé (environ 150 000 F de frais de notaire, 50 000 F pour les émoluments du directeur Poncet, 60 000 F d’honoraires d’avocats et avoués, 4 000 F de frais d’huissier, le reste en frais de comptabilité, d’imprimeur, etc.).

  • 103 CA du 26 juin 1854.
  • 104 Vaïsse ne déclarait-il pas en 1853 que les populations déplacées se porteraient « naturellement » (...)

70Il convient surtout d’y ajouter les indemnités versées aux locataires qui se montent à 1 685 451 F. Seuls les locataires faisant la preuve qu’ils ont un bail sont susceptibles d’être indemnisés, soit 449 sur 2 311 (19 %). Benoît Poncet obtient du CA le 26 juin 1854 qu’une indemnité soit versée à certains locataires « reconnus dans une position précaire […] à des fins d’équité ».103 Le conseil lui laisse le champ libre mais force est de constater que tous n’ont pas reçu de compensation. Au total, 847 locataires recevront une compensation (environ 36 %). 21 locataires reçoivent une très grosse indemnité (10 000 F et plus). Les écarts sont parfois très importants entre le montant proposé et l’indemnité versée. Ainsi Michel, cafetier du 14 rue Lafont, se voit proposer 3 000 F et reçoit finalement 51 000 F. Si on retire ces 21 locataires, l’indemnité moyenne est de 1 500 F par locataire. Il s’agit très majoritairement de commerçants, pour lesquels l’indemnité équivaut à une sorte de reconnaissance de leur fonds de commerce, non inscrit pourtant dans la loi. Les indemnités versées sont importantes au regard du montant des loyers, mais sans doute plus limitées si l’on considère la valeur des fonds de commerce (qui n’est pas évaluée) et, surtout, si l’on tient compte de la majorité des habitants qui ne reçoit rien. L’absence de réaction de ces derniers, auxquels aucun autre logement n’est proposé, peut surprendre. On peut penser qu’ils se sont largement installés sur la rive gauche du Rhône, à la Guillotière dans le 3e arrondissement, là où la construction d’immeubles est particulièrement active.104

71Dans ces conditions, on peut comprendre le satisfecit que s’accordent les membres du conseil d’administration dans leur rapport à la première assemblée générale du 20 décembre 1854 :

À peine conçue depuis quelques mois, à peine en mesure de fournir les titres matériels qui constatent les droits et la position de chacun, notre société a déjà pris possession de son domaine, constitué son crédit, assuré son avenir. En moins de temps qu’il n’en fallait d’ordinaire pour régulariser le plan d’une rue, pour régulariser un passage incommode ou dangereux, elle s’est rendue propriétaire de 283 maisons, elle s’est mise en règle vis-à-vis de 4 000 à 5 000 locataires qui entraînent avec eux une population de plus 15 000 personnes, et tout cela sans perturbation trop grande pour le public, sans plaintes fondées de la part des particuliers, sans violences ni injustices, presque de gré à gré, de telle sorte que ses transactions amiables ou ses règlements devant les tribunaux sont aujourd’hui invoqués dans toutes les causes de même nature comme des modèles d’équité, de formes et de convenances. Ce résultat, non moins que la grandeur et l’utilité de l’entreprise, lui a donné un caractère d’honorabilité et de patriotique modération dont nous devons être heureux et fiers.

72Certes, l’exagération est importante (le nombre d’habitants annoncé étant le double de ce que l’on peut estimer), mais elle est révélatrice d’une part de l’état d’esprit des promoteurs de la rue Impériale, et d’autre part de la nécessité pour eux de susciter l’enthousiasme des souscripteurs pour défendre le projet de construction.

73Après cette première phase, la SRI continue jusqu’en 1856 les expropriations dans les zones du massif des Terreaux (20 maisons), de la rue de la Bourse et du marché couvert (41 maisons), du prolongement de la rue Grenette (9 maisons) et de l’ouverture de la rue Childebert (5 maisons). Ainsi en l’espace de 30 mois, la SRI a acquis la quasi-totalité des immeubles (350 sur 364) qu’elle va s’employer à démolir puis à reconstruire.

Photo 2. Place Impériale, reconfiguration du parcellaire

Photo 2. Place Impériale, reconfiguration du parcellaire

Source : Extrait du plan parcellaire de la rue Impériale dressé par G. Bonnet le 14 août 1855, AML, 2 S 392/2. Ancien parcellaire (jaune), bâti reconstruit (gris) et bâti modifié (bleu).

Notes

1 Terme souvent employé par la commission municipale en charge du dossier de la rue Impériale.

2 Par exemple J.-B. Monfalcon, Histoire monumentale de Lyon, Paris, Didot, 1866-1869.

3 C. Tisseur, « Un chapitre d’histoire de la construction lyonnaise : Benoît Poncet et sa part dans les grands travaux publics de Lyon », Revue lyonnaise, no 2, 1881, p. 101-115, p. 189-209 et p. 280-297 ; Revue lyonnaise, no 3, 1881, p. 238-245. Ces articles sont signés du pseudonyme Nizier de Puitspelu.

4 Notamment, A. Kleinclausz dir., Lyon des origines à nos jours, la formation de la cité, Lyon, Pierre Masson, 1925 ; F. Dutacq, « La politique des grands travaux sous le Second Empire, les idées et les projets de C.-M. Vaïsse, préfet du Rhône », Revue des études napoléoniennes, XXIX, 1929, p. 36-43 ; É. Leroudier, « Les embellissements d’une grande cité, Lyon depuis le xvie siècle », Revue du Lyonnais, série 6, no 1, 1921, p. 147-207.

5 A. Kleinclausz dir., Histoire de Lyon, Lyon, Pierre Masson, 1952.

6 A. Bruston, « La “régénération” de Lyon 1853-1865, l’intervention de l’État et le manifeste urbain de la bourgeoisie », Espaces et Sociétés, no 15, 1975, p. 81-103.

7 Voir notamment les travaux de D. Bertin : Les transformations de Lyon sous le préfet Vaïsse, thèse de doctorat en art et archéologie, Université Lyon 2, 1987 ; De la rue Impériale à la rue de la République, Lyon, Archives municipales, 1991 ; avec N. Mathian, Lyon 1789-1914, silhouettes d’une ville recomposée, Lyon, Éditions lyonnaises d’Art et d’Histoire, 2008.

8 On se référera notamment à B. Gauthiez : « Des unités pertinentes pour mesurer la ville concrète », Histoire et mesure, 19, 2004, p. 295-316 ; « La rénovation urbaine au centre de Lyon au xixe siècle, une histoire en trois phases », Peurs dans la ville, J. Comby éd., Rennes, PUR, 2015, p. 23-70.

9 Pour une lecture plus approfondie du chantier voir l’article de L. Bonneval et F. Robert, « Le triptyque de la transformation urbaine : le chantier de la rue Impériale à Lyon (1854-1858) », Architecture des villes, architecture des territoires xviiexxe siècles, M. Lambert-Bresson et A. Terrade éd., Paris, Archibooks – Cahiers de l’IPRAUS, 2018, p. 93-105.

10 B. Gauthiez, L’immeuble lyonnais au xixe siècle, Lyon, MRASH (rapport pour le PIR-Villes), 1996.

11 J. Bard, « Tableau de Lyon », Revue du lyonnais, série 2, no 1, 1850, p. 87.

12 Cette rue a fait l’objet de bien moins de travaux que la rue Impériale, qu’elle préfigure à bien des égards. Son percement est surtout connu par les articles de C. Tisseur (art. cités plus haut) desquels sont repris les développements qui suivent, complétés par les données issues du cahier du voyer principal de la ville de Lyon, Benoît Vermorel – statistiques des constructions anciennes et nouvelles dans le centre de la ville, période comprise du commencement de 1854 au 1 septembre 1861, AML, 3 ii 39.

13 31 immeubles en 1846, 22 en 1847. AML, 3 ii 39.

14 AML 321 P 174 : G. Bonnet, Rapport de l’ingénieur en chef chargé du service municipal sur la plus-value à réclamer des propriétaires des immeubles voisins de la Rue Impériale, janvier 1855.

15 A. de Monmartin, « Des améliorations à apporter dans la partie centrale de la ville de Lyon », Revue du Lyonnais, série 1, no 22, 1845, p. 177-194.

16 Ibid., p. 187.

17 Ibid., p. 177-178.

18 Ibid., p. 179.

19 A. Bruston, « La “régénération” de Lyon, 1853-1865 », art. cité, p. 82.

20 J. Bard, « Tableau de Lyon », art. cité.

21 A. de Monmartin, « Des améliorations à apporter dans la partie centrale de la ville de Lyon », art. cité, p. 181-182.

22 Voir le chapitre VII de la thèse de F. Prieur, Dompter une ville en colère. Genèse, conception et mise en œuvre de la police d’État de Lyon (1800-1870), thèse de doctorat d’histoire, Université Lumière Lyon 2, 2013.

23 Rubrique nécrologique, Revue du lyonnais, série 2, no 29, 1864, p. 284.

24 Un exemple particulièrement marquant en est l’article de L. Boitel, « Projet de la Rue Impériale et divers travaux extraordinaires », Revue du lyonnais, série 2, no 8, 1854, p. 92-95.

25 F. Dutacq, « La politique des grands travaux sous le Second Empire, les idées et les projets de C.-M. Vaïsse préfet du Rhône », art. cité, p. 40.

26 Lettre du maréchal Castellane au préfet Vaïsse, 6 octobre 1853, cité par A. Kleinclausz, Lyon des origines à nos jours, ouvr. cité, p. 56.

27 A. Bruston, « La “régénération” de Lyon », art. cité, p. 94.

28 P.-Y. Saunier, « La ville et la ville : les hommes et les organismes municipaux de l’aménagement urbain au xixe et xxe siècles », Recherches contemporaines, no 3, 1995-1996, p. 122-137.

29 AML, 502911 : Rapport de M. le conseiller d’État chargé de l’administration du Rhône à la commission municipale sur le projet de la rue Impériale et divers projets de travaux extraordinaires.

30 A. Bailleux de Marisy, « La ville de Lyon, ses finances et ses travaux publics », Revue des deux mondes, vol. 57, 1865, se montre assez critique sur les réalisations de la SRI. Citons aussi les mémoires de ce républicain d’où ressort surtout une critique de la politique impériale : « La commission municipale fonctionnait, taxait, votait, entreprenait, démolissait, construisait. Les contribuables étaient ruinés en silence et les clients (au sens romain du mot), les courtisans de l’empereur, de son proconsul, ou de sa Commission, s’enrichissaient des bouleversements rapides des rues du vieux Lyon. Castellane était insolent et bizarre, Vaïsse était taciturne, entreprenant près des dames, entrepreneur en chef mais non officiel des travaux publics. La malignité ou la perspicacité publique avait donné le nom à une maison de la place des Jacobins [la préfecture] de “maison des trois voleurs” » ; F.-M. Crestin, Souvenirs d’un lyonnais, écrits par un de nos compatriotes, témoins et souvent acteur des faits historiques qui se sont passés à Lyon depuis 1857 jusqu’en 1871, Lyon, Decléris, 1897.

31 Il y a un écart de 500 000 F entre les tarifs indiqués par Vaïsse dans son rapport et le celui de la sous-commission municipale présidée par Devienne, présenté par Bruneau, écart provenant du coût estimé du palais du Commerce : 1 MF pour Vaïsse, 1,5 MF d’après la sous-commission.

32 Au xixe siècle à Lyon, l’enseignement de l’architecture est dispensé au sein de l’École impériale des beaux-arts où il existait un enseignement spécifique d’architecture dès 1807, enseignement complété par une formation technique théorique à l’école de la Martinière. La formation pratique s’effectuait dans les ateliers. Le diplôme d’architecte sera créé en 1867. Voir F.-R. Cottin, « La création des écoles d’architecture », Bulletin de la Société académique d’architecture de Lyon, no 9, décembre 2004, p. 8-9.

33 Rue Saint-Pierre (6 immeubles aux nos 25, 27, 29, 31, 33, 35) et rue Longue (5 immeubles aux n° 3, 5, 7, 9, 11). Vermorel, AML 3 ii 39.

34 ADR 3334W, vol. 72-191, vol. 82-58, vol. 161-530, vol. 163-330, vol. 165-188 et 701, vol. 166-170 et 349, vol. 167-646, vol. 207-479, vol. 173-115 et 729. Ces hypothèques sont surtout nombreuses en 1849 (83), 1850 (198) et 1853 (105). Les inscriptions antérieures à 1851 sont rayées en 1853, les autres entre 1860 et 1861. Suit une longue période sans inscription hypothécaire (correspondant au percement de la rue Impériale), puis une reprise au début des années 1860 (185 inscriptions entre 1861 et 1867), lorsque Poncet s’engage dans d’autres projets, à Rouen notamment.

35 L. Bonneval et F. Robert, L’immeuble de rapport, Rennes, PUR, 2013.

36 C. Tisseur, « Un chapitre d’histoire de la construction lyonnaise », art. cité, p. 111.

37 C. Tisseur, « Un chapitre d’histoire de la construction lyonnaise », art. cité.

38 Pierre-François Tavernier, François-Adolphe Gillet de Valbreuze, et Alphonse de Boissieu sont nommés administrateurs par les souscripteurs pour former le conseil d’administration. Ils s’adjoignent Prosper Dugas ainsi que Joseph Gautier, respectivement négociant et rentier. Le CA reflète alors dans une certaine mesure la diversité des actionnaires, avant de se recentrer sur une fraction plus spécifique liée à la fraction la plus conservatrice de la haute bourgeoisie catholique (voir plus loin l’analyse de la composition de l’actionnariat ainsi que celle du conseil d’administration).

39 AML 321P 273. Titre II article 4.

40 Avant 1867, les sociétés anonymes doivent être autorisées par le Conseil d’État. Pour le rôle du Conseil d’État dans la création des SA, voir la thèse de J.-P. Rochat, La société anonyme en France (1807-1867) : représentations et pratiques, thèse de doctorat d’histoire, Université de Genève, 2014.

41 CA du 16 mars 1854.

42 CA du 28 avril 1854. Archives nationales F 12/6789 après AN F 12/6789.

43 AG du 20 décembre 1854.

44 AML 321P 73.

45 Vaïsse justifie son choix de faire appel à la SRI pour ces traités en raison de la difficulté de diviser un ensemble qui, à ses yeux, forme un tout. De surcroît, la ville préfère avoir affaire à une seule entreprise plutôt qu’à plusieurs, qui plus est ont fait des offres moins avantageuses. Voir Rapport de Vaïsse présenté à la commission municipale de Lyon le 25 mai 1855 : Projet de traité pour l’exécution de divers travaux d’utilité générale. AML 1217 Wp 89.

46 8 MF plus les 354 363 F sur la plus-value immobilière que la mairie récupéra auprès des propriétaires des immeubles voisins de la rue Impériale comme la loi du 16 septembre 1807 lui en confère par le droit. Voir le Rapport de l’ingénieur en chef du service municipal du 20 janvier 1855. AML 321 Wp 174.

47 AM  1217 Wp 90. Engagements d’autant plus colossaux qu’en 1854 la ville a déjà une dette de 0,8 MF pour laquelle il a été nécessaire de contracter un emprunt (délibération du 3 février 1854). Ces emprunts seront suivis par un autre de 3,75 MF sur 50 ans à 5 % pour financer les nouveaux projets (voir plus loin).

48 CA du 18 février 1854.

49 Statuts résultant d’actes des 16, 17, 18, 20, 21 et 22 février 1854. Il existe un décalage entre la déclaration de souscription et le versement de leur montant. En juin, un certain nombre d’actionnaires n’avaient toujours pas effectué leur versement.

50 Lettre du CA envoyé au ministère de l’Agriculture, Commerce et Travaux publics. CA du 28 février 1854.

51 Prosper Dugas, négociant, et Joseph Gautier, rentier, sont nommés pour s’occuper de cette commission. CA du 7 juillet 1854.

52 AGE du 8 avril 1873. Remarque sur l’article 30 : « Il [article] prévoit une liquidation plus ou moins complète et plus ou moins prompte qui était dans l’esprit des fondateurs. »

53 Cette mise en sommeil de projets de construction s’explique par la situation irrégulière dans laquelle se trouve la Cie car, les statuts, bien que rédigés, n’ont pas été homologués par le ministère. En juillet, la SRI n’avait toujours pas l’agrément. Elle l’obtiendra entre juillet et septembre.

54 CA du 5 mai 1854. Poncet rend compte d’une lettre du colonel commandant du génie qui renouvelle la demande qu’il a faite précédemment à Poncet sur la location dans la rue Impériale destinée à l’état-major de la place de Lyon. Le CA demande à Poncet de répondre que la SRI préfère vendre le terrain nécessaire que de se charger d’une construction ayant une destination aussi spéciale (CA du 25 août 1854).

55 CA du 9 juin 1854.

56 CA du 23 juin 1854.

57 CA du 30 juin 1854.

58 A. Bailleux de Marisy, « Les nouvelles sociétés foncières », Revue des deux mondes, novembre 1881, p. 437.

59 CA du 24 mars 1854.

60 Lors de la première phase de destruction, les administrateurs donnent peu de détail de peur d’alimenter la spéculation sur les terrains.

61 Les traces de ces discussions sont rétrospectives. Ce n’est que dans les AG des années 1870 et 1880 que les administrateurs évoquent ces changements d’objectifs alors que dans les premiers CA et AG peu de choses transparaissent : « Vous le savez, messieurs, notre grande création n’était pas dans le principe ce qu’elle est devenue plus tard. Limitée à la Rue Impériale, sans les annexes qui ont fait l’objet d’un second traité, elle avait pour but spécial l’expropriation et la revente des immeubles et des terrains au travers desquels devait être établie cette belle voie, si nécessaire à la salubrité et à la circulation dans le centre de notre ville. À peine comptions nous alors utiliser nous-mêmes les quelques parcelles de terrains qui n’auraient pas trouvé d’acquéreurs, et nous pensions rétrocéder ces constructions dans un délai indéterminé mais vraisemblablement prochain. Or à cette époque les avantages de la transformation de la partie la plus malsaine et la moins intéressante de notre vieille cité ne furent pas généralement compris. Particuliers et entrepreneurs reculèrent devant des prix qui, depuis lors, sont devenus le taux normal de terrains bien moins favorablement situés. Les préventions irréfléchies qu’une innovation de cette importance faisait naitre et la crainte de voir s’écouler en pourparlers stériles, le délai qui avait été stipulé pour que les immeubles à construire puissent jouir de l’exonération de tout impôt, pendant 25 années, nous décidèrent à compléter notre œuvre et à faire nous-mêmes la spéculation que nous offrions vainement à d’autres. On émit un autre emprunt qui tripla notre capital primitif et la Rue Impériale fut créée par nous, tout d’une pièce ». AG du 1er avril 1881.

62 AG du 20 décembre 1854.

63 Constamment, lors des assemblées générales suivantes, les administrateurs reviennent sur ce choix.

64 Poncet use de tout son savoir-faire pour convaincre les administrateurs que le coût est avantageux : « D’après les traités entre le directeur [Poncet] et la société de démolition, les matériaux (pierres, bois, ferrures) doivent être déposés sur les chantiers de la SRI et vendus beaucoup moins chers. Ces matériaux étant abondants, il ne restera qu’à se procurer ceux destinés aux lignes architecturales, aux façades, aux décorations intérieures et extérieures. Mais pour ces éléments, le directeur a également négocié un traité pour obtenir des pierres du midi à un prix très bas. Des propositions avantageuses sont également faites pour les boiseries, parquets, fontes, etc. ». AG du 20 décembre 1854.

65 AG du 25 mai 1855.

66 CA du 22 septembre 1854.

67 CA du 20 octobre 1854.

68 CA du 27 octobre 1854.

69 CA du 20 octobre 1854.

70 « […] en vous apportant une nouvelle concession, un nouveau périmètre à exploiter et de nouveaux produits, nous vous proposons la création d’un nouveau capital par l’émission de nouvelles actions. » AG du 25 mai 1855.

71 CA du 9 mars 1855.

72 CA du mois de février et mars 1856. L’emprunt obligataire n’est pas garanti sur le bâti, à la différence de l’emprunt hypothécaire.

73 AGE du 29 mars 1856.

74 AGE du 29 mars 1856. Les premières conversions commencent en juin.

75 Neuf actionnaires totalisent 12 500 obligations.

76 CA du 16 avril 1856.

77 Les premiers loyers perçus en 1856 (0,8 MF) et 1857 (1,4 MF) payeront les 1,3 MF restant pour les travaux déjà exécutés et d’achèvement ce qui porte le coût de construction total à près de 13 MF au 31 décembre 1858 soit 57 MF. Voir en Annexe 4, le récapitulatif des opérations dans la presqu'île et en Annexe 5, le détail des opérations urbaines effectuées par la SRI.

78 AML 925 Wp 70.

79 Reconstitution d’après le grand livre. À cette date, il restait à payer pour les constructions, 734 164 F pour la rue Impériale, 210 571 F pour le marché couvert et 431 713 F correspondant au solde dû aux ouvriers. Cette dernière somme ne figure pas dans les comptes présentés aux actionnaires.

80 AG du 19 avril 1859, Rapport du conseil d’administration.

81 B. Gauthiez, L’immeuble lyonnais au xixe siècle, ouvr. cité.

82 D. Bertin, Les transformations de Lyon sous le préfet Vaïsse, ouvr. cité.

83 AML, 321P 161.

84 Y. Fijalkow, La construction des îlots insalubres : Paris 1850-1945, Paris, L’Harmattan, 1998.

85 Voir plus loin la dernière partie de ce chapitre : « 4. Les expropriations ».

86 AML, 321P 174.

87 La rue Grenette et la place des Cordeliers délimitent les deux zones et équilibrent l’espace de la rue.

88 J. Bard, « Tableau de Lyon », art. cité, p. 85-96.

89 B. Angleraud, « Le pain quotidien : la boutique boulangère au cœur des sociabilités de quartier au xixe siècle », N. Coquery éd., La boutique et la ville, Tours, Publication de l’université de Tours, 2000, p. 369-380.

90 M. Darin, « Les grandes percées urbaines du xixe siècle, quatre villes de province », Annales Économies Sociétés, Civilisations, vol. 43, no 2, 1988, p. 477-505.

91 J. Coppolani, « Une opération d’urbanisme à Toulouse : les rues nouvelles de la fin du xixe siècle », Académie des Sciences, Inscription et Belles Lettres de Toulouse, vol. 138, 15e série, no 7, 1976, p. 207-225.

92 Notamment la fameuse thèse de M. Halbwachs, Les expropriations et le prix des terrains à Paris 1860-1900, thèse pour le doctorat de droit, Paris, 1909. Ou encore M. Darin, « Les grandes percées urbaines du xixe siècle », art. cité ; M. Lacave, « Stratégie d’expropriation et haussmannisation, l’exemple de Montpellier », Annales Économies Sociétés Civilisations, vol. 35, no 5, 1980, p. 1011-1025.

93 R. Goma Mackoundi, L’expropriation pour cause d’utilité publique de 1933 à 1935, thèse en histoire du droit, Université de Nancy 2, 2010.

94 C. Arnaud, Manuel du directeur du jury d’expropriation pour cause d’utilité publique, Paris, Camoin libraire, 1865.

95 C. Tisseur, « Un chapitre d’histoire de la construction lyonnaise », art. cité, p. 109.

96 AML 187 II 80.

97 AML 321P 174.

98 AML 921P 205-9, analysée par B. Gauthiez, L’immeuble lyonnais au xixe siècle, ouvr. cité.

99 Émile Bruneau dans son rapport de 1854 donne le chiffre de 15 à 18 000 locataires. É. Bruneau, Rapport à la commission municipale sur les travaux extraordinaires proposés et notamment l’ouverture de la rue Impériale, Lyon, 1854, p. 23. (AML 1 C 502911)

100 Selon les sources, le nombre d’immeubles varie : 241 pour les jugements d’expropriation et 289 pour Vermorel. Les jugements d’expropriation ne tiennent pas compte des constructions sur cour alors que Vermorel les comptabilise d’où l’écart entre les deux.

101 Fin juin 1855, tous les paiements n’avaient pas été effectués. Les montant inscrits sur le compte d’acquisitions du Grand livre sont de 19,9 MF fin juin, 22,67 MF mi-septembre et 27,044 MF mi-décembre. AML 187 II 31 : Grand livre.

102 AML 187 II 80 : Registre des indemnités comprenant les acquisitions (juin 1854 à août 1855), les indemnités (juin 1854 à octobre 1855) et les frais généraux (juin 1854 à juillet 1855). AML 187 II 81 : Registre des acquisitions et indemnités (juin 1854 à juillet 1859), classement par propriétaires.

103 CA du 26 juin 1854.

104 Vaïsse ne déclarait-il pas en 1853 que les populations déplacées se porteraient « naturellement » dans d’autres parties de la ville, à la Guillotière, aux Brotteaux, etc. ? Voir C.-M. Vaïsse, Rapport de M. le conseiller d’État chargé du Rhône à la commission municipale sur le projet de la rue Impériale et divers autres projets de travaux extraordinaires, Lyon, 1853, p. 22 (AML 1 C 502911). De même, Émile Bruneau voyait en 1854 ce déplacement comme une chance pour les anciens faubourgs : « qui vont voir se réaliser des progrès qu’ils n’eussent jamais pu demander à leurs anciennes Administrations ni obtenir de leurs anciennes ressources, et l’énorme déplacement occasionné par la rue Impériale va distribuer entre eux 15 à 18 000 locataires et consommateurs nouveaux qui les vivifieront. ». É. Bruneau, Rapport à la commission municipale sur les travaux extraordinaires proposés et notamment l’ouverture de la rue Impériale, ouvr. cité, p. 23. Effectivement la rive gauche s’urbanise très rapidement après les travaux de la percée de la rue Impériale : d’après Vermorel, 73 % des nouvelles constructions entre 1857 et 1861 se font rive gauche (1274 sur 1738), soit 61 % des nouvelles surfaces (141 000 m2 sur 229 000 m2). Toutefois, rien n’indique que les populations déplacées se sont effectivement logées dans ces nouvelles maisons.

Table des illustrations

Titre Photo 1. Presqu’île avant le percement de la rue Impériale
Crédits Source : Extrait du plan de Lyon de J. B. Gadola de 1855, AML, 2 S 509. Le tracé de la future rue Impériale figure en pointillé.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/12726/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 690k
Titre Carte 1. Zones d’enquête administrative et d’expropriation
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/12726/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre Photo 2. Place Impériale, reconfiguration du parcellaire
Crédits Source : Extrait du plan parcellaire de la rue Impériale dressé par G. Bonnet le 14 août 1855, AML, 2 S 392/2. Ancien parcellaire (jaune), bâti reconstruit (gris) et bâti modifié (bleu).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/12726/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search