Version classiqueVersion mobile

Sociolinguistique du contact

 | 
Jacky Simonin
, 
Sylvie Wharton

Identités plurilingues et pluriculturelles

Danièle Moore et Claudine Brohy

Texte intégral

Oui, il m’arrive de céder à une errance dans l’écriture comme si j’avais besoin de consolider les bases de mon bilinguisme. Je fouille dans cette cave, et j’aime que les langues se mélangent, non pas pour écrire un texte en deux langues, mais juste pour provoquer une sorte de contamination de l’une par l’autre. C’est mieux qu’un simple mélange ; c’est du métissage, comme deux tissus, deux couleurs qui composent une étreinte d’un amour infini.
Ben Jelloun, 2007, p. 2.
La notion d’identité sert à mettre de l’ordre et de la permanence dans un domaine où tout semble a priori être en mouvement.
Lüdi, 1995, p. 209.

1La manière dont nous nous exprimons est, symboliquement, aussi importante que ce que nous disons. Nos utilisations de la ou des langue (s) expriment et rendent visibles nos affiliations à différents groupes et nos solidarités, comme elles tissent les structures sociales dans lesquelles nous évoluons. Les langues (les dialectes, les accents, les variétés, les parlers bilingues, etc.) servent ainsi de marqueurs emblématiques des identités, une notion plurielle qui condense une série de significations, combine et imbrique construction de soi, sentiments d’appartenance et reconnaissance, impliquant donc des facteurs tant individuels que culturels et sociétaux.

2Ce ne sont évidemment pas les identités qui sont plurilingues et pluriculturelles, mais les locuteurs qui utilisent les langues et les formes culturelles de leur répertoire, les affichent, les cachent ou les mélangent, pour exprimer et affirmer leurs identités, ou résister à celles qu’on cherche à leur attribuer. Si la composante langagière de notre identité peut être perçue comme un facteur parmi tant d’autres (âge, sexe, génération, religion, nationalité, groupe social, etc.), celle-ci revêt une importance toute particulière par son caractère réciproque et mitigeur : notre identité a des répercussions sur nos choix langagiers comme nos choix langagiers ont une influence sur notre (nos) identité(s).

Historique et contexte d’apparition

3Du latin identitas, « qualité de ce qui est le même », dérivé du latin classique idem, « le même », le terme d’identité, d’un point de vue philosophique et métaphysique, sert à désigner la qualité qui fait qu’une chose est la même qu’une autre, que deux ou plusieurs choses ne sont qu’une. Voltaire, qui attribue à Locke la réflexion sur l’identité qui permet de « voir ce que c’est que l’identité et ce que c’est que d’être la même personne, le même soi » (note de Voltaire, 1756, Poème sur la loi naturelle, 1752), considère que le terme ne signifie que « même chose » et pourrait être rendu en français par mêmeté (Voltaire, 1734). Le dictionnaire d’Émile Littré (XMLittré, Dictionnaire de la langue française, 1863, vol. 1.3) décline plusieurs acceptions de l’identité, comme un terme :

  • De la jurisprudence et de la médecine légale (l’identité signale alors la reconnaissance d’une personne en état d’arrestation pour savoir si un individu est bien celui qu’il prétend être) ;
  • De la grammaire (le rapport d’identité y désigne celui de deux ou de plusieurs mots qui représentent le même être, comme « le temps est beau », et où c’est le rapport d’identité qui sert de fondement à la concordance des mots) ;
  • Des mathématiques (en algèbre, l’identité désigne une forme d’équation d’égalité) ;
  • Et enfin, lié à la conscience qu’une personne a d’elle-même et à la persistance de la conscience de soi qu’a un individu.

4Considéré comme le fondateur de la théorie moderne de la connaissance, le philosophe anglais John Locke, dans son Essai sur l’entendement humain (An essay concerning humane understanding in four books, 1689, traduit en français par Coste en 1700) et son Traité de l’identité (ajouté en 1694), engage le débat philosophique sur les critères définitoires de l’identité au sein d’une problématique de la conscience de soi. Il marque le Siècle des lumières en avançant l’idée que la personne se définit par la conscience, la mémoire et l’identité personnelle, liée à une intuition subjective de durée et de temps. Dans la perspective de Locke, le point de vue est celui du soi, à la fois intérieur et singulier, la réflexivité caractérisant les actes de la pensée : « La conscience est le fondement de l’identité personnelle » (« Consciousness makes personal identity », Locke, p. 335 ; voir aussi Balibar, 1998). En France, la traduction des textes de Locke marque un tournant épistémologique décisif, en introduisant la démarche expérientielle (tout contenu de pensée vient de l’expérience) et une réflexion critique sur le statut de la subjectivité.

5On trouve le concept d’identité discuté aussi bien dans la pensée philosophique (Georg Wilhelm, Friedrich Hegel), l’existentialisme et l’éthique (Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Emmanuel Levinas, Jacques Derrida), la psychanalyse (Jacques Lacan) que l’histoire et la généalogie (Michel Foucault).

Des disciplines de sources diverses

6Dans le champ des sciences sociales, le terme d’identité est un terme ombrelle pour décrire la manière dont l’individu se comprend comme entité distincte et comme membre de groupes particuliers. Plusieurs courants théoriques illustrent différentes manières d’interpréter et de donner du sens à l’identification et à la gestion des identités dans les contextes multilingues.

7Parmi ceux-ci, on retiendra en particulier :

8– Les approches de la psychologie sociale, inspirées en particulier des travaux de George H. Mead (1863-1931) à la fin des années 1920, de Leon Festinger (1919-1989) dans les années 1950, puis de Henri Tajfel (1919-1982) et John C. Turner à partir des années 1970 ;

9– Celles de l’anthropologie linguistique, de la sociologie du langage et de la sociolinguistique variationniste et interactionnelle, inspirées de chercheurs comme William Labov, Joshua Fishman, Erving Goffman ou John Gumperz à partir de la fin des années 1960, qui examinent comment le choix des langues configure discursivement des identités fluides, construites et négociées dans les interactions ;

10– Les courants post-structuralistes et les théories critiques de la sociolinguistique du multilinguisme, dont les travaux, marqués par l’influence de la sociologie (notamment celle de Bourdieu, pour une partie du monde anglo-saxon), remettent en question une vision essentialiste des langues et des identités, et insistent sur les questions de pouvoir et de résistance qui en sous-tendent les affichages et les négociations situées (voir aussi Pavlenko et Blackledge, 2004).

11Tandis que les premières approches entrevoient les identités sous des formes relativement stables permettant des identifications à certains groupes déterminés, les travaux plus récents en envisagent la multiplicité des dynamiques, les sédimentations historiques, les représentations, le point de vue des locuteurs, le rôle des institutions, etc., pour aboutir à une sociolinguistique du plurilinguisme dont les postures épistémologiques sont héritées de l’éthique et de la pensée complexe (Morin, 2001 ; Blanchet, 2004).

12Sans revenir à l’ensemble des auteurs qui ont inspiré le champ, nous noterons toutefois quelques-uns des jalons que leurs travaux ont posés pour la réflexion sociolinguistique autour de l’identité plurilingue et pluriculturelle.

13Nous évoquerons pour commencer les travaux de psychologie sociale qui s’intéressent à la signification des identités individuelles et collectives (nationalité, ethnicité, langue, religion, sexe, classe, etc.), et aux mécanismes de construction des catégorisations sociales et de l’altérité. Selon ces perspectives, l’étude des relations intergroupes sert à définir les traits constituants de l’identité « ethnique », ainsi que les facteurs contribuant à la vitalité ethnolinguistique des groupes minoritaires, en lien avec les processus de maintien et de perte des langues. Festinger (1954), par exemple, propose une théorie de l’identité appuyée sur l’étude fine des activités de comparaison sociale dans des situations généralement marquées par des pressions normatives discriminatoires, valorisant à la fois la recherche des similitudes et des différences avec autrui, la conformité et la compétition. La théorie de l’identité sociale (social identity theory), essentiellement développée en psychologie sociale par des auteurs comme Tajfel et Turner (1979 et 1986), cherche à expliquer les mécanismes de comparaison et de catégorisation sociales, qui permettent de distinguer entre un « nous » de groupe positivement évalué et un « eux » de différenciation, sur lequel s’ancrent la compétition et les discriminations intergroupes (voir aussi Turner, 1996). Trois éléments sont distingués : la catégorisation, l’identification, la comparaison. Pour Tajfel, la mise en relation de la catégorisation avec l’identité et le mécanisme de comparaison sociale explique l’émergence de processus préférentiels appuyés sur le favoritisme endogroupal. Ce biais de favoritisme pour l’endogroupe, basé sur une hypothèse de similitude, remplit tout à la fois une fonction de solidarité à l’égard des membres du groupe et une fonction d’estime de soi positive, exercées selon un principe de compétition sociale, au détriment des autres groupes (exogroupes).

14Ces travaux ont rencontré un certain nombre de critiques au fil du temps. On leur a reproché en particulier une conception univoque et linéaire des rapports entre langue et identité et des relations entre les groupes, détachée d’une prise en compte critique de la complexité des contextes historiques, culturels et sociopolitiques des contacts, et plus simplement, de la richesse des expériences humaines. S’affrontent ainsi des conceptions « objectivistes », qui définissent l’identité à partir de critères irréfutables et représentatifs comme l’héritage, la généalogie, l’ethnicité, la langue, la religion, l’âge, le sexe, la couleur de peau, et des conceptions « subjectivistes », qui entrevoient l’identité comme une construction et s’intéressent aux interprétations des individus (plurielles, hétérogènes, éphémères et parfois imaginaires) de leur réalité sociale :

  • 1  « In other words, such approaches prevent scholars from seeing multiple ways in which social conte (...)

En d’autres termes, de telles approches empêchent les chercheurs de percevoir la pluralité des contextes sociaux qui obligent ou au contraire empêchent les individus à accéder à des ressources linguistiques ou à adopter de nouvelles identités.  1

Les apports de la sociolinguistique

15Les travaux sociolinguistiques se sont intéressés très tôt aux questions d’identité en relation avec des formes d’utilisation des langues. On signalera les travaux emblématiques de William Labov, Joshua Fishman, John Gumperz ou de Robert LePage et Andrée Tabouret-Keller, entre autres chercheurs, qui ont inspiré les sociolinguistes intéressés à comprendre les liens entre langues et identités dans les contextes de contact, ainsi que les dynamiques de leur négociation interactive en contexte. Ainsi, les études de William Labov à Martha’s Vineyard en 1963 ou à Harlem en 1965, bien que ne portant pas spécifiquement sur les identités, ont permis de lier le changement linguistique à des mouvements identitaires. Ces travaux ont montré, par exemple, comment un petit groupe de pêcheurs a commencé à exagérer la prononciation de certaines diphtongues en anglais, et comment petit à petit ces traits caractéristiques se sont propagés chez les habitants de leur île, se constituant progressivement comme une nouvelle norme. La variabilité de phénomènes linguistiques sert alors de marqueur de l’identité locale (Labov parle de motivation sociale d’un changement linguistique), permettant aux locuteurs de situer leur position par l’adhésion à des valeurs locales et de se distinguer ainsi d’autres groupes, en particulier de celui des estivants venus du continent : « […] le groupe A est pris comme référence par un groupe B, qui adopte le trait et en exagère l’usage, en signe d’une certaine identité sociale, par réaction à des pressions extérieures » (Labov, 1976, p. 90 ; nous soulignons). Son étude du parler noir-américain à Harlem a, de la même façon, permis de questionner les liens entre certaines pratiques linguistiques et les affiliations identitaires, réelles ou imaginées, chez les locuteurs. La langue remplit donc bien une fonction identitaire. Les usages variables des langues signalent des effets de catégorisation (s), activés de manière contextuelle et dans l’interaction. L’identité s’établit ainsi sur des critères de relations et d’interactions sociales.

  • 2  « [Ethnicity] exists as it is recognized, interpreted, and experienced. » (Fishman, 1989, p. 6)

16Fishman (1989, Fishman éd., 1999), qui s’est beaucoup intéressé à la manière dont se définit l’identité ethnique (l’ethnicité), présente celle-ci comme phénoménologique (1989, p. 6) ; elle est une expérience et un vécu, dont l’existence dépend de sa reconnaissance, son interprétation et son caractère expérientiel : « [l’ethnicité] existe dans la mesure où elle est reconnue, interprétée et vécue » (p. 6). 2 Elle entretient un lien intime et sacralisé (voire mystique) avec la langue, et engage les sentiments de loyauté des locuteurs (p. 7 et 16), en même temps que leur imagination (p. 16) :

À chaque étape, l’ethnicité est liée au langage, que ce soit sur le plan indexical, de l’implémentation, ou symbolique. […] Le lien toujours présent entre langue et religion (que serait la religion sans la langue ?) non seulement « sanctifie » notre langue mais aide à élever la langue dans la pâle sainteté d’une culture même séculaire.

  • 3  « At every stage, ethnicity is linked to language, whether indexically, implementationally or symb (...)

[…] une essence ethnique putative qui est continue au travers des générations entre « nous qui appartenons au même groupe » et qui s’absorbe par le lait maternel. […] un mystère de la chair […], un corpus mysticum. Et la langue est partie de ce corpus. 3

17L’ouvrage séminal qu’édite John Gumperz en 1982 défend une approche interprétative et située des échanges conversationnels. L’ouvrage rassemble une série de travaux d’auteurs éminents (Jenny Cook-Gumperz, Celia Roberts, Monica Heller, Deborah Tannen parmi d’autres), qui mettent l’accent sur le contenu des énoncés discursifs mais aussi sur leurs formes (« ways of speaking », p. 13). Ces travaux interrogent ainsi les fonctionnements discursifs qui sous-tendent et mettent en scène les catégorisations et le stéréotypage, l’évaluation des formes du discours, l’accès aux ressources et leur valeur attribuée dans les sociétés modernes (p. VII) ; on s’intéresse aussi bien aux postures énonciatives qu’aux indicateurs de nature paraverbale et aux différentes formes de leur négociation au fil des discours :

  • 4  « […] we seek to develop interpretative sociolinguistic approaches to human interaction which acco (...)

[…] nous cherchons à développer des approches sociolinguistiques interprétatives des interactions humaines, qui tiennent compte du rôle que jouent les phénomènes communicatifs dans l’exercice du pouvoir et du contrôle, ainsi que de la production et reproduction de l’identité sociale. […] pour comprendre les enjeux liés à l’identité et comment celles-ci influent sur et comment elles sont influencées par les divisions sociales, politiques et ethniques, nous devons appréhender les processus communicatifs qui les génèrent. 4

18Enfin, les études sur les alternances codiques en situation de contact ont tout particulièrement marqué la sociolinguistique et la manière dont on conçoit aujourd’hui les identités plurilingues et pluriculturelles. On retiendra tout particulièrement les études de LePage et Tabouret-Keller (1985), qui ont montré comment les choix de langues peuvent devenir des « actes d’identités », par lesquels les locuteurs exposent discursivement leur identité personnelle, leurs affiliations à certains groupes et leurs aspirations à certains rôles sociaux :

  • 5  « Language is not only itself the focal centre of our acts of identity ; it also consists of metap (...)

Le langage est non seulement le centre de nos actes d’identité, mais il consiste aussi en métaphores, et lorsque nous nous focalisons sur le langage, c’est par le biais de ces métaphores ou symboles. L’idée que les mots se réfèrent à ou dénotent des « choses » de la « vraie vie » est très répandue, mais erronée. Les mots sont utilisés en relation avec des concepts qui sont dans l’esprit des locuteurs, ces symboles sont le moyen qui nous permet de nous définir et de définir les autres. […] les individus créent les schémas de leur comportement linguistique afin de ressembler aux personnes du groupe et des groupes auxquels ils désirent être identifiés de temps à autre. 5

19Ces options identitaires, qui révèlent des identités plurielles et fluides, ne s’excluent pas mutuellement ; elles constituent les facettes d’une identité « complexe et diffuse » (Lüdi, Py et al., 1995), où chaque locuteur expose, synchroniquement, sa différence d’avec un autre, et, diachroniquement, son (r)attachement, par un effort de mémoire, à une histoire et une trajectoire de vie. Sur le plan des discours, le jeu des identités se révèle au travers d’une pluralité de traces observables, de différente nature : a) les objets du discours, de nature sémantique, apparaissent dans les analyses de contenu ; b) les schématisations interprétatives (soit les structures formelles, telles que les modalisations), de nature discursive ; c) les phénomènes de nature formelle, comme les marques transcodiques, les régionalismes, certains emplois du discours indirect ou des adverbes de négation (Lüdi, 1995, p. 213).

20Ce bref détour historique montre une évolution importante entre les recherches qui mettent en avant les caractéristiques structurales de l’identité (les attributs, les caractéristiques) et celles qui en étudient les processus de transformation et de mutation, marquant ainsi le passage d’approches descriptives et catégorisantes (des individus, des groupes socioculturels, etc.) à des approches centrées sur l’étude des dynamiques évolutives de la construction identitaire. Abdallah-Pretceille (2006) évoque ainsi l’apparition de nouvelles métaphores, comme celles de « bricolage », de « métamorphose » ou de « palimpseste », pour décrire les réécritures discursives des identités, marquées par le changement et la transformation :

  • 6  Du grec παλίμψηστος (palímpsêstos, « gratté de nouveau »). Un palimpseste désigne un manuscrit écr (...)

[…] la métaphore du palimpseste 6 pour désigner le travail de construction permanente et jamais achevé à l’instar de l’identité perçue désormais comme un projet, un devenir, et non plus comme une origine ou encore des racines. (Abdallah-Pretceille, 2006, p. 4)

  • 7  Boutet et Heller (2006) défendent ainsi l’idée que les nouveaux discours qui accompagnent le rôle (...)

21Les cadres théoriques proposés, entre autres, par la psychologie sociale, la sociologie interprétative, l’anthropologie, la sociolinguistique ont donné lieu à un ensemble important de recherches empiriques, largement pluridisciplinaires (voir par exemple les études rassemblées dans Fishman éd., 1999). Ils cherchent à éclairer la complexité des processus linguistiques et identitaires impliqués dans 1) les relations intergroupes (conflits, xénophobie, racisme, médiation ; Zarate, 2003) ; 2) les questionnements liés à la citoyenneté démocratique, par exemple dans le contexte de la construction européenne (Beacco et Byram, 2007 ; Gubbins et Holt éd., 2002) ; 3) certaines problématiques émergentes, issues des mutations actuelles liées à la globalisation et au transnationalisme (Boutet et Heller, 2006). 7

La question des langues constitue l’un des aspects de la problématique concernant la création d’un sentiment d’appartenance à une même communauté, fondé non sur une identité supranationale mais sur le concept politique de citoyenneté démocratique. (Beacco et Byram, 2007, p. 77)

22Ces travaux illustrent une diversification de l’éventail des perspectives scientifiques, l’effort particulier porté sur la contextualisation historique et sociale des événements discursifs et sur leur actualisation à la lumière des apports les plus récents des sciences sociales voisines (comme la sociologie, l’anthropologie, l’histoire, la psychologie), afin de valoriser la contribution unique de la sociolinguistique du plurilinguisme à la compréhension des transformations sociales, et sa vocation d’articulation et d’intégration des niveaux d’analyse.

Définition(s) fondamentale(s) historique(s) et extension ; concepts et notions associés

L’identité est une sorte de foyer virtuel auquel il nous est indispensable de référer pour expliquer un certain nombre de choses, mais sans qu’il n’ait jamais d’existence réelle. (Lévi-Strauss, 1977, p. 332)

  • 8  « Identities are about questions of using the resources of history, language and culture in the pr (...)

Les identités sont en relation avec des questions qui gravitent autour de l’utilisation des ressources de l’histoire, du langage et de la culture dans le processus de « devenir » plutôt que d’« être », donc pas tant dans le sens de « qui sommes-nous » ou « d’où venons-nous », que dans celui de ce que nous pourrions devenir, comment nous avons été représentés et comment cela intervient sur sur la manière dont nous nous représentons nous-mêmes. 8

23Les identités plurilingues et pluriculturelles sont une catégorie de l’identité (individuelle et/ou collective). Elles s’expriment au travers de l’usage que fait un locuteur de ses langues et de ses cultures, et au travers de ses discours sur celles-ci. Elles sont marquées par l’instabilité et l’ambivalence. Elles se révèlent de manière différente selon les choix des locuteurs à l’intérieur d’un ensemble de possibles, choix qui dépendent, entre autres, des trajectoires de vie individuelle, des catégories sociales et linguistiques à disposition et des interprétations que donne l’individu aux circonstances locales dans lesquelles il est amené à négocier la différence et à signaler ses affiliations. D’un point de vue sociolinguistique, on considérera ainsi que l’usage variable que fait le locuteur des langues de son répertoire, selon les situations, les lieux et les interlocuteurs, porte une empreinte sociale qui marque une figure identitaire (Lüdi, 1995). Ces figures identitaires sont aussi perceptibles dans les discours tenus par les locuteurs sur leurs langues et dans les représentations sociolinguistiques dont ces discours portent les traces.

24Les langues s’affichent ainsi comme des signes d’identité : elles reçoivent en effet une fonction symbolique d’identification sociale, par lesquelles s’expriment les liens de (dé)solidarité. Il n’est ainsi pas rare que la dénomination des populations, des langues et des territoires s’inscrive sur des paradigmes identitaires éponymes (les Français parlent le français, les Tewas parlent le tewa). Akin (1999), qui préfère parler d’un « paradigme nominal ethnique », remarque que cette étroite corrélation, en constituant un puissant moyen d’identification et de reconnaissance sociales, joue un « rôle fondamental dans la (re)construction de l’identité de soi et de l’identité de l’autre ; [les noms] concourent à la production de phénomènes identitaires révélateurs du passé, du présent et de l’avenir » (p. 35). Dans les situations de contact, le processus de nomination et de dénomination d’une ou de plusieurs langues, plus que de réussir à décrypter des pratiques linguistiques, reflète des assignements et des positionnements identitaires de reconnaissance sociale, tant interne qu’externe. Ainsi, certains locuteurs peuvent choisir d’afficher une allégeance à une langue « maternelle » qu’ils parlent peu, voire qui ne leur a pas été transmise. De manière générale, les auto- et hétéro-assignations de langues reçues comme identificatoires relèvent de procédures symboliques et d’investissements culturels, qui entretiennent des rapports avec le temps et la mémoire, et sont largement déterminées par des représentations de territorialisation et d’appartenance à un groupe ou une nation. Le socle idéologique sur lequel se construit l’identité (par exemple nationale) repose sur l’adhésion à un système de valeurs et de normes encore souvent associé à l’utilisation d’une langue seulement (et, corollairement, l’inscription dans « une » culture). Les affiliations linguistiques restent, à ce titre, investies d’-idéologie ; elles révèlent la négociation de normes et de références multiples dans des espaces de tension identitaire, la solidarité à des idéaux et à des valeurs sociales, l’adhésion à un dispositif représentationnel légitime ou illégitime ; elles sont ainsi, aussi, largement imaginées. Pour Pavlenko et Blackledge éd. (2004), c’est alors justement dans la collision entre des interprétations différentes de la réalité du monde et de soi que surgit le besoin identificatoire :

  • 9  « In sum, we view identities as social, discursive, and narrative options offered by a particular (...)

Somme toute, nous considérons les identités en tant qu’options sociales, discursives et narratives, options qui sont offertes par une société donnée au niveau de la temporalité et de la spatialité et à laquelle les individus et groupes d’individus font appel pour tenter de s’autonommer et de s’autocaractériser, ainsi que pour revendiquer des espaces sociaux et des prérogatives sociales. […] Nous percevons l’identité comme particulièrement saillante dans des contextes où des interprétations et significations multiples se chevauchent, ce qui mène à des conflits de pouvoir afin de déterminer quelle sera l’interprétation qui va prévaloir. 9

L’identité, individuelle ou groupale, s’exprime à travers des comportements, des actions, des discours, des productions, des silences. Elle est assimilable à une « mise en scène » de soi et des autres. Elle n’est en ce sens que successions de métamorphoses, voire d’anamorphoses. Mouvante, fuyante, tigrée, alvéolaire, elle n’est pas le reflet d’une réalité sui generis mais le résultat d’une activité de communication et donc marquée par son contexte d’émergence, contexte nécessairement pluridimensionnel. Elle est, en ce sens, ancrée dans l’histoire, dans le social, dans l’économique, dans le politique, dans le psychologique, etc. De ce fait, il y a, ou devrait y avoir, un déplacement d’intérêt du contenu de l’identité à son énonciation et donc aux circonstances de cette énonciation. (Abdallah-Pretceille, 2006, p. 43)

  • 10  La stigmatisation sociale des formes linguistiques est aussi discutée dans Labov (1976).

25Le concept d’identité ne se sépare pas de celui d’altérité. On trouve chez Goffman (1963), dans son œuvre Stigma, l’idée d’exclusion et d’inclusion selon des dimensions articulées sur un continuum, lesquelles caractérisent les écarts par rapport à des normes identitaires. 10 Ces marqueurs identitaires plurilingues véhiculent des significations sociales ; en signalant discursivement l’appartenance à un groupe (aux origines possiblement multiples) et l’adhésion à ses valeurs, et en traçant, aussi, « [des] ancrages collectifs urbains et [des] repères plus universels qui transcendent les appartenances nationales ou régionales » (Billiez, 1998, p. 137). Les pratiques discursives d’affiliation et de désaffiliation marquent de la sorte des passages, transgressifs ou non, des frontières de groupes (des crossings selon la terminologie de Rampton, 2005) et créent, dans l’interaction, de nouvelles identités, le plus souvent métissées, idéalisées et partiellement imaginées. Ils peuvent contribuer, pour ces groupes, à des formes de résistance aux pressions et à l’oppression, et constituer ainsi un « renversement (stratégique) du stigmate » (Billiez, 1996, p. 63).

26Bien que les identités soient souvent pensées en référence au passé (on parle ainsi d’identités reçues, d’identités héritées, d’identités revendiquées, voir par exemple Billiez, 1998), les développements plus récents de la recherche tentent aussi bien d’en comprendre les dynamiques de construction et de négociation que les circulations dans des espaces-temps et les trajectoires complexes des parcours de vie, qui mettent en jeu le passé individuel (la mémoire) et le passé collectif (l’histoire) :

  • 11  « A person’s identity is not to be found in behaviour, nor – important though this is – in the rea (...)

L’identité d’une personne ne se trouve pas dans son comportement, ni – même si cela revêt une importance capitale – dans les réactions d’autrui, mais dans la capacité de garder un fil narratif particulier. La biographie d’une personne, dans la mesure où elle doit maintenir des interactions régulières avec les autres dans la vie de tous les jours, ne peut pas être totalement fictive. Elle doit continuellement intégrer des événements qui se passent dans le monde extérieur et les structurer dans l’avancement de cette « histoire de soi ». 11

27Pour Block (2008), l’étude des trajectoires de vie des individus plurilingues est décisive pour comprendre l’impact de leurs expériences de la migration et de la globalisation sur les pratiques linguistiques, le plurilinguisme et le développement des identités. Il note ainsi que les narrations biographiques révèlent les logiques d’action des individus, et comment ceux-ci transforment leur expérience d’une manière qui en corrige le passé, cette reconstruction étant tout à la fois liée à l’anticipation des possibles dans le futur (Giddens, 1991) :

  • 12  « In their life-stories interviews, they construct identities which are neither the sum of the new (...)

Dans les entretiens sur leurs histoires de vie, ils construisent des identités qui ne sont ni la somme des anciennes et des nouvelles, ni la moitié de celles qu’elles étaient et celles qu’elles sont ; leurs histoires semblent plutôt être le résultat de la négociation de la différence citée ci-dessus, comme leur passé et leur présent interagissent et se transforment mutuellement. 12

28Les histoires de vie sont ainsi cruciales pour comprendre la nature et le fonctionnement des sociétés multilingues. On note ainsi un intérêt renouvelé pour les approches biographiques et les récits de vie comme modalité de formation à la pratique réflexive, en lien par exemple avec la notion de compétence plurilingue et pluriculturelle développée, notamment, au travers des travaux du Conseil de l’-Europe (voir par exemple Molinié, 2006). Ces travaux accordent une place importante aux approches sollicitant une introspection dans le développement subjectif de la compétence plurilingue (Moore et Castellotti éd., 2008). Le Cadre européen commun de référence pour les langues (CECR) et les Portfolios européens des langues (PEL) constituent en ce sens des bases importantes pour la politique linguistique et éducative en Europe depuis les années 1990. Ils ont influencé un regard nouveau sur l’identité linguistique et culturelle des apprenants en valorisant leurs expériences plurilingues et pluriculturelles préalables tout en encourageant le développement comme un capital social pluriculturel, que Zarate (1998) définit de la manière suivante :

La notion de capital permet de dépasser une représentation de l’identité conçue comme une juxtaposition d’appartenances pour faire intervenir les notions de gain et de perte (trajectoires individuelles ascendantes et déclinantes), de plus-value symbolique et de marché des biens culturels. Cet outillage conceptuel met en relief la longue durée des histoires familiales et le capital hérité d’une génération à l’autre. (Zarate, 1998, p. 144)
[…] un capital pluriculturel est donc constitué dans sa forme initiale par l’expérience du passage entre deux ou plusieurs sociétés données. […] Cette expérience peut être individuelle mais également être disponible dans un capital familial constitué depuis une ou plusieurs générations et s’enraciner dans un continuum familial. (Ibid., p. 145)

29La notion de capital introduit ainsi la notion de choix, d’action et d’engagement. Elle intègre la continuité et le vivant, et porte à considérer les éléments socio-biographiques dans la mise en sens des expériences. Cette position n’est pas sans rappeler l’approche sociale de Schütz (1899-1959) lorsqu’il écrit :

Tout cela est biographiquement déterminé, c’est-à-dire que la situation actuelle de l’acteur a son histoire ; c’est la sédimentation de toutes ses expériences subjectives préalables. Elles ne sont pas expérimentées par l’acteur comme étant anonymes, mais comme uniques et subjectivement offertes à sa personne et à elle seule. (Schütz, 1998, p. 65)

30Le concept d’identité (s) plurilingue (s) et pluriculturelle(s) prend ainsi une place importante dans le champ des études en éducation et dans celui de la didactique des langues, en interrogeant, sous différents angles, les liens entre le plurilinguisme et les identités d’apprenants et d’enseignants (Heller et Martin-Jones, 2001 ; Kanno et Norton, 2003 ; Martinez, Moore et Spaëth, 2008 ; Rampton, 2006), ou l’identité citoyenne (Beacco et Byram, 2007).

*

31Pour conclure provisoirement, ces différentes orientations illustrent une approche de la notion d’identité qui se construit dans une articulation entre le biographique et le relationnel et allie une perspective constructiviste et interactionniste ; cette approche permet d’appréhender les identités plurilingues et pluriculturelles comme une (des) production(s) sociohistorique(s) en constante évolution. Les relations entre pratique discursive, représentations et idéologie, savoir et pouvoir tiennent une place centrale dans ces travaux. Les identités plurilingues et pluriculturelles s’observent de manière située, dans la famille, au travail ou à l’école, dans les pratiques quotidiennes, dans l’interaction en face à face ou virtuelle, au travers des représentations et leur verbalisation dans les discours.

32Les identités plurilingues et pluriculturelles sont ainsi marquées par des dimensions multiples, explicites ou implicites, visibles ou cachées. Ces identités multiples prennent leurs formes et leurs valeurs en contexte, et dans les dits et les non-dits des discours. S’il est important d’en comprendre les affichages, il est tout aussi important de trouver les moyens d’en repérer les voilements et les dévoilements, dans leurs formes explicites ou non explicites, soit qu’elles soient refoulées ou non perçues par l’individu, soit que celui-ci en gère les valeurs contextuelles et les (in)visibilités.

33Ces différentes orientations s’inscrivent dans une éthique de la connaissance qui invite à intégrer une science et une conscience de la complexité pour aborder la diversité des dimensions de l’identité humaine (Morin, 2001). Les identités plurilingues et pluriculturelles sont ainsi conçues dans une vision dynamique de la pensée sociale, attentive à la contradiction, l’inattendu, l’ambiguïté et l’imprévisible. Tout à la fois représentations et pratiques sociales, elles se construisent et se (ré)inventent sur un éventail de possibles, dans les seuils et les frontières, en relief et dans les creux, dans les continuités et les tensions, dans les absences et les présences. Les locuteurs sont les acteurs de ces tissages identitaires ; ils en mêlent les fils et les multiples sens, les affiliations et les résistances, en même temps qu’ils en croisent les passés et les futurs possibles :

Un ensemble feuilleté de possibles qui s’actualise en s’adaptant au mieux aux potentialités d’un marché linguistique instable. […] [Cet appareil théorique] engage l’individu dans son identité tout entière : s’il accorde une place importante aux valeurs transmises par la famille, il englobe également les identités linguistiques et professionnelles, prend aussi bien en compte la transmission intergénérationnelle des valeurs que le devenir social. L’identité est abordée à la fois dans sa permanence et dans son dynamisme. (Zarate, 1998, p. 150)

Celui qui développe consciemment un profil plurilingue et pluriculturel ressenti comme un atout social, multiplie les modes d’appartenances en s’adaptant aux contextes sociaux qu’il traverse tout au long de son parcours personnel. […] Il se livre ainsi à de fréquents « réglages identitaires » (de Singly, 2003) qui ne sont pas nécessairement des renoncements irréversibles à des espaces-temps intérieurs, mais l’affirmation contrôlée d’une singularité et d’une individualité qui forge une identité fluide, adaptée à un parcours multidimensionnel et nomade. (Zarate, 2008, p. 177)

34Enfin, on relèvera parmi les notions voisines ou dérivées celle d’hybridité. L’hybridité, qui sous-tend l’idée de mélange et de mixité, est un terme issu de la biologie, pour décrire un animal ou une plante provenant de deux sujets d’espèces. Perturbant les catégories normatives, le terme prend une charge négative au XVIIIe siècle en ancrant la peur du mélange des races et de la dilution des groupes européens.

  • 13  Rushdie écrit dans Patries imaginaires (1995, Paris, Christian Bourgois, cité dans Ouellet, Harel, (...)
  • 14  Voir par exemple Patrick Chamoiseau, 2005, À bout d’enfance, Paris, Gallimard.
  • 15 « […] the mixing, within a single concrete utterance, of two or more different linguistic conscious (...)

35Le concept d’hybridité est développé dans de nombreux travaux, allant de la littérature (voir par exemple les écrits de Salman Rushdie 13, de Patrick Chamoiseau 14 ou ceux d’Édouard Glissant sur l’antillanité ou la créolitude), la psychologie (Françoise Dolto, Frantz Fanon ou Donald Winnicott, qui introduit en psychanalyse la notion d’espace transitionnel), la théorie de la traduction (avec la remise en question, dans les années 1920, de son caractère binaire par Walter Benjamin, qui en défend le caractère de création, inspirant plus tard le concept de traduction culturelle chez Bhabha), la sociologie (avec les travaux de Stuart Hall), l’anthropologie (avec Néstor García-Canclini ou Ulf Hannerz, dont les travaux ont donné lieu à une réflexion sur les identités à traits d’union, ou hyphenated identities, que Hannerz associe au concept d’homme marginal de Robert Park et l’école de Chicago) et, bien sûr, la linguistique. Bakhtine (1981, p. 429) définit ainsi l’hybridité comme le mélange, dans un même énoncé, de deux ou plusieurs consciences linguistiques (« le mélange de deux ou plusieurs consciences linguistiques à l’intérieur d’un seul énoncé concret »15).

36Ce sont toutefois les écrits fondateurs de Homi Bhabha (voir en particulier Bhabha, 1994) qui ont inspiré et posé les jalons d’une théorie de l’hybridité fondée sur une remise en question des conceptions hégémoniques de l’homogénéité de l’identité culturelle, issues de visions coloniales essentialistes appuyées sur des représentations normatives et autoritaires de la nation, de la pureté et du pouvoir. Inspiré par la réflexion des philosophes français, comme Foucault et Derrida (en particulier le travail de ce dernier sur le caractère traductionnel de la pensée et sur la déconstruction, comme moyen d’interroger la différance), Bhabha propose une analyse critique de la liminalité de l’hybridité comme un paradigme de l’ambivalence, et conçoit celle-ci comme un espace interstitiel instable et transgressif de la culture transnationale et comme le lieu de négociations complexes de la collaboration et de la résistance, qui surgissent à des moments de transformation historique et permettent la construction de nouveaux « signes d’identité » (Bhabha, 1994, p. 2). Le concept d’hybridité, central dans les théories postcoloniales, a toutefois subi de nombreuses critiques. On lui reproche surtout, en portant l’emphase sur les nouvelles identités et leur caractère subversif et dissident, d’en occulter les origines premières et singulières, de simplifier, au final, les dynamiques complexes des identités plurielles (Iyall Smith et Leavy éd., 2008 ; voir aussi Amartya, 2007).

Exemples

Depuis que j’ai quitté le Liban en 1976 pour m’installer en France, que de fois m’a-t-on demandé, avec les meilleures intentions du monde, si je me sentais « plutôt français » ou « plutôt libanais ». Je réponds invariablement : « L’un et l’autre ! » Non par quelque souci d’équilibre ou d’équité, mais parce qu’en répondant différemment, je mentirais. Ce qui fait que je suis moi-même et pas un autre, c’est que je suis ainsi à la lisière de deux pays, de deux ou trois langues, de plusieurs traditions culturelles. C’est précisément cela qui définit mon identité. Serais-je plus authentique si je m’amputais d’une partie de moi-même ?
À ceux qui me posent la question, j’explique donc, patiemment, que je suis né au Liban, que j’y ai vécu jusqu’à l’âge de vingt-sept ans, que l’arabe est ma langue maternelle, que c’est d’abord en traduction arabe que j’ai découvert Dumas et Dickens et Les voyages de Gulliver, et que c’est dans mon village de la montagne, le village de mes ancêtres, que j’ai connu mes premières joies d’enfant et entendu certaines histoires dont j’allais m’inspirer plus tard dans mes romans. Comment pourrais-je l’oublier ? Comment pourrais-je jamais m’en détacher ? Mais, d’un autre côté, je vis depuis vingt-deux ans sur la terre de France, je bois son eau et son vin, mes mains caressent chaque jour ses vieilles pierres, j’écris mes livres dans sa langue, jamais plus elle ne sera pour moi une terre étrangère.
Moitié français, donc, et moitié libanais ? Pas du tout ! L’identité ne se compartimente pas, elle ne se répartit ni par moitiés, ni par tiers, ni par plages cloisonnées. Je n’ai pas plusieurs identités, j’en ai une seule, faite de tous les éléments qui l’ont façonnée, selon un « dosage » particulier qui n’est jamais le même d’une personne à l’autre. (Maalouf, 1998, p. 9-10)

37Des relations complexes tissent les liens entre les langues, leurs usages situés, et la construction et l’expression des identités dans les situations de contacts. Les exemples de cette section illustrent quelques configurations des multiples tracés identitaires de ces usages. La variété des exemples montre aussi les multiples identités (imposées ou revendiquées) que les locuteurs choisissent d’investir, et qui se dessinent, aussi, au fur et à mesure de l’interaction. Car c’est bien dans les pratiques sociales et dans l’interaction que les locuteurs s’engagent dans la construction et la négociation des multiples composantes d’une identité complexe (Lüdi, 1995), et dans l’ensemble du comportement langagier que peuvent s’interpréter les actes d’identité (LePage et Tabouret-Keller, 1985) par lesquels les interlocuteurs révèlent le maillage de leurs allégeances, leurs affiliations à des normes, et qu’ils revendiquent leur(s) identité(s).

38Il arrive que des identités alternatives ne soient affichées par le biais ni d’une langue ni de l’autre du répertoire du locuteur, mais par le recours à une troisième langue, ou par le recours à des parlers bilingues. Ce phénomène a pu ainsi être étudié chez de jeunes adolescents souhaitant adhérer à des groupes de pairs évalués comme jouissant d’un capital de distinction (souvent en marge de la société majoritaire). Chun (2001) note ainsi le cas de jeunes Asiatiques américains qui choisissent d’adopter le vernaculaire noir-américain ; Rampton (2005), celui de jeunes Britanniques anglophones qui développent des compétences en créole jamaïcain ; Kallmeyer et Keim (2002), celui d’Italiens en Allemagne qui utilisent la variété turque de l’allemand emblématique de la minorité la plus forte du pays (voir aussi les études réunies dans Dirim et Auer éd., 2004 et Lytra et Jørgensen éd., 2008, sur les multiples utilisations identitaires du turc pour différents groupes de jeunes en milieux urbains en Europe). Il arrive aussi que les adolescents recourent à des variétés hybrides, construites sur la mise en commun des ressources plurilingues des différents membres des groupes de pairs. Billiez (1992) note l’exemple de jeunes adolescents recourant à des parlers panachés de différentes langues de leur voisinage, et instituant ces pratiques comme le symbole de l’appartenance à leur groupe de jeunes du quartier. Billiez (1998), en s’appuyant aussi sur l’étude des usages métissés de langues dans les textes de chansons contemporaines écrites par les jeunes issus des migrations en France, montre que les alternances de langues fonctionnent dans ces textes comme des « emblèmes », qui signalent de nouvelles « figures identitaires », permettant de multiples affiliations, à la fois hyperlocales (au groupe de pairs, au quartier, à la cité, etc.) et transnationales, où chacun peut se reconnaître comme « citoyen du monde » (Billiez, 1998, p. 129). D’autres travaux interrogent de manière similaire les alternances scripturales et graphiques dans les discours écrits, en montrant comment les entremêlements de langues qui marquent les pratiques plurilittératiées, chez les enfants (Moore, 2006, 2012 ; Pahl, 2008) ou les jeunes adultes (Sebba, 2003), constituent des investissements symboliques de l’identité et des formes d’engagement dont les valeurs et les contours affectent les itinéraires d’apprentissage (Kanno et Norton, 2003).

39Les marques d’hybridation des langues, ou marques transcodiques (Lüdi et Py, 2002), qu’on remarque dans les conversations bilingues, donnent ainsi lieu à des créations interlinguistiques, qui peuvent servir d’emblèmes des solidarités locales pour certains groupes, comme l’utilisation de la variante de contact voy a la posta au lieu de vas a correos par les hispanophones neuchâtelois, exemple désormais classique de ce type de phénomènes (Lüdi et Py, 2002, p. 122). Les alternances conversationnelles ou scripturales remplissent de fait un faisceau de fonctions sociales, parmi lesquelles se note la mise en mots des figures identitaires dont nous avons déjà parlé. Dans l’exemple suivant, recueilli par Lo (2006), le choix d’alterner les langues, tout en permettant un discours de citation dont on se distancie (voici ce que mes enfants disent, ils le disent en anglais), permet en même temps à cette mère de famille d’exhiber son identité de Chinoise bilingue à Vancouver. En s’exprimant en deux langues, P. manifeste à la fois sa double appartenance – à la communauté migrante diasporique chinoise et à la société canadienne élargie – et les enjeux de la négociation identitaire liée à la double affiliation et aux revendications d’une identité collective ou individuelle (« nous sommes Chinois » / « je suis Canadien ») :

  • 16  « P. We are CHINESE [avec emphase]. 我們應該講自己的語言﹐我們不介意別人是否知道自己的身份﹐但是我們的子女介意﹐他們不認同自己是中國人﹐當你告訴他們 we ar (...)

On est CHINOIS. On devrait parler notre propre langue. Cela ne devrait pas être important si les autres savent quelle est notre identité, mais ça gêne mes enfants. Ils ne veulent pas qu’on sache qu’ils sont Chinois. Quand je leur dis « on est Chinois », ils me répondent « je suis Canadien ». 16

40Ces écarts peuvent être vécus en termes de langue (s), de dialecte (s), d’accent ou de variété décentrée, comme le témoigne dans sa biographie langagière une jeune Kazakhe étudiant en français en Europe (Suisse) et apprenant simultanément l’allemand :

Cependant, avant de parler des langues étrangères apprises soit à l’école secondaire ou à l’université, je pense nécessaire de parler de mes « langues maternelles » qui sont le kazakh et le russe. À l’époque soviétique, le russe a été imposé dans tout le pays, dans l’administration, les établissements publics des grandes agglomérations il était dominant. On ne parlait que le russe et par conséquent, la personne parlant le kazakh était mal vue. Et moi, grandie jusqu’à l’âge de huit ans, dans un petit village, monolingue kazakh, une fois étant dans une grande ville, j’ai rencontré directement le russe. Donc, mon « monolinguisme initial » s’est transformé avec le temps en bilinguisme car confrontée tous les jours au russe, j’ai commencé par l’apprendre en communiquant avec les autres à l’école, en faisant les commissions dans les supermarchés, dans les transports urbains. (Corpus Brohy, 2006)

41On trouve un exemple du lien entre accent et identité chez Galligani (2007), qui étudie les discours d’identification et les parcours d’intégration de migrants espagnols en France. Elle remarque que pour certains, si l’accent conservé après des années d’installation encourage un sentiment d’insécurité linguistique – que Boyer (2001, p. 37) définit comme un état de soumission non maîtrisée à l’usage de la langue –, il leur sert aussi à particulariser leur différence et à maintenir, visiblement (acoustiquement), l’affiliation à la fois à la communauté d’origine et au groupe local des Espagnols (ici, de Grenoble) : « Ça c’est l’accent de mon origine de mes racines voilà » (Pedro, cité dans Galligani, 2007, p. 123).

42Pour Galligani, cette résistance à la perte de l’accent signale un positionnement identitaire qui inscrit la reconnaissance interne et externe de l’altérité comme une composante d’une identité plurielle, associée à une double intégration symbolique de co-appartenance à la communauté espagnole locale et nationale, et sa reconnaissance par l’ensemble des groupes concernés : « Par le maintien de l’accent “espagnol”, indice d’altérité, ils ne revendiquent pas seulement qu’ils sont des immigrés mais aussi qu’ils n’ont cessé d’être des Espagnols venus s’installer en France » (Galligani, 2007, p. 125). Lüdi et Py (2002), qui relèvent des phénomènes similaires chez des hispanophones à Neuchâtel, parlent de formes de xénismes, ou de « signaux de distance » (p. 171), qui permettent aux locuteurs de protéger leur identité.

43L’expérience de mobilité peut affecter de manière considérable les valeurs identitaires attachées à la pratique d’une langue dominante : associée à la réussite sociale dans un contexte particulier, celle-ci peut devenir porteuse de stigmate (Goffman, 1963) dans un autre contexte. Blommaert (2003) présente ainsi l’exemple de locuteurs africains, à qui la pratique de l’anglais confère valeur et prestige dans leur pays, tandis qu’ils ne réussissent pas à être reconnus comme locuteurs légitimes et compétents une fois qu’ils ont émigré. La péjoration de leur compétence dans la ou les langue(s) dominante(s) affecte alors sa possible valeur comme ressource linguistique et de mobilité sociale :

  • 17  « The English acquired by urban Africans may offer them considerable prestige and access to middle (...)

L’anglais acquis par les Africains habitant les villes leur offre un prestige considérable et aussi l’accès à des identités liées à la classe moyenne urbaine africaine. Cela constitue une ressource qui « rapporte ». Toutefois, le même anglais, lorsqu’il est parlé à Londres par les mêmes Africains, devient un objet important de stigmatisation et peut les identifier comme membre d’une couche inférieure de la société. Ce qui peut « rapporter » à Lusaka ou à Nairobi peut « coûter » à Londres ou New York. Et cela a également des répercussions sur les projets concrets que les personnes peuvent réaliser avec ces ressources. 17

44Jacquet, Moore et Sabatier (2008) notent des exemples similaires pour des Africains francophones nouvellement arrivés au Canada, dont les compétences en français ne sont pas reconnues comme authentiques ou légitimes dans leur nouvel environnement :

Ma.  — Moi je suis venu ici justement en croyant que comme je suis bachelier en éducation et que j’ai enseigné les langues … comme la province est anglophone… donc il y a un besoin d’enseigner le français et comme c’est un métier que j’ai fait pendant plus de vingt ans j’ai pensé que j’aurais plus de facilités à trouver le marché du travail dans le domaine de l’éducation surtout que j’ai enseigné au primaire et au secondaire et que le besoin est là… malheureusement cette possibilité n’est pas là… alors pour moi c’est frustrant pour moi. (Jacquet, Moore et Sabatier, 2008, p. 89)

45On voit dans cet exemple se dévoiler un déni d’une identité francophone africaine, ici associée au milieu professionnel, construit sur un double script d’interprétation et d’exclusion, objectif (la non-reconnaissance des diplômes acquis ailleurs) et subjectif (la non-recevabilité de variantes acoustiques perçues comme illégitimes et non-porteuses de l’identité collective francophone locale). C’est pourtant bien cette francophonie africaine, au sein de laquelle une variété d’identités s’enchâsse et s’imbrique, qui permet de transcender les frontières de groupes :

Emm. (13 : 15)  — Moi je dirai qu’il y a des sous-communautés dans dans une communauté africaine. on forme tous quand je dis tous nous les Africains on forme une communauté africaine à Vancouver. mais à l’intérieur de ça nous avons une autre communauté burundaise. une communauté rwandaise. une communauté [peut-être] et pourquoi est-ce que je je je je parle de tout ça parce que on n’a pas vraiment pas xxx culture si on parle même de la langue. on n’a pas la même langue. pas la même culture […] voilà nous avons tous chacun une identité particulière. (Corpus Jacquet, Moore et Sabatier, 2008)

46Alors que dans ces deux exemples, les rapports à l’anglais et au français marquent les enjeux de pouvoir dans lesquels les locuteurs se trouvent pris, les mêmes langues peuvent permettre, dans d’autres contextes sociohistoriques et politiques, de se dégager des loyauté s locales sous un semblant de « neutralité ». On peut ainsi donner l’exemple de certains Algériens de la classe moyenne, qui oscillant entre des affiliations identitaires associées aux revendications berbères, aux exigences de l’arabisation officielle et du français qui porte les stigmates de la colonisation, qualifient l’anglais de variante « neutre », non marquée à leurs yeux ; comme si le choix de l’anglais devenait alors une esquive, une porte ouverte, pour se définir hors du positionnement identitaire local. Dans un autre état d’esprit, on peut aussi penser à l’exemple de ces enseignants de français du Pérou ou du Brésil, qui se reconstruisent une identité bilingue empreinte d’honorabilité, pour cacher leurs racines amérindiennes, socialement inacceptées :

et parler quechua c’est mal vu, ils te disent que tu es une Indienne, une grenouille, des gens inférieurs à nous… donc personne ne parlait de quechua, personne parlait de ces choses-là… et pour moi c’est plus difficile d’étudier le quechua que le français. (O., corpus Moris, 2003, cité dans Moore, 2006, p. 181)

47On voit ici comment se trace une série d’espaces d’identité, réels, symboliques ou imaginés, au sein desquels s’expriment des rapports de pouvoir et de domination, se négocient des affiliations locales, nationales et transnationales, et qui, de manière située, permettent aux locuteurs de redessiner les rapports entre la périphérie et le centre, voire de reconstituer ou d’établir de nouveaux centres :

  • 18  « The act of claiming an identity and claiming the spaces of identity is a political act. Using Gi (...)

L’acte de revendication d’une identité et d’espaces identitaires est un acte politique. En s’appuyant sur la terminologie de Giddens (1984) de « centre » et de « périphérie », on peut dire que cet acte signifie non seulement un mouvement depuis la périphérie mais aussi une reconfiguration du centre. 18

48Les expériences de mobilité entraînent pour les locuteurs une transformation et une redéfinition des identités collectives ; ces reconstructions ne recouvrent nécessairement ni les pratiques linguistiques ni les pratiques culturelles des locuteurs, mais peuvent reposer essentiellement sur des hétérocatégorisations attribuées par les exogroupes. Ces hétérocatégorisations, construites sur certains traits perçus comme signifiants, sont, dans certaines circonstances, acceptées et ratifiées par les locuteurs et les groupes concernés, surtout lorsqu’elles coïncident avec des traits identificatoires déjà présents et qu’elles permettent à ceux-ci de consolider une position sociale autrement perçue comme instable. Ces hypercatégorisations (ou archétiquettes) identitaires lissent des identités multiples, souvent imbriquées à l’image de poupées russes. Les Chinois ou les Africains francophones à Vancouver constituent deux groupes pour lesquels une langue culture hyperonyme illustre bien un tel accommodement des endo- et des exogroupes, autour d’un lissage identitaire qui favorise, dans les mouvements de convergence qu’il met en place, une interprétation rapide et simplifiée de l’identification sociale. Dagenais et Moore (2008, p. 24-25), dans une étude portant sur les représentations du bilinguisme, de la pluri-littératie et de l’identité chez des familles chinoises à Vancouver, notent l’exemple de ces deux parents qui, l’un en anglais l’autre en cantonais, revendiquent la nécessité critique pour leurs enfants d’apprendre les sinogrammes, afin de pouvoir être reconnus comme « vrais Chinois » par les autres membres de la communauté. On voit alors se dessiner des formes d’homologation dans des réalités locales et transnationales, probablement tendues par l’expérience de la migration et de la séparation. Pour le père cité ici, il s’agit aussi, d’une certaine façon, de permettre l’alignement de caractéristiques physiques avec une identité ethnique hétéro-assignée :

  • 19  « Because I can’t write (Chinese) and I do want her [my daughter] to learn how to read and write – (...)

Parce que je ne peux pas écrire [le chinois] et je veux qu’elle [ma fille] apprenne à lire et à écrire – pour garder ça au moins parce que je sais que déjà elle a l’air différente. Elle a l’air – comment dire – elle a l’air oriental, alors les gens assument que vous devez parler cette langue. 19

  • 20  我覺得重要, 因為妳是中國人, 如果妳不會講廣東話或者妳不會寫妳的名字會讓人覺得妳不是中國人, 等妳長大后, 既使妳滿口英文, 妳加入加拿大國籍, 如果不會聽, 不會寫, 不會講幾句妳怎麼說妳是中 (...)

Je pense que c’est important parce qu’en tant que Chinois, si on ne parle pas cantonais ou si on ne sait pas écrire son nom, on ne peut pas être considéré comme Chinois par les autres. Quand on est plus grand, même si on parle parfaitement anglais, qu’on devient un citoyen canadien, si on ne peut pas comprendre, si on ne peut pas écrire, si on ne peut pas parler [en chinois], comment est-ce qu’on peut dire qu’on est chinois ? 20

49Paradoxalement, même dans une société plurilingue telle que la Suisse, où le plurilinguisme est développé à travers différents domaines (familles mixtes, obligation d’apprendre au moins trois langues à l’école, stages scolaires et professionnels dans une autre région linguistique, mobilité, forte migration, etc.), les aspects langagiers revêtent une importance grandissante. L’effacement et la relativisation d’autres paramètres sociaux, autrefois puissants vecteurs de l’identité, ne sont certainement pas étrangers à cet état de fait :

Politiquement parlant, l’opposition entre libéraux et conservateurs était très importante jusqu’à la fin du XIXe siècle, cette opposition devient moins flagrante avec l’émergence du parti socialiste et plus tard avec d’autres partis, qu’ils soient de droite ou de gauche. Les enjeux religieux étaient forts au XIXe et au début du XXe siècle, ils perdent en importance face à l’œcuménisme, le désintérêt religieux, l’apparition de communautés religieuses plus marginales et la présence d’autres religions, notamment musulmane. L’aspect culturel change aussi, avec l’influence anglo-américaine grandissante et les migrations. Les femmes et les hommes se retrouvent de plus en plus dans des espaces partagés, et le facteur professionnel avec ses réseaux perd de sa signification avec l’automatisation et l’informatique. Même les variables géographiques et topographiques (centre / périphérie, Alpes / plaine, ville / village), autrefois puissants vecteurs identitaires, changent avec la mobilité, la société de communication et le développement suburbain du plateau situé entre le Jura et les Alpes. L’aspect linguistique en tant que possibilité d’identification primaire gagne donc en importance, ceci est aussi véhiculé par les médias régionaux et ceux des pays voisins parlant la même langue, le langage est donc une valeur centrale (core value) puissante. (Brohy, 2005, p. 177)

50À la fois instrument métalinguistique et métacognitif, les biographies langagières constituent, de par leur approche méta-identitaire, de véritables révélateurs de l’identité multiple et d’une prise de conscience des enjeux langagiers dans les situations ordinaires du contact, comme dans les situations d’apprentissage. Les biographies sollicitées servent souvent à compléter les données quantitatives d’un questionnaire (Brohy, 2002). Ainsi, une interlocutrice qui a participé à une recherche sur des couples bilingues dans la ville bilingue de Fribourg (Suisse), d’origine hollandaise, scolarisée en français, avec de très bonnes compétences en allemand et en anglais, s’exprime de la sorte sur son identité langagière :

Je ne me considère pas comme bilingue mais plutôt comme quelqu’un qui a la possibilité de s’exprimer en plusieurs langues. Je trouve que le bilinguisme est une chance et pas un mérite. Pour moi, une langue est uniquement un moyen d’expression et pas du tout un facteur d’identification (ce qui est sûrement compréhensible dans mon cas), je ne pourrais ainsi jamais m’engager dans un conflit linguistique comme celui qui couve actuellement à Fribourg. J’adapte les langues selon les circonstances ; je passe du français à l’allemand, de l’anglais au hollandais tout en me sentant parfaitement moi. (Brohy, 1992, p. 319)

51Cet autre exemple, celui d’un étudiant ivoirien qui étudie l’allemand en tant que huitième langue à l’école en Suisse, décrit son expérience scolaire antérieure et les punitions réservées aux élèves utilisant leurs langues maternelles en classe, pratiques qui ressemblent au sort jadis infligé aux patois dans les pays francophones :

Dans les villages, les élèves n’entendent cette langue que pendant les heures de classe ou à l’occasion des discours officiels. À la maison, tout le monde parle une langue locale. Mais pour les stimuler à la maîtrise de la langue française et les hisser au même niveau de connaissance de la langue que les élèves de la ville, l’on a institué ce qu’il convient d’appeler : « Symbole. » C’est une sorte de collier fait à partir de coquilles d’escargot, d’oranges avariées et autres objets résonnants, peu catholiques. Ce genre de collier, qui est d’une puanteur suffocante, est mis au cou de l’élève qu’on surprend en train de parler la langue locale aux heures de classe comme pendant la recréation. Il le gardera à son cou jusqu’à ce qu’on surprenne un autre qui prendra le relais. On comprend alors qu’un élève qui a vécu cette expérience malheureuse soit traumatisé, au point d’abandonner rapidement sa propre langue au profit du français qu’il trouvera plus sain. (Corpus Brohy, Apprendre les langues dans un contexte plurilingue )

52Tandis que l’exemple qui précède révèle les effacements d’identité par l’effort d’oublier une langue, celui qui suit montre au contraire, dans une situation de perte de langue dans une communauté amérindienne canadienne, la lutte pour la préservation de la mémoire collective qui passe ici par la transmission filiale de la langue ancestrale pour maintenir le fil ténu de l’identité (voir aussi Moore et MacDonald, 2011) :

  • 21  « My grandmother Nancy Phillips she was a fluent speaker and she taught the language [halqemeylem] (...)

Ma grand-mère Nancy Phillips elle parlait couramment la langue [halqemeylem] et elle l’a aussi enseignée toutes ces années. C’est elle qui m’a influencée le plus. Lorsqu’elle était sur son lit de mort, atteinte d’un cancer, elle ne voulait pas mourir parce qu’elle s’inquiétait que notre communauté n’ait pas la langue. Alors je lui ai promis de faire quelque chose pour assurer que la transmission continue. Et tout à coup j’ai commencé à apprendre vraiment vite et je pense que c’est son esprit qui me guide pour que je sache la langue. Donc tu es comme une porteuse de langue ? Oui, et elle s’est détendue après ma promesse. […] J’ai pris cette responsabilité et quelquefois je me sens vraiment dépassée. 21

53La notion de compétence plurilingue et pluriculturelle (Coste, Moore et Zarate, 1997, 2009) inscrit l’identité comme une de ses composantes centrales, qui se conjugue, en synchronie et diachronie, sur un mode pluriel, partiel, possiblement de déséquilibre. Sur le fond d’une approche holistique, les nouvelles approches en didactique des langues et du plurilinguisme centrées sur une éducation plurilingue et interculturelle, en portant une nouvelle attention sur le lien entre l’école et le hors-école, peuvent servir de révélateur des identités multiples des élèves présents dans les salles de classes, véritables espaces plurilingues reflétant pleinement l’évolution de la société moderne et globalisée. Les approches actuelles, en appréhendant les langues, les identités et la compétence plurilingues et pluriculturelles des locuteurs comme des systèmes fluides, dynamiques et évolutifs selon les situations et le moment (Zarate, Lévy et Kramsch éd., 2008), exemplifient de nouvelles formes de critique sociale, de questionnements épistémologiques, d’engagement intellectuel, tout en proposant une vision plus ouverte, complexe et moderniste du changement, de la transformation et de l’émancipation (Coste, Moore et Zarate, 2009).

Bibliographie

AKIN Salih éd., 1999, Noms et renoms : la dénomination des personnes, des populations, des langues et des territoires, Publications de l’université de Rouen, « Dyalang ».

ABDALLAH-PRETCEILLE Martine, 2006, Les métamorphoses de l’identité, Paris, Economica, Anthropos.

AMARTYA Sen, 2007, Identité et violence. L’illusion du destin, Paris, Odile Jacob.

ANDERSON Benedict, 1983, Imagined communities : reflections on the origin and spread of nationalism, Londres, Verso.

AUER Peter, 2005, « A postscript : code switching and social identity », Journal of pragmatics, no 33, p. 403-410.

BAKHTINE Mikhail, 1981, The dialogic imagination : four essays, Austin, University of Texas Press.

BALIBAR Étienne, 1998, John Locke. Identité et différence. L’invention de la conscience, Paris, Éditions du Seuil, « Essais ».

BARTH Frederik, 1969, Ethnic groups and boundaries, Oslo, Bergen.

BEACCO Jean-Claude et BYRAM Michael, 2007, Guide pour l’élaboration des politiques linguistiques éducatives en Europe. De la diversité linguistique à l’éducation plurilingue, Strasbourg, Conseil de l’Europe, Division des politiques linguistiques. En ligne : https://rm.coe.int/09000016802fc3ab.

BEN JELLOUN Tahar, 2007, « On ne parle pas le francophone », Le Monde diplomatique, mai 2007. En ligne : www.monde-diplomatique.fr/2007/05/BEN_JELLOUN/14715 (20 novembre 2007).

BHABHA Homi K., 1994, The location of culture, Londres, Routledge.

BILLIEZ Jacqueline, 1992, « Le parler vernaculaire inter-ethnique des groupes d’adolescents en milieu urbain », Des langues et des villes, R. Chaudenson éd., Paris, Didier Érudition, p. 117-126.

 —, 1996, « Poésie musicale urbaine : langues et identités entrelacées », Les politiques linguistiques, mythes et réalités, C. Juillard et L.-J. Calvet éd., Beyrouth, FMA, AUPELF-UREF, p. 61-66.

 —, 1998, « L’alternance des langues en chantant », LIDIL, no 18, p. 125-140.

BIRKEN-SILVERMAN Gabriele, 2004, « Language crossing among adolescents in a multiethnic city area in Germany », Trilingualism in family, school and community, C. Hoffmann et J. Ytsma éd., Clevedon, Multilingual Matters, p. 75-100.

BLANCHET Philippe, 2004, « L’identification sociolinguistique des langues et des variétés linguistiques : pour une analyse complexe du processus de catégorisation fonctionnelle », Actes de la conférence MIDL : Identification des langues et des variétés dialectales par les humains et les machines, p. 31-36. En ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00003875/document.

BLOCK David, 2008, Multilingual identities in a global city. London stories, Londres, Palgrave Macmillan.

BLOMMAERT Jan, 2003, « Commentary : A sociolinguistics of globalization », Journal of Sociolinguistics, vol. 7, no 4, p. 607-623.

BLOMMAERT Jan, COLLINS Jim et SLEMBROUCK Stef, 2004, « Spaces of multilingualism », Working papers on language, power et identity, no 18. En ligne : www.albany.edu/anthro/files/LPI18.pdf (18 juillet 2012).

BOURDIEU Pierre, 1982, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard.

 —, 1991, Language and symbolic power, Cambridge, Harvard University Press.

BOUTET Josiane et HELLER Monica, 2006, « Vers de nouvelles formes de pouvoir langagier ? Langue(s) et identité dans la nouvelle économie », Langage et société, no 118, p. 6-16.

BOYER Henri, 2001, Introduction à la sociolinguistique, Paris, Dunod.

BROHY Claudine, 1992, Das Sprachverhalten zweisprachiger Paare und Familien in Freiburg / Fribourg (Schweiz), Fribourg, Universitätsverlag Freiburg Schweiz.

 —, 2002, « Raconte-moi tes langues … Les biographies langagières en tant qu’outils d’enseignement et de recherche », Bulletin suisse de linguistique appliquée, no 76, p. 183-193.

 —, 2005, « Le plurilinguisme – un projet de société ? Continuité et rupture entre le discours politique et les pratiques pédagogiques en matière de promotion du plurilinguisme en Suisse », Le bilinguisme, A. Stouli éd., Paris, Le Manuscrit, p. 177-190.

 —, 2006, « Grandes et petites langues en situations d’échanges éducatifs : la pratique de la relativité », présentation dans le cadre de la conférence « Grandes et petites langues », 3-5 juillet 2006, La Sorbonne, Paris.

BULOT Thierry, 1998, « Langues en ville : une signalisation sociale des territoires », Rouen : reconstruction, langages (Sociolinguistique normande : langues en ville), no 1 d’Études Normandes, p. 41-45.

 —, 2007, La langue vivante : l’identité sociolinguistique des Cauchois, Paris, L’Harmattan.

BYRD CLARK Julie, 2010, Multilingualism, citizenship and identity. Voices of youth and symbolic investment in an urban, globalized world, Londres, Continuum.

CALVET Louis-Jean, 1997, « Le langage des banlieues : une forme identitaire », Touche pas à ma langue ! Les langages des banlieues, numéro hors-série de Skholê, p. 151-160.

CAMILLERI Carmel, KASTERSZTEIN Joseph, LIPIANSKY Edmond-Marc et al., 1990, Stratégies identitaires, Paris, Presses universitaires de France.

CHUN Elaine, 2001, « The construction of White, Black, and Korean American identities through African American vernacular English », Journal of linguistic anthropology, no 11 (1), p. 52-64.

COHEN Anthony, 1994, Self consciousness : an alternative anthropology of identity, Londres, Routledge.

CONSEIL DE L’EUROPE, 2001, Cadre européen commun de référence pour les langues : apprendre, enseigner, évaluer, Paris, Didier.

COSTE Daniel, MOORE Danièle et ZARATE Geneviève, 1997, 2009, La compétence plurilingue et pluri-culturelle, Strasbourg, Conseil de l’Europe.

CÔTÉ James et LEVINE Charles, 2002, Identity formation, agency, and culture, Mahwah (New Jersey), Lawrence Erlbaum Associates.

DAGENAIS Diane et MOORE Danièle, 2008, « Représentations des littératies plurilingues et de l’immersion en français chez des parents chinois », Canadian review of modern languages, no 65 (1), p. 11-32.

DE FLORIO-HANSEN Inez et HU Adelheid éd., 2003, Plurilingualität und Identität. Zur Selbst- und Fremdwahrnehmung mehrsprachiger Menschen, Tübingen, Stauffenburg Verlag.

DIRIM Inci et AUER Peter éd., 2004, Türkisch sprechen nicht nur Türken, Berlin, De Gruyter.

FESTINGER Leon, 1954, « A theory of social comparison processes », Human relations, no 7(2), p. 117-140.

FISHMAN Joshua A., 1977, « Language and ethnicity », Language, ethnicity and intergroup relations, H. Giles éd., Londres, Academic Press, p. 15-57.

 —, 1989, Language and ethnicity in minority sociolinguistic perspective, Clevedon, Multilingual Matters.

FISHMAN Joshua A. éd., 1999, Handbook of language and ethnic identity, New York, Oxford University Press.

GALLIGANI Stéphanie, 2007, « Identité et intégration : analyse des positions identitaires adoptées par des migrants espagnols face à leur accent d’origine », Variations au cœur et aux marges de la sociolinguistique. Mélanges offerts à Jacqueline Billiez, P. Lambert, A. Millet, M. Rispail et C. Trimaille éd., Paris, L’Harmattan, p. 119-127.

GARCIA Marie-Carmen, 1998, L’identité catalane. Analyse du processus de production de l’identité nationale en Catalogne, Paris, L’Harmattan, « Recherches et documents Espagne ».

GIAMPAPA Frances, 2004, « The Politics of identity, representation, and the discourses of self-identification : negociating the periphery and the center », Negotiation of identities in multilingual contexts, A. Pavlenko et A. Blackledge éd., Clevedon, Multilingual Matters, p. 192-218.

GIDDENS Anthony, 1991, Modernity and self-identity, Cambridge, Polity Press.

GOFFMAN Erving, 1963, Stigma : notes on the management of spoiled identity, Englewood Cliffs (New Jersey), Prentice Hall.

GUBBINS Paul et HOLT Mike éd., 2002, Beyond boundaries. Language and identity in comtemporary Europe, Clevedon, Multilingual Matters.

GUMPERZ John éd., 1982, Language and social identity, Cambridge University Press.

GUMPERZ John et COOK-GUMPERZ Jenny, 1982, « Introduction », Language and social identity, J. Gumperz éd., Cambridge University Press, p. 1-21.

GUTIÉRREZ Kris, LOPEZ Patricia B. et TEJEDA Carlos, 2003, « Rethinking diversity : hybridity and hybrid language practices in the third space », Language, literacy and education : a reader, S. Goodman, T. Lillis, J. Maybin et N. Mercer éd., Sterling, VA, Trentham Books, p. 171-187.

HANNERZ Ulf, 1996, Transnational connections, Londres, New York, Routledge.

HELLER Monica et LABRIE Normand éd., 2003, Discours et identités. La francité canadienne entre modernité et mondialisation, Cortil-Wodon, Éditions modulaires européennes.

HELLER Monica et MARTIN-JONES Marilyn éd., 2001, Voices of authority, education and linguistic difference, Westport, Ablex Publishing.

HOGG Michael A. et VAUGHAN Graham M., 2002, Social psychology, 3e éd., Londres, Prentice Hall.

IYALL SMITH Keri et LEAVY Patricia éd., 2008, Hybrid identities : theoretical and empirical examinations, La Haye, Brill.

JACQUET Marianne, MOORE Danièle et SABATIER Cécile, 2008, « Médiateurs culturels et insertion de nouveaux arrivants francophones africains : Parcours de migration et perception des rôles », Glottopol, no 11, p. 81-94. En ligne : www.univ-rouen.fr/dyalang/glottopol/ (18 juillet 2012).

KALLMEYER Werner et KEIM Inken, 2002, « Linguistic variation and the construction of social identity in a German-Turkish setting. A case study of an immigrant youth group in Mannheim, Germany », Discourse constructions of youth identities, J. K. Androutsopoulos et A. Georgakopoulou éd., Philadelphia, Amsterdam, John Benjamins, p. 29-46.

KANNO Yasuko et NORTON Bonny, 2003, « Imagined communities and educational possibilities : introduction », Journal of language, identity, and education, no 2(4), p. 241-249.

KAUFMANN Jean-Claude, 2004, L’invention de soi. Une théorie de l’identité, Paris, Armand Colin.

LABOV William, 1976, Sociolinguistique, Paris, Minuit.

LEPAGE Robert B. et TABOURET-KELLER Andrée, 1985, Acts of identity : creole-based approaches to language and ethnicity, Cambridge University Press.

LÉVI-STRAUSS Claude dir., 1977, L’identité, Paris, Grasset.

LLAMAS Carmen et WATT Dominic éd., 2010, Language and identities, Edinburgh University Press.

LO Vivian, 2006, Cultural identity and code-switching among immigrant Chinese students, parents and teachers in Vancouver, thèse de Ph.D., Simon Fraser University, non publié.

LOCKE John, 1689, An essay concerning humane understanding in four books, Londres, Thomas Bassett.

LORENZI-CIOLDI Fabio et DOISE Willem, 1994, « Identité sociale et identité personnelle », Stéréotypes, discriminations et relations intergroupes, R. Y. Bourhis et J.-P. Leyens éd., Bruxelles, Mardaga, p. 69-126.

LÜDI Georges, 1995, « L’identité linguistique des migrants en question : perdre, maintenir, changer », Changement de langage et langage du changement. Aspects linguistiques de la migration interne en Suisse, G. Lüdi, B. Py et al., Lausanne, L’Âge d’homme, p. 205-292.

LÜDI Georges, PY Bernard et al., 1995, Changement de langage et langage du changement. Aspects linguistiques de la migration interne en Suisse, Lausanne, L’Âge d’homme.

LÜDI Georges et PY Bernard, 2002, Être bilingue, Berne, Peter Lang.

LYTRA Vally et JØRGENSEN J. Normann éd. 2008, Multilingualism and identities across contexts : cross-disciplinary perspectives on Turkish-speaking youth in Europe, University of Copenhagen Press, « Copenhagen Studies in Bilingualism ».

MAALOUF Amin, 1998, Les identités meurtrières, Paris, Grasset.

MARTINEZ Pierre, MOORE Danièle et SPAËTH Valérie éd., 2008, Plurilinguismes et enseignement, identités en construction, Paris, Riveneuve.

MEAD George H., 1934, Mind, self and society, édition et introduction de C. W. Morris, Chicago, University of Chicago Press.

MOLINIÉ Muriel éd., 2006, Biographie langagière et apprentissage plurilingue, no 39 de Le français dans le monde. Recherches et applications.

MOORE Danièle, 2006, Plurilinguismes et école, Paris, Didier, « Langues et apprentissage des langues ».

 —, 2012, « Pratiques plurigraphiées d’enfants chinois en immersion française », Le français dans le monde. Recherches et applications, no 51, p. 62-75.

MOORE Danièle et CASTELLOTTI Véronique éd., 2008, La compétence plurilingue : regards francophones, Berne, Peter Lang.

MOORE Danièle et MACDONALD Margaret, 2011, « The name can only travel three times. Nomination des nouveaux-nés et dynamiques identitaires plurielles. Qu’en disent vingt jeunes mères Stó :lō de Colombie-Britannique ? Ou de quelques récits de la transformation », Glottopol, no 18, p. 155-190. En ligne : http://www.univ-rouen.fr/dyalang/glottopol (18 juillet 2012).

MOORE Danièle et PY Bernard, 2008, « Discours sur les langues et représentations sociales » (chap. 6), in G. Zarate, D. Lévy et C. Kramsch éd., Précis du plurilinguisme et du pluriculturalisme, Paris, Archives Contemporaines, p. 273-333.

MORIN Edgar, 2001, La méthode. Tome V : L’humanité de l’humanité – L’identité humaine, Paris, Seuil.

MORIS Christophe, 2003, Les représentations sociales des langues. Le cas de professeurs et d’apprenants de langues étrangères à Arequipa – Pérou, mémoire de diplôme d’études approfondies de didactologie des langues et des cultures, université Paris-3 Sorbonne-Nouvelle, non publié.

MULLER Nathalie, 1994, Frontière linguistique, stéréotypes et identité. Le Haut-Valais dans les représentations d’élèves de Sierre et de Sion, Neuchâtel, Institut de recherche et de documentation pédagogique.

OUELLET Pierre, HAREL Simon, LUPIEN Jocelyne et NOUSS Alexis éd., 2002, Identités narratives. Mémoire et perception, Laval, Presses de l’Université Laval.

PAHL Kate, 2008, « Identity, timescales and children’s multimodal texts », Multilingualism and identity across contexts, V. Lytra et J. Normann Jørgensen éd., Copenhagen Studies in Bilingualism, vol. XLV, p. 60-84.

PAVLENKO Aneta et BLACKLEDGE Adrian éd., 2004, Negotiation of identities in multilingual contexts, Clevedon, Multilingual Matters.

RAMPTON Ben, 2005 [1995], Crossing : language and ethnicity among adolescents, Manchester, Saint Jerome Publishing.

 —, 2006, Language in late modernity. Interaction in an urban school, Cambridge University Press.

RICŒUR Paul, 1990, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil.

SCHÜTZ Alfred, 1998, Éléments de sociologie phénoménologique, Paris, L’Harmattan.

SEBBA Mark, 2003, « Spelling rebellion », Discourse constructions of youth identities, J. Androutsopoulos et A. Georgakopoulo éd., Amsterdam, John Benjamins, p. 151-172.

SINGLY François de, 2003, Les uns avec les autres. Quand l’individualisme crée du lien, Paris, Armand Colin.

STRAUSS Anselm L., 1959, Mirrors and masks. The search for identity, Glencoe (Illinois), The Free Press.

TAJFEL Henry et TURNER John C., 1979, « An integrative theory of intergroup conflict », W. Austin et S. Worchel éd., Social psychology of intergroup relations, Monterrey, Brooks, Cole, p. 33-47.

 —, 1986, « The social identity theory of intergroup behavior », Psychology of intergroup relations, 2e éd., W. Austin et S. Worchel éd., Chicago, Nelson-Hal, p. 7-24.

TROUVÉ-FINDING Susan et LATOUR Vincent, 2007, « Jalons pour une analyse comparée des concepts de mixité et d’hybridité », Cahiers du Mimmoc, no 4. En ligne : http://journals.openedition.org/mimmoc/284 ; DOI : 10.4000/mimmoc.284.

TURNER John, 1996, « Henry Tajfel : an introduction », Social groups and identities : developing the legacy of Henry Tajfel, W. P. Robinson éd., Oxford, Butterworth Heinemann.

VOLTAIRE, 1734 [1999], « Lettre XIII sur M. Locke », Lettres philosophiques (Lettres anglaises), Paris, Mille et une nuit.

WOODWARD Kathryn, 2004, Questioning identity : gender, class, ethnicity, Londres, Routledge.

ZARATE Geneviève, 1998, « D’une culture à d’autres : critères pour évaluer la structure d’un capital pluriculturel », LIDIL, no 18, p. 141-151.

 —, 2003, « La médiation en situation de tension identitaire », Le français dans le Monde. Recherches et applications, numéro spécial, p. 173-184.

 —, 2008, « Introduction : appartenances et lien social », G. Zarate, D. Lévy et C. Kramsch éd., Précis du Plurilinguisme et du Pluriculturalisme, Paris, Archives Contemporaines, p. 173-180.

ZARATE Geneviève, LÉVY Danièle et KRAMSCH Claire éd., 2008, Précis du Plurilinguisme et du Pluriculturalisme, Paris, Archives Contemporaines.

Notes

1  « In other words, such approaches prevent scholars from seeing multiple ways in which social contexts constrain or prevent individuals from accessing linguistic resources or adopting new identities. » (Pavlenko et Blackledge, 2004, p. 7)

2  « [Ethnicity] exists as it is recognized, interpreted, and experienced. » (Fishman, 1989, p. 6)

3  « At every stage, ethnicity is linked to language, whether indexically, implementationally or symbolically. […] The ever-present link between language and religion (what would religion be without language ?) not only “sanctifies” our language but helps raise language into the pale sanctity even in a secular culture. » (Ibid., p. 7) […] a putative ethnic essence that is intergenerationally continuous among “one’s own kind” and is absorbed via the mother’s milk. […] a bodily mystery […], a corpus mysticum. And language is part of that corpus. » (Ibid., p. 16)

4  « […] we seek to develop interpretative sociolinguistic approaches to human interaction which account for the role that communicative phenomena play in the exercise of power and control and in the production and reproduction of social identity. […] to understand issues of identity and how they affect and are affected by social, political and ethnic divisions we need to gain insights into the communicative processes by which they arise. » (Gumperz et Cook-Gumperz, 1982, p. 1)

5  « Language is not only itself the focal centre of our acts of identity ; it also consists of metaphors, and our focusing of it is around such metaphors or symbols. The notion that words refer to or denote “things” in “the real world” is very widely held, but quite misplaced ; they are used with reference to concepts in the mind of the user ; these symbols are the means by which we define ourselves and others. » (LePage et Tabouret-Keller, 1985, p. 14) « […] individuals create the patterns for their linguistic behaviour so as to resemble those of the group or groups with which from time to time they wish to be identified. » (Ibid., p. 18)

6  Du grec παλίμψηστος (palímpsêstos, « gratté de nouveau »). Un palimpseste désigne un manuscrit écrit sur un parchemin préalablement utilisé, dont on a fait disparaître les inscriptions pour y écrire de nouveau.

7  Boutet et Heller (2006) défendent ainsi l’idée que les nouveaux discours qui accompagnent le rôle du langage dans la nouvelle économie mondialisée sont plus fortement axés sur les activités économiques que sur les questions de citoyenneté et d’identité. Les auteurs donnent l’exemple de la francophonie canadienne où la notion d’authenticité culturelle reste fortement associée à l’identification d’un capital social symbolique de la différence. Voir aussi Heller et Labrie, 2003.

8  « Identities are about questions of using the resources of history, language and culture in the process of becoming rather than being : not “who we are” or “where we came from”, so much as what we might become, how we have been represented and how that bears on how we might represent ourselves. » (Hall, 1996, p. 4)

9  « In sum, we view identities as social, discursive, and narrative options offered by a particular society in a specific time and place to which individuals and groups of individuals appeal in an attempt to self-name, to self-characterize, and to claim social spaces and social prerogatives. […] We see identity as particularly salient in contexts where multiple interpretations or meanings collide, resulting in a power struggle as to whose interpretation prevails. » (Pavlenko et Blackledge éd., 2004, p. 19)

10  La stigmatisation sociale des formes linguistiques est aussi discutée dans Labov (1976).

11  « A person’s identity is not to be found in behaviour, nor – important though this is – in the reactions of others, but in the capacity to keep a particular narrative going. The individual’s biography, if she is to maintain regular interaction with others in the day-to-day world, cannot be wholly fictive. It must continually integrate events which occur in the external world, and sort them into the ongoing “story” about the self. » (Giddens, 1991, p. 54)

12  « In their life-stories interviews, they construct identities which are neither the sum of the new and the old, nor half of what they were and half of what they are ; rather their stories seem more the result of the negotiation of difference cited above, as their past and present interact and transform each other. » (Block, 2008, p. 28)

13  Rushdie écrit dans Patries imaginaires (1995, Paris, Christian Bourgois, cité dans Ouellet, Harel, Lupien et Nouss, 2002, p. 108) : « Le mélange est la grande possibilité que la migration de masse a donné au monde, et j’ai essayé de l’embrasser. Les versets sataniques est un chant d’amour à notre identité métisse. » Voir aussi Salman Rushdie, 1980, Midnight children, New York, Penguin.

14  Voir par exemple Patrick Chamoiseau, 2005, À bout d’enfance, Paris, Gallimard.

15 « […] the mixing, within a single concrete utterance, of two or more different linguistic consciousnesses. »

16  « P. We are CHINESE [avec emphase]. 我們應該講自己的語言﹐我們不介意別人是否知道自己的身份﹐但是我們的子女介意﹐他們不認同自己是中國人﹐當你告訴他們 we are Chinese 他們會告訴你
I am Canadian. » (Lo, 2006)

17  « The English acquired by urban Africans may offer them considerable prestige and access to middle-class identities in African towns. It may be an “expensive” resource to them. But the same English, when spoken in London by the same Africans, may be a crucial object of stigmatization and may qualify them as members of the lower strata of society. What is “expensive” in Lusaka or Nairobi may be very “cheap” in London or New York. What people can actually accomplish with these resources is likewise affected. » (Blommaert, 2003, p. 616)

18  « The act of claiming an identity and claiming the spaces of identity is a political act. Using Giddens’ (1984) terminology of the “center” and the “periphery”, we can say that this act means not only movement from the periphery, but also a reconfiguration of the centre. » (Giampapa, 2004, p. 193)

19  « Because I can’t write (Chinese) and I do want her [my daughter] to learn how to read and write – just to keep that because I know she looks different already. She looks – how do you say – she looks oriental, people assume you have to speak that language. » (Père 008, entretien en anglais, Dagenais et Moore, 2008, p. 24-25)

20  我覺得重要, 因為妳是中國人, 如果妳不會講廣東話或者妳不會寫妳的名字會讓人覺得妳不是中國人, 等妳長大后, 既使妳滿口英文, 妳加入加拿大國籍, 如果不會聽, 不會寫, 不會講幾句妳怎麼說妳是中國人 ? » (Mère 048, entretien en cantonais, Dagenais et Moore, 2008, p. 24-25)

21  « My grandmother Nancy Phillips she was a fluent speaker and she taught the language [halqemeylem] all the years. She is the one that influenced me the most. When she was on her death-bed with cancer she didn’t want to die because she was worried about the community not having the language. So right there I said I promised her that I would do something to make sure that it carried on. So all of a sudden I started learning real quick and I believe it’s her spirit guiding me to make sure I know the language. So you are like a language carrier ? Yah and she relaxed after I promised her. […] I took that responsibility and sometimes it gets really overwhelming. » (Corpus MacDonald et Moore, 2007)

Auteurs

Simon Fraser University, Vancouver, Canada. Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, DILTEC

Université de Fribourg, Suisse

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search