Version classiqueVersion mobile

Sociolinguistique du contact

 | 
Jacky Simonin
, 
Sylvie Wharton

Interaction

Jacky Simonin

Texte intégral

Historique

1Le concept d’interaction est un concept nomade qui traverse nombre de sciences, du monde physique, de la vie et des sciences de l’homme et de la société. Ses acceptions sont les plus diverses, savantes ou profanes. Notre propos, ici, se focalise sur les inter-actions sociales dans leur dimension langagière, susceptible de contribuer à l’appréhension des situations de langues en contact. Pour en situer l’une des origines, le concept d’interaction nous fait remonter « aux sources du pragmatisme » (Karsenti et Quéré éd., 2004), à la fin du XIXe siècle. Les toutes jeunes sciences de l’homme et de la société, sur le continent nord-américain comme en Europe, s’intéressent à l’ordre social. Celui-ci procède-t-il de la seule volonté de l’individu, et de son libre arbitre ? Ou bien, est-il un effet des structures sociales ? Dès ce moment inaugural, s’engage un débat qui perdurera tout au long du siècle suivant, et jusqu’aujourd’hui. Il se cristallisera à la sortie de la seconde guerre mondiale, porté par deux figures de proue, Harold Garfinkel (Garfinkel, 1967 ; Lynch et Sharrock éd., 2003) fondateur de l’ethnométhodologie, ainsi qu’Erving Goffman. Tous deux ont le projet, chacun à sa manière, de jeter les bases pour analyser « l’ordre de l’interaction » (Goffman, 1953 ; Drew et Wootton éd., 1988 ; Joseph, 1998 ; Nizet et Rigaux, 2005). Leurs apports respectifs ont ouvert un vaste chantier ayant pour objet de mettre au jour les faits linguistiques et non linguistiques qui règlent l’organisation de l’interaction et sa gestion par les participants.

2Bien qu’il ne mentionne pas le terme d’interaction, dans un ouvrage paru en 1901, Gabriel Tarde met en avant l’importance sociale de la conversation car « elle marque l’apogée de l’attention spontanée que les hommes se prêtent réciproquement et par laquelle ils s’interpénètrent avec infiniment plus de profondeur qu’en aucun autre rapport social » (Tarde, 1987, p. 3). Il nous offre ainsi une première définition de l’interaction langagière. Plus près dans le temps, Roman Jakobson déclare en 1952 : « On constate actuellement une tendance à considérer le discours individuel comme la seule réalité. Cependant, je l’ai déjà dit, tout discours individuel suppose un échange » (Jakobson, 1963, p. 32). Parmi bien d’autres, notons la définition étendue de l’interaction que donne Robert Vion, qui met l’accent sur la dimension actionnelle de la communication :

Toute action conjointe, conflictuelle ou coopérative, mettant en présence deux ou plus de deux acteurs. À ce titre, il recouvre aussi bien les échanges conversationnels que les transactions financières, les jeux amoureux que les matchs de boxe. (Vion, 1992, p. 17)

3Retenons enfin la définition princeps d’Erving Goffman qui fera date, et dont nous reproduisons la traduction française :

Par interaction (c’est-à-dire l’interaction en face à face), on entend à peu près l’influence réciproque que les participants exercent sur leurs actions respectives lorsqu’ils sont en présence physique immédiate les uns des autres ; par une interaction, on entend l’ensemble de l’interaction qui se produit en une occasion quelconque quand les membres d’un ensemble donné se trouvent en présence continue les uns des autres ; le terme « une rencontre » pouvant aussi convenir. (Goffman, 1973, p. 23)

  • 1  À titre d’exemple, un manuel paru il y a peu (Paveau et Sarfati, 2003) s’arrête à quelques courant (...)

4Il est notable que ce sont les sociologues et les anthropologues, principalement nord-américains, qui ont été les premiers à s’intéresser aux phénomènes linguistiques dans une perspective interactionnelle. Comme le montre son histoire, le concept d’interaction langagière se superpose, à tout le moins en France, à l’histoire des sciences du langage comme perspective crypto-critique des théories linguistiques établies, marquées par la tradition structuro-fonctionnaliste et l’idéologie monolingue qui la sous-tend. Il suffit de feuilleter les ouvrages introduisant à la linguistique pour constater que la linguistique interactionnelle est bien souvent la grande absente. 1 Pourtant, dans le cadre des situations de contact de langues, les perspectives interactionnelles ont toute leur pertinence. Elles représentent un carrefour de questionnements, où se trouve interrogée une série de faits sociolinguistiques, parmi lesquels : langage et identité, langage et discours, langage et normes, langage et variation, langage et catégorisation, ainsi que se trouvent questionnés les modes de collecte et de traitement des corpus. La dimension sociolangagière des interactions sociales, à laquelle nous cantonnons notre propos, apparaît susceptible d’enrichir le domaine des situation de langues en contact.

5L’on doit à Emmanuel Schegloff et à Harvey Sacks (1992), tous deux élèves de Goffman et de Garfinkel, d’avoir impulsé les recherches centrées sur les dimensions langagières et conversationnelles de l’interaction. L’interaction conversationnelle relève d’un ordre local en propre. Son ordonnancement constitue l’objet de l’« analyse de la conversation » (conversational analysis, CA, voir Sacks, Schegloff et Jefferson, 1974). Le but est de dégager les règles séquentielles qui président à l’organisation des tours de parole, à leur construction, à leur enchaînement, structuré ou non en « paires adjacentes » (adjency pairs). L’analyse de la conversation porte sur la manière dont les interactants coopèrent pour ouvrir leur échange (Schegloff, 1968), négocier leur place, thématiser leur propos et mettre fin à leur échange (Schegloff et Sacks, 1973). L’analyse de conversation accorde une place centrale à l’ordre séquentiel qui préside au déroulement de l’interaction langagière. Outre cette séquentialité, celle-ci relève par ailleurs d’un ordre catégoriel. L’activité de catégorisation des situations, des interactants, des thèmes abordés… en fait partie intégrante. Le projet de Sacks (1972a, 1972b) est d’en mettre au jour la systématique, en élaborant un appareil d’analyse : l’« analyse des dispositifs de catégorisation » (membership categorization device analysis : MCDA). Par la suite, les relations entre les deux niveaux, séquentiel et catégoriel, de l’ordre de l’interaction, seront source d’une littérature abondante (Fradin, Quéré et Widmer, 1994 ; Hester et Eglin éd., 1997 ; Bonu et Mondada, 1994 ; Watson, 1994, 1997 ; Conein, 2007 ; Widmer, 2007).

6Simultanément, d’autres perspectives de recherche s’orientent vers la prise en compte de l’environnement socioculturel, fondé sur des données ethnographiques. L’apport notoire de Dell Hymes et de John Gumperz initiera les courants de l’ethnographie de la parole (Bauman et Sherzer éd., 1974) et de la communication (Gumperz et Hymes éd., 1972). Diverses approches sont introduites dans le domaine du contact linguistique. Les travaux sur le « code switching » (Gumperz, 1989), les alternances langagières et les mélanges codiques, intégreront pour une part les approches conversationnelles selon une orientation interactionnelle (Auer, 1996 ; Auer éd., 1998). Toutefois, l’interaction fait souvent l’objet d’études partielles portant sur tels phénomènes ou séquences (ouverture, clôture, paires adjacentes, thématisation, négociation des places…). Elle ne constitue pas toujours un objet global construit en soi (Mondada, 2007a, 2007b).

7Aujourd’hui, le concept d’interaction s’élargit dans trois directions qui appellent un modèle intégré. Une première direction vise à articuler l’ensemble de la communication multimodale, ne se limitant plus au seul langage oral et écrit. Par ailleurs, l’on s’intéresse aux pratiques de coopération, aux processus sociocognitifs qui sont à l’œuvre dans le cours d’action, c’est-à-dire aux ressources multiples que mobilisent les participants lorsqu’ils communiquent (Heath, 1997 ; Heath, Luff, 1994 ; Goodwin, 1981, 1986, 2000). Enfin, les courants de l’action située et de la cognition distribuée constituent une extension dans la prise en compte du fait interactionnel, du discours en interaction (Fillietaz, 2004). Sous leur angle langagier, l’analyse des situations de travail (les workplaces studies : Luff, Hindsmarsh et Heath, 2000) représente, sur ce dernier axe, un champ d’investigation novateur et fécond (Boutet éd., 1995 ; Borzeix et Frankel éd., 2005 ; Grosjean et Lacoste, 1999). L’observation en milieu de travail multilingue de la gestion interactionnelle des langues en contact ajoute sa pierre à la compréhension de ces situations (Mondada, 2007a).

  • 2  Mentionnons pour mémoire deux publications introductives à ces courants, déjà bien installés à l’é (...)

8C’est donc sur une durée qui court sur près d’un demi-siècle que se développe l’analyse des interactions langagières pour se constituer aujourd’hui en un domaine plus ou moins reconnu en sciences du langage. L’attention portée aux phénomènes langagiers liés aux interactions sociales s’amorce en effet au cours des années 1960-1970. Prédominent alors le structuralisme et le générativisme. La réception en France s’effectue au sein de deux champs, la sociologie (Quéré, 1997) d’une part, la linguistique d’autre part. En linguistique, les pratiques courantes sont celles de l’introspection, la fabrication, par le linguiste, de données à fin illustrative. Alors que prévaut une linguistique de l’écrit, de la phrase, émerge à cette époque une linguistique de l’oral (Blanche-Benveniste, 1990, 2000) fondée sur des données naturelles. La question des corpus deviendra l’un des points cardinaux et ne cessera de s’enrichir d’apports à mesure que s’approfondira la réflexion épistémologique et que progresseront les innovations technologiques (numérisation, développement de logiciels…). D’autres facteurs, tenant aux mutations de société, contribuent au développement de cette « nouvelle » linguistique. 2 De manière parfois analogue à ce qui s’est passé antérieurement sur le continent nord-américain, ce sont certaines questions de société (à l’exception des minorités amérindiennes et autres) qui interrogent la pertinence d’une forme autonomisée de linguistique. Au nombre de ces questions, l’on compte la didactique des langues, les processus d’acquisition et le développement psycho-sociolinguistique, un début d’intérêt pour les situations multiculturelles en raison de la montée du fait migratoire et diasporique, la question urbaine et les phénomènes de banlieue, les questions de transmission que pose la différenciation intergénérationnelle et socio-spatiale et qui par la suite prendra nom de « parlers jeunes / parlers urbains ». Les travaux de linguistique appliquée qui sont alors conduits sont liés aux problématiques des relations « langage et société ». Ces dernières vont prendre leur essor dans le cadre de la sociologie du langage et de la sociolinguistique.

9En s’intéressant au « discours en interaction » (Kerbrat-Orecchioni, 2005), la linguistique interactionnelle (Mondada, 2001) va susciter un débat dont les termes portent principalement sur « l’interne vs l’externe », « l’intraphrastique vs le supraphrastique », « la compétence vs la performance ». Les travaux qui s’intéressent aux situations de langues en contact, notamment le « code switching », sont un lieu privilégié d’observation du changement linguistique induit par des facteurs internes et/ou dû à des motivations sociales externes. Par ailleurs, deux orientations partagent le domaine des interactions langagières. D’une part, les « approches contextuelles » focalisent l’attention sur les phénomènes interactionnels et conversationnels en tant que tels, pour en dégager l’ordre local propre. D’autre part, les « approches culturelles », ou « décontextualisées », fondées sur des données ethnographiques, appréhendent les fonctionnements interactionnels dans leur environnement socioculturel. Après avoir exposé ce qui spécifie chacune de ces orientations principales, nous aborderons, pour conclure, les perspectives en cours.

Les approches contextuelles

L’apport ethnométhodologique

  • 3 Ce n’est que très tardivement que Harold Garfinkel explicitera son positionnement vis-à-vis de ses (...)

10Dès le début des années 1950, Harold Garfinkel impulse le « programme de l’ethnométhodologie »3, éclairant certaines spécificités propres à ce courant interactionniste. Harold Garfinkel ne propose pas moins une alternative au structuro-fonctionnalisme qui, de Durkheim à Parsons, règne alors en maître. Il décentre le regard sociologique, des structures sociales, des contraintes institutionnelles, du groupe social, de l’individu, pour focaliser son attention sur le détail des pratiques sociales ordinaires de la vie sociale quotidienne. En inversant la démarche canonique, le but est de mettre au jour les conditions qui structurent et définissent l’ordre social local, les méthodes qu’emploient les acteurs pour le produire. Il stipule que le regard porté sur les pratiques situées permet 1) de conserver les circonstances concrètes de leur déroulement ; 2) d’observer que ce sont ces conditions de réalisation qui « font » l’acteur, et non l’acteur qui fait la situation. Harold Garfinkel (2002) se démarque de la philosophie phénoménologique d’Edmond Husserl, dont il souligne qu’il isole l’individu et localise dans sa conscience le foyer principal de son action. Selon William James, psychologue pragmatiste, l’individu qui poursuit intentionnellement un but agit en percevant directement les objets naturels ou sociaux. Leur réalité objective est le résultat d’une construction subjective interne à l’individu, qui varie d’une situation à l’autre, d’un individu à l’autre selon le mode de conscience individuelle. Or, soutient Harold Garfinkel, ce sont les pratiques sociales dans lesquelles les acteurs sont mutuellement engagés qui organisent leur perception des objets. Par ailleurs, s’il reconnaît à John Dewey le mérite de concevoir un acteur situé, composé d’une mosaïque de rôles (« a segmental self ») qui se combinent, se hiérarchisent ou peuvent entrer en conflit lors des échanges sociaux, il affirme qu’en un point donné, un acteur ne participe pas à plus d’un système d’action. Quant à la phénoménologie sociale qu’incarne Alfred Schütz, il voit tout l’intérêt de saisir l’acteur individuel dans le cadre des situations sociales concrètes et non pas, selon la perspective mentaliste, de manière intrapsychique, indépendamment de l’environnement social. Si Schütz accorde une importance aux requis particularisant chaque type de situation, il maintient cependant le fait que l’acteur individuel en situation agit selon des catégories cognitives (les typifications), des projets qui lui sont propres et qui déterminent son action. Dans certains de ses linéaments, le débat qu’engage Garfinkel avec ses prédécesseurs comme avec son contemporain Goffman, porte sur les rapports entre structures sociales et situations d’action. Son positionnement présente un intérêt au regard des interactions langagières en situation de contact de langues. Cela a trait par exemple à une conception de la norme et de l’identité. Les normes de conduite ne sont pas externes aux situations concrètes, imposées par des contraintes institutionnelles ou structurales. Coproduites dans le cours même de l’action, elles sont émergentes, endogènes, autochtones. De même, les identités sont toujours situées. Harold Garfinkel ne conçoit pas l’individu en tant qu’entité globale, sorte de réceptacle biographique plein, fait de projets, animé de motivations, mû par des valeurs qui guideraient ses engagements, orienteraient ses actions. En lieu et place, il met l’accent sur l’interaction que des acteurs nouent lorsqu’ils sont pleinement engagés comme participants, incarnant alors, selon le principe de l’« adéquation unique », ce qu’il nomme l’identité située qui « n’est rien d’autre qu’un schème employé par l’acteur pour interpréter les signes que d’autres génèrent – un schème qui est une réponse aux intentions de l’autre » (Garfinkel, 2005, p. 149). Harold Garfinkel (2002) illustre son propos en évoquant le cas du trafic routier. La conduite automobile repose sur des méthodes que les automobilistes mobilisent sur la route, de telle sorte que le trafic ne connaisse ni perturbation, ni accident, et que chacun arrive sans encombre « à bon port ». Après avoir quitté la route, souligne-t-il, le trafic perdure, tel qu’il est ordonné et structuré. D’autres automobilistes empruntent l’axe routier comme auparavant, certains l’ont emprunté, et ensuite, d’autres l’emprunteront. Mais chaque fois, pour chacun des automobilistes, c’est « une prochaine nouvelle fois » (p. 164), selon sa formule. Il nommera ce processus « populational cohort ». Une telle observation met en lumière le caractère routinier et ordonné des pratiques situées, ainsi que l’engagement finalisé et toujours recommencé des acteurs pour situer leur pratique appropriée à un cadre d’action spécifique, et pour maintenir un ordre local de l’interaction.

L’ordre séquentiel / catégoriel de l’interaction

11Dès l’origine, l’analyse de l’une ou l’autre, ou des deux dimensions – séquentielle et catégorielle – de l’ordre de l’interaction retient l’attention des chercheurs du domaine. Vont se développer des orientations fortement marquées, parfois en opposition, selon que l’on privilégie l’une ou l’autre, l’une à l’exclusion de l’autre (CA vs MCDA), ou que l’on tente de les articuler. Rappelons la définition originelle des dispositifs de catégorisation, que Sacks a formulée dès 1964, à l’occasion de son travail de thèse :

Toute collection de catégories d’appartenance, comprenant au moins une catégorie, qui peut être appliquée à une population ayant au moins un membre, de façon à permettre, via quelques règles d’application, d’apparier au moins un membre d’une population et un membre d’un système de catégorisation. Un dispositif est donc une collection plus des règles d’application. (Sacks, 1974, p. 218)

12Les deux types de règles d’application, que Sacks identifie, interviennent en reconnaissance et en production. Une « règle d’économie » signale la mise en œuvre d’une « paire relationnelle standardisée » (PRS) du type client / vendeur, ami / ami… La « règle de continuité » (consistency rule) stipule que si un membre d’une population est reconnu comme appartenant à une catégorie donnée, alors d’autres membres de la même population sont des candidats pour le même dispositif de catégorisation. Enfin, une catégorie liée à l’activité soumet les deux membres de la paire relationnelle (par exemple « invitant / invité ») à des droits et obligations propres à cette activité. À ces règles d’application s’ajoutent deux « maximes » nommées hearer’s maxim et viewer’s maxim. La première stipule que dans une situation donnée, s’il apparaît qu’une catégorie est liée à une activité, alors les interactants l’entendent ainsi. Par ailleurs, en raison de la co-sélectivité entre catégorie et activité (category bound activity), la seconde maxime (viewer’s maxim) indique qu’en voyant l’activité, celui qui observe ce qui se passe, ce qui se dit, peut dire « qui est celui qui fait » (the doer) et connaissant celui qui fait, peut rendre compte de son activité. C’est progressivement que Sacks élabore ce modèle d’analyse centrée sur l’activité catégorielle des interactants engagés dans le déroulé d’une interaction (Sacks, 1972a, 1972b, 1992). Modèle qui fera l’objet de gloses abondantes et de nombreux commentaires critiques (Bonu et Mondada, 1994 ; Conein, 2007 ; Hester et Eglin, 1997 ; Watson, 1994, 1997). Parmi ces derniers, retenons l’analyse critique formulée par Widmer (2007). Sa pertinence réside dans le fait que Widmer questionne le mode de faire de l’analyste, lorsque celui-ci collecte les données d’interaction langagière, les transcrit et les analyse (voir aussi Mondada, 2002). Pour ce faire, il va revisiter un exemple d’analyse tiré d’un article de Schegloff (1996) en liant les deux dimensions séquentielle et catégorielle et en montrant comment l’analyste s’immisce en quelque sorte à son insu dans le jeu de l’échange. Enfin, la force de son regard critique vient de sa proposition d’ancrer l’entreprise interactionniste dans l’énonciation.

Un ancrage dans l’action et l’énonciation

13Tout en défendant une perspective contextuée, endogène, de l’interaction, Jean Widmer (2007) se demande « comment concevoir les rapports entre les interactions d’un côté et le “reste” de l’ordre social, notamment les institutions de l’autre côté ? » (p. 216). Il réexamine la proposition d’Emmanuel Schegloff (1996) concernant les procédures que suivent les interactants pour confirmer des allusions, notamment à partir d’un extrait issu du corpus analysé par ce dernier :

Dans l’extrait 23, Liz une vendeuse de plantes d’extérieur chez un pépiniériste est approchée par un client qui lui « avait auparavant acheté des plantes »

1. Liz Hello
  2. Client J’aimerais vous demander quelque chose
  3. Liz Oui
  4. Client J’ai acheté trois comme ça (il montre des plantes)
    L’une d’elles est morte ((espace)) Euh
  5. Liz Ah oui
  6. Client Oui
  7. Liz Les autres vont bien
  8. Client Les autres vont bien
  9. Liz Elles étaient au même endroit
  10. Client Le même, oui
  11. Liz Ohh
  12. Client Oui
  13. Liz Elles étaient dans les petits gobelets
  14. Client Oui dans les petits gobelets

14Le réexamen de l’extrait (Widmer, 2007, p. 218) conduit Widmer à critiquer la pratique de la glose car selon lui, « il n’y a pas d’une part une interaction et d’autre part, comme un ajout de sens, des cadres institutionnels » (p. 228). Il note que la collection de catégories « client / vendeuse », liée à l’activité « transaction commerciale », la nature du commerce « vente de végétaux », le rappel que le client « avait auparavant acheté des plantes », sont des informations données hors contexte. Aucune d’elles n’est explicitement fournie par l’interaction en elle-même. Toutes sont livrées par le transcripteur qui présente la scène et désigne l’un des protagonistes comme « client », impliquant par là que « Liz » pourrait être une vendeuse. « C’est la paraphrase et non l’analyse qui assure la plausibilité de l’interprétation : l’énoncé du tour de parole 8 comme allusion à l’énoncé de 4 » (p. 220). À la suite de Garfinkel, il constate que « la glose “libre de contexte” » est « une procédure qui permet d’imaginer le social pour l’étudier » (p. 220). Sans la connaissance des informations institutionnelles ajoutées « à côté », venant en sus de ce que révèle l’échange en lui-même, l’allusion énoncée au tour de parole 8 pourrait s’interpréter tout autrement. Elle pourrait se rapporter à d’autres dispositifs de catégorisation : « L’une d’elles est morte » (tour 4) pourrait être une allusion à un ensemble de personnes dont l’une est décédée. Par voie de conséquence, l’allusion : « Les autres vont bien » (tour 8) renverrait au fait que deux autres personnes « vont bien ».

15Par ailleurs, Widmer critique le sens que prend le terme de « collection de catégories », utilisé par Sacks à l’occasion de l’analyse catégorielle de la célèbre histoire enfantine : « Le bébé a pleuré. La maman l’a pris dans les bras », faisant remarquer que c’est « le bébé de… », « la maman du bébé ». Il prône alors une conception relationnelle et actionnelle des catégories. Tout dispositif de catégorisation qui comprend des collections de catégories appariées (mari / épouse, juge / jugé, enseignant / enseigné, parent / enfant…) sont des paires relationnelles standardisées, liées par une action menée conjointement. La paire relationnelle standardisée « client / vendeuse » est liée par une activité de transaction commerciale : « vendre / acheter » des biens ou des services : « La catégorie analytique “confirmation d’une allusion” », précise-t-il, est « allusion à… » (p. 224). C’est pourquoi il invite à remplacer le terme de collection, « expression nettement ensembliste » et qui « escamote le caractère relationnel des catégories », par celui de « dispositif d’action conjointe » : les catégorisations de personnes dépendent de la catégorie d’une action conjointe, en particulier d’une action énonciative (p. 228). « Les catégories de l’énonciation permettent de concevoir les relations entre un énonciateur (manifesté de telle et telle manière dans le langage au cours des tours de parole), un destinataire (spécifié par le langage et parfois contraint par l’action du tour de parole), le monde énoncé ainsi que ses liens avec le monde énonçant » (p. 223). Ainsi, « dans une interaction, l’énonciation est constituée des pratiques interactionnelles » (p. 224).

16L’attribution des tours de parole, conclut-il, ne relève pas seulement des next speakers, same speaker : il faut qu’ils « soient rapportés à des actions en cours ». L’ancrage dans l’énonciation ouvre la voie, selon lui, à la prise en compte à la fois du « contexte » et du « hors-contexte », celui-ci étant « documentable » comme ressource endogène. À l’instar des processus de contextualisation, cela permet de résoudre « le problème posé par la notion “libre de contexte / contexte lié”, soit l’articulation entre structures séquentielles et action » (p. 207).

L’analyse de conversation : Goffman soumis à la critique

17Schegloff (1988), pour sa part, opère une comparaison entre les principes qui sous-tendent l’analyse de conversation et l’apport goffmanien en la matière. Retenons, de cette revue critique, un point central : l’opposition qu’introduit Goffman (1976) entre contraintes rituelles et contraintes systémiques (Goffman, 1981a). Comme nous le verrons ci-dessous (« Les études interculturelles ), la dimension rituelle des échanges langagiers, des « rencontres », qui se manifeste principalement par le travail de la face (« face work »), constitue un cadre d’analyse significatif pour les tenants des approches contextuelles qui œuvrent dans le domaine des comparaisons interculturelles. Comme le souligne Goffman :

Autant les contraintes systémiques peuvent être conçues comme pan-culturelles, autant, on le notera, ces préoccupations rituelles reposent manifestement sur des définitions culturelles, si bien qu’on peut s’attendre à les voir varier de société en société. (Goffman, 1987, p. 24)

18Selon Schegloff, les analyses qu’effectue Goffman

  • 4  « […] remained tied to a particular job, a job defined by the contingencies of ritual and face pre (...)

[…] restaient liées à un type particulier de travail, un travail défini par les contingences rituelles et celles qui ont trait à la préservation de la face. Ce travail n’est pas traité comme une unité plus formelle, générique qu’impliqueraient des « relations syntactiques » entre les actes. 4

  • 5  « The focus on ritual and face provides for the analytic pursuit of talk or action in the directio (...)

19De ce fait, « l’attention portée au rituel et à la face implique que l’analyse du cours de la parole ou de l’action mette en avant les individus et leur psychologie. » 5 Se référant à un second article de Goffman, « Radio talk », paru en 1981, Schegloff note que celui-ci introduit une nouvelle dichotomie qui n’est pas sans rappeler l’opposition « rituel / systémique »

  • 6  « He descriminates between two sorts, which he terms “substantive” and “expressive”. The former co (...)

qu’il nomme « substantive » et « expressive ». La première concerne la contribution de l’acteur à une activité en cours, pouvant inclure la parole ; il s’agit des actions que l’individu est en train d’accomplir. La seconde comporte le jugement qui en découle sur « la compétence de l’individu et son caractère moral en tant que revendiquant cette compétence ». Ce contraste fait écho à celui qui oppose système et rituel : d’un côté l’environnement de l’action et son organisation ; et de l’autre côté l’individu et sa psychologie. 6

20Ce bref aperçu illustre le débat qui anime le champ de l’interaction, de l’interaction langagière en particulier, y compris parmi ceux qui prônent une conception contextuée (ci-dessus, « Un ancrage dans l’action et l’énonciation »). La question se pose de savoir si un pont théorique est envisageable entre les deux approches qui structurent le champ des interactions. Le concept de contextualisation, envisagé dans sa dynamique, pourrait en faire office.

La production indicielle et les processus de contextualisation

21Lorsque John Gumperz (1992) « revisite » le concept d’indices de contextualisation, c’est pour lui l’occasion de réaffirmer un positionnement théorique qui s’inscrit dans la lignée de ses travaux ethnographiques sur la variation et les alternances codiques qui l’avaient, dans les années 1950 et 1960, conduit en Inde, en Europe centrale et en Norvège (Gumperz, 1989) pour s’intéresser ensuite aux situations de contact de langues et aux relations interculturelles en milieu urbain. Il se démarque des approches structurales du langage et de celles qui considèrent les individus comme des membres de groupes sociaux préexistants. Est notamment visée la théorie parsonienne structuro-fonctionnaliste qui « explique les régularités sociolinguistiques gouvernées au niveau de la communauté, en termes de contraintes normatives intériorisées ou régies par les règles de la grammaire » (p. 39). Il faut, selon lui,

[…] ne pas tenter de découvrir un reflet direct et stable des catégories sociales aux niveaux de la phonologie, de la morphologie ou de la syntaxe, mais regarder plus attentivement comment se combine la co-occurrence des variables dans le discours ordinaire situé. (Gumperz, 1992, p. 39-40).

22Cela rend nécessaire, conclut-il, de repenser la problématique « quand l’interaction est placée au centre de l’analyse » (Gumperz, 1992, p. 41).

Tant la variabilité sociale que la variabilité linguistique, poursuit-il, gagnent à être étudiées dans une perspective discursive ou interactive, en partant de situations de parole selon ce que les gens cherchent à communiquer. (Ibid.)

  • 7  Dans son ouvrage théorique Les cadres de l’expérience, Erving Goffman (1991) définit le concept de (...)

23Le concept de cadre (frame), élaboré à la suite de Gregory Bateson par Erving Goffman (1974), est tout à fait approprié dans la mesure où les cadres sont constitutifs de l’interaction elle même. 7 Les cadres sont des processus d’ajustement mutuels (attunement), de telle sorte que :

  • 8  « Framing is more than just separating out one stretch of the interaction, it also conveys presupp (...)

Ces cadrages continus, s’ils permettent de mettre en valeur une séquence de l’interaction, assurent également une fonction de présuppositions sur la nature des relations sociales parmi les participants ainsi que la manière dont leurs messages doivent être interprétés. 8

  • 9 « Interaction does not just happen. Participants actively signal how the interaction is to be frame (...)

24Selon John Gumperz, « une interaction ne fait pas simplement que survenir. Les participants signalent activement comment l’interaction doit être cadrée et conduite au moyen de mouvements posturaux et gestuels »9, auxquels il ajoute la pratique du code switching et la prosodie. Ces ressources permettent de distinguer ce qui est marqué de ce qui est non marqué, d’opérer à tous moments contrastes et mise en valeur.

  • 10 « Typifications are culturally based in the sense that they are acquired through historically speci (...)

25Le pont théorique qu’opère John Gumperz entre contextualisation et cadrage rapproche la perspective goffmanienne de la sienne, en l’inscrivant dans le champ de la phénoménologie sociale d’Alfred Schütz autour de la notion de typification : « Les typifications ont un fondement culturel en ce sens qu’on les acquiert historiquement à travers une expérience interactive spécifique. »10

26Dans le même ouvrage, Peter Auer (Auer éd., 1998) revient sur l’apport de John Gumperz aux travaux portant sur la contextualisation. Il appuie son propos en présentant un échange bilingue italien / allemand, au cours duquel les participants – un garçon, une fille et un adulte (qui reste silencieux) – échangent des plaisanteries. L’extrait choisi se situe à un moment de transition entre deux plaisanteries. Alors qu’on pourrait penser que ce moment précis constitue le début de la prochaine histoire, l’analyse des indices de contextualisation conclut que les tours de parole réalisés par les participants indiquent qu’une compétition s’engage entre eux pour tenir le rôle interactionnel : le garçon qui termine manifeste qu’il veut enchaîner sur une autre plaisanterie tandis que son interlocutrice tente de reprendre à son compte cette activité. Or, montre Peter Auer, une transcription « orthodoxe » de la seule matière verbale et des tours de parole ne peut faire découvrir cette querelle entre les deux protagonistes. Elle n’apparaît à l’analyste qu’en transcrivant d’autres dimensions de la multimodalité : la prosodie (tempo, intensité…), le cadre proxémique, les éléments posturaux et gestuels, les expressions faciales et les regards. Ce sont les ressources au moyen desquelles les participants indiquent le sens de leur propos et définissent de manière coopérative et coordonnée la tâche qu’ils sont en train d’accomplir. Il ne s’agit pas pour la fille de commencer à raconter sa plaisanterie, mais de négocier cette place interactionnelle qui lui permettra à son tour de réaliser l’activité de « raconter ». La démarche suivie par Peter Auer consiste, dans une transcription classique « orthodoxe », qui ne retient que la forme verbale et la succession des tours de parole, en l’introduction, à mesure, d’autres indices, prosodique, posturaux, mimo-gestuels, ainsi que les échanges de regard (« eye contact »). Au final, un système élaboré de transcription fait apparaître l’ensemble complexe d’indices multimodaux qui contribuent, chacun pour leur part, et de manière co-occurrente, au processus de contextualisation, qu’Auer définit

  • 11  « […] as a relationship between a speaker, a context (cognitive construct’ like a frame, a schema… (...)

[…] comme une relation entre un locuteur, un contexte (un construit cognitif tel un cadre, un schéma…), un énoncé et un indice de contextualisation (non référentiel). Les locuteurs utilisent des indices de contextualisation afin de produire un contexte pour l’interprétation d’un énoncé particulier. 11

27Il précise :

  • 12  « Contextualization suggests a flexible notion, a context which is continually reshaped in time. R (...)

Cette relation entre le texte et le contexte est à la fois « flexible », car celui-ci est constamment redéfini à mesure que se poursuit l’interaction, et réflexive : le langage n’est pas déterminé par le contexte mais contribue de manière essentielle à sa construction. 12

28Auer (p. 24) indique que cette approche se différencie de toute une série d’orientations (de la sociologie naturaliste de Goffman, de l’ethnométhodologie, de l’analyse conversationnelle, de la linguistique pragmatique) sur deux points importants. D’une part,

  • 13  « […] focus on particular classes of contextualization cues : non referential, non lexical, most n (...)

[…] l’accent est mis sur une classe particulière d’indices de contextualisation qui ont la particularité d’être non référentiels, non lexicalisés, tels la prosodie, les regards, les gestes et les postures, les feed-backs et la variation linguistique (incluant les « styles de parole » et le code switching ). 13

29D’autre part, il assigne à cette classe précise une fonction interactionnelle spécifique :

  • 14  « Most contextualization cues do two things at the same time, they establish a contrast and thereb (...)

La plupart des indices de contextualisation font deux choses à la fois ; ils établissent un contraste et par là indiquent que quelque chose est en train de survenir, et ils restreignent le nombre possible d’inférences plausibles de ce qui pourrait advenir. 14

30Ce qu’il résume dans la préface à l’ouvrage sous forme d’un programme théorique pour avancer dans l’exploration des processus de contextualisation :

  • 15  « The most important “cues” that are the material basis of contextualization (intonation, tempo, r (...)

Pour ce qui est des « indices » les plus importants (intonation, tempo, rythme, regard, mouvement corporels, code switching ), il s’agit de discuter des propriétés théoriques de ces « indices de contextualisation » – en tant qu’entités sémiotiques –, tels que leur caractère redondant, une conséquence de la fréquence de leur cooccurrence, leur non-r-éférentialité, leur signification contextuelle soit par contraste soit en vertu de leur « signification potentielle », leur caractère conventionnel mais aussi non arbitraire, et leur valeur indexicale, c’est-à-dire leur possibilité d’indexer plus qu’un contexte en même temps à l’aide d’un seul indice. 15

Les approches culturelles « décontextualisées »

La compétence interactionnelle

31Quelles sont les compétences interactionnelles que les interactants mobilisent lorsqu’ils communiquent et qu’ils sont mutuellement engagés pour initier, conduire et poursuivre jusqu’à leur terme les échanges de leur vie quotidienne ? En matière d’interactions langagières, la question se pose de savoir s’il faut, et comment, prendre en compte l’environnement sociohistorique et culturel. En 1986, c’est en ces termes que Kerbrat-Orecchioni définit, de façon programmatique, ce qu’une telle compétence pourrait être :

Peut-être faudrait-il envisager une « compétence interactionnelle » intégrant les compétences linguistiques (comprenant elle-même diverses compétences : phonologique, syntaxique, sémantique, etc.), proxémique, kinésique, voire encyclopédique du sujet, et comportant un corps de règles plus spécifiquement « conversationnelles », chargées de rendre compte par exemple du système de tours de parole, de la cohérence inter-répliques, et des divers mécanismes de la synchronisation interactionnelle. (Kerbrat-Orecchioni, 1986, note 24, p. 15)

32Parmi les tenants des approches « décontextualisées », c’est-à-dire celles qui fondent la description des interactions sur des données ethnographiques et les circonstances sociales qui président à la définition de l’interaction, ainsi que sur le savoir encyclopédique des interactants, de leur identité sociale, etc., l’on compte l’ethnographie de la parole (Bauman et Sherzer éd., 1974) et l’ethnographie de la communication, développée à l’orée des années 1960 par John Gumperz et Dell Hymes (Gumperz et Hymes éd., 1972). Ce dernier a proposé le concept intégrateur de « compétence de communication », « susceptible, selon [lui], de devenir l’un des modes d’approche des univers culturels » (Hymes, 2000, p. 182). L’ayant élaboré dès 1966, Dell Hymes s’est situé en opposition à la notion de compétence linguistique universelle que Chomsky a exposée dans Aspects of theory of syntax publié en 1965. La définition du « locuteur idéal », la dichotomie langue / parole qui parcourt plus d’un siècle d’histoire de la linguistique ont pour effet d’évacuer tout un ensemble de phénomènes linguistiques liés aux situations d’usage, à la parole, qui sont relégués dans le fourre-tout de la performance. Comme le note malicieusement Dell Hymes :

La notion de « performance », au bout du compte, est la Cendrillon de notre histoire. De dépotoir pour tout ce qui n’est pas « compétence », elle devient la sphère où les compétences connaissent leur plus complète intégration. (Hymes, 2000, p. 190)

33Faisant un retour sur près de quarante ans de travaux ayant pour objet la notion de compétence de communication, il constate que « le cheminement naturel est allé de la langue comme notion unitaire à la notion de répertoire verbal comme organisation d’une pluralité de codes et de styles ». Il poursuit :

Le point de départ le plus fréquent est à coup sûr la parole en tant qu’action. Partir de la langue, c’est courir le risque de retomber dans une conception de l’action comme simple exécution d’un code. Partir de la parole, c’est être à même de concevoir la langue comme moyen, comme un élément parmi d’autres. (Hymes, 2000, p. 194-195)

34Selon Dell Hymes, la communication se constitue en « niveaux émergents d’organisation et de complexité » et dans une situation où « tout n’est pas donné d’avance avec certitude ». Tant les ressources mobilisées que les significations émergent de la situation elle-même. Rappelant « le principe méthodologique fondamental de la linguistique : la covariation sens / forme qui distingue entre ce qui est répétition et ce qui est contraste significatif du point de vue de la communication », il applique ce principe aux trois niveaux d’organisation du langage. La « grammaire ressource », la « grammaire du discours » et la « performance » caractérisent sa théorie ternaire de l’usage linguistique. Il définit chacun de ces trois niveaux en usant de la métaphore musicale. La grammaire ressource, similaire à la grammaire musicale (par exemple la portée en douze notes), représente le « domaine de la grammaire le plus souvent étudié ». La covariation forme / sens identifie des oppositions et des traits qui font partie du « potentiel systémique du code ». La grammaire du discours, correspondant à la partition musicale, comprend « le domaine conversationnel, celui du style » ; enfin, le troisième niveau, celui de la performance, renvoie analogiquement à la réalisation orchestrale (Hymes, 2000, p. 193).

Sources : Hymes, 2000, p. 194.

35Le schéma ci-dessus illustre les quatre composantes qui, selon Hymes, constituent de manière articulée la compétence de communication, composantes qui ne sont pas « des compartiments exclusifs mais comme des points de vue, des lentilles qui convergent sur l’ensemble ». Ce qu’il appelle « Moyens de la parole » regroupe « grammaire ressource et grammaire du discours » ; la « Voix », le domaine de la performance (réalisée par les acteurs individuels). La scène ou la situation relève de « l’économie de la parole ». Enfin, la quatrième composante est celle des normes d’interprétation et d’interaction où se manifestent « Attitudes, valeurs, croyances ». « Le cercle central qui unit les quatre compartiments, c’est la compétence de communication, ou les capacités en tant que compétence » (Hymes, 2000, p. 194).

Les études interculturelles

36La perspective culturelle, riche d’une tradition ethnographique, se manifeste également dans le domaine des études contrastives, intra- ou interculturelles. En comparant le fonctionnement des situations de communication dans un cadre socio-historique donné, ou entre des univers culturels différents, ou encore en s’intéressant aux situations de contact interculturel, on cherche à déterminer les invariants interactionnels ainsi que les éventuelles spécificités culturelles des pratiques inter-actionnelles interculturelles. Les études contrastives ont donné lieu à de nombreux travaux. En France, Catherine Kerbrat-Orecchioni (1994) a ouvert ce champ, dans un cadre, il est vrai, où dominent la pragmatique des actes de langage ainsi que la théorie goffmanienne des faces. En fonction de ce double cadre, elle place au centre de la dynamique de l’interaction les « négociations conversationnelles » d’une part, et d’autre part, le modèle de la politesse de Penelope Brown et Stephen Levinson (1987) qu’elle revisite (Kerbrat-Orecchioni, 2005, chap. 2 et 3). Liée à la recherche des universaux, la question de la variation culturelle y est une préoccupation majeure, car « elle est partout […], elle peut venir affecter tous les aspects, et se localiser à tous les niveaux du fonctionnement des interactions » (Kerbrat-Orecchioni, 1994, p. 15). Nombre de ces travaux tentent d’isoler tel phénomène inter-actionnel particulier (ouverture, clôture de la conversation, formes de l’adresse, systèmes des tours de parole, thématisation…) indépendamment de l’ordre global de l’inter-action, tout en privilégiant la nature rituelle des échanges. Cette orientation se poursuit aujourd’hui, s’enrichissant d’un apport interactionniste plus affirmé (Traverso, 2000). Catherine Kerbrat-Orecchioni et Véronique Traverso (2008) font état d’une série de recherches transculturelles qui se consacrent aux « inter-actions en site commercial » afin de dégager « invariants et variants ». Véronique Traverso (Traverso éd., 2000, avant-propos) indique que ces recherches, inscrites désormais dans une double approche pragmatique et interactionniste, sont « fondées sur l’usage du langage […] accordant la priorité aux processus de co-construction du discours ». Le but est de « dégager des styles communicatifs, ou éthos propres aux cultures » en menant « deux grands types d’études comparatives (ou contrastives) d’interaction intraculturelle » à partir de « situations similaires dans deux cultures différentes » et des « études d’interaction interculturelles où se trouvent mis en contact des interactants de cultures différentes » (Traverso éd., 2000, p. 5). Christine Béal reprend à ce sujet la proposition de Michael Clyne (1994) qui spécifie l’approche interlangue (« interlanguage approach »)

permettant de mettre en évidence les phénomènes d’interférence entre la langue maternelle et la deuxième langue, c’est-à-dire les calques de toutes sortes de l’approche inter-active (« interactive intercultural approach ») où l’on peut « observer les ratés de la communication, particulièrement utile pour découvrir les éthos sous-jacents et leur influence sur le déroulement de la conversation.  » (Béal, 2000, p. 17)

37Pour ce faire, ces recherches recourent à « différents types de données ; les questionnaires et les jeux de rôle, les enregistrements sur le vif, l’observation, les entretiens avec les participants, les exemples rapportés ou notés au passage » (p. 17-18).

38« Parler d’“intraculturel” tout comme d’“interculturel ”, suppose en effet que le paramètre culturel soit isolable » (Traverso éd., 2000, p. 6). Une préoccupation méthodologique que partagent les chercheurs du domaine :

La principale difficulté consiste à neutraliser les autres facteurs de variation (liés aux caractéristiques particulières des interactants et de la situation d’interaction ) qui risquent de venir parasiter le facteur proprement culturel que l’on cherche à isoler « toutes choses étant égales par ailleurs. » (Kerbrat-Orecchioni, 2005, p. 295)

39Sur le plan théorique, se pose la question de « l’universalité des catégories linguistiques, en particulier celle des actes de langage, et celle de l’articulation des observations de niveau micro à des conclusions de niveau plus général, dans lesquelles on interprète et on généralise pour dégager des traits caractérisant les éthos ou styles communicatifs » (Traverso éd., 2000, p. 7).

40En situation de contact, l’inscription culturelle de l’interaction a fait émerger un courant « dualiste » articulant organisation interactionnelle de la conversation et environnement socioculturel.

Les approches décontextualisées en contexte multilingue

41Faisant la revue de l’ouvrage pionnier de Myers-Scotton (1993), Meeuwis et Blommaert (1994) interrogent le modèle de marquage qui selon eux, en négligeant la description ethnographique, « fait disparaître la société ». Selon leur argument central, la conception du modèle (le « système métrique de marquage » : markedness metric) est d’essence mentaliste à visée universelle, dans la mesure où tout être humain en dispose de manière innée. La conséquence d’une telle conception est d’évacuer la base ethnographique des choix linguistiques accomplis par les interactants au cours de l’interaction, bref, d’en faire « une coquille vide ».

  • 16  « Ethnographic phenomenon, the structure of which may depend completely on the way in which the ac (...)

Le phénomène ethnographique, la structure dont dépend complètement la manière dont une situation de parole se développe et dont se forme une communauté linguistique, sont projetés dans l’esprit du locuteur individuel et de là, dans l’esprit humain. La variabilité ethnographique se voit réduite à une conception mentaliste des règles du comportement humain. 16

42Les auteurs qui relient les choix de langue aux deux niveaux macro de la société et micro des interactions interrogent tout autant le modèle du « marquage / RO » (« droits et obligations », rights and obligations, RO) dans sa conception statique :

  • 17  « Myers-Scotton explicitly rejects any notion of local creation of social meaning. The result is a (...)

Myers-Scotton rejette explicitement toute idée de création locale des significations. Il en résulte une vision statique de l’indexicalité et du comportement social en général. Aucune place n’est laissée à la dynamique ou au changement potentiel de ces phénomènes dans l’histoire d’une communauté. Les valeurs indexicales normatives tout comme les règles normatives qui régissent la production / interprétation appropriée du code switching sont des éléments qui restent constants dans une théorie dont les variables sont l’intention et les conditions du contexte. En ce sens, la sélection de code est un fait prédictible. 17

43Li Wei (2005) milite pour une approche mixte qui intègre à la fois l’organisation séquentielle des échanges et les usages socioculturels spécifiques qui président par exemple aux relations entre adulte et enfant, entre mère et fille. Il donne l’exemple d’une interaction entre une jeune fille (B) et sa mère (A), au sein d’une famille chinoise vivant en Angleterre (Li, 2005, p. 383).

44Tout le début de l’interaction se passe en chinois. Rappelant à sa mère que son amie Jenny va venir à la maison, la fille indique leur intention d’aller au cinéma. La mère manifeste quelque énervement et se montre réticente à répondre, restant même silencieuse un long moment (douze secondes). Devant l’insistance de B qui réitère son propos à plusieurs reprises, la mère réalise qu’elle a réagi de manière quelque peu abrupte. Elle demande à sa fille si elle sait ce qu’elle va voir et quel film est intéressant. C’est alors que, saisissant cette opportunité, et quittant le chinois, B explicite clairement, en anglais, le but de sa demande :

Extract 1 :
  […]
    [Seuls les trois derniers tours de l’extrait sont reproduits ici.]
  10B
    B : can I have some money please
      (est-ce que je pourrais avoir de l’argent, s’il te plaît ?)
    A : what for
      (pour quoi)
    B : wo he Jenny qu MetroCentre kan dianying
      (Jenny et moi nous allons au cinéma au MétroCentre)

45La mère poursuit en anglais, alors que B revient au chinois pour donner la raison de sa demande, en réponse à la question de sa mère ; question qui signifie un refus indirect, à tout le moins une réticence. L’analyse de Li repose sur la théorie des « droits et obligations » (Rights and Obligations : RO) développée par Myers-Scotton (1998) et celle de l’analyse conversationnelle (CA). Lors d’une préséquence, l’interaction mère / fille qui se déroule en chinois témoigne d’une règle culturelle qui veut, selon Li, qu’une fille ne formule pas directement à sa mère une demande d’argent, satisfaisant ainsi à la règle RO. Au moment séquentiel approprié, la fille demande en anglais de l’argent. Le fait de s’exprimer alors en anglais et non en chinois lui permet de contourner, dans une langue autre, le système normatif RO attaché à cet acte. Suite à la demande de sa mère sur les raisons de ce besoin d’argent, la fille répond en chinois que c’est « pour aller au cinéma ».

46À partir de cet exemple (et d’autres), Li soutient que

  • 18  « Extra linguistic context has determinate consequences for conversational interaction balance bet (...)

le contexte extralinguistique a des conséquences déterminantes pour l’interaction conversationnelle en termes d’équilibre entre la structure sociale et la structure conversationnelle : on peut être en mesure de démontrer comment des éléments tels les identités, les attitudes et les relations sociales sont présentées, comprises, rejetées ou modifiées selon le processus de l’interaction. 18

47Afin de répondre à la question de savoir ce qui préside aux choix langagiers qu’opèrent les locuteurs et comment (et non « pourquoi ? » ni « quoi ? »), lorsque s’accomplit l’ordonnancement d’une interaction bilingue, Li avance qu’

  • 19 CA : Conversational Analysis (« analyse conversationnelle ») RC : Rational Choice Model (« modèle C (...)
  • 20  « A dual level approach bringing together both CA and RC analysis would help to extract factors th (...)

une approche duale jetant un pont entre CA et RC 19 permettraient de dégager les facteurs qui peuvent aider à approfondir notre compréhension quant à la manière dont les locuteurs utilisent leurs ressources linguistiques et interactionnelles, et d’aboutir par là à une explication plus riche et plus intéressante, mais aussi plus pertinente (pour les participants à l’interaction ). 20

48D’un côté, l’analyse conversationnelle nécessite d’être étayée par une analyse RC, sinon « elle court le risque de ne rester que descriptive, si elle s’arrête au niveau de l’analyse des tours de parole ». Alors que l’approche RC appelle une redéfinition du modèle de marquage de Myers-Scotton. Car selon Li, il relève d’une conception mentaliste et rationaliste qui considère que le locuteur opère des choix langagiers qui sont rationnels afin d’optimiser le ratio des coûts et bénéfices (Myers-Scotton, 1993, 2002).

  • 21  « At the heart of the CA approach is its belief that language is not simply a medium for the expre (...)

Au cœur de l’approche conversationnelle (CA), se trouve la croyance que le langage n’est pas simplement un vecteur pour l’expression des intentions, des motifs ou des intérêts, mais aussi une ressource pour les méthodes par lesquelles l’activité ordonnée est générée. Selon moi, l’analyse CA met en avant le fait crucial que l’analyse RC se doit d’être soutenue par les motivations sociales qui viennent du code switching.  21

  • 22  « One needs to view society, not of one social structure but of an indefinite number of social str (...)

49Ce qui le conduit à militer pour une double approche des phénomènes bilingues visant à articuler RC et CA. Se référant à Cameron (1997), Gafaranga (2001, 2005), quant à lui, situe son terrain dans le contexte sociolinguistique rwandais, aussi bien au Rwanda qu’en Belgique, qui a accueilli des réfugiés suite au génocide. Outre les langues locales, deux langues sont en présence, le français ou le kinyarwandais. Il fait remarquer que celles-ci sont deux langues distinctes dans les situations formelles, dans le cas de l’écrit formel ou lorsque la situation requiert le recours à une seule langue. Dans toutes les situations informelles, par contre, les deux langues ne sont pas séparées, elles alternent et se mélangent. De ce fait, « il est nécessaire de voir la société non comme une structure sociale unique mais composée d’une infinité de structures sociales. »22

50C’est pourquoi la structure conversationnelle est reliée à la structure sociale, dans la mesure où la langue en elle-même constitue une structure sociale, c’est-à-dire dans la mesure où la langue, en tant que telle, structure la société. Gafaranga tente de répondre à la question de savoir pourquoi l’alternance des langues apparaît comme un fait ordinaire qui n’est pas vécu « comme une activité qui pose problème » (p. 289). En se détachant de la perspective (initiée à l’origine par Gumperz et reprise par Myers-Scotton) qui considère que l’alternance de langue constitue une activité symbolique, il adopte l’orientation interactionnelle développée par Sacks. Toute une série d’exemples met en évidence que les interactants opèrent de concert une préférence linguistique. Soit ils adoptent un parler monolingue, le français ou bien le kinyarwandais, soit ils adoptent le parler bilingue, mélangeant les deux langues. Deux exemples issus de son corpus illustrent ce point. Selon Gafaranga, la seconde génération qui vit en Belgique s’oriente vers une préférence monolingue, en choisissant le français.

51Dans le premier exemple (Gafaranga, 2005, extrait 5, p. 288) l’interaction a lieu en milieu familial. L’hôte (A), père de l’enfant (CH) reçoit la visite d’amis (B et C). Lorsque le père et ses deux amis échangent entre eux, ils choisissent le parler bilingue français / kinyarwandais et le mélange des deux. Au début de l’interaction, le père évoque le fait qu’il a vu une personnalité politique qui parlait à la télévision :

1. A. mpe mperutse no kubona ntuza ho avuga kuri télévision (.) simenya (.) ministre wa finance
    (j’ai vu récemment cet homme qui parlait à la télévision (.) je ne sais pas (.) le ministre des finances

52Lorsque l’un d’eux s’adresse à l’enfant qui « a fait des bêtises », c’est exclusivement le français qui est utilisé.

7. B. (à l’enfant) là-bas là-bas
  8. A. jye naryebonyie (.) sinzi ukuntu naf hano mbona agezwehounguye
    (je l’ai vu (.) J’ai allumé juste comme ça et c’était lui)
  9. CH. là là
  10. B. (à l’enfant) tu as fait des bêtises

53Soit le second exemple (Gafaranga, 2001, exemple 7, p. 1918-1919) :

1. A. ni inkumi
    (.)
2. B. uz uzaze kudusira ntibihen // da
  3. C.   // uzaze na train
4. A. asho ushobora na kuza na bus
    (pendant quelques tours la conversation porte sur la possibilité de voyager en bus jusqu’à Bruxelles)
  5. D. ndibw (.) enfin donc hari ibyo ngomba gucombina (.) sinzi niba ngomba kujya kubikorera
    iBuruseri cyangwa se niba kujya iNairobi (.) ariko di iBuruseri niho hesa (.) niho hari n’ibitabo
  6. B. niho hari na documentation

54Traduction :

1. A. c’est une grande fille maintenant
    (.)
  2. B. tu pou tu pourrais nous rendre visite ce n’est pas très // cher
  3. C.                                                                                 // venir en train
  4. A. il peut aussi il peut aussi venir en bus
    (pendant quelques tours la conversation porte sur la possibilité de voyager en bus jusqu’à Bruxelles)
  5. D. je pense (.) oui il y a des choses que je dois combiner (.) Je ne sais pas si je dois le faire à Bruxelles ou si je dois aller à Nairobi (.) attends une minute c’est préférable que je me rende à Bruxelles car il y a aussi les livres
  6. B. il y a la documentation

55Pour traiter de cet exemple, sous l’angle des relations entre langues et identités, il se réfère à ce que Sacks nomme les dispositifs de catégorisation des membres (membership categorisation devices : MCD), des collections ordonnées de catégories liées entre elles (voir ci-dessus, « L’ordre séquentiel / catégoriel de l’interaction »). Dans le cas présent, il s’agit de la paire « amis / amis ».

56L’on peut observer que B recourt à deux identités sociales : il passe de la catégorie « ami » à celle de « chercheur », comme ressource pour l’interaction. Pour marquer son hésitation à répondre à l’invitation de retrouver ses amis à Bruxelles – alors que pour ces derniers, la « chose est entendue » –, B met en avant son identité « chercheur ». Le lien entre activité et catégorie est localement accompli, dans le cours même de l’interaction. L’identité « chercheur » réalise l’activité « hésiter à répondre à l’invitation », tout en montrant à l’évidence qu’il n’en est pas ainsi en toute occasion ; et vice versa : une hésitation à répondre à une invitation ne se manifeste pas toujours en termes d’identité. Selon le modèle de Sacks, les MCD se complètent de deux types de règles d’application, en reconnaissance et en production. La « règle d’économie » s’applique dans l’exemple présent : les participants sont engagés, et cela suffit, dans une relation qui relève de la catégorie « amis », et la référence « invitants / invité » définit de manière pertinente l’échange en cours. Il en est de même de la « règle de continuité » (« consistency rule ») : les protagonistes forment une « paire relationnelle standardisée “ami / ami” ». C’est cette identité qui fonde l’échange en premier lieu. Mise en avant, cette catégorie fait que les divers protagonistes deviennent candidats pour un même dispositif de catégorisation, dont D qui se voit ainsi reconnu comme un ami. À ce titre, il est lié à l’activité « invitants / invité », et soumis à des droits et obligations propres à cette activité. Se pose pour lui le choix d’accepter ou de refuser de se rendre à Bruxelles. Or, refuser une invitation venant d’amis est toujours problématique quant aux raisons que l’on peut avancer. L’issue reste incertaine. C’est alors que D va mettre en avant une autre de ses identités, celle de chercheur. Le fait que D lie la catégorie « chercheur » à l’activité « hésiter à accepter l’invitation amicale » est entendu et vu en conséquence ; faisant jouer les deux « maximes » : hearer’s maxim et viewer’s maxim. Ce que confirme son ami B : « 6. B : niho hari na documentation ».

Les évolutions récentes

Vers un modèle intégré ?

57Au terme de ce parcours, se dessinent plusieurs perspectives d’évolutions de la recherche sur les situations de contact de langues, qui prenne en compte les divers apports centrés sur le concept d’interaction. 

58Les problématiques interactionnelles qui considèrent le langage comme pratique sociale, les acquis méthodologiques qui en sont issus ainsi que l’outillage numérique permettent désormais l’analyse fine en contexte des phénomènes de variation, de contraste, de mise en relief. Par là, c’est reconnaître que la variation stylistique représente un phénomène générique, que l’on peut saisir au niveau de la parole en interaction, en intégrant la multimodalité et les diverses sémioticités qui en sont constitutives.

  • 23  « I call semiotic fields different kind of sign phenomena instantiated in diverse media juxtaposed (...)

59Pour reconnaître la nature plurisémiotique des échanges langagiers, Goodwin (2000) élabore un appareil d’analyse des « champs sémiotiques ». « J’appelle champs sémiotiques différents types de signaux, phénomènes qui sont présents dans divers supports et qui sont juxtaposés de telle sorte qu’ensemble ils puissent se définir mutuellement. » 23

60Composés d’un type particulier de signe et de support, les champs sémiotiques s’articulent de manière à aboutir à une élaboration conjointe. Un arrangement spécifique de ces champs que les participants à une interaction produisent de manière publique et mutuellement visible se nomme, dans les termes de l’auteur, une « configuration contextuelle » :

  • 24  « Contextual configurations provide a systematic framework for investigating the public visibility (...)

Les configurations contextuelles fournissent un cadre systématique pour explorer la visibilité physique du corps conçu comme le lieu interactivement organisé où se joue de manière dynamique la production et la distribution du sens et de l’action. 24

61Enfin, il précise qu’une situation de parole n’est pas close sur elle-même mais s’articule sur un cours plus large de l’activité, dont elle ne constitue qu’un moment particulier, de telle sorte que celui-ci se nourrit des ressources de cette activité tout en contribuant à la construire :

  • 25  « This exchange is embedded within a large course of action within a particular acivity… The talk (...)

Cet échange est imbriqué au sein d’un long cours d’action liée à une activité particulière… De ce fait, le discours ainsi produit est construit pour partie en ayant recours aux ressources qui proviennent de l’activité en cours tout en constituant simultanément cette activité. 25

  • 26  « Scholars have focused almost exclusively on phenomenon within the stream of speech or in the men (...)

62Les pratiques langagières sont envisagées selon une perspective d’action située. Considérant que la cognition est toujours située, Goodwin se distingue par là même d’une conception représentationnelle, mentaliste et immanente de l’activité langagière qui a cours, affirme-t-il, dans nombre de théories linguistiques. « Les chercheurs se sont quasi exclusivement consacré à l’étude des phénomènes au niveau de la parole ou de la vie mentale du locuteur. 26 »

63C’est d’ailleurs dans le champ des work sites studies, développé en France par le groupe Langage & travail, que s’observent en matière de cognition située les avancées parmi les plus significatives (Luff, Hindsmarsh et Heath, 2000 ; Fillietaz, 2004 ; Borzeix et Frankel éd., 2005 ; Mondada, 2007a, 2007b).

64Un exemple d’analyse conduite par Mondada (2007) est emblématique d’évolutions récentes ouvrant la voie vers un modèle intégré.

  • 27 « Research on interaction in the workplace has emphasized the importance of multimodal resources fo (...)
  • 28  « […] code switching as an endogeneous flexible resource for constituting the interactional order. (...)
  • 29  « It articulates sequential analysis which deals with the turn by turn organization of code switch (...)

65Mondada (2007a) propose une analyse interactionnelle fine du travail collaboratif d’experts internationaux dont l’intérêt tient au fait que « la recherche sur les interactions en milieu de travail a mis en évidence l’importance des ressources multimodales pour la pratique professionnelle27 », et dans la mesure où certains contextes de travail sont de plus en plus décentralisés, multisites, répartis en divers lieux, supposent une mobilité professionnelle internationale et se caractérisent par des situations de langues en contact. Son choix va se porter sur un enregistrement vidéo réalisé dans le cadre d’un service français de chirurgie. Le dispositif comprend un bloc opératoire où a lieu une intervention consistant à introduire une caméra endoscopique, les images étant transmises sur des écrans de contrôle ainsi que, par visioconférence, dans un amphithéâtre distant où un groupe d’experts et un public d’étudiants avancés assistent à l’intervention. Les chirurgiens experts donnent occasionnellement des conseils à l’équipe qui intervient dans la salle d’opération et commentent ce qui se passe pour le public en formation. Les protagonistes engagés dans une telle situation ont à faire face à un problème pratique, souligne l’auteure : « Comment distinguer et articuler divers types d’action qui se voient juxtaposés, ainsi que les cadres liés de participation ? » (Mondada, 2007a, p. 301). Pour y parvenir, les interactants mobilisent diverses ressources linguistiques, prosodiques, syntactiques, lexicales, ainsi que l’alternance de langues, puisque le français et l’anglais « international » (dans sa forme de lingua franca) sont en présence. Ressources parmi d’autres, Mondada porte son attention sur l’usage alterné de ces deux langues : « le code switching comme une ressource endogène flexible constitutive de l’ordre inter-actionnel ». 28 D’inspiration ethnométhodologique, le cadre d’analyse auquel elle se réfère tente donc de saisir les phénomènes de code switching en menant de front analyse séquentielle et analyse catégorielle : « Il articule une analyse séquentielle de l’organisation des tours de parole du code switching et une analyse catégorielle des systèmes de catégorisation.  » 29

66L’usage alterné du français et de l’anglais permet de contextualiser les différents cours d’action et de catégoriser les différents participants concernés. L’extrait ci-dessous illustre l’une de ces pratiques :

1. LEL and we have dissected (0.5)
2. montre-        moi        *mieux,        non,        plus        là-bas,
  ass.            *CAM IS ADJUSTED----------*ZOOM-----
3.         *the (0.6)     superior*     artery
  ass.            -------*
(Mondada, 2007a, p. 305)
  • 30 Dans l’extrait, l’astérisque indique la notation des gestes (début et fin)
    Le soulignement indique u (...)

67En (1), le chirurgien effectue, en anglais, un commentaire de l’activité en cours (« nous avons sectionné »), destiné à son équipe et aux participants (étudiants et groupe d’experts) qui visionnent la scène sur grand écran dans l’amphithéâtre distant. En (2), il s’adresse en français à son assistant puis reprend en (3) le cours de son commentaire en anglais. Notons qu’en majuscules est simultanément notée l’action de la caméra manipulée par l’assistant30. Comme le note l’auteure, l’insertion du français représente une séquence appariée d’actions « instruction donnée à l’assistant / réalisation par celui-ci de l’action demandée (ajuster la focale de la caméra pour mieux rendre visible un détail). D’où elle conclut :

  • 31  « The way in which French is inserted into English is less related to the organization of the synt (...)

La manière dont le français est inséré dans l’anglais est moins reliée à l’organisation de la syntaxe des commentaires en anglais qu’à l’organisation de l’action pour démontrer ou opérer, organisation qui présente une séquentialité spécifique. 31

68Mondada identifie une série de pratiques d’alternance où le code switching assure tant une fonction interactionnelle d’organisation du cours d’action qu’une fonction d’identification catégorielle. Le chirurgien expert, par exemple, participe de multiples catégories liées aux diverses activités qu’il est amené à engager :

  • 32  « […] the question concerns the methods by which one of these categories is made relevant, as well (...)

[…] la question concerne les méthodes par lesquelles une de ces catégories se révèle pertinente aussi bien que la manière dont l’expert fait que son action devienne compréhensible et reconnaissable comme l’action d’un « expert », d’un « chirurgien », d’un « collègue », ou même d’un « membre de l’équipe chirurgicale ». 32

Perspectives

69Quatre lignes de force se dégagent pour une démarche intégrée :

70– Considérer les interactions langagières comme des pratiques sociales situées ;

  • 33  Laboratoire du CNRS, ICAR a mis au point une méthodologie en vue de collecter et de numériser les (...)

71– Collecter des corpus de données naturelles qui conservent de manière optimale la multimodalité inhérente à tout discours en interaction. Domaine en plein essor, la linguistique des corpus foisonne de propositions méthodologiques et forge moult outils. Mentionnons ici ce qui s’accomplit dans le cadre du laboratoire lyonnais ICAR 33 qui s’inspire précisément de la linguistique interactionnelle (Mondada, 2000, 2001, 2007b). Considérant que priment « les pratiques des participants sur les formes qu’elles mobilisent », l’objectif premier assigné à la démarche est

moins d’établir des inventaires de formes langagières ou plus largement de ressources interactionnelles que de dégager les modes récurrents de leur mise en œuvre temporelle, séquentielle et collaborative au sein de configurations complexes définies par des positions séquentielles et des agencements de formes. (Mondada et Traverso, 2005, p. 3)

72Intégrer dans la pratique de constitution des corpus la dimension temporelle et interactionnelle permet, selon les promoteurs, de conserver les caractéristiques fondamentales de l’oral interactif, cette « parole en interaction qui émerge et se transforme de manière située au fur et à mesure de son déroulement et qui invite à “retemporaliser” non seulement les usages mais aussi la grammaire » (Mondada et Traverso, 2005, p. 3). Les technologies numériques d’aujourd’hui rendent possible ce qui était impensable il y a peu :

Une technologie des corpus vise le développement de moteurs de recherche et d’outils de requête (semi-)automatiques, on peut expliciter les entités interrogeables dans les corpus de transcriptions : des formes linguistiques, des notations du multimodal, des caractéristiques de l’oral interactif transcrites par convention (par exemple les chevauchements, les pauses), des annotations de catégories fonctionnelles (clôtures par exemple). La possibilité d’effectuer de telles requêtes repose sur l’établissement de transcriptions à la fois rigoureuses, cohérentes et informatiquement structurées. (Mondada et Traverso, 2005, p. 54) ;

73– Placer au centre de l’analyse les processus de contextualisation, considérée comme une « membrane » qui fait le pont entre contexte et hors-contexte, processus d’échange entre le hic et nunc de l’interaction en cours et l’environnement, là où s’articulent CA et MDC, le « séquentiel » et le « catégoriel » ;

74– Accorder enfin une attention particulière aux moments de contraste qui surviennent dans le cours de l’interaction. Pour produire ces contrastes, les interactants mobilisent les moyens les plus variés, ceux qui composent toute la gamme des ressources multimodales à leur disposition. Parmi d’autres, le choix linguistique contribue à la formation des contextes.

75C’est autour de ces lignes de force et des points cardinaux que sont les phénomènes de contraste, de production du contexte et de variation que l’intérêt grandissant pour le langage et le discours en interaction peut apporter une meilleure appréhension des phénomènes de contact de langues.

Bibliographie

AUER Peter, 1992, « John Gumperz approach’ to contextualization », The contextualization of language, P. Auer, A. di Luzio éd., 1992, Amsterdam, Philadelphie, John Benjamins, p. 1-38.

 —, 1996, « Bilingual conversation, dix ans après », Acquisition et interaction en langue étrangère (AILE), no 7, p. 9-34.

AUER Peter éd., 1998, Code-switching in conversation : language, interaction, and identity, Londres, Routledge.

AUER Peter et DI LUZIO Aldo éd., 1992, The contextualization of language, Amsterdam, Philadelphie, John Benjamins.

BACHMANN Christian, LINDENFELD Jacqueline et SIMONIN Jacky, 1981, Langage et communications sociales, Paris, Hatier, CRÉDIF.

BAUMAN Richard et SHERZER Joel éd., 1974, Explorations in the ethnography of speaking, Londres, Cambridge University Press.

BÉAL Christine, 2000, « Les interactions verbales interculturelles : quel corpus ? quelle méthodologie ? », Perspectives interculturelles sur l’interaction, V. Traverso éd., actes de la journée d’étude sur l’interculturel (1997), université Lyon-2, Presses universitaires de Lyon, p. 13-35.

BLANCHE-BENVENISTE Claire, 2000, Approches de la langue parlée en français, Paris, Ophrys.

BLANCHE-BENVENISTE Claire éd., 1990, Français parlé. Études grammaticales, Paris, CNRS.

BONU Bruno et MONDADA Lorenza, 1994, « Catégorisation : l’approche de Sacks », L’enquête sur les catégories : de Durkheim à Sacks, B. Fradin, L. Quéré, J. Widmer éd., no 5 de Raisons pratiques, p. 129-148.

BORZEIX Anni et FRANKEL Béatrice éd., 2005, Langage et travail, communication, cognition, action, Paris, CNRS, « Communication ».

BROWN Penelope et LEVINSON Stephen, 1987, Politeness. Some universals in language use, Londres, Cambridge University Press.

BOUTET Josiane éd., 1995, Paroles au travail, Paris, L’Harmattan.

CAMERON David, 1997, « Demythologising sociolinguistics », Sociolinguistics. A reader and a coursebook, N. Coupland, A. Jaworski éd., New York, Macmillan, p. 55-67.

CHARAUDEAU Patrice et MAINGUENEAU Dominique éd., 2002, Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil.

CLYNE Michael, 1994, Intercultural communication at work, New York, Cambridge University Press.

CONEIN Bernard, 2007, « Classification sociale et catégorisation », L’ethnométhodologie, une sociologie radicale, M. de Fornel, A. Ogien, L. Quéré éd., Paris, La Découverte, p. 239-258.

DREW Paul et WOOTTON Anthony éd., 1988, Erving Goffman. Exploring the interaction order, Londres, Basil Blackwell, Polity Press.

FILLIETAZ Laurent, 2004, « Le virage actionnel des modèles de discours à l’épreuve des inter-actions de service », Langage & société, no 107, p. 31-54.

FRADIN Bernard, QUÉRÉ Louis et WIDMER Jean éd., 1994, L’enquête sur les catégories : de Durkheim à Sacks, no 5 de Raisons pratiques.

GAFARANGA Joseph, 2001, « Linguistic identity in talk-in-interaction : order in bilingual conversation », Journal of pragmatics, no 33, p. 1901-1925.

 —, 2005, « Demythologising language alternation studies : conversational structure vs social structure in bilingual interaction », Journal of pragmatics, no 37, p. 281-300.

GARFINKEL Harold, 1967, Studies in ethnomethodology, Englewood Cliffs (New Jersey), Prentice Hall ; trad. fr. GARFINKEL H., 2007, Recherches en ethnométhodologie, Paris, Presses universitaires de France.

 —, 2002 : Ethnomethodology’s program : working out Durkheim’s aphorism, A. Rawls éd., Lanham, Rowman & Littlefield.

 —, 2005, Seeing sociologically : the routine grounds of social action, Boulder, Paradigm Publishers.

GOEBL Hans, NELDE Peter, STARY Zdenek et WÖLK Wolfgang, 1996, 1997, Kontakt-linguistik, Contact linguistics, Linguistique de contact, 2 vol. , Berlin, Mouton de Gruyter.

GOFFMAN Erving, 1953, « Social order and social interaction », chap. 2 de la thèse Communication conduct in an Island community ; trad. fr. Y. Winkin, 1988.

 —, 1973, La mise en scène de la vie quotidienne. vol. I. La présentation de soi, Paris, Minuit.

 —, 1974, Frame analysis. An essay of the organization of experience, Cambridge (Mass.), Harvard University Press ; trad. fr. GOFFMAN E., 1991, Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit.

 —, 1976, « Replies and responses », Language in society, no 5, p. 257-213 ; trad. fr. GOFFMAN E., 1981, « Répliques et réponses », p. 11-84.

 —, 1981a, Forms of talk, Oxford, Basil Blackwell ; trad. fr. GOFFMAN E., 1987, Façons de parler, Paris, Minuit.

 —, 1981b, « Radio talk », Forms of talk, E. Goffman, Oxford, Basil Blackwell, p. 197-327.

 —, 1983, « The interaction order », American sociological review, vol. XLVIII, no 1, p. 1-17 ; trad. fr. GOFFMAN E., 1983, Sociétés, no 0, p. 12-20 et 1987, Sociétés, no 14. Réédité dans Winkin (1988), p. 186-230.

GOODWIN Charles, 1981, Conversational organisation : interaction between speakers and hearers, New York, Academic Press.

 —, 1986, « Gestures as a resource for the organization of mutual orientation », Semiotica, no 62, p. 298-349.

 —, 2000, « Action and embodiement within situated human interaction », Journal of pragmatics, no 32, p. 1489-1522.

GROSJEAN Michèle et LACOSTE Michèle, 1999, Communication et intelligence collective – Le travail à l’hôpital, Paris, Presses universitaires de France.

GUMPERZ John, 1989, Sociolinguistique interactionnelle. Une approche interprétative, Paris, Saint-Denis de la Réunion, L’Harmattan, université de la Réunion

 —, 1992, « Contextualization revisited », The contextualization of language, P. Auer, A. di Luzio éd., Amsterdam, Philadelphie, John Benjamins, p. 39-54.

GUMPERZ John et HYMES Dell éd., 1972, Directions in sociolinguistics. The ethnography of communication, Chicago, Holt Rinehart & Winston.

HEATH Christian, 1997, « Video and sociology : the material and interactional organisation of social action in naturally occurring settings », Champs visuels, no 6, p. 38-46.

HEATH Christian et LUFF Paul, 1994, « Activité distribuée et organisation de l’interaction », Sociologie du travail, no XXXVI(4), p. 523-546

HYMES Dell, 1966, « Two types of linguistic relativity », Sociolinguistics, W. Bright éd., La Haye, Mouton, p. 114-158.

 —, 2000, Vers la compétence de communication, Paris, Didier.

LUFF Paul, HINDSMARSH James et HEATH Christian, 2000, Workplaces studies, Cambridge University Press.

HESTER Stephen et EGLIN Peter, 1997, « Membership categorization analysis : an introduction », Culture in action. Studies in membership categorization analysis, S. Hester et P. Eglin éd., Washington, University Press of America, p. 49-75

HESTER Stephen et EGLIN Peter éd., 1997, Culture in action. Studies in membership categorization analysis, Washington, University Press of America.

JAKOBSON Roman, 1963, Essais de linguistique générale, Paris, Minuit.

JOSEPH Isaac, 1998, Erving Goffman et la microsociologie, Paris, Presses universitaires de France.

JOSEPH Isaac éd., 1989, Le parler frais d’Erving Goffman, Paris, Minuit.

KARSENTI Bruno et QUÉRÉ Louis éd., 2004, La croyance et l’enquête. Aux sources du pragmatisme, no 15 de Raisons pratiques.

KERBRAT-ORECCHIONI Catherine, 1986, « “Nouvelle communication” et “analyse conversationnelle” », Langue française, no 70-71, p. 7-25.

 —, 1994, Les interactions verbales. Tome III, Variations culturelles et échanges rituels, Paris, Armand Colin.

 —, 2005, Le discours en interaction, Paris, Armand Colin.

KERBRAT-ORECCHIONI Catherine et TRAVERSO Véronique, 2008, Les interactions en site commercial. Invariants et variations, Lyon, ENS Éditions.

LI Wei, 2005, « “How can you tell ?” Towards a common sense explanation of conversational code-switching », Journal of pragmatics, no 37, p. 375-389.

LYNCH Michael et SHARROCK Wes éd., 2003, Harold Garfinkel, 4 vol. , Delhi, Sage.

MEEUWIS Michael et BLOMMAERT Jan, 1994, « The “markedness model” and the absence of society : remarks on code-switching », Multilingua, no 13-14, p. 387-423

MYERS-SCOTTON Carol, 1993, Social motivations for codeswitching. Evidence for Africa, Oxford, Clarendon Press.

 —, 1998, Codes and consequences : Choosing linguistic varieties, Oxford University Press.

 —, 2002, Contact linguistics : bilingual encounters and grammatical outcomes, Oxford University Press.

MONDADA Lorenza, 2000, « Grammaire pour l’interaction et analyse conversationnelle », Modèles du discours en confrontation, A.-C. Berthoud, L. Mondada éd., Berne, Peter Lang, p. 23-42.

 —, 2001, « Pour une linguistique interactionnelle », Marges linguistiques, no 1, p. 142-162.

 —, 2002, « Pratiques de transcription et effets de catégorisation », Cahiers de praxématique, no 39, p. 45-75.

 —, 2007a, « Bilingualism and the analysis of talk at work », Bilingualism : a social approach, M. Heller éd., New York, Palgrave Macmillan, « Advances in linguistics », p. 297-318.

 —, 2007b, « Le code switching comme ressource pour l’organisation de la parole en interaction », Journal of language contact –Thema I. En ligne : https://doi.org/10.1163/000000007792548396.

MONDADA Lorenza et TRAVERSO Véronique, 2005, « Désalignements en clôture », Corpus oraux et diversités des approches, LIDIL, no 31.

NIZET Jean et RIGAUX Nathalie, 2005, La sociologie de Erving Goffman, Paris, La Découverte, « Repères ».

PAVEAU Marie-Anne et SARFATI Georges-Elia, 2003, Les grandes théories de la linguistique, de la grammaire comparée à la pragmatique, Paris, Nathan, « U ».

QUÉRÉ Louis, 1997, « La situation toujours négligée ? », Réseaux, vol. XV, no 85, p. 163-192

SACKS Harvey, 1972a, « An initial investigation for the usability of conversational data for doing sociology », Sudies in social interaction, D. Sudnow éd., New York, Free Press, p. 31-74.

 —, 1972b, « On the analysability of stories by children », Directions in sociolinguistics : the ethnography of communication, D. Hymes, J. Gumperz éd., New York, Holt, Rinehart & Winston, p. 325-345.

 —, 1974 [1972], « On the analysability of stories by children », Ethnomethodology, R. Turner éd., Harmondsworth, Penguin, p. 216-232.

 —, 1992, Lectures on conversation, 2 vol. , Londres, Basil Blackwell.

SACKS Harvey, SCHEGLOFF Emmanuel et JEFFERSON Gail, 1974, « A simplest systematics for the organization of turn – taking in ordinary conversation », Language, no 50(4), p. 696-735.

SCHEGLOFF Emmanuel, 1968, « Sequencing in conversational openings », American anthropologist, no 70(6), p. 1075-1095.

 —, 1988, « Goffman and the analysis of conversation », Erving Goffman : exploring the interaction order, P. Drew, A. Wooton éd., Londres, Basil Blackwell, p. 89- 135.

 —, 1996, « Confirming allusions : towards an empical account of action », American journal of sociology, no 102(4), p. 161-216.

SCHEGLOFF Emmanuel et SACKS Harvey, 1973, « Opening up closings », Semiotica, no 8(4), p. 289-327.

TARDE Gabriel, 1987 [1901], « La conversation », L’opinion et la foule, dans Sociétés, no 14, p. 3-5.

TRAVERSO Véronique, 2000, « Autour de la mise en œuvre d’une comparaison interculturelle. L’exemple de comportements confirmatifs dans des émissions radiophoniques françaises et syriennes », Perspectives interculturelles sur l’interaction, V. Traverso éd., actes de la journée d’étude sur l’interculturel (1997), université Lyon-2, Presses universitaires de Lyon, p. 33-51.

 —, 2007, L’analyse des conversations, Paris, Nathan, « 128 ».

TRAVERSO Véronique éd., 2000, Perspectives interculturelles sur l’interaction, actes de la journée d’étude sur l’interculturel (1997), université Lyon-2, Presses universitaires de Lyon.

VION Robert, 1992, La communication verbale. Analyse des interactions, Paris, Hachette.

WATSON Roy, 1994, « Catégories, séquentialité et ordre social », L’enquête sur les catégories : de Durkheim à Sacks, B. Fradin, L. Quéré, J. Widmer éd., no 5 de Raisons pratiques.

 —, 1997, « Some general reflexions on “categorization” and “sequence” in the analysis of conversation », Culture in Action. Studies in Membership Categorization Analysis, S. Hester, P. Eglin éd., Washington, University Press of America, p. 49-75.

WIDMER Jean, 2007, « Catégorisations, tours de parole et sociologie », L’ethnométhodologie, une sociologie radicale, M. de Fornel, A. Ogien, L. Quéré éd., Paris, La Découverte, p. 207-238.

WINKIN Yves, 1988, Erving Goffman : les moments et leurs hommes, Paris, Seuil.

WINKIN Yves éd., 1981, La nouvelle communication, Paris, Seuil.

Notes

1  À titre d’exemple, un manuel paru il y a peu (Paveau et Sarfati, 2003) s’arrête à quelques courants de la pragmatique, sans mentionner ceux qui s’inspirent de la linguistique interactionnelle (Mondada, 2001). Par ailleurs, l’ouvrage collectif, le très complet dictionnaire sur les contacts linguistiques, dont c’est objet principal, fait l’impasse sur l’entrée « Interaction » (Goebl et al., 1996). Ce qui n’est pas le cas du dictionnaire d’analyse du discours (Charaudeau et Maingueneau éd., 2002) qui y consacre plusieurs entrées.

2  Mentionnons pour mémoire deux publications introductives à ces courants, déjà bien installés à l’époque aux États-Unis : Christian Bachmann, Jacqueline Lindenfeld et Jacky Simonin, 1981, Langage et communications sociales et Yves Winkin éd., 1981, La nouvelle communication. En 1986, Catherine Kerbrat-Orecchioni publie un article de synthèse « “Nouvelle communication” et “analyse conversationnelle” » dans la revue Langue française, qui consacre en quelque sorte ces orientations.

3 Ce n’est que très tardivement que Harold Garfinkel explicitera son positionnement vis-à-vis de ses prédécesseurs qui ont nom William James, John Dewey, Charles Sanders Pierce, ainsi que Ludwig Wittgenstein et les courants de la phénoménologie philosophique d’Edmond Husserl, et le versant sociologique représenté par George Herbert Mead, Alfred Schütz, ainsi que Aaron Gurwitsch pour ce qui est de la psychologie des formes, la « Gestalt ».

4  « […] remained tied to a particular job, a job defined by the contingencies of ritual and face preservation. It is not treated as the more formal, generic unit implied by the “syntactical relations” among acts. » (Schegloff, 1988, p. 95)

5  « The focus on ritual and face provides for the analytic pursuit of talk or action in the direction of an emphasis on individuals and their psychology. » (Ibid., p. 95)

6  « He descriminates between two sorts, which he terms “substantive” and “expressive”. The former concerns the contribution of the actor of some ongoing activity, presumably including talk ; it concerns the actions the individual is performing. The latter concerns the consequent judgment concerning “the individual’s competency and his moral character as a claimant to competency”. This contrast echoes the one between system and ritual : on the one side, the environment for and organization of action ; on the other the individual and his psychology. » (Ibid., p. 96)

7  Dans son ouvrage théorique Les cadres de l’expérience, Erving Goffman (1991) définit le concept de cadre en ces termes : « Nous percevons les événements selon des cadres primaires et le type de cadre que nous utilisons pour les comprendre nous permet de les décrire […]. Pris ensemble, les cadres primaires d’un groupe social constituent l’élément central de sa culture. Cela est d’autant plus vrai que le travail d’interprétation fait apparaître d’abord des catégories de schèmes puis leurs relations et finalement l’ensemble des forces et des agents dont ces dispositifs d’interprétation constatent l’indétermination dans le monde réel. » (Goffman, 1991, p. 34, 36)

8  « Framing is more than just separating out one stretch of the interaction, it also conveys presuppositions about the social relationships among participants, and about how they intend their messages are to be interpreted. » (Gumperz, 1992, p. 43)

9 « Interaction does not just happen. Participants actively signal how the interaction is to be framed and managed by means of postural and gestural moves. » (Ibid., p. 43)

10 « Typifications are culturally based in the sense that they are acquired through historically specific interactive expérience. » (Ibid., p. 45)

11  « […] as a relationship between a speaker, a context (cognitive construct’ like a frame, a schema…), an utterance and a (non referential) contexualization cue. Contextualization cues are used by speakers in order to enact a context for the interpretation of a particular utterance. » (Auer, 1992, p. 25)

12  « Contextualization suggests a flexible notion, a context which is continually reshaped in time. Relationship must also a reflexive one : language is not determined by context but contributes in essential way to the construction of context ». (Ibid., p. 21)

13  « […] focus on particular classes of contextualization cues : non referential, non lexical, most notably : prosody, gesture / posture, gaze, backchannels, and linguistic variation (including “speech styles” and code switching. ) » (Ibid., p. 24)

14  « Most contextualization cues do two things at the same time, they establish a contrast and thereby indicate that something is going to come, they restrict the number of possible plausible inferences of what this might be. » (Ibid., p. 32)

15  « The most important “cues” that are the material basis of contextualization (intonation, tempo, rythm, gaze, body movement, code switching ) and discusses the theoritical properties of these “contextualization cues” as semiotic entities, such as : their redundancy – a consequence of frequent co-occurrences of cues –, their non-referentiality, their contextual meaningfulness either by contrast or by virtue of an inherent (often “natural”) semantic core or “meaning potential”, their conventionality but also non-arbitrariness, and their indexing value, i. e. the possibility to index more than one context at the same time by use of single cue. » (Ibid., p. vɪɪ)

16  « Ethnographic phenomenon, the structure of which may depend completely on the way in which the actual speech event develops and on the make-up of the speech community, are projected into the individual speaker’s mind, and from there to man’s mind. Ethnographic variability is reduced to a mentalist conception of rules for human behavior. » (Meeuwis et Blommaert, 1994, p. 405)

17  « Myers-Scotton explicitly rejects any notion of local creation of social meaning. The result is a static view of indexicality and social behavor in general. No room is left for the dynamics or potential change of these phenomena in the history of a community. The normative indexical values of codes as well as the normative rules for appropriate codeswitching production and interpretation are constant elements in a theory in which intention and contextual conditions are the variables. In this sense code selection is a predicable matter. » (Ibid., p. 400)

18  « Extra linguistic context has determinate consequences for conversational interaction balance between social structure and conversational structure : one must be able to demonstrate how such thing as identity, attitude and relationship are presented, understood, rejected or changed in the process of interaction. » (Li, 2005, p. 382)

19 CA : Conversational Analysis (« analyse conversationnelle ») RC : Rational Choice Model (« modèle Choix rationnel », Myers-Scotton) se substitue au RO.

20  « A dual level approach bringing together both CA and RC analysis would help to extract factors that can deepen our understanding of the way bilingual speakers use their linguistic and interactional resources to achieve a richer, more interesting but still relevant (to the participants of the interaction ) explanation. » (Ibid., p. 388)

21  « At the heart of the CA approach is its belief that language is not simply a medium for the expression of intentions, motives or interests but also a resource for uncovering the methos through which ordered activity is generated. In my view CA provides the crucial evidence a RC analysis would need to support claims for the social motivations of code switching.  » (Ibid., p. 388)

22  « One needs to view society, not of one social structure but of an indefinite number of social structures. » (Gafaranga, 2005, p. 289)

23  « I call semiotic fields different kind of sign phenomena instantiated in diverse media juxtaposed in a way that enables them to mutually elaborate each other. » (Goodwin, 2000, p. 1490)

24  « Contextual configurations provide a systematic framework for investigating the public visibility of the body as a dynamically unfolding, interactively organized locus for the production and display of meaning and action. » (Ibid., p. 1490)

25  « This exchange is embedded within a large course of action within a particular acivity… The talk that occcurs is thus built in part through use of resources provided by an encompassing activity while simultaneously constituting action within. » (Ibid., p. 1496)

26  « Scholars have focused almost exclusively on phenomenon within the stream of speech or in the mental life of the speaker. » (Ibid., p. 1491)

27 « Research on interaction in the workplace has emphasized the importance of multimodal resources for professional practice. » (Mondada 2007a, p. 299)

28  « […] code switching as an endogeneous flexible resource for constituting the interactional order. » (Ibid., p. 315)

29  « It articulates sequential analysis which deals with the turn by turn organization of code switching with membership categorization analysis. » (Ibid., p. 299)

30 Dans l’extrait, l’astérisque indique la notation des gestes (début et fin)
Le soulignement indique une accentuation antériorisée
Les chiffres indiquent le temps de pause en seconde.

31  « The way in which French is inserted into English is less related to the organization of the syntax of English commentary than to the organization of the action of demonstrating or of operating, with its specific sequentiality. » (Ibid., p. 308)

32  « […] the question concerns the methods by which one of these categories is made relevant, as well as the way in which the expert makes his action understable and recognizable as the action of an “expert”, a “surgeon”, a “colleague” or even a “member of the surgical team”. » (Ibid., p. 309)

33  Laboratoire du CNRS, ICAR a mis au point une méthodologie en vue de collecter et de numériser les données langagières sous la forme de « corpus de langue parlée en interaction » (CLAPI).

Table des illustrations

Crédits Sources : Hymes, 2000, p. 194.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/12468/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search