Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Grammaticalia

 | 
Jean-Marie Fournier
, 
Aimée Lahaussois
, 
Valérie Raby

1. Parties du discours, catégories, notions

Attribut et prédicat dans les grammaires françaises et italiennes

Bérengère Bouard et Alessandra Mosca

Texte intégral

  • 1 Cette contribution correspond à la communication réalisée lors du 27e congrès international de lin (...)

1Nous nous intéressons ici à la signification et à la circulation de deux termes, attribut et prédicat, dans la description grammaticale de deux langues romanes : le français et l’italien, et ce dans un corpus de grammaires du xviie au xixe siècle1. En effet, bien qu’issues du même modèle de la grammaire latine étendue, les grammaires françaises et italiennes présentent des emplois croisés de ces termes pour l’analyse de la proposition. Ainsi, en italien :

  • l’attributo renvoie à l’adjectif épithète2 comme dans « ci sono molte stelle luminose » (« il y a beaucoup d’étoiles lumineuses ») alors qu’en français il désigne la fonction d’attribut3 (du sujet ou de l’objet) occupée par un adjectif comme dans « les étoiles sont lumineuses », ou par un nom comme dans « Pierre est médecin » (mais pas seulement) ;
  • le predicato nominaledésigne le groupe entier constitué du verbe « être »4 et d’un attribut, ce dernier étant appelé parte nominale del predicatoou nome del predicato5 comme dans « le stelle sonoluminose » (« les étoiles sont lumineuses »), « Pietro è medico » (« Pierre est médecin »)6 ;
  • enfin, le predicato verbaleest le nom de la fonction que le verbe occupe dans la phrase7 comme dans « le stellebrillano » (« les étoiles brillent »), « il ragazzomangiala mela » (« le garçon mange la pomme »).
  • 8 L’apparition du prédicat dans la terminologie grammaticale scolaire a été l’objet de nombreuses po (...)
  • 9 Voir les documents d’accompagnement des programmes en ligne sur le site www.eduscol.fr.

2En français, le prédicat a été présenté par le Bulletin officiel de l’Éducation nationale no 11 du 26 novembre 2015 contenant les programmes d’enseignement de l’école et du collège8 comme la partie de la phrase simple qui prédique du sujet (« les étoiles sont lumineuses », « le garçon mange la pomme ») ou ce qui prédique en général (pas nécessairement le verbe)9, mais il ne renvoie pas à l’adjectif ou au nom en fonction d’attribut du sujet après le verbe être.

  • 10 En anglais, attribute désigne aussi l’adjectif épithète, en allemand Prädikat désigne aussi l’attr (...)

3En fait, si l’on regarde le panorama européen d’emploi des termes d’attribut et prédicat dans différentes langues aujourd’hui (Almeida et Maillard 2001), le français fait figure d’exception : en français, on nomme attribut ce qu’ailleurs, dans les langues romanes, mais pas seulement10, on nomme prédicat.

4Qu’est-ce qui explique cette spécialisation nationale dans l’histoire de la description des langues romanes et de la constitution de leur métalangage ?

Le rôle de la Grammaire générale et raisonnée de Port-Royal (1660)11 et les grammaires françaises des xviie et xviiie siècles

Attribut et prédicat avant la GGR

5Le terme de prédicat (vite spécialisé pour la logique) n’est pas employé par les grammairiens du français alors que celui d’attribut apparaît sporadiquement chez Charles Maupas (1618, p. 27, 89, 168) et Antoine Oudin (1640, p. 56). Soit il a un emploi hérité de l’Antiquité, d’ordre ontologique, et désigne la qualité ajoutée à une substance (exprimée par le nom) se réalisant sous la forme d’un groupe nominal coréférent comme « Louis le Débonnaire », « Marie mère de Dieu » (« attribut de condition »), ou sous la forme d’un adjectif qui sert à « spécifier » le nom propre comme dans « la femme du gros Pierre » ; soit il a un emploi plutôt fonctionnel et désigne le nom ou pronom qui suit le verbe être comme dans « cela est moins que rien ». Mais c’est le premier sens qui domine, dans la mesure où l’analyse fonctionnelle se fait avec le matériel terminologique hérité : le sujet, le régime et les cas. Ce sont les auteurs de la GGR qui vont octroyer un sens spécifique à l’attribut, en lien avec leur théorie de la proposition (Chevalier 2006 [1968]).

L’attribut dans la GGR

6La proposition suit un modèle tripartite sujet - verbe substantif être - attribut, où ce dernier correspond à « ce qu’on affirme » (Arnauld et Lancelot 1660, p. 28-29). Le verbe être réalise l’opération d’affirmation et la liaison entre le sujet et l’attribut, il est donc essentiel et restituable pour tout autre verbe, appelé « adjectif », comme dans « Pierre vit » réécrit en « Pierre est vivant » (ibid., p. 95-97). L’attribut se réalise sous la forme du participe présent du verbe décomposé, mais aussi d’un adjectif ou groupe adjectival, d’un nom ou groupe nominal (terme simple ou complexe ; p. 68-70).

7En revanche, dans la Logique ou l’Art de penser, la proposition est composée de deux parties, le sujet et l’attribut ou praedicatum (comprenant le verbe), et les deux termes sont présentés comme synonymes (Arnauld et Nicole 1992, p. 1 et 182).

La transmission de l’attribut

  • 12 Il est « ce que l’on dit du sujet » (Dangeau 1754, p. 110-111), « ce que l’on juge du sujet » (Du  (...)
  • 13 Notons que l’Encyclopédie ne contient pas d’article « Attribut » ni « Prédicat ».
  • 14 Pour Nicolas Beauzée, un terme ne devient complexe « que quand on ajoûte à ce terme même d’autres (...)

8Au xviiie siècle, le terme d’attribut reçoit deux principales acceptions. Dans la première, assez restreinte et issue de la GGR, il désigne uniquement l’adjectif ou le participe obtenu après décomposition, comme chez Pierre Restaut où on lit que l’attribut est « un nom adjectif qui exprime ce que l’on affirme de la personne ou de la chose » (1745, p. 60), ou encore chez de Vallange (1721, p. 200). Dans la seconde, plus large, l’attribut cumule la valeur sémantico-logique12 et un sens distributionnel synonyme de groupe verbal, c’est-à-dire qu’il inclut le verbe et ce qui le suit, comme chez les encyclopédistes13 pour qui la proposition est composée de deux groupes essentiels : le sujet et l’attribut. Ce dernier a deux caractéristiques majeures : il contient le verbe et il peut être simple dans « Dieu est éternel/juste », composé dans « Dieu est juste et tout puissant », ou complexe quand il comprend un « complément »14 : « je lis avec soin les meilleurs grammairiens », « je suis attentif à leurs procédés » (Beauzée 1767, II, p. 8, 12, 13). Les grammairiens qui suivent intègrent le complément au sein de l’attribut (comme Beauzée), l’ajoutent au modèle port-royaliste tripartite comme un quatrième constituant (comme Domergue 1798), ou combinent les deux solutions.

  • 15 Chez Condillac, les « accessoires » ne désignent pas nécessairement les compléments facultatifs (1 (...)

9Cependant, le maintien de la décomposition du verbe transitif en être + participe présent pose le problème de l’identification du terme recteur : le complément nominal est-il celui du verbe être ou du participe présent ? Condillac résout le problème en distinguant les « accessoires »15 du verbe être et les « accessoires » du participe du verbe décomposé (qu’il appelle « adjectif »), comme dans l’exemple suivant : « Avec votre secours, cet homme finira son affaire », analysé en « cet homme - sera (verbe substantif) - avec votre secours (« accessoire » du verbe être) - [finissant (« adjectif ») - son affaire (« accessoire » de l’adjectif finissant)] (attribut) » (1775, I, p. 301), alors que l’abbé d’Olivet, dans « Cicéron inspire la vertu », réécrit en « Cicéron est inspirant la vertu », analyse « inspirant » comme attribut et « vertu » comme « complément de l’attribut » (1767, p. 463).

10Dans les grammaires italiennes, la situation est très différente : le terme d’attribut apparaît plus d’un siècle après la GGR, et il a un ancrage catégoriel beaucoup plus fort, désignant surtout l’adjectif.

L’attribut dans les grammaires italiennes

La réception tardive de la GGR en Italie

11La première occurrence du terme attributo en Italie date de 1771. Avant cette date, ni le terme attributo ni le concept auquel il renvoie ne semblent occuper les grammairiens italiens.

  • 16 Lancelot et Du Marsais sont explicitement cités dans la dédicace (Soave 2001, p. 75).

12Comme en France, cette notion est introduite dans le domaine grammatical à un moment précis de l’histoire des idées. Il est donc assez intuitif de faire l’hypothèse que ce terme est un emprunt que les Italiens ont fait à la grammaire française. D’autant plus que l’ouvrage de 1771 dont il est question est explicitement inspiré de la grammaire de Port-Royal, comme l’indique son titre de Gramatica ragionata16. L’auteur, Francesco Soave, apparaît comme l’initiateur en Italie de la grammaire raisonnée qui s’installe et perdure jusqu’au début du xixe siècle.

13Par ailleurs, le fait que plus d’un siècle sépare cette grammaire de son modèle français ne peut être interprété comme un hasard à une époque où l’échange des idées entre les deux pays était très important.

  • 17 Pour la Nouvelle Méthode : Naples, Venise, 1722, et pour la Logique, Vérone, 1722, Venise, 1728.
  • 18 Ces ouvrages avaient dû circuler en version originale bien avant cette date, surtout dans les cerc (...)
  • 19 Cependant, quelques traces de Port-Royal figurent déjà dans des grammaires des années 1720 (Rogacc (...)

14Pour essayer de situer l’ouvrage de Soave, on prendra en compte sa date et son lieu de parution : 1771, Parme. Il faut alors évoquer le conflit politique et idéologique qui opposait aux xviie et xviiie siècles les jansénistes et les jésuites. On connaît bien le lien indissoluble existant entre Port-Royal et le jansénisme et la diffusion clandestine des idées de l’ordre en Europe. Or, l’Italie, où la culture et l’instruction étaient dominées par les jésuites (Brizzi 1985, p. 226), ne pouvait se montrer disponible à l’infiltration des idées et des ouvrages jansénistes. Ainsi, les premières traductions officielles de la Logique et de la Nouvelle Méthode latine17 ne furent réalisées qu’à partir des années 1720. De plus, pendant quelques années les noms des auteurs ne figurèrent pas sur ces ouvrages (Stella 2006, p. 74)18. Il faudra attendre les années 1770 pour assister à une diffusion plus large : c’est à ce moment que les jésuites sont chassés de plusieurs villes. À Parme, ils furent éloignés en 1768, trois ans avant la publication de l’ouvrage de Soave. Sa Gramatica ragionata inaugure donc la tradition de la grammaire raisonnée italienne19.

15Les idées de Port-Royal pénètrent donc en Italie à un état déjà avancé, avec la lecture des encyclopédistes (et d’autres, sans doute).

La transmission de l’attribut

16Dès lors, le terme d’attribut se diffuse en Italie et reçoit deux acceptions.

Les deux acceptions du terme attributo

  • 20 « C’est pour cela que les mots qui servent à désigner ces attributs, furent appelés, en grammaire, (...)
  • 21 « À cela se prêtent les noms attributivi, dits aggettivi, par lesquels signifient les propriétés d (...)

17Premièrement, il correspond à l’adjectif, relié au sujet par le verbe être (parfois appelé copula) au moyen de la réécriture, comme on l’a déjà vu plus haut. Cependant, il faut préciser qu’en italien l’identification de l’attribut avec un participe présent est à exclure : le participe en question est considéré comme un adjectif et nommé comme tel. La valeur verbale que remplit le participe présent français est prise en charge en italien par le gérondif, morphologiquement différent (corrente, participe présent utilisé uniquement comme un adjectif, correndo, gérondif). L’identification de l’attribut avec l’adjectif est donc encore plus naturelle que dans les grammaires françaises. Chez les Italiens, il ne s’agit pas seulement de suggérer que l’attribut peut être rempli par un adjectif ; l’identification est totale, les deux mots alternent comme des synonymes chez Giovanni Romani : « Le parole pertanto che servono a segnare cosifatti attributi, furono in grammatica appellate Aggettivi »20 (1826, p. 13), ou chez Fracassi Poggi : « A tal uffizio si prestano i nomi attributivi, detti aggettivi, pe’quali vengono a significarsi le proprietà degli oggetti che agiscono sopra di noi »21 (1843, p. 251).

18Deuxième possibilité : l’attribut désigne le verbe ou groupe verbal (avec un objet également). Dans ce cas, on considère que tout verbe est un attribut ou en contient un comme dans Il Cielo (sujet) - è sereno (attribut), - Il Sole (sujet) - risplende (attribut) (Caleffi 1832, p. 29). Parallèlement, la décomposition avec le verbe être est maintenue (Ambrosoli 1829, p. 28).

Attributo et predicato

19Alors qu’en France le terme de prédicat est absent du métalangage grammatical et se trouve très tôt spécialisé pour la logique (Baratin 1978, 1994, Rosier 1994), en Italie, au milieu du xixe siècle, le terme est réinvesti comme variante d’attribut par Castello Tedeschi Paternò (1846, p. xiii), comme on peut le lire ici :

  • 22 « Le jugement est l’apprentissage de chaque chose avec ce qui la rend telle, ce qui veut dire la p (...)

Il giudizio è lo apprendimento di quale si sia cosa con ciò, che la fa di una data maniera, che è quanto dire la percezione di un soggetto col suo predicato, o attributo. Soggetto si dice la cosa, che si percepisce come avente una data maniera di essere ; e predicato, o attributo, la maniera di essere, che si percepisce come appartenente ad un soggetto.22

20Deux grammairiens italiens influents prolongent et confirment cet emploi du prédicat : Raffaello Fornaciari (1881) et Luigi Morandi (1894). L’analyse de la phrase est bipartite : sujet/prédicat, et l’attribut est évincé :

  • 23 « Toute proposition se compose d’au moins deux parties ; c’est-à-dire de la chose dont on parle et (...)

Ogni proposizione si compone di due parti almeno ; cioè della cosa, di cui si parla, e di quello che se ne dice. P. es. Dio regna : io leggo : la virtù piace, la candela arde, il pane si cuoce, l’uomo è ragionevole, Aristotile fu dottissimo. La prima parte (Dio, io, la virtù ecc., l’uomo, Aristotile) si chiama soggetto : la seconda (regna, leggo, piace ecc., è ragionevole, fu dottissimo) si chiama predicato. (Fornaciari 1881, p. 2)23

  • 24 C’était un des objectifs que visaient les instructions officielles de 2015, par l’introduction du (...)

C’est d’ailleurs Fornaciari qui introduit la distinction entre predicato verbale (« Dio regna », « la virtù piace », « il sole illumina ») et predicato nominale (« l’uomo è ragionevole » ; « il savio è re » ; « tu diventi ricco »). Elle est encore d’actualité aujourd’hui et permet de distinguer le modèle propositionnel transitif du modèle attributif, mais aussi la catégorie « verbe » et la fonction prédicative24.

L’objet

21Étant donné qu’en français, dans la lignée port-royaliste, l’attribut se réduit au participe du verbe décomposé, et qu’en italien il est plutôt spécialisé pour l’adjectif épithète, l’importation du predicato dans la grammaire italienne permet l’accueil de la notion d’oggetto, qui peut être intégré dans le prédicat ou ajouté à la suite comme chez Francesco Ambrosoli (1829, p. 134).

Séparation des deux schémas propositionnels au xixe siècle dans les grammaires françaises et italiennes

  • 25 La grammaire générale de Beauzée est rééditée en 1819.

22Dans la première moitié du xixe siècle, quelques grammaires générales continuent de paraître en France (Bourquin 2005, Bouard 2009). Beaucoup de leurs auteurs marquent leur inscription dans le mouvement de la grammaire générale par la reproduction du schéma propositionnel tripartite (Poitevin 1856, vol. 1, p. 33 ; Jullien 1832, p. 63). Toutefois, celui-ci ne se pose plus comme modèle mais plutôt comme une possibilité de représentation propositionnelle, à côté de la structure transitive décrite à l’aide d’une typologie remaniée des classes de verbes et de différents compléments25 (Poitevin 1856, vol. 1, p. 33, vol. 2, p. 235 ; Jullien 1854, p. 16). L’attribut désigne le groupe verbal (équivalent du predicato italien) et peut donc comprendre un verbe attributif ou transitif (Perron 1848, p. 130-131).

23Dans les grammaires italiennes, contrairement à ce qui se passe en France, l’attribut n’est pas du tout conservé dans l’analyse en lien avec le verbe. Ceci dit, dans les grammaires françaises comme italiennes, on rappelle souvent la décomposition (Morandi 1894, p. 37). En France, elle est généralisée par la grammaire scolaire chapsaliste dans la première moitié du xixe siècle (Chervel 2008) et perdure au-delà de son interdiction par Ferdinand Brunot et la première nomenclature grammaticale officielle (1910).

24En italien, l’attribut est récupéré pour indiquer l’autre fonction de l’adjectif (grâce à l’identification adjectif-attribut qui s’était figée) à un moment où l’avènement de la grammaire scolaire demande qu’on distingue le plan de la morphologie de celui de la syntaxe et qu’on attribue une fonction à chaque partie du discours (Rubino 1900, p. 59).

 

25Face à la question de savoir comment le grammairien, le linguiste, le descripteur d’une langue fait le choix d’un terme, on se rend compte que l’histoire peut fournir des réponses. Dans le cas de l’attribut, des facteurs internes, propres à la discipline et à son objet, et des facteurs externes, influencent de façon combinée la sélection terminologique. C’est en effet l’importance de la GGR de Port-Royal en France qui semble expliquer l’exception française vis-à-vis de l’emploi de l’attribut dans l’analyse de la proposition. Au moment où le terme apparaît en Italie (1771), il fait déjà partie du métalangage grammatical français. L’influence de la GGR a en fait été considérable, comme le montrent la conservation de la décomposition à l’aide du verbe être et le relais que constituent les grammaires générales tardives. Il semble aussi indispensable de prendre en compte des éléments d’histoire externe, notamment en Italie. Les grammaires à l’origine des changements terminologiques renvoient chaque fois à un moment où l’histoire de la linguistique assiste à l’essor de la grammaire comparée. Fornaciari cite ainsi explicitement Vockeradt et Diez dans sa préface (Fornaciari 1881, p. ix), qui tous les deux utilisent le terme Prädicat. Par ailleurs, d’autres facteurs internes communs expliquent l’extension de l’attribut au groupe verbal en français et l’importation du prédicat en italien, dans l’histoire de la syntaxe : d’une part la clarification des classes de verbes (actifs, passifs, neutre en attributifs/transitifs), et d’autre part l’émergence de la notion de complément (sous différents termes), qui sont deux aspects de la prise en compte de la transitivité dans l’analyse syntaxique, en dehors d’un modèle d’origine logique.

Bibliographie

Références primaires

Ambrosoli Francesco, 1829, Grammatica della lingua italiana, Milan, A. Fontana.

Amenta Niccolò, 1723-1724, Della lingua nobile d’Italia, e del modo di leggiadramente scrivere in essa, non che di perfettamente parlare, Naples, A. Muzio.

Arnauld Antoine et Lancelot Claude, 1660, Grammaire générale et raisonnée, Paris, Pierre Le Petit.

Arnauld Antoine et Nicole Pierre, 1992, La Logique ou l’Art de penser [1662], L. Marin éd., Paris, Gallimard.

Beauzée Nicolas, 1767, Grammaire générale, ou Exposition raisonnée des éléments nécessaires du langage, pour servir de fondement à l’étude de toutes les langues, Paris, J. Barbou, 2 volumes.

Caleffi Giuseppe, 1832, Gramatica della lingua italiana, compilata sulle migliori moderne gramatiche per uso della gioventù, Florence, Tipografia della Speranza.

Condillac Étienne Bonnot, abbé de, 1775, Grammaire, tome I du Cours d’études pour l’instruction du prince de Parme, Parme, Imprimerie royale.

Dangeau Louis, abbé de, 1754, Essais de grammaire, dans Opuscules sur la langue française par divers académiciens [1711], Paris, Brunet [1969, Genève, Slatkine reprints].

Domergue François-Urbain, 1798-1799, Grammaire générale analytique, Paris, C. Houel.

Du Marsais César Chesneau, 1987, Les véritables principes de la grammaire et autres textes [1729-1756], F. Douay-Soublin éd., Paris, Fayard.

Fornaciari Raffaello, 1881, Sintassi italiana dell’uso moderno, Florence, Sansoni.

Fracassi Poggi Tommaso, 1843, Scienza dell’umano intelletto ovvero Lezioni d’ideologia di grammatica di logica, Florence, a spese degli editori.

Jullien Bernard, 1832, Grammaire générale. Abrégé de grammaire française, Dieppe, veuve Marais.

Maupas Charles, 1618, Grammaire et syntaxe françoise [1607], Orléans, Olivier Boynard et Jean Nyon [1973, Genève, Slatkine Reprints].

Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, 2016a, Ressources d’accompagnement des nouveaux programmes de l’école et du collège, « Les fonctions syntaxiques de sujet et de prédicat au sein de la phrase ».

Morandi Luigi, 1894, Grammatica italiana : (regole ed esercizi) per uso delle scuole ginnasiali tecniche e normali, Turin, Paravia.

Olivet, abbé d’, 1754, Opuscules sur la langue française par divers académiciens, Paris, B. Brunet [1969, Genève, Slatkine Reprints].

Oudin Antoine, 1640, Grammaire française rapportée au langage du temps [1632], Paris, Sommaville.

Perron François, 1848, Nouveaux principes de grammaire française rédigés d’après les éléments de grammaire générale du même auteur, Paris-Besançon, Didot, Chamerot, Lecoffre - Outhenin Chalandre fils.

Poitevin Prosper, 1856, Grammaire générale et historique de la langue française présentant l’étude et l’analyse de la formation, des développements et des variations de notre idiome national, dans Cours théorique et pratique de langue française, Paris, Bureaux du magasin pittoresque, 2 volumes.

Restaut Pierre, 1745, Abrégé des principes de la grammaire française, Lausanne-Genève, Marc-Michel Bousquet et Compagnie.

Rogacci Benedetto, 1720, Pratica, e compendiosa istruzzione a’ principianti, circa l’uso emendato et elegante della lingua italiana, Venise, N. Pezzana.

Romani Giovanni, 1826, Teorica della lingua italiana, Milan, G. Silvestri.

Rubino Pasquale, 1900, Grammatica italiana spiegata agli alunni delle elementari superiori, del ginnasio inferiore e delle prime classi tecniche, Fondi, A. Pansera.

Soave Francesco, 2001, Gramatica ragionata della lingua italiana [1771], S. Fornara éd., Pescara, Libreria dell’Università editrice.

Tedeschi Paternò Castello Vincenzo, 1846, Prenozioni di grammatica generale : applicata alla lingua italiana, Catane, G. Musumeci.

Vallange de, 1721, Grammaire françoise raisonnée [1719], Paris, C. Jombert et al.

Références secondaires

Almeida Maria-Elisete et Maillard Michel, 2001, « Divergences français/portugais dans le métalangage grammatical et recherche de nouvelles convergences européennes », Métalangage et terminologie linguistique, B. Colombat et M. Savelli éd., Louvain, Peeters, p. 915-930.

Baratin Marc, 1994, « Sur les notions de sujet et de prédicat dans les textes latins », Archives et documents de la Société d’histoire et d’épistémologie des sciences du langage, no 10, p. 49-79.

Bouard Bérengère, 2009, « La syntaxe dans la grammaire générale au milieu du xixe siècle : structure de la proposition et transitivité », Language and History, no 52/1, p. 3-25.

Bourquin Jacques, 2005, « Introduction », Les prolongements de la grammaire générale en France au xixe siècle. Colloque de Besançon, 19-21 septembre 2002, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté (Annales littéraires de l’université de Franche-Comté 778), p. 6-14.

Brizzi Gian Paolo, 1985, Il catechismo e la grammatica. I. Istruzione e controllo nell’area emiliana e romagnola nel ‘700, Bologne, Il Mulino.

Chervel André, 2008, Histoire de l’enseignement du français du xviie au xxe siècle, Paris, Retz (Les usuels).

Chevalier Jean-Claude, 2006, Histoire de la syntaxe : naissance de la notion de complément dans la grammaire française, 1530-1750 [1968], Paris, Champion.

Colombat Bernard, 2017, « Faut-il réutiliser les concepts linguistiques du passé ? Un regard rétrospectif sur le prédicat. », Pratiques 175-176. En ligne : [http://journals.openedition.org/pratiques/3791 ; DOI : 10.4000/pratiques.3791] (consulté le 24 décembre 2017).

Colombat Bernard et Fournier Jean-Marie éd., 2011, Grand Corpus des grammaires françaises, des remarques et des traités sur la langue (xive-xviie siècles), Paris, Classiques Garnier numérique.

Diez Friederich Christian, 1836-1844, Grammatik der romanischen Sprachen, Bonn, E. Weber, 3 volumes.

Riegel Martin, 1985, L’adjectif attribut, Paris, PUF.

Rosier Irène, 1994, « L’introduction des notions de sujet et de prédicat dans les textes latins », Archives et documents de la SHESL, no 10, p. 81-119.

Stella Pietro, 2006, Il Giansenismo in Italia, Rome, Storia e letteratura, 2 volumes.

Vockeradt Heinrich, 1878, Lehrbuch der italienischen Sprache, Berlin, Weidmann, 2 volumes.

Notes

1 Cette contribution correspond à la communication réalisée lors du 27e congrès international de linguistique et de philologie romanes, à Nancy, en juillet 2013, dans une séance présidée par Bernard Colombat.

2 Avec quelques différences conceptuelles, l’attributo peut inclure des déterminants, étant donné que ceux-ci sont considérés, ou du moins désignés, comme des adjectifs.

3 D’ailleurs Martin Riegel propose de remplacer « attribut » par « prédicatif » (1985, p. 211).

4 Ou d’un autre verbe dit attributif en français, predicativo en italien.

5 Voire complemento predicativo del soggetto / dell’oggetto.

6 Par extension, on appelle souvent predicato nominale l’attribut seul et copula le verbe « être ».

7 On définira un verbe comme un verbo lors d’une analyse morphologique (substantif, verbe, adjectif, etc.) et comme un predicato verbale lors d’une analyse par groupes fonctionnels (sujet, COD, etc.).

8 L’apparition du prédicat dans la terminologie grammaticale scolaire a été l’objet de nombreuses polémiques et publications en France en 2017 (voir notamment Colombat 2017). Il a été supprimé des derniers programmes par le Bulletin officiel no 30 du 26 juillet 2018.

9 Voir les documents d’accompagnement des programmes en ligne sur le site www.eduscol.fr.

10 En anglais, attribute désigne aussi l’adjectif épithète, en allemand Prädikat désigne aussi l’attribut.

11 Désormais GGR.

12 Il est « ce que l’on dit du sujet » (Dangeau 1754, p. 110-111), « ce que l’on juge du sujet » (Du Marsais 1987, p. 441), la partie de la proposition qui « exprime l’existence intellectuelle du sujet sous telle ou telle relation à quelque modification ou manière d’être » (Beauzée 1767, II, p. 7-8).

13 Notons que l’Encyclopédie ne contient pas d’article « Attribut » ni « Prédicat ».

14 Pour Nicolas Beauzée, un terme ne devient complexe « que quand on ajoûte à ce terme même d’autres mots qui en changent ou qui en complettent la signification : et c’est une addition de cette espèce que l’on appelle complément » (1767, II, p. 18).

15 Chez Condillac, les « accessoires » ne désignent pas nécessairement les compléments facultatifs (1775, p. 125).

16 Lancelot et Du Marsais sont explicitement cités dans la dédicace (Soave 2001, p. 75).

17 Pour la Nouvelle Méthode : Naples, Venise, 1722, et pour la Logique, Vérone, 1722, Venise, 1728.

18 Ces ouvrages avaient dû circuler en version originale bien avant cette date, surtout dans les cercles jansénistes du pays.

19 Cependant, quelques traces de Port-Royal figurent déjà dans des grammaires des années 1720 (Rogacci 1720, p. 23 ; Amenta 1723-1724, p. 3). Les auteurs craignaient probablement la censure.

20 « C’est pour cela que les mots qui servent à désigner ces attributs, furent appelés, en grammaire, Aggettivi. »

21 « À cela se prêtent les noms attributivi, dits aggettivi, par lesquels signifient les propriétés des objets qui agissent sur eux. »

22 « Le jugement est l’apprentissage de chaque chose avec ce qui la rend telle, ce qui veut dire la perception d’un soggetto avec son predicato, ou attributo. Soggetto s’appelle la chose, qu’on perçoit comme ayant une manière d’être donnée ; et predicato, ou attributo, la manière d’être, qu’on perçoit comme appartenant à un soggetto. »

23 « Toute proposition se compose d’au moins deux parties ; c’est-à-dire de la chose dont on parle et de ce qu’on en dit. P. ex. Dio regna : io leggo : la virtù piace, la candela arde, il pane si cuoce, l’uomo è ragionevole, Aristotile fu dottissimo. La première partie (Dio, io, la virtù ecc., l’uomo, Aristotile) s’appelle soggetto : la deuxième (regna, leggo, piace ecc., è ragionevole, fu dottissimo) s’appelle predicato. »

24 C’était un des objectifs que visaient les instructions officielles de 2015, par l’introduction du prédicat : séparer la nature de la fonction (Ministère, 2016a et 2016b).

25 La grammaire générale de Beauzée est rééditée en 1819.

Auteurs

Université de Lorraine, ATILF (UMR 7118)

Histoire des théories linguistiques (UMR 7597)

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540