Desktop versionMobile version

Sociolinguistique du contact

 | 
Jacky Simonin
, 
Sylvie Wharton

Diglossie

Jacky Simonin and Sylvie Wharton

Full text

1La diglossie est riche d’une histoire qui en fait un concept incontournable dans les problématiques sociolinguistiques de langues en contact. En tracer les principales conceptions, c’est mettre en avant certaines des théories qui ont cours dans les domaines de la sociologie du langage et de la sociolinguistique. C’est à partir d’un article séminal de Charles Ferguson, « Diglossia », paru en 1959 dans la revue nord-américaine Word, et de l’extension apportée par Joshua Fishman (1971), dans des travaux très largement référencés, que le concept prend son envol. En 1993, Fernandez établit une bibliographie qui ne compte pas moins de trois mille titres. Ce concept a fait l’objet d’un numéro spécial (2002) de la revue International journal of sociology of language fondée par Fishman. C’est l’occasion de voir se développer points de vue, commentaires et tentatives de clarification. En France, Langages consacre, dès 1981, une revue de la question sous le titre Diglossie et bilinguisme, sous la plume de l’équipe de Rouen animée par Marcellesi (1981). Avec les créolistes, ce sont principalement les catalanistes et les occitanistes qui ouvrent ce chantier. Ces derniers impulsent des analyses à orientation praxématique dont le foyer principal se situe à Montpellier, sous l’égide de Lafont (1977, 1997), fondateur de la revue Lengas et des Cahiers de praxématique. Signalons enfin une revue critique de la question que propose Tabouret-Keller (2006) dans la revue Langage et société. La littérature abondante et constante qui ne se tarit pas depuis un demi-siècle montre que le concept de diglossie continue à faire débat au sein de la communauté sociolinguistique, témoignant de l’enjeu scientifique et sociopolitique qu’il représente.

2Pour des raisons de clarification du propos, nous distinguerons deux modèles : canonique, conflictuel. Après avoir caractérisé chacun d’eux, des exemples seront exposés : le cas de la Suisse et, dans le monde créole, celui de la Réunion, ainsi qu’une incursion dans le sous-continent indien. Enfin, nous nous attarderons sur les évolutions récentes du concept. Mais auparavant, il paraît utile de s’arrêter sur la filiation qui a inspiré Ferguson et qui remonte au XIXe siècle, dans le domaine hellénistique ; le terme diglossie, venant du grec, signifie « deux langues ».

Contexte d’apparition : l’« avant-Ferguson »

3Il y a donc un « avant » et un « après » la proposition de Ferguson. Si, dans son article de 1959, celui-ci se réfère à Psichari, le concept de diglossie est introduit pour la première fois dans le dernier quart du XIXe siècle. Selon Prudent (1981), après une première utilisation par Roïdis en 1885, c’est Pernot (1897) qui développe le concept, en lui consacrant toute l’introduction de sa Grammaire grecque moderne et en le définissant précisément dans la préface de sa Grammaire du grec (langue officielle) :

La « diglossie » ou dualité de langues est l’obstacle auquel se heurtent non seulement les étrangers qui s’initient au grec moderne, mais aussi les Grecs, dès leurs études primaires. De très bonne heure, en effet, le petit Hellène doit se familiariser, même pour la désignation des objets les plus usuels, avec des mots et des formes différents de ceux qu’il emploie journellement. (Pernot et Polack, 1918, p. 1)

4Psichari (1928) s’inscrit dans cette lignée des études hellènes et observe que deux variétés du grec, bien distinctes, structurent les conduites langagières de la population grecque. Réservé à l’élite lettrée et savante, le katharevoussa constitue la variété du grec classique, alors que le demotiki est la variété parlée au quotidien des situations ordinaires. Il étend ensuite la diglossie à d’autres aires méditerranéennes. Son propos reflète parfaitement l’air du temps colonial, teinté de racisme. Psichari dénonce « la férocité asiatique dévastatrice de l’Hellénisme » et « le monstre que la civilisation saura vaincre » dans les pays arabes ; il affirme que « la diglossie néo-hellénique a pour berceau l’Asie », car « chez les peuples asiatiques, dépourvus de toute notion d’évolution du langage, seul le papier fait autorité », peuples qu’il qualifie de « naïfs et ignares ». Il préconise que « moralement, la Grèce déménage d’Asie en Europe, et même qu’elle européanise l’Asie », en ironisant sur le titre de son article « Un pays qui ne veut pas de sa langue » : « Non, vous n’êtes point un pays qui ne veut pas de sa langue. C’est pour allécher le Parisien frivole que j’ai choisi ce titre. Vous êtes une bien belle nation qui s’exaltera bientôt à son parler immortel. »

*

5Quant à la « diglossie arabe », sur laquelle il se penche, Marcais (1930-1931) n’est pas en reste quand il annonce le français comme langue d’avenir du Maghreb. Ce qu’il écrit des rapports entre français et arabe (écrit et parlé) est sans équivoque :

Il est impratique, il n’est pas raisonnable, et, en fait, il est assez rare que deux idiomes de civilisation coexistent très longtemps dans un même pays. Quand les concurrents jouissent d’un égal prestige, expriment sensiblement les mêmes choses, et les disent à peu près aussi bien l’un que l’autre, des raisons de sentiment aidant, ce gaspillage de forces peut se prolonger. Mais quand l’une des langues est celle des dirigeants, qu’elle ouvre l’accès d’une grande civilisation moderne, qu’elle est claire, que l’expression écrite et l’expression parlée de la pensée s’y rapprochent au maximum ; que l’autre est la langue des dirigés, qu’elle exprime dans ses meilleurs écrits un idéal médiéval, qu’elle est ambiguë, qu’elle revêt quand on l’écrit un autre aspect que quand on la parle, la partie est vraiment inégale : la première doit fatalement faire reculer la seconde. (Marcais, 1930-1931, p. 39)

6C’est donc sur ce fond historique, moins explicitement empreint de jugement de valeur, géographiquement situé dans l’aire méditerranéenne et que Prudent (1981, p. 13) nomme « paléo-diglossie » qu’émerge la période contemporaine. Cette fois, le continent nord-américain, lors de la sociolinguistique naissante, sera le cadre d’une impulsion renouvelée.

Définition(s) fondamentale(s) et extensions

Le modèle canonique

7Le projet de Ferguson est en effet tout autre que celui des prédécesseurs auxquels il se réfère, essentiellement Psichari. L’intérêt d’approfondir la connaissance des diglossies vient de son apport à la description dans le domaine de la linguistique historique et de la typologie des langues. Il reprend le terme de diglossie à partir de l’analyse de Psichari sur la Grèce et l’applique à d’autres situations, en Haïti, en Suisse alémanique et dans les pays arabes. De ce travail comparatif, qu’il inscrit dans une perspective fonctionnaliste, Ferguson dégage les principes d’un modèle diglossique. Selon lui, il y a diglossie lorsque, dans une communauté sociale, sont en présence deux variétés de langue, une variété « haute » (H = high ; pour nous : H), de prestige, utilisée surtout à l’écrit et dans les situations formelles par une minorité qui domine, socialement et symboliquement, une autre variété « basse » (L = low ; pour nous : B) parlée par la majorité de la population dans les conversations et les échanges de tous les jours. Il propose alors une définition de la diglossie :

  • 1  « DIGLOSSIA is a relatively stable language situation in which, in addition to the primary dialect (...)

La diglossie est une situation linguistique relativement stable dans laquelle, outre les dialectes premiers de la langue (qui peuvent comprendre un standard ou des standards régionaux), il existe une variété superposée très différente, rigoureusement codifiée (souvent plus complexe du point de vue de la grammaire ), qui est le support d’un recueil imposant et considérable de textes littéraires provenant d’une époque antérieure ou d’une communauté linguistique étrangère, qui est largement apprise par l’école, et qui est utilisée pour la plupart des textes écrits et des discours formels, mais qui n’est jamais utilisée – dans quelque segment de la société – pour une conversation ordinaire. 1

8Ferguson formule une hypothèse sur les conditions d’émergence, de maintien et de disparition d’une situation diglossique, et liste un certain nombre de critères linguistiques et de critères sociolinguistiques qui définissent une situation diglossique. Les critères linguistiques s’appuient sur les domaines grammatical, lexical et phonologique. Pour Ferguson, ces différents niveaux de l’analyse linguistique mettent en évidence le caractère plus « simple » de la variété basse par rapport à la variété haute. Les critères sociolinguistiques apparaissent dès lors plus opérants ; ils concernent la répartition fonctionnelle des codes, le prestige social inégal de H et B, les moyens d’acquisition (informels et implicites pour B via la famille, formels et explicites pour H via la scolarisation), des capitaux littéraires disproportionnés (important pour H et presque inexistant pour B), les degrés de codification / standardisation (tradition normative et attitudes prescriptives pour H, peu d’études descriptives de B), et enfin, la stabilité de ces situations. La diglossie se transforme, voire peut disparaître, quand certains changements au sein de la communauté apparaissent, comme la diffusion large de l’alphabétisation, une plus grande communication entre les groupes régionaux et sociaux qui composent la communauté, et la volonté de se doter d’une langue standard nationale, perçue comme un attribut d’autonomie et de souveraineté. Lorsqu’une telle communauté connaît ces changements, c’est souvent la variété haute qui est promue et sert de langue unificatrice en se superposant aux diverses variétés dialectales basses.

9L’un des fondateurs de la sociologie du langage, Fishman (1971), opère une extension d’usage du concept dans deux directions. D’une part, il avance qu’une situation diglossique caractérise non seulement la coexistence inégale de deux variétés d’une même langue, mais aussi la présence de deux langues ou plus. D’autre part, il lie bilinguisme et diglossie. Lorsqu’il expose sa théorie des « langues en contact », Weinreich (1953) conçoit le bilinguisme comme un bilinguisme individuel. Fishman inscrit sa conception de la diglossie dans une perspective plus large qui tente de lier macro- et microsociolinguistique, autour de la notion de domaine et de situation de parole. Dans son étude sur la communauté portoricaine, il constate que l’espagnol et l’anglais se distribuent selon cinq domaines : la famille, la religion, les amis, l’éducation et l’emploi. Le recours plus ou moins approprié à telle langue est jugé congruent ou non en fonction du domaine concerné. Comme Ferguson, il affiche le principe central d’une spécialisation socialement fonctionnelle des variétés d’une même langue ou de langues en contact dans une communauté. « Le bilinguisme est au fond une caractéristique de l’habileté individuelle, alors que la diglossie caractérise l’attribution sociale de certaines fonctions à diverses langues ou variétés » (Fishman, 1971, p. 97).

10Le modèle diglossique conçu par Fishman consiste alors à mettre en relation « bilinguisme » et « diglossie ». Il établit quatre types de situations, qu’il exemplifie :

  • Bilinguisme et diglossie (l’espagnol et le guarani au Paraguay ; hochdeutsch et swyzertütsch dans les cantons alémaniques de la Suisse) ;
  • Bilinguisme sans diglossie (état de transition des populations migrantes) ;
  • Diglossie sans bilinguisme (français et langues vernaculaires chez les populations rurales d’Afrique ; castes inférieures de l’Inde) ;
  • Ni diglossie, ni bilinguisme (« petites communautés linguistiques, isolées et non différenciées […]. Néanmoins, de tels groupes, qu’il s’agisse de bandes ou de clans, sont plus théoriques que réels », Fishman, 1971, p. 102).

11Gumperz (1964), pour sa part, étend le concept au répertoire verbal individuel, y compris dans des situations monolingues (variétés fonctionnellement distinctes), alors que Stewart (1968) inventorie les caractéristiques (normalisation, autonomie, historicité, vitalité) susceptibles de différencier entre elles les variétés linguistiques. Ce dernier s’intéresse à la situation sociolinguistique de Haïti qu’il décrit selon une distribution fonctionnelle du français et du créole haïtien.

Le modèle conflictuel

12Une telle approche structuro-fonctionnaliste de la diglossie sera ensuite remise en cause par un courant de sociolinguistique « native », développé à la fois par des créolistes, par des catalanistes et des occitanistes. Schématiquement, deux directions seront empruntées par ce courant, tenant aux statuts des langues d’une part et aux pratiques langagières d’autre part. Statut formel des langues, minoration et domination linguistiques étant explorées en prise avec les politiques linguistiques, mais également statut informel, en lien avec les notions d’aliénation, de culpabilité, d’insécurité linguistique, voire de névrose diglossique. Autant de questions qui sont traitées comme révélatrices d’un « conflit linguistique ». Sur le plan des pratiques langagières, c’est une remise en cause du face à face plus ou moins apaisé des « langues » qui s’amorce, point qui sera repris largement par les sociolinguistes à partir des années 1980.

13Le groupe européen, plus précisément franco-espagnol, dans les aires occitane et catalane, est représenté en France par les travaux et les positions glottopolitiques prônées par les occitanistes autour de Lafont. Dans cette région sud de l’Europe, où français / occitan / catalan et castillan / catalan sont en contact, le français et le castillan ont été placés historiquement en position haute au point d’aboutir aujourd’hui à la disparition quasi inéluctable de l’occitan. Si cette action n’est pas allée à son terme en Espagne, c’est que les conditions sociopolitiques et socio-économiques y sont différentes. Les capacités collectives de résistance de la Catalogne ainsi que l’organisation politico-administrative espagnole décentralisée ont favorisé la résurgence de la langue catalane qui s’est soustraite à la domination du castillan. De ces situations, les sociolinguistes des deux côtés de la frontière vont penser la diglossie sous la modalité du conflit linguistique. Ce mouvement a été amorcé dès 1964 par le catalan Badia i Margarit, lorsqu’il évoque l’« environmental bilingualism » (bilinguisme social) par opposition au « natural bilingualism » (bilinguisme individuel) pour mettre en évidence le rôle des facteurs sociaux sur les changements que les langues en contact manifestent. Le terme même de « conflit » apparaît chez Aracil (1965), puis il est repris par Ninyoles (1985 [1969]). La théorie du conflit se développe réellement dans les années 1970 et montre qu’une situation de contact de langues qui se caractérise par un état sociohistorique où une langue dominante domine une ou plusieurs langue(s) dominée(s) est avant tout structurée selon des enjeux politiques. Décrire et expliquer une telle situation diglossique suppose alors de l’inscrire dans une perspective historique, car la diglossie conflictuelle trouve son origine dans l’histoire et se développe diachroniquement selon des tendances lourdes qui agissent dans le présent.

14Ainsi, à la vision nord-américaine de la diglossie dont Lafont (1986) dénonce le caractère par trop descriptiviste, l’école de sociolinguistique catalane et occitane oppose une vision beaucoup plus « dynamique et polémique, historicienne » du contact de langues. Dans cette acception, « la théorie des fonctions chez Ferguson et Fishman sert d’écran au conflit réellement à l’œuvre dans la société » (Lafont, 1997a [1984], p. 94), car « la diglossie est un des phénomènes qui caractérisent une situation de conflit » (Kremnitz, 1981b, p. 69), et « toute diglossie est conflit » (Vallverdu, 1979, p. 21).

15Au sein du Grup Catala de Sociolingüistica, Aracil (1965), sociolinguiste catalan, puis Ninyoles (1985 [1969]) vont s’intéresser aux différentes modalités possibles de l’évolution du conflit, qu’ils envisagent sous deux angles : la normalisation de la langue dominée ou la substitution de la langue dominée par la langue dominante. Calvet (1974), par la suite, parlera de la « guerre des langues » et de la « glottophagie » qui en découle : « La glottophagie est un processus inhérent à toute domination coloniale. On peut la lire à différents niveaux : discours sur les langues, organisation de la communication sociale, système des emprunts, nomination de l’autre, culpabilisation linguistique, etc. » (Calvet, 1997, p. 155).

16L’analyse de la situation occitane va en outre conduire les sociolinguistes à enrichir encore l’élaboration conceptuelle de la sociolinguistique du conflit, grâce à la description des situations discursives. Dès 1977, Lafont (1997b) évoque l’existence d’un système « hybride » :

Et il faut bien faire un sort au système hybride […] : nous voulons parler de ce français méridional qu’on appelle aujourd’hui plus stratégiquement le « francitan ». […] Ainsi l’espace linguistique doit être pris, à notre sentiment, comme une somme de « fonctionnements diglossiques ». Nous préférons parler ainsi que de fixer à chaque langue une fonction (p. 27).

17Et pour mieux traduire la vision globale de cet espace linguistique multiforme, Gardy (1985) propose de parler de « complexus diglossique » (au contraire de situations où deux langues s’opposent dans une « polarité diglossique »), là où plusieurs usages coexistent et alternent. Sur ce point, la créolistique, sous la plume de Prudent, apporte dès 1981 une contribution qui fera date, en introduisant le concept d’interlecte (voir ici même).

18Si les langues sont entrées en contact, c’est par leurs locuteurs, et parce que les usages de l’une et de l’autre langues ne sont plus aussi strictement compartimentés. C’est cette évolution qui a incité les chercheurs à s’intéresser aux problèmes du sujet, de son inscription toujours rejouée dans la parole et, dès les années 1970, à mettre au jour l’importance des « représentations sociales », des « imaginaires sociolinguistiques collectifs », des idéologies mythifiées, dans les fonctionnements diglossiques. Parmi les représentations qui traduisent des vécus sociolinguistiques conflictuels, les attitudes des locuteurs sur leur environnement linguistique et leurs propres pratiques participent de la diglossie : haine de soi (auto-odi) ou aliénation, culpabilité (Carayol, 1977), sublimation, idéalisation… autant de manifestations mises en évidence par les sociolinguistes, qui délimitent ainsi un nouveau champ d’études, l’épilinguistique, qui appréhende l’espace linguistique comme une somme de fonctionnements diglossiques. L’équipe de Montpellier, notamment, autour de Lafont (Gardy, Martel…), a beaucoup apporté à la description de ces phénomènes dans une veine psychologisante :

En parlant ainsi je vais sembler ranimer un pathétisme passé de mode depuis peu dans les milieux occitans. Je le fais exprès, comme je restaure en toute connaissance de cause la présence du sujet, parce que je pense précisément qu’il s’agit de pathos, dans le sens étymologique grec. Le pathos du patois est une caisse de résonance de toute la culture dans le Midi de la France, entre 1830 et 1930 […]. L’opération d’acculturation scolaire a créé une situation névrotique très générale, qui n’épargne que peu de sujets, ce que j’ai appelé la névrose diglossique. (Lafont, 1997c [1996], p. 198)

19On retiendra également les travaux qui se sont emparés de la notion labovienne d’« insécurité linguistique », et particulièrement dans les aires créoles (Baggioni, Bretegnier, Gueunier…), pour adjoindre à la définition de la communauté linguistique une dimension sociale et psychosociale :

Le sentiment d’insécurité linguistique apparaît comme lié à la perception, par un (groupe de) locuteur(s), de l’illégitimité de son discours au regard des modèles normatifs à l’aune desquels, dans cette situation, sont évalués les usages ; et, partant, à la peur que ce discours ne le délégitime à son tour, ne le discrédite, ne le prive de l’identité à laquelle il aspire, de membre de la communauté qui véhicule ce modèle normatif. C’est ainsi que l’on parle de l’insécurité linguistique, comme expression d’un sentiment d’exclusion, d’extériorité, d’exogénéité, comme quête d’admission, de communauté, de légitimité identitaire. (Bretegnier, 2002, p. 8)

20« Rapport interagi à la norme », « identité linguistique clivée », des champs notionnels qui, en lien avec celui de l’insécurité linguistique, ont à voir avec ceux de « minoration linguistique » et de « prestige », dont il sera question plus bas.

21Ainsi, ce sont à la fois les pratiques et les représentations qui permettent de rendre compte le plus précisément possible du comportement réel des locuteurs diglottes, et des pratiques hybrides ne suffisent pas à remettre en question un fonctionnement diglossique dans la mesure où le locuteur, lui, se décrit dans une opposition bipolaire.

22Pour leur part, les aires créoles apportent une contribution importante au développement du concept de diglossie, parallèlement à l’Occitanie et à la Catalogne. Accent sur le conflit, mais aussi émergence de la « linguistique native » et mise au jour de pratiques langagières mixtes (créole-français) seront en effet des points plus particulièrement travaillés par les créolistes. Dans Des baragouins à la langue antillaise, Prudent (1980) défend « la prise en compte des facteurs d’antagonisme ou de conflit linguistique » et dénonce le fait que Gumperz, Fishman ou Stewart ne soient pas parvenus « à se rendre compte de l’utilisation non-critique du terme lui-même » (ibid., p. 101). Dans une critique acerbe des recherches de Saint-Pierre (1972), linguiste canadienne engagée dans une collecte et une analyse covariante choix linguistiques / situations de communication, Prudent regrette que celle-ci n’ait pas intégré « la notion de conflit culturel et linguistique qu’une Canadienne, Québécoise de surcroît, en voyage d’étude anthropologique à la Martinique dans les années 1960, n’a pas pu ne pas rencontrer ». En affirmant, dans sa communication au colloque fondateur de la sociolinguistique française de Rouen (1978), que « les natifs sont intéressés différemment à la langue et à ses problèmes que les étrangers, même lorsque ceux-ci manifestent la meilleure volonté d’aide au Tiers-Monde dont ils sont capables » (1980, p. 111), il demande que

les linguistes plus profondément concernés par les créoles […] [se dirigent] vers une sociolinguistique utilisant les acquis, mais tenant compte aussi de l’opinion des classes, des groupes et des individus en vue d’élaborer des changements profitables à l’ensemble des populations. (Ibid.)

23Ainsi, la volonté de mettre en évidence une identité créole, « la créolité », se traduit par la réhabilitation des langues créoles, portée notamment par les tenants du mouvement de la négritude, dans les années 1970. Un des apports essentiels de la créolistique au concept de diglossie concerne ses relations avec celui de continuum et la description de l’interlecte chez Prudent (1981).

24Les aires créoles vont également donner à voir des pratiques langagières plus complexes que ce que laisse entendre le modèle diglossique. Alors que celui-ci n’offre aucun choix au locuteur au nom de la répartition fonctionnelle des langues, Carayol et Chaudenson (1973) montrent que nombre de familles réunionnaises utilisent le français, et non le créole, pour des motivations diverses (niveau social, idéologie politique …). Cette diffusion du français plus ou moins « créolisé » se traduit par la présence de variétés intermédiaires organisées en continuum. À la même époque, Marcellesi va forger le concept de « langue polynomique » :

Langue à l’unité abstraite, à laquelle les utilisateurs reconnaissent plusieurs modalités d’existence, toutes également tolérées sans qu’il y ait entre elles hiérarchisation ou spécialisation de fonction. Elle s’accompagne de l’intertolérance entre utilisateurs de variétés différentes sur les plans phonologiques et morphologiques, de même que la multiplicité lexicale est conçue ailleurs comme un élément de richesse (Marcellesi, 1989, p. 91)

25pour caractériser la langue corse. D’aucuns y voient « un avenir où le cadre diglossique pourrait être dépassé » (Comiti, 1990, p. 81), un moyen de repenser radicalement les hétérogénéités langagières (Gardy, 1990).

26La dynamique du conflit diglossique manifeste en outre une relation de dépendance entre un « centre » qui impose une langue (le français ou le castillan) et une « périphérie », ce qui demande de la part du sociolinguiste périphérique de prolonger son travail scientifique en s’engageant dans une action idéologique et politique de dénonciation de cet état de fait. La description scientifique des comportements linguistiques devient un outil au service de revendications de groupes qui luttent pour leur émancipation. On parle alors de sociolinguistique interventionniste parce que « les études de diglossie appartiennent au projet de destruction de la diglossie » (Lafont, 1997a [1984], p. 91). Pour autant, cela pose la question de « l’implication subjective » du chercheur dans sa recherche. Sur ce sujet, Blanchet (2000) qui, outre les travaux classiques de sociolinguistique, s’appuie sur Morin (1982, 1991) et Jucquois (1987), rappelle que « la science n’est pas hors du temps, de l’espace, de l’Histoire, de la vie sociale, culturelle, etc. » (p. 90). C’est ce qui le conduit à avancer (p. 91) que

l’implication active consciente du chercheur doit se déployer dans deux directions complémentaires. Vers l’amont, dans une analyse de la relativité subjective de ses présupposés et points de vue scientifiques, de citoyen, d’individu, etc. Vers l’aval, dans une orientation réfléchie de ses travaux et de son action sur le terrain, directe ou indirecte, volontaire ou involontaire, dans un retour vers les informateurs qui, tout en offrant leur savoir, ont souvent exprimé leurs difficultés et parfois appelé à l’aide.

27La prise de conscience, par le chercheur, de la relation qu’il entretient avec son objet d’étude, permet alors la nécessaire (p. 92) « […] distanciation au sein de laquelle le vécu intime des phénomènes observés de l’intérieur constitue un enrichissement, un approfondissement de la connaissance produite ».

Des premières critiques aux évolutions récentes

28En France, des linguistes n’ont pas manqué d’émettre des réserves quant au concept de diglossie. Pour Martinet (1972, p. 148), « il y a tant de possibilités diverses de symbiose entre deux idiomes qu’on peut préférer conserver un terme comme bilinguisme qui les recouvre toutes, plutôt que de tenter une classification sur la base d’une dichotomie simpliste ». C’est ainsi qu’il propose alors (1981, p. 96) « […] d’écarter le terme de “diglossie” d’abord parce que simpliste en ce qu’il semble présupposer qu’il n’y a que deux sortes de bilinguismes ; le bilinguisme individuel entre deux langues de prestige identique, et le bilinguisme communautaire dans lequel il y aurait nécessairement une hiérarchie de prestige entre les langues ». Le linguiste bâtit en outre son argumentation sur la fréquente difficulté à trancher entre l’existence de deux formes différentes d’une même langue et celle de deux langues distinctes, en soulignant selon lui la nécessité, pour ce faire, d’une analyse linguistique diachronique. Il est rejoint par Tabouret-Keller (2001, p. 25), pour qui

non seulement le prestige est une notion sociologique, voire psychologique, plutôt que linguistique, mais l’opposition entre une variété « haute » par opposition à une autre qualifiée de « basse » appauvrit la réalité sociale. Toute situation d’interlocution est forcément complexe et les deux parlers en rapport l’un avec l’autre ne sont pas affectés chacun d’une seule norme de prestige […]. Tout dépendra des situations d’interlocution et des rapports qu’entretiennent les interlocuteurs entre eux en général, et plus particulièrement au moment de leur échange.

29Cette posture est illustrée par l’exemple de l’hindi, dont le statut a changé au fil des ans :

L’hybridation, qui traduit l’appropriation intime de la langue autre (l’anglais en hindi, le hindi en anglais) et le libre contact, au sens aréal, dans un milieu plurilingue comme conséquence d’un multilinguisme spontané (grassroot multilingualism), est un processus ancien en Inde. Le sanscrit même est travaillé par le dravidien et par les langues austro-asiatiques […]. À la vérité, les vernaculaires modernes, quelle que soit la volonté de purification moderne, sont tous le produit historique de vastes phénomènes de contact qui ont si profondément travaillé les structures et le vocabulaire qu’on a pu parler pour l’Asie du Sud d’une vaste zone de créolisation, et la liberté que retrouvent les parlers non normés, le parler de tous les jours ou la littérature, ne fait que prolonger l’histoire linguistique du sous-continent. Le paradoxe est que cette liberté s’exerce à contre courant de la langue qui incarna un temps la libération et le nationalisme anticolonial et aujourd’hui joue le rôle négatif que l’anglais joua pour Gandhi et ses contemporains. (Montaut, 2003, p. 150)

30Lüdi (1990) pose également la question du « prestige » des langues ou variétés, tout comme celle de la répartition fonctionnelle, les langues et « dialectes » pouvant selon lui être choisis la plupart du temps indépendamment du thème :

[En Suisse,] on ne choisit jamais le schriftdeutsch pour des raisons de prestige social. Les dialectes véhiculent, pour tous les locuteurs, les mêmes valeurs, comme « proximité », « spontanéité », « intimité », « familiarité », « identité ». La diglossie médiale observée correspond à une complémentarité fonctionnelle consensuelle. Cela ne signifie pas, cependant, qu’on ne trouve pas de modifications dans la répartition des deux idiomes (en gros en faveur du schwyzertütsch) : consensualité et dynamisme ne s’excluent nullement.

31Suivant la voie ouverte par Gumperz, Montaut (2001, p. 54) décrypte par ailleurs la complexité linguistique indienne : « Le plurilinguisme indien relève d’un modèle organique et non structurel, les diverses identités linguistiques du plurilingue fonctionnant comme une entité globale de communication, où l’hétérogénéité est fonction de l’étiquette et répond à une grande fluidité de fonctionnement […]. C’est l’ensemble du répertoire qui constitue l’identité du locuteur. » L’auteur évoque alors le partage, par les Indiens, d’un même éthos communicationnel (Khubchandani, 1997) reposant sur ce plurilinguisme organique de type stratificationnel, en même temps qu’il garantit à ce dernier une certaine stabilité.

32Les linguistes suisses (Lüdi et Py, 1986) poursuivent également la description des pratiques langagières de sujets en situation plurilingue, plus particulièrement de migrants, et proposent une définition de la diglossie qui, à première vue, gomme les aspects sociaux du contact :

Diglossie = situation d’un groupe social qui utilise une ou plusieurs variétés (langues, idiomes, dialectes …) à des fins de communication, fonctionnellement différenciées, pour quelque raison que ce soit. (Lüdi et Py, 1986, p. 23)

33Discutant du type de communauté susceptible d’être affectée par la diglossie, ils parlent de diglossie intrafamiliale pour rendre compte des politiques familiales de choix de langues chez les migrants.

34Ces travaux sur les pratiques langagières familiales conduiront aussi les sociolinguistes vers des descriptions du parler bilingue (Dabène et Billiez, 1986 ; Lüdi et Py, 1986). À cette occasion, le rapport entre bilinguisme et diglossie sera rééxaminé par certains linguistes pour lesquels

l’alternance codique est étroitement reliée à une situation de diglossie […] puisque les usagers de la langue dominée – privés de son emploi dans les domaines de prestige – n’ont pu développer ni les schémas, ni les normes d’interaction de ces domaines-là. (Rotaetxe, 1994, p. 398)

35Le conflit n’est donc pas absent de ce modèle interactionniste et microsociolinguistique, mais il est vu comme

[…] un phénomène interactif parmi d’autres, de nature diverse, [qui] trouve une expression langagière dans la communication. […] Les conflits microsociolinguistiques se répercutent alors tout naturellement sur les représentations et les attitudes du groupe minoré, aboutissant à ce qu’on entend habituellement par l’idée de conflit diglossique. (De Pietro et Matthey, 1997, p. 172).

36Plus encore, ces chercheurs affirment que « le modèle conflictuel apparaît comme un exemple d’idéologie monolingue » (p. 179), dans la mesure où la visée politique est de promouvoir la langue minorée au statut de langue de la communauté, en lieu et place de la langue dominante, et non la recherche d’un bilinguisme plus équilibré. Tout en s’en démarquant, ils tiennent à prendre en compte les déterminismes socio-économiques, qui peuvent engendrer des comportements linguistiques de minoration ou d’aliénation.

37Ferguson (1991) lui-même revisite ce concept dont la postérité est exemplaire. Il répond aux critiques, aux extensions mais aussi aux faiblesses et limites qu’il a cru déceler dans sa proposition initiale, en apportant des précisions qu’il regroupe en sept points :

38– L’objet de la description. Ferguson le juge insuffisamment ou mal précisé. Il souhaitait décrire les communautés, pas les langues, objet dont la définition aurait sans doute nécessité quelques précisions. Partant des définitions de Gumperz et de Labov, il explicite ce qu’il entend par communauté linguistique : « Un groupe social qui partage les traits d’une même langue, son usage et les attitudes. Ainsi les variétés de langue d’une situation diglossique sont des propriétés de la communauté linguistique concernée » (p. 221) ;

39– Les variétés. Ferguson reconnaît avoir employé le terme de « variété » pour « éviter d’avoir à spécifier la nature exacte de l’entité en question » (p. 222), d’autant qu’il se superpose aux « registres » et qu’il reste à élaborer une méthode et des outils fiables permettant d’appréhender la variation diatopique avec la même rigueur que la variation dialectale. Ferguson revient également sur le fait qu’il préfère examiner des diglossies de variétés apparentées, montrant la moindre distance linguistique. Il justifie son choix en réaffirmant qu’ainsi il est plus aisé de mettre au jour les mécanismes d’émergence, de maintien et de changement linguistique au regard de situations où les deux variétés sont linguistiquement distantes voire typologiquement différentes ;

40– La distance linguistique. L’hypothèse de Ferguson était que les issues des situations différeraient selon le degré de proximité linguistique des deux variétés. Il reste que les linguistes ont à construire des échelles pour mesurer cette distance ;

41– La complexité. La présentation des situations omet de mentionner la complexité représentée par nombre de communautés linguistiques, et de situer la diglossie dans un cadre plus large et moins binaire que le modèle ne le laisse croire ;

42– Les attitudes. Distinguer les comportements langagiers effectifs (les formes linguistiques réellement produites) des attitudes est apparu incontournable ;

43– Le pouvoir. Ferguson reconnaît aux sociolinguistes français d’avoir porté la question des rapports de pouvoir véhiculés par telle ou telle instance, tel ou tel locuteur, dans le débat scientifique ;

44– La dynamique interactionnelle. La complexité se noue aussi dans le discours, via les stratégies de communication des interlocuteurs, qui renégocient leurs choix langagiers au fil de l’interaction. 

45Tout son projet sociolinguistique consiste à choisir des situations emblématiques (« clear cases », p. 215), notamment la Suisse, afin d’en dégager plus aisément, par un travail comparatif, les traits typiques, pour élaborer un travail taxinomique de classification et suivre diachroniquement le processus historique d’évolution des situations diglossiques, contribuant ainsi à la théorie du changement linguistique. Mais jusqu’à présent, les études sociolinguistiques sur les diglossies ont plutôt abordé les phénomènes en synchronie et peu en diachronie. Ce point est développé ci-dessous.

46Et, comme nous l’avons souligné en introduction, le concept de diglossie continue jusqu’aujourd’hui d’être interrogé. En 2002, Fishman édite dans l’International journal of sociology of language, qu’il dirige, un dossier spécial sur ce thème auquel des contributeurs de premier plan participent. L’intérêt réside dans le format ; quelques auteurs sont conduits à se positionner au regard de l’article introductif de Hudson, l’un des tenants et continuateurs de Ferguson, alors que d’autres exposent la situation sociolinguistique de communautés diglossiques et multilingues les plus variées, ouvrant ainsi à une large gamme de cas. Sans bien sûr tenter ici de rendre compte dans toute leur richesse des points de vue soutenus, mettons en avant quelques points qui balisent les termes du débat. Le long développement qu’Hudson offre en ouverture va effectivement provoquer des commentaires qui éclairent certains termes contemporains du débat, balisant ainsi l’état de la question, un demi-siècle après la proposition fergusonnienne de 1959.

47Hudson s’inscrit clairement dans la continuité de Ferguson, s’en tient au modèle canonique et définit une communauté diglossique en référence à celle mentionnée ci-dessus (Ferguson, 1991, p. 221) :

  • 2  « The discovery of a diglossic community entails the identification of a web of verbal interactant (...)

La découverte d’une communauté diglossique implique l’identification d’un réseau d’interactants partageant une seule variété ou un ensemble de variétés, génétiquement reliées ou non, qui sont en usage dans le cadre de communications formelles, mais parmi ces variétés, la variété la plus formelle n’est jamais acquise comme langue ou variété native. 2

48Cette définition fait également écho à celle que soutient Haas (2002) qui ne manque pas, toutefois, d’émettre des commentaires critiques sur certains points essentiels que défend Hudson. Ce qui caractérise fondamentalement la diglossie, avance Haas, ce n’est ni la répartition fonctionnelle ni la proximité linguistique des variétés en présence, mais le fait qu’aucun segment de la communauté ne fait usage de H dans les conversations ordinaires. De ce fait, tout un chacun doit acquérir B comme L1 ; la complémentarité fonctionnelle est une conséquence du fait que H assure des fonctions formelles, fonctions qui deviennent par la suite ontogénétiquement culturelles au regard de celles que H a développées à l’origine. Enfin, poursuit Haas, les locuteurs de B ne manifestent aucune motivation à adopter H comme mode de communication quotidienne, puisqu’il n’existe au sein de la communauté aucun groupe de locuteurs natifs qui servirait de modèle de prestige. Tous ces éléments font que B est protégée durablement comme langue première. Mais il en conclut que les critères que propose Hudson ne permettent pas de distinguer la diglossie du bilinguisme social, cas rencontrés lorsque sont présentes des minorités linguistiques de L1 en contact avec des parlers majoritaires dominants acquis ultérieurement comme L2. Parmi ces critères, le critère historique apparaît comme un point cardinal qui dépasse le cadre anglo-nord-américain. Selon Haas, il n’est guère pertinent d’opposer l’évolution d’une situation diglossique au cours de laquelle H voit ses fonctions s’amenuiser, au point éventuel d’être remplacé par un nouveau standard proche de B, à l’évolution d’une situation de bilinguisme social où, au contraire, c’est la langue minoritaire L1 qui voit ses fonctions progressivement affaiblies au profit de la langue standard apprise comme L2. On ne peut confondre, soutient pour sa part Fishman, dans son propre commentaire, l’étiologie historique et les circonstances du moment, des millénaires après. Plutôt que de séparer la diglossie comme cas unique, Fishman considère la diglossie comme une situation de multilinguisme social parmi de nombreuses autres situations, récusant par là le fait qu’on lui prête d’avoir étendu la notion ou d’avoir considéré que diglossie et bilinguisme social se superposeraient.

49Pour Haas, la recherche diacritique permettant de singulariser le fait diglossique de l’ensemble des cas de bilinguisme social doit s’orienter au niveau épilinguistique. La distance linguistique, l’apparentement génétique ainsi que l’asymétrie des relations entre les variétés en présence sont des conditions objectives qui définissent une situation diglossique. Si celles-ci sont nécessaires, il pose cependant qu’elles ne sont pas suffisantes. Ce qui différencie avant tout l’une de l’autre, ce sont les opinions qui ont cours au sein de la communauté concernée au sujet des relations entre les variétés. Les jugements portés sur les fonctions que chacune d’elles assure d’une part et d’autre part leur répartition fonctionnelle sont les deux facteurs majeurs qui déterminent si l’on est dans une situation diglossique ou s’il s’agit d’un cas de bilinguisme social.

50En outre, Haas ne partage pas une vision qu’il qualifie de téléologique, qui voudrait que l’asymétrie propre aux situations diglossiques soit par nature oppressive et que le processus de modernisation soit un progrès signant leur disparition. Dans la même lignée, Haas questionne tant l’idéologie monolingue qui sous-tend cette position sociopolitique, jugée « naïve », que les politiques de planification et d’aménagement linguistique s dont les actions tentent de réparer l’injustice sociale causée par les inégalités sociolinguistiques. Néanmoins, concernant les causes historiques qui ont généré les situations diglossiques, il semblerait, selon lui, qu’un accord général soit largement acquis pour affirmer que la diglossie a pris naissance dans des sociétés dites « intermédiaires » où chacun pratique B dans la vie de tous les jours, alors que seuls les membres d’une petite élite maîtrisent H. Il admet également que des facteurs macrosociaux puissants sont à l’origine du développement des situations diglossiques. Ils sont à trouver notamment dans le passage à l’écrit des sociétés qui ont ensuite connu la modernisation, marquée principalement par l’industrialisation, l’urbanisation et la socialisation scolaire ; puis, aujourd’hui, par la mondialisation, pourrait-on ajouter, avec l’entrée dans la société de l’information, l’expansion des médias, de l’Internet et des réseaux électroniques.

  • 3  « Thus, it is not etiology but time depth and the dynamics and course of social change that enable (...)

51Cependant, plutôt que formuler des principes généraux de développement, Haas milite pour que s’engage une recherche historique attentive aux situations canoniques diglossiques. Pour soutenir son propos, Haas s’intéresse à la situation canonique suisse. Il en parcourt de manière documentée l’histoire sociolinguistique, et s’interroge sur les raisons qui font que la modernisation n’affecte en rien sa stabilité qui se maintient jusqu’aujourd’hui (Haas, 2002, p. 112-114). Haas dégage six conditions, diverses mais convergentes, pour que perdure une diglossie non pas inégalitaire et oppressive, mais égalitaire : idéologique, éducative, culturelle, économique, linguistique, auxquelles s’ajoute la présence de plusieurs dialectes (pour une présentation détaillée traduite en français, voir Tabouret-Keller, 2006, p. 123-124). Sur l’importance qu’il y a à explorer l’axe historique, il rejoint Fishman. Celui-ci est conduit à revisiter le tableau binaire croisant diglossie et bilinguisme social, qui lui fait cartographier quatre types statiques d’arrangement sociolinguistique (exposés ci-dessus). Il l’enrichit d’une troisième dimension qui est l’axe temporel, permettant ainsi de ne plus se limiter à une observation statique des situations diglossiques / multilingues. La voie s’ouvre pour intégrer les évolutions historiques sur la durée et les diverses étapes de transformation à partir d’une situation d’origine. « Ainsi, ce n’est pas l’étiologie, mais la profondeur temporelle et la dynamique du changement social en cours qui nous permettent de localiser les cas de stabilisation diglossique, de déstabilisation et de restabilisation à la fois de H et de B. » 3

52Selon Fishman, la conséquence de cette prise en compte des dynamiques d’évolution est théorique. Elle implique de reconnaître que les dichotomies jusque-là avancées et le tableau à double entrée ne sont que de simples « facilités conceptuelles ». Par ailleurs, il souligne qu’un nécessaire consensus doit être requis quant à la période à considérer, qu’il évalue à cinq générations au moins, de telle sorte qu’il n’y ait plus de témoins vivants ayant vécu le moment où s’est mise en place la relation diglossique H / B.

53Enfin, Fishman considère que le degré de stabilité du fait diglossique vient en interaction avec d’autres phénomènes sociolinguistiques de première importance, parmi lesquels le « reversing language shift » (Fishman, 1999) et les politiques de planification linguistique. C’est le cas par exemple de la Catalogne contemporaine, où la relation H / B entre castillan et catalan s’est inversée. C’est aussi celui de l’État d’Israël qui a transformé les relations entre l’hébreu, la langue sacrée, et le yiddish parlé par les juifs ashkénazes, sans compter les divers idiomes judéo-vernaculaires. 

54Une conséquence majeure découle de cette prise en compte de la profondeur historique :

  • 4  « If we merely dichotomize time, then our four-celled table immediately becomes an eight-celled ta (...)

Si nous dichotomisons simplement le temps, alors notre tableau à quatre cas passe ipso facto à huit, incluant dès lors aussi bien la diglossie « proto » ou la diglossie « virtuelle » que la diglossie durablement établie avec de degrés de différentiation, fonctionnelle et linguistique. 4

Perspectives

55De ces évolutions se dégagent plusieurs perspectives venant enrichir la recherche en matière de multilinguisme social, dont les situations diglossiques constituent un cas d’espèce :

56– Engager ou poursuivre, sur des cas concrets, l’analyse des dynamiques d’évolution dans leur profondeur historique, en faisant la part entre les situations diglossiques conflictuelles et oppressives, instables, et les situations stables, socialement et politiquement régulées ;

57– De manière plus large, mener une réflexion typologique à partir d’un travail comparatif, en procédant également à une revue critique du concept de communauté linguistique. Descendre le curseur du regard au niveau des pratiques langagières afin de décrire la manière dont se joue, dans la vie quotidienne, pour les individus et les groupes concernés, le fait multilingue / diglossique. L’épistémologie sociolinguistique ancrée dans les paradigmes interactionnistes serait à ce titre un cadre pertinent. Ce niveau de saisie présente en outre l’avantage de rendre compte des attitudes, des perceptions, des opinions et des représentations dont on s’accorde pour affirmer qu’elles constituent un facteur décisif de construction du fait diglossique :

  • 5  « The speaker’s opinions and judgments on the varieties in a putative diglossic situation and thei (...)

Dans une situation potentiellement diglossique, les opinions et les jugements que porte le locuteur sur les variétés et leurs similarités devraient trouver une place systématique dans le cadre de la théorie sociolinguistique 5 ;

58– Enfin, viser à intégrer l’objet « diglossie » dans un cadre sociopolitique plus large, qui prenne en compte d’autres dimensions, le rôle que jouent par exemple les politiques d’aménagement linguistique, le sentiment de loyauté nationale, les phénomènes contemporains de diasporisation…

  • 6  « Diglossia is therefore a “fighting term” in real life. It is not a concept in sociolinguic disco (...)

C’est pourquoi la diglossie est un terme de « combat » dans la vie réelle. Ce n’est pas un concept appartenant au discours sociolinguistique, c’est plutôt un concept du discours politique chaque fois que l’homme de la rue s’engage dans un processus de renversement de l’évolution linguistique. 6

59Cette orientation résonnerait en écho de la position de Lafont qui, dès 1984 (1997, p. 94) et dans le sillage de Kremnitz (1981b), affirmait que « la théorie des fonctions chez Ferguson et Fishman sert d’écran au conflit réellement à l’œuvre dans la société », ajoutant qu’« en définitive […], la diglossie est saisissable là où elle se représente, dans la conscience des sujets, dans les productions idéologiques généralisées, qu’il s’agisse d’attitudes esthético-morales, de programmes éducatifs ou de constructions explicatives scientifiques ». Pour Lafont, la sociolinguistique périphérique « conteste la dominance » (1997, p. 91).

  • 7 « In-depth synchronic and diachronic descriptions of putative diglossic language situation remain h (...)

60Comme l’appellent de leurs vœux nombre de chercheurs qui s’intéressent à ces phénomènes : « Mener en profondeur la description synchronique et diachronique de situations linguistiques potentiellement diglossiques, reste hautement désirable. »7 L’enjeu scientifique est bien de nourrir la réflexion théorique dans le domaine de la sociolinguistique.

Notions dérivées

61On doit la « schizoglossie » à Haugen (1962) qui, dans son article « Schizoglossia and the linguistic norm », la définit comme

  • 8  « […] a linguistic malady which may arise in speakers and writers who are exposed to more than one (...)

[…] une maladie linguistique qui peut survenir chez des sujets qui sont exposés à plusieurs variétés de leur langue. Sous des conditions favorables, ou, plus précisément, défavorables, les symptômes peuvent aller jusqu’à des douleurs aigües au niveau du diaphragme et des cordes vocales. 8

62Pour Haugen, il revient aux linguistes de donner des outils pour une normalisation, véritable « remède » à cette maladie.

63Par analogie avec la dysphasie et la dyslexie, Cellier (1985) considère pour sa part que la situation réunionnaise s’apparente à une « dysglossie » au moment où il écrit son article « Dysglossie réunionnaise ». Comme Haugen, il veut insister sur les effets néfastes de la diglossie ; il s’intéresse au développement langagier et aux apprentissages scolaires des enfants, et pointe leurs difficultés académiques.

Diglossie littéraire

64Certes, Ferguson, dans sa liste des critères distinguant les sociétés diglossiques, avait déjà constaté qu’une des langues possédait une littérature prestigieuse. Beniamino et Gauvin (2005) évoquent, pour exemplifier cette caractéristique, la scripta latina dominant les littératures européennes avant la Renaissance, ou les langues colonisatrices pendant la période coloniale voire postcoloniale. Mais on attribue à Mackey (1976b, p. 42) la paternité de la « diglossie littéraire » :

En somme, on peut avoir la diglossie formelle, la langue parlée étant une langue et la langue écrite en étant une autre ; ou diglossie fonctionnelle, chaque langue possédant son ensemble de fonctions. Lorsque cette répartition fonctionnelle s’applique à la langue écrite, il peut y avoir de la diglossie littéraire.

65Mais un mouvement similaire à celui qui a agité le modus vivendi « stable » de la « diglossie » s’empara de la « diglossie littéraire », de sorte qu’on insiste sur le fait que pour les auteurs, « leur choix de telle ou telle langue d’écriture est peut-être moins personnel que régi par des normes sociales », les langues en question n’étant pas de simples outils de communication, mais « des formes d’expression indexées de valeurs symboliques » (Grutman, 2003, p. 118). Cette répartition des langues est traitée par Marimoutou (2004, p. 5-6), qui souligne leur asymétrie statutaire :

On parle de diglossie littéraire quand deux langues de statut inégal sont présentes dans une même œuvre. Définie comme « la distribution des genres littéraires en des langues diverses », elle permet d’insérer sous différentes formes dans le texte les traces d’une différenciation statutaire de deux ou plusieurs langues, telles que : la folklorisation, l’occultation, la répudiation, la minorisation…

66En effet, selon Lafont (1985, p. 26), en situation de diglossie, le scripteur dispose de deux choix possibles :

  • L’assimilation, l’acceptation totale du modèle dominant. Dans ce cas, on peut avoir affaire à une hyper-écriture du français (comme ce fut le cas durant la période coloniale) ;
  • L’exhibition de la différence. Dans ce cas, on peut avoir affaire soit à du créole hyper-basilectalisé, soit à du français créolisé.

67Dans sa volonté de placer le sujet au cœur de la réflexion, Lafont évoque la difficile conscience de la frontière entre les langues et parle de « compétence diglossique » :

Il faut, pour l’apprécier correctement, évaluer non seulement la connaissance, sous le sujet, [des deux langues ], mais la connaissance de la littérarité dominante et des codages réglés de la « non-littérarité », de la littérarité dominante. On comprendra ce dont il s’agit en établissant deux pôles antithétiques (qui n’ont d’existence que comme pôles en un modèle) : celui qu’occuperait un écrivain en langue d’oc ayant une compétence de littérarité dominante […] et une compétence faible en occitan oral-dialectal ; celui où se définirait un écrivain ayant une compétence faible en [une langue] A […]. La distance entre ces deux pôles est parcourue, « en diagonale » pourrait-on dire, par la refonte de la littérarité. C’est sur cette diagonale que nous situerons, à propos de chaque texte, la position du sujet. (Lafont, 1985, p. 26)

68On peut alors ici faire référence à la diglossie littéraire (Beniamino et Gauvin, 2005) que les auteurs opposent à la « diglossie textuelle » :

Dans la première, il y a répartition fonctionnelle des deux langues mais en maintenant la tension entre elles […] ; quant à la diglossie textuelle, elle se manifeste à l’intérieur d’un texte français, qui devient une sorte de « palimpseste » portant les traces d’une écriture première, dans la langue d’origine de l’auteur : calques créant un effet de polyphonie, intercalation de genres oraux, travail sur le signifiant sont quelques-unes des formes que prend l’inscription littéraire de la (ou des) langue(s) dominée(s). (Beniamino et Gauvin, 2005, p. 61)

69La « diglossie littéraire » traduit en outre la confrontation d’une littérature « mineure » avec une littérature dominante : « L’un des aspects empiriques de la situation de diglossie dans laquelle se trouvent les littératures des espaces créolophones, c’est leur difficulté à s’intégrer de manière explicite dans un corpus plus large que le territoire qui leur donne sens, à s’inscrire dans une littérarité » (Marimoutou, 2004, p. 5). Cette diglossie littéraire s’enracine dans « l’absence de circuits réels d’édition et de diffusion de la littérature en langue créole, qui, ainsi maintenue en situation de minoration, a du mal à trouver un lectorat qui, de lui-même, par prévention et en raison de l’intériorisation du dénigrement des productions locales, n’est pas porté à s’intéresser à la littérature créole » (p. 11). Pour conclure, « la diglossie, on le voit, est en travail au cœur même des mécanismes à travers lesquels une littérature est amenée à construire sa différence ou son altérité » (p. 13).

Bibliography

ACHARD Pierre, 1993, Sociologie du langage, Paris, Presses universitaires de France.

ARACIL Luis, 1965, Conflit linguistique et normalisation dans l’Europe nouvelle, Nancy, Centre universitaire européen.

BADIA I MARGARIT Antoni, 1964, Llengua i cultura als Països catalans, Barcelona, Edicions 62.

 —, 1988, Sons i fonemas de la llengua catalana, Barcelona, Publicacions Universitat.

BAVOUX Claudine, 2003, « Fin de la “vieille diglossie ” réunionnaise ? », Glottopol, no 2, p. 29-39.

BENIAMINO Michel et GAUVIN Lise, 2005, Vocabulaire des études francophones, concepts de base, Limoges, Presses universitaires de Limoges.

BLANCHET Philippe, 2000, La linguistique de terrain. Méthode et théorie. Une approche ethno-sociolinguistique, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

BRETEGNIER Aude, 1999, Sécurité et insécurité linguistique. Approches sociolinguistique et pragmatique d’une situation de contacts de langues : la Réunion, thèse, université de la Réunion, université de Provence. 4 vol. 

 —, 2002, « Regards sur l’insécurité linguistique », Sécurité, insécurité linguistique, A. Bretegnier et G. Ledegen éd., Paris, L’Harmattan, p. 7-33.

CALVET Louis-Jean, 1974, Linguistique et colonialisme, petit traité de glottophagie, Paris, Payot.

 —, 1997, « Glottophagie », Sociolinguistique. Concepts de base, M.-L. Moreau éd., Wavre, Mardaga, p. 154-156.

CELLIER Pierre, 1985, « Dysglossie réunionnaise », Cahiers de praxématique, no 5, p. 45-66.

CARAYOL Michel et CHAUDENSON Robert, 1973, « Diglossie et continuum à la Réunion », Les français devant la norme, N. Gueunier éd., Paris, Champion, p. 175-190.

CHIORBOLI Jean éd., 1990, Les langues polynomiques, no 3/4 de PULA. En ligne : http://www.interromania.com/sites/default/files/langues_polynomiques.pdf

COMITI Jean-Marie, 1990, « L’évaluation de la polynomie corse », Les langues polynomiques, no 3/4 de PULA, J. Chiorboli éd., p. 69-84.

DABÈNE Louise et BILLIEZ Jacqueline, 1986, « Code-switching in the speech of adolescent born of immigrant parents », Studies in second language acquisition, no 8, p. 309-325.

DE PIETRO Jean-François et MATTHEY Marinette, 1997, « La société plurilingue : utopie souhaitable ou domination acceptée ? », Plurilinguisme : « contact » ou « conflit » de langues ? H. Boyer éd., Paris, L’Harmattan, p. 133-190.

FERGUSON Charles, 1959, « Diglossia », Word, no 15, p. 325-340.

 —, 1991, « Diglossia revisited », Studies in diglossia, no 10-11 de Southwest Journal of Linguistics, p. 214-234.

FERNANDEZ Mauro, 1993, Diglossia : a comprehensive bibliography 1960-1990, and supplements, Amsterdam, John Benjamins.

FISHMAN Joshua, 1971, Sociolinguistique, Paris, Bruxelles, Nathan, Labor.

 —, 1999, Reversing language shift : theoretical and empirical foundations of assistance to threatened languages, Clevedon, Multilingual Matters.

 —, 2002, « Diglossia and societal multilinguism : dimensions of similarity and difference », International journal of sociology of language, no 157, p. 93-100.

GARDY Philippe, 1985, « Langue(s), non-langue(s), lambeaux de langue(s), norme », Cahiers de Linguistique sociale, no 7.

 —, 1990, « En guise de conclusion : de l’uninomie à la polynomie ? », Les langues polynomiques, no 3/4 de PULA, J. Chiorboli éd., p. 36-38.

GARDY Philippe et LAFONT Robert, 1981, « La diglossie comme conflit : l’exemple occitan », Langages, no 21, p. 75-91.

GIORDAN Henri et RICARD Alain éd., 1976, Diglossie et littérature, Bordeaux, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine.

GRUTMAN Rainier, 2003, « Bilinguisme et diglossie : comment penser la différence linguistique dans les littératures francophones ? », Les études littéraires francophones, état des lieux, Éditions du Conseil scientifique de l’université Charles-de-Gaulle Lille-3, p. 113-126.

GUEUNIER Nicole, 2002, « L’insécurité linguistique : objet divers, approches multiples », Sécurité, insécurité linguistique, A. Bretegnier et G. Ledegen éd., Paris, L’Harmattan, p. 35-50.

GUMPERZ John, 1964, « Linguistic and Social Interaction in Two Communities », American Anthropologist, 66 (2), p. 37-53.

 —, 1976, « The sociolinguistic signifiance of conversational code-switching », Papers on language and context, J. Cook-Gumperz et J. J. Gumperz éd., no 46 de Working papers.

HAAS Walter, 2002, « Comment », International journal of sociology of language, no 157, p. 109-115.

HAUGEN Einar, 1962, « Schizoglossia and the linguistic norm », Monograph series on languages and linguistics, no 15, p. 63-73.

HUDSON Alan, 2002, « Outline of a theory of diglossia », International journal of sociology of language, no 157, p. 1-48.

HYMES Dell éd., 1971, Pidginization and creolization of languages, Cambridge, Cambridge University Press.

JARDEL Jean-Pierre, 1982, « Le concept de “diglossie ” de Psichari à Ferguson », Lengas, no 11, p. 5-15.

 —, 1979, « De quelques usages des concepts de bilinguisme et de diglossie », Plurilinguisme : normes, situations, stratégies, P. Wald et G. Manessy dir., Paris, L’Harmattan, p. 25-37.

JUCQUOIS Gérard, 1987, De l’égocentrisme à l’ethnocentrisme ou les illusions de la bonne conscience linguistique, Louvain, Cabay.

KHUBCHANDANI Lakchman M., 1997, Revisualizing boundaries : a plurilingual ethos, Delhi, Sage.

KREMNITZ Georg, 1981a, « De l’occitan au français (par le francitan). Étapes d’une substitution linguistique », Logos semantikos. Mélanges Eugenio Coseriu, Berlin, New York, Madrid, Walter de Gruyter, p. 183-195.

 —, 1981b, « Du “bilinguisme ” au “conflit linguistique ”. Cheminement de termes et de concepts », Langages, 61, p. 63-73.

LABOV William, 1971, « The notion of “system” in creole languages », Pidginization and creolization of languages, D. Hymes éd., Cambridge University Press, p. 447-472.

LAFONT Robert, 1985, « Le texte littéraire en situation diglossique », Cahiers de praxématique, no 5, p. 19-30.

 —, 1986, « Codes switching et production de sens », communication au Congrès international de sociologie, New Delhi, publiée en 1988, Lengas, no 24, p. 7-17.

  —, 1997a, « Pour retrousser la diglossie » [1984], Quarante ans de sociolinguistique à la périphérie, R. Lafont éd., Paris, L’Harmattan, p. 91-122.

 —, 1997b, « La diglossie en pays occitan, ou le réel occulté » [1977], Quarante ans de sociolinguistique à la périphérie, R. Lafont éd., Paris, L’Harmattan, p. 19-41.

 —, 1997c, « Autrefois et aujourd’hui : le sujet occitan » [1996], Quarante ans de sociolinguistique à la périphérie, R. Lafont éd., Paris, L’Harmattan, p. 189-223.

LÜDI George, 1990, « De la diglossie à la polyglossie. Ces concepts peuvent-ils servir de bases pour guider les nouvelles réalités et politiques linguistiques ? ». En ligne : http://www.teluq.uquebec.ca/diverscite/navForum/quest/97gl.htm (18 juillet 2012).

 —, 1997, « Un modèle consensuel de la diglossie ? », Les langues et leurs images, M. Matthey éd., Lausanne, Neuchâtel, IRDP, p. 88-93.

LÜDI George et PY Bernard, 1986, Être bilingue, Berne, Peter Lang.

MAGDELAINE Valérie et MARIMOUTOU Carpanin éd., 2004, Univers créoles 4. Contes et romans, Paris, Anthropos.

MARIMOUTOU Carpanin, 2004, « Écrire en pays créoles », Univers créoles 4. Contes et romans, V. Magdelaine et C. Marimoutou éd., Paris, Anthropos, p. 3-23.

MACKEY William F., 1976a, Bilinguisme et contact de langues, Paris, Klincksieck.

 —, 1976b, « Langue, dialecte et diglossie littéraire », Diglossie et littérature, H. Cioran et A. Ricard dir., Talence, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, p. 19-50.

MARCAIS William, 1930-1931, « La diglossie arabe », L’enseignement public. Revue pédagogique, t. CIV, no 12, p. 401-409, t. CV, p. 20-39 et p. 120-133.

MARCELLESI Jean-Baptiste, 1981, « Bilinguisme, diglossie, hégémonie : problèmes et tâches », Langages, no 61, p. 5-11.

 —, 1984, « La définition des langues en domaine roman : les enseignements à tirer de la situation corse », Sociolinguistique des langues romanes. Actes du XVIIe congrès international de linguistique et de philologie romanes, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence.

 —, 1989, « Le sentiment épilinguistique des Corses », Akten des deutsch-französischen Kolloqiums in Hannover vom 16-18 mai 1988 Hannoversche Beïtrage zu Sprache und Kultur, no 1, ed Universität Hannover, p. 87-94.

MARTINET André, 1972, Éléments de linguistique générale, Paris, Armand Colin, p. 307-314.

 —, 1981, Le plurilinguisme. Fonction et dynamique des langues, une théorie fonctionnelle du langage, Paris, Armand Colin.

MATTHEY Marinette éd., 1997, Les langues et leurs images, Lausanne, Neuchâtel, IRDP.

MONTAUT Annie, 2003, « Contact de langues en contexte multilingue : l’exemple de l’Asie du Sud », 1er congrès du Réseau Asie / 1st Congress of Réseau Asie – Asia Network, 24-25 sept. 2003, Paris.

MORIN Edgard, 1982, Science avec conscience, Paris, Fayard.

 —, 1991, La méthode, Paris, Seuil.

NINYOLES Rafael, 1985 [1969], Conflicte lingüístic valencia : substitució lingüística i ideologies diglòssiques, Valence, Eliseu Climent, « L’ham ».

PERNOT Hubert, 1897, Grammaire grecque moderne, Paris, Garnier Frères.

PERNOT Hubert et POLACK Camille, 1918, Grammaire de grec moderne (langue officielle), Paris, Garnier.

PRUDENT Lambert-Félix, 1980, Des baragouins à la langue antillaise, Paris, L’Harmattan.

 —, 1981, « Diglossie et interlecte », Langages, no 61, p. 13-38.

PSICHARI Jean, 1928, « Un pays qui ne veut pas de sa langue », Mercure de France, t. CCVII, p. 63-121.

ROTAETXE Karmele, 1994, « Alternance codique et langue minoritaire », Langues et sociétés en contact, P. Martel et J. Maurais, Tübingen, Max Niemeyer Verlag.

SAINT-PIERRE Madeleine, 1972, « Créole ou français ? Les cheminements d’un choix linguistique », L’archipel inachevé. Culture et société aux Antilles françaises, J. Benoist éd., Montréal, Presses universitaires de Montréal, p. 251-266.

SIGUAN Miguel et MACKEY William F., 1986, Éducation et bilinguisme, Neuchâtel, Paris, Delachaux et Niestlé.

STEWART William A., 1968, « The functional distribution of Creole and French in Haiti », Georgetown university round table, selected papers on linguistics, 1961-1965, R. O’Btien éd., Georgetown University Press.

TABOURET-KELLER Andrée, 1978, « Bilinguisme et diglossie dans le domaine des créoles français », Études créoles, no 1, p. 135-152.

  —, 1982, « Entre bilinguisme et diglossie : des cloisonnements universitaires au malaise social », La linguistique, no 1, p. 17-43.

 —, 2001, « Pour une vision dynamique des situations linguistiques complexes. Un hommage à André Martinet », La linguistique, 2001/1, Paris, Presses universitaires de France, p. 21-28.

 —, 2003, « La langue maternelle, un carrefour de métaphores », Diasporas, no 2, p. 21-35.

 —, 2006, « À propos de la notion de diglossie. La malencontreuse opposition entre “haute” et “basse” : ses sources et ses effets », Langage et société, no 118, p. 109-128.

VALDMAN Albert, 1979, « La diglossie franco-créole dans l’univers plantacratique », Plurilinguisme : norme, situations, stratégies, P. Wald et G. Manessy éd., Paris, L’Harmattan, p. 173-185.

VALLVERDU Francesc, 1979, La normalitzacio lingüistica a Catalunya, Barcelone, Laia.

WALD Pierre et MANESSY Gabriel éd., 1979, Plurilinguisme : norme, situations, stratégies, Paris, L’Harmattan.

WEINREICH Uriel, 1953 [1974], Languages in contact. Findings and problems, édition augmentée, La Haye, Mouton.

Notes

1  « DIGLOSSIA is a relatively stable language situation in which, in addition to the primary dialects of the language (which may include a standard and regional standards) there is a divergent, highly codified (often grammaticaly complex) superposed variety, the vehicule of a large and respected body of written litterature, either of an earlier period or in another community. Which is learned by formal education ans is used for most written and formal spoken purposes but is not used by any sector of the community for ordinary conversation.  » (Ferguson, 1959, p. 245, trad. fr. Achard, 1993, p. 37)

2  « The discovery of a diglossic community entails the identification of a web of verbal interactants sharing a single variety or range of varieties, genetically related or not, for some formal communicative purposes, but among whom the more formal variety is never aquired as a native language or variety. » (Hudson, 2002, p. 156)

3  « Thus, it is not etiology but time depth and the dynamics and course of social change that enables us to locate cases of diglossia stabilization, destabilization and restabilization both of H and L. » (Fishman, 2002, p. 95)

4  « If we merely dichotomize time, then our four-celled table immediately becomes an eight-celled table, now including “proto” – or “virtual” – diglossia as well as long-established diglossia with differing degrees of separation, functionnaly and linguistically. » (Ibid., p. 95)

5  « The speaker’s opinions and judgments on the varieties in a putative diglossic situation and their respective similarity should find a systematic place in a sociolinguistic theory. » (Haas, 2002, p. 111)

6  « Diglossia is therefore a “fighting term” in real life. It is not a concept in sociolinguic discourse, it is a concept in political discourse as well, wherever RLS [reversing language shift, Fishman, 1999] is a man-in-the-street issue. » (Fishman, 2002, p. 96)

7 « In-depth synchronic and diachronic descriptions of putative diglossic language situation remain highly desiderable. » (Haas, 2002, p. 115)

8  « […] a linguistic malady which may arise in speakers and writers who are exposed to more than one variety of their own language. Under favorable conditions or more precisely, unfavorable conditions, the symptoms may include acute discomfort in the region of the diaphragm and the vocal cords. » (Haugen, 1962, p. 63)

© ENS Éditions, 2013

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search