Version classiqueVersion mobile

Sociolinguistique du contact

 | 
Jacky Simonin
, 
Sylvie Wharton

Postface

Les sociolinguistiques du contact : typologie et contacts de langues

Jacky Simonin

Texte intégral

  • 1  Commencé dès 2002, ce programme s’est achevé fin 2009.

1L’élaboration du présent ouvrage, rappelons-le, s’inscrit dans le cadre de la fédération TUL du CNRS (FR 2559) : « Typologie & universaux du langage. Théories, données et modèles ». Celle-ci a apporté son concours logistique et son appui scientifique en soutenant l’un de ses programmes de recherche : « Langues en contact ». 1

2C’est donc à la lumière des questions de typologie et d’universaux, liées aux situations de contact de langues, que s’est défini pas à pas le contour de cette entreprise composée de quinze entrées. Pourquoi ne pas avoir opté pour une seizième entrée ? Il a semblé à Sylvie Wharton et à moi-même que le regard typologique vient en surplomb des différentes facettes que les contributeurs ont ici explorées. En témoignent les nombreux échanges, riches et animés, qui ont occupé, pendant plusieurs années, participants au programme, chercheurs invités et contributeurs directs au dictionnaire. Ce long travail coopératif a permis de montrer la pertinence de prendre en charge, dans les études concernant les langues en contact, des explications multifactorielles, alliant motivations internes et externes qui interagissent, qui sont complémentaires, et qui ont pour résultat l’évolution linguistique. Il a permis également de soulever deux questions qui me semblent stratégiques, car elles signent les limites ou les difficultés lorsque l’on tente d’articuler facteurs internes et facteurs externes dans le cas des langues en contact. En effet, il n’est pas aisé de discerner les deux types de motivations, internes et externes. C’est une opération qui se révèle très délicate à la fois quant aux constructions et aux données linguistiques, et quant aux rôles joués par les unes et les autres : déclencheur, catalyseur, diffuseur, accélérateur, etc. Par ailleurs, si l’on peut établir la frontière structurale entre les langues en présence sur des critères linguistiques, il est difficile de cerner leur frontière dans le discours si celui-ci est saisi dans le jeu même des échanges langagiers ordinaires.

3De ce fait, il est apparu que le discours, les discours mixtes, se révèlent un lieu privilégié pour interroger les bornages possibles entre deux langues. Visant une typologie sociolinguistique des situations de langues en contact, le présent ouvrage recense des travaux ayant trait aux processus linguistiques propres aux contacts (code-switching, mélanges, interférence … emprunt ) tout en procédant à un inventaire critique de la terminologie savante et ordinaire dans le domaine du contact de langues, à une analyse critique de modèles de description de situations de contact. C’est sur ce dernier point que je vais m’attarder quelque peu.

Modèles sociolinguistiques des situations de langues en contact et typologie

4La littérature du domaine fait preuve d’un foisonnement de modèles. Ils s’inscrivent dans la tradition inaugurée par Weinreich, Haugen, Gumperz, Fishman, Ferguson et bien d’autres ; le propos étant de déterminer dans quelle mesure les relations entre des faits linguistiques de contact assurent des fonctions sociales. L’on doit à Mackey (1968) d’avoir fourni une grille fonctionnelle qui apparaît encore aujourd’hui comme l’une des plus riches. Il construit une typologie qui par bien des aspects ouvre sur les modèles que Clyne présente plus récemment (Clyne, 2003, p. 47-69). Ce dernier propose une revue critique détaillée des modèles. Il n’en dénombre pas moins de sept. Un simple aperçu indique que l’on peut ranger la plupart de ces modèles en trois catégories, au moins partiellement discriminantes : les modèles taxinomiques ; les modèles évolutifs ; les modèles mentalistes / cognitivistes.

Les modèles taxinomiques

5Nombre des modèles taxinomiques se caractérisent par l’élaboration de listes ouvertes de critères, qui tentent de faire le partage entre les critères sociolinguistiques / linguistiques relevant du social, du culturel et ceux qui sont propres au linguistique. Certains tentent d’articuler les changements sociaux macrostructuraux et le changement linguistique. De tels modèles montrent leur impossibilité de fixer une liste stable et fermée, car les critères dépendent du contexte qui varie, qui évolue. S’ils ont le mérite descriptif de produire des données de terrain, de riches monographies, et de dégager des traits typiques, ces modèles rencontrent une difficulté intrinsèque pour engager une comparaison qui est à la base du travail typologique.

Les modèles évolutifs

  • 2  D’autres modèles sont en présence dont la finalité, comme nous allons le voir ci-dessous est d’ide (...)
  • 3  Clyne décrit la situation migrante d’Australie, en s’appuyant sur divers travaux issus des science (...)

6Mentionnons deux exemples de modèle évolutif, celui « hétérogène » forgé par Michael Clyne (2006) et celui « prédictif » élaboré par Joshua Fishman (1991). 2 Qualifiant, selon ses termes, son modèle d’« éclectique », Clyne convoque plusieurs disciplines, « linguistique, psycholinguistique et sociolinguistique ». Il détermine quatre fonctions sociales principales qu’assure le langage (le vecteur de la communication humaine, qu’il place en premier, s’avère le plus important ; un moyen d’identification et d’auto-identification, d’expression des relations sociales ; un vecteur du développement cognitif et conceptuel, et un instrument d’action). De là, il identifie huit traits sociolinguistiques qui peuvent intervenir dans le cas d’une situation de contact de langues d’immigration en Australie, son terrain d’observation. Enfin, il s’appuie sur un modèle évolutif en liant phases de développement macrosociolinguistique et périodisations sociétales. 3

7Manifestant son intérêt pour les langues en danger et les phénomènes d’attrition, Fishman (2001) propose une combinatoire de facteurs tout aussi hétérogènes que toute autre taxinomie, mesurables et quantifiables, mais dont la finalité est de se présenter prédictive. Auparavant, Fishman (1991) avait élaboré un modèle scalaire en huit degrés. Ce sont des étapes qui marquent la succession des ruptures, auparavant intergénérationnelles, à mesure que s’atténue le processus de transmission sociolinguistique d’une génération à l’autre en situation de contact, et pouvant aboutir à la disparition de la langue parlée au sein du groupe concerné, migrant ou non, en tout cas minoritaire. Mais, précise-t-il, cette évolution peut s’inverser, si une action collective et sociopolitique en marque la volonté et s’en donne les moyens. L’exemple de la Catalogne dans l’Espagne contemporaine illustre bien ce cas d’-inversion (« reversing language shift », Fishman, 1991) du catalan, longtemps dominé dans ses relations diglossiques avec le castillan espagnol.

La question des universaux

8Au-delà des limites des modèles taxinomiques, comme des tentatives d’unifier le tout dans un cadre théorique cohérent (voir ci-dessous, « Le débat… »), les approches à orientation tant interne qu’externe se voient confrontées à la question des universaux. Une manière d’introduire cette question est de laisser s’exprimer à ce sujet Evans et Levinson (2009), qui, partant du point de vue évolutionniste de la biologie, de la génétique des populations, procèdent à une revue critique du concept d’universaux du langage. Tenants du « co-évolutionnisme », ils considèrent le langage comme un hybride « bioculturel », résultant d’une co-évolution intensive dans l’ordre du culturel et du génétique.

  • 4  « The diversity of language is, from a biological point of view, its most remarkable property – th (...)

La diversité du langage est du point de vue biologique sa propriété la plus remarquable – il n’existe aucun autre animal dont le système de communication varie à la fois sur la forme et le contenu. Cela suppose une extraordinaire plasticité et de puissantes capacités d’apprentissage pouvant traiter de la variation à chaque niveau du système linguistique. 4

  • 5  À titre d’exemples, les langues considérées par le programme fédératif du CNRS (FR 2559) ont repré (...)

9La typologie linguistique qui couvre un nombre impressionnant de langues les plus diverses 5 représente, selon eux, le champ qui produit les avancées les plus significatives en matière d’universaux, tout en rencontrant de sérieuses difficultés pour aboutir à des généralisations. Les données mises au jour par l’entreprise typologique montrent une diversité de langues, dont les structures sont éloignées des langues indo-européennes, socle à l’aune duquel s’est construit historiquement tout l’édifice linguistique. Ils notent ainsi :

  • 6  « There are thus languages without adverbs, languages without adjectives, and perhaps even languag (...)

Il existe ainsi des langues sans adverbes, des langues sans adjectifs, et peut-être même des langues qui ne font pas la distinction, jugée basique, entre le nom et le verbe. Sur un autre aspect, nous savons maintenant qu’il y a d’autres types de classes de mots – les idéophones, les mots positionnels et les coverbes – qui ne sont pas familiers aux langues indo-européennes. 6

  • 7  « Chomsky has consistently held that this recursion in constituent structure is the magic ingredie (...)

10Une telle variabilité des catégorisations et des classifications repérées par la linguistique descriptive et comparative, motive la remise en cause radicale des théories linguistiques, notamment générativistes, comme la position innéiste de la grammaire universelle (GU) proposée par Chomsky et les « modèles syntacticocentristes » qui la caractérisent. Tout indique, par exemple, que les structures syntaxiques hiérarchiques fondées sur la récursivité ne sont pas de nature universelle : « Chomsky a constamment soutenu que cette récursion dans la structure des constituants est un ingrédient magique propre au langage et qui lui donne sa puissance d’expressivité ». Là encore, les données de terrains explorés mettent en avant des langues où prédominent des structures syntaxiques à état fini. Ce qui leur fait conclure que « la récursion est alors une capacité que les langues peuvent exhiber et non un trait universellement présent ». 7

  • 8  « […] empirically false, unfalsifiable or misleading in that they refer to tendencies rather than (...)
  • 9  « […] a tool machine capable of manufacturing special tools for special jobs… The wider the variet (...)

11Au fond, c’est des liens entre langage et cognition qu’il est question. Si cette question s’éloigne en apparence de nos préoccupations sociolinguistiques, l’intérêt de points de vue tels que les développent Evans et Levinson est sans doute à trouver dans une critique partagée des formalismes qui ont cours dans les sciences du langage lorsqu’ils aboutissent à des théories, telle la GU, « […] empiriquement fausse, infalsifiable et qui conduit à une impasse dans la mesure où ces théories réfèrent plus à des tendances qu’à de stricts universaux ». 8 L’activité cognitive en tant que « faculté de langage » consiste non pas en une « boîte à outils prête à l’emploi » mais en une machinerie, c’est-à-dire « une machine-outil capable de fabriquer des outils spécifiques pour des tâches spécifiques… Plus grande est la variété des outils ainsi façonnés, plus puissants sont les mécanismes sous-jacents qu’on peut obtenir ». 9 Car le sens social de tout message gît avant tout au niveau sémantico-pragmatique, non dans la syntaxe.

  • 10  « The “embedding” is in the discourse understanding – the semantics and the pragmatics, not the sy (...)

C’est parce que l’inférence pragmatique peut supporter des interprétations enchâssées de clauses non enchâssées que les langues différent souvent en fonction de ce que permettent les enchaînements syntaxiques. 10

Le débat autour des modèles mentalistes / cognitivistes

12Les travaux et les propositions théoriques de Carol Myers-Scotton sont emblématiques d’une conception mentaliste et intrapsychique du langage. Notons que si dès le départ de son enquête sur des « évidences africaines » (Myers-Scotton, 1993), le modèle matriciel et de marquage d’une langue source s’imposant sur une langue réceptrice est présent (matrix language frame : MLF), c’est progressivement que Myers-Scotton a élaboré son cadre d’analyse, optant pour les maximes gricéennes, voyant dans les locuteurs des comportements rationnels, intentionnels, soumis à des droits et obligation (rights and obligations : RO) tout en se référant à la grammaire universelle (UG) dans sa version minimaliste, et qui s’inspire aujourd’hui du modèle psycholinguistique lexicaliste de production (Myers-Scotton, 2002, 2008). Conçu principalement avec Jake (Myers-Scotton, Jake, 2000), le modèle « 4M » se réfère pour partie à Levelt (1989). Le positionnement de Myers-Scotton constitue une pierre angulaire dans la mesure où il suscite deux grands types de controverses.

  • 11  « […] the relative importance of social and linguistic predictors in language contact situations [ (...)

13D’une part, le cadre abstrait d’analyse qu’elle élabore se voit critiqué par les représentants de la sociolinguistique variationniste qui développent leur analyse dans le cadre de la grammaire générative, mais en les centrant sur les structures syntaxiques et selon une perspective quantitativiste (Poplack, 1988 ; Sankoff, 2001). Critique qui rejoint celle qui affirme la prééminence des facteurs internes sur les facteurs sociaux dans les changements induits liés au contact de langues. C’est la position que soutiennent par exemple Thomason et Kaufman (1998), réaffirmée chaque fois que le débat porte sur « l’importance relative des prédicteurs sociaux et des prédicteurs linguistiques dans les situations de contact linguistique » en montrant qu’« il y a toujours une bonne raison pour considérer que les facteurs sociaux sont des facteurs aussi bien primaires que secondaires dans la prédiction du changement induit par le contact, et qu’il reste toujours avéré que personne n’a pour l’instant réussi à proposer des contraintes linguistiques absolues sur le changement induit par le contact ». 11

14Ajoutons, parmi d’autres, le point de vue de Winford (2007). Tout en partageant le même univers de pensée, il conteste la pertinence du modèle au regard de certaines situations de contact de langues. C’est le cas des langues bilingues mixtes (BML), ainsi du michif, du media lengua ou des « indegenized varieties », tel l’anglais hiberno ou singapourien (Matras et Bakker, 2003). Il est vrai que Winford se préoccupe – il n’est pas le seul ! – des problèmes de définition que pose le manque d’unification des classifications et des terminologies liées dans le domaine des contacts de langues (Winford, 2005). C’est pourquoi il est conduit à soutenir la tentative d’unification engagée par Van Coetsem (1988, 2000). Pour décrire les relations de dominance entre langue source (SL) et langue réceptrice (RL), celui-ci propose de s’en tenir à deux mécanismes de transfert, l’emprunt et l’imposition, et de distinguer agentivité et agents :

  • 12  « The direction of transfer of linguistic features is always from the source language to the RL, a (...)

La direction du transfert des traits linguistiques se fait toujours d’une langue source vers une langue réceptrice (RL), et l’agent du transfert peut être soit la langue source soit la langue réceptrice du locuteur. Dans le premier cas, nous avons un emprunt (l’agentivité RL), dans le second une imposition (agentivité SL). Tout aussi hautement pertinente que la distinction entre emprunt et imposition est la notion de dominance linguistique […] Quand nous parlons ici de dominance, nous nous référons à la dominance linguistique, c’est-à-dire au fait que le locuteur montre une meilleure maîtrise de l’une des langues en contact. Et ceci doit être distingué de la dominance sociale, qui renvoie au statut politique ou social de l’une des langues. La langue socialement dominante peut ou non être la langue linguistiquement dominante du locuteur. 12

  • 13  « The structural-functional paradigm remained resolutely committed to a paradigm in which language (...)

15Un second type de controverse, d’autre part, provient de la sociolinguistique interactionnelle, orientée selon une perspective sociocritique (voir Williams, 1992 ; Heller, 2000, 2007a, 2007b ; Heller, Pujolar, 2009). C’est la conception même du langage qui fait débat. Le structuro-fonctionnalisme 13 et les diverses versions générativistes, la recherche d’une grammaire universelle ainsi que la quête d’universaux, soit la mouvance dans laquelle œuvre Myers-Scotton, lui font abandonner le traitement des données ethnographiques. Au point que Meeuwis et Blommaert (1994) considèrent que le modèle de marquage mis en avant par Myers – Scotton se traduit par une situation de contact « sans société ». Jugeant qu’une telle conception aboutit à une impasse, Heller adopte une vue sociopolitique alternative du langage qu’elle définit

  • 14  « […] as a set of resources which circulate in unequal ways in social networks and discursive spac (...)

[…] comme un ensemble de ressources qui circulent de manière inégale au sein des réseaux sociaux et des espaces discursifs, et dont la signification et la valeur sont socialement construites sous des conditions historiques spécifiques par les contraintes que représentent les processus de l’organisation sociale. Cela signifie que les hiérarchies ne sont pas intrinsèquement linguistiques mais sociales et politiques.  14

16Aussi sommes-nous bien en présence de deux orientations, de deux problématiques qui sous-tendent le travail typologique lié aux situations de langues en contact, et plus largement la théorie linguistique, et plus largement encore la théorie du social. C’est pourquoi remonter en un amont typologique peut contribuer à éclairer les enjeux de connaissance qui sont à la base de l’entreprise typologique.

L’amont typologique : positionnements épistémologiques

17Dans l’arrière-plan épistémologique, l’on sait que deux épistémologies traversent les sciences sociales : le positivisme et la phénoménologie. Les tenants de l’un ou l’autre s’affrontent depuis le début de la science moderne.

18Ces deux épistémologies se sont incarnées en sociolinguistique en deux grands paradigmes : l’interactionnisme et le structuro-fonctionnalisme. Les sociolinguistiques interactionnelles se focalisent sur les pratiques langagières en tant que pratiques sociales, et tentent de décrire le langage, le discours en interaction. Le paradigme structuro-fonctionnaliste, élaboré en son temps en sociologie par Durkheim puis Parsons, s’est traduit en sciences du langage par les linguistiques post-saussuriennes, structurales, génératives / transformationnelles. Des linguistiques formalistes qui se caractérisent par l’invention toujours renouvelée de modèles, auxquelles il faut adjoindre les sociolinguistiques variationnistes promues par Labov et visant à quantifier les fréquences d’emploi de variables sociolinguistiques au sein des communautés linguistiques (Simonin, 2010).

19L’épistémologie positiviste tient ainsi le réel pour un réel en soi, un donné dont on peut découvrir les structures. La perspective objectiviste consiste en une double coupure, celle de l’acteur et des structures, celle du sujet observant et de l’objet (acteur ou phénomène). Les données « nomothétiques » qui en sont issues relèvent d’une logique de connaissance du monde physique. Une logique qui s’écrit sous le régime de la vérité, selon une rhétorique propre à la formalisation, à la schématisation, à la mathématisation. Le principe est d’abstraire, de décontextualiser les faits concernés. Les opérations procèdent d’une métrique qui produit des faits linguistiques structurels, stables, quantifiables, univoques. On peut les mesurer, les transmettre, les comparer. Ce travail « hors-sol », c’est la logique du modèle. Ou plus exactement des modèles, car tout dépend de la métrique choisie. Or, en théorie, les modèles sont infalsifiables. Dans ce type d’entreprise, l’option méthodologique qui domine repose sur la distinction entre variables dépendantes et variables indépendantes. Leur interprétation est placée sous le régime de la causalité linéaire, « telle cause produit tel effet ». C’est ce qu’on appelle le positivisme méthodologique.

20L’autre épistémologie, phénoménologique, part de l’acteur, de l’agency, et pose la question : comment l’activité humaine perçoit et construit le réel ? Est conservée dans le même geste l’interaction entre sujet et objet. On s’intéresse aux processus. Partant de l’acteur, en interaction avec les structures, la perspective phénoménologique considère que la connaissance obtenue, y compris l’explication, l’interprétation des représentations et des pratiques, résulte du processus même de l’observation. Les données « idéographiques » qui sont ainsi construites exigent donc, à l’inverse du positivisme, de conserver leur contexte d’apparition et leur processus d’évolution, leur « traçabilité », leur trajectoire. Ces données, on ne peut les produire que par les méthodes ethnographiques composées de monographies, on ne peut les transmettre que sous forme de récit. D’où la difficulté et bien souvent (presque toujours ?) le renoncement à intégrer ces informations ethnographiques dans une perspective comparative à visée typologique.

21Demeure un problème saillant. On ne sait guère encore comment articuler les deux catégories de données, d’une part les données de structures qui appartiennent aux systèmes linguistiques et d’autre part les données ethnographiques qui ont trait aux comportements, aux pratiques langagières et aux perceptions que manifestent individus et groupes dans leur rapport social et symbolique aux langues. Le débat porte plus largement sur les rapports entre niveau « macro » et niveau « micro », entre structures sociales et situations d’action. Aussi, la question du contexte reste une question vive.

22L’attention grandissante aux phénomènes multidimensionnels de contact de langues et de variation, telle que le présent ouvrage la laisse percevoir, est un signe encourageant pour questionner théories, méthodes et données de terrain.

23Et ouvrir une voie sociolinguistique à l’entreprise typologique.

Bibliographie

AUER Peter, 1998, « From code-switching, via language mixing to fused lects : towards a dynamic typology of bilingual speech », Interaction and linguistic structures, no 6, p. 1-28.

CLYNE, Michael, 2003, Dynamics of language contact, Cambridge University Press.

 —, 2006, « Some exploratory comments relating sociolinguistic typology to language shift », Studies in Contact Linguistics : Essays in Honor of Glenn G. Gilbert, L. Thornburg, J. M. Fuller éd., Berne, Peter Lang, 2006, p. 207-230.

EVANS Nicholas et LEVINSON Stephen, 2009, « The myth of language universals : language diversity and its importance for cognitive science », Behavioral and brain sciences, no 32, p. 429-492.

FISHMAN Joshua, 1991, Reversing language shift, Clevedon, Multilingual Matters.

FISHMAN Joshua éd., 2001, Can threatened language be saved ?, Clevedon, Multilingual Matters.

HELLER Monica, 2000, Éléments d’une sociolinguistique critique, Paris, Didier.

 —, 2007, « Bilinguism as ideology and practice », Bilingualism : a social approach, M. Heller éd., Londres, Palgrave Macmillan, « Advances in linguistics », p. 1-22.

HELLER Monica éd., 2007, Bilingualism : a social approach, Londres, Palgrave Macmillan, « Advances in linguistics ».

HELLER Monica et PUJOLAR Joan, 2009, « The political economy of texts. A case study in the structuration of tourism », Sociolingistic studies, no 3(2), p. 177-201.

LEVELT, Willem, 1989, Speaking : from intention to articulation, Cambridge (Mass.), MIT Press.

MACKEY William, 1968, « The description of bilingualism », Readings in the sociology of language, J. Fishman éd., La Haye, Mouton, p. 554-584.

MATRAS Yaron et BAKKER Peter éd., 2003, The mixed language debate : theoretical and empirical advances, Berlin, New York, Mouton de Gruyter.

MEEUWIS Michael et BLOMMAERT Jan, 1994, « The “markedness model” and the absence of society : remarks on code-switching », Multilingua, no 13-14, p. 387-423.

MYERS-SCOTTON Carol, 2002, Contact linguistics : bilingual encounters and grammatical outcomes, Oxford, Oxford University Press.

 —, 2008, « Language contact : why outsider system morphemes resist transfer », Journal of language contact – Thema II, p. 21-41. En ligne : http://www.jlc-journal.org/ (18 juillet 2012).

MYERS-SCOTTON Carol éd., 1993, Social motivations for codeswitching. Evidence from Africa, Oxford, Oxford University Press.

MYERS-SCOTTON Carol et JAKE Janice, 2000, « Four types of morpheme : evidence from aphasia, codeswitching, and second language acquisition », Linguistics, no 38-6, p. 1053-1100.

NEUSTUPNY Jiri V., 1978, Post-structural approaches of language, Tokyo University Press.

POPLACK Shana, 1988, « Contrasting patterns of code switching in two communities », Code switching. Anthropological and sociolinguistic perspectives, M. Heller éd., Berlin, Mouton de Gruyter, p. 215-244.

SANKOFF Gilliam, 2001, « Linguistic outcomes of language contact », The handbook of language variation and change, J. K. Chambers, P. Trudgill, N. Schilling-Estes éd., Oxford, Basil Blackwell, p. 638-668.

SIMONIN Jacky, 2010, « Diasporisations langagières : nouveau ( ?) défi sociolinguistique », Cahiers de sociolinguistique, no 36/1, T. Bulot, P. Lamarre éd., p. 15-38.

THOMASON Sarah, 2008, « Social and linguistic factors as predictors of contact induced change », Journal of language contact – Thema II, p. 42-56. En ligne : http://www.jlc-journal.org/ (18 juillet 2012).

THOMASON Sarah et KAUFMAN Terence, 1988, Language contact, creolization, and genetic linguistics, Berkerley, Los Angeles, University of California Press.

VAN COETSEM Frans, 1988, Loan phonology and the two transfer types in language contact, Dordrecht, Foris.

 —, 2000, A general and unified theory of the transmission process in language contact, Heidelberg, Universitätsverlag, C. Winter.

WINFORD Donald, 2005, « Contact-induced changes : classification and processes », Diachronica, no 22(2), p. 373-427.

 —, 2007, « Some issues in the study of language contact », Journal of language contact – Thema I, http://www.jlc-journal.org/ (18 juillet 2012).

WILLIAMS Glyn, 1992, Sociolinguistics : a sociological critique, Londres, Routledge.

Notes

1  Commencé dès 2002, ce programme s’est achevé fin 2009.

2  D’autres modèles sont en présence dont la finalité, comme nous allons le voir ci-dessous est d’identifier les facteurs linguistiques / sociaux de prédiction des changements induits par le contact. Mentionnons ici le modèle évolutif ternaire de Peter Auer (1998) qui propose un modèle d’évolution de situations de contact allant en trois phases successives du « code-switching », au « mixing » puis au « fused lects », et formant un continuum (CS < LM < FL).

3  Clyne décrit la situation migrante d’Australie, en s’appuyant sur divers travaux issus des sciences sociales (notamment Neustupny, 1978), qui proposent de périodiser l’histoire moderne en trois grandes périodes. À partir du XVIIIe siècle occidental, puis lors de la première révolution industrielle du XIXe, est apparue dans les pays occidentaux la nécessité de se doter d’une langue nationale, autonomisée des autres langues, adéquate à l’économie, la culture et à l’unité nationale. Les États ont élaboré une variété standard nouvelle, installant une hiérarchisation sociolinguistique, tout en refusant à des fins politiques de prendre en compte la variation. À cette première modernité, succède la modernité se caractérisant par le développement de langues standard stables nationales. Depuis les années 1960, qui ouvrent la modernité tardive (postmodernité), on assiste à une relative prise en compte de la variation, à l’affaiblissement des normes, à une sensibilité aux rapports de genre / sexe, de générations, aux frontières ethnocommunautaires. Enfin, se manifestent des tendances à la dé-standardisation.

4  « The diversity of language is, from a biological point of view, its most remarkable property – there is no other animal whose communication system varies both in form and content. It presupposes an extraordinary plasticity and powerful learning abilities able to cope with variation at every level of the language system. » (Evans et Levinson, 2009, p. 42)

5  À titre d’exemples, les langues considérées par le programme fédératif du CNRS (FR 2559) ont représenté un vaste empan. Les situations des plus diversifiées se répartissent sur plusieurs continents : l’Afrique (langue berbère et santiagais, familles Niger-Congo, afro-asiatique, nilo-saharien et khoesan), l’océan Indien (le réunionnais), l’Amérique (langues de Mésoamérique, coexistence de langues amérindiennes, européennes et créoles en Guyane française), l’Europe (langues indoeuropénnes, dont plus particulièrement l’aire balkanique), l’Océanie (langues d’Océanie).

6  « There are thus languages without adverbs, languages without adjectives, and perhaps even languages without a basic noun-verb distinction. In the other direction, we now know that there are other types of major word-class – ideophones, positionals and coverbs – that are unfamiliar to Indo-European languages. » (Evans et Levinson, 2009, p. 13).

7  « Chomsky has consistently held that this recursion in constituent structure is the magic ingredient in language, which gives it its expressive power. » (Ibid., p. 31) « Recursion, then, is a capacity languages may exhibit, not a universally present feature ». (Ibid., p. 31)

8  « […] empirically false, unfalsifiable or misleading in that they refer to tendencies rather than strict universals. » (Ibid., p. 2).

9  « […] a tool machine capable of manufacturing special tools for special jobs… The wider the variety of tools that can be made, the more powerful the underlying mechanisms have to be. » (Ibid., p. 45).

10  « The “embedding” is in the discourse understanding – the semantics and the pragmatics, not the syntax. It is because pragmatic inference can deliver embedded understandings of non-embedded clauses that languages often differ in what syntactic embeddings they allow. » (Ibid., p. 35).

11  « […] the relative importance of social and linguistic predictors in language contact situations […]. There is still a good reason to view social factors as primary factors as secondary in predicting contact induced change, and that it is still true that no one has successfully proposed absolute linguistic constraints on contact-induced change. » (Thomason, 2008, p. 42)

12  « The direction of transfer of linguistic features is always from the source language to the RL, and the agent of transfer can be either the recipient language or the source language speaker. In the former case, we have borrowing (RL agentivity), in the latter, imposition (SL agentivity). Also highly relevant to the distinction between borrowing and imposition is the notion of language dominance […] When we speak of dominance here, we are referring to linguistic dominance, that is, the fact that the speaker is more proficient in one of the languages in contact. This must be distinguished from social dominance, which refers to the political or social status of one of the languages. The socially dominant language may or may not be the linguistically dominant language of the speaker. » (Winford, 2007, p. 26)

13  « The structural-functional paradigm remained resolutely committed to a paradigm in which languages are understood as whole, bounded system, associated moreover with whole bounded communities. » (Heller, 2007b, p. 11)

14  « […] as a set of resources which circulate in unequal ways in social networks and discursive spaces, and whose meaning and value are socially constructed within the constraints of social organization processes, under specific historical conditions. It argues that hierarchies are not inherently linguistic, but social and political. » (Ibid., p. 2)

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search