Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectures de Michel Foucault. Volume 3

 | 
Pierre-François Moreau

Foucault et Baudelaire. L’enjeu de la modernité

Fabienne Brugère

Texte intégral

  • 1 DE, IV, 339, p. 562-578. Version publiée d’abord sous le titre : « What is Enlightenment ? », Rabi (...)

1Dans le tome IV des Dits et écrits, sont réunies deux versions d’un commentaire de l’opuscule kantien Qu’est-ce que les Lumières ? L’une de ces deux versions est française. Elle reprend un cours donné par Foucault au Collège de France. L’autre est américaine et développe une référence au Peintre de la vie moderne de Baudelaire absente du texte français. En quoi la version américaine de « Qu’est-ce que les Lumières ? »1 préfigure-t-elle une étape originale dans l’itinéraire de Michel Foucault par l’entremise de l’inauguration de la philosophie comme ontologie du présent ? Si l’analyse de l’opuscule de Kant ressemble, à bien des égards, à la version française quand elle envisage la modernité plutôt comme une attitude que comme une période de l’histoire, quid de la référence à Baudelaire ? Certes, elle étaye et développe la conception de la modernité dans un texte plus long que la version française. Mais ne donne-t-elle pas aussi un éclairage nouveau, une légère inflexion à notre compréhension de la modernité selon Foucault ?

2Rappelons brièvement que les deux commentaires de Qu’est-ce que les Lumières ? surgissent grosso modo au moment où sont publiés les tomes II et III de l’Histoire de la sexualité. Ces deux versions introduisent, de manière convaincante et vertigineuse, une réflexion nouvelle sur l’attitude philosophique devant la modernité, réflexion que l’opuscule de Kant a rendue possible. Est donc nouvelle la question du présent comme problème philosophique de telle sorte qu’elle autorise un traitement spécifique des notions d’actualité, d’événement et de modernité. Comme l’écrit Foucault dans la version française de « Qu’est-ce que les Lumières ? », le présent ne peut être compris au sens de l’itinéraire présent de Descartes dans le Discours de la méthode : il est alors considéré comme « motif pour une décision philosophique » (p. 680). Conformément à la version américaine, on ne peut pas l’assimiler au sens de Platon comme moment d’une ère du monde, ni au sens d’Augustin comme annonciateur d’un signe prochain, ni même comme point de transition pour un monde nouveau avec Vico (p. 563-564). À partir de Kant, le présent est analysé pour la première fois en lui-même, à partir de la nouveauté qu’il introduit, maintenant ou aujourd’hui : « Qu’est-ce qui se passe aujourd’hui ? Qu’est-ce qui se passe maintenant ? » dans la première version (p. 679) et « Quelle différence aujourd’hui introduit-il par rapport à hier ? » dans la seconde version (p. 564). Dans les deux versions, ce qui définit l’actualité du présent, c’est la teneur interne du maintenant, l’analyse de l’élément distinctif auquel j’appartiens. Savoir, c’est savoir ce qui fait l’événement ou encore ce qui survient comme un moment, un instant auquel on donne un nom, un sens, une structure, l’Aufklärung pour Kant. L’opuscule de Kant, publié en décembre 1784 dans la Berlinische Monatschrift, en réponse à la question Was ist Aufklärung ?, permet d’évoquer la question moderne de l’appartenance au présent en direction de la philosophie. La modernité de Kant tient à la relation qu’il établit entre le présent et la philosophie. Citons Foucault : « Il me semble que ce texte fait apparaître un nouveau type de question dans le champ de la réflexion philosophique » (p. 679).

3Question de l’actualité et nouveauté philosophique doivent permettre de mieux définir la modernité, notre modernité, qui surgit avec Kant selon les deux versions du texte. Cette question de l’actualité philosophique ne nous quitte plus depuis Kant. Les deux articles témoignent de son seul mode d’exposition possible. C’est à partir de la référence fondamentale à Kant qu’il faudra situer le recours à Baudelaire.

  • 2 Article de G. Deleuze : « Qu’est-ce qu’un dispositif ? », Michel Foucault philosophe, Paris, Seuil (...)
  • 3 Tout ceci est emprunté à la fin de l’article de Deleuze qui conclut, p. 193 : « L’œuvre complète d (...)

4Ajoutons que le discours sur l’événement philosophique que constitue la question de l’actualité ne saurait se trouver en dehors des Dits et écrits. Plus précisément, l’itinéraire de Foucault se confond sur ce point avec la forme littéraire choisie. Le mode d’exposition et de publication : le texte court, l’article, le cours correspondent totalement à la question mouvante de l’actualité. Avec les deux versions, nous ne sommes pas, selon les propos éclairants de Gilles Deleuze, en régime d’archives mais en régime de devenir2. Il faut distinguer, chez Foucault, deux régimes à l’intérieur de la même œuvre : les livres et les entretiens ou articles tant ces derniers ont une importance considérable. Si chacun des grands livres détermine une archive précise, avec des moyens historiques extrêmement nouveaux, chaque entretien ou article permet de tracer une ligne d’actualisation qui exigeait un autre mode d’expression que les lignes de stratification ou de sédimentation des grands livres3. Les différents discours de Foucault, tels qu’ils s’expriment dans les nombreux articles et entretiens, tracent sans doute une ligne d’actualisation spécifique à partir d’une modernité incertaine (ni grecque, ni chrétienne), modernité qui nous questionne et nous hante. Dans le texte qui nous intéresse, il faut statuer sur un redoublement de la question de l’actualité, présente comme thème et mode d’expression philosophiques. La version américaine de « Qu’est-ce que les Lumières ? » présente une ligne d’actualisation forte des textes de Foucault sur la question de l’actualité : elle reprend en grande partie un texte déjà élaboré dans les cours au collège de France. Elle adjoint une nouvelle ligne (contre toute sédimentation ou stratification du texte), l’évocation du Peintre de la vie moderne de Baudelaire.

5D’où la problématique suivante que j’aimerais évoquer. Hormis la nécessité de maintenir le commentaire de cet écrit dans la ligne d’actualisation de l’œuvre, ce qui suppose toujours un devenir, une réactualisation des thèses soutenues, n’y a-t-il pas, dans la référence à Baudelaire, une nécessité conceptuelle interne à la définition même de l’attitude philosophique moderne ? Plus précisément, Foucault ne confère-t-il pas un certain sérieux à l’attitude esthétique (poétique de Baudelaire, plastique de Constantin Guys) et si oui, en quoi cette attitude est-elle moderne, philosophique ?

6Le problème serait alors de trouver un dénominateur commun à l’attitude philosophique inaugurée par Kant et à l’attitude esthétique illustrée par Baudelaire dans la thématisation de la modernité comme attitude dans l’actualité.

Actualité et philosophie : l’importance de la transgression

7Dans la version américaine de texte (c’est celle-ci que nous analyserons pour mettre en avant progressivement l’importance de Baudelaire face à Kant), Foucault rappelle combien l’Aufklärung s’est constituée comme un événement : son arrivée dans le temps est immédiatement mise en partage par ceux qui reçoivent, voient, entendent parler, annoncent ou gardent en mémoire une période spécifique, qui se donne un nom, inaugurant une rupture avec un passé indéfini. La structure de l’événement s’affirme comme une mise en relation, que le statut de la question posée par un journal allemand à ses lecteurs permet de préciser. L’essence même de l’événement tient à la manière dont il est diffusé, communiqué, projeté, déterminant autour de lui un réseau de sens.

  • 4 QL ?, p. 562 : « Quel est donc cet événement qu’on appelle l’Aufklärung et qui a déterminé, pour u (...)

8Mais, l’Aufklärung constitue plus qu’un événement, l’événement devenant philosophique avec l’opuscule de Kant. Les Lumières sont alors conçues comme un événement total qui éclaire encore l’être (« ce que nous sommes »), le sens (« ce que nous pensons ») et le faire (« ce que nous faisons ») de notre modernité4. Ce qui nous poursuit en tant que philosophes, depuis l’Aufklärung, c’est le surgissement de la question englobante du présent comme problème philosophique, événement de pensée que nous pourrions caractériser selon trois perspectives dans le texte, avant la référence à Baudelaire.

  • 5 QL ?, p. 562-563 : « La philosophie moderne, c’est celle qui tente de répondre à la question lancé (...)
  • 6 Plaisir évoqué par Foucault au tout début du texte par l’intermédiaire du divertissement, p. 562 : (...)
  • 7 Sur l’importance du risque (qu’il faut différencier du danger) pour définir le philosophe posant l (...)
  • 8 QL ?, p. 568 : « Il me semble que c’est la première fois qu’un philosophe lie ainsi, de façon étro (...)

9La première perspective est plutôt politique. Elle surgit de ce qui fait la spécificité de la question, posée pour la première fois par Kant – qu’est-ce que la philosophie moderne ? –, c’est l’imprudence5. À cette question, qui permet d’analyser le présent pour la première fois en lui-même, à partir de la nouveauté qu’il introduit, il n’y a pas de réponse. La question constitue un problème philosophique, une interrogation qui va vers l’inconnu. À vrai dire, l’attrait de l’inconnu provoque et suscite la pensée. La pensée n’est pas une affaire d’utilité. Elle doit même être liée à un plaisir que la perspective de l’inconnu suscite6. Cette imprudence de la question, ce plaisir de l’inconnu qui font un problème philosophique de la démarche du philosophe moderne dans son rapport au présent, intègrent un sens positif du risque et non une acception négative que le terme de « danger » recouvrerait7. Le risque pris par le philosophe moderne n’est pas un danger dans la mesure où il ne signifie pas une destruction, une menace dans l’histoire de la pensée. Il constitue un risque car le problème philosophique du présent ne peut être conceptualisé que grâce à la position d’un acte qui est susceptible de rompre ce qui faisait justement la continuité du présent. Pour faire du présent une question selon l’idée d’une nouvelle modernité, il faut pouvoir nommer et désigner cette modernité, c’est-à-dire la produire comme une rupture, comme une interruption du présent qui regarde vers un avenir à faire, une autre forme d’être à produire et faire advenir. La modernité du présent n’est pas seulement ce qui condamne le passé, elle est le seuil d’un avenir qu’elle est déjà capable de penser et d’anticiper. C’est sur ce seuil que réside le risque, l’imprudence initiale mais salvatrice, le saut vers l’inconnu. Penser le présent revient, en ce sens, à tracer une expérience limite qui dessine une frontière, à la fois fermeture et ouverture pour produire de la nouveauté, de l’être, de l’acte. Le philosophe sort le présent de l’acceptation d’un destin commun pour en faire un autre être sans bien savoir jusqu’où la nouveauté va le mener. Ce risque prend d’abord, chez Kant, nous dit Foucault, la forme d’un diagnostic sur une époque : quel est l’événement qui domine, qui mérite d’être constitué comme acte philosophique ? Il prend ensuite la responsabilité d’une rupture, d’une sortie qui franchit les limites d’un présent institué. Le risque tient à l’usage public de la raison par lequel l’homme raisonnable n’est plus un élément anonyme de la machine sociale mais produit un acte qui prend en charge l’actualité, la différence contre la répétition. Le paradigme du risque fait de l’actualité une question primordialement sociale et politique dans ses effets. L’être humain devient sujet politique en prenant le risque de ne plus acquiescer aux formes d’autorité présentes, par l’acte singulier qui franchit les limites de l’obéissance et de la soumission ; acte politique (et risque philosophique) de Kant au moment singulier où il écrit et à cause duquel il écrit. Cet acte se pose comme responsable de tout un processus d’ensemble – un présent8. Le présent se déploie dans le franchissement des limites comme acte de courage politique que sous-tend un risque.

  • 9 Il s’agit, suite à la dissolution du champ homogène et ordonnable des représentations (l’âge class (...)

10Mais il faut discerner une deuxième perspective, proprement philosophique : la question de l’actualité, par-delà le risque et l’ouverture béante qu’elle suggère, est conçue comme un processus, la mise en relation d’éléments hétérogènes qui se reconnaissent dans le sens d’une époque, ce que l’on peut donc nommer une actualité. On est en droit de se poser une question que l’écrit de Foucault n’aborde pas. Qu’en est-il du rapport de l’actualité à l’épistémè, surtout dans la mesure où le kantisme s’avère constitutif de l’épistémè moderne dans Les Mots et les choses ? Une épistémè montre une compréhension fermée de l’époque. Avec elle, Kant constitue un événement archéologique dont la norme s’inscrit dans un a priori historique constitutif de l’épistémè moderne9. Le kantisme introduit une dissonance, une rupture dans l’espace du savoir qui constitue la norme philosophique de la modernité. Notre actualité appartient à l’épistémè ouverte par Kant. Appartenir à un présent, c’est aussi appartenir à une épistémè.

  • 10 Sur tout ce réseau de différences entre épistémè et actualité, voir G. le Blanc, « Le conflit des (...)

11Cependant, l’itinéraire de Foucault dans « Qu’est-ce que les Lumières ? » affiche vraiment son indépendance à l’égard de l’archive, en l’occurrence Les Mots et les choses. Dans la ligne d’actualité que constitue ce texte, l’événement n’est plus archéologique mais philosophique. L’actualité suppose une capacité de distinction des épistémè (toute épistémè n’est pas actuelle), une capacité de connaissance de l’épistémè à laquelle on appartient. Appartenir à un présent, c’est appartenir à une épistémè mais l’attitude philosophique face au présent contient en elle la préfiguration de la défiguration de l’épistémè. Il y a dans l’attitude actuelle, le pressentiment de pouvoir en sortir. Il ne s’agit plus tant d’exhiber une épistémè que de comprendre une actualité. L’actualité est l’écart dans l’épistémè qui permet de regarder l’épistémè. La pensée de Kant ne sert plus à ressaisir une norme (l’épistémè moderne) mais à poser un écart vis-à-vis de la norme10. L’attitude actuelle du philosophe exprime toute la distance critique du regard philosophique. D’où le carrefour dynamique, le processus dans lesquels se constitue la figure de l’actualité comme différence ou comme écart.

  • 11 QL ?, p. 568 : « En me référant au texte de Kant, je me demande si on ne peut pas envisager la mod (...)
  • 12 La subjectivation est un rapport à soi qu’il faut comprendre comme un acte, une production de soi (...)

12Dans une troisième perspective, la question du présent comme problème philosophique construit une actualité éthique. L’Aufklärung, avec Kant, est « sortie », « issue », « processus », ce qui suppose un écart, une différence (l’acte de majorité) qui éloigne de la répétition (l’état de minorité). L’actualité philosophique peut alors être comprise comme une actualité éthique du sujet qui opère un changement sur lui-même, se dispose selon un certain état de sa volonté à une majorité ou autonomie qui lui fait refuser l’autorité de quelqu’un d’autre dans la conduite de sa vie et de sa raison. Il faut bien évoquer, non seulement le moment singulier que constitue l’actualité philosophique mais aussi la décision singulière, l’attitude, l’êthos qui fait apparaître un processus éthique par lequel se conçoit un usage ou une pratique de soi, des actes de subjectivation contre toute soumission à l’autorité. La modernité comme question philosophique ne circonscrit certainement pas une époque mais une attitude, un êthos11 : un acte de subjectivation12, rapport à soi, souci de soi qui suppose à la fois une décision singulière contre l’autorité et se présente comme une tâche impliquant une grande responsabilité face à l’histoire et à la pensée. L’événement philosophique qu’est le mode de relation à l’actualité construit une expérience de la transgression, décision singulière contre un destin collectif, souci d’inventer et d’accomplir un mode de relation à son présent.

13Cette transgression, inaugurée en son acception éthique et politique par Kant, comme un événement philosophique et non archéologique, est franchissement des limites d’un présent qui cesse alors d’être, en faveur d’un acte qui ne fait que commencer, advenir, pour convertir son attitude de majorité transgressive, nécessairement finie, inscrite dans le temps, en être. L’acte de liberté ouvre un nouvel espace de liberté.

L’attitude esthétique : la transfiguration

14Le texte de Kant permet d’inaugurer la forme moderne, à la fois politique, philosophique et éthique, du rapport philosophique au présent. Pourtant, Foucault ne s’arrête pas là dans l’analyse du point de départ de notre modernité :

Pour caractériser brièvement cette attitude de modernité, je prendrai un exemple qui est presque nécessaire : il s’agit de Baudelaire, puisque c’est chez lui qu’on reconnaît en général l’une des consciences les plus aiguës de la modernité au xixe siècle (p. 568).

15L’événement de la modernité n’est plus seulement politique, philosophique ou éthique. Il devient poétique et, plus largement, esthétique. Les analyses de Baudelaire, dans Le Peintre de la vie moderne, semblent prolonger la réflexion de Kant sur la modernité. Avec Baudelaire comme avec Kant, être moderne, c’est adopter une attitude qui concilie sentiment de nouveauté et rupture de la tradition. Cependant, pour Baudelaire, précise Foucault : « Cette attitude volontaire, difficile, consiste à ressaisir quelque chose d’éternel qui n’est pas au-delà de l’instant présent, ni derrière lui, mais en lui » (p. 569).

16La modernité n’est pas seulement le transitoire, le nouveau, le fugitif (la mode, l’opinion). C’est l’attitude que l’on prend à l’égard de ce mouvement : idéalisation ou pérennisation. La définition de la modernité est alors légèrement précisée par la référence esthétique en un sens double, interne et externe à la création artistique.

  • 13 P. 570 : « Pour l’attitude de modernité, la haute valeur du présent est indissociable de l’acharne (...)
  • 14 L’imagination est « la reine des facultés » pour Baudelaire. Voir le titre du Salon de 1859, III : (...)

17De manière interne à la création artistique, l’« héroïsation du moment présent » est illustrée par la recommandation chez Baudelaire de l’utilisation des personnages contemporains en peinture : refus des toges antiques mais aussi refus de l’habit noir pour l’habit noir. Baudelaire se moque de ceux qui imitent les Anciens mais il ironise aussi sur ceux qui ne font que représenter le costume de l’époque, la mode. Le peintre doit traduire ce qu’il y a d’essentiel, d’éternel, d’héroïque dans le rapport actuel de l’homme à l’habit noir. L’attitude du créateur n’est pas celle du flâneur. Le flâneur vise le plaisir fugitif de l’instant qu’il ne sait retenir (qu’il ne peut faire être). L’homme de la modernité, le créateur, cherche précisément ce qu’on appelle la modernité, le sens de la modernité qui la fait être. Pour Baudelaire, selon Foucault, ce qui fait la modernité, c’est le poétique dans l’historique, l’éternel dans le passager. Le dessinateur Constantin Guys est un exemple de modernité esthétique puisque son œuvre doit se comprendre comme une transfiguration du réel, une fixation idéalisante du réel dans l’imagination. L’exercice ou l’acte du poète dans la modernité baudelairienne consiste en une valorisation de l’imagination13, exaltée comme puissance de transformation du présent, imagination créatrice et non reproductrice. Dans le domaine esthétique, interrompre le présent pour se disposer à saisir l’actualité, c’est transformer, fixer, idéaliser (d’où l’héroïsation) par l’imagination. L’événement philosophique qu’est la modernité est illustré avec l’attitude esthétique du créateur. On pourrait alors comprendre cet événement comme puissance de dissemblance. Insistons plus que ne le fait Foucault sur la modernité baudelairienne ; la transfiguration par l’acte libre de l’imagination est ce qui fait l’originalité de l’art, advenant dans une esthétique de la dissemblance qui valorise l’exaltation de l’imagination. Avec une telle faculté, reine du vrai pour l’art14, le beau peut devenir bizarre tant elle transfigure et repousse les limites du possible : le beau est bizarre car il aborde de nouvelles zones d’être par l’acte transfigurateur de l’artiste moderne, métamorphosant le présent. En ce sens, l’acte artistique du peintre ou du poète, est producteur d’être, de modernité. L’imagination, faculté du vrai et détentrice de tous les possibles, fait advenir l’être. Elle produit dans les œuvres de l’artiste des événements qui ont une valeur d’acte producteur d’être. Chez Baudelaire, comme l’écrit Canguilhem en 1952, dans un article sur « la création artistique selon Alain »,

  • 15 G. Canguilhem, « La création artistique selon Alain », Revue de métaphysique et de morale, avril-j (...)

la théorie de la création artistique commande une théorie de la création ontologique. À qui reconnaît la valeur authentiquement créatrice de l’imagination de l’artiste, la création du monde doit apparaître comme une œuvre d’imagination »15.

18L’imagination créatrice chez Baudelaire fait de l’artiste, non seulement un créateur de formes mais un créateur d’être, tant l’imagination est démiurgique, comme infinie, immensément productrice. Foucault se souvient peut-être de cette analyse de Canguilhem lorsqu’il écrit dans « Qu’est-ce que les Lumières ? » :

Pour l’attitude de modernité, la haute valeur du présent est indissociable de l’acharnement à imaginer, à l’imaginer autrement qu’il n’est et à le transformer non pas en le détruisant, mais en le captant dans ce qu’il est (p. 570).

19L’attitude esthétique comme démarche créatrice de formes (poétiques, picturales…) est moderne lorsqu’elle saisit la profondeur du présent, son être par l’entremise de cette grande faiseuse qu’est l’imagination. Il y a, dès lors, une lecture de Baudelaire qui ne peut être totalement réduite à la lecture de l’opuscule de Kant. Baudelaire n’est pas seulement un « exemple » d’attitude face au présent ; il permet de mettre en perspective la spécificité créatrice de l’attitude esthétique grâce à la force de l’imagination.

  • 16 Le Peintre de la vie moderne, XI, « Éloge du maquillage », op. cit., p. 714-718.

20Au sens interne à la création artistique qui met en avant le pouvoir de l’imagination dans l’acte de modernité, il faut ajouter un sens externe qui apparaît tout autant dans le texte. Ce deuxième sens semble, à première vue, redéployer la figure éthique de l’événement philosophique qu’est la modernité chez Kant. L’attitude de modernité vise bien à engendrer un soi refusant l’identité du sujet, à élaborer une sorte de « je » au terme d’un travail rigoureux sur soi : dans le cas de Baudelaire, sur ses poses, ses vêtements. Dès lors, l’ascétisme est indispensable dans le rapport qui doit être établi avec soi-même. L’artiste décide de se soucier de soi en refusant de s’accepter tel qu’il est, soumis au transitoire, à la mode de l’époque. Il a pour tâche de se transformer ou de se transfigurer. La figure de l’héroïsation n’apparaît pas seulement dans l’œuvre produite mais dans le créateur qui s’élabore lui-même, se prend pour objet grâce au « dandysme » (p. 570). L’ascétisme, la rigueur ou l’exigence du dandy tient d’abord en une révolte, un détachement indispensable à l’égard de sa nature « grossière, terrestre, immonde » (p. 570). Le dandy a pour tâche de s’élaborer lui-même, ce qui veut de se construire comme anti-nature. Le « je » est artificiel, fictif. de l’existence est l’expression de l’originalité de l’existence. Pour conforter cette apologie de l’artifice dans l’existence, on peut évoquer l’« Éloge du maquillage » dans Le Peintre de la vie moderne16 : le bien est artificiel, surnaturel alors que le mal se fait naturellement. L’artifice sert la beauté mais ne saurait embellir la laideur. C’est à ce titre qu’il est noble de cultiver l’artifice, et c’est pourquoi la femme est dans son droit lorsqu’elle apparaît, grâce au maquillage, magique et surnaturelle. Ainsi, le dandy, la femme maquillée évoquent une existence au-delà des savoirs, une philosophie de l’existence qui est art de l’existence. Selon Foucault, l’exemple de Baudelaire rappelle combien ce souci (esthétique) de soi est moderne.

  • 17 Sur l’importance du mode de constitution du sujet moral à travers l’esthétique de l’existence, dan (...)

21Le travail sur soi, qui astreint le créateur non seulement à la production d’œuvres mais aussi au souci de soi, redouble l’acte esthétique par un acte éthique ou plus précisément par une esthétique de l’existence. Bien plus que d’un redoublement de la tâche éthique de la volonté de majorité chez Kant comme attitude de modernité, c’est d’une actualité de l’esthétique de l’existence qu’il s’agit avec la figure baudelairienne du dandy. L’art de l’existence comme attitude de modernité actualise l’Histoire de la sexualité tout en faisant entrer l’attitude d’actualité de l’artiste dans une histoire, dans une généalogie17. La ligne de devenir rejoint la ligne d’archive sur la question de l’art de l’existence tout en la déplaçant dans le temps. Avec Baudelaire, cet art n’est pas seulement d’origine grecque, il constitue l’attitude moderne de l’artiste dans l’existence, producteur d’artifice pour lui-même (le « je » est construit, élaboré) et pour les autres (l’œuvre tient au pouvoir transfigurateur de l’imagination).

22L’attitude esthétique de l’artiste a ainsi un double sens, à la fois interne et externe à la création esthétique, qui lie le créateur à un lieu que Baudelaire appelle l’art tout en insistant sur la puissance d’artifice dans l’élaboration de la modernité comme attitude face à l’actualité.

23La modernité baudelairienne met l’art en crise pour lui demander de saisir la beauté éphémère du présent – par son héroïsation. Elle s’accompagne nécessairement d’un rapport esthétique, rigoureux que l’artiste établit avec son existence. L’attitude d’actualité selon Kant produit un acte libre, public, à la fois politique, philosophique et éthique, qui transgresse de manière singulière un destin collectif, pour penser l’originalité, le sens du présent. Même si Foucault, après Baudelaire, en revient à Kant pour préciser l’êthos qu’est l’attitude de modernité, il n’est pas certain que les deux références soient totalement superposables. L’événement esthétique qu’est la modernité baudelairienne n’illustre pas totalement la geste kantienne.

24L’exemple de Baudelaire, et plus précisément la figure du « dandy », n’est-il pas plus le fruit de l’esthétique de l’existence que de l’attitude d’actualité même si on prend en compte les différences inévitables entre le terrain de la tradition philosophique chez Kant et le terrain esthétique chez Baudelaire ? En ce sens, « Qu’est-ce que les Lumières ? » marquerait alors un tiraillement, une tension dans le travail de Foucault entre l’analyse de l’attitude d’actualité, blason des articles et entretiens, absente en tant que telle des grands livres et la généalogie de l’usage de soi, problématisée à travers les comportements, les pratiques de soi dans les morales grecques et romaines avec l’Histoire de la sexualité. Certes, l’exemple de Baudelaire donne l’équivalent esthétique de l’acte philosophique de Kant, qui est à la fois discours écrit et rigueur de l’attitude volontaire tout comme l’acte de l’artiste concilie œuvre produite et comportement élaboré, presque affecté. Mais, la méthode de Foucault, voulant illustrer sa pensée superpose deux logiques de l’itinéraire intellectuel, celle de l’actualité dans laquelle l’existence s’efface derrière la pratique comme transgression d’une autorité, comme abandon d’une minorité et celle de l’esthétique de l’existence par laquelle l’artifice est l’expression de l’existence.

  • 18 DE, IV, 305, p. 219-222.

25Par ailleurs, pour évoquer l’attitude d’actualité chez l’artiste n’est-ce pas plutôt un autre exemple que le discours baudelairien, qu’il faudrait évoquer : le musicien Pierre Boulez, tout aussi cher à Foucault, à qui le philosophe a consacré un article qui semble aller dans ce sens : « Pierre Boulez, l’écran traversé »18 ?

26Tout d’abord, Pierre Boulez entretient un rapport moderne avec les événements que constituent les œuvres. Quand il rencontre une œuvre, il ne cherche pas à en constituer un monument, il essaie de la traverser, de « passer au travers ». Son rapport à l’histoire (de la musique), très attentif, c’est de faire en sorte que rien ne demeure fixe, ni le présent, ni le passé (p. 221). Chez Pierre Boulez, il n’y a pas d’esthétique de l’existence, plutôt même un effacement du sujet derrière une pratique, des actes qui transgressent un savoir musical sédimenté dans des œuvres singulières au cours de l’histoire de la musique. L’art consiste alors en un jeu complexe de la création et du savoir dans un espace de règles. Nous pourrions dire qu’est actuel l’acte du musicien Boulez qui pratique l’écart – le fait de traverser une œuvre en retrouvant son principe dynamique à partir de sa décomposition – par rapport à la norme – le savoir par lequel on s’approche au plus près de l’œuvre. La transgression chez Boulez suppose un diagnostic sur l’état de la musique au moment où s’accomplit le geste grave de l’actualité. La création musicale trace une expérience limite qui dessine une frontière entre le savoir et l’acte singulier qui préfigure un avenir de l’art. La création selon Boulez reviendrait à créer l’illimité (le neuf produit comme être) dans la limite. Il faut passer à la limite. De cette façon, le jeu mêlé du savoir et de la réflexion sur ce savoir qui devient transgression de celui-ci, ouvre « un nouvel espace libre » (p. 222), non seulement pour la musique mais aussi pour la pensée : en ce sens, se rejoignent ici clairement l’artiste et le penseur à propos du jeu serré de la norme et de l’écart. On retrouve ici précisément l’expérience transgressive de l’actualité philosophique telle que Foucault la repère dans Qu’est-ce que les Lumières ? de Kant. Pierre Boulez est bien plus que Baudelaire une figure foucaldienne et esthétique de l’actualité.

27Alors, pourquoi Baudelaire dans la version américaine ? Pour rappeler combien « l’ontologie critique de nous-mêmes » est difficile ; ce n’est pas une théorie, une doctrine. Elle renvoie à une histoire de l’êthos, à une étude à la fois archéologique et généalogique de pratiques de soi et de jeux de liberté que l’Histoire de la sexualité déploie dans leur cohérence théorique. Il n’en reste pas moins que ce renvoi n’en est pas un et qu’il nous manque une généalogie ou une archéologie des attitudes de modernité dont « Qu’est-ce que les Lumières ? » n’est qu’un blason.

Notes

1 DE, IV, 339, p. 562-578. Version publiée d’abord sous le titre : « What is Enlightenment ? », Rabinow éd., The Foucault Reader, New York, Pantheon Books, 1984, p. 32-50. Cette version a été publiée en français comme un inédit dans le Magazine littéraire, n° 309, avril 1993, sur « Kant et la modernité ». Avant cette version américaine, de 1984, Foucault avait consacré le premier cours de l’année 1983 qu’il donna au Collège de France à une longue explication de l’opuscule kantien Qu’est-ce que les Lumières ? Cette version française est également publiée dans les DE, 351, p. 679-688. Le texte a été aussi publié dans le Magazine littéraire, n° 207, mai 1984.

2 Article de G. Deleuze : « Qu’est-ce qu’un dispositif ? », Michel Foucault philosophe, Paris, Seuil, 1989, p. 185-195.

3 Tout ceci est emprunté à la fin de l’article de Deleuze qui conclut, p. 193 : « L’œuvre complète de Foucault, telle que la conçoivent Defert et Ewald, ne peut pas séparer les livres qui nous ont tous marqués, et les entretiens qui nous entraînent vers un avenir, vers un devenir : les strates et les actualités ».

4 QL ?, p. 562 : « Quel est donc cet événement qu’on appelle l’Aufklärung et qui a déterminé, pour une part au moins, ce que nous sommes, ce que nous pensons et ce que nous faisons aujourd’hui ? »

5 QL ?, p. 562-563 : « La philosophie moderne, c’est celle qui tente de répondre à la question lancée, voilà deux siècles, avec tant d’imprudence : Was ist Aufklärung ? ».

6 Plaisir évoqué par Foucault au tout début du texte par l’intermédiaire du divertissement, p. 562 : « Au xviiie siècle, on préférait interroger le public sur des problèmes auxquels justement on n’avait pas encore de réponse. Je ne sais pas si c’était plus efficace ; c’était plus amusant ».

7 Sur l’importance du risque (qu’il faut différencier du danger) pour définir le philosophe posant le problème de l’actualité chez Foucault, voir F. Ewald, « Foucault et l’actualité », Au risque de Foucault, Paris, centre Georges Pompidou, 1997, p. 205.

8 QL ?, p. 568 : « Il me semble que c’est la première fois qu’un philosophe lie ainsi, de façon étroite et de l’intérieur, la signification de son œuvre par rapport à la connaissance, une réflexion sur l’histoire et une analyse particulière du moment singulier où il écrit et à cause duquel il écrit ».

9 Il s’agit, suite à la dissolution du champ homogène et ordonnable des représentations (l’âge classique), de faire émerger le transcendantal recherché, soit du côté de la pensée subjective, soit du côté des objets transcendantaux que sont le travail, la vie et le langage. Voir MC, chap. VII, « les limites de la représentation », VI, 1966, p. 256-258.

10 Sur tout ce réseau de différences entre épistémè et actualité, voir G. le Blanc, « Le conflit des modernités selon Foucault », Magazine littéraire, n° 309, 1993.

11 QL ?, p. 568 : « En me référant au texte de Kant, je me demande si on ne peut pas envisager la modernité plutôt comme une attitude que comme une période de l’histoire. »

12 La subjectivation est un rapport à soi qu’il faut comprendre comme un acte, une production de soi et surtout pas une subjectivité car il ne reste rien au sujet puisqu’il est, chaque fois, à faire comme un foyer de résistance contre l’assujettissement. Voir l’analyse de la subjectivation chez G. Deleuze dans Foucault, Paris, Minuit, 1986, « les plissements, ou le dedans de la pensée (Subjectivation) », p. 101-130.

13 P. 570 : « Pour l’attitude de modernité, la haute valeur du présent est indissociable de l’acharnement à l’imaginer, à l’imaginer autrement qu’il n’est et à le transformer non pas en le détruisant, mais en le captant tel qu’il est ».

14 L’imagination est « la reine des facultés » pour Baudelaire. Voir le titre du Salon de 1859, III : « L’imagination est la reine du vrai, et le possible est une des provinces du vrai. Elle est positivement apparentée avec l’infini », Œuvres complètes, Paris, Gallimard, (Pléiade), 1976, p. 621.

15 G. Canguilhem, « La création artistique selon Alain », Revue de métaphysique et de morale, avril-juin 1952, p. 173.

16 Le Peintre de la vie moderne, XI, « Éloge du maquillage », op. cit., p. 714-718.

17 Sur l’importance du mode de constitution du sujet moral à travers l’esthétique de l’existence, dans le projet général de l’Histoire de la sexualité (1er volume : 1976, 2e et 3e volumes : 1984), voir H. Dreyfus et P. Rabinow, « Michel Foucault, entretien avec Dreyfus et Rabinow », Michel Foucault, un parcours philosophique, Paris, Gallimard, 1984. Sur la morale philosophique des Anciens : « L’objectif principal, la cible essentielle recherchée par cette morale étaient d’ordre esthétique. D’abord, ce genre de morale était seulement un problème de choix personnel. Ensuite, elle était réservée à un petit nombre de gens […] La raison que l’on avait de faire ce choix était la volonté d’avoir une belle vie et de laisser aux autres le souvenir d’une belle existence » (p. 323).

18 DE, IV, 305, p. 219-222.

© ENS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540