Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Bakounine jeune hégélien

 | 
Jean-Christophe Angaut

Conclusion

Volltext

1Textes charnières dans l’œuvre de Bakounine, « La Réaction en Allemagne » et les écrits qui la suivent immédiatement contiennent une promesse de sortie de la philosophie et l’esquisse de plusieurs thématiques dont il est intéressant de suivre le destin, sans pour autant céder à l’illusion rétrospective.

  • 1  Pour autant, lors de son séjour en France, la philosophie n’est pas étrangère aux préoccupations d (...)

2Si Bakounine cesse effectivement de faire de la philosophie au cours des deux décennies qui suivent1, en revanche le passage à la pratique semble plus problématique, d’où le mutisme qui est la caractéristique principale du séjour de Bakounine en France entre 1844 et 1848, période pour laquelle on ne dispose que de quelques lettres et articles de circonstance. Ce vide dans l’œuvre de Bakounine ne manifeste pas tant un activisme débordant qu’une difficulté à déterminer le terrain sur lequel agir. Coupé de la Russie dont il est désormais banni, peinant à s’inscrire dans les mouvements socialistes et communistes en France, le révolutionnaire russe apparaît plus que jamais comme un rebelle sans cause.

3Plus surprenant encore, si l’on se rappelle les thématiques à l’œuvre dans les écrits étudiés ici, Bakounine ne rompra le silence qu’à propos de la question russo-polonaise, puis plus largement de la question slave. Alors effectivement, la philosophie aura à peu près disparu de ses écrits. Les textes assez nombreux qu’il écrit dans les années 1848-1849, soit juste avant son arrestation après la tentative manquée d’insurrection à Dresde, sont à cet égard exemplaires : les constructions philosophiques sur l’histoire et sur l’aiguisement nécessaire des oppositions dont elle est censée être le lieu auront disparu au profit d’articles de circonstance comme l’« Appel aux Slaves » ou la « Situation de la Russie », qui s’intéressent davantage à la situation concrète des sociétés dans lesquelles doit s’insérer l’action révolutionnaire. Rétrospectivement, l’insistance de « La Réaction en Allemagne » sur l’instant précis qui voit la réapparition de l’Esprit dans l’histoire apparaît comme le maximum de ce que la philosophie peut dire de la pratique : au-delà commence un monde nouveau qui requiert, sinon l’abandon de toute théorie, du moins une activité théorique d’un autre ordre, expression directe d’une pratique qui s’élève à la conscience d’elle-même.

  • 2  Michel Bakounine, L’empire knouto-germanique et la révolution sociale, dans Œuvres complètes, vol. (...)
  • 3  Michel Bakounine, Écrit contre Marx, dans Marx et Bakounine, Socialisme autoritaire ou libertaire, (...)

4Le thème des rapports entre théorie et pratique est précisément l’un de ceux qui présentent la postérité la plus riche dans l’œuvre de Bakounine, qui ne cessera d’approfondir et de reformuler la conception délimitative présentée à partir de « La Réaction en Allemagne ». L’idée selon laquelle il s’agit de préserver la pratique contre toute ingérence de la théorie ressurgit à partir du milieu des années 1860 sous l’aspect d’une confrontation entre la science et la vie. C’est le sens des fameuses déclarations par lesquelles Bakounine affirme prôner « la révolte de la vie […] contre le gouvernement de la science »2. Une telle assertion est dirigée à la fois contre le positivisme, dans lequel Bakounine voit une doctrine qui prône le gouvernement des savants, mais aussi contre Marx. Dans l’Internationale, ce refus d’une pratique intégralement régie par la théorie se traduira concrètement par un rejet de toute position politique et philosophique au profit des seules considérations économiques et sociales : pour Bakounine, l’Association internationale des travailleurs doit essentiellement organiser la lutte du travail contre le capital, et non préparer la conquête du pouvoir d’État par la classe ouvrière ou recommander l’athéisme3. Les perspectives politiques et philosophiques sont ainsi nettement séparées des perspectives sociales – ce qui ne signifie pas, loin de là, qu’elles soient niées. La délimitation de la théorie et de la pratique aura également une conséquence au sein de la théorie bakouninienne lorsqu’il s’agira de concevoir les rapports entre « l’instinct de révolte » d’un côté, l’organisation et la propagande de l’autre. C’est dans cette optique que Bakounine cherchera en effet à investir d’une manière originale les catégories comtiennes (le spontané et le systématique en particulier) pour mettre en valeur le caractère nécessairement premier des facteurs endogènes dans toute révolution.

  • 4  Le premier que nous connaissons date de 1864 et était adressé à un démocrate suédois, Sohlmann, qu (...)

5Et pourtant, si Bakounine reprend à nouveaux frais la question des rapports entre théorie et pratique dans ces écrits tardifs, c’est qu’on assiste alors chez lui à un retour en force de la philosophie qui est chargée de fonder l’engagement libertaire. Tout en continuant à prôner, dans l’Internationale, l’abstention électorale, Bakounine a notamment rédigé à partir de cette période un certain nombre de programmes pour des sociétés secrètes à vocation expressément politique4, dans lesquels la participation des membres est étroitement liée à l’adoption d’un credo philosophique, moral et politique. Mais ce retour de la philosophie a également eu lieu au grand jour (si l’on ose dire) dans des textes qui étaient destinés à la publication, comme L’empire knouto-germanique et la révolution sociale ou La théologie politique de Mazzini.

  • 5  Michel Bakounine, L’empire knouto-germanique, respectivement p. 173 et p. 171. Une partie de ce te (...)

6Parmi les thèmes qui marquent ce retour de la philosophie, l’idée d’un lien indissoluble entre liberté et égalité ne se démentira jamais. « La Réaction en Allemagne » conçoit la liberté comme la réalisation d’une égalité des hommes. Bakounine prolongera cette conception en transcrivant plus clairement des formulations d’allure fichtéenne sur un terrain politique et historique et en affirmant son refus du libre arbitre au profit d’une conception de la liberté qualifiée de matérialiste et de socialiste. La célèbre déclaration selon laquelle « je ne suis vraiment libre que lorsque tous les êtres humains qui m’entourent, hommes et femmes, sont également libres » ne prend son sens proprement collectiviste que si l’on ajoute que « l’homme ne devient homme et n’arrive tant à la conscience qu’à la réalisation de son humanité que dans la société et par l’action collective de la société tout entière »5. On peut donc considérer que « La Réaction en Allemagne » contient une première esquisse des convictions libertaires de Bakounine.

  • 6  Henri Arvon, « Bakounine et la gauche hégélienne », Bakounine, combats et débats, Jacques Catteau (...)
  • 7  Michel Bakounine, L’empire knouto-germanique, p. 20-21.

7Mais ce dernier point apparaît beaucoup plus clairement s’agissant de la question de la conflictualité, question qui est au cœur de la récupération d’un chapitre de la Logique hégélienne. C’est à bon droit qu’Henri Arvon estime que Bakounine esquisse dans « La Réaction en Allemagne » « une ligne de conduite à laquelle il demeurera, somme toute, fidèle jusqu’à la fin de sa vie »6. Le but poursuivi par Bakounine lorsqu’il écrit « La Réaction en Allemagne » est en effet de déterminer une attitude pratique, celle qui consiste à pousser les oppositions politiques à leur paroxysme, conformément à cette conception héritée de Hegel selon laquelle leur développement dans des contradictions qui accoucheront d’un monde nouveau est logiquement nécessaire. La religion se présente ainsi comme la forme nécessaire que prend le soutien à un certain corpus de convictions sur le terrain de la pratique ; ce terme s’applique à un investissement affectif qui se traduit concrètement par un engagement partial (au sens où il prend effet dans un parti). Or dans des textes tardifs, outre le maintien d’un sens positif au mot « religion », il est possible de relever une attitude comparable de la part de Bakounine, consistant à radicaliser les oppositions et à placer les « tièdes » du côté de la réaction. On songe ici à la manière dont il s’en prend au « républicanisme bourgeois » au début de L’empire knouto-germanique et la révolution sociale7.

  • 8  Michel Bakounine, L’Internationale et Mazzini, dans Œuvres complètes, t. I, p. 42.

8La postérité du thème de la « religion de la liberté » s’inscrit dans le prolongement de ce positionnement radical à l’endroit de la conflictualité historique, alors même que la polémique contre la religion et contre l’idée même de Dieu occupe une place importante dans les derniers textes, avec notamment une réactivation de la source feuerbachienne, Bakounine voyant en Feuerbach « le plus sympathique et le plus humain des penseurs allemands »8. Mais au cours de la dernière décennie de son activité intellectuelle, les polémiques de Bakounine contre la religion se concentrent pour l’essentiel sur la théologie chrétienne et plus particulièrement sur l’idée de Dieu, conçue comme antinomique avec celle de liberté humaine, ce qui réserve une place à une religion envisagée sous son aspect pratique. L’œuvre du dernier Bakounine est parsemée de mentions de la religion qui vont dans ce sens. Ainsi lorsqu’il évoque la manière dont le patriote italien Mazzini a pris sa défense contre des calomnies venues de l’entourage de Marx et la nécessité dans laquelle il se trouve cependant de combattre ses idées religieuses (sa « théologie politique »), il affirme que « c’est une fatalité à laquelle toutes mes convictions, ma religion non moins profonde et sincère que la sienne, ne me permettent pas de me soustraire » (p. 38). Alors que dans « La Réaction en Allemagne » la religion ne se réduisait pas complètement à une attitude pratique (elle était la religion d’un principe qui était lui-même l’essence d’un Esprit gouvernant l’histoire et elle devait aboutir à la constitution d’une Église de l’humanité libre), dans ces textes tardifs, elle se réduit de plus en plus à un rapport particulier à des convictions. En d’autres termes, la religion est évacuée au profit du religieux. Or avoir la religion de la liberté, c’est précisément n’accepter aucune transaction sur les principes, et partant aucune médiation externe entre l’exigence d’émancipation et ce qui s’oppose à elle.

  • 9  Il s’agit d’À mes amis russes et polonais, Leipzig, 1862 (en langue française) et de La cause du p (...)

9« La Réaction en Allemagne » contient donc virtuellement une part importante de l’œuvre à venir de Bakounine. Y sont même annoncées des lignes d’action qui ne trouveront leur application que dans les années 1860 – en particulier le socialisme. En effet, alors que l’article de 1842 évoquait avec enthousiasme la formation en France et en Angleterre d’associations à caractère socialiste et religieux et que Bakounine avait consacré au communisme de Weitling un article nuancé mais favorable au principe même du communisme, ces problématiques disparaissent les années suivantes au profit des questions nationales, absentes pour leur part de ces premiers articles. Ce n’est pas en effet pour ses activités socialistes que Bakounine sera tenu éloigné pendant douze ans de la scène politique européenne mais pour son implication dans le « Printemps des peuples » de 1848-1849 en Allemagne et en Autriche. Même après son évasion de Sibérie en 1861, Bakounine commencera par s’intéresser à la question slave (à travers les deux brochures de 18629 et la préparation de la malheureuse insurrection polonaise de 1863) et ce n’est que vers 1864 que se rejoindront d’une manière définitive la question sociale et les questions de nationalité. C’est cette jonction entre la polémique antireligieuse d’allure philosophique, les réflexions sur les relations entre nationalités et les écrits sur la question sociale qui donneront aux dernières œuvres de Michel Bakounine l’ampleur qui leur manque encore en 1842 et placeront son anarchisme sous le triple signe du socialisme, du fédéralisme et de l’antithéologisme.

Anmerkungen

1  Pour autant, lors de son séjour en France, la philosophie n’est pas étrangère aux préoccupations de Bakounine. Il prend la suite de Carl Grün pour initier Proudhon au hégélianisme et il semble avoir travaillé au cours de l’année 1844 à un Exposé et développement des idées de Feuerbach.

2  Michel Bakounine, L’empire knouto-germanique et la révolution sociale, dans Œuvres complètes, vol. VIII, p. 125 (et p. 101-129 pour l’ensemble de la discussion sur le statut de la science).

3  Michel Bakounine, Écrit contre Marx, dans Marx et Bakounine, Socialisme autoritaire ou libertaire, t. II, p. 24-35.

4  Le premier que nous connaissons date de 1864 et était adressé à un démocrate suédois, Sohlmann, que Bakounine cherchait à acquérir à ses idées : voir Michel Bakounine, Société internationale secrète de l’émancipation de l’humanité, texte établi par Michel Mervaud, Bakounine, Combats et débats, Jacques Catteau dir., p. 183-226.

5  Michel Bakounine, L’empire knouto-germanique, respectivement p. 173 et p. 171. Une partie de ce texte a été publiée (et légèrement modifiée) par Élisée Reclus et Carlo Cafiero, aidés de Pierre Kropotkine, sous le titre devenu célèbre de Dieu et l’État.

6  Henri Arvon, « Bakounine et la gauche hégélienne », Bakounine, combats et débats, Jacques Catteau dir., p. 73.

7  Michel Bakounine, L’empire knouto-germanique, p. 20-21.

8  Michel Bakounine, L’Internationale et Mazzini, dans Œuvres complètes, t. I, p. 42.

9  Il s’agit d’À mes amis russes et polonais, Leipzig, 1862 (en langue française) et de La cause du peuple. Romanov, Pougatchev ou Pestel ?, Londres, 1862 (en langue russe).

© ENS Éditions, 2007

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540