Version classiqueVersion mobile

Sociolinguistique du contact

 | 
Jacky Simonin
, 
Sylvie Wharton

Variations et changements linguistiques

Gudrun Ledegen et Isabelle Léglise

Texte intégral

1La littérature concernant la variation linguistique étudiée pour elle-même (Labov, 1966, 1972 et 1992 ; Milroy et Milroy, 1978 ; Gadet, 1992 et 2003) ou la variation menant au changement (Labov, 1994 et 2001) a souvent quasi-exclusivement adopté une perspective monolingue.1 Hormis les études dans le domaine de l’acquisition-apprentissage des langues ou sur les parlers jeunes par exemple, les travaux proposant l’intégration du contact de langues dans l’étude de la variation linguistique sont peu fréquents dans la littérature internationale, et en France en particulier. On peut toutefois citer l’approche panlectale proposée par Chaudenson, Mougeon et Béniak (1993) de même que les travaux s’intéressant aux variations linguistiques en situation de contact de langues.

Variation linguistique

  • 2 Voir, ici même, « Normes ».

2Partant du principe qu’« il n’est pas de langue que ses locuteurs ne manient sous des formes diversifiées », les sociolinguistes « saisissent cette différenciation en parlant de variétés pour désigner différentes façons de parler, de variation pour les phénomènes diversifiés en synchronie, et de changement pour la dynamique en diachronie » (Gadet, 2003, p. 7). Si certaines variations semblent a priori indifférentes à la norme sociale (comme, au niveau lexical, tu m’ennuies / tu m’agaces et au niveau syntaxique il faut que tu viennes / il faut venir), on peut en revanche considérer que d’autres variations sont, selon l’expression de Bourdieu (1982), classées et classantes. Classées, car il existe une hiérarchie entre les différentes formes possibles. Classantes, car l’usage des différentes formes possibles par un locuteur donné lui permet de se distinguer et permet à son auditoire de le classer. Cette coexistence de normes diverses à côté de la norme prescriptive se heurte de plus à une conception unifiante de la langue, peut-être plus présente en France que dans d’autres pays européens, qui assimile (Lodge, 1997, p. 340) la langue à la seule variété légitimée par les diverses instances de légitimation 2 linguistique (l’école, les médias, les éditeurs, les grammaires, les dictionnaires, etc.), et stigmatise les autres variétés comme incorrectes, populaires…

  • 3  La sociolinguistique, prolongation sociale et urbaine de la dialectologie traditionnelle, est parf (...)

3Faisant suite à une longue tradition dialectologique européenne (fin XIXe – première moitié du XXe siècle) de traitement de la diversité dialectale par une approche comparative et historique de la langue (voir les Atlas linguistiques de la France), diffusée notamment aux États-Unis par Martinet et transmise entre autres par Weinreich, le concept de variation a été introduit et conceptualisé dès les premiers travaux de Labov (1966, 1972). Ces travaux ne doivent pas masquer l’intérêt antérieur de quelques linguistes pour des formes « non normées », « marquées » ou « fautives » comme en attestent, en dehors du champ de la dialectologie, les travaux de Frei (1929) proposant une Grammaire des fautes, le Traité de stylistique française de Bally (1905) ou même les anti-exemples des grammaires traditionnelles en « dites… mais ne dites pas… » assortis souvent de remarques d’usage. On considère néanmoins les travaux de Labov – et à sa suite ceux de l’école dite « variationniste » – comme fondateurs du concept moderne de « variation », et, de manière concomitante, de la discipline sociolinguistique naissante. 3 Le projet de Labov, dès 1972, consistait à vouloir rendre compte de la langue d’une communauté linguistique à travers l’étude des variations qui s’y trouvent, et ce, en cherchant des variables linguistiques dont il fait l’hypothèse qu’elles sont liées, voire corrélées, à des caractéristiques sociales telles que la catégorie socioprofessionnelle des interlocuteurs ou les conditions de production de leurs discours.

Variation phonologique, variation syntaxique : les travaux de l’école « variationniste »

4Les premiers travaux de Labov en 1972, sur le traitement des semi-voyelles dans l’île de Martha’s Vineyard ou encore la stratification du /r/ dans les grands magasins new-yorkais, concernent la coexistence de différentes prononciations (ou variantes ) de la même variable et adoptent une approche essentiellement quantitative (Labov, 1972 ; Milroy et Milroy, 1978), basée sur la mise en relation de statistiques permettant l’explication de l’apparition de ces variantes dans le discours.

Il y a donc variable linguistique lorsque deux formes différentes permettent de dire « la même chose », c’est-à-dire lorsque deux signifiants ont le même signifié et que les différences qu’ils entretiennent ont une fonction autre, stylistique ou sociale. (Calvet, 1998, p. 76)

5La notion de variable a commencé à être discutée dans les années 1980 lorsqu’elle a été étendue au domaine de la syntaxe. Certains chercheurs estimaient en effet qu’à une différence de forme correspond toujours une différence de sens, même dans des expressions comme aller chez le coiffeur / aller au coiffeur, et que ces deux expressions ne peuvent être considérées comme variantes de la même variable. La discussion s’est organisée autour de deux dimensions : est-il légitime d’étendre ce qui fonctionne en phonologie au plan de la syntaxe ? la variation en syntaxe est-elle socialement investie comme elle l’est en phonologie ? Cheshire (1987) présente une bonne synthèse de l’échange des différents arguments.

La variation dans le domaine syntaxique

6D’autres travaux interrogent la variation dans le domaine syntaxique, sans pour autant se référer explicitement au paradigme variationniste, même si l’influence des travaux laboviens est indéniable. Ils s’intéressent principalement à l’oral de langues standardisées et incluent, dans les données considérées pour l’analyse, tout ce qui est attesté ou susceptible de l’être. Dans les études francophones, on peut citer notamment les travaux précurseurs du Groupe aixois de recherche en syntaxe – GARS (1977 ; Blanche-Benveniste, 1990) qui proposent différentes approches descriptives et théoriques à l’étude du français parlé – macrosyntaxe et approche pronominale –, et ceux de Berrendonner qui proposent, dans le cadre d’une grammaire polylectale, de diversifier les règles élaborées pour le standard et de découvrir ainsi les grammaires plurielles ou paramétriques (Berrendonner, 1997, p. 79 et 85-87). Cette dernière approche prend en compte non seulement les variantes attestées mais aussi celles qui sont susceptibles de l’être et seulement présentes comme hapax, celles qui ne sont plus attestées ou qui ne le sont pas encore (Berrendonner, Le Guern et Puech, 1983). Plus l’étude de la variation linguistique est approfondie, plus on s’aperçoit que chacune des variantes considérées (qu’elles soient valorisées ou non valorisées – donc auparavant exclues des analyses) a sa place dans le système linguistique, ce dernier étant lui-même hétérogène.

Variation lexicale

7L’essor des théories variationnistes a également eu comme corollaire le développement de travaux lexicaux et lexicographiques sur des variétés de langues dont l’-implantation géographique est large : l’anglais ou l’espagnol sur différents continents, ou encore les variétés de français (d’Afrique, d’Amérique, de l’océan Indien, etc. ; voir les travaux de l’Inventaire des particularités lexicales du français en Afrique [IFA] puis de l’Agence universitaire de la francophonie, notamment Poirier, 1995, 2000 ; Queffélec, 1978, 1982, 1983, 1990, 1997 ; Lafage, 1975, 1983, 1986, 2000, 2002 ; Bavoux, 2000 ; Bavoux dir., 2008).

8Dans le domaine des études francophones par exemple, les différentes variétés de français ne sont ainsi plus considérées comme des écarts par rapport à un modèle de référence « légitime » mais comme objet d’étude à part entière. On identifie la valeur sociale des variantes linguistiques : leur légitimité s’établit par les exploitations dont elles font l’objet (Francard, 2005). Ces recherches sont souvent menées dans une optique panfrancophone « […] parce qu’à côté de traits spécifiques (le terrain diffère), les variétés de français présentent bien des éléments “partagés”, que ce soit au plan des ressources linguistiques ou des représentations » (Francard, 2004, p. 35).

9Des bases de données émergent de ces travaux, on peut citer notamment la « Base de données lexicographiques panfrancophone » 4 (BDLP), mais aussi le projet international Phonologie du français contemporain 5 (PFC), qui dans son volet international – Phonology of French in Africa and the Indian Ocean – intègre les domaines syntaxiques et lexicaux.

10Ces travaux s’intéressent généralement aux spécificités régionales des variétés en notant le rôle d’autres langues présentes localement dans les emprunts et les tours relevés (c’est le cas pour les emprunts à des langues amérindiennes en Amérique du Sud et dans la zone Caraïbe par exemple ou de termes issus de langues africaines).

Variation et changement

11L’article de Weinreich, Labov et Herzog (1968) propose une première articulation entre variation et changement linguistique en considérant la variation comme un phénomène inhérent à toute langue, qui permet de manière centrale la transition entre deux états de langue. Ces auteurs présentent le processus de changement en trois étapes. Tout d’abord, il y a l’introduction, dans le parler d’un locuteur, d’une forme qui entre en alternance avec une ou plusieurs autres, toutes étant régies par une règle variable de type probabiliste. Puis, la nouvelle forme se diffuse chez d’autres locuteurs et son emploi acquiert éventuellement alors une signification sociale. Enfin, le changement est constaté lorsque la règle cesse d’être variable et qu’une restructuration des règles catégoriques s’est opérée.

12Il s’agit pour ces auteurs, et pour l’école variationniste après eux, de proposer une théorie intégrée de la langue qui rende compte de sa structure et de son évolution. Pour expliquer le changement linguistique à partir de données en synchronie, une méthode basée sur l’étude du « temps apparent » est mise au point. On s’intéresse alors aux différences qui caractérisent, à un instant t, le parler de plusieurs générations d’une communauté linguistique eu égard à une variable donnée. Si l’on considère que la manière de parler des plus jeunes est l’avenir du standard, cette méthodologie permet d’imaginer comment progressivement tel changement est en train de se produire ou comment telle rupture s’est brutalement produite dans l’utilisation des formes. À l’inverse, on peut parfois s’intéresser, en diachronie, au « temps réel », c’est-à-dire aux changements qui ont lieu à l’échelle de l’histoire de la communauté linguistique, cette méthodologie n’étant possible que si l’on dispose de recueils de données à quelques dizaines d’années d’intervalle. Les études pratiquées sur le corpus de français parlé de Montréal par exemple combinent ces deux types d’approche – temps apparent lors des premiers recueils puis temps réel (Thibault et Vincent, 1990).

13Si, dans ce cadre théorique, la variation joue un rôle essentiel dans le changement, Labov (1994 et 2001) insiste également sur la place de facteurs sociaux dans l’innovation linguistique et sur le rôle du malentendu et de la mauvaise compréhension entre interlocuteurs qui se reproduit au fil des interactions et produit, à terme, du changement.

Classement de la variation

14Dans la littérature francophone, on a pris l’habitude de classer, suivant Coseriu (1969), les variations en fonction de différentes dimensions : selon le temps (diachronique), l’espace (diatopique), les caractéristiques sociales des locuteurs (diastratique) et les activités qu’ils pratiquent (diaphasique). On ajoute parfois une dimension en fonction du chenal – oral ou écrit – employé (diamésique). Ce classement prend comme principe de classement le locuteur : il regroupe la variation interpersonnelle d’une part (dépendant des individus eux-mêmes, selon des angles différents, dans le temps, selon le lieu et suivant la position sociale), et la variation intrapersonnelle (selon l’usage et le répertoire d’un même locuteur dans différentes activités : situation et chenal).

15Même s’il est commode pour l’analyse de tenter d’isoler ces dimensions, elles vont souvent de pair :

Le découpage en types de variation laisserait attendre une discontinuité, alors que diatopique, diastratique et diaphasique interagissent en permanence : les locuteurs emploient d’autant plus de formes régionales que leur statut socioculturel est plus bas et que la situation est plus familière, et le spectre diastratique est donc plus large au bas de l’échelle sociale. (Gadet, 2003, p. 15)

16D’autres variables ont parfois été interrogées, comme l’âge du locuteur […], son appartenance sexuelle (Giddens, 1989 ; Tannen, 1991 ; Tannen, éd. 1993 ; Eckert, 1989, notamment dans le cadre des gender studies ; ou pour les études francophones, Arm-strong, Bauvois et al., 2003 ; Aebisher et Forel, 1983) sans toutefois avoir été autant systématisées que les dimensions préalablement citées.

*

17On appelle variation inhérente les variantes présentes dans le discours d’un même locuteur dans une situation inchangée, elles sont non explicables par les catégorisations précédentes et semblent non liées à des caractéristiques extralinguistiques.

Niveaux de langue, registres, styles et genres

  • 6 Le simple problème de hiérarchisation de différentes formes sur une échelle de quatre niveaux (sout (...)

18Les « marques d’usage » – comme familier, soutenu, populaire, etc. – dans les dictionnaires sont l’expression la plus connue des niveaux de langue. Bien que cette notion soit socialement efficace (Gueunier, 1998, p. 177), elle a été très discutée, voire abandonnée dans la littérature sociolinguistique. Partant de sa difficile application en syntaxe 6, Gadet s’interroge par exemple sur sa viabilité :

Qu’est-ce qui valorise, ou stigmatise le plus ? un détachement, l’absence du ne de négation, une relative « populaire » comme c’est ça que j’ai besoin ? une liaison facultative non effectuée ou une faute de liaison (cuir, velours, fausse liaison, liaison interdite effectuée) ? (Gadet, 1996, p. 27)

19On lui préfère souvent le terme de genre – ou de register dans la littérature anglophone – pour désigner une variété linguistique appropriée à une situation sociale particulière, ou encore un sous-système linguistique caractérisé par un certain nombre de constructions spécifiques et réservé à des situations circonscrites (Ferguson, 1982). La notion se distingue de celle de style utilisée par Labov, en ce que « le premier n’est pas défini en termes de formalité, mais plutôt en fonction d’une situation spécifique et de l’emploi qu’on y fait d’un lexique spécialisé et d’un ensemble précis de constructions grammaticales » (Auger, 1997, p. 238). Un exemple de registre caractérisé par l’emploi de constructions qui seraient autrement impossibles est donné dans les recettes de cuisine : celles-ci permettent l’omission d’objets directs, comme dans Cuire à feu doux pendant douze heures. Ces énoncés tout à fait habituels dans le contexte d’un livre de cuisine, ne s’attestent pas dans la langue usuelle, où cuire demande un objet direct explicite.

  • 7  Il examine les cooccurrences entre soixante-sept traits linguistiques (tels que les marqueurs de t (...)
  • 8  « L’interaction intime entre des personnes, l’interaction centrée sur l’information, un exposé “sc (...)

20L’étude des registres et des genres a été renouvelée avec, d’une part, l’analyse de discours « ordinaires » (voir le Centre de recherche sur les discours ordinaires et spécialisés (Cediscor) et notamment Moirand, 2007), « médiatiques » (Charaudeau, 1997) ou « professionnels » (Boutet dir., 1995 ; Borzeix et Fraenkel, 2001), qui propose des descriptions fines de productions langagières dans différents contextes, et d’autre part, l’analyse des genres (Bronckart, 1996 ; Adam, 1999), qui adopte une démarche souvent quantitative et plus particulièrement des genres de l’oral. Dans ce dernier cadre, Biber (1988) repère par exemple des corrélations 7 permettant de faire émerger huit types de textes 8 sur une base statistique. Il montre ainsi que les tournures grammaticales ne se répartissent pas simplement selon les pôles du parlé et de l’écrit. Les recherches sur le français parlé menées à Aix-en-Provence aboutissent elles aussi à « des classements qui dépassent l’opposition trop rigide entre les deux seuls pôles de l’oral et de l’écrit. Il n’y aurait pas une opposition tranchée mais un continuum de pratiques différentes de la langue, tant par écrit que par oral » (Blanche-Benveniste, 1997, p. 35), une multiplicité de registres et de types. De plus, ce qui est ainsi souvent présenté comme spécifique des modalités orale vs écrite, concerne de fait la distinction entre registres formel vs informel.

Variations linguistiques et contacts de langues

  • 9  Voir en particulier les travaux sur les langues d’apprenant et, ici même, « Didactique(s) du (des) (...)

21Comme on l’a vu jusqu’à présent, la variation linguistique a essentiellement été pensée dans un cadre monolingue. Peu de travaux, en comparaison, associent l’étude de la variation linguistique avec celle du contact de langues (voir cependant des collections récentes telles que Meyerhoff et Nagy, 2008 ; Léglise et Chamoreau éd., 2012). Trois domaines y font exception : le cadre de la variation panlectale, les études dans le domaine de l’acquisition apprentissage des langues9 et les travaux s’intéressant aux pratiques linguistiques des adolescents ou « parlers jeunes ».

Variation panlectale et contact de langues

22Le cadre théorique proposé par Chaudenson (1985) et sur lequel reposent les travaux de Chaudenson, Mougeon et Béniak (1993) considère le contact de langues comme l’un des facteurs explicatifs des variations observées dans une langue. L’hypo-thèse du « français zéro » s’inscrit dans une théorie plus générale de la variation et du changement linguistique s. Le français zéro est constitué par « l’ensemble des variables » présentées par la langue française qui, selon les temps et les lieux, seront réalisées par des « variantes » diverses. Son étude aboutit à une définition fine de l’interférence et de son rôle dans le changement linguistique. Les travaux se focalisent sur la nature et l’importance respective des facteurs extrasystémiques, intrasystémiques et intersystémiques qui déterminent les variations observées. L’auteur schématise ainsi quatre types de phénomènes selon l’importance du rôle de l’interférence :

  • 10  Production langagière se partageant également entre le français et une ou plusieurs autres langues (...)

23– Changements relevant pour l’essentiel de l’intrasystémique, dans lesquels l’inter-férence n’aurait au mieux qu’un rôle de renforcement (par exemple : aller au docteur, laver ses mains en français ontarien de locuteurs L1|L2 ou L1/L2 10) ;

  • 11  Essentiel de la production langagière en langue (s) autre(s) que le français.

24– Changements où il y aurait convergence de l’intrasystémique et de l’inter-systémique, l’interférence conduisant à des restructurations du même type que celles qui pourraient être opérées par la seule voie intrasystémique (par exemple : aller au docteur, laver ses mains en français ontarien de locuteurs L1\L2 11) ;

25– Changements se manifestant dans des zones de variabilité potentielle du français et constituant des variantes spécifiques directement issues du modèle non français par transfert intersystémique (par exemple : retourner back, chercher pour…) ;

26– Changements apparaissant dans le diasystème mais hors du français zéro et relevant d’un aménagement individuel de la double compétence d’un bilingue, pour pallier une « défaillance » dans la langue dominée (par exemple : partir sur un voyage).

27Trois facteurs principaux sont à l’origine de la variation :

28– Des facteurs intralinguistiques : ce sont des restructurations à caractère présumé optimalisant, qui consistent, au sein même du système structurel, à substituer, aux formes compliquées ou prêtant à confusion, des formes simplifiées. Par exemple, la forme « mangerai » du futur présente un risque d’homophonie avec le conditionnel. Ainsi, elle tend à être remplacée par « je vais manger » ;

29– Des facteurs interlinguistiques (ou intersystémiques) : ce sont des phénomènes décrits comme « interférences » ; ils vont de l’emprunt lexical à des modifications plus ou moins importantes du sens des mots ou morphèmes, jusqu’à prendre la forme de la convergence, qui est l’élimination d’une variante native sans contrepartie dans la langue dominante, au profit d’une variante ayant un homologue dans la langue dominante ;

30– Des facteurs extralinguistiques : ce sont les facteurs dits sociolinguistiques, comme la pression normative, le degré d’exposition et de sensibilité à cette norme, une situation de contact linguistique, le statut de la langue, ses modes d’appropriation, des changements technologiques, culturels, économiques, etc.

31Les exemples pour tester ces différents facteurs ne manquent pas, de l’acquisition du français langue première à l’apprentissage du français langue seconde ou à la créolisation – les créoles pouvant fournir l’exemple de l’achèvement de processus évolutifs qui s’esquissent en français régional ou populaire et qui ont atteint un stade de développement plus avancé dans certains français marginaux d’Amérique du Nord (Louisiane, Missouri), ou encore fournir des indications sur des états anciens du français parlé, indications que confirme souvent la comparaison avec les français d’Amérique du Nord.)

32Notons le cas des français régionaux des aires créolophones qui est particulier dans la mesure où les créoles étant utilisés par la très grande majorité de la population, on est tenté d’analyser les particularités de ces français régionaux comme des inter-férences avec les créoles. Or, de prétendus créolismes peuvent être, en fait, des traits anciens du français qui, étant eux-mêmes à l’origine des structures créoles, se sont maintenus dans les français régionaux, confortés peut-être par la convergence ultérieure avec les créoles. Ainsi il y en a (pour il y a) en français régional mauricien, qui est regardé comme un créolisme par interférence avec éna (il y a) en créole ; toutefois, si l’on se pose la question de l’origine de cet éna, et si l’on compare avec le créole réunionnais et le créole seychellois, on se rend compte qu’il est lui-même issu de il y en a.

  • 12  En comparaison avec la métropole par exemple, où les traits en question sont souvent associés à un (...)
  • 13  « En zone franco-créolophone, la tendance générale – qui part de l’intuition du locuteur bilingue, (...)

33Dans la droite ligne de ce cadre a été proposée la notion de résonance (Ledegen et Léglise, 2007 ; Léglise, 2012 ; Ledegen, 2007a et b) : de multiples traits linguistiques particularisent les français régionaux en contact avec un créole à base française, par leur fréquence inhabituelle ou la réduction de la diversité associée à leur valeur sociolinguistique neutre 12 ; il en est ainsi de diverses structures syntaxiques (traitement des pronoms en fonction objet, interrogative indirecte…), et de multiples traits phonétiques (le traitement du /r/ postvocalique ou encore la simplification des groupes consonantiques complexes…). Ces traits, qui proviennent autant de tendances inhérentes liées à des dynamiques partagées du français, présentes dans d’autres aires francophones, qu’ils se laissent expliquer par le contact avec le créole, correspondent à des normes propres à la communauté linguistique examinée. Les deux dynamiques se renforcent au contact l’une de l’autre : la tendance évolutive classique du français entre en résonance avec le système du créole, lequel est souvent considéré comme principale influence 13 (Ledegen, 2007a et b ; Bordal et Ledegen, 2009).

34Ainsi, pour l’emploi direct de clitiques objets indirects (et inversement) en français parlé, aussi bien à la Réunion qu’en Guyane, l’explication interférentielle avec le créole constitue effectivement une hypothèse possible, qui permet d’expliquer une partie des phénomènes observés : en effet, on observe un seul paradigme de formes pour les clitiques objets :

  • En créole guyanais : mo konnet li « je le / la connais » ; i ka ékri li « il lui écrit » ;
  • En créole réunionnais : li èm ali « elle l’aime » ; li mazine ali « elle pense à lui / elle ».

35Par ailleurs, le clitique objet peut être omis facilement (Damoiseau, 2003 ; Cellier, 1985).

36Toutefois, l’absence des clitiques objets peut être reliée à une caractéristique du français parlé tout court. Elle est en effet largement attestée en français « métropolitain » auprès d’une grande diversité de verbes transitifs (Gadet, 1992 ; Lambrecht et Lemoine, 1996 ; Larjavaara, 2000) ainsi que dans diverses variétés de français. Soulignons toutefois que ces absences sont décrites comme « non conventionnelles » (Larjavaara, 2000, p. 10) ou « populaires » (Gadet, 1992, p. 65), tandis que celles que nous attestons sur nos terrains guyanais et réunionnais semblent faire partie d’un usage « habituel » ou, tout du moins, fréquent.

37De fait, départager la variation intersystémique (due aux contacts entre les langues ) de la variation intrasystémique (liée ici aux tendances évolutives du français, dans le temps et dans l’espace) est une entreprise extrêmement délicate, en général, et en situation de contact entre une langue créole et sa langue lexificatrice, en particulier.

38L’explication de la résonance entre système français et système créole doit s’inscrire dans une théorie de la multicausalité de l’évolution des langues où le rôle des différents facteurs – et l’interaction entre chacun d’eux – est explicité :

Mentionner que plusieurs facteurs – inter- et intrasystémiques – entrent en ligne de compte dans l’explication des phénomènes permet certes de mettre l’accent sur la complémentarité des explications à rechercher. Mais identifier différents facteurs ne me paraît pas suffisant. L’analyse des processus et de leur genèse nécessite d’identifier sur quoi portent ces différents facteurs, comment ils s’articulent entre eux et comment ils interagissent au niveau des discours et au niveau de la langue. (Léglise, 2012, p. 225)

Variations et contacts de langues dans la migration et dans les « parlers jeunes »

39Les « parlers jeunes » constituent un domaine de recherche propice aux études sur la variation en français et l’utilisation de différentes langues par les locuteurs. En France, parmi les précurseurs, on compte les travaux réalisés à Grenoble ces vingt dernières années (Dabène et Billiez, 1987 ; Billiez, 1990 ; Billiez et al., 2003 ; Trimaille, 2004), sur lesquels de multiples recherches s’appuient pour étudier les pratiques en France (Billiez et Robillard éd., 2003) et dans la francophonie (Caubet et al., 2004). Ainsi, l’analyse du « parler véhiculaire interethnique » (Billiez, 1990) pratiqué par les adolescents d’origines différentes, a permis de découvrir la diversité et les variations inter- et intralinguistiques, ainsi que de légitimer ces phénomènes de variation et de diversité linguistiques présents dans la classe, par leur étude dans ce cadre légitime (Milroy, 2001 ; Billiez et Trimaille, 2001).

*

40En France métropolitaine, divers traits viennent ainsi particulariser les parlers jeunes :

  • 14  Respectivement un « faux verbe tsigane [signifiant “fumer”] construit à partir de bédo (“joint”) » (...)

Il y a quelques particularités phoniques dans l’intonation et le rythme, dans la prononciation de consonnes, ou la multiplication par le verlan de syllabes en [œ] ou [ø] (meuf, relou), qui modifie l’apparence phonique. Pour le grammatical, seules sont vraiment « jeunes » la dissimulation de la morphologie (bédav, tu me fais ièche, je lèrega, secaoit) 14 ; et les formules figées comme le modèle riche de chez riche venu de la publicité, qui permet des X de chez X à valeur superlative. Mais la particularité essentielle réside dans le lexique, où toutefois les procédés demeurent ceux de la langue commune : emprunt (à l’arabe, à des langues africaines, à l’anglais) ; troncation initiale, comme dans leur pour contrôleur, éventuellement rédupliqué en leurleur ; sinon, les métaphores (galère). Et surtout le verlan, bien sûr. (Gadet, 2003, p. 2)

  • 15  Voir, ici même, « Alternances et mélanges codiques ».

41Il s’avère que les parlers jeunes dans leur ensemble se révèlent avant tout composés de spécificités lexicales (morphèmes lexicaux du français avec des modifications morpho-phonologiques ; emprunts  15 à des langues en contact ), les morphèmes grammaticaux restant généralement ceux du français parlé. Toutefois, comme le pointe Queffélec, dans le cas du camfranglais, par son implantation déjà ancienne et son évolution en contexte plurilingue, de multiples hybridations morpho-syntaxiques apparaissent (2007, p. 287-288).

42Les variétés étudiées émanent d’adolescents ou de préadolescents en âge d’être scolarisés et habitant en général des quartiers dits sensibles, souvent situés – mais pas uniquement – à la périphérie des grandes villes. Toutefois, peu d’éléments sont encore connus sur la diffusion éventuelle de ces variétés en dehors des groupes de pairs, en particulier auprès des adultes qui y sont confrontés. De premières études se consacrent au rapport de ces adultes – formateurs, aides-éducateurs, travailleurs sociaux – à la norme (Bulot et Van Hooland, 1997 ; Castellotti et Robillard coord., 2001) ou à la variété des usages (Léglise, 2004a). De rares travaux abordent l’avenir de ce sociolecte générationnel (Boyer, éd., 1997) auprès des jeunes de quartiers ayant dépassé l’âge de scolarisation obligatoire et en insertion professionnelle (voir notamment Léglise, 2004b) – ce qui pose la question d’un éventuel changement linguistique en cours.

43Par exemple, à la Réunion, les jeunes mélangent sciemment – pour des raisons identitaires – les langues en présence (français et créole réunionnais), tandis que beaucoup de parents et d’enseignants le leur interdisent. Ces pratiques linguistiques nouvelles attestent du dépassement d’un clivage linguistique : en effet, le français familier, absent du paysage sociolinguistique des générations précédentes, commence à être approprié par les jeunes et employé par eux dans les situations de communication identitaires, familières et ludiques (Ledegen, 2004). On atteste ainsi des productions où le français et le créole ont la même fonction dans le même contexte énonciatif ; dans l’extrait suivant, l’animateur de Radio Contact relance le jeu de « vannes » par téléphone mobile, en passant d’une langue à l’autre dans une même interaction :

non mais franchement : / finn vu out gèl koué // ton gèl pareil in korné la glas : / koinsé // ant le dan in chyen // la di koma : // ou tèt // la grandi ant deux galets : / la di koma : ou tèt pareil in gros citrouy (Ledegen, 2002, annexe : Corpus Radio Contact, p. 12, l. 10-15)
(non mais franchement : / tu as vu ta gueule quoi // ta gueule est comme un cornet de glace : / coincé // entre les dents d’un chien // je le dis comme ça : // ta tête // a grandi entre deux galets : / je le dis comme ça : ta tête est comme une grosse citrouille)

mais par cont(re) je vais lire quand même ta blague / Gaëlle / alors / ou jou football avec le balon baskèt / sé- / non / sérieux c’est vrai / (musique) / et tu sais avec quoi tu joues au rugby toi / (musique) non tu veux vraiment savoir avec quoi tu joues au rugby non mais franchement (ibid., p. 6, l. 5-11)

(tu joues au football avec le ballon de basket [c’est la vanne que Gaëlle lui envoie par SMS])

44Par ailleurs, on trouve des indices d’émergence d’une norme endogène : tantine est préféré à meuf. On note le dynamisme de la dérivation sur des bases endogènes : tantine > tantine la roue (« fille qui aime les garçons à voiture »), tantine lycée (« lycéenne ») et gars > gars la kour (« jeune du coin ») (Bavoux, 2002).

Une explication multifactorielle de la variation et du changement linguistique

  • 16  La Stammbaumtheorie de la linguistique historique distinguait ainsi entre la transmission « normal (...)
  • 17  Pouvant aboutir à terme à l’abandon de langue (language shift).

45Dans leur étude de multiples phénomènes et situations de contact, Thomason et Kaufman (1988) proposent une typologie de ces phénomènes, cernés par une approche interdisciplinaire combinant facteurs internes et externes. Ils résolvent ainsi l’ancienne controverse 16 sur le rôle à attribuer à l’influence linguistique externe et aux motivations internes. Leur échelle de contact, allant d’un niveau 1, contact occasionnel, à 5, très forte pression culturelle, relie ainsi l’intensité du contact aux éléments ou structures qui s’empruntent : au niveau minimal d’intensité, seuls les morphèmes lexicaux sont empruntés. Quand l’intensité augmente, les morphèmes grammaticaux et quelques structures simples peuvent suivre, et avec un contact intense, la syntaxe même peut être « empruntée ». 17 Le lien entre l’emprunt lexical et l’« emprunt » syntaxique est fortement variable, en fonction de la situation sociolinguistique :

Dans les situations de bilinguisme stable, l’emprunt lexical [borrowing] peut mener à des innovations structurales au sein de la langue minoritaire, spécialement dans le domaine de la morphologie dérivationnelle et, dans une moindre mesure, pour certains aspects de la (morpho)syntaxe. Cependant, la langue qui se voit ainsi modifiée reste hautement résistante à l’interférence structurale étrangère.

  • 18  « In stable bilingual situations, lexical borrowing can act as a conduit for structural innovation (...)

Dans les situations de bilinguisme instable, l’abandon progressif d’une langue [ongoing shift] mène à des restructurations (ou innovations structurales) dans la langue ancestrale sous la menace d’une langue extérieure dominante. Ces innovations sont apparemment le fait de bilingues hautement compétents dans les deux langues, et plus particulièrement de ceux qui emploient majoritairement la langue dominante pour communiquer. Certaines de ces situations peuvent impliquer de hauts degrés de diffusion lexicale mais pas toujours la diffusion de structures. 18

46Notons que la métaphore de l’emprunt pour expliquer le changement structurel dû au contact (structural diffusion) ne convient guère, parce que les mécanismes sont clairement distincts :

  • 19  « The metaphor of borrowing […] implies a uni-directional process initiated by RL speakers. Rather (...)

La métaphore de l’emprunt [borrowing] […] implique un processus unidirectionnel initié par les locuteurs de RL [de la langue cible, ou destinataire]. La convergence structurale semble plutôt impliquer un processus bidirectionnel de mélange des langues en cas d’abandon progressif de langue [shift]. Plus l’abandon de la langue ancestrale vers la langue dominante est rapide (ou fort), plus la diffusion structurale de l’une à l’autre est élevée. En bref, les hauts degrés de bilinguisme, l’abandon progressif d’une langue et les ajustements mutuels opérés par les locuteurs sont des facteurs impliquant la diffusion massive de structures. Les mécanismes en jeu incluent ceux qui sont associés à l’emprunt et à l’influence du substrat, chacun nourrissant l’autre. 19

  • 20  « As usual, it is a complex interaction of linguistic, social and attitudinal factors that determi (...)

47Les facteurs linguistiques permettent de définir quels éléments varient ou changent (voir Thomason, 2001, et tout particulièrement Matras, 2008, pour un inventaire prenant appui sur une trentaine de situations de contact différentes). Les facteurs externes renvoient pour leur part à l’intensité du contact, sa durée, les relations de pouvoir ou de prestige entre les communautés linguistiques, les patrons d’interaction entre eux, le nombre de locuteurs de chaque langue et les attitudes des locuteurs (Thomason, 2001 ; Winford, 2003) : « Comme d’habitude, c’est une inter-action complexe de facteurs linguistiques, sociaux et attitudinaux qui détermine le résultat de chaque cas. » 20

48Ainsi, les mécanismes de changement linguistique identifiés en situation de contacts de langues, ne diffèrent guère de l’évolution « habituelle » des langues.

  • 21  « Many scolars […] point […] to the fact that all languages are mixed to some extent, and that the (...)

De nombreux chercheurs […] pointent […] le fait que dans une certaine mesure, toutes les langues sont mélangées, et que les processus de changement qui s’observent dans les langues fortement mélangées comme les créoles peuvent se trouver à des degrés divers dans le cas d’une transmission dite « normale » (Mufwene, 1998 ; […] DeGraff, [2005]). De ce point de vue, il est peut-être inapproprié que le changement induit et ses conséquences soient toujours considérés par beaucoup comme secondaires, voire marginaux, au regard de ce qui serait central en linguistique historique-comparative. 21

49Tous nécessitent une explication multifactorielle et souvent le recours à différents cadres explicatifs (Chamoreau et Léglise, 2012). Si les processus se ressemblent, la distinction entre, d’une part, les variations et changements linguistiques dus au contact de langues et, d’autre part, les variations et changements internes est de fait fort difficile à établir. Toutefois, en désintriquant les mécanismes en jeu, on peut voir apparaître l’interaction de différents facteurs explicatifs, comme avec la notion de résonance : l’étude précise des conséquences linguistiques du contact de langues montre que la variation précédant le contact peut jouer plusieurs rôles distincts dans le changement induit par contact (Léglise et Chamoreau éd., 2012).

Bibliographie

ADAM Jean-Michel, 1999, Linguistique textuelle. Des genres de discours aux textes, Paris, Nathan.

AEBISCHER Verena et FOREL Claire, 1983, Parlers masculins, parlers féminins ?, Neuchâtel, Paris, Delachaux et Niestlé.

ARMSTRONG Nigel, BAUVOIS Cécile, BEECHING Kate et BRUYNINCKS Marielle, 2003, La langue française au féminin. Le sexe et le genre affectent-ils la variation linguistique ?, Paris, L’Harmattan.

AUGER Nathalie, 1997, « Registre », Sociolinguistique. Concepts de base, M.-L. Moreau éd., Bruxelles, Mardaga, p. 238.

BACHMANN Christian, 1981, LINDENFELD Jacqueline et SIMONIN Jacky, Langage et communications sociales, Paris, Hatier.

BALLY Charles, 1905, Précis de stylistique, Genève, Eggimann.

BAVOUX Claudine, 2000, Le français de Madagascar. Contribution à un inventaire des particularités lexicales, Bruxelles, De Boeck et Larcier.

 —, 2002, « Conversations entre pairs », Rapport de recherche DGLFLF, Les pratiques langagières des jeunes Réunionnais entre pairs.

BAVOUX Claudine dir., 2008, Le français des dictionnaires. L’autre versant de la lexicographie française, Bruxelles, De Boeck.

BERNSTEIN Basil, 1975, Langage et classes sociales, Paris, Minuit.

BERRENDONNER Alain, 1997, « Pléonasmes syntaxiques : dédoublement ou hybridation ? », Langue française, no 115, p. 75-87.

BERRENDONNER Alain, LE GUERN Michel et PUECH Gilbert, 1983, Principes de grammaire polylectale, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

BIBER Douglas, 1988, Variation across speech and writing, Cambridge University Press.

BILLIEZ Jacqueline, 1990, « Le “parler véhiculaire interethnique” de groupes d’adolescents en milieu urbain », Des langues et des villes, L.-J. Calvet et C. Juillard éd., Paris, Didier Érudition, « Langues et développement », p. 117-126.

BILLIEZ Jacqueline et al., 2003, « Parlers intragroupaux de filles et de garçons : petits écarts dans les pratiques, grand écart symbolique », Cahiers du français contemporain, no 8, p. 163-193.

BILLIEZ Jacqueline et ROBILLARD Didier de éd., 2003, « Français : variations, représentations, pratiques », Cahiers du français contemporain, no 8, Lyon, ENS éditions, p. 35-61.

BILLIEZ Jacqueline et TRIMAILLE Cyril, 2001, « Plurilinguisme, variations, insertion scolaire et sociale », Langage et société, no 98, p. 105-127.

BLANCHE-BENVENISTE Claire, 1987, Le français parlé. Transcription et édition, Paris, Didier Érudition.

 —, 1990, Le français parlé. Études grammaticales, Paris, CNRS Éditions.

 —, 1997, Approches de la langue parlée en français, Paris, Ophrys.

BORDAL Guri et LEDEGEN Gudrun, 2009, « La prononciation du français à l’île de la Réunion : évolution des variations et de la norme », Phonologie, variation et accents du français, J. Durand, B. Laks et C. Lyche dir., Paris, Hermès Science, Lavoisier, p. 177-205.

BORZEIX Anni et FRAENKEL Béatrice, 2001, Langage et travail. Communication, cognition, action, Paris, CNRS Éditions, « CNRS Communication ».

BOUQUET Simon éd., 2004, Les genres de la parole, no 153 de Langages.

BOURDIEU Pierre, 1982, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard.

BOUTET Josiane dir., 1995, Paroles au travail, Paris, Harmattan, « Langage et travail ».

BOYER Henri (éd.), 1997, Plurilinguisme : contact ou conflit de langues ?, Paris, L’Harmattan.

BRANCA-ROSOFF Sonia, 1999, « Types, modes et genres : entre langue et discours », Langage et société, no 87, p. 5-14.

BRONCKART Jean-Paul, 1996, Activité langagière, texte et discours. Pour un interactionnisme socio-discursif, Lausanne, Delachaux et Niestlé.

BULOT Thierry et VAN HOOLAND Michèle, 1997, « Représentations du “parler banlieue” à Rouen », Skholê, hors-série, p. 121-135.

CAPPEAU Paul, 2001, « Faits de syntaxe et genres à l’oral », Oral : variabilité et apprentissages, numéro spécial de Le français dans le monde, p. 69-77.

CASTELLOTI Véronique et ROBILLARD Didier de coord., 2001, Langue et insertion sociale, no 98 de Langage et société.

CAUBET Dominique, BILLIEZ Jacqueline, BULOT Thierry, LÉGLISE Isabelle et MILLER Catherine éd., 2004, Parlers jeunes ici et là-bas. Pratiques et représentations, Paris, L’Harmattan.

CELLIER Pierre, 1985, Comparaison syntaxique du créole réunionnais et du français, Saint-Denis, Publications de l’Université de la Réunion.

CHAMOREAU Claudine et LÉGLISE Isabelle, 2012, Dynamics of contact induced language change, Berlin, Mouton de Gruyter.

CHARAUDEAU Patrick, 1997, Le discours d’information médiatique : la construction du miroir social, Paris, Nathan.

CHAUDENSON Robert, 1985, « Français avancé, “français zéro”, créoles », Actes du XVIIe Congrès de linguistique et philologie romanes, Volume 5 : Sociolinguistique des langues romanes, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, p. 165-180.

CHAUDENSON Robert, MOUGEON Raymond et BÉNIAK Édouard, 1993, Vers une approche panlectale de la variation du français, Paris, Didier Érudition, Agence de coopération culturelle et technique, « Langues et développement ».

CHESHIRE Jenny, 1987, « Syntactic variation, the linguistic variable, and sociolinguistic theory », Linguistics, no 25, p. 257-282.

COSERIU Eugenio, 1969, Einführung in die strukturelle Linguistik, Tübingen, Narr.

DABÈNE Louise et BILLIEZ Jacqueline, 1987, « Le parler des jeunes issus de l’immigration », France, pays multilingue. T. II, Pratique des langues en France, G. Vermès et J. Boutet éd., Paris, L’Harmattan, p. 62-77.

DAMOISEAU Robert, 2003, Éléments de grammaire comparée français-créole guyanais, Guyane, Ibis Rouge Éditions.

DEGRAFF Michel, 2005, « Morphology and word order in “creolization” and beyond », Handbook of comparative syntax, R. S. Kayne et G. Cinque éd., Oxford University Press, p. 249-312.

DELAIS-ROUSSARIE Élisabeth et DURAND Jacques éd., 2004, Corpus et variation en phonologie du français. Méthodes et analyses, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

ECKERT Penelope, 1989, « The whole woman : sex and gender differences in variation », Language Variation and Change, vol. 1, no 3, p. 245-267.

FÉRAL Carole de, 2004, « Français et langues en contact chez les jeunes en milieu urbain : vers de nouvelles identités », Penser la francophonie ; concepts, actions et outils linguistiques, Actes des premières journées scientifiques communes des réseaux de chercheurs concernant la langue, Ouagadougou (Burkina Faso), 31 mai-1er juin 2004, Paris, Éditions des Archives Contemporaines, p. 583-597.

FERGUSON Charles, 1982, « Simplified registers and linguistic theory », Exceptional language and linguistics, L. K. Obler et L. Menn éd., New York, Academic Press, p. 49-66.

FRANCARD Michel, 2005, « La description des variétés du français. Aspects théoriques et méthodologiques », Variétés linguistiques et culturelles, C. Condéi éd., Craiova : Editura Universitaria, p. 31-37.

FRANCARD Michel, GÉRON Geneviève et WILMET Régine dir., 2000-2001, Le français de référence. Constructions et appropriations d’un concept, no 26.1-4 et 27.1-2 des Cahiers de l’Institut de linguistique de Louvain, actes du colloque de Louvain-la-Neuve, 3-5 novembre 1999.

FRANCARD Michel et LATIN Danièle éd., 1995, Le régionalisme lexical, Bruxelles, De Boeck, AUPELF-UREF, « Universités francophones ».

FREI Henry, 1929, La grammaire des fautes, Genève, Slatkine.

FREY Claude et LATIN Danièle éd., 1997, Le corpus lexicographique. Méthodes de constitution et de gestion, Bruxelles, De Boeck, AUPELF-UREF, « Universités francophones ».

GADET Françoise, 1989, Le français ordinaire, Paris, Armand Colin.

 —, 1992, Le français populaire, Paris, Presses universitaires de France, « Que sais-je ? ».

 —, 1996, « Niveaux de langue et variation intrinsèque », Palimpsestes, no 10, p. 17-40.

 —, 2003, La variation sociale en français, Paris, Ophrys, « L’essentiel ».

GIDDENS Anthony, 1989, Sociology, Cambridge, Polity.

GOFFMAN Erving, 1987, Façons de parler, Paris, Minuit.

GOUDAILLIER Jean-Pierre, 2001, Comment tu tchatches ! Dictionnaire du français contemporain des cités, Paris, Maisonneuve et Larose.

GROUPE AIXOIS DE RECHERCHE EN SYNTAXE, 1977, Recherches sur le français parlé, vol. 1, Aix-en-Provence, Université de Provence.

GUEUNIER Nicole, 1998, « Brumes sur la sociolinguistique », De la didactique des langues à la didactique du plurilinguisme, J. Billiez dir., Grenoble, CDL-LIDILEM, p. 175-178.

GUMPERZ John, 1989a, Engager la conversation : introduction à la sociolinguistique interactionnelle, Paris, Minuit, « Le sens commun ».

 —, 1989b, Sociolinguistique interactionnelle : une approche interprétative, trad. et présentation de J. Simonin, Paris, Saint-Denis de la Réunion, L’Harmattan, université de la Réunion.

GUMPERZ John et HYMES Dell, 1964, « The ethnography of communication », American anthropologist, vol. LXVI, p. 25.

HABERT Benoît, NAZARENKO Adeline et SALEM André, 1998, Les linguistiques de corpus, Paris, Armand Colin.

KLINKENBERG Jean-Marie, 1982, « Les niveaux de langue et le filtre du “bon usage” », Le français moderne, no 50, p. 52-61.

LABOV William, 1966, The social stratification of English in New York City, Washington, Centre for Applied Linguistics.

 —, 1972, Sociolinguistic patterns, Philadelphie, University of Pennsylvania Press ; trad. fr. LABOV W., 1976, Sociolinguistique, Paris, Minuit.

 —, 1978, Le parler ordinaire, Paris, Minuit.

 —, 1992, « La transmission des changements linguistiques », Langages, no 108, p. 16-33.

 —, 1994, Principles of linguistic change. I, Internal factors, Oxford, Basil Blackwell.

 —, 2001, Principles of linguistic change. II, Social factors, Oxford, Basil Blackwell.

LAFAGE Suzanne, 1975, Dictionnaire des particularités lexicales du français au Togo et au Dahomey, université d’Abidjan, Institut de linguistique appliquée.

 —, 1986, Premier inventaire des particularités lexicales du français en Haute-Volta (enquête 1977-1980), INALF-CNRS, URL 1, Paris, Didier Érudition, « Bulletin de l’Observatoire du français contemporain en Afrique noire ».

 —, 2000, en collab. avec BOUCHER Karine, Le lexique français du Gabon : entre tradition et modernité, no 14 de Le français en Afrique.

 —, 2002, Le lexique français de Côte-d’Ivoire. Appropriation et créativité, no 16-17 de Le français en Afrique.

LAFAGE Suzanne et al., 1983, Inventaire des particularités lexicales du français en Afrique noire, Québec, ACCT, AUPELF.

LAMBRECHT Knud et LEMOINE Kevin, 1996, « Vers une grammaire des compléments zéro en français parlé », Travaux linguistiques du CERLICO, no 9, p. 279-309.

LARJAVAARA Meri, 2000, Présence ou absence de l’objet. Limites du possible en français contemporain, thèse de doctorat, lettres, Université de Helsinki.

LATIN Danièle, QUEFFÉLEC Ambroise et TABI-MANGA Jean éd., 1993, Inventaire des usages de la francophonie : nomenclatures et méthodologies, Montrouge, Paris, Libbey Eurotext, AUPELF-UREF.

LEDEGEN Gudrun, 2002, « Analyse de programmes médiatiques “jeunes” », Rapport de recherche DGLFLF, Les pratiques langagières des jeunes Réunionnais entre pairs.

 —, 2004, « “Le parlage des jeunes” à la Réunion : bilan et perspectives », Les parlers jeunes. Pratiques urbaines et sociales, T. Bulot dir., no 9 des Cahiers de sociolinguistique, p. 9-40.

 —, 2007a, « L’interrogative indirecte in situ à la Réunion : elle connaît elle veut quoi », Le français parlé du XXIe siècle : normes et variations géographiques et sociales, Paris, L’Harmattan, p. 177-200.

 —, 2007b, « Inventaire des particularités morpho-syntaxiques du français régional de la Réunion : interférences, “régionalismes grammaticaux” ou français “ordinaire” tout court ? », Le français en Afrique, no 22, p. 319-330.

LEDEGEN Gudrun et LÉGLISE Isabelle, 2007, « Variations syntaxiques dans le français parlé par des adolescents en Guyane et à la Réunion », Variations au cœur et aux marges de la sociolinguistique. Mélanges offerts à Jacqueline Billiez, P. Lambert, A. Millet, M. Rispail et C. Trimaille éd., Paris, L’Harmattan, p. 95-106.

LÉGLISE Isabelle, 2004a, « Diversité des formes d’oral et rapport au langage chez les travailleurs sociaux : l’exemple des médiateurs urbains », Pratiques, langues et discours dans le travail social, I. Léglise coord., Paris, L’Harmattan, p. 29-52.

 —, 2004b, « Les médiateurs de rue face aux “parlers jeunes”, des exemples de “parlers jeunes” », Parlers jeunes ici et là-bas, Pratiques et Représentations, D. Caubet, J. Billiez, T. Bulot, I. Léglise, C. Miller éd., Paris, L’Harmattan, p. 221-246.

 —, 2012, « Variations autour du verbe et de ses pronoms objet en français parlé en Guyane : rôle du contact de langues et de la variation intrasystémique », Changement linguistique et langues en contact, C. Chamoreau et L. Goury coord., Paris, CNRS Éditions, p. 203-230.

LÉGLISE Isabelle et CHAMOREAU Claudine éd., 2012, The interplay of variation and change in contact settings, Amsterdam, John Benjamins.

LODGE Anthony, 1997, Le français. Histoire d’un dialecte devenu langue, Paris, Fayard.

MATRAS Yaron, 2008, « The borrowability of structural categories », Grammatical borrowing in cross-linguistic perspective, Y. Matras et J. Sakel, Berlin, Mouton, p. 31-73.

MEYERHOFF Miriam et NAGY Naomi, 2008, Social lives in language. Sociolinguistics and multilingual speech communities, Amsterdam, John Benjamins.

MILROY James, 2001, « Language ideologies and the consequences of standardization », Journal of sociolinguistics, no 5/4, p. 530-555.

MILROY James et MILROY Lesley, 1978, « Belfast : change and variation in an urban vernacular », Sociolinguistic patterns in British English, P. Trudgill éd., Londres, Arnold, p. 19-36.

MOIRAND Sophie, 2007, Les discours de la presse quotidienne. Observer, analyser, comprendre, Paris, Presses universitaires de France.

MUFWENE Salikoko, 1998, « What research on Creole genesis can contribute to historical linguistics », Historical linguistics 1997, M. S. Schmid, J. R. Austin, D. Stein éd., Amsterdam, John Benjamins, p. 315-338.

NICOLAÏ Robert, 2007, « Le contact des langues : point aveugle du “linguistique” », Journal of language contact, p. 1-21. En ligne : www.jlc-journal.org (18 juillet 2012).

PATILLON Michel, 1990, Éléments de rhétorique classique, Paris, Nathan.

POIRIER Claude, 1995, « Les variantes topolectales du lexique français. Propositions de classement à partir d’exemples québécois », Le régionalisme lexical, M. Francard et D. Latin éd., Louvain-la-Neuve, AUPELF-UREF-Universités francophones, « Actualités scientifiques », p. 13-56.

 —, 2000, « Le français de référence et la lexicographie différentielle », Le français de référence. Constructions et appropriations d’un concept, M. Francard, G. Géron et R. Wilmet dir., no 26.1-4 des Cahiers de l’Institut de linguistique de Louvain, actes du colloque de Louvain-la-Neuve, 3-5 novembre 1999, p. 130-155.

QUEFFÉLEC Ambroise, 1978, Dictionnaire des particularités lexicales du français au Niger, Dakar, CLAD.

 —, 1982, Inventaire des particularités lexicales du français au Mali, Nice, AELIA-INALF (CNRS).

 —, 1983, Inventaire des particularités lexicales du français en Afrique noire, Québec, AUPELF-ACCT.

 —, 1990, Le français au Congo, Aix-en-Provence, AELIA-INALF (CNRS), université de Provence.

 —, 1997, Le français en Centrafrique. Lexique et société, Vanves, AUPELF, Hachette, EDICEF.

 —, 2007, « Les parlers mixtes en Afrique francophone subsaharienne », Le français en Afrique, no 22, p. 277-291.

 —, 2008, « Le camfranglais, un parler jeune en évolution : du résolecte au véhiculaire urbain », Les parlers jeunes. Terrains et normes diversifiés, G. Ledegen éd., Paris, L’Harmattan, p. 93-118.

ROBRIEUX Jean-Jacques, 1993, Éléments de rhétorique et d’argumentation, Paris, Dunod.

TANNEN Deborah, 1991, You Just Don’t Understand : Women and Men in Conversation, Londres, Virago.

TANNEN Deborah éd., 1993, Gender and Conversational Interaction, New York, Oxford University Press.

THIBAULT Pierrette et VINCENT Diane, 1990, Un corpus de français parlé. Montréal, 84 : historique, méthodes et perspectives de recherche, Québec, Presses de l’université Laval.

THOMASON Sarah, 2001, Language contact. An introduction, Washington, Georgetown University Press.

THOMASON Sarah et KAUFMAN Terence, 1988, Language contact, creolization and genetic linguistics, Berkeley, Los Angeles, University of California Press.

TRIMAILLE Cyril, 2004, « Études de parlers de jeunes urbains en France. Éléments pour un état des lieux », Cahiers de sociolinguistique, no 9, p. 99-132.

WALTER Henriette, 1988, Le français dans tous les sens, Paris, Robert Laffont.

WEINREICH Uriel, 1953, Languages in contact. Findings and problems, La Haye, Mouton.

WEINREICH Uriel, LABOV William et HERZOG Marvin, 1968, « Empirical foundations for a theory of language change », Directions for historical linguistics, W. P. Lehmann et Y. Malkiel éd., Austin, University of Texas Press, p. 95-188.

WINFORD Donald, 2003, An introduction to contact linguistics, Oxford, Basil Blackwell.

Notes

1  Voir le numéro 1 de la revue Journal of language contact (en ligne : https://brill.com/view/journals/jlc/1/1/jlc.1.issue-1.xml) où R. Nicolaï analyse pourquoi « l’étude des changements induits par le contact sous toutes ses formes [occupe actuellement] le devant de la scène » (Nicolaï, 2007, p. 1).

2 Voir, ici même, « Normes ».

3  La sociolinguistique, prolongation sociale et urbaine de la dialectologie traditionnelle, est parfois appelée dialectologie sociale.

4 En ligne : http://www.bdlp.org (18 juillet 2012) : la Base de données lexicographiques panfrancophone, établie dans le cadre de l’Agence universitaire de la francophonie, est en voie d’élaboration par une équipe internationale regroupant des chercheurs de plusieurs pays ou régions francophones. Ce dispositif informatique met en relation des bases de données sur le français, qui peuvent être interrogées séparément ou comme un ensemble. La BDLP a pour objectif de décrire et d’illustrer les mots et les sens qui sont particuliers aux diverses aires de la francophonie. Actuellement, elle réunit quinze bases dont le Maroc, le Québec, la Suisse, la Réunion, le Centrafrique, la Nouvelle-Calédonie…

5 En ligne : http://www.projet-pfc.net (18 juillet 2012) : le projet Phonologie du français contemporain, coordonné par Jacques Durand, Bernard Laks et Chantal Lyche, consiste en une enquête de très grande ampleur, prenant en compte un grand nombre de points géographiques différents dans l’espace francophone, avec un protocole strictement défini et contraint. S’appuyant sur quatre styles de parole différents (lecture d’une liste de mots, dont des paires minimales, lecture d’un texte, entretien semi-dirigé, entretien libre), cette enquête permet d’établir le système phonologique et une analyse du e muet et de la liaison, et ainsi d’obtenir des informations sur la diversité des usages phoniques.

6 Le simple problème de hiérarchisation de différentes formes sur une échelle de quatre niveaux (soutenu, standard, familier, populaire) pose des problèmes insolubles en syntaxe. F. Gadet en fait la démonstration en calculant, à partir des variables de l’interrogation, du détachement et de la négation, que le nombre de combinaisons possibles, pour l’énoncé : « Quand Pierre a-t-il confié à son épouse qu’il ne serait guère loisible d’aller au cinéma ? », dépasse huit cents ! (Neuf formes interrogatives, trente possibilités pour le détachement et trois pour la négation.) (Gadet, 1987, p. 24.)

7  Il examine les cooccurrences entre soixante-sept traits linguistiques (tels que les marqueurs de temps et d’aspect, les adverbes de temps et de lieu, les formes nominales, les groupes prépositionnels, les passifs, etc.) dans les mille premiers mots de quatre cent quatre-vingt-un textes d’anglais britannique contemporain écrit et oral.

8  « L’interaction intime entre des personnes, l’interaction centrée sur l’information, un exposé “scientifique”, ou encore la fiction faisant appel à l’imagination, un récit quelconque, un reportage situé. » (« Intimate interpersonal interaction, informational interaction, “scientific” exposition, learned exposition, imaginative fiction, general narrative exposition, situated reportage, involved persuasion », Biber, 1988, p. 3-6.)

9  Voir en particulier les travaux sur les langues d’apprenant et, ici même, « Didactique(s) du (des) plurilinguisme (s) ».

10  Production langagière se partageant également entre le français et une ou plusieurs autres langues ; essentiel de la production langagière en français.

11  Essentiel de la production langagière en langue (s) autre(s) que le français.

12  En comparaison avec la métropole par exemple, où les traits en question sont souvent associés à un usage marqué familier ou populaire.

13  « En zone franco-créolophone, la tendance générale – qui part de l’intuition du locuteur bilingue, croise les préoccupations de nombreux enseignants et n’épargne ni les grammairiens ni les linguistes – est de considérer toute variation linguistique en français parlé comme une réalisation “fautive” eu égard à la norme du français standard écrit et de l’attribuer à une interférence avec les créoles à base lexicale française (Damoiseau, 2003, pour le créole guyanais par exemple ; Cellier, 1985, et Gaillard, 1992, pour le créole réunionnais). » (Ledegen et Léglise, 2007, p. 106)

14  Respectivement un « faux verbe tsigane [signifiant “fumer”] construit à partir de bédo (“joint”) » (Goudaillier, 2001, p. 61) et le verlan de chier, galère et casse-toi ([kastwa] > [kasətwa] > [səkawat] > [sekawat]) (ibid., p. 251).

15  Voir, ici même, « Alternances et mélanges codiques ».

16  La Stammbaumtheorie de la linguistique historique distinguait ainsi entre la transmission « normale » et « anormale », suivant que la langue source était unique, la langue évoluant par changement graduel interne, ou multiple (ce qui était considéré comme le cas des pidgins, créoles, langues mixtes). Voir Mufwene (1998) et Winford (2003, p. 5-9).

17  Pouvant aboutir à terme à l’abandon de langue (language shift).

18  « In stable bilingual situations, lexical borrowing can act as a conduit for structural innovations in the minority language, especially in derivational morphology and some aspects of (morpho-)syntax. But the affected language remains highly resistant to foreign structural interference. In situations of unstable bilingualism, ongoing shift appears to lead to somewhat more structural innovation in an ancestral language under threat from a dominant external language. These innovations are apparently introduced by highly proficient bilinguals, especially those who use the dominant language as their primary means of communication. Some of these situations may involve high degrees of lexical diffusion, but may not be matched by equal spread of structure. » (Winford, 2003, p. 99-100)

19  « The metaphor of borrowing […] implies a uni-directional process initiated by RL speakers. Rather, structural convergence seems to involve a bi-directional process of language mixing under conditions of ongoing shift. The greater the degree of shift from an ancestral language to a dominant external language, the higher the degree of structural diffusion from the latter to the former. In short, high degrees of bilingualism, ongoing shift, and mutual accomodation all appear to be factors involved in heavy structural diffusion. The mecanisms involved include those associated with borrowing and substratum influence, each feeding the other. » (Ibid., p. 100)

20  « As usual, it is a complex interaction of linguistic, social and attitudinal factors that determines the outcome in each case. » (Winford, 2003, p. 100)

21  « Many scolars […] point […] to the fact that all languages are mixed to some extent, and that the processes of change found in highly mixed languages such as creoles can be found in varying degrees in the cases of so-called “normal” transmission (Mufwene, 1998 ; […] DeGraff, [2005]). From this standpoint, it is perhaps unfortunate that contact induced change and its outcomes are still viewed by many as secondary, even marginal, to the central pursuits of historical-comparative linguistics. » (Winford, 2003, p. 7)

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search