Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bakounine jeune hégélien

 | 
Jean-Christophe Angaut

Textes de Michel Bakounine

La Réaction en Allemagne1

Texte intégral

Fragment par un Français

  • 1  Comme tous les autres, ce texte est traduit à partir du texte original reproduit sur le cédérom de (...)
  • 2  Tous les italiques de la traduction renvoient à une expression en français dans le texte original.

1[1] Liberté, réalisation de la liberté – qui peut nier que cette formule figure maintenant en tête de l’ordre du jour de l’histoire ? Ami et ennemi l’accorderont et ne peuvent faire autrement, et personne ne se risquera même à s’avouer ouvertement et hardiment comme un ennemi de la liberté. Mais le fait de dire et d’avouer ne fait pas quelque chose, comme d’ailleurs l’Évangile le sait déjà ; en effet, il y a encore malheureusement une foule de gens qui, en vérité, au plus profond de leur cœur, ne croient pas à la liberté. Dès lors, cela vaut la peine, comme l’exige la cause, de s’occuper de ceux-là. Ils sont en effet de natures très différentes. D’abord, nous rencontrons là des gens très haut placés, âgés et expérimentés ; eux-mêmes dilettantes de la liberté politique dans leur jeunesse – car pour un homme riche et distingué, une jouissance assurément piquante réside dans le fait de parler de liberté et d’égalité et cela le rend en société encore doublement intéressant – ils cherchent à présent, dès lors que c’en est fini de leur capacité juvénile à jouir de la vie, à dissimuler leur décrépitude physique et spirituelle sous le rideau du mot dont on a si souvent abusé d’« expérience ». Cela ne vaut pas du tout la peine de parler avec ces gens ; jamais ils n’ont pris la liberté au sérieux, jamais la liberté ne fut pour eux une religion qui ne présente les plus grandes jouissances et le bonheur le plus profond que par la voie des contradictions les plus monstrueuses, des peines les plus amères et d’un renoncement à soi complet, inconditionné. Cela ne vaut pas la peine de parler avec eux, ne serait-ce que parce qu’ils sont vieux et qu’ainsi, bon gré mal gré2, ils mourront tous bientôt.

  • 3  Nous avons choisi, dans l’ensemble du texte, de restituer Geist par « Esprit » en raison de la con (...)

2Mais il y a aussi malheureusement beaucoup de jeunes gens qui partagent avec eux les mêmes convictions, ou bien plutôt le même défaut de toute conviction. Ceux-là appartiennent soit, et ce pour la plus grande part, à l’aristocratie, qui, par son essence, est depuis longtemps politiquement morte en Allemagne, ou bien à la classe des bourgeois, des commerçants et des fonctionnaires. Avec eux non plus il n’y a rien à entreprendre, et même encore moins qu’avec les gens subtils et expérimentés qui composent la première catégorie et se trouvent déjà tout près de la mort. Ceux-ci avaient au moins une apparence de vie, ceux-là sont en revanche dès l’origine des hommes inanimés et morts. Tout enveloppés dans leurs petits intérêts de vanité et d’argent et complètement captivés par leurs soucis quotidiens, ils n’ont pas la moindre idée de la vie et de ce qui se passe autour d’eux, de sorte que, s’ils n’avaient pas entendu quelque chose de l’histoire et du développement de l’Esprit3 [Geistesentwicklung] à l’école, ils croiraient vraisemblablement qu’il n’en a jamais été autrement dans le monde que maintenant. Ce sont des natures incolores et fantomatiques, ils ne peuvent être ni utiles, ni nuisibles ; d’eux, nous n’avons rien à redouter, parce que seul ce qui est vivant peut agir, et comme il est passé de mode de fréquenter des fantômes, nous ne voulons pas perdre notre temps avec eux.

  • 4  La traduction de Stellung par « posture » permet de combiner les sens de « situation » et de « pos (...)

3Mais il y a encore une troisième catégorie d’adversaires du principe de la Révolution, c’est le parti réactionnaire qui a émergé peu après la Restauration dans toute l’Europe, parti qui est appelé conservatisme en politique, École historique dans la science du droit et philosophie positive dans la science spéculative. Avec ceux-là, nous voulons discuter ; il serait inepte de notre part d’ignorer leur existence et de faire comme si nous les tenions pour insignifiants ; nous admettrons au contraire sincèrement qu’il est maintenant partout le parti dirigeant, et même plus : nous voulons lui accorder que sa puissance actuelle n’est pas un jeu de la contingence, mais qu’elle a sa raison profonde dans le développement de l’Esprit moderne. [2] En général, je ne concède aucun pouvoir effectif à la contingence dans l’histoire – l’histoire est un développement libre, mais aussi en même temps nécessaire, de l’Esprit libre, de sorte que, si je voulais qualifier de contingente la domination actuelle du parti réactionnaire, je rendrais par là le pire des services à la profession de foi démocratique, laquelle se fonde uniquement et seulement sur la liberté inconditionnée de l’Esprit. Une consolation de ce genre, mauvaise et mensongère, serait d’autant plus dangereuse pour nous que, jusqu’à maintenant, nous sommes encore très loin de concevoir notre posture [Stellung]4, et que – dans la méconnaissance qui n’est que trop fréquente de la source de notre puissance aussi bien que de la nature de notre ennemi – ou bien, abattus par la triste image du quotidien, nous perdons complètement courage, ou bien – ce qui est peut-être plus grave encore, étant donné que le désespoir chez un homme vivant ne peut durer longtemps – nous nous livrons à une exaltation non fondée, puérile et stérile.

  • 5  Pour rester proche du contexte hégélien, nous nous efforçons de rendre, lorsque c’est possible, Wi (...)

4Rien ne peut être plus utile au parti démocratique que la connaissance de sa faiblesse momentanée et de la force relative de ses adversaires ; par cette connaissance, il quitte d’abord l’indéterminité de la fantaisie pour la réalité [Wirklichkeit]5 dans laquelle il doit vivre, souffrir et à la fin vaincre ; par cette connaissance, son enthousiasme devient réfléchi et humble ; et ce n’est que lorsqu’il sera parvenu, à travers ce douloureux frottement avec la réalité, à la conscience de sa fonction sainte et sacerdotale, lorsque, à partir des difficultés infinies qui se trouvent partout sur son chemin et qui, contrairement à ce qu’il semble souvent croire, ne découlent pas seulement de l’obscurantisme de l’adversaire, mais bien plus de la plénitude et de la totalité de la nature humaine, laquelle ne se laisse pas épuiser par des propositions abstraitement théoriques, ce n’est, dis-je, que lorsqu’à partir de ces difficultés, il connaîtra l’insuffisance de toute son existence actuelle et par là concevra que son ennemi n’existe pas seulement en dehors de lui, mais aussi et bien plus en lui-même, et que pour cette raison il doit commencer par vaincre son ennemi immanent ; ce n’est que lorsqu’il sera convaincu que la démocratie ne consiste pas seulement en une opposition aux gouvernants et n’est pas une transformation [Veränderung] particulière, constitutionnelle ou politico-économique, mais qu’elle annonce une totale transmutation [Umwandlung] de l’état du monde et une vie encore jamais advenue dans l’histoire, originellement nouvelle, ce n’est que lorsqu’à partir de tout cela, il concevra que la démocratie est une religion, lorsque par conséquent par cette connaissance il sera devenu lui-même religieux, c’est-à-dire pénétré par son principe, pas seulement en pensée et en raisonnement, mais aussi fidèle à ce principe dans la vie réelle, jusque dans ses plus infimes manifestations – c’est seulement alors que le parti démocratique vaincra effectivement le monde.

5Nous voulons ainsi sincèrement admettre que la puissance actuelle du parti réactionnaire n’est pas contingente mais nécessaire ; elle a son fondement dans l’insuffisance, non pas du principe démocratique – celui-ci est en effet l’égalité des hommes se réalisant dans la liberté, mais donc aussi le principe le plus intérieur, le plus universel et le plus englobant [das allumfassendste], en un mot l’unique essence de l’Esprit, agissant dans l’histoire – mais dans l’insuffisance du parti démocratique qui n’est pas encore parvenu à la conscience affirmative de son principe et qui par conséquent n’existe que comme négation de la réalité existante. Comme tel, comme négation, il a d’abord nécessairement toute la plénitude de la vie hors de lui, une plénitude qu’il ne peut encore développer à partir de son principe conçu par lui-même d’une manière presque uniquement négative. Mais par conséquent, il n’est jusqu’à maintenant aussi qu’un parti et pas encore la réalité vivante – il est avenir et non présent. Cela déjà, que les démocrates ne représentent qu’un parti – et qui plus est un faible parti par son existence extérieure – et qu’à titre seulement de parti ils présupposent l’existence d’un autre parti, fort et s’opposant à lui, cela seul devrait déjà leur donner un éclaircissement sur leur propre déficience qui leur est essentiellement immanente. Selon son essence, selon son principe, le parti démocratique est l’universel, ce qui englobe tout, mais selon son existence, comme parti, il n’est qu’un particulier, le négatif, auquel s’oppose un autre particulier, le positif. Toute la signification du négatif et sa force irrésistible consistent dans la ruine du positif, mais, en tant qu’il est cette existence mauvaise, particulière et inadéquate à son essence, il se dirige lui-même, en compagnie du positif, vers sa ruine. Le démocratisme [das Demokratismus] n’existe pas encore comme lui-même dans sa richesse affirmative, mais seulement comme négation du positif, et par conséquent, celle-ci doit aussi aller à sa ruine, sous cette forme mauvaise, en compagnie du positif, pour resurgir par elle-même à partir de son libre fondement sous une forme régénérée, comme plénitude vivante ; et cette transformation du parti démocratique en lui-même ne sera pas seulement une transformation quantitative, c’est-à-dire pas seulement un élargissement de son existence contemporaine, particulière et partant mauvaise – Dieu nous en préserve – (un tel élargissement serait l’aplatissement du monde entier, et le résultat final de toute l’histoire serait un néant absolu), mais une transmutation qualitative, une nouvelle révélation, vivante et agissant d’une manière vivante, un nouveau ciel et une nouvelle Terre, un monde jeune et magnifique dans lequel toutes les dissonances actuelles se dissoudront dans une unité harmonique.

  • 6  Contrairement à Jean Barrué, nous traduisons tous les mots de la famille de vermitteln par des mot (...)
  • 7 p. 154 [note de Bakounine qui renvoie à l’ouvrage anonyme Die europäische Pentarchie (La pentarchie (...)

6Cela peut encore moins remédier à la déficience du parti démocratique que de dépasser [aufheben] l’unilatéralité de son [3] existence comme parti par une médiation [Vermittlung]6 extérieure avec le positif – ce serait un effort vain car le positif et le négatif sont une fois pour toutes incompatibles l’un avec l’autre ; le négatif semble d’abord, dans la mesure où, dans son opposition [Gegensatz] au positif, on l’isole et on le prend pour lui-même, être sans contenu et sans vie ; et cette absence apparente de contenu est aussi le principal reproche que les positifs font aux démocrates – un reproche qui ne repose que sur une mécompréhension, car le négatif n’existe pas du tout comme élément isolé, comme tel il ne serait rien du tout ; il n’existe qu’en opposition au positif ; tout son être, son contenu et sa vitalité ne consistent qu’en la destruction du positif. « La propagande révolutionnaire, dit le Pentarque7, est, selon son essence la plus profonde, la négation de la situation existante de l’État ; car selon sa nature la plus intime, elle n’a pas d’autre programme que la destruction de ce qui existe. » Mais est-il possible que ce dont toute la vie ne consiste qu’à détruire puisse s’accorder extérieurement avec ce que, selon sa nature la plus intime, il doit détruire ? Cela, ne peuvent le penser que des hommes tièdes et diminués qui n’envisagent avec sérieux ni le positif, ni le négatif.

7[4] Le parti réactionnaire se divise à présent à l’intérieur de lui-même en deux parties principales : en celle des réactionnaires purs, conséquents, et en celle des réactionnaires inconséquents, médiateurs [vermittelnden] ; les premiers saisissent l’opposition dans sa pureté ; ils ressentent bien que le positif et le négatif se laissent tout aussi peu médiatiser que le feu et l’eau, et comme ils ne voient pas le négatif dans son essence affirmative et par là même ne peuvent croire au négatif, ils en concluent dès lors tout à fait correctement que le positif devrait être maintenu entièrement par une oppression complète du négatif. Qu’ils n’aperçoivent pas en même temps que le positif n’est ce positif défendu par eux que dans la mesure où le négatif lui fait encore face, et que par suite dans le cas d’une victoire complète sur le négatif, il serait désormais en dehors de l’opposition, ne serait plus le positif mais bien plutôt l’achèvement [Vollendung] du négatif – qu’ils n’aperçoivent pas cela, il faut le leur passer car la cécité est le caractère principal de tout positif et le discernement [Einsicht] n’appartient qu’au négatif. Mais à notre époque mauvaise et dénuée de conscience, où tant cherchent à se dissimuler à eux-mêmes, par lâcheté, les strictes conséquences de leur propre principe, afin, par ce moyen, de fuir le risque d’être inquiété dans l’édifice artificiel et chétif de leurs prétendues convictions, on doit grandement remercier ces messieurs. Ils sont droits, honnêtes, ils veulent être des hommes entiers. On ne discourt pas beaucoup avec eux parce qu’ils ne veulent jamais entrer dans une conversation raisonnable ; cela leur est bien difficile, maintenant que le poison dissolvant du négatif s’est répandu partout, il leur est bien difficile, et même presque impossible, de se maintenir dans la pure positivité, si bien qu’ils s’abstraient de leur propre raison et doivent avoir peur d’eux-mêmes, de la plus petite tentative de démontrer leurs convictions. Ils ressentent cela tout à fait sûrement et par conséquent invectivent là où ils devraient parler ; et pourtant ce sont des hommes honnêtes et entiers, ou plus exactement, ils veulent être des hommes honnêtes et entiers ; tout comme nous, ils haïssent toute demi-mesure [Halbheit] parce qu’ils savent que seul un homme entier peut être bon et que la demi-mesure est la source gâtée de tout ce qui est mauvais.

8Ces réactionnaires fanatiques nous accusent d’hérésie ; si c’était possible, peut-être invoqueraient-ils, dans l’arsenal de l’histoire, la puissance souterraine de l’Inquisition pour l’utiliser contre nous ; ils nous dénient toute bonté, toute humanité, ils ne voient rien d’autre en nous que des Antéchrists invétérés contre lesquels tous les moyens sont permis. Leur rendrons-nous la monnaie de leur pièce ? Non, ce serait indigne de nous et de la grande cause dont nous sommes l’organe. Le grand principe au service duquel nous nous sommes voués nous donne, parmi bien d’autres avantages, le beau privilège d’être justes et impartiaux, sans par là nuire à notre cause. Tout ce qui ne repose que sur une unilatéralité [Einseitigkeit] ne peut utiliser la vérité comme arme, car la vérité est la réfutation de toute unilatéralité ; tout ce qui est unilatéral doit être partial et fanatique dans ses propos, et la haine est son expression nécessaire parce qu’il ne peut s’affirmer autrement que par une abolition violente de toutes les autres unilatéralités qui s’opposent à lui et sont, tout comme lui-même, légitimées. Une unilatéralité présuppose déjà par son existence l’existence d’autres unilatéralités, et pourtant, suivant sa nature essentielle, elle doit exclure ces dernières pour s’affirmer. Cette contradiction est la malédiction qui est suspendue au-dessus d’elle, une malédiction née en elle et qui, dans ses propos, change en haine tous les bons sentiments qui sont pourtant présents d’une manière innée en chaque homme en tant qu’il est homme.

  • 8  Jean Barrué traduit ici « le principe unique du vrai christianisme », ce qui à notre avis laisse d (...)

9De ce point de vue, nous sommes infiniment plus heureux ; comme parti, nous nous opposons certes au positif et le combattons, et toutes les mauvaises passions sont aussi éveillées en nous par ce combat ; dans la mesure où nous appartenons nous-mêmes à un parti, nous sommes aussi très souvent partiaux et injustes ; mais nous ne sommes pas seulement ce parti négatif s’opposant au positif ; nous avons notre source de vie dans le principe englobant de la liberté inconditionnée, dans un principe qui contient aussi au-dedans de soi tout le bien qui n’est contenu que dans le positif et qui est au-dessus du positif tout autant qu’au-dessus de nous en tant que parti. En tant que parti, [5] nous ne faisons que de la politique, mais en tant que tel, nous ne sommes légitimés que par notre principe ; sinon, nous n’aurions pas de meilleur fondement que le positif, et nous devons donc, ne serait-ce que pour nous conserver, rester fidèles à notre principe comme à l’unique fondement de notre puissance et de notre vie, c’est-à-dire continuellement nous abroger [aufheben], en tant que nous sommes cette existence unilatérale et seulement politique, dans la religion de notre principe englobant et multilatéral [allseitig]. Nous devons agir non seulement politiquement, mais aussi religieusement dans notre politique, religieusement au sens de la liberté dont la seule expression véritable est la justice et l’amour. Oui, à nous seuls, qu’on appelle ennemis de la religion chrétienne, à nous seuls il est réservé et même il nous est fait le devoir suprême de pratiquer effectivement l’amour, ce commandement suprême du Christ et cette unique essence du véritable christianisme [dieses einzige Wesen des wahren Christentums]8, même dans les combats les plus brûlants.

  • 9  Cette accusation sera retournée par Bakounine en fin de texte contre ceux qu’il appelle les médiat (...)

10Et ainsi nous voulons aussi être justes à l’endroit de nos ennemis, nous voulons reconnaître qu’ils s’efforcent de vouloir effectivement le bien, et même qu’ils ont par leur nature une vocation au bien, à la vie vivante et qu’ils ne sont détournés de leur véritable destination [Bestimmung] par une inconcevable disgrâce. Nous ne parlons pas de ceux qui n’ont rejoint leur parti que pour pouvoir fournir un espace à leurs mauvaises passions. Des Tartufes, il en est malheureusement beaucoup dans tous les partis ; nous ne parlons que des défenseurs sincères du positivisme conséquent ; ceux-ci tendent vers le bien mais ne peuvent transformer cela en volonté ardente ; c’est là leur grand malheur, ils sont scindés à l’intérieur d’eux-mêmes. Ils ne voient dans le principe de la liberté qu’une abstraction froide et sobre [nüchtern]9 (ce à quoi ont aussi beaucoup contribué nombre de défenseurs sobres et arides de ce même principe), une abstraction qui exclurait hors d’elle tout ce qui est vivant, tout ce qui est beau et saint. Ils n’aperçoivent pas que ce principe ne doit surtout pas être confondu avec son existence actuelle, mauvaise et seulement négative, et que ce n’est que comme affirmation vivante de soi-même, affirmation ayant dépassé [aufhoben] aussi bien le négatif que le positif, qu’il peut vaincre et qu’il se réalisera. Ils sont d’avis – et cet avis est encore malheureusement partagé par nombre de tenants du parti négatif – ils sont d’avis, dis-je, que le négatif comme tel s’efforce de se diffuser et ils pensent, tout comme nous-mêmes, que la diffusion de celui-ci serait l’aplatissement de l’ensemble du monde spirituel ; en même temps, dans l’immédiateté de leur sentiment, ils sont porteurs d’un effort tout à fait légitime vers une vie pleine, vivante, et comme ils ne voient dans le négatif que l’aplatissement de cette même vie, ils se retournent alors vers le passé, vers le passé tel qu’il était avant la naissance de l’opposition entre le négatif et le positif. Ils ont raison dans la mesure où ce passé était effectivement une totalité vivante au-dedans de soi et semble comme tel bien plus vivant et bien plus riche que le présent déchiré ; mais leur grande erreur consiste en ceci qu’ils pensent pouvoir le rendre à nouveau présent [vergegenwärtigen] dans sa vitalité passée ; ils oublient que la totalité passée ne peut désormais leur apparaître autrement que dans le reflet brouillé et scindé de l’actuelle et inévitable opposition qui provient d’eux-mêmes, et qu’en tant que cette totalité est le positif, elle n’est par elle-même qu’un cadavre sans âme, c’est-à-dire en proie au processus mécanique et chimique de la réflexion. Comme tenants du positivisme aveugle, ils ne peuvent concevoir cela – comme hommes vivant selon leur nature, ils ressentent très bien ce manque de vie ; et comme ils ne savent pas que déjà, par cela seul qu’ils sont positifs, ils portent en eux-mêmes le négatif, ils rejettent sur le négatif la faute de ce manque et tout le poids de leur effort vers la vie et vers la vérité qui s’est transformé en haine par cette impuissance à se satisfaire. Tel est le processus interne nécessaire qui s’opère en tout positiviste conséquent, et par suite je dis aussi qu’ils sont effectivement à plaindre car la source de leur effort est quand même presque toujours honnête.

  • 10  Nous traduisons pour tout le texte Reflexion par « réflexion » car Bakounine joue lui-même sur la (...)

11Les positivistes médiateurs ont une tout autre position ; ils se distinguent des conséquents d’une part en ce que, plus rongés qu’eux par la maladie de la réflexion [Reflexionskrankheit]10, maladie de l’époque, ils ne rejettent pas seulement, d’une manière non inconditionnée, le négatif comme mal absolu, mais lui concèdent même une légitimité relative, momentanée ; mais ils s’en distinguent d’autre part en ceci qu’ils ne possèdent pas la même pureté énergique, une pureté vers laquelle les positivistes conséquents et sans ménagement [rücksichtlos] font du moins effort et que nous avons décrite comme la caractéristique d’une nature pleine, entière et honnête. Le point de vue des médiateurs, nous pouvons au contraire le décrire comme celui de la malhonnêteté théorique, théorique, dis-je, parce que je préfère éviter toute accusation personnelle et parce que je ne crois pas qu’une volonté personnellement méchante pût intervenir effectivement dans le développement de l’Esprit pour l’entraver ; bien qu’on doive aussi avouer que la malhonnêteté théorique, selon la nécessité de son essence, tourne presque toujours en malhonnêteté pratique.

12Les positivistes médiateurs sont plus subtils et plus intelligents que les conséquents ; ce sont les subtils, les théoriciens par excellence, et dans cette mesure ils sont aussi les principaux représentants du présent ; nous pourrions leur appliquer ce qu’un journal français, dans les débuts de la révolution de Juillet, disait du Juste Milieu : le côté gauche dit : 2 fois 2 font 4, le côté droit : 2 fois 2 font 6, et le Juste Milieu dit : 2 fois 2 font 5 ; mais ils nous en tiendraient rigueur ; et nous voulons ainsi [6] essayer d’examiner leur essence trouble et difficile tout à fait sérieusement et avec la plus profonde vénération devant leur sagesse. D’eux, il est beaucoup plus difficile de venir à bout que des conséquents ; ceux-ci ont l’énergie pratique de leurs convictions ; ils savent ce qu’ils veulent et l’expriment en termes clairs ; ils haïssent tout autant que nous toute indéterminité, tout manque de clarté, parce qu’en tant que natures énergiques d’un point de vue pratique, ils ne peuvent respirer librement qu’un air pur et limpide. Mais avec les médiateurs, c’est une autre affaire ; ils sont finauds, oh ! ils sont subtils et sages ! Ils ne permettent jamais à l’impulsion pratique vers la vérité de détruire l’édifice artificiellement assemblé de leurs théories ; ils sont trop expérimentés, trop subtils pour prêter une oreille clémente à la voix exigeante de la simple conscience pratique. Du haut de leur point de vue, ils la toisent avec noblesse, et lorsque nous disons que seul ce qui est simple est vrai et effectif parce qu’il n’y a que ce qui est tel qui puisse agir d’une manière créatrice, ils prétendent contre cela que seul ce qui est composé est vrai, parce qu’il leur a déjà coûté la plus grande peine de le faire tenir ensemble et parce que c’est le seul repère qui permette de les distinguer, ces gens subtils, de la plèbe stupide et inculte ; d’eux, il est par conséquent très difficile de venir à bout, ne serait-ce que parce que tout leur est connu, parce que ces gens, rompus aux subtilités du monde, tiennent pour une faiblesse impardonnable le fait de se laisser surprendre par quelque chose, parce qu’ils se sont glissés par la réflexion dans tous les recoins de l’univers naturel et spirituel et parce qu’après ce long et pénible voyage de réflexion, ils sont parvenus à la conviction que le monde réel ne vaut pas la peine qu’on entre avec lui dans un rapport effectivement vivant. Avec ces gens, il est difficile de parvenir à ce qui est pur car, tout comme la constitution allemande, ils reprennent de la main droite ce qu’ils donnent de la main gauche ; ils ne répondent jamais « oui » ou « non » ; ils disent : « dans une certaine mesure, vous avez raison, mais quand même… », et s’ils n’ont déjà plus rien à dire, ils ajoutent : « oui, c’est une affaire difficile ».

13Et pourtant, nous voulons essayer d’entrer en relation avec eux ; le parti des médiateurs, malgré son absence de position et son incapacité à produire quoi que ce soit, est à présent un parti puissant, et même le plus puissant ; il va de soi qu’il ne l’est que du fait qu’il est majoritaire et non du fait de son contenu ; il est une des caractéristiques les plus importantes de l’époque et on ne peut se permettre de l’ignorer et de le contourner.

  • 11  Par rapport à Gegensatz, Entgegenstzung est dotée d’un sens dynamique : s’opposer et non être oppo (...)
  • 12  Nous maintenons la traduction de Gegensatz par opposition, bien que Jean Barrué ait cru devoir pas (...)

14[7] Toute leur sagesse consiste en ceci qu’ils prétendent que deux orientations opposées sont d’emblée comme telles unilatérales et partant ne sont pas vraies ; mais si les deux termes de l’opposition pris abstraitement pour soi ne sont pas vrais, alors la vérité doit se trouver au milieu et l’on doit médiatiser [vermitteln] les deux termes l’un avec l’autre pour atteindre la vérité. Ce raisonnement semble d’abord être irréfutable ; nous-mêmes avons d’ailleurs accordé que le négatif, dans la mesure où il s’oppose au positif et dans cette opposition [Entgegensetzung]11 se trouve rapporté à soi, est unilatéral ; mais ne s’ensuit-il pas dès lors nécessairement qu’il tient du positif son accomplissement essentiel et son complément ? Et les médiateurs n’ont-ils pas raison de vouloir médiatiser le positif avec le négatif ? Oui, si cette médiation est possible ; mais est-elle effectivement possible ? La ruine du positif n’est-elle pas l’unique signification du négatif ? Si les médiateurs fondent leur point de vue sur la nature de l’opposition [Gegensatz]12, c’est-à-dire sur le fait que deux unilatéralités opposées se présupposent réciproquement comme telles, ils doivent alors cependant faire valoir et reconnaître cette nature dans toute son étendue ; ils doivent en suivre les conséquences pour rester fidèles à eux-mêmes, à leur propre point de vue, car l’aspect de l’opposition qui leur est favorable est inséparable de celui qui leur est défavorable ; cet aspect défavorable consiste en ceci que la présupposition de l’un des termes par l’autre n’est pas une présupposition positive mais une présupposition négative, dissolvante. Il faut renvoyer ces Messieurs à la Logique de Hegel, où la catégorie de l’opposition bénéficie d’un si beau traitement.

15L’opposition et son développement immanent forment l’un des points nodaux de tout le système hégélien, et comme cette catégorie est la catégorie principale, l’essence dominante de notre époque, Hegel est aussi, d’une manière inconditionnée, le plus grand philosophe du présent, le plus haut sommet de notre culture moderne envisagée d’un point de vue exclusivement théorique ; mais, précisément en tant qu’il est ce sommet, précisément de ce qu’il a conçu et en même temps dissout cette catégorie, précisément de ce fait, il est aussi le début d’une nécessaire auto-dissolution de la culture moderne ; en tant qu’il est ce sommet, il a déjà outrepassé [hinausgegangen über] la théorie – à vrai dire d’abord encore à l’intérieur de la théorie elle-même – et a postulé un nouveau monde pratique, un monde qui ne s’accomplit en aucune manière par une application formelle et une diffusion de théories toutes prêtes, mais seulement par un acte originel de l’Esprit pratique autonome. L’opposition est l’essence la plus intime, pas seulement de toute théorie déterminée, particulière, mais de la théorie en général, et le moment de sa conception est ainsi en même temps également le moment de l’achèvement de la théorie ; mais l’achèvement de cette dernière est son auto-dissolution dans un monde pratique originel et nouveau – dans le présent effectif de la liberté. Mais ce n’est pas encore ici le lieu de développer cela plus avant, et nous voulons dès lors nous tourner à nouveau vers la discussion de la nature logique de l’opposition.

16L’opposition elle-même, en tant qu’elle embrasse ses deux termes unilatéraux, est totale, absolument vraie ; on ne peut lui reprocher l’unilatéralité, ni la platitude et la pauvreté qui y sont nécessairement attachées, car elle n’est pas le négatif seul mais aussi le positif et, en tant qu’elle les englobe, elle est la plénitude totale, absolue, n’ayant rien en dehors d’elle-même ; cela légitime les médiateurs à exiger que l’on ne retienne [festhalte] pas abstraitement l’un des deux termes unilatéraux, mais qu’on les saisisse comme totalité dans leurs liens nécessaires, dans leur inséparabilité : – Seule l’opposition est vraie, disent-ils, et chacun des termes opposés, pris pour soi, est unilatéral et du même coup n’est pas vrai ; par suite, nous devons saisir l’opposition dans sa totalité pour avoir la vérité. Mais c’est ici que commence précisément la difficulté ; l’opposition est certes la vérité ; mais elle n’existe pas comme telle, elle n’est pas là comme cette totalité ; elle n’est qu’une totalité étant en soi [an sich seiende], cachée, et son existence est précisément la division contradictoire [die sich widersprechende Entzweiung] de ses deux termes – du positif et du négatif. L’opposition comme vérité totale est l’unité inséparable, en quelque chose d’un, de sa propre simplicité et de sa propre division ; c’est là sa nature étant en soi, cachée, mais en même temps aussi sa nature insaisissable, et précisément parce que cette unité est [8] une unité cachée, l’opposition existe exclusivement comme la division de ses membres ; elle n’est là que comme le positif et le négatif, et ceux-ci s’excluent réciproquement si fermement que cette exclusion réciproque constitue toute leur nature. Mais comment la totalité de l’opposition doit-elle donc être saisie ? Ici semblent demeurer deux issues : ou bien l’on doit s’abstraire arbitrairement de la division et fuir dans la simple totalité de l’opposition antérieure à la division ; mais cela est impossible, parce que l’insaisissable est bien insaisissable et parce que l’opposition comme telle ne peut être immédiatement que comme division et ne saurait être sans elle ; ou bien chercher maternellement à médiatiser les termes en opposition ; c’est en cela que consiste en fait tout l’effort de l’école médiatrice. Nous voulons voir si cela réussit effectivement.

17Le positif semble d’abord être ce qu’il y a de calme, d’immobile ; il n’est même positif que parce qu’il repose sans perturbation au-dedans de soi et n’a rien au-dedans de lui qu’il puisse nier, que parce qu’il n’a à l’intérieur de lui-même aucun mouvement, car tout mouvement est une négation. Or le positif est précisément ce dans quoi l’absence de mouvement est posée comme telle et ce qui est réfléchi au-dedans de soi comme l’absence absolue de mouvement ; mais la réflexion sur l’absence de mouvement est inséparable de la réflexion sur le mouvement, et dès lors le positif, repos absolu, n’est positif que contre le négatif, agitation absolue ; à l’intérieur de lui-même, le positif est rapporté au négatif comme à sa propre détermination vivante. Le positif a ainsi une double posture par rapport au négatif : d’une part, il repose au-dedans de lui-même et, dans ce repos sur lui-même, il n’a au-dedans de soi rien de négatif ; mais d’autre part et précisément à cause de ce repos, en tant qu’en lui-même il est opposé au négatif, il exclut activement le négatif hors de lui ; mais cette activité d’exclusion est un mouvement et le positif, précisément à cause de sa positivité, n’est plus à l’égard de lui-même le positif, mais le négatif : en excluant hors de soi le négatif, il s’exclut lui-même de soi et va lui-même tout droit à sa propre ruine.

  • 13  Le verbe allemand übergreifen correspond en fait à l’expression française « mordre sur quelque cho (...)

18Par suite, le positif et le négatif ne sont pas égaux en droit comme le pensent les médiateurs ; l’opposition n’est pas un équilibre mais une prépondérance du négatif, lequel en est le moment d’empiétement [der übergreifende Moment]13 ; le négatif, comme vie déterminante du positif lui-même, enclôt en lui seul la totalité de l’opposition et ainsi, il est aussi ce qui est absolument légitimé. Comment ? m’interpellera-t-on peut-être, mais ne nous avez-vous pas vous-même concédé que le négatif pris abstraitement pour soi est unilatéral, tout comme le positif, et que la diffusion de sa mauvaise existence actuelle serait un aplatissement du monde entier ? Certes, mais je ne parlais que de l’existence actuelle du négatif, du négatif qui, dans la mesure où il est exclu par le positif, est calmement rapporté à soi et du même coup est lui-même positif ; comme tel, il est aussi nié par le positif, et les positivistes conséquents, en niant l’existence du négatif, son calme rapport à lui-même, accomplissent en même temps une fonction logique et sainte – bien qu’ils ne sachent pas ce qu’ils font. Ils croient nier le négatif et ils ne nient au contraire le négatif que dans la mesure où il se fait lui-même positif ; ils réveillent le négatif d’un repos philistin auquel il n’est pas destiné et ils le reconduisent à son grand office – à la négation sans répit ni ménagement de tout ce qui subsiste positivement.

  • 14  Littéralement : « le faire ».

19Nous accorderons que le positif et le négatif sont égaux en droit si ce dernier est rapporté calmement et égoïstement à soi et par là même est infidèle à soi – mais le négatif n’est pas censé être égoïste, il est censé se livrer [sich hingeben] avec amour au positif pour l’absorber [verzehren] et pour manifester dans cet acte de négation religieux, plein de foi et vivant, la profondeur de sa nature qui est grosse de l’avenir. Le positif est nié par le négatif et réciproquement le négatif par le positif ; qu’est-ce qui est donc commun aux deux et qui empiète sur les deux ? La négation, la ruine, l’absorption passionnée du positif, même lorsque celui-ci cherche finement à se dissimuler sous la figure du négatif. Le négatif n’est légitimé que comme cette négation sans ménagement [rücksichtlos] – mais comme tel, il est absolument légitimé parce que comme tel, il est l’acte [das Tun]14 de l’Esprit pratique, présent d’une manière invisible dans l’opposition elle-même, Esprit qui, par cette tempête d’anéantissement [Vernichtungsturm], exhorte puissamment les âmes pécheresses et médiatrices à la pénitence [zur Buße] et annonce sa venue et sa manifestation prochaines dans une Église de la liberté effectivement démocratique et universellement humaine.

  • 15Gesinnung désigne en allemand la conviction en tant qu’elle tient lieu de consistance morale (et n (...)
  • 16  On retrouvera plus bas, d’une manière plus aiguë, les difficultés qu’il y a à traduire les termes (...)

20Cette auto-dissolution du positif est la seule médiation possible du positif avec le négatif parce qu’elle est le mouvement et l’énergie immanente, totale, de l’opposition elle-même, et ainsi toute autre manière de les médiatiser est arbitraire, et quiconque poursuit une autre médiation prouve seulement par là qu’il n’est pas pénétré par l’Esprit du temps et du même coup qu’il est stupide ou dénué de convictions [gesinnungslos]15, parce que l’on ne parvient effectivement à être spirituel et moral [sittlich]16 que lorsqu’on se livre complètement à cet Esprit et qu’on est pénétré par lui. L’opposition est totale et vraie ; cela, les médiateurs eux-mêmes nous l’accordent ; mais en tant qu’elle est totale, elle est par là même vivante, et [9] l’énergie de sa vitalité englobante consiste précisément, comme nous l’avons justement vu, en cette auto-combustion sans répit du positif dans le feu pur du négatif.

21Que font dès lors les médiateurs ? Ils nous accordent tout cela, ils reconnaissent, tout comme nous, le caractère total de l’opposition, à ceci près qu’ils dépouillent cette dernière de son mouvement, de sa vitalité, de toute son âme, ou bien plutôt veulent l’en dépouiller car la vitalité de l’opposition est une puissance pratique, incompatible avec leurs âmes diminuées et impotentes, mais c’est par ce fait même une puissance qui domine toutes leurs tentatives pour l’étouffer. Le positif, avons-nous dit et prouvé, est, pris pour soi, illégitime ; il n’est légitime que dans la mesure où il nie le repos du négatif, son rapport à lui, que dans la mesure où il exclut le négatif hors de soi d’une manière inconditionnée et décidée et par là le reçoit dans son activité, dans la mesure où lui-même devient le négatif actif. Cette activité de négation, à laquelle les positivistes sont eux-mêmes élevés par la puissance de l’opposition, puissance insurmontable, présente d’une manière invisible dans toutes les natures vivantes, cette activité de négation qui constitue leur seule légitimation et le seul caractère de leur vitalité – c’est précisément cette activité de négation que les médiateurs veulent leur interdire. Par suite d’une disgrâce étrange, inconcevable, ou bien plutôt du fait de la disgrâce parfaitement concevable consistant dans leur absence pratique de convictions [praktische Gesinnungslosigkeit] et dans leur impotence pratique, ils reconnaissent chez les positifs précisément ce qui en eux est mort, pourri et digne du seul anéantissement et récusent en eux ce qui constitue toute leur vitalité : le vivant combat avec le négatif, le vivant présent de l’opposition en eux.

22[10] Ils disent aux positifs :

  • 17  Le texte allemand dit : « in ihrem historischen Museum » (« dans leur musée historique »), ce qui (...)

Messieurs ! vous avez raison de conserver les restes pourris et desséchés de la tradition ; il est si bon et si agréable de vivre dans ces ruines, dans ce monde du rococo contraire à la raison, dont l’air convient exactement à nos esprits phtisiques ; en ce qui nous concerne, c’est avec la plus grande joie que nous nous serions établis dans votre monde où ce ne sont pas la raison et les déterminations rationnelles de la volonté, mais la longue subsistance et l’immobilité qui sont l’aune de ce qui est vrai et saint, et où, suivant cela, la Chine, avec ses mandarins et ses coups de bambou, doit valoir pour vérité absolue. Mais qu’y faire, Messieurs ! Les temps sont mauvais, nos ennemis communs, les négatifs, ont gagné beaucoup de terrain ; tout comme vous, nous les haïssons, et peut-être encore plus que vous car dans leur absence de retenue [Ungebundenheit], ils se permettent de nous mépriser ; mais ils sont devenus puissants et l’on doit, nolens volens, les prendre en considération pour ne pas être entièrement anéantis par eux ; ne soyez donc pas si fanatiques, Messieurs, ménagez-leur une petite place dans votre société ; que vous importe s’ils occupent dans votre musée historique17 la place de maintes ruines, certes très honorables, mais néanmoins entièrement effondrées ? Croyez-nous, rendus tout heureux par l’honneur qu’ainsi vous leur ferez, ils se conduiront d’emblée très calmement et très modestement dans votre honorable société ; car ce ne sont finalement que de jeunes gens qui, « aigris » par besoin et par manque « de situations insouciantes », ne poussent tant de cris et ne font tant de bruit que parce qu’ils espèrent ainsi acquérir une certaine destination et une position agréable dans la société.

23Après quoi ils se tournent vers les négatifs et leur disent : « Votre effort est noble, Messieurs ! Nous concevons votre enthousiasme juvénile pour les purs principes et avons pour vous la plus grande sympathie ; mais croyez-nous, les purs principes, dans leur pureté, sont inapplicables à la vie ; une certaine dose d’éclectisme fait partie de la vie ; le monde ne se laisse pas maîtriser comme vous le souhaitez ; vous devez lui céder quelque chose pour pouvoir agir sur lui, sans quoi vous y gâterez entièrement votre situation. » Et de même que l’on raconte des Juifs polonais que, lors de la dernière guerre de Pologne, ils voulaient servir en même temps les deux camps, les Polonais aussi bien que les Russes, et qu’ils furent pendus par les deux, de même ces misérables se tourmentent avec l’impossible opération d’une médiation extérieure et, en remerciement, seront méprisés par les deux partis. Il est seulement dommage que l’époque actuelle soit trop faible et trop dénuée d’énergie pour qu’on leur applique la loi de Solon.

24Ce sont là des phrases, me répliquera-t-on ; les médiateurs sont pour la plupart des gens honorables et de culture scientifique ; il y a parmi eux beaucoup de personnes universellement considérées et haut placées, et vous les avez présentés comme des hommes sans discernement et sans convictions ! – Mais qu’y puis-je s’il en est effectivement ainsi ? Je ne veux pas porter d’attaques personnelles contre qui que ce soit ; l’intimité [das Innere] d’un individu est pour moi d’une sainteté inviolable, quelque chose d’incommensurable sur lequel je ne me permettrai jamais de jugement ; cette intimité peut avoir pour l’individu lui-même une valeur infinie ; mais pour le monde, dans la réalité, elle n’est que dans la mesure où elle s’extériorise et n’est telle chose que si elle s’extériorise comme telle ; chaque homme n’est effectivement que ce qu’il est dans le monde effectif, et ce qui est noir, il m’est quand même impossible de l’appeler blanc.

25Oui, me retournera-t-on, leur effort vous paraît noir, ou bien plutôt gris ; en fait, ils ne veulent et ne poursuivent que le progrès, et ils le promeuvent bien plus que vous en se mettant prudemment au travail et en ne voulant pas, comme les démocrates, faire exploser [auseinandersprengen] avec insolence le monde entier. – Mais nous avons vu ce qu’est ce prétendu progrès poursuivi par les médiateurs ; nous avons vu qu’ils ne veulent proprement rien d’autre que l’étouffement du seul [11] principe vivant de notre présent sans cela si pauvre, l’étouffement du principe, créateur et plein d’avenir, du mouvement de dissolution ; tout comme nous, ils aperçoivent que notre époque est une époque de l’opposition ; ils nous accordent que c’est là un état mauvais et déchiré au-dedans de soi, et au lieu, par l’achèvement de l’opposition, de la retourner en une effectivité nouvelle, affirmative et organique, ils veulent, elle qui est un état si indigent et phtisique dans son existence actuelle, la conserver éternellement en procédant indéfiniment par degrés [durch eine endlose Allmähligkeit]. Est-ce un progrès ? Ils disent aux positifs : « Conservez l’ancien, mais permettez en même temps aux négatifs de le dissoudre graduellement » ; et aux négatifs : « Dissolvez l’ancien ; mais pas d’un seul coup ni entièrement, ainsi vous aurez toujours quelque chose à faire ; c’est-à-dire : restez chacun dans votre unilatéralité ; mais nous, les élus, garderons pour nous la jouissance de la totalité » ; – misérable totalité, dont ne peuvent se satisfaire que des esprits misérables ! Ils dépouillent l’opposition de son âme mouvante, pratique, et se réjouissent de ce qu’ils peuvent arbitrairement en user et en disposer ; la grande opposition d’aujourd’hui n’est pas pour eux une puissance pratique du présent à laquelle tout homme vivant doit se livrer sans ménagement [rücksichtlos] pour demeurer vivant, mais seulement un jouet théorique. Ils ne sont pas pénétrés par l’Esprit pratique du temps et par conséquent ce sont aussi des hommes sans éthique [unsittlich] ; oui, eux qui se vantent tant de leur moralité [Moralität], ce sont des hommes sans éthique [unsittlich], parce que l’éthicité [Sittlichkeit] est impossible hors de la seule Église qui puisse produire le Salut, celle de l’humanité libre. Il faut leur répéter ce que l’auteur de l’Apocalypse dit aux médiateurs de son époque :

  • 18  Citation de l’Apocalypse de Jean (III, 15-16), qu’on trouve déjà dans la Préface des Principes de (...)

Je sais quelles sont tes œuvres, que tu n’es ni froid ni chaud. Que n’es-tu ou froid ou chaud. Mais parce que tu es tiède et que tu n’es ni chaud ni froid, je m’en vais te vomir de ma bouche. Tu dis : Je suis riche, j’ai assez de tout et n’ai besoin de rien ; et tu ne sais pas que tu es miséreux et lamentable, pauvre, aveugle et nu.18

26Mais, me dira-t-on, ne retombez-vous pas, avec vos extrêmes purement séparés, au point de vue abstrait surmonté depuis longtemps par Schelling et Hegel ? Ce Hegel que vous tenez en si haute estime n’a-t-il pas lui-même fait cette remarque tout à fait juste que l’on peut y voir tout aussi peu dans la pure lumière que dans la pure obscurité et que seule l’unité concrète des deux rend en général possible la vision, et le grand service rendu par Hegel ne consiste-t-il pas à avoir prouvé que toute existence vivante n’est vivante que par ceci qu’elle n’a pas sa négation en dehors de soi, mais au-dedans de soi à titre de condition de vie immanente, et que, si elle n’était que positive et avait sa négation en dehors de soi, elle serait sans mouvement et sans vie ? – Cela, je le sais très bien, Messieurs ! Je vous accorde que, par exemple, un organisme vivant n’est vivant que par ceci qu’il porte au-dedans de soi le germe de sa mort ; mais si vous voulez me citer Hegel, alors vous devez le citer complètement ; vous verrez dès lors que le négatif n’est la condition de vie de cet organisme déterminé qu’aussi longtemps qu’il n’est en lui qu’à titre de moment conservé [gehalten] dans sa totalité ; mais vous verrez aussi qu’un point se rencontre où l’action graduelle du négatif est soudain brisée, si bien qu’il se retourne en principe autonome, et que cet instant constitue la mort de cet organisme déterminé, un moment qui est décrit dans la philosophie hégélienne comme le passage [Übergang] de la nature à un monde qualitativement nouveau – au monde libre de l’Esprit.

27La même chose se répète dans l’histoire. Par exemple, le principe de la liberté théorique s’animait déjà dans le monde catholique du passé, dès le début de son existence ; ce principe fut à l’origine de toutes les hérésies dont le catholicisme était si riche ; mais sans ce principe, le catholicisme aurait été dénué de mouvement, et ainsi, il était aussi en même temps le principe de sa vitalité, mais seulement pour autant qu’il était conservé dans sa totalité à titre de simple moment ; c’est ainsi également que le protestantisme a peu à peu surgi ; son début se trouvait dans le début du catholicisme lui-même ; mais à un moment donné, ce caractère graduel a été rompu et le principe de la liberté théorique s’est élevé au rang de principe autonome [selbstständig], indépendant [unabhängig] ; c’est là que l’opposition dans sa pureté est devenue manifeste, et vous savez bien, Messieurs – vous qui vous nommez Protestants – ce que Luther répondit aux médiateurs de son temps lorsqu’ils lui proposèrent leurs services.

28Vous le voyez, mon avis touchant la nature de l’opposition n’est pas susceptible seulement d’une confirmation logique, mais aussi d’une confirmation historique ; mais je sais qu’aucune preuve ne peut vous aider car dans votre absence de vie, vous n’acceptez pas d’autre charge que de dominer l’histoire ; ce n’est certes pas pour rien que l’on vous surnomme des arrangeurs desséchés [trockene Zurechtmacher].

29« Nous ne sommes pas encore battus, me répondront peut-être les médiateurs, tout ce que vous dites de l’opposition est vrai ; il n’y a qu’un point que nous ne pouvons vous accorder, à savoir qu’à notre époque, ce serait aussi méchant que vous le prétendez ; il y a bien des oppositions dans le présent, mais elles ne sont pas aussi dangereuses que vous l’assurez. Voyez, partout règne le calme, partout le mouvement s’est arrêté ; nul ne pense à la guerre et la plupart des nations et des gens qui vivent maintenant [12] bandent toutes leurs forces pour maintenir la paix parce qu’ils savent bien que les intérêts matériels, qui semblent maintenant être devenus l’affaire principale de la politique et de la culture universelle, ne peuvent être promus s’il n’y a pas la paix. Combien d’importants motifs de guerre et de dissolution de l’ordre des choses existant n’y eut-il pas depuis la révolution de Juillet jusqu’à nos jours ! De tels développements survinrent au cours de ces douze années, développements dont il était impossible qu’on attendît qu’ils se résolussent si pacifiquement, de ces instants où une guerre universelle semblait presque inévitable et où les plus terribles tempêtes nous menaçaient ; et toutes les difficultés se sont quand même graduellement dissoutes, tout demeura calme et la paix semble s’être établie pour toujours sur Terre ! »

30[13] La paix, dites-vous, du moins ce que pour lors on nomme paix ! Je prétends au contraire : que jamais les oppositions n’ont été en place d’une manière aussi aiguisée que maintenant ; que l’éternelle opposition qui à toutes les époques est la même, si ce n’est que dans la marche en avant [Fortgang] de l’histoire elle n’a fait que croître et se développer toujours davantage, que cette opposition entre la liberté et la non-liberté a poussé et pris son essor jusqu’à son sommet le plus élevé, son sommet ultime, dans notre présent sans cela si semblable aux périodes de dissolution du monde païen ! N’avez-vous pas lu au fronton du temple de la liberté élevé au cours de la Révolution ces mots mystérieux et redoutables : Liberté, Égalité et Fraternité, et ne savez-vous pas ni ne sentez que ces mots présagent l’entier anéantissement du monde politique et social existant ? N’avez-vous rien entendu des tempêtes de la Révolution et ne savez-vous pas que Napoléon, ce prétendu dompteur du démocratisme, en a diffusé le principe nivelant d’une main victorieuse dans toute l’Europe, en digne fils de la Révolution ? Peut-être n’avez-vous pas non plus entendu quoi que ce soit à propos de Kant, Fichte, Schelling et Hegel et ne savez-vous effectivement rien d’une philosophie qui a exposé dans le monde intellectuel le même principe révolutionnaire nivelant et le principe de l’autonomie de l’Esprit, et ne concevez-vous pas que ce principe se trouve au plus haut degré en opposition avec toutes les religions positives actuelles et avec toutes les Églises présentes ?

31« Oui, me répondrez-vous, mais ces oppositions appartiennent précisément à l’histoire ancienne ; en France même, la Révolution a été tout récemment vaincue par le gouvernement modéré de Louis-Philippe, et la philosophie moderne par l’un de ses plus grands auteurs, par Schelling lui-même ; partout, dans toutes les sphères de la vie, l’opposition est à présent dissoute. » Et vous croyez effectivement à cette dissolution, à cette victoire sur l’Esprit révolutionnaire ? Êtes-vous donc aveugles et sourds et n’avez-vous point d’yeux ni d’oreilles pour ce qui avance tout autour de vous ? Non Messieurs, l’Esprit révolutionnaire n’est pas vaincu ; simplement, après avoir ébranlé le monde entier dans son sillage lors de sa première apparition, il est retourné en lui-même ; il n’a fait que s’enfoncer en lui-même pour bientôt se manifester à nouveau comme principe affirmatif, créateur, et il creuse maintenant, si je puis me permettre de me servir de cette expression de Hegel, comme une taupe sous la terre ; et qu’il ne travaille pas en vain, vous pouvez le voir à toutes les ruines dont est recouvert notre terrain religieux, politique et social. Vous parlez de dissolution, de réconciliation ! Regardez seulement autour et dites-moi ce qui est demeuré vivant de l’ancien monde catholique et protestant ? Vous parlez de victoire sur le principe négatif ! Mais n’avez-vous rien lu de Strauss, Feuerbach et Bruno Bauer, et ne savez-vous pas que leurs ouvrages sont dans toutes les mains ? Ne voyez-vous pas que toute la littérature allemande, les livres, les brochures, les journaux, et même que les ouvrages des positivistes eux-mêmes sont inconsciemment et involontairement pénétrés de cet Esprit négatif ? Et cela, vous l’appelez réconciliation et paix !

  • 19  Jean Barrué traduit ici par « en proie aux plus affreux désordres » alors que le texte allemand co (...)

32Vous savez bien que l’humanité, suivant sa destination sublime [erhabene Bestimmung], ne peut se satisfaire et trouver le repos que dans un principe universellement pratique, dans un principe qui réunit puissamment en lui-même les mille apparitions différentes de la vie spirituelle ; mais où est ce principe, Messieurs ? Vous devez quand même parfois connaître aussi des instants vivants humains, dans le cours de votre existence sans cela si triste, de ces instants où vous vous débarrassez des petits motifs de votre existence quotidienne et où vous aspirez à la vérité, à ce qui est grand, à ce qui est saint ; alors répondez-moi sincèrement, la main sur le cœur, avez-vous déjà rencontré où que ce soit quelque chose de vivant ? Avez-vous déjà découvert, sous les ruines qui nous entourent, ce monde tant espéré où vous pourriez entièrement vous abandonner et renaître à nouveau dans cette grande communion avec toute l’humanité ? Ce monde, serait-ce par hasard le protestantisme ? Mais il donne le spectacle de l’anarchie19 la plus effroyable – en combien de sectes différentes n’est-il pas déchiré ? « Faute [14] d’un grand enthousiasme universel, il n’y a que des sectes et pas d’opinion publique [öffentliche Meinung] », dit Schelling, et le monde protestant actuel est bien loin d’être pénétré par un enthousiasme universel, c’est le monde le plus sobre que l’on puisse seulement se représenter. Serait-ce par hasard le catholicisme ? Mais où est son ancienne magnificence ? N’est-il pas maintenant, lui qui jadis commanda au monde entier, n’est-il pas devenu l’instrument docile d’une politique immorale [unsittlich] qui lui est étrangère ? Ou bien trouvez-vous peut-être un apaisement dans l’État actuel ? Certes, ce serait effectivement un bel apaisement ! L’État est maintenant en proie aux contradictions internes les plus profondes parce que l’État sans religion, sans une forte conviction [Gesinnung] universelle est impossible ; voyez seulement la France et l’Angleterre si vous voulez vous en convaincre ; quant à l’Allemagne, je ne veux même pas en parler ! Allez enfin à l’intérieur de vous-mêmes, Messieurs, et dites-moi sincèrement, êtes-vous satisfaits de vous-mêmes et pouvez-vous être satisfaits de vous-mêmes ? N’êtes-vous pas même, sans exception, de tristes et chétives apparitions de notre époque triste et chétive ? Êtes-vous des hommes entiers ? Croyez-vous effectivement à quelque chose ? Savez-vous ce que vous voulez et êtes-vous plus généralement en mesure de vouloir quelque chose ? La réflexion moderne, cette épidémie de notre temps, vous a-t-elle laissé en reste une seule partie vivante et n’êtes-vous pas pénétrés par elle de part en part et paralysés et brisés par elle ? En fait, Messieurs, vous devez admettre que notre époque est une triste époque et que nous tous en sommes les enfants encore bien plus tristes !

33Mais d’autre part, des phénomènes surviennent autour de nous, qui nous annoncent que l’Esprit, cette vieille taupe, a parachevé son œuvre souterraine et qu’il va bientôt réapparaître pour tenir son tribunal ; partout, et en particulier en France et en Angleterre, se forment des associations à la fois socialistes et religieuses qui, entièrement étrangères au monde politique actuel, puisent leur vie à de nouvelles sources qui nous sont entièrement inconnues, et se développent et se propagent secrètement. Le peuple, la classe pauvre, qui représente sans aucun doute l’immense majorité de l’humanité, la classe dont on a déjà reconnu théoriquement les droits mais qui jusqu’à maintenant, par sa naissance, par ses relations, est condamnée à l’absence de propriété et à l’ignorance, mais aussi en même temps à un esclavage de fait, cette classe qui représente le peuple véritable [das eigentliche Volk], adopte partout une posture menaçante et commence à compter les rangs, faibles par rapport aux siens, de ses ennemis, et à réclamer l’exécution effective [die wirkliche Vollführung] de ses droits, qui lui ont déjà été reconnus par tous. Tous les peuples et tous les hommes sont remplis d’un certain pressentiment, et quiconque n’est simplement pas atteint de paralysie dans ses organes vitaux envisage avec une horrible appréhension le futur proche qui énoncera la parole libératrice. En Russie même, dans cet empire sans fin et recouvert de neige que nous connaissons si peu et qu’attend peut-être un grand avenir, en Russie même s’amoncellent de sombres nuages annonciateurs d’orages. Oh, l’air est lourd, il est gros de tempêtes !

34Et pour cette raison, nous en appelons à nos frères aveuglés : Faites pénitence ! Faites pénitence ! Le Royaume du Seigneur est proche !

35Aux positivistes, nous disons : ouvrez les yeux de votre esprit, laissez les morts enterrer ce qui est mort et convainquez-vous enfin que l’Esprit, éternellement jeune, éternellement renaissant, n’est pas à chercher dans des ruines effondrées ! Et les médiateurs, nous les exhortons à ouvrir leurs cœurs à la vérité et à se libérer de leur misérable et aveugle sagesse, de leur arrogance théorique et de la crainte servile qui dessèche leurs âmes et paralyse leurs mouvements.

  • 20  J’ai renoncé à la traduction de Lust par « envie » ou « désir » car l’allemand dit Lust der Zerstö (...)

36Faisons donc confiance à l’Esprit éternel qui ne détruit et n’anéantit que parce qu’il est la source insondable et éternellement créatrice de toute vie. La passion de la destruction est en même temps une passion créatrice [die Lust der Zerstörung ist zugleich eine schaffende Lust]20 !

37Jules ÉLYSARD

Notes

1  Comme tous les autres, ce texte est traduit à partir du texte original reproduit sur le cédérom de l’IISG. C’est la pagination originale qui est indiquée entre crochets. Pour les éditions allemandes plus récentes, voir la bibliographie.

2  Tous les italiques de la traduction renvoient à une expression en français dans le texte original.

3  Nous avons choisi, dans l’ensemble du texte, de restituer Geist par « Esprit » en raison de la connotation hégélienne de ce terme, contrairement à Jean Barrué qui, en l’espace d’une page, traduit Geist successivement par « idées », « esprit » et « pensée ».

4  La traduction de Stellung par « posture » permet de combiner les sens de « situation » et de « position ».

5  Pour rester proche du contexte hégélien, nous nous efforçons de rendre, lorsque c’est possible, Wirklichkeit par « effectivité ».

6  Contrairement à Jean Barrué, nous traduisons tous les mots de la famille de vermitteln par des mots de la famille de « milieu » (soit « médiation » pour Vermittlung, « médiatiser » pour vermitteln et « médiateurs » pour Vermittelnden), afin de restituer l’homogénéité du contexte hégélien, et non par ceux de la famille de « concilier » qui a en revanche pour soi davantage d’élégance littéraire en français.

7 p. 154 [note de Bakounine qui renvoie à l’ouvrage anonyme Die europäische Pentarchie (La pentarchie européenne) de l’auteur réactionnaire K.-E. von Goldmann, paru à Leipzig en 1839].

8  Jean Barrué traduit ici « le principe unique du vrai christianisme », ce qui à notre avis laisse de côté la référence implicite à l’ouvrage paru un an plus tôt sous la plume de Feuerbach (auteur que cite Bakounine quelques pages plus loin – p. 133 de la présente traduction).

9  Cette accusation sera retournée par Bakounine en fin de texte contre ceux qu’il appelle les médiateurs.

10  Nous traduisons pour tout le texte Reflexion par « réflexion » car Bakounine joue lui-même sur la polysémie de ce terme.

11  Par rapport à Gegensatz, Entgegenstzung est dotée d’un sens dynamique : s’opposer et non être opposé.

12  Nous maintenons la traduction de Gegensatz par opposition, bien que Jean Barrué ait cru devoir passer à cet endroit de sa traduction d’opposition à contradiction. Bakounine va en effet se référer explicitement à Hegel chez qui les deux termes sont nettement distingués dans la Science de la Logique. L’emploi du mot Widerspruch (contradiction) est d’ailleurs rare dans l’article de Bakounine et semble toujours indiquer une détermination plus précise de l’opposition.

13  Le verbe allemand übergreifen correspond en fait à l’expression française « mordre sur quelque chose ».

14  Littéralement : « le faire ».

15Gesinnung désigne en allemand la conviction en tant qu’elle tient lieu de consistance morale (et non le fait d’avoir ou non des idées politiques). C’est ce terme que l’on traduit chez Hegel, dans le contexte de la philosophie du droit, par l’expression « disposition d’esprit ».

16  On retrouvera plus bas, d’une manière plus aiguë, les difficultés qu’il y a à traduire les termes allemands de Moralität et Sittlichkeit. Sur ces difficultés de traduction, voir la mise au point de Jean-Pierre Lefebvre et Pierre Macherey, Hegel et la société, p. 11 et 16 à 18. Retenons que la traduction de ces deux termes par deux termes français distincts serait légitimée par la déclaration de Hegel au § 33 de l’« Introduction » des Principes de la philosophie du droit : « Les expressions Moralität et Sittlichkeit que l’on considère habituellement comme synonymes sont prises ici dans un sens essentiellement différent. » Suivant la leçon de J.-F. Kervégan dans sa traduction des Principes de la philosophie du droit, nous avons choisi de traduire systématiquement les termes de la famille de sittlich par ceux de la famille du terme français « éthique ».

17  Le texte allemand dit : « in ihrem historischen Museum » (« dans leur musée historique »), ce qui semblerait indiquer qu’il s’agit du musée historique des négatifs ; pour rétablir la cohérence, nous avons choisi de traduire comme si le texte comportait : « in Ihrem historischen Museum » (« dans votre musée historique »).

18  Citation de l’Apocalypse de Jean (III, 15-16), qu’on trouve déjà dans la Préface des Principes de la philosophie du droit de Hegel.

19  Jean Barrué traduit ici par « en proie aux plus affreux désordres » alors que le texte allemand comporte bien ici le mot anarchie.

20  J’ai renoncé à la traduction de Lust par « envie » ou « désir » car l’allemand dit Lust der Zerstörung et non Lust zur Zerstörung. Bakounine joue évidemment, en particulier dans le deuxième membre de phrase, sur l’ambivalence intéressante de ce terme, qui désigne à la fois le désir et le sentiment qui accompagne sa satisfaction, d’où « passion » et non « volupté » comme dans la traduction de Jean Barrué. L’idée est ici que la destruction s’accompagne d’une passion mobilisable pour créer. Et on a coutume de lire chez Hegel que « rien de grand ne s’est jamais fait sans passion ».

© ENS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540