Version classiqueVersion mobile

Sociolinguistique du contact

 | 
Jacky Simonin
, 
Sylvie Wharton

Écrits plurilingues

Cécile Van den Avenne

Texte intégral

Un domaine de recherche à la croisée de différentes disciplines

1L’intérêt pour les phénomènes écrits de contact de langues semble relativement récent en sociolinguistique, qui a largement privilégié l’oral. On peut noter cependant que la question de la pluralité des langues, associée aux questions d’écriture, entre dans les définitions d’une approche en termes de diglossie des situations de plurilinguisme (voir, ici même, « Diglossie »). Une situation diglossique est caractérisée par un rapport hiérarchisé entre deux voire plusieurs langues (complexus diglossique), et cette hiérarchisation est fondée sur une dichotomie fondamentale, qui recoupe largement un partage entre usages oraux et usages écrits : la variété dite haute, en effet, est souvent une langue qui a un corpus écrit. Nous pourrons voir que les études contemporaines sur les écrits ordinaires ainsi que les travaux sur la diglossie littéraire remettent largement en cause cette dichotomie.

2L’approche des phénomènes de plurilinguisme d’écriture est le fait notamment des historiens et philologues, spécialistes de l’Antiquité, du Moyen Âge ou de la Renaissance, dont les corpus sont des corpus écrits. On peut considérer que l’un des textes plurilingues les plus anciens qui nous soient connus est la célèbre pierre de Rosette (196 av. J.-C.), bilingue et trigraphe, écrite en hiéroglyphe, démotique et grec, découverte lors de la campagne d’Égypte de Napoléon en 1799 et déchiffrée par Champollion. Le travail le plus remarquable sur les phénomènes de plurilinguisme dans l’Antiquité est celui de John N. Adams sur le bilinguisme d’écriture dans l’empire romain (du Ier siècle av. J.-C. jusqu’au IVe siècle apr. J.-C.), mettant en contact latin et grec, mais aussi étrusque, hébreu, copte, etc. (Adams, 2003). On peut également citer les travaux rendant compte des phénomènes de plurilinguisme à l’écrit mettant en contact le latin et les langues vernaculaires, dans la période du Moyen Âge tardif en Europe, par exemple ceux de Voigts sur les écrits scientifiques et médicaux anglais (Voigts, 1996).

3Les travaux sur l’écriture ont connu dans les années 1980 un tournant ethnographique. Parmi les chercheurs qui s’inscrivent dans cette démarche, on peut citer plus particulièrement les travaux de ceux qui se sont intéressés à des situations plurilingues : Scribner et Cole (1981) tout d’abord, ainsi que les chercheurs du champ des new literacy studies, comme Martin-Jones et Jones (2000) et Durgunoğlu et Verhoeven (1998).

4En ce qui concerne la description (socio)linguistique, l’intérêt pour les phénomènes écrits de code-switching ou alternances codiques est relativement récent ; il hérite des approches de ce phénomène à l’oral (voir, ici même, « Alternances et mélanges codiques »). Le précurseur en ce domaine, comme en ce qui concerne globalement les études des contacts de langues, est Einar Haugen (1952) ; il étudie le phénomène à partir d’un corpus de lettres envoyées à un journal d’immigrants norvégiens aux États-Unis. Les études privilégient des corpus littéraires ou paralittéraires, en tout cas des corpus imprimés (Graedler, 1999 ; McClure, 1998 ; Miller, 2001 ; Rudin, 1996 ; Stølen, 1992). Un développement récent de la recherche s’intéresse aux écrits produits dans le cadre de l’utilisation des nouvelles technologies de l’information (SMS, chat, email). Les travaux sont plus rares sur les écrits plus « informels », dits aussi écrits ordinaires (Mbodj-Pouye, Van den Avenne, 2007, 2012). L’ouvrage récent coédité par Mark Sebba, Shahrzad Mahootian et Carla Jonsson (2012), sous le titre Language mixing and code-switching in writing, présente différentes approches sur des corpus de textes plurilingues, en s’attachant particulièrement à la présentation d’outils méthodologiques prenant en compte la spécificité de l’écrit.

Définitions, délimitations

5Lorsqu’on aborde les questions du plurilinguisme lié aux pratiques d’écriture, deux perspectives sont possibles : l’une, davantage anthropologique, qui observe les pratiques de l’écrit, l’autre, plus linguistique, mais du domaine également de la critique littéraire, qui observe et analyse les textes produits.

Les pratiques plurilingues de l’écrit

6Certaines approches ethnographiques de l’écriture ont rendu compte de situations de contacts de langues. Sylvia Scribner et Michael Cole au Libéria (Scribner et Cole, 1981), et plus récemment Daniel Wagner au Maroc (Wagner, 1993) ont étudié la coexistence de cultures écrites qui mobilisent chacune une langue (le vaï, l’arabe, l’anglais au Libéria ; l’arabe et le français au Maroc), une graphie, un mode d’apprentissage (informel à l’âge adulte, à travers l’école coranique, ou à travers le système scolaire formel) et des usages spécifiques. Ils notent l’existence de bilettrés (individus formés dans deux systèmes) et étudient leurs aptitudes spécifiques. Ils n’étudient pas l’articulation de ces différentes compétences, ni les productions plurilingues. 

7L’émergence des États-nations en Europe, au XIXe siècle, s’appuyant notamment sur une généralisation de la scolarisation dans une langue considérée comme langue nationale, a pu produire un modèle dominant qui est celui d’une pratique de l’écrit monolingue, d’une part, et tributaire de modèles acquis dans des contextes institutionnels d’enseignement, d’autre part. Ce modèle ne doit cependant pas occulter la diversité des situations possibles. Les études anglo-saxonnes des pratiques de l’écrit ont produit des typologies qui distinguent deux grands domaines : celui des « littératies dominantes » (dominant literacies), qui s’opposent aux « littératies vernaculaires » (vernacular literacies), dites aussi local literacies, indegenous literacies, et parfois catégorisées en new literacies ou emergent literacies. Ces distinctions ne recoupent pas forcément des usages de langues distincts, mais des canaux et domaines différents d’apprentissage et de pratiques de l’écrit.

8En contexte multilingue, la diversité des langues, des variétés de langues, des systèmes d’écriture, complexifie les pratiques de l’écrit. Et l’étude de ces pratiques remet en cause la dichotomie entre oral et écrit, sur laquelle reposent en partie les définitions de la diglossie. En effet, les usages de l’écrit ne sont pas forcément à rapporter uniquement à la langue officielle, nationale, ou dominante, et même en contexte de monolinguisme étatique, des pratiques plurilingues d’écriture peuvent être observées. C’est par exemple le cas de pratiques de l’écrit dans des langues régionales (on peut penser à l’occitan en France). Les phénomènes migratoires ont également pour conséquence de faire coexister des pratiques de l’écrit en différentes langues sur un même territoire. Dans un ouvrage collectif récent, Martin-Jones et Jones (2000), rendent compte de travaux dont la caractéristique commune est de documenter les pratiques de l’écrit d’individus bilingues ou plurilingues, adultes et enfants issus de migrations essentiellement, et pratiquant chacune des langues de leur répertoire linguistique pour des usages de l’écrit spécifiques et différents. C’est par exemple le cas d’enfants qui apprennent et pratiquent la langue officielle du pays où ils vivent à travers la scolarisation primaire, l’arabe classique à travers l’enseignement coranique, et la pratique écrite de la langue de leurs parents à travers un enseignement associatif, relayé à la maison par des pratiques culturelles spécifiques (études de cas d’enfants issus de l’immigration bengali en Angleterre, menées par Eve Gregory et Ann Williams, 2000). Ces études présentent l’intérêt de mettre en lumière des pratiques de l’écrit non prises en compte par les pays d’accueil de migrants, les adultes non lettrés dans la langue du pays d’accueil (littératie dominante) pouvant avoir des pratiques de l’écrit dans leur langue première (littératie vernaculaire ).

9Les situations postcoloniales enfin sont le lieu d’observation de pratiques plurilingue s de l’écrit. Certains pays ayant connu une colonisation européenne ont adopté, en prenant leur indépendance, la langue de l’ancien colon comme langue officielle et généralisé la scolarisation dans cette langue. Des systèmes de scolarisation, d’abord expérimentaux, ont vu ensuite le jour, privilégiant quelques langues nationales dans l’apprentissage primaire de l’écrit. D’autres systèmes de scolarisation, privés ou associatifs, privilégiant d’autres langues, peuvent par ailleurs entrer en concurrence. Enfin, l’alphabétisation des adultes privilégie généralement non la langue officielle mais les langues nationales. Ainsi, un pays comme le Mali, en Afrique de l’Ouest, est caractérisé par des pratiques de l’écrit en français (langue officielle et langue majoritaire de l’enseignement ), en arabe (langue de l’enseignement coranique et islamique), en langues nationales (peul et bambara en particulier) enseignées aux enfants dans le cadre de l’école primaire ou aux adultes dans le cadre de campagnes d’alphabétisation (Mbodj-Pouye, 2007 ; Mbodj-Pouye, Van den Avenne, 2007).

Écrits plurilingues : définitions et typologie

10À partir de quand peut-on parler d’écrits plurilingues ? La présence d’emprunts dans un texte par exemple ne suffit pas à le qualifier de plurilingue. Pour tenter une définition, on peut partir de la typologie proposée par Adams (2003) qui, à partir d’une étude de corpus antiques, distingue des types de textes où s’inscrivent des phénomènes différents de contacts de langues : textes bilingues ; textes translittérés ; textes mixtes ; textes reflétant implicitement une situation bilingue.

11Les textes bilingues sont des textes écrits en deux langues, dont les deux versions sont discontinues physiquement et dont le contenu est commun aux deux. La célèbre pierre de Rosette par exemple peut être considérée comme un texte bilingue.

12Il s’agit, généralement, d’une sorte de juxtaposition de deux versions séparées. La juxtaposition est équilibrée quand les deux textes ont exactement le même contenu (et l’on peut penser aux textes juridiques, officiels de certaines institutions ou États ayant une politique linguistique de bilinguisme comme la Belgique ou le Québec ; mais aussi aux textes utilitaires : notices, enveloppes de produits). Dans ce cas, on ne considère pas l’un des textes comme la traduction de l’autre (ce qui soumettrait l’une des langues à l’autre dans un rapport hiérarchique) mais on considère un texte bilingue où deux versions identiques se juxtaposent.

13La juxtaposition est inégale lorsque l’une des versions omet des éléments présents dans l’autre version. Ainsi l’une des versions peut être plus brève (version abrégée) que l’autre et dans ce cas apparaît une hiérarchisation des langues. 

14Dans d’autres cas, le contenu, même similaire, n’est pas identique (variation dans le niveau de langue, dans le type de vocabulaire utilisé : marques de littérarité, ou de familiarité, plus accentuées dans l’une des langues) et laisse apparaître un investissement différent des deux langues par le scripteur, sans qu’il soit possible de parler de hiérarchisation. 

15Les textes translittérés sont des textes écrits dans une graphie « importée » d’une langue différente de celle dans laquelle est écrite le texte (Adams donne des exemples de textes latins écrits en alphabet grec). L’existence de tels textes permet de rendre compte du fait que l’apprentissage d’une langue et l’apprentissage de la littératie dans une langue sont deux choses distinctes ; un bilingue à l’oral peut être illettré dans les deux scripts ou lettré seulement dans un. Certaines langues sans tradition d’écriture ont été écrites dans des alphabets exogènes à disposition ; ainsi les langues d’Afrique de l’Ouest, dont on dispose de transcriptions par des lettrés musulmans en graphie arabe (écriture dite ajami) et dont les transcriptions modernes se font à partir de l’alphabet latin ; mais cela a été vrai aussi de certaines langues de l’Italie antique, l’étrusque par exemple, transcrit par certains lettrés en latin. L’existence de tels textes nous renvoie à la notion de digraphie, que nous développerons ci-dessous.

16Les textes mixtes sont caractérisés par des changements de langue en cours de texte, c’est-à-dire par des phénomènes d’alternance codique et de mélange de codes. On identifie souvent une langue de base, l’alternance ne concernant que de brèves insertions, mais parfois les alternances peuvent être tellement importantes qu’il est impossible d’assigner un texte à l’une ou l’autre langue. Adams donne l’exemple des textes produits dans la communauté juive de Venusia (ville d’Apulie, actuelles Pouilles, en Italie). On y parlait vraisemblablement le latin, mais il perdurait une tradition d’utilisation du grec pour les inscriptions funéraires. Les alphabets grec et latin sont utilisés dans ces inscriptions, certains passages sont écrits en grec, d’autres en latin. Dans les passages utilisant l’alphabet grec, on peut remarquer des erreurs de flexion et de syntaxe, des emprunts au latin et des interférences morphologiques avec ce dernier. Dans les mêmes inscriptions, on trouve l’expression shalom aussi bien en caractères hébraïques que translittérée en caractères grecs. Des passages en grec translittérés en caractères hébraïques, et vice versa, ont aussi été repérés. L’enchevêtrement des phénomènes (plurilinguisme, plurigraphie, alternances, emprunts, interférences) caractérise ces textes mixtes.

17Dans l’histoire de la littérature européenne, les textes dits macaroniques semblent être emblématiques du type des textes mixtes. Au XVe siècle, le terme décrivait un type de poésie pratiquée en Italie, et plus particulièrement à Padoue, mêlant dans des hexamètres écrits en latin des mots ou expressions vernaculaires avec des terminaisons latines correctement déclinées. Il a ensuite été adopté pour décrire des pratiques d’écriture, en vers ou en prose, qui mélangent l’anglais et le latin (ou le français), que le mélange se fasse de phrase à phrase (alternance codique ) ou par intégration de mots ou structures dans une langue matrice (voir notamment Wenzel, 1994).

18Les textes décrits comme textes reflétant implicitement une situation bilingue sont des textes écrits dans une langue mais montrant des signes d’interférence d’une autre langue. Les interférences peuvent être de différentes formes : interférences orthographiques, morphologiques, traductions littérales de formules ou clichés linguistiques.

19L’interférence orthographique et le phénomène dit alphabet-switching sont particulièrement intéressants puisqu’ils sont des phénomènes spécifiques à l’écrit. On parle d’interférence orthographique lorsque la manière d’épeler et la graphie sont transférées d’une langue à l’autre. Ainsi, par exemple, on est en présence d’une interférence orthographique lorsqu’un graphème d’une langue peut avoir des réalisations phonétiques différentes et est transcrit par deux graphèmes différents dans une autre langue. Adams cite l’exemple de princeps en latin, orthographié prigceps, sous l’influence du grec (le même graphème γ ayant en grec deux réalisations phonétiques, l’une nasale, l’autre occlusive).

20On parle d’alphabet-switching, alternance alphabétique, lorsqu’il y a insertion d’une lettre d’un alphabet dans l’autre (textes en latin avec insertion de lettres grecques).

Les alternances de langues à l’écrit : éléments de description

21La description des textes en langue mixte emprunte à celles des phénomènes de contact de langues à l’oral, elle ne dispose pas d’un cadre théorique distinct. Un certain nombre d’études applique les modèles descriptifs construits à partir de données orales, que les analyses soient davantage centrées sur les phénomènes structurels d’alternances (utilisant les modèles de Joshi ou Poplack, en termes de contraintes, ou le matrix language frame de Myers-Scotton), ou qu’elles abordent la question d’un point de vue sociolinguistique (utilisant le markedness model de Myers-Scotton ou l’approche sociolinguistique de Gumperz ; voir, ici même, « Alternances et mélanges codiques »). Ainsi Miller (2001), sur un corpus médiéval en hébreu et castillan, aborde son texte à travers les analyses de Poplack, Joshi et Myers-Scotton. Mendieta-Lombardo et Cintron (1995) utilisent le markedness model pour décrire des choix de langues dans la poésie bilingue chicano.

Spécificités de l’écrit : ressources spatiales et graphiques

22Contrairement à l’oral, l’écrit ne se déploie pas temporellement et linéairement, mais peut exploiter toutes les ressources de la spatialisation, et ceci quel que soit le support. La prise en compte de la spatialisation permet d’opposer, aux textes de forme bloc, les textes qui adoptent une forme liste ou une forme tableau. Elle permet par ailleurs de distinguer les deux espaces textuels que sont d’une part le corps du texte et d’autre part le paratexte (marges, titres, légendes d’images). En prenant en compte ces différents espaces textuels, Graedler (1999) distingue ce qu’elle nomme les alternances codiques « intégrées » (embedded code switching ), qui apparaissent dans le corps du texte, et les alternances codiques qu’elle nomme « libres » (free), qui apparaissent en position extérieure par rapport au corps du texte. Cette distinction est propre à l’écrit et ne recoupe pas de phénomène oral.

23Outre la spatialisation, les différents outils graphiques sont des ressources propres à l’écrit. L’une de ces ressources peut être le recours à des alphabets différents dans le corps d’un même texte. Ainsi, sur un corpus en bulgare, écrit en alphabet cyrillique, McClure (1998) repère des emprunts en anglais, tantôt graphiés en alphabet latin, tantôt en alphabet cyrillique. Elle émet l’hypothèse que l’alphabet utilisé peut permettre de repérer si l’on a affaire à un emprunt ou à un phénomène d’alternance codique (sur cette distinction, sur laquelle l’ensemble des linguistes travaillant ne s’accordent pas, voir, ici même, « Alternances et mélanges codiques »). En effet, des mots et phrases d’un usage très rare et qui pourraient ne pas être reconnus par des monolingues – ce qui permet de penser qu’ils ne sont pas des emprunts – apparaissent en alphabet cyrillique. D’autres, comme TV, qui est clairement un emprunt, sont toujours écrits en alphabet latin. On peut ici parler d’« exploitation de l’impact visuel de l’apparence étrangère (« exploitation of the visual impact of foreign appearance », Graedler, 1999, p. 341).

24Dans le même ordre d’idées, les choix de graphie ou d’orthographe peuvent avoir une pertinence dans l’analyse de textes plurilingues. L’étude de Sebba (2000) illustre bien ce phénomène. Elle porte sur des pratiques d’écriture qui mêlent anglais et créole de la Jamaïque (dit créole à base lexicale anglaise) et rend compte de choix graphiques de transcription du créole (alors qu’il n’existe aucune orthographe standard largement diffusée de ce créole) comme choix permettant de souligner la différence entre créole et anglais (choix d’une graphie éloignant les mots créoles de leur source possible anglaise). Le changement de typographie, ou de type d’écriture, dans le cas des écrits manuscrits, peut être pertinent également, comme dans le corpus analysé par Mbodj-Pouye, Van den Avenne (2007), où le bambara est écrit en graphie scripte et en minuscules et le français en graphie cursive. Ces usages de types d’écriture distincts selon les langues ont été repérés sur des corpus en ancien anglais et latin (Scraggs, 1974, p. 43).

25Enfin, le scripteur dispose d’outils graphiques diacritiques qui lui permettent de mettre en scène graphiquement la différences des langues : guillemets, italique, signes de ponctuation divers (notamment différents signes de mise en équivalence permettant de donner des traductions : signe égal, deux-points, flèche ; sur l’usage de ces différents outils, voir Mbodj-Pouye, Van den Avenne, 2007, p. 105-106).

Alternances de langues et genres

26On pourrait formuler comme hypothèse a priori que, du fait que la variation diamésique (écrit / oral) est souvent corrélée à une variation de niveau de langue, l’écrit contiendrait moins de formes de variations non standard, et que, si l’on considère les formes linguistiques mixtes comme des formes non standard, il y aurait moins de formes mixtes à l’écrit. On observe cependant qu’il est nécessaire de prendre en compte la variation dans le registre, c’est-à-dire la variation entre genres de l’écrit. On ne peut traiter de l’écrit imprimé comme on traite des écrits ordinaires : correspondances, journaux intimes, écrits du quotidien (listes de courses, notes, etc.). Ainsi, on a pu montrer que les lettres personnelles sont très proches du registre de la conversation (Biber, 1988, p. 167), et qu’elles contiennent davantage de formes mixtes ou d’alternances.

27Certains écrits sont le lieu privilégié de l’exhibition de formes mixtes, ainsi la chanson, genre que l’on pourrait dire « intermédiaire » : écrit mais produit pour l’oral (Stølen, 1992).

28Par ailleurs, dans certains cas, le changement de code linguistique peut être analysé comme accompagnant un changement de genre. Dans l’étude que propose Blommaert (1999) du récit autobiographique écrit par Julien, ancien employé de maison d’une famille belge au Zaïre (actuel République démocratique du Congo), il rend compte du fait que le récit est écrit en swahili et français, avec très peu de traces d’interférences, alternances intraphrastiques ou mixtes, et que le swahili est reservé au récit proprement dit, alors que le français rend compte d’un glissement vers le genre épistolaire.

29Enfin, le genre des textes envisagés peut influer sur les types d’alternances codiques rencontrées (interphrastique vs intraphrastique). Ainsi, Graedler (1999) observe sur son corpus écrit (corpus de presse et corpus de lettres personnelles mettant en jeu norvégien et anglais) une prédominance de l’alternance codique interphrastique dans le corpus de presse et une prédominance de l’alternance codique intraphrastique dans le corpus de lettres personnelles.

Fonctions sociolinguistiques de l’alternance de langues à l’écrit

30Les alternances de langues peuvent être décrites d’un point de vue fonctionnel et pragmatique, en se référant aux analyses de Gumperz (1982) et Romaine (1995). Le changement de code peut servir à la caractérisation du scripteur ou inscrire le texte dans un arrière-plan culturel spécifique. La ressource sémantique que constitue le contraste de code, bien décrite par Gumperz (1982) sur des corpus oraux, est également ressource à l’écrit. Un certain nombre de fonctions sont ainsi attestées : réitération, citation. Le changement de code peut ainsi accompagner un changement discursif et/ou énonciatif : le passage du texte à son commentaire par exemple (voir Mbodj-Pouye, Van den Avenne, 2007). Différentes langues peuvent être assignées à différents domaines dans un même texte, ainsi des recettes médicales en moyen anglais décrites par Voigts (1996), accompagnées de formules magiques en latin.

31Le changement de langue à l’écrit peut être marqué par une forme de réflexivité linguistique (traduction, glose méta-énonciative, mise à distance…), du fait notamment de l’intentionnalité plus grande qui marque l’écrit par rapport à l’oral. Les alternances de langue à l’écrit seraient ainsi davantage « conscientes » alors que les phénomènes d’alternance à l’oral ont souvent été décrits (par Haugen ou Blom et Gumperz) comme non conscients.

Domaines, exemples

Contacts de langues et nouvelles technologies : contraintes et innovations

32La variété de langue utilisée pour la communication médiatisée par les nouvelles technologies, appelée globalement « communication électronique » (email, chat, SMS), est parfois décrite comme de l’« écrit oral » (Anis, 1998). Elle est fortement marquée, quelle que soit la langue observée, par de nombreux emprunts à l’anglais, devenu de fait la lingua franca de la communication sur Internet. Cette présence de l’anglais a été étudiée sur des corpus francophones notamment par Pierozak (2003).

33Les variétés de langues utilisées pour la communication électronique sont caractérisées par des usages graphiques particuliers – abréviations, smileys – plus ou moins stabilisés. Une étude comme celle de Feussi (2007) rend ainsi compte d’une forte variation graphique des usages dans la communication électronique en français au Cameroun (usages de graphies dites anglicisantes vs graphies francisantes). Le propre de ce type de communication est également d’être contraint de s’adapter aux outils technologiques. Une étude d’Atifi (2007) sur des pratiques alternant français, anglais et arabe sur des forums de discussion au Maroc, permet ainsi notamment de mettre en avant la contrainte technique liée à l’usage du clavier dominant (alphabet latin) et à la difficulté pratique d’alterner graphie en alphabet latin et graphie arabe : l’arabe dans son corpus (sauf cas de citations du Coran, non pas réellement écrites mais copiées-collées) est très majoritairement translittéré en alphabet latin.

34La communication électronique est très largement plurilingue, et son étude, un terrain particulièrement riche pour étudier différents phénomènes de contacts de langues. Depuis les années 1990, un nombre croissant d’études en linguistique s’intéresse aux pratiques émergentes d’écriture via la communication électronique, en contextes multilingues et diglossiques, et aux conséquences que peuvent avoir ces pratiques sur l’évolution formelle des langues tout autant que sur l’évolution de leur statut. On peut signaler différentes études, menées sur des phénomènes de contacts de langues, rendant compte de pratiques émergentes dans différentes aires linguistiques : contacts de langues dans les écrits d’expatriés originaires de l’Asie du Sud sur Usenet (Paolillo, 1996), usage alternant français et créole dans des corpus de chat (Mattio, 2003 ; Legeden et Richard, 2007) ; choix de langues dans les écrits de jeunes Égyptiens utilisant différentes formes de communication électronique (Warschauer, El Said et Zohry, 2002) ; présentation de soi dans des emails en grec (Georgakopoulou, 1997) ; négociation d’identité sur un forum de discussion au Japon (Matsuda, 2002) ; caractéristiques linguistiques du suédois utilisé pour le chat et les SMS sur téléphone portable (Hård af Segerstad, 2002).

Écriture littéraire et pluralité des langues : l’hétérolinguisme

35Parmi les textes produits en situation de plurilinguisme, les textes littéraires constituent un cas particulier non négligeable. Les situations de plurilinguisme ou contacts de langues ne produisent pas forcément des textes littéraires plurilingues. L’écrivain peut opérer un choix, parmi plusieurs langues. Ce choix d’une langue d’écriture littéraire dépend de facteurs divers : la compétence scripturale de l’écrivain (ce qui peut ne pas être lettré dans sa langue première, dont la langue d’écriture peut être différente de la langue qu’il pratique quotidiennement à l’oral, pour des raisons qui tiennent à la situation sociolinguistique de l’espace où il a été socialisé à l’écrit) ; la compétence supposée du lectorat (qui peut être aussi une manière de choisir un lectorat). L’écrivain peut également avoir une activité d’écriture littéraire en plusieurs langues, en pratiquant notamment l’autotraduction – on peut citer les deux textes de l’écrivain haïtien Frankétienne : Dézafi, écrit en créole, et Les affres d’un défi, écrit en français, ou ceux d’Axel Gauvin : Quartier trois lettres / Kartye Trwa Let. L’écrivain, enfin, peut user de différentes langues au sein d’un même texte, selon une pratique de mise en scène d’un hétérolinguisme, pour reprendre un terme introduit par Rainier Grutman (1997), dont l’usage s’est spécialisé dans le domaine des études littéraires, et qu’il définit ainsi : « Par hétérolinguisme […], j’entendrai la présence dans le texte d’idiomes étrangers, sous quelque forme que ce soit, aussi bien de variétés (sociales, régionales ou chronologiques) de la langue principale » (Grutman, 1997, p. 37).

36L’existence de textes littéraires mettant en scène plusieurs langues ou plusieurs variétés d’une même langue est attestée à époque ancienne, et dans différentes aires culturelles et linguistiques. La critique littéraire s’y intéresse depuis les années 1970 (voir Forster, 1970, par exemple), et les linguistes également, dont certains ont tendance à utiliser le corpus littéraire comme une « sorte d’archive linguistique d’accès aisé » (Beniamino, 1997, p. 35). L’un des enjeux de l’hétérolinguisme pour les écrivains peut être l’appropriation. Ce terme désigne, dans la terminologie de la critique littéraire postcoloniale (voir Aschcroft, Griffiths et Tiffin, 1998), un phénomène linguistique d’adaptation – sémantique, lexicale, phonétique – d’une langue, à l’expression de concepts qu’elle n’énonce pas dans son emploi standard initial. Elle concerne les langues de la colonisation, français et anglais notamment, telles qu’elles sont utilisées par des écrivains issus des anciens empires coloniaux (on peut citer des auteurs aussi différents que Salman Rushdie, Wole Soyinka ou Ahmadou Kourouma). Une autre approche concerne l’usage et l’intégration de xénismes (soit le recours à un mot « étranger » qui se mêle à la langue de la narration) dans un texte donné, et particulièrement dans le roman colonial (Van den Avenne, 2007), le récit de voyage et plus largement les romans ethnographiques. Dans ce type d’écrits, les xénismes constituent comme l’indique Montalbeti des « opérateurs d’authenticité, ils introduisent dans le texte de la couleur locale […] ils font preuve. » (Montalbeti, 1997, p. 170, citée par Magdelaine, 2004, p. 115). De même dans les littératures dites émergentes (ou littératures postcoloniales écrites dans une langue occidentale, par des écrivains dont elle n’est pas la langue première), le romancier, s’exprimant dans une langue seconde pour exprimer son univers culturel, fait un travail de médiation « proposant une forme de rapport entre les langues qui au niveau lexical, opère selon les modalités de l’intertextualité, faisant jouer sous une langue les éléments et signifiants d’une autre » (Magdelaine, 2004, p. 114).

37Une typologie des différents procédés de mise en scène de l’hétérolinguisme peut être faite (pour une approche synthétique et typologique des différents outils permettant d’appréhender les textes hétérolingues, voir Suchet, 2009). On distinguera ainsi deux types de phénomènes de coexistence des langues :

  • Une coexistence hiérarchisée d’un point de vue énonciatif : la langue de l’instance narratrice accueille la ou les langues autre(s), présente(s) uniquement dans les paroles rapportées ;
  • Une coexistence hiérarchisée d’un point de vue linguistique, où une langue que l’on peut dire matrice – sur des critères statistiques – accueille une ou d’autres langue(s).

38Ce type d’approche en termes de hiérarchisation des codes peut être mis en relation avec une approche en termes de diglossie du phénomène. On considérera alors qu’il y a reproduction, ou mise en scène, dans le texte littéraire, d’un schéma diglossique, soit dans les choix énonciatifs, soit dans les choix linguistiques (voir, ici même, « Diglossie », pour des précisions sur la notion de diglossie littéraire).

39Le travail linguistique et stylistique de mise en coprésence des langues peut prendre différentes formes. Chantal Zabus (1991), à partir d’un corpus de romans africains en langue française et en langue anglaise, distingue différents procédés qu’elle nomme et décrit ainsi : le rembourrage (cushionning) ou adjonction qui met en présence des doublets en apposition (un mot dans la langue d’écriture apposé à un mot en langue étrangère), la glose ou contextualisation, où il s’agit d’insérer le mot en langue étrangère dans un contexte où il s’auto-explique, et la relexification (terme qu’elle emprunte à la créolistique en lui faisant subir un fort changement de sens), qui correspond à la création d’un calque, lexical ou syntaxique.

40Pour finir, on peut souligner le fait que l’étude des contacts de langues à l’écrit est un domaine de recherche émergent, qui se constitue à partir de travaux empruntant à des disciplines différentes (anthropologie, linguistique, sciences des textes), en confrontant des pratiques d’écriture très diverses (écrits ordinaires, journalistiques, paralittéraires et littéraires).

Concepts et notions associés

Colinguisme

41Le terme de « colinguisme » et la notion qui y est attachée ont été introduits par Renée Balibar, à partir de son ouvrage L’institution du français. Essai sur le colinguisme des Carolingiens à la République, publié en 1985. Ce terme désigne l’association institutionnelle de certaines langues écrites, en particulier certaines associations historiques de langues écrites, pour faciliter la communication et les échanges entre individus politiques, c’est-à-dire entre partenaires légitimes, dont les langues sont étrangères les unes aux autres. Ces associations sont le produit d’un enseignement et d’une politique. On peut citer différents exemples. Le système scolaire français associe la langue française nationale à un certain nombre de langues étrangères ou anciennes, dont la liste est fixée par la loi et dont les modalités d’enseignement sont déterminées. Certains supports peuvent être le lieu d’expression de formes de colinguisme ; ainsi, en France, les panneaux de signalisation bilingues (français / langues régionales), par un usage précis de normes typographiques (caractères gras vs maigres), par la disposition des noms (l’un au-dessus de l’autre), symbolisent le statut respectif des communautés. On peut également décrire le colinguisme institué pour l’ONU, qui définit les langues officiellement représentatives des États-nations et fixe les modalités des travaux de concertation.

42Balibar distingue deux types de colinguisme, l’un qu’elle nomme « fermé » lorsqu’il tend à protéger les privilèges des lettrés, l’autre qu’elle nomme « ouvert » lorsqu’il tend à surmonter l’inégalité des moyens d’expression.

Digraphie

43On doit l’introduction du terme digraphie à Ian Dale (1980) ; il désigne l’usage de deux ou plusieurs systèmes d’écriture pour représenter la même langue (ou différentes variétés de la même langue). On distingue les cas de digraphie synchronique, lorsque que plus d’un système d’écriture sont utilisés simultanément pour la même langue, des cas de digraphie diachronique, lorsque que plus d’un système d’écriture sont utilisés successivement dans le temps pour une langue donnée. Ce terme de digraphie peut être considéré comme l’équivalent, concernant l’écriture, du terme de diglossie, introduit par Ferguson (voir, ici même, « Diglossie »).

44On doit distinguer les cas de digraphie des cas de translittération ou transcription, lorsque par exemple un texte écrit en anglais et citant du grec le translittère en alphabet latin. Ces cas apparaissent lorsque des éléments d’une langue doivent être donnés à lire à des personnes qui parlent ou lisent une autre langue, dans un autre système d’écriture. Le phénomène de digraphie ne concerne quant à lui que les situations impliquant des locuteurs d’une seule et même langue.

45On peut pointer tout d’abord des situations de digraphie « séquentielle », pour reprendre un terme de DeFrancis (1984), dans un article qui fait autorité et sur lequel je m’appuierai ici. Cette première catégorie peut être appliquée aux cas où des réformes linguistiques s’accompagnent d’un changement de graphie. Ainsi, l’écriture du turc est passée d’un système utilisant la graphie arabe à un système latinisé dans les années 1920. De même, de nombreuses langues de l’Asie centrale ont connu plusieurs changements dans leur système d’écriture, de la graphie arabe à la graphie latine, jusqu’à l’usage de l’alphabet cyrillique. On voit alors coexister des corpus de textes dans plusieurs systèmes graphiques, les textes les plus anciens dans une graphie distincte des textes postérieurs aux réformes.

46Dans les périodes de transition d’un système d’écriture à l’autre, on peut observer des cas de digraphie séquentielle qui se stabilisent un moment en digraphie synchronique. Cela a été le cas avec l’écriture de l’ancienne Égypte, décrit par Dale ; l’égyptien a été écrit pendant une période longue avec trois types de graphie, différenciées selon l’usage : hiéroglyphique, hiératique et démotique. Historiquement, les hiéroglyphes sont les plus anciens ; peu à peu, une graphie cursive, dite hiératique, a pris de l’importance pour les écrits non monumentaux ; de cette graphie s’est développé le style, encore davantage cursif, connu sous le nom de démotique. Une spécialisation des différentes graphies a pu être observée, qui peut être considérée comme un parallèle strict des fonctions hiérarchisées des langues dans un système diglossique, tel qu’il a pu être décrit par Ferguson. Les hiéroglyphes étaient utilisés pour les inscriptions monumentales et les textes d’un statut rituel ; le hiératique était utilisé par les prêtres pour l’écriture de la littérature et les textes religieux ; le démotique, pour la vie quotidienne.

47D’autres situations, marginales comme les précédentes, sont catégorisées par DeFrancis comme des cas de « digraphie concurrente », ainsi qu’il désigne les cas de la Corée et du Japon, qui mettent en compétition des caractères empruntés au système chinois et une écriture alphabétique (dite hangul en Corée) ou un syllabaire (dit kana au Japon).

48Il y a cependant peu d’exemples dans le monde où une langue est écrite de façon régulière selon deux alphabets, les exemples les plus célèbres étant ceux du serbe et du croate (le serbe étant écrit dans l’alphabet cyrillique, le croate dans l’alphabet latin), et de l’hindi et de l’ourdou (devanagari / écriture perso-arabique ; Trager, 1974). Ces cas peuvent prêter à discussion : Trager, ainsi que le pointe DeFrancis, traite ces deux paires de noms de langues comme désignant des langues identiques, sur la base de considérations purement linguistiques (similarités phonologiques, lexicales, syntaxiques et intercompréhension entre les différentes formes parlées). Les locuteurs, cependant, selon des considérations plus sociolinguistiques, pourrait-on dire, considèrent ces paires comme des langues distinctes. Ce qu’il est intéressant de pointer ici, c’est comment la différenciation graphique peut être vue comme un outil de la différenciation linguistique, selon des critères davantage extra- (ou socio-) linguistique. Les systèmes d’écriture peuvent de façon très explicite se charger de fonctions identitaires, ainsi dans le cas du serbo-croate, où l’alphabet latin se trouve associé à la religion catholique dominante chez les Croates, et l’alphabet cyrillique, associé à la religion orthodoxe dominante chez les Serbes, ou, dans le cas de la distinction entre hindi et ourdou, qui recoupe grossièrement une distinction entre hindouisme et islam. Ainsi, la diffusion de certains systèmes d’écriture a pu aller de pair historiquement avec la propagation de certaines religions, fondées sur des usages de l’écrit. La rivalité entre entreprises missionnaires des deux types de christianisme (orthodoxe et catholique) se voit dans les alphabets employés par les Slaves : dans les zones orthodoxes est utilisé l’alphabet cyrillique (Ukraine, Bulgarie, Macédoine) ; dans les zones catholiques, les langues sont écrites en alphabet latin (polonais, tchèque, slovaque).

49Le dernier cas traité par DeFrancis dans son article est un cas de digraphie « émergente » ; il concerne la Chine et sa réforme de l’écrit (Wenzi Gaige). Ce qui est intéressant dans ce cas, c’est que, contrairement aux cas serbo-croate et hindi-ourdou, les locuteurs natifs considèrent bien souvent comme dialectes d’une même langue des parlers qui, selon des critères linguistiques, sont des langues distinctes, comme le cantonais et le mandarin. Le système d’écriture, identique pour des langues différentes, et plus précisément fondé sur le mandarin ou putonghua, a pu dans ce cas avoir un rôle unificateur, selon une définition « writing-oriented » de la langue (donnant à l’écriture un rôle prépondérant), comme l’écrit DeFrancis (1984, p. 63). En 1958 a été adopté un système alphabétique, appelé pinyin, basé sur l’alphabet latin. Les caractéristiques sur cette digraphie émergente sont telles qu’elles doivent être considérées, comme le pointe DeFrancis, comme parallèles à celles décrites par Ferguson concernant la diglossie. Les caractères chinois sont une forme plus prestigieuse que l’écriture pinyin, et les deux systèmes peuvent être hiérarchisés en haut (H) et bas (B), de la même façon que peuvent être hiérarchisées en langue haute (H) et langue basse (B) deux variétés selon le schéma diglossique. Les fonctions des deux systèmes d’écriture sont également spécialisées, les caractères chinois gardant le rôle de véhicule écrit de la littérature notamment.

50On peut citer, parmi les travaux récents, la thèse de Stéphane Grivelet (1999), qui discute les différentes définitions de la digraphie et fait un état des lieux de la question.

Bibliographie

ADAMS John N., 2003, Bilingualism and the latin language, Cambridge University Press.

ANIS Jacques, 1998, Texte et ordinateur : écriture réinventée, Bruxelles, De Boeck Université.

ASCHCROFT Bill, GRIFFITHS Gareth et TIFFIN Helen, 1998 [1989], The empire writes back. Theory and practice in post-colonial literatures, New York, Routledge.

ATIFI Hassan, 2007, « Continuité et/ou rupture dans l’Internet multilingue : quelles langues parler dans un forum diasporique ? », Glottopol, no 10, p. 113-126. En ligne : http://www.univ-rouen.fr/dyalang/glottopol (18 juillet 2012).

BALIBAR Renée, 1985, L’institution du français. Essai sur le colinguisme des Carolingiens à la République, Paris, Presses universitaires de France.

BENIAMINO Michel, 1997, « Pour une poétique de la xénologie. À propos de la création lexicale dans la littérature franco-créole : comparaisons et hypothèses », Études créoles, vol. XX, no 1, p. 29-45.

BIBER Douglas, 1988, Variation across speech and writing, Cambridge University Press.

BLOMMAERT Jan, 1999, « Reconstructing the sociolinguistic image of Africa : grassroots writing in Shaba (Congo) », Text, vol. XIX, no 2, p. 175-200.

CHARTIER Roger, 1986, « Les pratiques de l’écrit », Histoire de la vie privée. Tome III, De la Renaissance aux Lumières, P. Ariès et G. Duby éd., Paris, Le Seuil, p. 120-148.

DALE Ian R., 1980, « Digraphia », International journal of sociology of language, no 26, p. 5-13.

CRYSTAL David, 2001, Language and the Internet, Cambridge University Press.

DEFRANCIS John, 1984, « Digraphia », Word, vol. XXXV, no 1, p. 59-66.

DURGUNOĞLU Aydin et VERHOEVEN Ludo éd., 1998, Literacy development in a multilingual context. Cross-cultural perspectives, Mahwah (New Jersey), Lawrence Erlbaum Associates.

EGLI Mirjam, 2003, « L’acquisition sauvage de la littératie par des enfants bilingues francophones et germanophones en Suisse : enjeux et potentiels sous-estimés », Plurilinguisme. Enjeux identitaires, socioculturels et éducatifs, L. Mondada et S. Pekarek Doehler éd., Tübingen, Bâle, Francke Verlag, p. 165-78.

FEUSSI Valentin, 2007, « À travers textos, courriels et tchat : des usages de français au Cameroun », Glottopol, no 10, p. 70-85. En ligne : http://www.univ-rouen.fr/dyalang/glottopol (18 juillet 2012).

FORSTER Leonard, 1970, The poet’s tongue : multilingualism in literature, Cambridge University Press.

GEORGAKOPOULOU Alexandra, 1997, « Self-presentation and interactional alliances in e-mail discourse : The style- and code-switches of Greek messages », International journal of applied linguistics, no 7, p. 141-164.

GRAEDLER Anne-Line, 1999, « Where English and Norwegian meet : codeswitching in written texts », Out of corpora : studies in honour of Stig Johansson, H. Hasselgard et S. Oksefjell éd., Amsterdam, Rodopi, p. 327-343.

GREGORY Eve et WILLIAMS Ann, 2000, « Work or play ? Unofficial literacies in two East London communities », Multilingual Literacies, M. Martin-Jones et K. Jones dir., Philadelphie, John Benjamins.

GRIVELET Stéphane, 1999, La digraphie : changements et coexistences d’écriture, thèse de doctorat en sciences du langage, université Montpellier-3 Paul-Valéry.

GRUTMAN Rainier, 1997, Des langues qui résonnent. L’hétérolinguisme au XIXe siècle québécois, Québec, Fides.

GUMPERZ John, 1982, Discourse strategies, Cambridge University Press.

HÅRD AF SEGERSTAD Ylva, 2002, « Effects of mobile text messaging on the Swedish written language. Human adaptability made visible ? », Proceedings of cultural attitudes towards communication and technology 2002, F. Sudweeks et C. Ess éd., université de Montréal, p. 355-360.

HAUGEN Einar, 1952, « The impact of English on American-Norwegian letter writing », Studies in honor of Albert Morey Sturvenant, Lawrence, University of Kansas Press, p. 76-102.

HAWISHER Gail E. et SELFE Cynthia L. éd, 2000, Global literacies and the world-wide web, Londres, Routledge.

HEATH Shirley Brice, 1983, Ways with words. Language, life and work in communities and classrooms, Cambridge University Press.

KRESS Gunther, 2003, Literacy in the new media age, Londres, Routledge, « Literacies ».

LEDEGEN Gudrun, RICHARD Mélissa, 2007, « Jv me prendre un bois monumental the wood of the century g di. Langues en contact dans quatre corpus oraux et écrits “ordinaires” à la Réunion », Glottopol, no 10, p.86-100. En ligne: http://www.univ-rouen.fr/dyalang/glottopol (18 juillet 2012).

MAGDELAINE-ANDRIANJAFITRIMO Valérie, 2004, « Ethnotexte et intertextualité : la mise en scène des représentations culturelles dans les « romans ethnographiques », Univers créoles 4, Contes et romans, V. Magdelaine-Andrianjafitrimo et C. Marimoutou éd., Paris, Anthropos, p. 93-145.

MARTIN-JONES Marilyn et JONES Kathryn éd., 2000, Multilingual literacies : reading and writing different worlds, Amsterdam, John Benjamins.

MATSUDA Paul Kei, 2002, « Negotiation of identity and power in a Japanese online discourse community », Computers and composition, vol. XIX, no 1, p. 39-55.

MATTIO Véronique, 2003, « Ou c ki ? Identité et communication sur Internet. L’exemple du salon DOM-TOM de Caramail.fr », Études créoles, vol. XXVI, no 1, p. 131-156.

MBODJ-POUYE Aïssatou, 2007, Des cahiers au village. Socialisations à l’écrit et pratiques d’écriture dans la région cotonnière du Sud du Mali, doctorat de sociologie et anthropologie, université Lumière Lyon-2. En ligne : http://demeter.univ-lyon2.fr/sdx/theses/lyon2/2007/mbodj_a (18 juillet 2012).

MBODJ-POUYE Aïssatou, VAN DEN AVENNE Cécile, 2007, « C’est bambara et français mélangé. Analyser des écrits plurilingues à partir du cas de cahiers villageois recueillis au Mali », Langage et société, no 120, p. 99-127.

 —, 2012, « Vernacular literacy practices in present-day Mali », Language mixing and code-switching in writing. Approaches to mixed-language written discourse, M. Sebba, S. Mahootian, C. Jonsson éd., New York, Londres, Routledge.

MCCLURE Erica, 1998, « The relationship between form and function in written national language – English codeswitching : Evidence from Mexico, Spain and Bulgaria », Codeswitching worlwide, R. Jacobson éd., Berlin, Mouton de Gruyter, p. 125-150.

MENDIETA-LOMBARDO Eva, CINTRON Zaida A., 1995, « Marked and unmarked choices of code switching in bilingual poetry », Hispania, vol. LXXVIII, no 3, p. 565-572.

MILLER Elaine, 2001, « Written code switching in a medieval document : a comparison with some modern constraints », Canadian journal of linguistics (Revue canadienne de linguistique), vol. XLVI, no 3-4, p. 159-186.

MONTALBETI Christine, 1997, Le voyage, le monde et la bibliothèque, Paris, Presses universitaires de France, « Écriture ».

PAOLILLO John C., 1996, « Language choice on soc. culture. punjab », Electronic journal of communication, vol. VI, no 3. En ligne : http://www.cios.org/EJCPUBLIC/006/3/006312.HTML (18 juillet 2012).

PIEROZAK Isabelle, 2003, « Contacts de langues sur Internet : collisions / collusions ? », Contacts de langues. Modèles, typologies, interventions, J. Billiez éd., Paris, L’Harmattan, « Espaces discursifs », p. 177-189.

ROMAINE Suzanne, 1995, Bilingualism, Oxford, Basil Blackwell.

RUDIN Ernst, 1996, Tender Accents of Sound : Spanish in the Chicano Novel in English, Tempe : Bilingual Press.

SCHENDL Herbert, 2002, « Mixed-language texts as data and evidence in English historical linguistics », Studies in the history of the English language : a millennial perspectives, D. Minkova, R. Stockwell, Berlin, Mouton De Gruyter, « Topics in English linguistics », p. 51-78.

SCRAGGS Donald G., 1974, A history of English spelling, Manchester University Press.

SCRIBNER Sylvia, COLE Michael, 1981, The psychology of literacy, Cambridge, Harvard University Press.

SEBBA Mark, 2000, « Writing switching in British Creole », Multilingual literacies : reading and writing different worlds, M. Martin-Jones et K. Jones éd., Amsterdam, John Benjamins, p. 171-187.

SEBBA Mark, MAHOOTIAN Shahrzad et JONSSON Carla éd., 2012, Language Mixing and Code-Switching in Writing. Approaches to Mixed-Language Written Discourse, New York / Londres, Routledge.

STØLEN Marianne, 1992, « Codeswitching for humor and ethnic identity : written Danish-American occasional songs », Journal of multilingual and multicultural development, no 13, p. 215-228.

STREET Brian, 1984, Literacy in theory and practice, Cambridge University Press.

SUCHET Myriam, 2009, Outils pour une traduction postcoloniale. Littératures hétérolingues, Paris, Archives contemporaines.

TRAGER George L., 1974, « Writing and writing systems », Current trends in linguistics, no 12, La Haye, Mouton, p. 373-496.

VAN DEN AVENNE Cécile, 2005, « Passer d’un monde à l’autre, d’une langue à l’autre – lecture de deux incipits d’Ahmadou Kourouma », Plurilinguisme et apprentissages : mélanges Daniel Coste, M.-A. Mochet, M.-J. Barbot, V. Castellotti, J.-L. Chiss, C. Develotte, D. Moore éd., Lyon, ENS Éditions, p. 237-246.

 —, 2007, « Petit nègre et bambara. La langue de l’indigène dans quelques œuvres d’écrivains coloniaux en Afrique occidentale française », Citer la langue de l’autre. Mots étrangers dans le roman, de Proust à Sebald, D. Perrot-Corpet, C. Queffélec éd., Presses universitaires de Lyon, p. 77-95.

VOIGTS Linda Ehrsam, 1996, « What’s the word ? Bilingualism in late-medieval England », Speculum, no 71, p. 813-826.

WAGNER Daniel A., 1993, Literacy, culture, and development. Becoming literate in Morocco, Cambridge University Press.

WARSCHAUER Mark, EL SAID Ghada R., ZOHRY Ayman, 2002, « Language choice online : globalization and identity in Egypt », Journal of computer me diated communication, vol. VII, no 4. En ligne : https://academic.oup.com/jcmc/article/7/4/JCMC744/4584256?searchresult=1

WENZEL Siegfried, 1994, Macaronic sermons : bilingualism and preaching in late-medieval England, Ann Arbor (Michigan), University of Michigan Press.

ZABUS Chantal, 1991, The African palimpsest : indigenization of language in the west african europhone novel, Amsterdam, Atlanta, Rodopi.

Auteur

École normale supérieure de Lyon, ICAR – UMR 5191

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search