Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bakounine jeune hégélien

 | 
Jean-Christophe Angaut

Textes de Michel Bakounine

Lettre à Ruge, 19 janvier 1843

Texte intégral

1[1] Zurich, le 19 janvier 1843

2Cher ami,

3Je ne vous parlerai plus de ma gratitude. Je vous l’ai exprimée une fois pour toutes et maintenant, j’attendrai la première occasion pour vous la prouver pratiquement – quoique je sache par ailleurs que vous n’avez pas besoin de cette preuve pour me croire. Ici, l’interdiction des Annales allemandes n’a surpris personne, car chacun d’entre nous s’y attendait comme à une conséquence nécessaire de cette Réaction qui nous menaçait depuis longtemps déjà et qui à présent fait irruption. Mais chez tous, cette interdiction a éveillé l’espoir que vous nous rendiez visite très prochainement et que peut-être vous vous résolviez même à demeurer plus longtemps en Suisse.

4Je pense que vous vous y plairez. Le cercle n’est pas grand mais il est réellement très agréable et confortable. Tous ont la plus grande sympathie pour vous, chacun se réjouit de faire prochainement votre connaissance, en particulier Follein, quoique, comme il semble, vous n’ayez pas éprouvé beaucoup de sympathie l’un pour l’autre lors de votre première rencontre. Lui avait une prévention contre vous dont il s’est à présent complètement libéré et je suis persuadé que votre prévention contre lui, si vous en avez une, disparaîtra totalement si vous faites plus intimement sa connaissance. Il s’agit réellement d’un homme admirable, d’un homme pratique, d’un homme [2] de conviction – et c’est beaucoup dans notre monde abstraitement théorique et dénué de convictions.

  • 1  En français dans le texte, comme tous les mots en italique signalés par un astérisque.

5Ces derniers temps, Herwegh était quelque peu indisposé. Les impressions qui se sont succédé rapidement les unes aux autres au cours de ses voyages l’ont comme agressé. Maintenant cela va beaucoup mieux pour lui. Hier il est sorti pour la première fois. Peu après notre arrivée, les étudiants sont venus lui jouer une sérénade. Les ouvriers veulent en faire de même. Par ailleurs, il est très souvent attaqué par les feuilles aristocratiques locales. N’avez-vous pas lu sa courte réponse à Schönlein ? Je crois que qu’elle va occuper bien des langues et bien des têtes oisives en Allemagne. Le Messager allemand va bientôt paraître. À propos *1, auriez-vous la bonté de m’adresser aussi vite que possible mes papiers, afin que je puisse poursuivre maintenant pour le Messager allemand le travail commencé pour les défuntes Annales allemandes ? Deux jours après mon arrivée à Zurich, j’ai goûté au plaisir de voir et d’entendre parler les deux Rohmer, Mattias et son frère, plus précisément dans un procès contre Fröbel et Follein devant la haute cour.

6[3] Je vais essayer de vous donner un petit exemple de l’éloquence et de la curieuse logique de Friedrich :

On parle beaucoup de la science du monde que je revendique. Oui Messieurs, il s’agit d’une œuvre grande et remarquable, et en même temps simple, très simple. C’est une œuvre pratique, destinée à venir en aide au monde, à le sauver. Je ne suis pas seulement un homme de science, Monsieur le Président, honorables Messieurs, mais un homme d’État, notez-le, c’est important, mais alors très important, je suis un homme d’État et je le prouverai bientôt, bientôt, très bientôt, bientôt toute l’Allemagne m’honorera. On me reproche d’annoncer depuis si longtemps mon œuvre, et de ne pas lui avoir fait voir le jour. J’ai mes raisons pour cela, mais alors des raisons très importantes, très pratiques. Si elle avait paru sous la forme ancienne, même les personnes cultivées auraient eu besoin de deux mois pour la comprendre, mais après la refonte que j’ai entreprise, n’importe quel paysan ne devrait pas avoir besoin pour cela de plus de quatre mois. On me reproche encore de boire beaucoup de vin, mais, Monsieur le Président, honorables Messieurs, est-ce que Goethe, Napoléon et même Alexandre le Grand n’ont pas bu de vin ? Est-ce que les ministres, par exemple, les personnes haut placées n’aiment [4] pas boire du vin ? Et je le sais, et je dois le dire ici, je suis une personne haut placée et très bientôt je le prouverai, très bientôt, et c’est très important.

7Ici, le public éclata de rire, de sorte qu’il devint confus et, après plusieurs tentatives ratées pour parler à nouveau, il dut y renoncer. Fröbel vous aurait narré l’anecdote depuis longtemps déjà si les envois pouvaient être affranchis d’ici, il voulait vous épargner une dépense. Mais vous la recevrez bientôt. L’article d’un Rhénan sur la nouvelle instruction relative à la censure est excellent, votre article sur la presse également ; je n’ai pas encore lu l’ensemble de l’ouvrage, mais je pense qu’il produira le plus grand effet et surtout* fera faire beaucoup de mauvais sang. Un seul article m’a beaucoup déplu, celui de Feuerbach ; c’est une réfutation dogmatique du dogmatisme. Le ton aphoristique qu’il adopte a en soi quelque chose d’insupportablement raffiné, et il finit par dire la même chose que m’a dite mon ami Melzer : quand la philosophie parviendra à une affinité plus intime avec la science de la nature, alors le monde sera inconditionnellement sauvé. Ces recettes de salut théoriques sont tellement risibles, et il faut vraiment avoir une grande capacité à s’abstraire de la réalité pour s’en amuser, dans notre pauvre présent qui réclame de la pratique [in unserer armen, praxisbedürfenden Gegenwart]. Ne [5] m’en veuillez pas, cher Ruge, je sais que vous tenez Feuerbach en haute estime ; moi aussi. Je le tiens sans conditions pour le seul vivant parmi les philosophes. Il a beaucoup de génie, d’originalité, qui se confirment aussi dans cet article. Il est, et c’est bien le plus important, puisque les autres ne sont pas. Et pourtant son article est un mauvais article, un article dénué d’être, c’est-à-dire un article simplement théorique, sans effet. C’est encore une tentative pour sauver la théorie, laquelle doit pourtant dans sa totalité abdiquer d’elle-même ; c’est bien là son unique salut. La pratique à l’intérieur de la théorie, voilà la plus grande contradiction. Un nouvel ouvrage communiste, le premier en langue allemande, va paraître prochainement, par un tailleur du nom de Weitling (Garanties de la liberté et de l’harmonie, par Wilhelm Weitling, Vivis., décembre 1842). Ce Weitling est un homme très pauvre, et comme il n’avait pas d’autres moyens, il a dû imprimer lui-même son livre, c’est-à-dire de ses propres mains ; c’est vraiment un ouvrage remarquable ; la deuxième partie, la partie organique, souffre certes d’une construction unilatérale et arbitraire, mais la première, la critique de la situation présente, est vivante et souvent vraie et profonde. On sent qu’elle est écrite à partir d’une conscience pratique du présent. Même les constructions théoriques sont intéressantes, dans la mesure où elles ne [6] sont pas des productions d’une théorie savante et oiseuse mais l’expression d’une nouvelle pratique qui cherche à s’élever à la conscience. Quand on lit le livre, on sent que ce Weitling exprime ce qu’il ressent et ce qu’il pense et doit penser dans sa condition, en tant que prolétaire. Et c’est ce qui est si intéressant, et même pourrait-on dire ce qu’il y a de plus intéressant à notre époque. Parfois, il est tellement énergique :

Mais pour chaque concept, la grandeur du mal doit être présentée à tous d’une manière facilement compréhensible. Alors croît aussi le courage de mettre la main de la destruction sur l’œuvre d’un désordre millénaire. Montrons à la société ce qu’elle est, avec sa mauvaise organisation et ce qu’elle pourrait être si cette dernière était meilleure, et une fois qu’elle a conçu cela, nous n’avons pas à nous soucier le moins du monde de la construction et nous n’accordons pas trop de valeur à nos plans favoris de reconstruction, mais nous mettons en pièces pour l’abattre à jamais le vieux bric-à-brac et tout nouvel appareil, rejetant toute nouvelle base qui abriterait encore un reste de l’ancien mal.

Quant à toi, lecteur, si tu trouves des vérités dans ce livre, mets-toi à l’ouvrage pour les propager, car il n’y a pas de temps à perdre. Des millions de créatures malheureuses appellent Dieu à l’aide. Impôts et aumônes, lois et châtiments, pétitions et consolations religieuses ne sont ici d’aucune aide. Le mal ancien a déjà rongé [8] trop loin. Une catastrophe doit mener à terme la rupture du bien et du mal. Elle ne manquera pas si chacun mobilise ses forces pour la préparer.

  • 2  Le point d’interrogation a été ajouté par Bakounine en marge de sa lettre. Par ailleurs, ce passag (...)

Une société accomplie n’a pas de gouvernement, mais une administration, pas de lois, mais des obligations ( ?)2, pas de peines, mais des remèdes.

8Si je voulais recopier tout ce qui m’a plu dans le livre, je n’en aurais pas la place. Mais vous lirez vous-même le livre j’espère. Je veux absolument faire la connaissance de ce Weitling.

9Adieu*, cher ami, portez-vous bien et soyez sage, bonne journée ! J’ai pensé à vous lorsque j’ai traversé la Bavière, tous les cochers bavarois disent « bonne journée », comme vous. Je ne saurais vous dire avec quelle impatience j’envisage le temps où j’entendrai à nouveau votre « bonne journée ». Ce que vous m’exposez à propos de mon frère dans le Christ me fait de la peine mais ne m’étonne pas et je crois que vous, cher et inaltérable ami, avez déjà souvent fait la même triste expérience. Je me réjouis de ce que Köchli soit gentil. Saluez-le de ma part. Mais en ce qui concerne l’omniscient et omniprésent Dr Frank, [8] je ne crois aucunement à son influence. Il perd trop de temps dans la conciliation du baron Bülow et de Miss Ostin, et il a, quoiqu’il ne soit point jeune, trop peu le droit de dire avec Faust : « Je suis trop vieux pour me contenter de jouer » pour pouvoir accomplir quelque chose d’effectif.

10Adieu*, saluez votre femme et dites à vos enfants qu’à Dresde vous n’êtes plus le véritable Ruge, mais seulement l’image de Ruge, et que le véritable Ruge d’avant l’interdiction des Annales allemandes se trouve désormais en Suisse, et plus précisément dans mon cœur.

11Adieu*

12Votre Michel Bakounine

13Transmettez ma lettre au baron Kloch par le biais de Pescantini, et adressez-moi l’article de Jules Élysard sur la Réaction en Allemagne, Follein aimerait le lire.

14Adieu*

Notes

1  En français dans le texte, comme tous les mots en italique signalés par un astérisque.

2  Le point d’interrogation a été ajouté par Bakounine en marge de sa lettre. Par ailleurs, ce passage manque dans la traduction IISG.

© ENS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540